Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Résistance sur Internet
  • Le blog de la Résistance sur Internet
  • : Le WEB Résistant est le seul site francophone présentant toutes les références sur les sites de réinformation. Faites-le connaître autour de vous ! Ne restez pas seul, nous sommes nombreux.
  • Contact

Profil

  • Cyber-résistant
  • Ni totalitarisme nazi,
 ni totalitarisme communiste,
 ni totalitarisme islamique
  • Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamique

En bref

ajouter-favoris.png

Abonnement

Inscription à la newsletter

  

Center for Vigilant Freedom

The 910 Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Counterjihad Calendar 2009
The Counterjihad Calendar 2010

Counterjihad Brussels 2007

Counterjihad Vienna 2008

Counterjihad Copenhagen 2009

Counterjihad Zurich 2010

EU Eurabia Francais

Le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie

 
FAIRE LE TEST POLITIQUE ?

http://img263.imageshack.us/img263/2081/diagrammenolan.jpg

 

Web Statistics

 
Locations of visitors to this page

Entête

http://www.wikio.fr

"Si vous entendez ce message, c'est que vous êtes la résistance."

International Civil Liberties

About

The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc.  We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

We aim to promote the secular rule of law, which we believe to be the basis of harmony and mutual respect between individuals and groups in the increasingly globalised world, and to draw attention to efforts to subvert it.  We believe in equality before the law, equality between men and women, and the rights of the individual and are open to participation by all people who respect these principles.

We believe that freedom of speech is the essential prerequisite for free and just societies, secular law, and the rights of the individual.

We are committed to building and participating in coalitions in all parts of the world to effect significant progress in protecting rights of the individual which are sadly being eroded in many countries including those in the West.


Rejoindre le forum

 

The Center for Vigilant Freedom

6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 22:31
par Édouard Fillias, le 18/12/03
L'alliance de l'Islamisme et du Trotskysme n'est pas circonstancielle. Elle repose sur une ambition politique commune ainsi que sur une expérience partagée de l'action révolutionnaire. Cette convergence conduit à une nouvelle vision islamo-gauchiste fondée sur le nihilisme, la haine de l'occident et l'antisémitisme.

A priori, les idéologies islamistes et trotskystes paraissent diamétralement opposées. La première souhaite étendre à l'ensemble du monde une société comparable à celle qui existait au septième siècle de notre ère dans les déserts d'Arabie. La seconde, au contraire, se projette dans l'avenir et rêve d'un communisme universel. En fait, les oppositions idéologiques n'ont jamais empêché les alliances. Il suffit de rappeler le pacte de non-agression germano soviétique qui entraînât le dépeçage de la Pologne, le massacre de millier d'officiers polonais par l'armée rouge à Katyn et finalement l'invasion de la France. Toutefois, de telles alliances s'avèrent précaires : Elles visent en général un ennemi commun (les démocraties dans le cas précité) et sont appelées à se dissoudre dès que leur objectif est atteint.

En revanche, l'alliance de l'Islamisme et du Trotskysme correspond à un phénomène durable parce qu'elle repose sur une ambition politique commune. On sait que les trotskistes veulent renverser la société libérale. On sait moins que les islamistes nourrissent aussi le même dessein. Pour s'en convaincre, il suffit de se reporter au livre de Tariq Ramadan intitulé « les musulmans d'occident et l'avenir de l'Islam ». Constatant que les enseignements islamiques sont en opposition avec les fondements et la logique du système néo-libéral, l'auteur appelle les musulmans à engager des partenariats avec tous les mouvements contestataires (la confédération paysanne, ATTAC). Au terme de cette analyse Tarik Ramadan en conclut que : « Face à l'économie libérale, le message islamique ne laisse quant à lui aucune autre issue que la résistance ».Le fondamentalisme ne se contente donc pas de promouvoir le voile et d'autres pratiques rétrogrades. Dans le long terme, Islamistes et trotskistes partagent une ambition commune: Détruire l'économie libérale de l'Occident.

