Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Résistance sur Internet
  • Le blog de la Résistance sur Internet
  • : Le WEB Résistant est le seul site francophone présentant toutes les références sur les sites de réinformation. Faites-le connaître autour de vous ! Ne restez pas seul, nous sommes nombreux.
  • Contact

Profil

  • Cyber-résistant
  • Ni totalitarisme nazi,
 ni totalitarisme communiste,
 ni totalitarisme islamique
  • Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamique

En bref

ajouter-favoris.png

Abonnement

Inscription à la newsletter

  

Center for Vigilant Freedom

The 910 Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Counterjihad Calendar 2009
The Counterjihad Calendar 2010

Counterjihad Brussels 2007

Counterjihad Vienna 2008

Counterjihad Copenhagen 2009

Counterjihad Zurich 2010

EU Eurabia Francais

Le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie

 
FAIRE LE TEST POLITIQUE ?

http://img263.imageshack.us/img263/2081/diagrammenolan.jpg

 

Web Statistics

 
Locations of visitors to this page

Entête

http://www.wikio.fr

"Si vous entendez ce message, c'est que vous êtes la résistance."

International Civil Liberties

About

The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc.  We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

We aim to promote the secular rule of law, which we believe to be the basis of harmony and mutual respect between individuals and groups in the increasingly globalised world, and to draw attention to efforts to subvert it.  We believe in equality before the law, equality between men and women, and the rights of the individual and are open to participation by all people who respect these principles.

We believe that freedom of speech is the essential prerequisite for free and just societies, secular law, and the rights of the individual.

We are committed to building and participating in coalitions in all parts of the world to effect significant progress in protecting rights of the individual which are sadly being eroded in many countries including those in the West.


Rejoindre le forum

 

The Center for Vigilant Freedom

20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 16:20

Les Rouges, les Bruns et les Verts
ou la convergence des totalitarismes


Alexandre del Valle*

 

http://imageshack.us/m/15/627/communismislamismnazism.jpg

 

LES PESTES DU SIECLE I


Depuis le déclenchement de la seconde Intifada Al Aqsa, en septembre 2000 ; depuis le 11 septembre 2001, qui scella la fin de l’inviolabilité du sanctuaire stratégique américain ; et, surtout, depuis la seconde crise irakienne, qui s’est soldée par le démantèlement du régime de Saddam Hussein, on a pu constater, partout en Occident, l’émergence d’un axe rouge-vert-brun (le rouge de l’extrême gauche, le brun de l’extrême droite et le vert de l’islamisme). Ses différentes composantes ont pour objectif commun de combattre ces nouvelles figures du Mal que seraient l’Amérique, Israël, « l’impérialisme » et même l’Occident dans son ensemble.

Les alliances objectives entre ces trois idéologies, nous le verrons, ne datent pas d’hier. Mais il est indéniable que les événements de ce début du siècle ont particulièrement contribué à leur collusion. En effet, l’utilisation par George W. Bush, au lendemain du 11 septembre, du terme « croisade », a été perçue comme une provocation aussi bien dans les milieux anti-cléricaux d’extrême gauche et d’extrême droite que dans les milieux islamiques. D’où le rapprochement toujours plus significatif entre, d’une part, les nostalgiques des deux premiers totalitarismes — les Bruns et les Rouges — et, d’autre part, les protagonistes de l’islamisme révolutionnaire. Ces derniers prétendent défendre les masses arabes « occupées » ainsi que les pauvres, les faibles et les « humiliés » du Tiers-monde, victimes des nouveaux Croisés judéo-chrétiens « impérialistes ». Les récentes prises de position publiques du célèbre terroriste Carlos, entre autres, vont très nettement dans ce sens (1).

Il est vrai que l’islamisme, troisième totalitarisme après le nazisme et le communisme, répond d’une certaine manière aux aspirations de ses deux prédécesseurs : prônant la lutte des civilisations et des religions, puis déclarant la guerre au monde judéo-chrétien au nom des « déshérités » du reste de la planète, il séduit tout autant les nostalgiques du troisième Reich païen, décidés à éradiquer le judaïsme et le christianisme, que les partisans de la faucille et du marteau, déterminés à en découdre avec l’Occident « bourgeois » et « capitaliste ». Centre névralgique de ce système honni : Manhattan, « quartier général planétaire des mercenaires de la guerre économique et financière que livre l’Amérique au monde », selon les mots de Carlos (2). Rien de surprenant, dès lors, à voir les Bruns, les Rouges et les Verts se féliciter ensemble du drame du 11 septembre 2001 et identifier Ben Laden à un nouveau David opposé au Goliath impérial « américano-sioniste ». Nulle surprise, non plus, à voir converger l’enthousiasme activiste de ces trois mouvances totalitaires autour de la lutte « héroïque » menée depuis mars 2003 par les derniers rebelles baasistes et par les islamistes chiites d’Irak contre l’occupation américaine de la Mésopotamie.

D’évidence, cet axe rouge-brun-vert de la haine « anti-hégémonique » et « anti-impérialiste » s’est renforcé depuis le début des années 1990 et la chute de l’Union soviétique. Cet assemblage paradoxal et néo-totalitaire a connu son apogée au lendemain du 11 septembre et, surtout, durant l’hiver et le printemps 2003, à la faveur de la vaste campagne d’anti-américanisme conduite dans le monde occidental par les opposants à la guerre contre le régime de Saddam. Cette jonction des totalitarismes rouge, brun et vert autour de la cause des martyrs palestiniens, irakiens et afghans, ainsi que de la figure révolutionnaire d’Oussama Ben Laden, confirme le leadership désormais incontesté de l’islamisme révolutionnaire. Celui-ci exerce désormais une réelle fascination sur les autres options totalitaires vaincues par l’Histoire (le nazisme et le communisme) et, de ce fait, condamnées à se recycler ou à rejoindre la révolution islamiste pour poursuivre leur combat contre les démocraties libérales.

Du 11 septembre à la seconde guerre du Golfe

Si l’on suit le fil rouge de l’opposition à « l’impérialisme yankee », on s’aperçoit que les milieux antisionistes et anti-américains qui avaient trouvé des circonstances atténuantes au commando du 11 septembre sont ceux qui tentent, aujourd’hui, d’absoudre le terrorisme islamiste — qu’il s’agisse de la geste benladennienne dans le monde entier ou de celles du Hamas et du Djihad islamique en Palestine. Hypnotisés par l’écroulement des Twin Towers — terrible illustration de la puissance de l’islamisme radical —, les idéologues tiers-mondistes et anti-impérialistes d’extrême gauche et autres « alter-mondialistes » ont été les plus véhéments à fustiger l’intervention américaine en Afghanistan. Ce sont encore eux qui ont organisé, un an plus tard, les plus virulentes manifestations « pacifistes » contre l’intervention en Irak, manifestations également conduites au nom des « victimes du sionisme ». C’est ainsi que Toni Negri, l’ex-idéologue des Brigades rouges et figure de proue du mouvement No Global, déclarait, en septembre 2001, que sa compassion n'allait « qu’aux sans-papiers » disparus avec les Twin Towers. Le linguiste trotskiste américain Noam Chomsky, bien connu pour ses prises de position violemment anti-israéliennes, dénonçait pour sa part, dans l’attentat du 11 septembre, une « imposture planétaire », une énième manifestation fascisante de « l'impérialisme américain ». Puis : il imputait la « colère des islamistes » aux dérives « racistes » de l’État hébreu. Quant au très marxiste rédacteur en chef du Monde Diplomatique, Alain Gresh, fils du célèbre intellectuel pro-soviétique Henri Curiel, il justifie, dans un livre écrit avec le petit-fils du créateur des Frères musulmans, Tariq Ramadan, l’option terroriste des Palestiniens au nom de l’anti-sionisme et de l’« anti-colonialisme » (3).

Deux récents événements plus graves méritent une attention particulière : tout d’abord, les exhortations des leaders des nouvelles Brigades rouges italiennes et du célèbre terroriste « rouge » Carlos à soutenir le combat du Hamas et d’Al Qaïda ; ensuite, l’appel de la quasi-totalité des dirigeants néo-nazis occidentaux à saluer « l’héroïsme » du Hezbollah et de Ben Laden dans leur lutte contre les Juifs et les Américains. Conséquence logique de ces fascinations-ralliements parallèles : Carlos embrasse un « islamisme révolutionnaire appelé à balayer le monde ». Islamisme qui « réalise la synthèse dynamique de différents courants (la lutte anti-colonialiste, anti-impérialiste, antisioniste) et puise ses modèles d’action dans le socialisme, le marxisme et la nationalisme » (4) ; et, dans le même temps, le leader charismatique du mouvement néo-nazi anglais, David Myatt, devenu Abdul Aziz Ibn Myatt, appelle les nostalgiques de l’Axe et tous les ennemis des sionistes à embrasser comme lui le Djihad, la « vraie religion martiale » (5), celle qui lutte le plus efficacement contre les Juifs et les Américains. Autre signe de ce rapprochement : le 3 avril 2003, le salafiste londonien Omar Bakri Mohamed, chef du mouvement Al Mouhajiroun, imam de Funsburry Park et recruteur de nombreux jeunes partis rejoindre Al Qaïda, a officiellement reçu Myatt et lui a souhaité « la bienvenue dans l’islam », précisant aux journalistes que le passé néo-nazi du néophyte n’avait « aucune espèce d’importance dès lors que les buts étaient convergents » (6)...

