Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Résistance sur Internet
  • Le blog de la Résistance sur Internet
  • : Le WEB Résistant est le seul site francophone présentant toutes les références sur les sites de réinformation. Faites-le connaître autour de vous ! Ne restez pas seul, nous sommes nombreux.
  • Contact

Profil

  • Cyber-résistant
  • Ni totalitarisme nazi,
 ni totalitarisme communiste,
 ni totalitarisme islamique
  • Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamique

En bref

ajouter-favoris.png

Abonnement

Inscription à la newsletter

  

Center for Vigilant Freedom

The 910 Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Counterjihad Calendar 2009
The Counterjihad Calendar 2010

Counterjihad Brussels 2007

Counterjihad Vienna 2008

Counterjihad Copenhagen 2009

Counterjihad Zurich 2010

EU Eurabia Francais

Le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie

 
FAIRE LE TEST POLITIQUE ?

http://img263.imageshack.us/img263/2081/diagrammenolan.jpg

 

Web Statistics

 
Locations of visitors to this page

Entête

http://www.wikio.fr

"Si vous entendez ce message, c'est que vous êtes la résistance."

International Civil Liberties

About

The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc.  We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

We aim to promote the secular rule of law, which we believe to be the basis of harmony and mutual respect between individuals and groups in the increasingly globalised world, and to draw attention to efforts to subvert it.  We believe in equality before the law, equality between men and women, and the rights of the individual and are open to participation by all people who respect these principles.

We believe that freedom of speech is the essential prerequisite for free and just societies, secular law, and the rights of the individual.

We are committed to building and participating in coalitions in all parts of the world to effect significant progress in protecting rights of the individual which are sadly being eroded in many countries including those in the West.


Rejoindre le forum

 

The Center for Vigilant Freedom

4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 10:55

Le bien par la force


http://ellensplace.net/ar_57.jpg

 

Je ne considère pas les collectivistes comme des « idéalistes sincères mais abusés ». La suggestion de réduire en esclavage certains hommes pour le bien d’autres n’est pas un idéal ; la brutalité n’est pas « idéaliste », peu importe son but. Ne dites jamais que le désir de « faire le bien » par la force est un bon motif. Ni la soif de pouvoir ni la stupidité ne sont de bons motifs.

Ayn Rand (1905-1982) – philosophe et romancière américaine d’origine russe, propagandiste de l’objectivisme.



LA COLLECTIVISATION DES DROITS
 

Extrait de La vertu d’égoïsme d’Ayn Rand (traduction de Bertrand Lemennicier).

Le Droit est un principe moral qui définit le Bien et le Mal dans les rapports de la société politique. De la même manière que l'homme a besoin d'un code moral pour vivre (pour agir, pour choisir les bons objectifs et pour les réaliser), de même une société, soit un groupe de personnes, a besoin de principes pour organiser un système social en conformité avec la nature de l'homme et avec les nécessités du maintien de son existence.
De même qu'homme peut refuser de voir la réalité et agir sur le caprice aveugle d'un moment, mais n'aboutit à rien d'autre que sa propre destruction progressive, une société peut refuser de voir la réalité et instituer un système gouverné par les caprices aveugles de son chef, par la bande majoritaire qui se trouve être au pouvoir, par le démagogue du moment ou par un dictateur permanent ; mais une telle société ne peut rien obtenir d'autre que l'empire de la force brute et un état d'autodestruction progressive.

Le collectivisme est à la politique ce que le subjectivisme est à l'éthique. Comme l'idée que "tout ce que je fais est juste parce que c'est moi qui ai décidé de le faire" n'est pas un principe moral mais la négation de toute morale, la notion que "tout ce que décide la société est bien parce que c'est elle qui l'a voulu" n'est pas un principe moral, mais la négation des principes moraux et leur bannissement des problèmes de société.

Quand on oppose la force au Droit, le concept de "force" ne peut signifier qu'une chose : le pouvoir de la force brutale, la violence physique, lequel qui n'est pas en fait un "pouvoir", mais le plus désespéré des états d'impuissance. Il ne s'agit que du pouvoir de détruire, c'est le "pouvoir" d'animaux qui foncent devant eux parce que quelque chose les a rendus fous.

Et pourtant c'est cela qui est le but de la plupart des intellectuels aujourd'hui. A la base de toutes leurs inversions conceptuelles on en trouve une qui est plus fondamentale : le passage du concept des Droits individuels à celui de "droits collectifs", ce qui veut dire remplacer les "Droits de l'Homme" par "les droits de la bande".

Comme il n'y a qu'une personne singulière qui puisse avoir des Droits, l'expression "Droits individuels" est une redondance (dont il faut bien se servir pour être clair dans le chaos conceptuel d'aujourd'hui). Mais l'expression "droits collectifs" est une contradiction dans les termes.

Tout groupe, ou "collectif", n'est qu'un rassemblement de personnes. Un groupe ne peut avoir d'autres Droits que résultant des Droits des individus qui le composent. Dans une société libre, les "droits" d'un groupe, quel qu'il soit, dérivent des Droits de ses membres, par un accord volontaire, individuel et contractuel , et ne sont que l'application de ces Droits particuliers à une entreprise spécifique. Toute entreprise légitime assumée par un groupe est fondée sur le Droit de libre association et de libre échange de ses membres. Par "légitime", j'entends non-criminel et librement formé, c'est-à-dire un groupe dont personne n'est forcé de faire partie.

Par exemple, le Droit qu'a une société industrielle de faire des affaires est déduit du Droit qu'ont ses membres de se lancer dans une entreprise productive, de leur Droit d'engager des employés, du Droit qu'ont ces employés de vendre leurs services, du Droit qu'ont tous ceux qui sont impliqués de produire et de vendre leurs produits, et du Droit qu'ont les clients d'acheter ou de ne pas les acheter. Tous les maillons de cette chaîne complexe de relations contractuelles reposent sur des Droits individuels, sur des choix personnels, sur des engagements singuliers. Chacun de ces accords est délimité, spécifié et soumis à certaines conditions, en fait il dépend de la mutualité des échanges pour la mutualité des avantages.

Cela est vrai de tous les groupes et associations légitimes dans une société libre : les sociétés de personnes, les sociétés de capitaux, les associations professionnelles, les syndicats (volontaires), les partis politiques, etc. Cela s'applique aussi à tous les accords de délégation : le Droit d'un homme d'agir pour un autre ou de le représenter est déduit des Droits de ceux qu'il représente et lui est délégué par choix volontaire, pour une mission spécifique et délimitée. C'est le cas d'un avocat, d'un négociateur, d'un délégué syndical, etc.
Un groupe, en lui-même, n'a pas de Droits. Un homme ne peut ni acquérir des Droits nouveaux en rejoignant un groupe ni perdre ceux qu'il a en s'en détachant. Le principe des Droits individuels est la seule base morale de tous les groupes et associations.

Un groupe qui ne reconnaît pas ce principe n'est pas une association mais une bande ou une populace.
Toute théorisation des activités d'un groupe qui ne reconnaît pas les Droits individuels est une doctrine du pouvoir à la populace ou la loi de Lynch.

La notion de "droits collectifs" (l'idée que les Droits sont attachés aux groupes et non aux personnes) signifie que les "droits" appartiennent à certains mais non à d'autres, que certaines personnes auraient le "droit" de disposer des autres à leur convenance, et que le critère d'accès à cette position privilégiée est le pouvoir du nombre.
Rien ne peut jamais valider ni justifier une telle doctrine, et jamais personne n'y est parvenu.

Comme la morale altruiste dont elle est déduite, cette doctrine repose sur le mysticisme: soit sur le mysticisme à l'ancienne de la croyance dans des édits surnaturels, comme le "droit divin" de la monarchie, soit sur la mystique sociale des collectivistes modernes qui considèrent la société comme une sorte de super-organisme, une super-entité distincte de la somme de ses membres individuels et supérieure à elle.
L'amoralité de la mystique collectiviste est particulièrement patente aujourd'hui dans le débat sur les droits des nationalités.

Une nation, comme n'importe quel autre groupe, ne représente qu'un certain nombre de personnes et ne peut avoir aucun Droit de plus que ses citoyens individuels. Un pays libre, un pays qui reconnaît, respecte et protège les Droits individuels de ses citoyens a le Droit de conserver son intégrité territoriale, son système social et sa forme de gouvernement. L'Etat d'une telle nation n'est pas le maître mais le serviteur ou le délégué de ses citoyens et n'a aucun autre Droit que ceux qui lui ont été confiés par eux pour une tâche spécifique et délimitée: celle de les protéger contre la force physique, issue de leur Droit de se défendre contre l'agression.

Les citoyens d'une nation libre peuvent différer sur les procédures juridiques particulières, ou sur les méthodes de mise en oeuvre de leurs Droits (ce qui est un problème complexe, le domaine de la science politique et de la théorie juridique) mais ils sont d'accord sur le principe de base à mettre en oeuvre : celui des Droits individuels. Quand la constitution d'un pays place les Droits de la personne hors de l'atteinte des autorités publiques, la sphère du pouvoir politique est sévèrement circonscrite ; ainsi les citoyens peuvent-ils accepter, sans risque ni immoralité, de se soumettre aux décisions d'un vote majoritaire dans cette sphère limitée. La vie ou la propriété des minorités ou des dissidents n'est pas en cause, n'est pas soumise au vote et n'est pas mise en danger par la décision majoritaire; aucun homme ni groupe ne détient un chèque en blanc sur l'existence d'autrui.

Une telle nation a le Droit d'être souveraine (dérivé du Droit de ses citoyens) et le Droit d'exiger que cette souveraineté soit respectée par tous les autres Etats.
En revanche ce Droit ne peut pas être invoqué par les dictatures, par les tribus de sauvages ni aucune forme de tyrannie absolutiste. Une société politique qui viole les Droits de ses propres citoyens ne peut se réclamer d'aucun Droit quel qu'il soit. En matière de Droit, comme dans toutes les questions morales, il ne peut pas y avoir deux poids et deux mesures. Un groupement politique soumis à la force physique brutale n'est pas une nation mais une horde, qu'elle soit conduite par Attila, Gengis Khan, Hitler, Khrouchtchev, ou Castro. De quels Droits Attila pouvait-il se réclamer et sous quels prétextes?
Ceci est applicable à toutes les formes de la sauvagerie tribale, ancienne ou moderne, primitive ou "industrialisée". Ni la géographie, ni la race, ni la tradition, ni le stade antérieur du développement ne peuvent conférer à certains êtres humains le "droit" de violer le Droit des autres.