Pour renverser le Capitalisme, il faut s'appuyer sur un prolétariat révolutionnaire et dans ce domaine aussi Islamistes et troskistes se retrouvent sur un terrain commun. En premier lieu, les trotskistes considèrent depuis longtemps que les populations immigrées en Europe représentent l'avant garde de ce prolétariat. Par ailleurs, les évènements du 11 septembre, les ont conduit à se focaliser sur la composante musulmane de cette population et sur la question palestinienne. Ce faisant, ils se trouvent à présent en harmonie avec l'Islamisme qui compte sur la radicalisation de l'immigration pour faire progresser le fondamentalisme en Europe.

Par ailleurs, on ne souligne pas assez la parenté qui unit l'islamisme et le trotskisme au niveau de la pratique révolutionnaire : Historiquement les trotskistes se sont développés par opposition à la conception stalinienne du socialisme dans un seul pays. De même, l'entreprise internationaliste de Ben Laden peut s'assimiler à une sorte de trotskisme musulman par rapport à l'Iran qui a été obligé de limiter la révolution islamique à son seul territoire. Cette parenté s'accompagne d'une complémentarité dans l'action. Pour expliquer ce fait, il importe de rappeler que toutes les entreprises terroristes comportent un canal militaire formé dans le cas présent par les djihadistes et les poseurs de bombes et un canal politique public, qui fait mine de condamner les attentats mais qui s'efforce surtout de les justifier pour démoraliser la population. Dans le cas qui nous intéresse, les islamistes et les trotskistes représentent ce canal politique. Dans ce domaine, l'expérience des trotskistes et surtout leur implantation dans les médias français permettent à une propagande simpliste de progresser rapidement .

Cette convergence conduit à une nouvelle vision islamo-gauchiste fondée sur le nihilisme, la haine de l'occident et l'antisémitisme. Il faut comprendre comment elle s'est constituée. Initialement le credo trotskiste reposait sur la lutte contre le racisme, le colonialisme, et le néo-libéralisme. Ce nihilisme généralisé fondé sur une haine pathologique de la civilisation occidentale a suscité peu à peu une sorte de racisme dirigé contre les populations du Nord. C'est donc sur ce racisme diffus que les islamistes ont ensuite implanté l'antisionisme et finalement l'antisémitisme. Autrement dit si l'antisémitisme d'origine islamiste se répand aussi vite en France, c'est parce que le trotskysme culturel et ses médias en ont préparé le terreau depuis longtemps. En dépit de leurs protestations d'innocence, les gauchistes portent donc, conjointement avec les islamistes, la responsabilité de l'antisémitisme virulent qui se propage en France et en Europe.

Dans sa version djihadiste, cette idéologie se résume simplement à l'appel au Djihad international contre les juifs et les croisés. De même que l'on n'avait pas pris au sérieux les écrits d'Hitler, les médias infiltrés par les gauchistes refusent aujourd'hui de tenir compte des intentions des djihadistes qui massacrent pourtant, partout ou ils le peuvent, des civils et des enfants juifs. A l'évidence nul ne peut plus ignorer que cette entreprise totalitaire ouvre les portes à un nouvel holocauste.

L'idéologie Islamo-gauchiste forme donc un ensemble indissociable. Laissons aux intellectuels politiquement corrects le soin de fouiller cet amas de haine et de violence pour y distinguer ce qui revient à Trostsky et ce qui est imputable à Ben Laden. Ne nous laissons pas abuser non plus par les nouvelles têtes d'affiche des tenants de cette idéologie. Les Khmers rouges aussi offraient des visages poupins et juvéniles : On connaît la suite de la musique. Pour l'heure, il est temps que les républicains se rassemblent en vue d'un seul objectif : Combattre et frapper globalement le spectre hideux de l'islamo-gauchisme avant qu'il n'entraîne notre société dans l'abîme.