Parallèlement, alors que le discours des terroristes marxistes ou de certains néo-nazis s’islamise, la rhétorique de Ben Laden en particulier et des islamistes en général se « marxise » et se tiers-mondise à son tour — certes, uniquement dans un but tactique — et emprunte de plus en plus à la vulgate antisémite d’extrême droite. Ainsi, dans sa déclaration du 11 février 2003, non seulement le chef d’Al Qaïda s’en est pris à cette bête noire de l’extrême gauche qu’est « l’impérialisme américano-sioniste en Palestine », rappelant le « martyr du Vietnam », mais il a aussi, pour la première fois, autorisé les croyants à s’allier avec un régime arabe « athée » et nationaliste : « Bien que Saddam Hussein soit un infidèle, il devient licite d’unir nos forces aux siennes pour combattre la croisade américaine contre l’islam et les musulmans. » Saddam lui-même, ancien « païen » admirateur de Nabuchodonosor et athée n’a cessé, depuis la première guerre du Golfe, d’islamiser son discours et son régime. Point culminant de cette posture : sa déclaration du 4 mars 2003 dans laquelle il appelait à une « guerre sainte contre les États-Unis, les diaboliques envahisseurs » et à un Djihad qui devait opposer « les Justes aux menteurs, les vertueux aux vicieux, les honnêtes aux traîtres, les combattants du Djihad aux mercenaires et aux agresseurs » (7).

L’islamisme : la plus efficace des idéologies
« anti-impérialistes » et révolutionnaires

De prime abord, on se demande ce qui peut bien unir des mouvances idéologiquement aussi antagonistes que les Rouges (athées et matérialistes), les Verts (théocrates et islamistes) et les Bruns (adeptes de la lutte des races). Croire qu’une telle alliance serait philosophiquement impossible et stratégiquement improbable — et, donc, d’emblée vouée à l’échec — serait oublier que l’islamisme n’est pas seulement le troisième des totalitarismes, mais qu’il est également, en de nombreux points, l’héritier unificateur des deux précédents. Parce qu’il n’est pas seulement un simple « intégrisme » religieux, mais aussi et surtout un totalitarisme révolutionnaire subversif, une idéologie de destruction de masse comparable au nazisme, au maoïsme ou au stalinisme, le « fascisme vert » prolonge les totalitarismes antérieurs. Ce qui l’en distingue essentiellement, c’est que le Vert apporte aux haines totalitaires passées une justification théologique et une bénédiction divine.

Qu’il s’agisse du Hezbollah libanais, du Hamas palestinien, des combattants d’Al Qaïda ou des « résistants » irakiens et palestiniens, force est de reconnaître que, sur le marché révolutionnaire mondial, les islamistes et les « moudjahiddines » arabo-musulmans en général sont les plus efficaces et les plus farouches adversaires de l’« impérialisme israélo-américain ». Ce sont eux qui infligent le plus de dommages aux puissances « colonialistes » et « capitalistes » — que les Rouges et les Bruns détestent tout autant.

Troisième moment du totalitarisme, l’islamisme revanchard lancé à l’assaut des démocraties capitalistes et des « forces judéo-croisées » connaît une telle ascension tous azimuts dans le monde et, en particulier, en Europe — ascension facilitée par la médiatisation planétaire sans précédent dont il jouit depuis le choc du 11 septembre — qu’il est en train d’attirer à lui, tel un aimant, les nostalgiques des totalitarismes communiste et nazi. Puisant à la fois dans la vulgate d’extrême gauche classique et dans une mode « islamiquement correcte » pro-arabe et tiers-mondiste, cette nouvelle haine révolutionnaire planétaire séduit désormais les derniers militants anti-juifs et anti-américains de l’extrême droite radicale.

De la croix gammée au Croissant

La plus grande partie de l’extrême droite s’est clairement tournée vers le monde arabo-musulman, se conformant ainsi au souhait exprimé par Hitler lui-même dans son testament, au nom du principe : « plutôt islamique que judéo-maçon » (8). C’est donc à la fois par fidélité au Führer et en vertu du contexte géopolitique de l’après-guerre froide, marqué par le retour du paradigme civilisationnel, que la nouvelle extrême droite, jadis viscéralement pro-occidentale et anticommuniste, a tactiquement troqué son atlantisme contre un « tiers-mondisme d’extrême droite teinté d’antiaméricanisme et d’antisionisme » (9). Cette orientation débouche naturellement sur le soutien à l’islamisme révolutionnaire. Il est indéniable que le discours d’Alain de Benoist — chef du Groupe de Réflexion et d’Études sur la Civilisation Européenne (GRECE), l’un des plus influents clubs de réflexion de l’extrême droite européenne pro-islamiste — rappelle étrangement la rhétorique des Brigades rouges italiennes (qui ont d’ailleurs toujours entretenu des passerelles avec les Bruns (10)) et relève d’un anti-américanisme obsessionnel qui ne choquerait pas à l’extrême gauche : « Le complexe militaro-industriel américain dont George W. Bush, sociopathe et faible d’esprit notoire, est aujourd’hui le porte-parole, a engagé de manière unilatérale contre la Nation et le peuple irakiens une guerre aussi lâche que monstrueuse que rien — hormis sa volonté de dominer le monde — ne justifie. (...). À compter de ce jeudi 20 mars, tout acte de représailles visant dans le monde les intérêts américains ainsi que le personnel militaire, politique, diplomatique et administratif américain, en quelque endroit qu’il se produise, quelle qu’en soit l’ampleur, quels qu’en soient les moyens et les circonstances, est à la fois légitime et nécessaire » (11)...

En matière de politique étrangère, la dénonciation des guerres « impérialistes » américaines contre l’Irak est devenue, depuis 1990, l’un des leitmotivs de l’extrême droite anti-sioniste, qui rejoint en cela la position des organisations d’extrême gauche. L’Irak de Saddam Hussein avait, il est vrai, de quoi plaire aux partisans des trois totalitarismes : non seulement ce régime avait presque réalisé la synthèse national-bolchévique et national-socialiste, mais il se trouvait, par surcroît, à la pointe de la lutte contre les deux démons combattus à la fois par les Rouges, les Bruns et les Verts : Israël et les États-Unis. La ligne idéologique pro-irakienne qu’a adoptée la quasi-totalité de l’extrême droite en Europe s’est traduite par une série de manifestations dénonçant l’« impérialisme américain », ainsi que par des voyages de solidarité à Bagdad (12). La capture du dictateur a profondément déçu ceux qui s’étaient opposés à l’intervention américaine. Cette arrestation est, en effet, venue contrecarrer leur thèse, répétée à satiété, de l’« enlisement américain » en Irak.

Pour les mouvances d’extrême droite, l’âge d’or de l’axe brun-vert remonte à la Seconde Guerre mondiale qui vit l’alliance entre le Grand Mufti de Jérusalem et Hitler, puis la mise sur pied de légions pro-nazies arabes et balkaniques (Waffen SS musulmans croato-bosno-albanais ; Chemises vertes égyptiennes, etc.). Référence des Frères musulmans palestiniens, le Grand Mufti, Al Hajj Al Husseini, fut à l’origine, en 1942, de la création de la Légion arabe, destinée à poursuivre, aux côtés des forces de l’Axe, la guerre contre les Juifs installés en Palestine. C’est d’ailleurs en référence au Grand Mufti que le leader néo-nazi anglais David Myatt explique sa conversion à l’islam et son ralliement à Al Qaïda, rappelant que « 60 000 musulmans ont répondu à l’appel du Grand Mufti pour s’engager aux côtés d’Hitler » (13).