Le "droit à l'autodétermination des peuples" ne s'applique qu'aux sociétés libres ou à celles qui cherchent à instituer la liberté ; il ne s'applique pas aux dictatures. De la même manière que le Droit qu'a une personne d'agir librement n'implique pas la liberté de commettre des délits (ce qui serait violer les Droits des autres), de même le Droit que possède une nation de choisir son propre système politique n'inclut pas le droit d'imposer une société d'esclaves (c'est-à-dire de légaliser la mise en esclavage de certaines personnes par d'autres). Il ne peut pas y avoir de "droit d'avoir des esclaves" Un Etat peut le faire, comme un homme peut devenir criminel, mais ni l'un ni l'autre ne peuvent le faire à bon droit .
Il n'est pas important, dans ce contexte, qu'un pays ait été esclavagisé par la violence, comme la Russie soviétique, ou par une élection, comme l'Allemagne nazie.

Les Droits individuels ne peuvent pas être soumis à un vote public : une majorité n'a pas le Droit de voter pour supprimer les Droits d'une minorité. La fonction politique des Droits est précisément de protéger les minorités contre l'oppression des majorités (et la plus petite minorité sur terre est l'individu).

 

par Ayn Rand
Extrait de The Virtue of Selfishness
New American Library, New York, 1964


  Consultez le sous-dossier sur l'Objectivisme

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Qui est John Galt
commenter cet article
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 17:03

AYN RAND (1905-1982)

 

Face à l’altruisme sacrificiel et au tribalisme,

Ayn Rand défend la vertu d’égoïsme, fondée sur

La raison et la conscience. Pour elle, la vie de l’homme

Est le fondement de toute valeur, et sa propre vie

Est le but éthique de tout individu.

 

Ayn Rand née en Russie et exilée aux Etats-Unis en 1926, a d’abord été scénariste à Holliwood, puis romancière, (La Source vive, Atlas Shrugged, vendu à 10 millions d’exemplaires) et essayiste. Sa philosophie, l’objectivisme, d’inspiration aristotélicienne, a totalement renouvelé la pensée libérale contemporaine.

 

EXTRAIT

 

   L’homme doit choisir ses actions, ses valeurs et ses buts en fonction de la norme de ce qui convient à l’homme, de façon à accomplir, conserver, réaliser cette valeur ultime, et cette fin en soi qu’est sa propre vie, et en jouir.

   Une valeur est ce pourquoi l’on entreprend une action pour acquérir et (ou) conserver quelque chose. Une vertu est l’action par laquelle on l’acquiert et (ou) la conserve. Les trois valeurs cardinales de l’éthique objectiviste sont la raison, l’intentionnalité et l’estime de soi. Ces trois valeurs sont, ensemble, à la fois le moyen de réaliser et la réalisation de cette valeur ultime qu’est notre propre vie. Leurs vertus correspondantes sont la rationalité, la productivité et la fierté.

   Le travail productif est le but central de la vie d’un homme rationnel, la valeur centrale qui intègre et détermine la hiérarchie de toutes ses autres valeurs. La raison est la source, la condition préalable de son travail productif, et la fierté, le résultat.

   La rationalité est la vertu fondatrice de l’homme, la source de toutes ses autres vertus. Le vice fondamental de l’homme, la source de tous ses maux, est l’acte de ne pas concentrer son esprit, de « suspendre » sa conscience, c’est-à-dire non d’être aveugle, mais de refuser de voir ; non d’être ignorant, mais de refuser de savoir. L’irrationnalité est le rejet du moyen de survie de l’homme, et, par conséquent, un engagement dans la voie de l’autodestruction. Ce qui est contre l’esprit est contre la vie.

 

   La vertu de rationalité signifie la reconnaissance et l’acceptation de la raison comme notre seule source de connaissance, notre seul juge des valeurs et notre seul guide d’action. Elle signifie notre total engagement en un état d’éveil complètement conscient, le maintien d’une parfaite concentration mentale dans toutes les situations et les choix auxquels nous faisons face, et pour chacune de nos heures d’éveil. Elle signifie un engagement à la plus complète et lucide perception de la réalité qu’il nous soit possible, et au développement actif et constant de cette perception, c’est-à-dire le principe que tous nos buts, nos valeurs et nos actions s’inscrivent dans la réalité et, qu’en conséquence, aucune valeur ni aucune considération quelle qu’elle soit ne puisse l’emporter sur notre perception de la réalité. Elle signifie une adhésion au principe que toutes nos convictions, nos buts, nos valeurs, nos désirs et nos actions doivent être fondés sur, dérivés de, choisis et validés par un processus rationnel aussi précis et scrupuleux qu’il nous soit possible, en stricte application des lois de la logique. Elle signifie notre acceptation de la responsabilité de former nos propres jugements et de vivre du travail de notre propre esprit (ce qui constitue la vertu d’indépendance). Elle signifie que nous ne devons jamais sacrifier nos opinions aux convictions ou aux désirs irrationnels des autres (ce qui constitue la vertu d’intégrité) ; que nous ne devons jamais tenter de falsifier la réalité de quelque façon que ce soit (ce qui constitue la vertu de l’honnêteté) ; et que nous ne devons jamais chercher à nous approprier ou à nous octroyer ce que nous ne méritons pas ou ce qui ne nous revient pas de droit, que ce soit dans le domaine matériel ou spirituel (ce qui constitue la vertu de la justice). Elle signifie que nous ne devons jamais désirer d’effets sans causes, et que l’on ne doit jamais donner naissance à une cause sans assumer pleinement la responsabilité de ses effets ; que nous ne devons jamais agir comme un zombie, c’est-à-dire sans connaître nos propres buts et motifs ; que nous ne devons jamais prendre de décisions, nous forger  des convictions ou nous approprier des valeurs hors contexte, c’est-à-dire sans tenir compte de la somme totale et intégrée de nos propres connaissances ; et, par dessus tout, que nous ne devons jamais tenter de laisser passer une contradiction. Elle signifie le rejet de toute forme de mysticisme, c’est-à-dire de toute prétention à une source de connaissance surnaturelle, non sensorielle, non rationnelle et non définissable. Elle signifie un engagement à user de la raison, non de manière sporadique ou en l’appliquant seulement dans certaines circonstances ou dans des cas d’urgence, mais comme une façon de vivre permanente.

 

   La vertu de la productivité est la reconnaissance du fait que le travail productif est le processus par lequel l’esprit de l’homme entretient sa vie, le processus qui libère l’homme de la nécessité de s’adapter à son environnement, comme le font les animaux, et lui donne le pouvoir d’adapter son environnement à lui-même. Le travail productif est le chemin qui permet à l’homme de réaliser tout ce qu’il désire, et fait appel aux plus hauts attributs de son caractère : son habileté créatrice, son ambition, sa confiance en soi, son refus de se laisser abattre par les catastrophes et son dévouement à l’objectif de refaçonner la terre à l’image de ses valeurs. « Travail productif » ne signifie pas la répétition machinale des mouvements d’un travail quelconque. Il signifie le fait de choisir consciencieusement une carrière productive et de s’y adonner au meilleur de ses capacités, quel que soit le domaine d’activité rationnel, qu’il soit grand ou modeste. Ce n’est pas le degré d’habileté d’un homme ni la portée de son travail qui est éthiquement pertinent ici, mais le fait qu’il utilise ou non son esprit de la manière la plus complète et la plus réfléchie possible.

 

   La vertu de la fierté est la reconnaissance du fait que « de la même manière que l’homme doit produire les biens matériels dont il a besoin pour se maintenir en vie, il doit acquérir les qualités de caractère qui rendent  sa vie digne d’être maintenue ; c’est-à-dire que de la même façon que l’homme est un self-made-man dans le domaine matériel, il est un self-made-man dans le domaine spirituel » (Atlas Shrugged). L’expression « ambition morale » est la meilleure façon de désigner la vertu de fierté. Cela signifie que l’on doit mériter le droit de se considérer soi-même comme notre plus grande valeur en réalisant notre propre perfection morale, c’est-à-dire en refusant d’accepter tout code fondé sur des vertus irrationnelles qui seraient impossible à pratiquer, et en s’assurant de pratiquer celles qui le sont, en refusant toute culpabilité immérité, en ne s’y exposant pas et en corrigeant promptement celle que l’on aurait pu mériter, en ne se résignant jamais passivement aux défauts de notre caractère, et en ne laissant jamais quelque inquiétude, caprice, crainte ou humeur momentanée que ce soit l’emporter sur notre estime de soi. Et enfin, par dessus tout, la perfection morale s’accomplit en refusant de jouer le rôle d’un animal sacrificiel et en refusant toute doctrine qui prêche l’auto-immolation comme une vertu ou un devoir moral.

   Le principe social fondamental de l’éthique objectiviste est que tout comme la vie est une fin en soi, chaque être humain vivant est une fin en lui-même, non le moyen pour les fins ou le bien-être des autres. Ainsi, l’homme doit vivre pour son propre intérêt, ne sacrifiant ni lui-même aux autres, ni les autres à lui-même.

 

Ayn RAND, extrait de l’éthique objectiviste

Dans la vertu d’égoïsme, éd. Les Belles Lettres, coll. Iconoclastes N°19, 1993


La vertu d'égoïsme
d'Ayn Rand

 

Analyse de Patrice Vezine

 

Paris, Editions Les Belles Lettres, 1993, 227 p.

L’éthique objectiviste

L'homme agit suivant un code de valeurs qui guide ses choix, ses actions et fixent le but et le cours de sa vie. Contrairement à un robot, seule une entité vivante peut avoir des objectifs ou en créer. Et la principale norme d'un organisme vivant est déterminée par ce qui est requis pour sa survie, son adaptation à l'environnement. On comprendra alors pourquoi, épistémologiquement le concept de "valeur" tire son origine du concept de "vie".