source : http://www.liberte-cherie.com/a355-_Islamisme_et_Trotskysme_La_route_de_l_abime_.html


Ces altermondialistes en perte de repères...

par Bernard Cassen, président d'honneur d'ATTAC, tribune parue dans Politis, 20 janvier 2005

Pour Bernard Cassen, qui s'exprime ici à titre personnel, sans qu'ils en aient apparemment conscience, les altermondialistes qui veulent à toute force dialoguer avec les musulmans en tant que musulmans se retrouvent sur des positions communautaristes. Le soutien apporté par certaines franges du mouvement altermondialiste au prédicateur genevois Tariq Raman contient le danger de sacrifier des principes républicains fondamentaux, comme ceux de l'égalité hommes-femmes, de la laïcité, donc de la distinction entre le « je » religieux et le « je » politique, au profit de considérations à court terme...


 
Une de l'hebdomadaire Politis, 20/01/2005
Une de l'hebdomadaire Politis, 20/01/2005
Reproduit avec l'autorisation de l'auteur

Tariq Ramadan leur a fait perdre tous leurs repères et les « balade »… Qui ? Quelques journalistes et une frange, très minoritaire, de la mouvance altermondialiste dans laquelle on retrouve notamment quelques féministes et une poignée de porte-parole en vue de composantes du « mouvement social ».

Le prédicateur genevois a réussi le tour de force de transformer une partie d'entre eux en chargés de relations publiques de sa personne et de ses thèses. Non pas qu'il les ait sollicités, car le personnage est trop grand seigneur pour demander quoi que ce soit. Mais il sait pouvoir compter sur une montée au créneau spontanée de leur part : seront immédiatement dénoncés comme « procès en sorcellerie » ou manifestation d'« islamophobie » non seulement toute critique, mais aussi tout questionnement, voire tout rappel un peu embarrassant de positions de l'intéressé.

Le phénomène a de quoi intriguer. Il tient au moins à trois facteurs : l'ascendant et le talent de Ramadan ; la naïveté de certains de ses « compagnons de route » ; et, pour un tout petit nombre d'entre eux, la tentation d'un projet politique sur le modèle britannique.

Que Ramadan soit un « animal médiatique », à la manière des téléprédicateurs américains capables de galvaniser les bataillons de la « droite chrétienne », ne fait pas de doute : des « Unes » de quotidiens et d'hebdomadaires, des livres qui lui sont consacrés (comme celui recensé dans ce dossier), un face à face télévisé avec Nicolas Sarkozy, etc., entretiennent sa notoriété. Vieille loi de la publicité, peu importe qu'il soit présenté sous un jour favorable ou non, l'important étant que l'on parle de lui. Cela élargit sa surface personnelle auprès d'une partie de la jeunesse musulmane – son public premier - qui peut enfin s'identifier positivement à un leader dont tout le monde parle.

Par voie de conséquence, cette surface constitue la meilleure de ses lettres de créance auprès d'une fraction de la mouvance altermondialiste qui croit ainsi avoir trouvé la porte d'entrée vers des catégories populaires qu'elle a par ailleurs peine à attirer, vers une sorte de peuple opprimé de substitution. Rhéteur maîtrisant toutes les ficelles, notre homme sait parfaitement jouer de cette mécanique. Par glissements successifs, il a réussi à crédibiliser, auprès de ceux qui ne demandaient que cela, une quadruple équation, pourtant totalement fausse : « banlieues » = populations d'origine immigrée = musulmans = musulmans pratiquants = Présence musulmane (le mouvement dont il est le principal représentant). Le tour est joué : Tariq Ramadan se retrouve porte-parole autoproclamé des « banlieues » et des « musulmans »

Celles et ceux qui lui déroulent ainsi le tapis rouge en lui accordant une représentativité qu'il n'a que très partiellement tiennent enfin « le » musulman qui leur manquait, que ce soit - avec des dignitaires d'autres confessions - pour la photo de famille d'une laïcité « plurielle » ou « ouverte » (adjectifs qui vident le mot de sa substance) ou pour celle des « exclus » et « sans voix », pour ne pas dire du « mouvement social ». Tout cela dégouline d'excellentes intentions. C'est cependant supposer que Ramadan est un partenaire qui joue sur le même terrain qu'eux et qui n'aspire qu'à enraciner la laïcité en France et à jeter toutes ses forces dans la lutte contre le néolibéralisme.