Trois autres grandes figures historiques de l’alliance entre la croix gammée et le Croissant continuent, jusqu’à nos jours, d’imprégner les consciences des nostalgiques de l’Axe : Léon Degrelle, le leader du rexisme — le mouvement collaborationniste belge —, grand artisan du rapprochement entre les organisations palestiniennes et les milieux néo-nazis des années 1950 aux années 1980 ; le célèbre banquier suisse François Genoud, légataire testamentaire d’Hitler et de Goebbels, qui consacrera l’essentiel de sa vie post-nazie à financer les mouvements terroristes et nationalistes arabes ennemis des Juifs (nassérisme, FPLP et OLP palestiniens, FLN algérien, Frères musulmans, etc.) ; enfin, l’un des artisans majeurs de la « synthèse islamo-nazie », Johann von Leers (14), l’ancien bras droit de Goebbels, responsable de la propagande antisémite sous le IIIè Reich. Devenu Omar Amin en Égypte après avoir été recruté par Nasser, qui le nommera responsable de la propagande anti-juive au Caire, Von Leers se convertira à l’islam au contact des Frères musulmans égyptiens. Son exemple continue d’inspirer tout un courant islamophile et pro-arabe d’extrême droite. C’est en sa mémoire que l’un des chefs de file actuels de la nouvelle droite européenne pro-islamiste, l’Italien Claudio Mutti, a choisi comme nom de conversion à l’islam celui d’Omar Amin. Aujourd’hui encore, ces trois emblèmes du flirt islamisto-nazi sont cités en référence par des jeunes militants néo-nazis qui voient dans l’alliance brun-vert la « seule chance de survie de l’Europe aryenne » face au danger représenté par les « ploutocraties occidentales » et par le « complot judéo-maçon ».

C’est également en souvenir de la synthèse islamo-nazie du Grand Mufti de Jérusalem que des groupes néo-nazis européens ou américains saluent l’action anti-juive du Hezbollah ou du Hamas et la force guerrière de Ben Laden. Ainsi, dans le numéro de mai-juin 2002 de leur revue, Jusqu’à nouvel Ordre, les militants du GUD — qui séjournent régulièrement à Tripoli et à Damas, sur l’invitation du général révisionniste Mustapha Tlass, ministre de la Défense et éditeur local des Protocoles des Sages de Sion — vantaient l’alliance entre le Croissant et la croix gammée depuis l’époque du Grand Mufti jusqu’à nos jours. L’islamisme et le nazisme — lequel, ne l’oublions pas, se réfère au paganisme germain — communient en fait dans une même détestation de l’héritage judéo-chrétien de l’Occident. « Nos ennemis sont la coalition impérialiste américano-sioniste. Il est donc juste que nous soutenions ceux qui ont les mêmes ennemis que nous, c'est-à-dire les Palestiniens et les gouvernements libyen et irakien. Les islamistes représentent une force multiforme qui peut être une alliée contre l'impérialisme américano-sioniste » (15), explique l’un des idéologues de cette mouvance, Christian Bouchet, le rédacteur en chef de Lutte du Peuple, une revue qui exprime sa solidarité aussi bien avec les « martyrs » du IIIè Reich qu’avec ceux du Djihad islamique et du Hamas. « Europe et islam ont en commun leur ennemi principal (...), la Finance usurocratique. Si elle veut retrouver son autonomie, l’Europe doit chercher son inspiration et son guide dans la Loi divine, telle que conservée dans le livre d’Allah » (16), poursuit le fasciste italien converti à l’islam Claudio Mutti, alias Omar Amin. « Nous assistons à la progression constante de la seule force capable de résister à l’hégémonie occidentaliste : l’islamisme radical. Deux visions du monde s’affrontent. Il s’agit donc bien de choisir son camp (...). D’un côté, une vision libérale-consumériste (...). De l’autre, une vision religieuse, identitaire et holiste : l’islam (…). C’est donc à un véritable Djihad qu’Européens et musulmans sont conviés. Europe-islam, même combat », explicite un penseur de la Nouvelle Droite européenne, Arnaud Galtieri, disciple du philosophe d’extrême droite converti à l’islam René Guénon (17).

Preuve de la dimension transnationale et européenne de la nouvelle orientation pro-islamiste de l’extrême droite (18), c’est à Londres qu’est basé l’un des principaux centres de prosélytisme islamiste, l’Islamic Council of Defence of Europe. Cette institution est animée par des anciens militants néo-nazis. À sa tête, on retrouve Tahir de la Nive, un Franco-Britannique converti à l’islam qui prône, à l’instar de David Myatt, l’islamisation générale de l’Europe comme seul « remède à la décadence et à l’impérialisme américano-sioniste » (19). Très respecté dans les milieux « nationaux-révolutionnaires », parmi les skinheads et au sein de la Nouvelle Droite, de la Nive, ancien moudjahid parti combattre les « infidèles » soviétiques dans les années 1980, préconise une sorte de « nationalisme islamique européen » et publie une revue bilingue français-anglais, Centurio, qui « traite des problèmes militaires dans le cadre de la philosophie islamique de la guerre ». Dans un récent ouvrage préfacé par Omar Amin et Christian Bouchet, Les Croisés de l’Oncle Sam, cet idéologue brun-vert appelle tous les militants néo-nazis à rejoindre l’islam révolutionnaire et dénonce toute forme de compromission avec les forces « diaboliques » de l’impérialisme américano-israélien. Autres figures centrales du fascisme anglais, les dirigeants de la World Union of National-Socialists — Colin Jordan, le « Führer » du National Socialist Movement anglais (NSM), et John Tyndall — entretiennent depuis 1988 des liens avec les milieux terroristes palestiniens ainsi qu’avec le régime de Mouammar Kadhafi. De son côté, le chef de l’English Nationalist Movement, Troy Southgate, a déclaré dans les colonnes du journal national-révolutionnaire franco-anglais W.O.T.A.N (Will of the Aryan Nations) : « En Palestine, la cruauté du sionisme est évidente et nous ne pouvons que sympathiser avec le peuple palestinien qui, tout comme nous-mêmes, a vu son pays souillé et dérobé par l’ignoble parasite qu’est la juiverie internationale. L’ENM salue le Hamas et soutient totalement sa lutte armée contre ceux qui se sont vicieusement emparés de l’héritage ancestral d’une nation entière» (20).

Les cas de militants fascistes européens convertis à l’islamisme et liés à des organisations terroristes sont nombreux. Outre David Myatt et Tahir de la Nive au Royaume-Uni, qui ont mis leur expérience martiale au service du Djihad (21), on peut citer le cas d’Alessandro Karim Abdul Ghé (22), un ancien du groupe Ordine Nuovo — l’équivalent fasciste italien d’Ordre Nouveau en France — responsable de plusieurs attentats en Italie entre 1969 et 1973. Disciple du leader fasciste Franco Fredda, Karim Abdul Ghé est actionnaire d’Al Taqwa, une holding islamiste basée à Lugano et accusée après le 11 septembre par le département d’État américain d’avoir financé l’organisation de Ben Laden. Autres actionnaires et conseillers d’administration d’Al Taqwa : le converti italien Sante Cicarello, dirigeant de l’Union des communautés islamiques italiennes (UCOII) et Ahmed Huber. Cet ex-journaliste suisse néo-nazi converti à l’islam est l’un des plus actifs partisans du rapprochement brun-vert. Huber a séjourné à de nombreuses reprises à Téhéran, à l’époque de l’ayatollah Khomeiny, et il a maintenu de très bon rapports avec le gouvernement iranien (nombre de nazis voient dans les Iraniens les descendants des anciens « aryens »). Ses cassettes et discours politiques sont diffusés et vendus via Internet, notamment sur des sites bruns-verts comme Radio islam ou Aaargh.

 

http://kenraggio.com/Hezbollah%20Flag.jpg

 

LES PESTES DU SIECLE II

 

Selon Alexandre del Valle l’alliance entre l’islamisme radical et l’extrême gauche s’est construite sur le terreau du tiers-mondisme et l’espoir révolutionnaire anti-occidental. Une convergence moins étrange qu’il ne semblerait puisque le communisme et l’islamisme partagent un même messianisme du pauvre triomphant du puissant et s’affranchissant, grâce à la foi, qu’elle soit dans la classe ou la mosquée, du monde.

Le Rouge et le Vert

L’alliance entre l’islamisme radical et l’extrême gauche, quant à elle, fut mise en place autour du projet tiers-mondiste et révolutionnaire de la Tricontinentale et du soutien à la « résistance palestinienne » durant les années 1970-80. Dans le contexte de la guerre froide et, surtout, à partir de l’accession d’Andropov à la tête de l’URSS, le but de la Tricontinentale était d’unir, autour de l’Union soviétique, les forces révolutionnaires marxistes de toutes tendances et les forces anti-occidentales du Tiers-monde, en particulier celles du monde arabe. Cette nouvelle coopération Est-Sud, via Cuba, sera le terreau de l’alliance islamo-marxiste qui n’a cessé de s’accentuer jusqu’au déclenchement de l’Intifada Al Aqsa, l’opération américaine en Afghanistan et la deuxième guerre du Golfe, moments clés de la réactivation de l’axe rouge-vert.