Si une simple plante s'adapte de manière innée suivant la détermination fixée par la nature, la survie des organismes supérieurs tels que les hommes dépend d'une sphère d'action proportionnelle à l'étendue de leur conscience: c'est la propre conscience de l'homme qui découvre les objectifs, les moyens et les valeurs dont dépend sa vie. Pour cela, sa conscience opère une conceptualisation qui, par la pensée, donne naissance à la Raison.

Penser n'est pas automatique, chacun reste libre d'éviter cet effort. Mais pour sa survie, l'Homme doit prendre l'initiative d'entreprendre des actions raisonnées pour savoir, par exemple, comment cultiver sa nourriture ou fabriquer ses outils de chasse. Tout ce dont il a besoin doit être le fruit de son propre travail, de son propre effort, de son propre esprit: ces actions dites "raisonnées", il doit en assumer la responsabilité pour en supporter les conséquences. Etant libre de choisir, il peut agir comme son propre fossoyeur.

C'est pourquoi la première norme par laquelle on juge ce qui est bon ou mauvais pour l'Homme est la vie de l'homme, c'est à dire ce qui est requis pour sa survie.

L'être rationnel utilisera la réflexion et le travail productif comme méthode de survie.

L’égoïsme rationnel

L'éthique objectiviste considère ainsi la vie de l'homme comme le fondement de toute valeur et sa propre vie comme le but éthique de chaque individu. Ses trois valeurs et vertus cardinales sont: la raison/la rationnalité, l'intentionnalité/la productivité, l'estime de soi/la fierté.

Aucune autre valeur ne doit l'emporter sur notre perception de la réalité. Cela signifie assumer la responsabilité de la formation de notre propre jugement et de vivre du travail de notre propre esprit: c'est la vertu d'indépendance. Mais aussi de ne jamais tenter de falsifier la réalité: c'est la vertu d'honnêteté. Cela signifie aussi que nous ne devons jamais chercher à nous approprier ce que nous ne méritons pas ou ce qui ne nous revient pas de droit: c'est la vertu de justice. Nous ne devons jamais désirer d'effets sans causes et nous ne devons jamais donner naissance à une cause sans en assumer pleinement la responsabilité.

Par conséquent, le mysticisme et toute source de connaissance supranaturelle sont rejetés.

Le travail productif met ainsi en valeur chez l'homme son habileté créatrice, son ambition, sa confiance en soi et son refus du découragement. La fierté signifie que l'on doit mériter le droit de se considérer soi-même comme notre plus grande valeur en réalisant sa propre perfection morale. La perfection morale s'accomplit en refusant de jouer le rôle d'un animal sacrificiel et en refusant toute doctrine qui prêche l'auto-immolation comme une vertu ou un devoir moral (l'altruisme).

Le principe SOCIAL fondamental de l'éthique objectiviste est que tout comme la vie est une fin en soi, chaque être humain vivant est une fin en lui-même, non le moyen pour les fins et le bien-être des autres.

L'accomplissement de son propre bonheur est le plus haut but moral de l'homme.

L'éthique hédoniste détourne ce principe en déclarant "tout ce qui vous fait plaisir est une valeur adéquate". Or, confondre Bonheur et Plaisir revient à confondre également Raison et désir. Et si le désir est la norme éthique, le désir d'un homme de produire et le désir d'un autre homme de le voler ont une validité éthique égale. Ainsi, le cannibalisme moral de toutes les doctrines hédonistes et altruistes tient dans le prémisse que le bonheur d'un homme nécessite le sacrifice d'un autre.

C'est pourquoi l'éthique objectiviste prône fièrement l'EGOISME RATIONNEL : ce qui est bon pour l'homme ne peut être servi que par des relations non-sacrificielles et ne peut être accompli par le sacrifice des uns en faveur des autres.

Le principe de l'échange librement consenti, donnant valeur pour valeur, non forcé, non coercitif et qui bénéficie à chaque partie, est le seul principe éthique rationnel.

Dans le domaine spirituel ou affectif, le principe est le même: l'amour, l'amitié, le respect ou l'admiration sont la réponse émotive d'un homme aux vertus d'un autre, ils ne sont pas des actes désintéressés.

Aimer, c'est valoriser. Seul un homme rationnellement égoïste, un homme qui a l'estime de soi, est capable d'amour. L'homme qui ne se valorise pas lui-même ne peut valoriser personne ni qui que se soit.

De même l'égoïste rationnel ne vit pas seul, en autarcie. La division du travail permettant à l'homme de se spécialiser tout en partageant et en bénéficiant des connaissances acquises par autrui donne naissance à des coopérations volontaires et enrichissantes. L'égoïsme rationnel fonde une société humaine qui voit les hommes se réunir avantageusement pour vivre ensemble. Au contraire, l'altruisme favorise une société qui pénalise les vertus des uns pour récompenser les vices des autres, entraînant nivellement par le bas, assistanat et jalousies, conflits d'intérêt.

Aussi, le principe POLITIQUE fondamental de l'éthique objectiviste fixe un seul but moral à tout gouvernement: la protection des Droits de l'Homme. Cela signifie protection contre la violence physique, protection du droit à la vie, à la liberté, à la propriété, à la poursuite de son propre bonheur. Sans droits de propriété, aucun autre droit n'est possible.

L'altruisme a détruit le concept de fraternité en impliquant que valoriser autrui signifie se sacrifier soi-même. Un amour désintéressé est une contradiction: cela signifie que l'on est indifférent à ce que l'on valorise. Mettre en pratique l'amitié et l'amour consiste à incorporer le bien-être rationnel de la personne aimée dans notre propre hierarchie des valeurs et agir en conséquence. Il s'agit toutefois d'une récompense que la personne aimée doit mériter en fonction des vertus qu'elle pratique. Les autres hommes ont une valeur parce qu'ils sont de la même espèce que nous: en vénérant les entités vivantes, nous vénérons notre propre vie. Voilà le fondement psychologique de toute sympathie, empathie et de tout sentiment envers l'espèce. Et c'est en vertu de la valeur humaine que l'on aide les autres en cas d'urgences (inondation, incendie...) ou occasionnellement lorsque l'on est sensible à la souffrance d'autrui. Cela ne veut pas dire qu'il faut subordonner sa vie au bien-être d'autrui: toute aide apportée est une exception et non une règle imposée, un acte de générosité et non un devoir moral impératif.

Qu'arrivera t'il aux pauvres dans une société objectiviste? Et bien, si VOUS voulez les aider, VOUS n'en serez pas empêchés.

On comprendra maintenant aisément que la CAPITALISME DE LAISSEZ-FAIRE est le seul système conforme à l'éthique objectiviste.

Une société morale est une société d'individus libres fondée sur des échanges librement consentis et le droit de propriété, une société du droit et du contrat respectant le principe des droits individuels. La morale ne pouvant qu'être individuelle et fondée sur la Raison, une société fondée sur l'égoïsme rationnel est en cela une société véritablement humaine. Tout système qui fait de l'Homme une fin en soi et de la société un moyen pour la coexistence pacifique, ordonnée et volontaire des individus engendre une société dite morale.

Dès lors qu'on opère un transfert du concept de "droit" du domaine politique au domaine économique, on glisse vers le collectivisme: droit à un emploi rémunérateur, droit à un logement décent, droit à des soins médicaux, à l'éducation. Aux frais de qui? Les pères fondateurs des Etats-Unis parlaient du droit à la poursuite du bonheur et non du droit au bonheur. Les droits doivent se limiter à n'être que des principes moraux qui définissent et protègent la liberté d'action d'un homme, en n'imposant aucune obligation aux autres.

C'est pourquoi il n'existe pas de "droits collectivisés" détenus par un groupe. De même une nation a droit à sa souveraineté dès lors que celle-ci découle des droits de ses citoyens: les dictatures sont des nations hors-la-loi. Quant au financement du gouvernement d'une société libre, il doit reposer sur une contribution volontaire des citoyens, proportionnelle à leur revenu.

Enfin une société objectiviste condamne le racisme. Le racisme est la forme la plus abjecte et la plus brutalement primitive du collectivisme. Le racisme reconnaît un groupe et attribue ses vertus ou ses défauts, sa supériorité ou son infériorité à son origine raciale. Or il n'y a que des esprits individuels et des réalisations individuelles.

Ainsi l'Allemagne Nazie obligeait les individus à faire la démonstration de leur ascendance aryenne. L'idéologie soviétique reposait sur l'idée que les hommes peuvent être génétiquement conditionnés au communisme.

Le racisme est porté par le collectivisme et son corollaire l'étatisme. Son seul antidote est la philosophie individualiste et son corollaire le capitalisme de laissez-faire.


Consultez le sous-dossier sur l'Objectivisme

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Qui est John Galt
commenter cet article
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 09:15

 La grande peur de la
« défaillance du marché »
 

 

François-René Rideau

 

http://www.noulakaz.net/weblog/wp-content/uploads/2008/09/20080919-entrepreneur.jpg

 

          Pour justifier l'intervention de l'État, les étatistes de tout poil, à commencer par les fonctionnaires chargés de la propagande officielle, inventent des scénarios-catastrophes du genre « que se passe-t-il si les fournisseurs de tel type de service font tous faux bond et ne satisfont pas le public? » Ces ratiocinations suivent un modèle standard, et on peut leur donner une réponse standard.

 

 

          L'exemple repose systématiquement sur la supposition que la défaillance d'un acteur est une catastrophe irréparable, qu'il n'y a pas un marché national pour pallier les déficiences locales, que toute solution au problème devrait avoir pour base la reconduction des acteurs défaillants et de leurs comportements, etc. Il repose aussi sur des évaluations fantaisistes de ce qui serait économiquement possible, par des personnes qui se veulent extérieures et supérieures au marché. Mais aussi et surtout, ces arguments posent en pétition de principe que l'État est à même de faire mieux et de corriger ces « défaillances du marché »(1) 
  
          Or, si un problème est isolé, s'il ne concerne que les frustrations vites oubliées de quelques personnes, franchement, il ne vaut pas la peine d'en parler. Nul ne doit à ces personnes la satisfaction de leurs problèmes sinon elles-mêmes. Mais à mesure qu'un problème concerne plus de personnes pendant plus de temps, à mesure que davantage de personnes sont prêtes à allouer davantage de ressources à résoudre ce problème, alors les sommes en jeu croissent, alors la concurrence devient d'autant plus rude pour satisfaire cette demande; aussi, il se trouvera promptement quelqu'un pour remplacer tout acteur défaillant. Ainsi, si par hasard dans un quartier donné tous les acteurs se révélaient insuffisants pour remplir une mission à forte demande, cela serait dans un marché libre une opportunité pour l'émergence d'un nouveau concurrent ou l'implantation d'un concurrent extérieur au quartier(2) 
  
          Mais par delà ces considérations de théorie économique, voici, selon moi, la bonne façon de présenter le principe du marché libre, en termes pratiques.  
  