Il n'est pas besoin d'être grand observateur pour se rendre compte que telles ne sont pas ses préoccupations prioritaires. Son ambition est d'une tout autre envergure : islamiser l'Occident, dans une perspective fondamentaliste. Derrière tous ses discours alambiqués, ses dénégations suivies de réaffirmations, ses références théologiques que seuls peuvent apprécier les spécialistes, cette ambition est manifeste. Quand, devant Nicolas Sarkozy, Ramadan préconise seulement un « moratoire » (expression qui sonne bien aux oreilles de certains altermondialistes) sur les lapidations de femmes adultères, et non la suppression de cette pratique barbare, on voit bien qu'il ne s'adresse pas aux téléspectateurs français, et il sait qu'il aura provisoirement pour cela un prix à payer. Sa visée dépasse l'Hexagone : il s'agit pour lui de se « border » vis-à-vis des théologiens proches des Frères musulmans, cautions de sa légitimité en tant que « missionnaire » dûment estampillé de l'islam en Europe et au-delà. On est aux antipodes d'un islam « gallican » adapté aux réalités françaises et européennes.

Que certains altermondialistes féministes, laïques et même athées bon teint acceptent de servir de marchepied à cette entreprise de prosélytisme religieux, réactionnaire au sein même de l'islam, peut paraître ahurissant. Mais ils ont une réponse toute prête, et sans aucun doute sincère : puisque Ramadan dispose d'un public de jeunes – d'ailleurs plutôt dans le créneau bac + 2 - qui l'écoutent et le révèrent, discutons avec eux. A notre contact, ils modifieront leur vision des choses, et nous les gagnerons peut-être à nos idées. Si nous ne dialoguons pas avec eux, en les prenant tels qu'ils se présentent, en tant que musulmans donc et pas en tant que citoyens, ils tomberont dans les bras des intégristes…

Ce calcul, qui flaire la récupération, est d'une désarmante candeur. Tout comme le PC des grandes années, qui se proposait de « plumer la volaille socialiste », ces naïfs croient pouvoir « plumer la volaille musulmane ». C'est là faire bon marché des capacités de Ramadan de garder le contrôle de ses ouailles, aussi bien vis-à-vis des altermondialistes que vis-à-vis de ses rivaux en islam, notamment intégristes. La partie n'est de toute façon pas égale entre les tenants du « Je » religieux et ceux du « Je » altermondialiste ou tout simplement citoyen, pour reprendre une catégorisation d'Alain Lecourieux, membre du Conseil scientifique d'Attac : « Le "Je religieux" n'est pas un "Je" quelconque. En effet, l'appartenance religieuse a une vocation au surplomb. Elle a une tendance à subordonner les autres appartenances à sa logique et à ses normes, voire au dogme religieux lui-même. Le "Je » religieux inspire puissamment le "Je » politique. Seul un travail sur soi du croyant permet de rendre au "Je » politique son autonomie par rapport au "Je » religieux ». Qui pourrait croire une seconde que Ramadan a la moindre intention d'encourager cette dissociation, alors qu'il a plusieurs fois dit que, pour lui, le respect des lois se limite « à tout ce qui ne s'oppose pas au principe islamique » ?