Du point de vue doctrinal, il est vrai que l’islamisme et le communisme partagent un même universalisme conquérant et un même « messianisme des pauvres » : « Le bolchevisme combine les caractéristiques de la Révolution française avec celles de l'essor de l'islam. L'islam et le bolchevisme ont une finalité pratique, sociale et matérielle dont le seul but est d'étendre leur domination sur le monde », expliquait Bertrand Russell (23). L’âge d’or de l’alliance islamo-gauchiste sera à la fois incarné par les camps d’entraînement palestiniens du Liban (Bir Hassan, Tall al Zaatar, etc., dans lesquels des volontaires d’extrême Damnés de la terre gauche instruiront des futurs islamistes du mouvement Amal et des révolutionnaires iraniens) et par la révolution islamique iranienne, saluée dans un premier temps, par toute l’extrême gauche occidentale. Le flirt rouge-vert fut, en effet, particulièrement poussé au début de la révolution des mollahs : c’est l’imam Ali Shariati — traducteur des de l’idéologue révolutionnaire Frantz Fanon, proche de Jean Paul Sartre — qui apporta à Khomeiny, en 1978, la synthèse socialiste-islamiste d’où allait surgir la victoire symbolique de l’ayatollah : celui-ci sera, en effet, soutenu dans son entreprise par l’extrême gauche iranienne. C’est aussi à Shariati que l’on doit l’islamisation de la notion fanonienne « d’opprimés », devenue mustadhafines (« déshérités »). Les Feddayins du peuple, d’inspiration guevariste comme les Moudjahiddines du peuple — mouvement radical explicitement « islamo-marxiste » dont les membres, poursuivis en Iran, avaient trouvé refuge dans l’Irak de Saddam Hussein — s’inspireront de ces idées.

Les convergences rouge-vert expliquent pourquoi des intellectuels de renom comme les philosophes Michel Foucault, Simone de Beauvoir ou Jean-Paul Sartre ont voulu voir en la révolution islamique de Khomeiny une « divine surprise qui rappelait quelque chose que l'Occident avait oublié, c'est-à-dire la possibilité d'une spiritualité politique » (Foucault, Corriere della sera, octobre 1978). Jacques Madaule, lui, décrira la révolution khomeinyste comme « une clameur venue du fond des temps, celle d’un peuple qui refuse une fois de plus la servitude, les chaînes que lui apporte l’étranger. » De la conversion de l’ex-marxiste Roger Garaudy au nouveau combat islamiste révolutionnaire de Carlos, les passerelles islamo-communistes seront pléthore, avec, comme dans le cas du lien entre l’islamisme et l’extrême droite, l’antisionisme et l’anti-américanisme en guise de traits d’union.

Couplée avec la surmédiatisation du conflit israélo-palestinien — au détriment de tant d’autres conflits dans le monde —, cette attitude anti-américaine et antisioniste, à laquelle la guerre anglo-américaine contre Saddam et le soutien américain à Sharon ont donné une nouvelle vigueur, se trouve à l’origine d’une nouvelle vague de radicalisme anti-occidental qui va jusqu’à justifier l’option terroriste face à « l’impérialisme américain » ou au « fascisme israélien ». Au nom du syllogisme selon lequel l’Amérique et Israël incarneraient « le Mal absolu » dont les peuples arabo-musulmans du Tiers-monde seraient les « victimes par essence », c’est finalement l’islamisme anti-occidental et antisioniste qui apparaît, pour les champions rouges de la cause palestinienne et tiers-mondiste, comme la nouvelle « voie anti-impérialiste » par excellence. D’où l’appel de certains d’entre eux à soutenir les Talibans, le Hezbollah ou Al Qaïda, un appel relayé par nombre de groupes révolutionnaires et terroristes d’extrême gauche : de l’Armée rouge japonaise (qui connaît de plus en plus de convertis à l’islam) à l’Italie des Brigades rouges en passant par la nébuleuse de Carlos. Dans son récent ouvrage d’entretiens, le célèbre terroriste pro-palestinien explique que « l’islam a acquis une irréversible dimension politique et révolutionnaire, laquelle, depuis l’effondrement du camp socialiste, est devenue la principale force de transformation active des sociétés et de lutte anti-impérialiste » (24). Déjà, peu après les attentats anti-américains perpétrés en 1998 par Al Qaïda en Afrique, Ilich Ramirez Sanchez déclarait au journal Jeune Afrique : « L’agression impérialiste vise à (...) ralentir l’expansion de l’islam (...) en s’attaquant à Oussama Ben Laden et à décapiter le renouveau wahhabite. Celui-ci est sur le point de balayer les usurpateurs du Nejd et du Héjaz et de libérer les Lieux Saints (...) et la Palestine. (...). Les attentats [d’Al Qaïda] sont dans la continuité historique des nôtres, commencés il y a un quart de siècle sur terre, mer et dans les airs contre les sionistes » (25)…

Quant aux Brigades rouges italiennes réapparues, ces dernières années, de l’autre côté des Alpes sous les noms de Parti Communiste Combattant (BR-PCC) et Nuclei Territoriali Anti-imperialisti (NTA), elles ont également créé la surprise en appelant les révolutionnaires du monde entier à rejoindre le terrorisme islamiste, saluant « l’action héroïque d’Al Qaïda contre l’impérialisme américain ». Dans un document de mars 2003 qui revendiquait, dans le plus pur style marxiste, l’assassinat du conseiller du ministre du Travail Massimo D’Antona, Nadia Desdemona Lioce, l’un des cerveaux de l’organisation, invitait les « masses arabes et islamiques expropriées et humiliées, alliées naturelles du prolétaire métropolitain », à « prendre les armes au sein d’un axe unique et international aux côtés du Front Combattant anti-impérialiste face à la nouvelle offensive des gouvernements bourgeois» (26). Desdemone Lioce appelait à tirer les conclusions « politico-militaires » de « l’agression sionisto-américaine contre l’Irak » (27) en laquelle elle voyait « une volonté impérialiste d’abattre le principal obstacle à l’hégémonie sioniste » et « d’anéantir la résistance palestinienne ». Depuis qu’elles ont pris le parti des Talibans et d’Al Qaïda, les Brigades rouges n’ont cessé de se solidariser avec les fondamentalistes de l’islam tandis que, durant la guerre contre le régime de Saddam, elles ont appelé à « contrer par tous les moyens les visées israélo-anglo-américaines ». En France, lors du démantèlement, en 1995, du réseau Chalabi — l’un des plus importants réseaux islamistes algériens de la région parisienne —, on avait déjà découvert que l’un des instructeurs du groupe était un ancien des Brigades rouges italiennes converti à l’islam salafiste des GIA, Rémy Pouthon, alias « Youssef ».

Des Rouges-Verts aux anti-mondialistes

Bien que les principaux partis et les grandes organisations alter-mondialistes aient souvent dénoncé le fondamentalisme islamiste, des opinions pro-islamistes sont de plus en plus couramment exprimées au sein de la nébuleuse trotskiste. Exemple : la position défendue par Luiza Toscane, animatrice du Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie, qui expliquait, dans Rouge, l’hebdomadaire de la LCR, qu’« il ne faut pas conspuer l’islam en vain car l’islamisme conteste la domination du Nord sur les plans militaire, culturel et idéologique » (28). Le mouvement Socialisme par en bas est, pour sa part, clairement partisan de l’option islamiste. Dans son texte Le Prophète et le prolétariat, Chris Harman, dirigeant de la maison-mère anglaise de ce réseau, le Socialist Workers’ Party, tente d’absoudre les « mouvements de masse islamistes en Algérie ou en Égypte » en arguant qu’ils ne « sont pas prioritairement dirigés contre les organisations ouvrières et ne proposent pas leurs services aux fractions dominantes du capital » (29).

Depuis la première guerre du Golfe, la dénonciation de la campagne de George W. Bush contre « l’axe du Mal », couplée au thème du « martyre » des Palestiniens, est devenue l’un des principaux pivots autour desquels tourne l’axe rouge-brun-vert. Déjà, en 2001, à Paris, lors des manifestations anti-américaines provoquées par l’opération antiterroriste en Afghanistan, les militants d’extrême gauche avaient exprimé leur rejet de « l’impérialisme américain » en scandant « Ni Bush ni Sharon ». Depuis le déclenchement de la deuxième Intifada Al Aqsa, en 2000, l’Europe occidentale a passivement assisté à la montée d’une nouvelle forme ré-islamisée d’antisémitisme, sous couvert d’antisionisme et de lutte contre le «racisme sioniste et le fascisme de Sharon » (30). C’est ainsi que le spectacle inquiétant de jeunes musulmans fanatisés contre Israël et les Juifs et criant publiquement « mort aux Juifs » lors de manifestations « antisionistes » aux côtés d’organisations pro-palestiniennes d’extrême gauche, est désormais devenu banal (31). Pareils appels au meurtre réapparaîtront durant tout l’hiver 2002-2003 lors des manifestations « pour la paix en Irak », ponctuées de slogans pro-palestiniens scandés par des participants arborant des portraits de Saddam Hussein, des drapeaux du Hezbollah et même des tee-shirts à l’effigie de Ben Laden.