Une catastrophe irréparable? 
  
          Pensez-vous, personnellement, que dans tel quartier, il y a vraiment une forte demande sans réponse? Ma foi lancez-vous! Plutôt que de demander que d'autres résolvent le problème à votre place, qui plus est avec de l'argent prélevé de force sur autrui – ce qui est l'attitude passive d'un esclave ou l'attitude active d'un tyran –, prenez vos responsabilités! Mettez vos actes en accord avec vos paroles! Appuyez vos affirmations putatives par des actions effectives(3) 
  
          Si, le premier, vous réagissez et faites une offre qui réponde à la demande, votre entreprise sera couronnée de succès, et cette réussite sera à la fois la reconnaissance de votre talent d'entrepreneur, la récompense des services rendus à tous vos clients, un encouragement à continuer, et la mise à votre disposition de ressources pour exercer davantage votre talent, ici ou ailleurs. Si au contraire, vous n'étiez qu'un arrogant affabulateur, vous ferez faillite, et cette faillite sera à la fois le témoin de votre erreur, l'assurance que vous n'aurez plus les moyens de mettre votre bêtise à l'oeuvre, et une désincitation à imiter votre erreur pour tous vos émules potentiels. Et si votre faillite était due à l'influence de mauvaises idées ou pratiques qui n'excluent pas que vous ayez eu quelques bonnes idées ou pratiques dans le lot, ma foi, d'autres que vous seront libres de suivre votre exemple sur les points qu'ils croient bons en changeant ceux qu'ils croient mauvais; et vous-mêmes serez libre de trouver de nouveaux investisseurs pour une nouvelle entreprise amendée, si vous savez les convaincre. Avec un peu de chance, les pertes financières vous seront une sonnette d'alarme et vous permettront de vous corriger avant la sanction finale de la faillite. 
  
          Ainsi, en l'absence d'un monopole ou de réglementations élevant une barrière à l'entrée du marché, il n'y a que des lâches et des hypocrites pour prétendre qu'une demande n'est pas satisfaite. Si vous avez le courage d'une opinion sincère, lancez-vous! Le marché libre n'est pas, comme l'État chéri de vos fantasmes, une divinité supérieure de laquelle on doit attendre passivement le salut: vous faites partie de ce marché libre: si vous voyez mieux que les autres une opportunité, c'est à vous et à nul autre de la saisir(4); et si vous ressentez plus que les autres un besoin, c'est à vous de rendre attrayante l'entreprise de le satisfaire. Et plus la demande est « criante » et plus la solution est « évidente », qui plus est « pour tout le monde », plus vous êtes un lâche, un hypocrite ou un affabulateur de le prétendre et de ne pas vous lancer dans l'entreprise d'y répondre.  

 

     « En l'absence d'un monopole ou de réglementations élevant une barrière à l'entrée du marché, il n'y a que des lâches et des hypocrites pour prétendre qu'une demande n'est pas satisfaite. Si vous avez le courage d'une opinion sincère, lancez-vous! Le marché libre n'est pas, comme l'État chéri de vos fantasmes, une divinité supérieure de laquelle attendre passivement le salut. »
 

          Et si « vous n'avez pas le temps » car votre activité actuelle est tellement plus productive et plus sûre pour vous-même que celle dont vous vous faites le chantre, eh bien engagez les ressources que vous gagnez par ailleurs pour les investir dans cette autre activité que vous prétendez si utile(5); si comme vous le prétendez tant d'autres personnes ressentent le même besoin que vous, vous n'aurez aucun mal à susciter un fournisseur à votre besoin commun. À défaut de trouver un entrepreneur parmi vous, recrutez-en un. Et s'il faut pour cela fournir des garanties d'investissement à un entrepreneur potentiel, déposez vos fonds et promesses de fonds chez un notaire, avec engagement de les investir ou de les dépenser auprès d'un fournisseur qui satisferait à vos critères, en agréant un juge réputé impartial pour tout litige à ce sujet; si vous collectez assez de fonds assortis de conditions raisonnables, il se trouvera bien quelqu'un pour relever le défi; dans le cas contraire, ce sera la preuve que votre évaluation était erronée, que la valeur accordée par vous et ceux qui ressentent ce « besoin » à la satisfaction de celui-ci ne suffit pas à couvrir les frais de production d'une telle satisfaction, et que vos ressources seront mieux employées ailleurs.  
  
Le soin de « protéger » les faibles 
  
          D'aucuns étatistes mettront en avant l'objection d'un « manque de ressources » des « victimes »: selon eux, les pauvres et faibles « exploités » par les capitalistes, n'ont pas les moyens de créer des concurrents à ces compagnies établies, et seraient ainsi « obligés » de payer « beaucoup plus » à ces fournisseurs « dominants » voire à ce « monopole » que ce que ces services ne coûtent réellement. Si vraiment des consommateurs sont forcés de payer « beaucoup plus » que ce que coûte « réellement » une prestation, c'est donc bien que ce « plus » représente autant de ressources grâce auxquelles ils pourraient non seulement payer le fonctionnement d'un concurrent moins cher, mais aussi financer l'établissement de ce concurrent, et ce d'autant plus vite et avec d'autant plus de bénéfices que ce « beaucoup plus » est « outrageusement » élevé. Bref, si vraiment le scandale était énorme, alors par définition, les ressources pour le faire cesser ne manquent pas; et si un grand nombre de personnes en était conscient, alors l'émergence d'un remplaçant serait facile et rapide.  
  
          À ce moment, les socialistes mettent en avant « l'impérieuse nécessité » dans laquelle se trouvent les « pauvres » qui n'auraient « pas le choix », pris à la gorge, soumis à leurs besoins immédiats. Mais comment ces pauvres seraient-ils soudain dans le besoin? Sont-ils vraiment aux portes de la mort? N'y a-t-il rien qu'ils puissent sacrifier? Ne peuvent-ils pas se priver qui d'une bière, qui d'une place au cinéma, qui d'un vêtement neuf, qui d'un magnétoscope, qui d'une voiture plus récente, qui d'un appartement plus grand, etc., bref, épargner, le temps qu'il faut pour réunir les fonds nécessaires? Ne peuvent-ils pas emprunter à un taux d'autant plus élevé que l'exploitation est outrageuse et que sa fin les libérera? Si vraiment exploitation outrageuse il y avait, les moyens ne manqueraient pas de la faire cesser. Et encore une fois, plus grande la « rente de monopole » supposée, plus urgente cette alarme, plus les victimes seront prêtes à sacrifier pour la faire cesser, et plus rapide sera sa fin. Dans un marché libre, il n'est donc aucunement possible qu'un monopole quelconque puisse rançonner le public et subsister. Dès que le prix d'un fournisseur est « trop » élevé ou que ses prestations sont défaillantes, et à mesure que l'insatisfaction du public est grande, ce fournisseur, sur un marché libre, est condamné à s'améliorer ou à disparaître.  
  
          La « solution » des étatistes est de confier à l'État le soin de « protéger » les faibles. Les socialistes vont jusqu'à réclamer que l'État se fasse fournisseur exclusif. Voilà bien une conclusion absurde fondée sur des hypothèses autocontradictoires autant que sur des sophismes flagrants. Qu'est-ce donc que l'État régulateur, sinon la domination des pouvoirs établis, et le frein à l'émergence de concurrents? Qu'est-ce donc que l'État fournisseur, sinon précisément ce monopole, ce cas le pire dont on avait peur que le marché le suscite peut-être? Cette « solution » est précisément le pire possible de tous les maux que l'on prétend écarter. Qui protège contre les prix outrageux et le service désastreux de la part du monopole d'État? Personne. Les citoyens étaient supposés imprévoyants et incapables de s'organiser; comment se défendront-ils alors contre l'État tout-puissant? Pire encore, là où un libre marché reconnaît à une minorité prévoyante le droit de s'organiser pour établir un concurrent au bénéfice de tous, la régulation et le monopole de l'État consistent précisément en l'empêchement et l'interdiction de toute concurrence, en l'emploi de la force pour prévenir toute tentative d'organisation pour faire cesser l'exploitation.
  
          Ce que proclament vraiment les étatistes, c'est qu'ils sont des êtres supérieurs, source de prévoyance, d'autorité, d'organisation, d'intelligence, dont le commun des mortels est dépourvu; ce qu'ils revendiquent, c'est qu'il faut leur conférer le pouvoir (absolu, dans le cas des socialistes) sur la masse des inférieurs. Derrière toutes les pseudo-justifications, il n'y a rien d'autre que cette revendication aristocratique (et totalitaire, pour les socialistes). Ceux qui voient un problème potentiel dans le marché libre et refusent de voir le même problème en pire dans l'État font deux poids deux mesures. En prétendant que l'État est une solution, ils font une pétition de principe; plus encore, quand on examine en détail le fonctionnement social, on voit qu'ils vont à l'opposé de la raison. Ce n'est pas qu'ils raisonnent à l'envers – c'est qu'ils ne raisonnent pas, mais croient par superstition, superstition alimentée par la propagande des véritables exploiteurs, ce que leur disent les privilégiés de l'État.  
  