En attendant, nos compagnons de route du prédicateur se croient obligés de donner des gages à ceux qu'ils croient ensuite pouvoir « convertir », quitte, comme tous les compagnons de route, à en rajouter sur les desiderata de leurs interlocuteurs. C'est le sens de la dérisoire équipée du collectif « Une école pour toutes-tous » qui s'est mobilisé contre la loi sur les signes religieux ostensibles à l'école. Quelles que soient les motivations politiciennes conjoncturelles de ce texte, il est approuvé, quant à son fond, par l'immense majorité des citoyens, notamment des enseignants, et aussi des musulmans qui se méfient des dérives des réseaux communautaristes. Le qualifier de « raciste » montre bien le dérèglement de certains esprits qui ont perdu le contact avec la réalité française.
Avant la rentrée scolaire de septembre 2004, le collectif avait annoncé, non sans grandiloquence, que l'application de la loi se traduirait par des centaines, voire des milliers d'exclusions de jeunes filles voilées. Et il se voyait bien dans le rôle du « chevalier blanc » venant au secours de populations « stigmatisées », pour reprendre un mot qu'il affectionne. En fait, aucune organisation musulmane n'a préconisé le refus d'appliquer le texte, et il y a eu moins d'une centaine de cas individuels à régler. La loi est la loi dans un pays démocratique. Le jusqu'au-boutisme du collectif s'est terminé en fiasco total, et n'a pas rehaussé le crédit de ses membres, y compris chez les organisations musulmanes qui savent mesurer le véritable poids et le sens stratégique de leurs « alliés ».

Sans qu'ils en aient apparemment conscience, les altermondialistes qui veulent à toute force dialoguer avec les musulmans en tant que musulmans, et pas seulement en musulmans, se retrouvent sur les positions communautaristes de Nicolas Sarkozy. Il faut ici écouter les propos de Dounia Bouzar, anthropologue récemment démissionnaire du Conseil français du culte musulman, lorsqu'elle renvoie dos à dos la gauche, « qui exigeait qu'on ne revendique surtout pas sa foi en l'islam pour être français », et la droite qui « ne définit et ne conçoit les musulmans que dans leur dimension religieuse, leur facette musulmane » (1). C'est-à-dire exactement la démarche de Tariq Ramadan, cautionnée par ses amis altermondialistes de circonstance.

Nous devons affronter une honte nationale : celle de décennies de scandaleuse indifférence des gouvernement successifs à l'égard des zones urbaines où se concentrent tous les problèmes sociaux, le chômage de masse des jeunes, les discriminations et parfois le racisme ordinaire dont beaucoup d'entre eux sont victimes. Ce sont des zones de non-droits (au pluriel), de négation de l'aspiration à une citoyenneté pleine et entière, et donc de disparition de projets collectifs. De quoi expliquer tous les replis communautaires qui, après tout, constituent autant de « niches » d'une solidarité introuvable ailleurs.

Cette situation concrète met au défi toutes les structures du mouvement social, et notamment celles qui se reconnaissent dans la mouvance altermondialiste, de rassembler, en tant que citoyens, les jeunes issus de l'immigration ou pas, musulmans ou pas, autour d'objectifs de transformation sociale directement tangibles, donc de rupture avec les politiques néolibérales dont ils ont été les premières victimes. Et cela même si ce vocabulaire n'a pas cours chez eux. Jusqu'ici, reconnaissons-le, les résultats ont été minimaux, mais ce n'est pas par une vaine tentative d' « infiltration » de mouvements ayant d'autres priorités – et désireux de s'y tenir - que l'on fera mieux.

Quelles que soient les organisations avec lesquelles nous devons travailler – et il y en a de nombreuses -, il serait indigne de sacrifier des principes républicains fondamentaux, comme ceux de l'égalité hommes-femmes, de la laïcité, donc de la distinction entre le « je » religieux et le « je » politique, au profit de considérations à court terme. De ce point de vue, Tariq Ramadan a encore beaucoup de chemin à parcourir, à supposer qu'il le veuille, pour être altermondialiste autrement que dans certains de ses discours.