Les manifestations de haine anti-américaine et anti-israélienne organisées par les « No Global » rejoignent souvent celles des mouvances trotskistes et d’extrême gauche — organisations avec lesquelles la nébuleuse alter-mondialiste demeure structurellement liée. Elles convergent dans un même radicalisme américanophobe et israélophobe exprimé de façon récurrente par des personnalités médiatiques comme José Bové, le destructeur de Mc Donald’s et pourfendeur de la « malbouffe » américaine, ou encore le prix Nobel de littérature portugais José Saramago, les économistes américain Jeremy Rifkin et égyptien Samir Amin et l’écrivain canadien Naomi Klein, dont l’ouvrage No Logo constitue l’un des textes de référence du mouvement.

Le mouvement anti-mondialisation est composé de plusieurs tendances différentes qui se réclament en général de la gauche radicale. On y retrouve aussi bien le « sem-terra » brésilien Joâo Pedro Stedile que le linguiste américain Noam Chomsky ou encore le « primitiviste » américain John Zerzan. Quatre grandes tendances sont à distinguer à l’intérieur des No Global :

— les anarchistes, les « sans-maison », les « sans-terre » et les « indigénistes », qui se réfèrent souvent à la figure emblématique du « sous-commandant zapatiste Marcos ;

— les ONG écologistes ou « environnementalistes » (Greenpeace, Amis de la Terre, World Wide Foundation), et les associations de lutte contre la spéculation financière (comme ATTAC, émanation, entre autres revues et syndicats proches de l’extrême gauche, du Monde Diplomatique) ;

— les milieux religieux progressistes inspirés de la théologie de la libération de Léonardo Boff et Frei Betto ; les mouvances catholiques anti-sionistes de gauche, représentées par Emmaüs (l’organisation de l’abbé Pierre) ou encore le journal Témoignage Chrétien ;

— les organisations trotskistes et libertaires d’extrême gauche. Voilà qui explique le fait que Toni Negri, ex-idéologue des Brigades rouges, soit l’un des leaders des No Global.

Après les contre-sommets de Seattle, Göteborg et Davos, c’est à Gênes, en juillet 2001, que le mouvement anti-mondialisation a bénéficié de la mobilisation la plus intense, le gouvernement de droite formé par Silvio Berlusconi en mars 2001 ayant été choisi comme cible privilégiée en raison de son pro-américanisme et de l’alliance du parti de Berlusconi, Forza Italia, avec l’Alliance nationale de Gianfranco Fini. En décembre 2002, le Forum social européen (FSE) de Florence s’est achevé par une imposante manifestation anti-américaine « pour la paix » à laquelle se joignirent la plupart des organisations d’extrême gauche, de la Confédération générale italienne du travail (CGIL) au parti Refondation communiste en passant par les Verts de la puissante Legambiente. Partout était brandie l’effigie de Che Guevara qui, de symbole de la lutte armée en 1960, s’est étonnamment mué en « héros de la Paix ». Alliance similaire du côté du Forum social grec, formé en 2002 et présent au Forum de Florence. Là, c’est aux côtés de la Coalition de Gauche et du Progrès (Synaspimos), héritière d’une scission du parti communiste (KKE), que les alter-mondialistes hellènes ont réuni, dans un grand concert d’anti-américanisme, les différentes mouvances protestataires issues aussi bien des rangs « antiracistes », féministes et écologistes que du front syndical Pame. Plus récemment, c’est l’islamiste Égypto-suisse Tariq Ramadan, figure charismatique des Frères musulmans en Europe, qui tentait une percée à l’intérieur du mouvement No Global européen (32).

Négationnisme, anti-américanisme et antisionisme :
les trois pivots de l’axe rouge-brun-vert européen

Certes, au départ, ces deux alliances paradoxales — rouge-vert et brun-vert — ont été totalement indépendantes. Mais elles ont fini par évoluer vers un triptyque rouge-brun-vert que fédèrent deux questions transversales : le « palestinisme » et le négationnisme. À lui seul, ce courant de pensée radical — qui consiste à délégitimer l’État d’Israël en accusant les « sionistes » d’avoir inventé les chambres à gaz pour accélérer la création de l’État juif — incarne l’axe rouge-brun-vert et assemble les protagonistes les plus divers.

La rhétorique négationniste est, en effet, transversale par essence. Elle fut initiée dans les années 1950 en Égypte par le dignitaire nazi néo-musulman Johann von Leers, relayée en France par la revue néo-fasciste Défense de l’Occident de Maurice Bardèche (33), puis relookée dans toute l’Europe (particulièrement en France et en Italie) par l’ultra-gauche trotskiste et maoïste (Vieille Taupe en France, mouvement bordighiste en Italie) — le but étant, pour les gauchistes, de faire passer l’antifascisme au second plan afin de pouvoir concentrer leurs attaques sur « l’État bourgeois capitaliste » et l’« impérialisme américain ».

Les thèses négationnistes seront récupérées par l’extrême droite durant les années 1980-90 et, enfin, par la nébuleuse islamiste radicale, toujours au nom de la sacro-sainte cause palestinienne. L’éditeur révisionniste français Pierre Guillaume, l’une des figures du rapprochement brun-vert, qui se vante d’entretenir des relations cordiales avec Carlos, n’a cessé de nouer des liens avec les milieux islamistes radicaux. Incarcéré à la prison de la Santé, où Guillaume lui fait parvenir sa revue, le terroriste sud-américain a d’ailleurs félicité l’éditeur pour son activisme « antisioniste ». On rappellera également la longue amitié qui lia Carlos au banquier nazi François Genoud (34).

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTyNjmrX_cOUqygDwsX7LzyS7DkWkX6vGKxZ3iTBbSv1KRJUoZFGA&t=1

 

LES PESTES DU SIECLE III

 

Alexandre del Valle dans cette dernière partie de son texte «Les rouges, les bruns et les verts, ou la convergence des totalitarismes» nous livre une analyse intéressante des convergences existant entre les islamistes radicaux et les anti-sémites. La boucle est ainsi bouclée et les totalitarismes trouvent, dans l’islamisme nihiliste et radical un nouveau moyen d’expression leur permettant de laisser libre cours à leur haine raciale et de classe.

Le rôle central de Roger Garaudy

En Suède, l’alliance rouge-brun-vert est incarnée par l’organisation de l’opposant islamiste marocain Ahmed Rami, président de l’Union islamique suédoise. Maître d’œuvre de la connexion islamiste-négationniste en Europe, Ahmed Rami publie Les Protocoles des Sages de Sion et développe l’idée selon laquelle « l’islam se trouve actuellement sur la première ligne de front dans la résistance contre la domination juive et peut aujourd’hui apporter les réponses aux problèmes posés par la faillite de l’hégémonie juive occidentale » (35). Sur le site Internet de Rami, Radio islam, les révisionnistes Serge Thion et Robert Faurisson tiennent des tribunes régulières dans lesquelles ils font l’éloge du groupe terroriste Djihad islamique. Ahmed Rami collabore également avec Ernest Zündel (36), le chef de file du mouvement négationniste néo-nazi au Canada, ainsi qu’avec le révisionniste Ditlieb Felderer en Suède, membre du Congrès de Malmö (37). Dans une rhétorique empruntée à l’extrême gauche, Rami explique que « l’Occident n’a aucun intérêt à soutenir Israël, qui constitue le dernier colonialisme archaïque et le dernier apartheid. Le soutien contre nature de l’Occident à Israël est le fait du pouvoir illégitime de la mafia sioniste qui décide de la politique intérieure et extérieure de tous les pays occidentaux » (38). Et Rami de citer Roger (« Raja ») Garaudy comme référence suprême de la « résistance occidentale ».