          Ceux qui justifient l'intervention politique par des scénarios catastrophes ne comprennent pas plus la nature d'un marché libre que celle de l'État; ils en restent à la pensée magique(6). La grande peur des « défaillances du marché » n'est autre chose que cette névrose de ceux qui ont peur de la liberté et sa réalité duale, la responsabilité, et qui se cherchent désespérément en l'État un parent, un tuteur, pour les soulager d'avoir à se comporter en adultes(7) – peur alimentée par les voyous qui n'hésitent pas à s'en servir pour étendre leur pouvoir sur tous les hommes, via une majorité d'esclaves volontaires, soumis grâce à leur croyance en Dieu-l'État. 

 

 

François-René Rideau est un informaticien français. Parmi les sites qu'il anime, Bastiat.org est consacré à l'oeuvre de l'économiste libéral Frédéric Bastiat, Le Libéralisme, le vrai contient ses essais, et Cybernéthique est son blog apériodique.

 


Notes

[1]: Sur le sophisme de la défaillance de marché (market failure), voir par exemple cet article The Market Failure Myth de D.W. MacKenzie.

[2]: Bien sûr, des réglementations strictes et autres lois protectionnistes peuvent empêcher ou ralentir considérablement cette implantation; mais dans un tel cas, la permanence de la pénurie n'est évidemment pas due à la concurrence (c'est-à-dire à la liberté), mais bien à l'absence de concurrence (c'est-à-dire à l'intervention coercitive de l'État).

[3]: Les américains ont cette excellente expression: put your money where your mouth is, littéralement « mettez votre argent là où se trouve votre bouche »; bref, appuyez vos dires par un engagement concret.

[4]: Dans son article Are Bubbles Efficient?, Robert Blumen raconte cette blague connue, dans laquelle des « économistes » discutant de l'économie en termes de marchés magiquement en équilibre permanent trouvent par terre un billet de cent dollars, et passent leur chemin en disant que si ce billet avait vraiment de la valeur, le marché aurait déjà escompté cette valeur. La morale de l'histoire est que contrairement à ce que suppose l'approche classique, l'équilibre des marchés ne se fait pas magiquement, et n'est pas l'objet fondamental de la science économique. Au contraire, comme l'avance l'approche « autrichienne » de l'économie, l'objet fondamental de la science économique est bien l'action humaine de ceux qui voient et saisissent les opportunités d'amélioration pour eux-mêmes et leurs congénères. Et cette action humaine constitue la force dont la résultante est de s'approcher d'un point d'équilibre dynamique (quand cette force est en rétroaction négative) ou au contraire de faire évoluer la société vers le progrès (quand cette force est en rétroaction positive), voire les deux à la fois selon la projection choisie. En fin de compte, il n'y a pas d'équilibre, il y a que des opportunités qui sont autant d'incitations à l'action; l'équilibre n'est qu'un point mouvant où tendent momentanément ces actions, dans l'approximation rarement pertinente où l'information se découvrirait et circulerait beaucoup plus vite que ne se déroule l'action.

L'erreur des économistes classiques et autres étatistes est donc de voir en l'économie un phénomène déshumanisé qui se déroulerait sans l'homme, malgré lui, comme une malédiction qui le détourne de la « vie vraie », alors qu'au contraire, vue correctement comme domaine de l'Action Humaine, elle est un phénomène consubstantiel à la nature humaine, elle est la vraie vie.

[5]: Là encore, les américains, qui comprennent mieux que nous le principe de fonctionnement d'une économie libre, ont cette expression: money talks — « l'argent parle ». Le seul moyen sincère et honnête pour signifier que l'on attribue vraiment de la valeur à quelque chose que l'on n'a pas la compétence pour faire avancer soi-même, c'est de dépenser son argent en conséquence.

Pour prévenir la réaction outragée des détesteurs de l'argent, les américains ont encore cette expression time is money, « le temps c'est de l'argent ». L'argent, c'est ce que rapporte l'usage le plus productif de votre temps, mis au service de ceux qui savent le mettre au plus grand profit d'autrui, en combinant votre spécialité à celles complémentaires d'autres personnes. Ensuite, vous pouvez à votre tour employer cet argent, qui peut se concevoir comme la concrétisation d'une « dette sociale » à votre égard, pour employer des spécialistes capables d'effectuer les tâches qui vous tiennent à cœur. Souvent pour réparer une plomberie défectueuse, il vaut mieux travailler trois heures et payer une heure de travail de plombier que d'essayer soi-même et passer six heures en essais et erreurs, achat de pièces et énervement; de même pour aider les nécessiteux, il vaut souvent mieux travailler quelques heures en plus et faire une donation du produit de ce travail à une charité spécialisée dans une telle entreprise, que de passer un temps bénévole à faire maladroitement ce que d'autres feront mieux à votre place.

Bien sûr, en fin de compte, chacun est seul juge de la meilleure façon de passer son temps. Mais l'emploi judicieux de l'argent, cet intermédiaire universel, loin d'être un signe de « matérialisme », est au contraire un signe d'efficacité dans l'usage de ressources matérielles, au service des causes qui sont celles des hommes, qu'elles satisfassent des appétits matériels ou des aspirations spirituelles — si tant est qu'on pusse délimiter pertinemment le matériel et le spirituel.

[6]: Sur les sophismes utilisés pour justifier l'État, et sur la pensée magique sous-jacente à ces sophismes, lire mon essai L'État, règne de la magie noire.

[7]: Pour l'analyse d'un cas particulièrement aigu de cette névrose, voir mon article Schizophrénie socialiste, commentaires sur la pièce « Dans la solitude des champs de cotons » de Bernard-Marie Koltès.


Défaillance du marché

De Wikiberal.

La justification habituelle « philanthropique » de l'intervention de l'État réside, en autres, pour les étatistes dans le concept vague et un peu passe-partout de défaillance du marché. En fait, il s'agit là d'une justification a posteriori des premières interventions de l'État, une justification de l'augmentation du pouvoir de l'État, et de son emprise, bien éloigné de buts prétendument philanthropiques.

Aspects néfastes de l'intervention de l'État

En réalité, l'emploi par l'État de la coercition lorsqu'il intervient, implique nécessairement des conséquences néfastes, puisque l'État ne vient pas comme un être surnaturel, hors du monde, qui ne fait que, par exemple, modifier les répartitions de richesse. La violence que l'État fait aux hommes induit une agression au sens propre du terme, et une appréhension, qui n'aurait pas eu cours dans une société de liberté où la répartition de la richesse - issue de la création - est spontanée. Il s'ensuit que, dans la plupart des cas, l'intervention conduit à un effet contraire au but recherché par le philanthrope. Les exemples sont nombreux, on pourrait ici citer l'explication rothbardienne de la crise de 1929, prétendument emblématique des faiblesses du capitalisme : elle trouve sa source dans le protectionnisme et l'interventionnisme des années 1920, ainsi que dans les décisions arrêtées par la toute jeune Federal Reserve américaine sur le marché monétaire (voir aussi l'article étalon-or).

La causalité libre

Il advient donc de l'intervention de l'État une série d'aggravations des situations présentes, mais qui ne sauraient être attribuées à l'État qui se caractérise, pour beaucoup d'étatistes, par une sorte d'infaillibilité. Attitude encouragée d'ailleurs par la croyance de suivre des idées progressistes, qui vont "dans le sens de l'Histoire", avec pour objectif d'améliorer sciemment le sort des "classes défavorisées". Sorte d'emprunt à la dialectique matérialiste marxiste. En ce sens, les étatistes ne sont pas conscients de la causalité des effets pervers de l'interventionnisme. Ils s'expliquent, pour eux, par une sorte de "causalité libre", sans source. Cette "causalité libre", à partir de laquelle les étatistes cherchent à élucider l'origine des "effets indésirables ou non souhaités", ne serait alors qu'une propriété d'émergence des interactions individuelles, incapable d'être prévue au niveau microscopique (ou microéconomique), mais qui est observable au niveau de la macroéconomie.

La personnification du marché

Cependant, la pensée est également pervertie par un autre principe, à partir de ce point : le marché, ensemble des actions individuelles, est donc imprévisible, peut conduire à des "dérives", il ne pourrait alors être utilisé comme remède à quelconque situation. L'État s'impose donc comme la solution d'une force personnifiée, et qui s'attribue des objectifs précis. Et on note, en bout de course, une projection de la conception de l'État sur celle du marché, où celui-ci devient personnifié. D'où la matérialisation des multiples "dérives du marché", qui ne pourraient en aucun cas être laissées "à ses forces aveugles indomptables".

Citations

  • Si les marchés sont imparfaits, les politiques sont aussi imparfaites que les marchés. (Paul Krugman)

Voir aussi

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Philosophie politique
commenter cet article
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 00:07

Durant toute votre vie, vous avez entendu votre propre dénonciation, pas pour vos fautes, mais pour vos plus grandes vertus. Vous avez été haïes, non pas pour vos fautes, mais pour vos exploits. Vous avez été méprisé pour toutes ces qualités de caractère qui font votre plus grande fierté.

Vous avez été traité d’“égoïste” pour avoir eu le courage d’agir sur la base de votre jugement propre et pour ne pas avoir accepté que votre vie soit placée sous la responsabilité de qui que ce soit d’autre que vous. On vous a traité d’“arrogant” au motif de votre indépendance d’esprit. On a prétendu que vous étiez “cruel” en raison de votre inamovible intégrité. Vous avez été traité d’“antisocial” au motif de votre vision qui vous a fait vous aventurer sur des chemins qui n’avaient encore jamais été découverts. On a dit que vous étiez “impitoyable” pour la résistance et la discipline de vos pulsions au service de vos visées.

Vous êtes le moteur du monde !


INTJ: Introverted, iNtuitive, Thinking, Judgement

 

Image
Prométhée volant le feu
pour les hommes (Rubens)

 

C'est quoi un INTJ au juste?

Pour une personne de type INTJ, la force dominante de sa vie est le monde des possibilités, des symboles, des abstractions, des images et des pensées. Ce sont des gens d’idées. Cette attention aux idées, conjugée à leur analyse logique est l'essence même de leur approche du monde. Ils pensent de façon systémique. Pour eux, tout est possible ; tout est négociable. Une de leurs phrases fétiches est d’ailleurs « Et pourquoi pas? ». Ils tentent de ne jamais négliger le côté éthique de ces solutions, mais peuvent perdre beaucoup de temps à vouloir toujours les perfectionner.