L'extrême-gauche britannique n'a pas de ces états d'âme, comme elle l'a montré lors du Forum social européen de Londres en octobre 2004. Dans le cadre de la coalition baptisée Respect, le parti trotskiste Socialist Workers Party (SWP), qui en est la principale composante - et qui n'est pas affilié à la Quatrième Internationale – se retrouve avec des militants de la gauche travailliste en délicatesse avec le blairisme, et des organisations musulmanes en tant que telles.

Dans une de ses contributions (2), Alex Callinicos, « patron » du SWP, théorise cette alliance en comparant les musulmans aux travailleurs irlandais catholiques d'il y a un siècle et demi, au motif qu'ils avaient, à des périodes différentes, eu les uns et les autres à subir l'oppression impériale britannique. Et cela en oubliant volontairement que les Irlandais se vivaient comme des travailleurs engagés dans des luttes sociales, tout en étant par ailleurs catholiques, alors que la plupart des organisations musulmanes se définissent comme musulmanes tout court, et donc interclassistes.

Ce genre de confusion est peut-être porteur électoralement au Royaume-Uni, et on comprend qu'il donne des idées à certains (3), mais il ne peut s'imaginer que dans un pays ouvertement communautariste. Ce n'est pas encore le cas de la France, et il nous appartient de tout faire pour préserver une « exception » laïque qui, malgré les dévoiements qu'elle a connus et connaît toujours, conserve son potentiel émancipateur.

------------------
1)Entretien avec Libération, 6 janvier 2005
2)« La gauche radicale européenne à l'épreuve des élections », Inprecor, Paris, octobre-novembre 2004
3)Pas à LO ou à la LCR apparemment, partis qu'Alex Callinicos fustige avec un admirable sens de la nuance dans l'article ci-dessus, « pour avoir déshonoré leurs propres organisations, et la tradition marxiste en général, en se portant au secours de la droite au pouvoir et du PS pour exiger l'exclusion des écoles publiques des jeunes femmes portant le foulard »

Lire le dossier réalisé par l'hebdomadaire Politis "Tariq Ramadan : islamiste ou citoyen ?"
sur le site du journal
dans lequel figurent outre le texte de Bernard Cassen, une réponse de Tariq Ramadan : "Pour que cela cesse" (lire en format PDF)


Partager cet article

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Le WEB Résistant
commenter cet article

commentaires

Personna non grata 11/02/2009 16:13

Ue définissez vous par "ISLAMISME"?

Jumelage

Voir les articles

INDEX

 

 READ THIS BLOG IN ENGLISH WITH GOOGLE Click here

Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamiqueL'image “http://img57.imageshack.us/img57/3474/bouton3sitany0.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell


DOSSIER

LE LIBERTARIANISME

Informez-vous sur la philosophie politique libertarienne


« Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve. »     John Adams

DOSSIER

LE WEB RESISTANT 

lewebresistant.gif

Informez-vous sur la cyber-résistance

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s'éloignant de leurs textes tandis que l'islam le fut en se rapprochant des siens. »                                                      Eric Conan



DOSSIER

FONDAMENTALISME, DJIHADISME, TERRORISME

L’ISLAMISME EST UN TOTALITARISME

img80/3421/poing1bjr1.jpg

Ce qu’il faut savoir sur l’une des plus grandes menaces politiques et religieuses du XXIème siècle

 


« Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à suprimer la pauvreté »                                                   Winston Churchill

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE SOCIALISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le socialisme


« Le Communisme est l'Islam du XXème siècle. »                                                   Jules Monnerot


DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE COMMUNISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le communisme

 

« La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à gouter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée.  »                            Carl Gustav Jung

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE NAZISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le nazisme


« Ils ignorent que les épées sont données pour que personne ne soit esclave. »                                                                                        Lucain

Partenaire :