Ce célèbre philosophe ex-communiste et converti à l’islam depuis les années 1980 a joué un rôle considérable dans le rapprochement rouge-brun-vert. Ses écrits négationnistes, antisionistes et américanophobes ont réuni des personnalités aussi opposées au départ que les révisionnistes Serge Thion et Robert Faurisson (issu des rangs de l’extrême gauche avant d’être récupéré par l’extrême droite et les islamistes), les militants « nationaux-bolchéviques » et néo-nazis et les antisionistes radicaux de l’ultra-gauche trotskiste, maoïste et bordighiste (39). Nouvelle figure de proue du négationnisme, Garaudy, dirigeant d’une organisation nommée Retour à l’islam, a reçu un soutien enthousiaste du monde arabo-musulman (ce qui avait également été le cas pour d’autres négationnistes, comme Robert Faurisson (40)). Interdit dans de nombreux pays occidentaux, son ouvrage Les Mythes fondateurs de la politique israélienne se diffusera comme une traînée de poudre en terre d’islam : avec des centaines de milliers d’exemplaires vendus, Les mythes fondateurs est un best-seller dans le monde arabe. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que Garaudy ait été reçu en héros à la Foire internationale du livre du Caire, le 15 février 1998. Il profitera de cette occasion pour dénoncer devant des centaines d'intellectuels « le pouvoir sioniste qui contrôle 95 % des médias occidentaux » (41). Pendant son procès, en février 1998 (au terme duquel il sera condamné à neuf mois de prison avec sursis et 160 000 francs d'amende pour contestation de crimes contre l'humanité et diffamation raciale) il recevra l’appui non seulement de militants d’extrême gauche et d’activistes révisionnistes néo-nazis, mais aussi de dizaines d’intellectuels et de journalistes islamistes et arabes. Les religieux iraniens s’indigneront que l’on puisse à la fois traîner en justice le « pauvre philosophe musulman Roger Garaudy » et protester contre la fatwa visant l’auteur des Versets sataniques (42). Le syndicat des journalistes égyptiens prendra officiellement la défense de Garaudy en déclarant qu’il allait être « jugé conformément à une loi antidémocratique [la loi Gayssot] qui interdit la liberté de recherche sur certains aspects de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale » (43). Des pays musulmans les plus sécularisés aux républiques ou monarchies islamiques les plus fondamentalistes, l’engouement pour les thèses négationnistes de Garaudy — qui viennent renforcer une propagande pro-palestinienne en pleine radicalisation — est immense. Récipiendaire, en1985, du Prix islamique Fayçal remis par le roi saoudien en remerciement de son action en faveur de l’islam, Garaudy est intronisé nouvel héraut de la cause antisioniste (44). Philosophe communiste devenu musulman et adulé par l’extrême droite, Roger Garaudy incarne à lui seul le pivot révisionniste autour duquel convergent les trois totalitarismes rouge, brun et vert au nom d’identiques détestations et haines obsessionnelles. Une convergence néo-totalitaire d’autant plus inquiétante que les cautions morales, philosophiques et même ecclésiastiques de Garaudy sont des « autorités progressistes » aussi populaires que Noam Chomsky, l’abbé Pierre, José Bové ou Tariq Ramadan : toutes ces personnalités ont défendu l’auteur des Mythes fondateurs, chacune à sa façon, dans des samizdats, des colloques, des sites Internet, des appels au soutien, des comités de défense, etc.

Le cas russe : une alliance rouge-brun-vert décomplexée

En Russie, l’un des principaux mouvements islamistes, le Parti de la Renaissance islamique (PRI) de Gueïdar Djemal, s’est également rapproché des milieux révisionnistes, ultra-nationalistes, anti-américains et antisionistes qui se qualifient eux-mêmes de « bruns-rouges » : il s’agit principalement de la mouvance d’Edouard Limonov (45), chef de file du Parti national-bolchévique, et du Front du Salut Russe (Sobor), un « bloc national-communiste » réunissant des ultra-nationalistes d’extrême droite et des nostalgiques du communisme soviétique dont le représentant est le général Alexandre Sterligov. C’est ce qui explique que Gueïdar Djemal, tout en étant un islamiste radical affiché, dispose d’une tribune régulière dans les colonnes du journal ultra-nationaliste russe Zavtra, lui-même influencé par les thèses eurasiennes et national-bolcheviques (46)… Elément essentiel du puzzle rouge-brun-vert russe : les néo-communistes ultra-nationalistes et anti-occidentaux de Guennadi Ziouganov, le chef du PC qui se pique de géopolitique et n’hésite pas à proposer une alliance avec l’islamisme radical pour contrer la domination de la civilisation occidentale et des États-Unis (47). L’école eurasienne, dont se réclament Djemal, Ziouganov et les autres « rouges-bruns » russes, considère que « l’islam fondamentaliste, avec son anti-matérialisme, son refus du système bancaire, de l’usure internationale, du système de l’économie libérale, est un allié. Les seuls ennemis géopolitiques des Russes et des musulmans sont les États-Unis et leur système libéral, cosmopolite, anti-religieux, anti-traditionnel » (48), écrit l’un des idéologues de cette mouvance, le géopoliticien Alexandre Douguine (49), président du mouvement Evrazija et de l’Association d’études géopolitiques, qui édite la revue Elementy, calquée sur celle de la Nouvelle Droite européenne d’Alain de Benoist, Eléments. À l’instar des idéologues nazis Claudio Mutti ou David Myatt, Geïdar Djemal explique que l’islam est la seule solution qui permettrait à la Russie « d’enrayer son processus de décadence nationale provoqué par l’impérialisme occidental ».

Férocement antisioniste et antisémite, Gueïdar Djemal salue pêle-mêle le Hezbollah, le Hamas, l’Armée Rouge japonaise, l’IRA, Action directe et Carlos, « aucun compromis » n’étant selon lui possible avec l’État « terroriste » d’Israël. Pour lui, « l’holocauste n’est qu’une arme de l’ordre mondial visant à écraser la seule opposition réelle au sionisme qu’est l’islam » (50). C’est dans cette même optique que fut organisée le 2 novembre 2001 à Moscou, sur la place Pouchkine, la manifestation « russo-islamique vert-rouge » contre le bombardement de l’Afghanistan par les États-Unis. Parmi les forces politiques présentes : le Mouvement de la gauche russe (marxiste-léniniste, anti-américain et tiers-mondiste), les « anti-mondialistes » de Boris Kagarlitsky, les nationaux-bolcheviks et le PRI de Djemal. Aux cris de « ne touchez pas à l’islam », les manifestants saluèrent la présence du Mufti Nagigoula Achirov, chef de la Direction spirituelle (DSM) de la Russie asiatique et du Mufti des musulmans d’Orenbourg, Islamïl Shangarïev. Dans son discours, Gueïdar Djemal rappela que l’ayatollah Khomeiny avait renversé le Chah d’Iran grâce à l’alliance entre les islamistes chiites et les communistes, que le Hezbollah fut l’allié du FDLP face « aux métastases israéliennes » et que nombre de dirigeants talibans avaient été, jadis, d’anciens cadres marxistes… Bien entendu, durant l’hiver 2002-2003, les rouges-bruns-verts russes ont organisé d’autres manifestations anti-américaines au cours desquelles les « intégristes sionistes » comme Paul Wolfowitz étaient accusés d’être les responsables de la politique « criminelle » conduite par George W. Bush.

Une rhétorique en voie de banalisation

En ce qui concerne l’extrême droite, sa position anti-américaine et pro-arabe a été adoptée dans un double but : élargir son électorat en apparaissant comme « anti-raciste » — puisque pro-arabe — tout en recyclant l’antisémitisme (toujours porteur électoralement) non pas à travers une rhétorique judéophobe explicite mais, au contraire, via une « solidarité » toute progressiste envers les « victimes » arabo-musulmanes « des manigances des Juifs ».

Quant aux partis d’extrême gauche, aux mouvements anti-mondialisation et à la gauche anti-impérialiste en général, ils semblent avoir troqué leur anticléricalisme et leur athéisme militant traditionnels contre un communautarisme pro-islamique qui traduit leur volonté de capter de nouveaux électorats « prolétaires » et « déshérités » originaires du Tiers-monde — et cela, à l’heure où le marxisme orthodoxe, vaincu par l’Histoire, séduit moins. Cette réorientation est favorisée par le contexte géopolitique mondial qui voit le nationalisme arabe — jadis allié de l’URSS — être récupéré par l’islamisme révolutionnaire transnational (lequel n’est qu’une version islamisée de l’internationalisme révolutionnaire marxiste). Encore une fois, le terroriste et idéologue marxiste-révolutionnaire par excellence que fut Carlos exprime parfaitement cette mutation : « Oussama Ben Laden, en tenant tête aux impérialistes yankees, est devenu le héros de tous les opprimés, qu’ils soient musulmans ou non (...).Aujourd’hui, il faut aux hommes un nouvel internationalisme, puissamment unificateur, qui fusionne l’idéal moral et la dimension sacrée avec l’architecture conceptuelle et théorique du mouvement social révolutionnaire (...) » (51).

Les deux guerres anglo-américaines contre le régime de Saddam ; la politique conduite par Ariel Sharon avec le soutien de Washington ; la vaste opération de représailles consécutive au 11 septembre et ayant abouti à la défaite des Talibans : ces différents épisodes de l’après-guerre froide n’ont cessé de cristalliser les ressentiments anti-américains des « révolutionnaires» de tout poil, des « anti-impérialistes » d’extrême gauche aux anti-sionistes d’extrême droite en passant par les incontournables « No Global », pourfendeurs de l’« unilatéralisme américain ». Étonnamment, la mobilisation anti-américaine et anti-guerre avait été beaucoup moins suivie lors de la guerre du Kosovo, en 1999 opération pourtant comparable à bien des égards à l’opération anti-Saddam de 2003. En France par exemple, seuls l’extrême droite, l’extrême gauche, les souverainistes, des intellectuels indépendants et quelques ultra-pacifistes avaient critiqué l’intervention de l’Otan conduite sans l’aval de l’ONU ; quant aux masses de jeunes et aux partis modérés, ils étaient soit restés muets, soit avaient carrément pris position en faveur de la guerre.