Ils ont un besoin constant de comprendre, de savoir et démontrer leur compétence dans leurs secteurs d'intérêt. Au niveau de leurs champs de compétences, ils seront capables de vous dire presque immédiatement s’ils peuvent vous aider et comment. Les INTJs connaissent ce qu'ils savent, et peut-être plus important encore, ils connaissent ce qu'ils ne savent pas. Ils ont confiance que leurs idées alliées à des orientations de tâche précises seront un jour réalités.

Deux des caractéristiques les plus intéressantes de ce type dans le secteur des relations interpersonnels sont leurs capacités intuitives et leur empressement de se mettre en contact avec d’autres. Bien qu’ ils n'aient pas toujours une empathie naturelle, leur côté intuitif peut souvent agir comme un bon remplaçant en dévoilant les significations probables cachées derrière des choses comme le ton de voix, les expressions du corps ou le discours.

Cette capacité peut être aiguisée par des efforts répétés pour comprendre et pour soutenir ceux dont ils se soucient. Les relations établis avec les INTJ ont tendance à être caractérisées par leur robustesse, une bonne stabilité et des communications franches. Certains les trouveront froids, distants et plutôt sévères.

 

Image
 Le supplice de Prométhée
(Gustave Moreau)

 

Un petit mot sur les types psychologiques

Le MBTI fut créé par Isabel Myers-Briggs. Il est basé sur les théories de la personnalité de Carl Jung.

Elle a conclu que les hommes différent entre eux psychologiquement selon quatre axes principaux. Le premier est la façon dont ils obtiennent de l’information de leur environnement (en utilisant leur sens ou de façon intuitive). Le second est lié à la façon dont ils prennent leurs décisions (selon une réflexion intellectuelle ou selon ce qu’ils ressentent au niveau de leurs émotions). La troisième, l’introversion ou l’extraversion, démontre leur approche face au monde qui les entoure. Et la quatrième plus contesté, sur comment le tout est organisé.

Il en résulte 16 types différents qui ne sont ni bons ni mauvais en soi mais qui présentent certaines caractéristiques importantes. Les INTJ se situe à l’extrême droite de ces combinaisons. À peine 1% de la population appartient à ce groupe. Des oiseaux rares en quelque sorte !

Ce test existe depuis plus de 50 ans et constitue un des outils les plus employés dans le monde entier pour expliquer les différences de personnalités entre les hommes. Des millions de personnes on été testés. Il peut être utilisé en gestion des ressources humaines (création et gestion d’équipe de travail, développement organisationnel) et en psychologie à des fins thérapeutiques ou de counseling.

 

Mot-clés:

Stratège   
Organisateur
Perfectionniste
Scientifique
Analyste


INTJ célèbres :

Ayn Rand, auteur et philosophe
Arnold Schwarzenegger, acteur et gouverneur de Californie
Auguste, empereur romain
Hannibal, général de Carthage
Isaac Newton, physicien
et mathématicien
Stanley Kubrick, réalisateur et scénariste
Stephen Hawking, astrophysicien
Thomas Jefferson, président américain

Personnages de fiction :

John Galt (La révolte d'Atlas)
Dr. Gregory House (House M.D)
Cassius (Jules César)
Gandalf le Gris (Le seigneur des anneaux, Tolkien)
Hannibal Lecter (Le silence des agneaux)
Professeur Moriarty, (Sherlock Holmes)
Rosencrantz et Guildenstern (Hamlet)
Clarice Starling (Le silence des agneaux)


Image


Portrait des INTJ

INTJ : introverti (I), intuitif (N), penseur (T) et juge (J). Que cela signifie-t-il ?

Les INTJ sont particulièrement indépendants ; ils sont essentiellement guidés par leurs convictions personnelles et cherchent à les réaliser sans se laisser détourner de leurs buts. Ils ont une grande confiance en eux-mêmes ; la contradiction doit être solidement argumentée pour qu'elle ait sur eux la moindre influence. Ce sont des innovateurs qui ne se laissent pas impressionner par les idées reçues.

Ils ont en eux un objectif d'amélioration permanente qu'ils appliquent à toutes les situations, personnelles, familiales, professionnelles. Ce qui va bien peut aller encore mieux. Et ce qui va mieux prouve qu'on est sur la bonne voie pour améliorer encore. Ils sont perfectionnistes non par obsession mais par goût de la qualité et souci de la rentabilité. Lorsqu'ils estiment avoir atteint le point où l'amélioration n'est plus possible, ils perdent intérêt à la tâche et cherchent un nouveau domaine, si possible plus grand ou plus complexe, où ils pourront exercer leurs talents d'organisateurs.

Les INTJ veulent adapter la réalité à la vision qu'ils portent en eux ; les modèles sont là pour être appliqués de façon systématique et se traduire en pratique. Plus les problèmes sont complexes, plus les INTJ éprouvent de plaisir à élaborer les théories et les modèles qui permettront de les résoudre.

Pour apprendre, les INTJ aiment bien développer une approche personnelle des problèmes, en partant des principes universels et en les transformant en théories et modèles. Ils utilisent pour cela tous les moyens à leur disposition, bibliothèques, conférences, cours, discussions. Leur principale exigence concerne la qualité de ceux qui les enseignent ; ils s'en détournent rapidement s'ils ne trouvent pas en eux la compétence qu'ils en attendent.

L'aspect rationnel des INTJ est ce qui apparaît en premier, parfois de façon froide et impersonnelle. Les INTJ pourront alors paraître distants. Les INTJ risquent d'être excessivement critiques, même dans leurs relations personnelles. Il leur arrive fréquemment d'émettre ce qu'ils pensent être des suggestions mais qui sont reçues par certains de leurs interlocuteurs comme des critiques. Ils ont également tendance à négliger le point de vue des autres, convaincus qu'ils sont de la force de leur pensée et de la validité de leur vision et de leur raisonnement.

La fonction inférieure des INTJ est la sensation en extraversion ; cela peut se traduire par des lacunes ou des erreurs dans les aspects matériels de l'existence. C'est ainsi que les INTJ peuvent développer avec leur vigueur habituelle des intuitions non basées sur l'expérience ou des faits.

Ou alors la fonction inférieure se manifestera de façon éruptive, et les INTJ se mettront tout d'un coup à recueillir des faits et des chiffres avec obsession, sans nécessairement les relier à la théorie qu'ils entendent développer.

Leur fonction inférieure peut également se manifester soit par excès soit par défaut ; ils risquent ainsi d'accorder trop ou trop peu d'importance à leur corps et à leurs sens.

Pour évoluer les INTJ auront d'abord intérêt à prendre davantage en compte les réactions des autres. Leur logique leur fera voir le double avantage qu'ils peuvent en retirer: d'une part profiter d'idées nouvelles, d'autre part impliquer les personnes dans le processus de conception pour qu'elles soient ensuite plus à l'aise au niveau de l'exécution.

Cette écoute des autres leur permettra ensuite d'entrer mieux en contact avec leurs propres valeurs subjectives et leurs propres sentiments, de façon à donner un sens personnel à leur action, à la rendre moins théorique et plus individualisée. Ils gagneront ensuite à extérioriser leurs sentiments.

Les INTJ pourront alors aborder leur fonction inférieure. Une bonne démarche sera pour eux l'apprentissage régulier d'un savoir-faire précis, impliquant des modalités concrètes de mise en œuvre. Ce peut être une activité manuelle régulière, poterie, tissage, bricolage, l'apprentissage d'un instrument de musique ou tout ce qui peut mettre en œuvre la sensation dans le monde extérieur. Les INTJ devront cependant faire attention à ne pas cesser cette activité quand ils en auront compris le principe.


Les INTJ dans la vie professionnelle

a) Contribution à l'entreprise :

Sont très doués pour la conception et la modélisation.
Traduisent les idées en plans d'actions.
Suppriment tout ce qui entrave la réalisation de leurs objectifs.
Ont une vision précise de ce que doit être l'organisation.
Poussent l'organisation à s'analyser comme un ensemble avec des interactions complexes entre ses parties.

b) Style de leadership :

S'efforcent d'atteindre leurs objectifs et y entraînent les autres.
Agissent avec force et énergie dans le domaine des idées.
Peuvent être durs avec les autres.
Conçoivent, dessinent et réalisent de nouveaux modèles.
Sont toujours prêts à réorganiser le système chaque fois qu'il le faut.

c) Environnement préféré :

Qui permet de s'isoler pour réfléchir.
Où la compétence est valorisée.
Là où se trouvent des gens décidés, aimant les défis intellectuels, orientés vers la réalisation d'objectifs à long terme.
Avec des collaborateurs efficaces et productifs.
Qui encourage l'autonomie.
Qui donne l'occasion d'être créatif.
Orienté sur la tâche.

d) Les INTJ risquent de :

Avoir l'aire si inflexibles que les autres n'osent pas les approcher ou les contredire.
Critiquer les autres dans leur recherche de l'idéal.
Renoncer difficilement aux idées non réalisables.
Ignorer l'impact de leurs idées ou de leur style sur les autres.

e) Pour s'améliorer, les INTJ gagneraient à :

Solliciter réactions et suggestions.
Apprendre à connaître la valeur des autres.
Apprendre à savoir quand renoncer à une idée non réalisable.
Se soucier davantage de l'impact de leurs idées sur les autres.


Les INTJ en brefs

a) Valeurs :

Indépendance.
Innovation.
Vérité.
Rationalité.
Efficacité.

b) Organisation et méthode :

Grande capacité stratégique.
Prise de décision rapide et efficace.
Souvent pionnière.
Remet en cause les idées reçues.
Trouvent des occasions de développement là où les autres n'en voient pas.

c) Style de management :

Dirige par logique.
N'admet que l'autorité de compétence.
Flexibilité interne.
Multiplicité des relations internes (opérationnel, fonctionnel, matriciel).
Soucis personnels subordonnés aux impératifs de l'organisation.

d) Relations avec l'extérieur :

Imperméable à la critique.
Difficile à percevoir de l'extérieur.
Capable de toutes les adaptations pour relever un défi.
Capacités à développer de nouveaux produits ou de nouveaux marchés.

e) Faiblesses potentielles :

N'accorde pas assez d'importance au facteur humain.
Risque d'intellectualiser les problèmes et de négliger les aspects concrets.
Ne sait pas gérer les aspects affectifs.
Confiance en soi peut tourner à l'obstination.
Difficulté à motiver le personnel.

f) Types d'entreprises :

Recherche.
Haute technologie.


Des métiers dans lesquels l'INTJ peut s'épanouir :

Scientifique ou ingénieur, enseignant, critique littéraire, graphiste, médecin généraliste ou dentiste, contrôleur de gestion ou conseiller en stratégie d'entreprise, analyste financier, dirigeant dans l'Armée, avocat ou juge, informaticien,...


Image



« Les INTJ sont indépendants, individualistes ; ils sont déterminés et font confiance à leur vision du possible en dépit du scepticisme général.

Les INTJ sont des innovateurs acharnés, dans le domaine de la pensée comme dans celui de l'action. Ils se fient à leurs intuitions sur les vraies relations entre les choses et leur signification, sans tenir compte de l'autorité établie ni des croyances communément admises. Leur foi dans leur vision intérieure peut soulever des montagnes. Les problèmes les stimulent, l'impossible prend un peu plus longtemps mais guère plus. Ce sont les plus indépendants , au point d'en être parfois obstinés.

Étant surs de la valeur de leur inspiration, les INTJ veulent les voir mises en pratique, acceptées et appliquées par le reste du monde ; ils sont prêts à y passer beaucoup de temps et d'énergie. Déterminés et persévérants, ils mènent les autres presque aussi durement qu'eux-mêmes. Bien qu ils préfèrent l'intuition, ils peuvent , quand cela est nécessaire, se concentrer sur les détails d'un objet pour concrétiser leur inspirations.

Les INTJ attachent de l'importance à leurs perspicacités et s'y fient dans des domaines tels que la science, la recherche, la politique ou la philosophie. La hardiesse de leur intuition peut avoir une immense valeur dans beaucoup d activités et ne doit pas être étouffée par un travail de routine.

La concentration polarisée des INTJ sur leurs buts peut créer des problèmes. Ils risquent d'être si focalisés sur le but qu'ils en négligent de faire attention à ce qui peut entrer en conflit avec lui. C'est pourquoi ils ont besoin de rechercher activement le point de vue d'autres personnes.

Les INTJ peuvent négliger leurs sentiments et leurs propres valeurs et ignorer ceux des autres. Ils risquent alors d’être surpris de rencontrer une forte opposition. Les INTJ doivent de ce fait les prendre en compte ; sinon, ceux-ci créeront de la tension et finiront par s’exprimer de manière inappropriée. Leur Sentiment a besoin d’être utilisé de façon constructive, en évaluant les autres par exemple. Compte tenu de leur capacité d’analyse, il peut être difficile pour les INTJ d’exprimer leur appréciation ; mais il sera utile de le faire, tant dans leur vie professionnelle que dans leurs relations personnelles.

Pour être efficaces, les INTJ doivent développer leur fonction de jugement, la pensée. Si ce n'était pas le cas, ils seraient incapables d être critiques envers leurs propres visions internes et n'écouteraient pas les opinions des autres. Ils seraient alors incapables de transformer leurs intuitions en actions efficaces. »

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Qui est John Galt
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 15:18

Anarcho-tyrannie

En 1992, Samuel Francis introduit le concept d’anarcho-tyrannie dans le vocabulaire politique et le définit de la façon suivante : “Nous refusons de contrôler les véritables criminels — volet anarchique — et nous nous rabattons sur les innocents — volet tyrannique».

Les lois censées protéger les citoyens contre les criminels ne sont souvent pas appliquées, même si l’état est parfaitement en mesure de le faire.

L’état instaure progressivement tyrannnie et oppression par l’application de lois telles que :

  • la criminalisation de ceux qui respectent la loi,
  • l’imposition (fiscale) exorbitante,
  • une réglementation bureaucratique,
  • le viol de la vie privée
  • le sabotage d’institutions sociales, telles que la famille ou les écoles de proximité,
  • l’imposition du contrôle des esprits par le truchement de la “formation à la sensibilité” et la rivalité multiculturelle,
  • la création de lois telles que l’incitation à la haine ou contre la détention d’armes à feu, le désarmement des citoyens qui sont par ailleurs respectueux des règles (des lois qui n’ont en revanche aucun impact sur les criminels violents qui obtiennent des armes de manière illégale).

Samuel Francis avance que cette situation concerne l’ensemble des Etats-Unis et l’Europe.

Alors que le gouvernement fonctionne normalement, le crime violent fait de plus en plus partie du « paysage », produisant un climat de peur (anarchie).

S. Francis complète en indiquant que “les lois qui sont censées protéger les citoyens ordinaires contre les criminels ordinaires ne sont souvent pas appliquées, même si l’état est parfaitement en mesure de le faire ».

Tandis que les criminels et autres délinquants continuent leurs ravages, les instances dirigeantes concentrent leur attention sur les citoyens respectueux des lois. Les lois qui sont au final appliquées sont celles :

• qui étendent ou amplifient le pouvoir de ses alliés et des élites internes
• qui punissent les éléments récalcitrants et désignés comme pathologiques, i.e. tous ceux qui s’obstinent à se comporter en fonction des normes traditionnelles. En résumé, tout ceux qui :

  • rechignent à payer toujours plus d’impôts
  • refusent de confier leurs enfants à l’école publique et à sa manipulation.
  • possèdent et conservent des armes à feu
  • déploient le drapeau de leur pays
  • montent des sapins de Noël,
  • citent la Constitution (ou la Bible)
  • n’aiment pas attacher leur ceinture

-…

Les instances dirigeantes concentrent leur attention sur les citoyens respectueux des lois.

Sans parler des personnalités politiques dissidentes qui se présentent aux élections et s’efforcent d’agir contre l’immigration de masse en provenance du tiers monde. Francis développe l’idée selon laquelle l’anarcho-tyrannie est intrinsèquement liée au système en vigueur et ne peut être éliminée en combattant simplement la corruption ou en votant contre les élus en poste.

Selon lui, le système produit un “conservatisme” factice, qui encourage les gens à rester passifs. (source en anglais)


Le billet de Father Mac : insécurité et contrôle des masses

Tribune libre de Father Mac – tiré d’un commentaire. Retouches minimes.

Il faut revenir sur quelques idées reçues : tout d’abord le crime paie, la délinquance est rentable, et c’est même l’une des grandes industries mondiales. Crime et délinquance sont rentables :

•  pour le délinquant, particulièrement lorsque celui ci jouit d’une certaine impunité (que l’on pense au trafic de portables qui n’est même plus réprimé et devenu si banal qu’il est désormais classé dans les incivilités ).
• pour la société (ce qui est dérobé, fracturé, détruit doit être remplacé) car il génère une activité de contre-mesures ( sociétés de sécurité, compagnies d’Assurances, enrichissement du délinquant qui va généralement dépenser son gain illicite dans des produits à forte valeur ajouté ).
• et surtout pour l’Etat qui, certes, ne préleve pas directement sa dime sur les trafics mais bénéficie de la circulation financière induite et utilise le bruit de fond de l’insécurité comme instrument de contrôle de la population, en la confortant dans sa dépendance envers les organes supposés la protéger ou, à l’opposé, dans le maintien machiavélique de ses administré dans la peur, la résignation et l’individualisme.

L’Etat est un instrument du système, sa fonction n’est pas (n’est plus) d’améliorer le sort des populations mais d’optimiser la traite du « parc à bestiaux ».

Les organes de répression, police, gendarmerie, justice, fisc, douanes, etc… sont une interface entre l’Etat et les masses, qui interagit sur deux plans : les organes répressifs doivent être craints du peuple, et, simultanément, ils doivent craindre l’Etat.

Il est capital que la police ne soit pas aimée du peuple : elle pourrait s’en rapprocher, fomenter avec lui une révolte contre un système que tous savent injuste. De même, il est vital que la police déteste la population et en soit coupée. L’affrontement doit donc être organisé entre les deux, mais jusqu’à un certain point, variable, pour que la mécanique ne s’emballe pas (…). Pour ce faire, l’Etat dispose de plusieurs curseurs, et emmerder préférentiellement les gens ordinaires tout en laissant tranquilles les pires loubards, au vu et su de tous, c’est le B.A.-BA de la méthode.

Un automobiliste qui se fait verbaliser à un feu rouge pour défaut de port de ceinture, ou dont le véhicule subit une inspection chirurgicale, tandis qu’à 100 mètres de là, on deale de l’héroïne en pleine rue, va évidemment voir sa tension monter. Si en outre le gars laisse échapper, dans un accés bien légitime de contestation, un « vous feriez mieux de vous occuper des dealers » entrainant ainsi la conversation qu’il ne faut jamais avoir — et qui se solde toujours par un constat d’outrage —, alors tout va pour le mieux.

En effet l’administré est furieux, il déteste les flics, il en a peur, il est humilié, et en même temps les flics sont entretenus dans l’agressivité nécessaire à leur bon usage. C’est en quelque sorte du dressage : le mouton est bien rangé et le chien de berger en pleine forme.

Cette tension sociale accumulée, bien entendu, pèse surtout sur le flic, qui est un être humain après tout, et qui se rend bien compte qu’il n’a pas le bon rôle. Elle contribue à l’affaiblir psychiquement, en plus de toutes les formes de violence et de dysfonctionnement sociaux qu’il est appelé à côtoyer, et de l’absence de soutien de sa hiérarchie, elle-même entretenue dans le froid calcul de ses plans de carrière. Quelle que soit la façon dont il gère cette situation (sauf  par la démission) c’est tout bénéfice pour l’Etat. Le flic, affaibli, hargneux, sera facilement infantilisé, dépendant, atomisé et manipulable. L’Etat voit son travail paternaliste facilité.

La méthode est particulièrement au point dans la Gendarmerie, où le contrôle des individus est constant. Epuisé, en sous-effectif, victime d’une hiérarchie autiste, mal payé, souvent en situation dangereuse, constamment en collectivité, impliqué dans des rivalités de cohabitation où épouse et famille sont instrumentalisés, le Gendarme est découragé de toute revendication, dépendant du groupe, à la merci d’une récompense ou d’une sanction, et entrainé dans une solidarité de corps où la réflexion autonome doit tendre vers zéro.