À la lumière de notre grille de lecture qui met en lumière la force d’attraction particulière des contestations fondées sur la légitimité islamique et la victimologie arabo-palestinienne, il n’est pas surprenant que les victimes afghanes, irakiennes et palestiniennes des Satans américain et israélien suscitent davantage de compassion que les victimes yougoslaves de la diplomatie washingtonienne. Les Serbes — à la différence des Bosniaques musulmans — étaient bien trop semblables aux Occidentaux judéo-chrétiens pour susciter la compassion des nouveaux tiers-mondistes.

Occasion d’une victoire inespérée pour les Rouges, les Bruns et les Verts, la crise irakienne a permis de redorer le blason des postures antisionistes et anti-américaines les plus bellicistes, de démocratiser et même de rendre respectables les positions les plus extrêmes. Elle a redonné, directement ou indirectement, une nouvelle légitimité populaire et médiatique aux vieilles rancœurs totalitaires. Aussi peut-on prendre au sérieux le satisfecit délivré depuis sa prison de la Santé par Ilich Ramirez Sanchez : l’idéal révolutionnaire anti-impérialiste n’est pas mort. Au-delà même des embrigadements totalitaires rouges bruns et verts, il pénètre désormais le champ, jadis réfractaire, du politiquement correct et de la bien-pensance. L’anti-occidentalisme le plus outrancier est désormais banalisé, toléré, voire même souvent accepté dès lors qu’il se décline rhétoriquement en anti-américanisme et en antisionis

me défensifs. S’il en fallait une preuve, les récentes déclarations du dirigeant malaisien Mahathir Mohamad— pourtant réputé ennemi des islamistes — dans lesquelles il appelait de ses vœux une sorte de révolution islamique anti-occidentale et dénonçait le « complot judéo-maçonnique mondial », en ont été la manifestation éclatante : certains chefs d’État occidentaux présents lors du sommet de l’OCI de Putrajayal du 19 octobre 2003, n’ont même pas jugé bon de s’en indigner (52) !

Véritable bombe géopolitique et civilisationnelle risquant d’embraser le monde et de conforter le clash des civilisations entre l’islam et l’occident que les Rouges, les Bruns et les Verts appellent de leurs vœux pour mener à bien leurs révolutions respectives, l’Irak est devenu la nouvelle destination du Djihad des islamistes du monde entier (vétérans d’Afghanistan, de Tchétchénie, de Bosnie, moujahiddines arabes, etc.). Plus que jamais, les Occidentaux doivent se montrer déterminés et unis pour faire face à la nouvelle offensive d’Al Qaïda et pour rétablir la paix et la stabilité tant en Irak que dans les territoires occupés (car « la route de Bagdad passe par Jérusalem », dit un dicton arabe). Les terribles attentats anti-juifs et anti-britanniques perpétrés à Istanbul, les 15 et 20 novembre 2003, ont servi d’avertissement sanglant aux Occidentaux : le récent repli des forces vives d’Al Qaïda vers l’Irak — pays frontalier de la Turquie , donc d’un candidat à l’entrée dans l’Union européenne — signifie que les terroristes islamistes cherchent à investir le ventre mou méditerranéen et à profiter de la perméabilité à leur propagande d’une Turquie ré-islamisée. Les Européens ne peuvent plus se permettre de conduire la politique de l'autruche : le danger n'a jamais été aussi pressant.

 

(1) Voir son livre d’entretiens : Carlos, L’Islam révolutionnaire, textes et propos présentés par Jean Michel Vernochet, Éditions du Rocher, Paris, 2003.

(2) Carlos, op. cit, p. 96.

(3) Alain Gresh, Tariq Ramadan, L’Islam en questions, Sindbad-Actes Sud, 2000, p. 29.

(4) Carlos, in Jean Michel Vernochet, op. cit., p. 91.

(5) Voir la page Internet de David Myatt : http://www.geocities.com/davidmyatt/

(6) Amardeep Bassey, « Midland Nazi turns to Islam », 16 février 2003, IC Birmingham. Icnetwork.

(7) Le Monde, 6 mars 2003.

(8) Adolf Hitler déclare dans son « Testament », rapporté par Martin Bormann : « Tout l'islam vibrait à l'annonce de nos victoires. [...]. Que pouvions-nous faire pour les aider […], comme c'eût été notre intérêt et notre devoir ? La présence à nos côtés des Italiens […] créait un malaise chez nos amis de l'islam, [elle nous] a empêché de jouer l'une de nos meilleures cartes : soulever les pays opprimés par les Britanniques. Cette politique aurait suscité l'enthousiasme dans tout l'islam. C'est en effet une particularité du monde musulman que ce qui touche les uns, en bien ou en mal, y est ressenti par tous les autres. […] Les peuples régis par l'islam seront toujours plus proches de nous que la France, en dépit de la parenté du sang »… Testament d’Hitler, Quartier général du Führer, 4 février au 2 avril 1945, préface de François Genoud.

(9) Christophe Bourseiller, La nouvelle extrême droite, Éditions du Rocher, , p. III.

(10) Christophe Bourseiller rappelle que « l’un des leaders historiques du mouvement terroriste des Brigades rouges italiennes, Renato Curcio, a démarré sa carrière politique dans la mouvance Jeune Europe », liée au GRECE. La nouvelle extrême droite, op. cit., p. 115.

(11) Communiqué diffusé aux membres du GRECE par Alain de Benoist, président de ce même groupement, le 20 mars 2003.

(12) Citons le voyage de membres de l’association SOS Enfants d’Irak, dirigée par Jany Le Pen, l’épouse du président du Front National français (2 février 2003). Ce pèlerinage suivait de peu celui organisé à l’initiative de l’Association des amitiés franco-irakiennes, dirigée par l’écrivain souverainiste radical Philippe de Saint-Robert et l’activiste néo-fasciste Gilles Munier (12 janvier 2003). Nommée « Un avion pour l’Irak », l’opération fut organisée en coopération avec l’ONG Enfants du Monde. Gilles Munier a assuré la traduction en France de la première « œuvre littéraire » de Saddam Hussein, Zoubeida et le roi (Éditions du Rocher). Cet ancien membre du GRECE écrit dans Nation européenne, organe du mouvement nationaliste-révolutionnaire Jeune Europe. C’est de cette organisation à coloration néo-fasciste et violemment anti-israélienne qu’est issu le premier militant européen mort dans les rangs du Fatah ; et n’oublions pas les récurrentes visites de l’Autrichien Jorg Haïder à Bagdad. 

Remarquons également que d’autres courants de l’extrême droite européenne furent au rendez-vous de Bagdad en février 2003, notamment des anciens militants du GUD (Groupe Union Défense, mouvement néo-nazi estudiantin français) ; des animateurs du quotidien italien Rinascita, venus manifester devant le siège des inspecteurs de l’ONU à Bagdad ; le Movimiento Social Republicano espagnol ; le Mouvement pour la Nation belge ; ou encore le réseau radical français (anciennement Unité radicale, groupuscule dissous après l’attentat commis par l’un de ses membres, Maxime Brunerie, contre Jacques Chirac, le 14 juillet 2002). Dénonçant en chœur l’« agression impérialiste en Irak », ces organisations ont tenu à souligner « les importants points de convergence entre l’idéologie baasiste et le nationalisme révolutionnaire ». Voir « Des soutiens d’extrême droite pour Saddam Hussein », Actualité Juive, 13 février 2003.

(13) Voir le site de David Myatt : http://www.geocities.com/davidmyatt/

(14) Membre du parti national-socialiste et de la SS, protégé d’Alfred Rosenberg, Johannes Von Leers devint un ami personnel du Mufti de Jérusalem. Cf. Patrice Chairoff, Dossier néo-nazisme, Ramsay, 1977, p. 450.

(15) Christian Bouchet, « Pourquoi avoir créé Unité Radicale », article par sur l’ancien site d’Unité radicale, aujourd’hui fermé.

(16) Il musulmano, janvier-février 1994.

(17) Cf. Vouloir (revue de géopolitique belge proche de la Nouvelle Droite), numéro spécial islam, juillet 1992. René Guénon, philosophe traditionaliste converti à l’islam,  a été l’inspirateur majeur des convertis et des défenseurs de l’islamisme radical au sein de l’extrême droite européenne.

(18) Voir l’ouvrage de Christophe Bourseiller, La nouvelle extrême-droite. Op. cit.

(19) Cf Alexandre del Valle, Le Totalitarisme islamiste à l’assaut des démocraties, Paris, Syrtes, 2003.

(20) Troy Southgate, entretien en anglais au journal W.O.T.A.N, N°10, février 1997. Voir aussi W.O.T.A.N sur Internet : http://www.geocities.com/CapitolHill/2286.

(21) Expert en arts martiaux et en actions commando, Myatt est l’auteur de plusieurs manuels de terrorisme.

(22) « Il ruolo del nazista Ahmed Huber », Corriere della Sera, 25 novembre 2001.

(23) Bertrand Russell, Theory and practice of Bolshevism, Londres, 1979, pp., 5- 29-114.

(24) Carlos, in Jean Michel Vernochet, op. cit., p. 92.

(25) « Carlos : Les Américains, Ben Laden et moi », Jeune Afrique, N°1966, 15-21 septembre 1998.

(26) Communiqué de revendication de l’assassinat de Massimo D’Antona, 22 mars 2003. Nadia Desdemona Lioce fut arrêtée le 2 mars 2003 à la suite d’une fusillade survenue dans le train Rome-Florence et rédigea ce texte en prison.

(27) Ibid.

(28) La Repubblica, 25 mars 2003.

(29) Texte cité dans : « Extrême gauche et islamisme : du rejet à la compréhension », Actualité Juive, 13 février 2003.

(30) Cf. les ouvrages de Pierre-André Taguieff, La nouvelle judéophobie, 2002 ; Emmanuel Brenner, Les territoires perdus de la République, Mille et une nuits, 2002 ; Shmuel Trigano, L’ébranlement d’Israël, Seuil, 2002.

(31) Cf. « Comment les jeunes beurs sont gagnés par la judéophobie », Le Monde, 12 avril 2001.

(32) Malgré une polémique déclenchée au sein du mouvement ATTAC, qui pilote le FSE, Ramadan a finalement été intégré au sein du mouvement et animait, le 15 novembre au matin, à Évry, une table ronde du Forum social européen consacrée à « l’islamophobie ».

(33) Éditée en France par de Fallois.

(34) En hommage aux martyrs musulmans et aux milieux païens néo-nazis, Carlos écrira à ce dernier, peu avant sa mort, le 18 mars 1995, depuis sa prison de la Santé à Paris : « Si jamais nous nous rencontrons encore, nous atteindrons le Walhalla des révolutionnaires et nous partagerons des moments de complicité avec nos chers martyrs disparus » (le Walhalla étant le paradis des Vikings auquel se référaient les idéologues nazis).

(35) Voir le site www.radioislam.com.

(36) Ernst Zündel est lié à Ditlieb Felderer en Suède et à Robert Faurisson en France. Tous deux l’ont soutenu lors de son procès pour révisionnisme et incitation à la haine raciale en janvier 1995.

(37) Né en 1941, Ditlieb Felderer, alias Wiliam Clover, est l’un des animateurs du Journal of Historical Review, basé en Californie. En Suède, il édite un périodique antisémite, Jewish Information.

(38) Ibid.

(39) Dans la revue de la Vieille Taupe, l’éditeur révisionniste Pierre Guillaume explique, sous le titre explicite « Contre la Guerre impérialiste américaine et le bellicisme sioniste », que la guerre américaine en Irak est le « résultat d’un complot sioniste » et que l’on retrouve parmi les organisateurs de la cérémonie d’août 2002 commémorant la déportation à Auschwitz de milliers de Juifs de France, « ces mêmes personnalités sionistes fanatiques qui ont milité en faveur de la première guerre du Golfe (1991), [et qui] soutiennent aujourd’hui les projets monstrueux de George W. Bush d’occupation de l’Irak qui peuvent déclencher une troisième guerre mondiale ». Cf. « Contribution à la définition de l’unité des programmes révolutionnaires », Cercle des derniers Zimmerwaldiens et Kienthaliens, Vieille Taupe,  janvier 2003.

(40) À l’occasion de la première guerre du Golfe, Robert Faurisson a écrit au recteur de la mosquée de Paris d’alors, Tedjini Haddam, pour lui exprimer son « soutien au peuple arabe opprimé par l’impérialisme américano-sioniste », ainsi qu’à l’ambassadeur d’Irak. Il joint à sa lettre le premier numéro de la Revue d’Histoire révisionniste (où figure un article du Tunisien Mondher Sfar, auteur du Manifeste judéo-nazi d’Ariel Sharon, 2001), ainsi qu’une déclaration à faire signer par les intellectuels et les responsables musulmans. Faurisson assure « être sensible à l’épreuve particulièrement tragique endurée par l’Irak », ainsi qu’au sort de « tous les peuples du monde arabo-musulman [...] à l’exception peut-être de la communauté juive, en Israël et hors d’Israël, qui a tant œuvré pour qu’éclate cette guerre », lettre envoyée à l’ambassadeur d’Irak, 18 janvier 1991, site révisionniste Aaargh : http://aaargh-international.org/

(41) Cf. Le Monde, 18 février 1998.

(42) Cf. Libération, 16 février 1998.

(43) Cité in Valérie Igounet, Histoire du négationnisme, p. 481.

(44) En France, une publication islamique chiite francophone, financée par Téhéran, Le Message de l’islam, prend sa défense : « Garaudy n'a jamais remis en question l'existence des chambres à gaz ; les sionistes font là un mauvais procès à Garaudy, car la seule chose que l'auteur conteste, c'est le nombre de juifs exterminés », juin 1996, p. 21.

(45) Limonov a été condamné en février 2003, à Moscou, à 14 ans de réclusion pour « préparation au terrorisme, appel à coup d’État et tentative de formation de groupes armés », Le Monde, 3 février 2003.

(46) Voir le site européen du mouvement « national-bolchévique » : http://www.pcn-ncp.com/Le_National-Bolchevisme.htm.

(47) Alexandre Douguine, Géographie de la victoire : fondements pour une géopolitique propre à la Russie, Evrazia, Moscou, 1997. La plupart des Eurasiens s’opposent à la politique occidentaliste menée par Vladimir Poutine.

(48) Les Cahiers de l’Orient, N° 41, 1er trimestre 1996, p. 33.

(49) Douguine se réclame à la fois du néo-bolchevisme, du paganisme et de l’esprit « révolutionnaire, spartiate et anti-cosmopolite », cf. Marlène Laruelle, Alexandre Douguine : esquisse d’un eurasisme d’extrême droite en Russie post-soviétique », Revue d’Études comparatives Est-Ouest, vol. 32, N° 3, 2001.

(50) Zavtra, 16 février 1999.

(51) Carlos, in Jean Michel Vernochet, op . cit, pp. 89-100 ; 210.

(52) L’ex-Premier ministre Mahatir, artisan de la réislamisation du pays et promoteur de la «troisième voie islamo-asiatique » a tenu ces propos lors du sommet de l’Organisation de la Conférence islamique, à Kuala-Lumpur, le 19 octobre 2003.

 

* Géopolitologue, auteur, entre publications, de : Guerres contre l’Europe, Éditions des Syrtes (version réactualisée, octobre 2001) ; Le Totalitarisme islamiste à l’assaut des démocraties, Éditions des Syrtes, 2002. À paraître en février 2004 : La Turquie dans l’Europe, un cheval de Troie islamiste ?, Éditions des Syrtes. Les articles d’Alexandre del Valle sont disponibles sur le site : www.alexandredelvalle.com.


Lisez le DOSSIER sur l'ISLAMISME

http://1.bp.blogspot.com/_323tsxmpXic/TR4tghlOnYI/AAAAAAAAGTQ/F2F9yVK4jrM/S250/Anti-Islam.jpg

Partager cet article

Published by Cyber-résistant - dans Mahométisme
commenter cet article

commentaires

Yaakov Jacques 21/05/2011 13:23



J'ai un demande:que faites vous a part de pleurnicher,ceder,boycotter critiquer et tapper sur ISRAEL????? . PEUT ETRE VOUS MERITEZ LA PESTE VERTE



Jumelage

Voir les articles

INDEX

 

 READ THIS BLOG IN ENGLISH WITH GOOGLE Click here

Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamiqueL'image “http://img57.imageshack.us/img57/3474/bouton3sitany0.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell


DOSSIER

LE LIBERTARIANISME

Informez-vous sur la philosophie politique libertarienne


« Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve. »     John Adams

DOSSIER

LE WEB RESISTANT 

lewebresistant.gif

Informez-vous sur la cyber-résistance

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s'éloignant de leurs textes tandis que l'islam le fut en se rapprochant des siens. »                                                      Eric Conan



DOSSIER

FONDAMENTALISME, DJIHADISME, TERRORISME

L’ISLAMISME EST UN TOTALITARISME

img80/3421/poing1bjr1.jpg

Ce qu’il faut savoir sur l’une des plus grandes menaces politiques et religieuses du XXIème siècle

 


« Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à suprimer la pauvreté »                                                   Winston Churchill

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE SOCIALISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le socialisme


« Le Communisme est l'Islam du XXème siècle. »                                                   Jules Monnerot


DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE COMMUNISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le communisme

 

« La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à gouter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée.  »                            Carl Gustav Jung

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE NAZISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le nazisme


« Ils ignorent que les épées sont données pour que personne ne soit esclave. »                                                                                        Lucain

Partenaire :