Ces méthodes de contrôle des individus sont vieilles comme le monde. Il s’agit ni plus ni moins de celles employées dans les armées pour briser l’individualité et créer un outil unifié. Ce sont aussi les méthodes des sectes.

Quant à la population ordinaire, il est bon qu’elle craigne les organes de répression, comme il est bon qu’elle tremble devant le crime et la délinquance. Ainsi elle est demandeuse d’Etat, mais ne verra jamais son besoin de sécurité satisfait. Pourquoi la rassasier ? Elle ne serait plus cliente…

Il suffira à chaque élection de lui promettre que, cette fois-ci, on a compris, puis, une fois élu, de lui servir des statistiques imaginaires. Si, malgré tout, le bordel réel est tel qu’elle (la population) ressent une légère dissonance cognitive, la propagande est là pour lui assurer qu’elle exagère. Et que tout est en ordre.

Si vraiment la réalité ne peut plus être cachée, on lui fera comprendre localement qu’elle est seule, que si elle se défend, elle sera lourdement sanctionnée. Dès lors, résignée, en exil intérieur, elle se pliera globalement. Le reste relève du contrôle politique, de l’absence organisée d’une offre alternative, et du contrôle psychiatrique, par les psychotropes médicaux ou commerciaux — alcool, drogues « illégales». Et la machine continue de tourner, le système de générer des bénéfices, et l’hyperclasse qui la contrôle de s’enrichir au dépend des individus.


« L’insécurité est un instrument efficace de contrôle so­cial »

« On croit volontiers que l’insécurité est toujours et néces­sai­re­ment en elle-même une calamité. Mais c’est là une vue trop étroi­te du problème. »

En réalité elle joue un rôle important dans le maintien de la stabilité du système. Elle concourt utilement par exemple à dé­mo­raliser les populations, et par là même aussi à les convaincre de la va­nité qu’il y aurait à vouloir s’opposer au « sens de l’histoire»  (tel que le définissent les autorités).

On pourrait dire aussi qu’elle a une fonc­tion rééducative. Elle achève de réduire les individus à l’impuissance et de les mettre dans l’incapacité de rien entreprendre contre la no­menklatura en place. Bref, c’est un instrument efficace de contrôle so­cial. On lui est redevable de soustraire les autorités aux désa­gré­ments liés à une hypothétique et toujours aléatoire contestation ve­nue de la base.

« L’insécurité achève de réduire les individus à l’impuissance et de les mettre dans l’incapacité de rien entreprendre contre la no­menklatura en place. »

 

On comprend dès lors le soin tout particulier qu’elles mett­ent à la laisser se développer comme elle le fait. Elles ne disent na­turellement pas qu’elles sont pour l’insécurité (non quand même), mais elles ne s’emploient pas moins à la favoriser discrètement. L’in­sécurité a parallèlement encore une autre fonction péda­go­gi­que: celle d’habituer progressivement les populations à l’ab­sence de droit.

La croyance en l’existence du droit n’a en effet de sens que dans un Etat de droit. Dans un Etat qui n’ est pas de droit ou l’est de moins en moins, parce que les autorités elles-mêmes en pren­nent de plus en plus à leur aise avec le droit (quand elles n’en vien­nent pas purement et simplement, comme c’est souvent le cas, à se mettre au-dessus du droit), une telle croyance perd évidemment tou­te raison d’être. A la limite même, elle pourrait passer pour sub­versive.»

Eric Werner – De l’extermination, Editions Thael – 1993.
_________
Éric Werner  est un philosophe suisse, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, docteur ès Lettres et ancien professeur de philosophie politique à l’université de Genève. Il a écrit plusieurs essais sur le système politique contemporain et la religion.


Anomie

De Wikiberal.

Du grec an- (absence de) et nomos (nom, loi, ordre, structure), l'anomie est l'absence de droit. Souvent confondue avec anarchie. L'anomie est l'état d'une société caractérisée par une désintégration des normes qui règlent la conduite des hommes et assurent l'ordre social, alors que l'anarchie est l'absence de hiérarchie entre les hommes.

Ne pas confondre la conception juridique et philosophie de l'anomie, avec la conception sociologique.

Conception juridique et philosophique

Le terme anomie est utilisé pour désigner des sociétés ou des groupes à l'intérieur d'une société qui souffrent du chaos dû à l'absence de règles communément admises de bonne conduite ou, pire, dû au règne de règles promouvant la violence et la coercition plutôt que la coopération.

Il apparaît pour la première fois comme concept sociologique sous la plume du philosophe J.M. Guyau dans Esquisse d’une morale sans obligation ni sanction (1885).

Friedrich Hayek utilise notamment anomie dans ce sens-là.

Voir les écrits de Raymond Aron.

Conception sociologique

Émile Durkheim, sociologue français du XIXe siècle, utilise ce mot dans son livre sur les causes du suicide pour décrire une condition ou malaise dans les individus, caractérisée par l'absence ou la diminution des standards ou valeurs et le sentiment associé d'aliénation et d'irrésolution. Le recul des normes religieuses et des valeurs conduirait à la destruction et à la diminution de l'ordre social : le manque de lois et de règles ne peut plus garantir l'intégration sociale. Cet état conduit l'individu à avoir peur et être insatisfait, ce qui peut conduire au suicide. L'anomie est en fait assez courante quand la société environnante a subi des changements importants dans l'économie, que ce soit en mieux ou en pire, et plus généralement quand il existe un écart important entre les théories idéologiques et les valeurs communément enseignées et la pratique dans la vie quotidienne.

 

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Le WEB Résistant
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 11:52

Pourquoi y a-t-il des cycles économiques et des récessions ?

 

S’il y a un phénomène économique qui attire énormément d’attention, c’est bien la récession. Ce ralentissement de l’activité économique engendre des pertes d’emplois, du chômage, des déficits budgétaires et des faillites. Ses effets sont parfois dévastateurs sur la qualité de vie de certains individus.

Les économistes parlent généralement de récession suite à ce que le produit intérieur brut (PIB) ait chuté durant deux trimestres consécutifs. Une fois la récession bien enclenchée, les économistes arrivent parfois à identifier certains des éléments qui l’ont déclenchée et arrivent à déterminer approximativement le moment où elle a débuté ainsi que le moment où elle s’est terminée. Cependant, ceux-ci sont incapables de prévoir les récessions et encore moins d’en identifier les causes fondamentales.

Comment se fait-il qu’un phénomène économique d’une telle importance soit si imprévisible et que ses causes soient inconnues ? Il y a une chose qu’on peut cependant observer : les récessions sont souvent précédées d’une bulle spéculative et/ou d’une crise financière.

Se pourrait-il que ce qui cause les bulles financières ait un lien direct avec les récessions et que leur cause fondamentale soit la même ? Tout à fait !

En fait, la récession est le pire moment de ce qu’on appelle le cycle économique. Lorsque l’économie atteint un sommet insoutenable, la crise éclate, l’activité économique se contracte et la récession se manifeste. Celle-ci est ensuite suivie d’une reprise économique qui initie une nouvelle ère d’expansion économique.


recession-111.jpg?9d7bd4

 

Mais pourquoi est-ce qu’il y a des cycles d’une telle amplitude ? Pourquoi est-ce que la croissance économique ne se fait-elle pas de manière constante ? Pour répondre à ces questions, nous devons d’abord comprendre comment un cycle économique se manifeste.

Le graphique suivant présente la variation du PIB réel américain de 1960 à 2010. Les zones grises sur le graphique représentent les périodes de récessions. On peut voir sur ce graphique que le taux de croissance du PIB est très volatil et varie beaucoup.

 

recession-12.jpg?9d7bd4

Qu’est-ce qui cause la croissance économique ?

Comme les récessions sont identifiées par un manque de croissance économique, il incombe que nous commencions notre explication en identifiant ce qui cause la croissance économique.

Imaginons une économie dans laquelle il n’y a qu’une seule entreprise. Le PIB de cette économie ne serait en fait que la production de cette entreprise. Comment cette entreprise peut-elle faire pour augmenter sa production ?

La première façon consisterait à augmenter sa capacité de production. Par exemple, elle pourrait investir dans l’agrandissement de son usine, l’achat de machines additionnelles et l’embauche de nouveaux employés. La deuxième façon viserait à produire davantage avec le même capital, c’est-à-dire améliorer la productivité. Pour ce faire, elle devrait investir dans la formation de ses employés et dans ses systèmes de logistique et d’information. La troisième façon viserait aussi l’amélioration de la productivité, mais cette fois en investissant dans la recherche et le développement de nouvelles technologies plus efficaces.

Dans les trois cas, l’amélioration de la production passe par de l’investissement dans le capital productif. Pour que ces investissements soient possibles, l’entreprise doit les financer. Et pour que le financement soit disponible, il faut de l’épargne.

Ainsi, une augmentation de l’épargne procure davantage de capital aux entrepreneurs, ce qui leur permet d’investir dans leur capital productif et d’augmenter leur production. Cela résulte en une accélération de la croissance économique. Davantage de biens sont disponibles à la population, qui s’en trouve donc plus riche. La croissance économique est donc stimulée par une augmentation de l’épargne. La propension des gens à épargner dépend de leurs préférences temporelles, c’est-à-dire leur préférence quant à la consommation présente comparativement à la consommation future.

Pourrait-on alors dire que les cycles économiques sont causés par des changements dans le taux d’épargne et par conséquent dans les préférences temporelles des individus ? Dans une économie libre, ce serait le cas, mais l’économie n’est pas laissée libre. Nous allons voir pourquoi dans les sections suivantes.

Comment se forment les cycles économiques ?

Par la politique monétaire, les autorités à la tête de la banque centrale gèrent la croissance de la quantité de monnaie en circulation. Tel qu’expliqué dans mes articles antérieurs, l’augmentation de la masse monétaire fait monter les prix (l’inflation). Pour éviter que l’inflation ne devienne incontrôlable, les banques centrales visent généralement une cible d’inflation d’environ 2%. Ainsi, la banque centrale tente de maintenir un taux d’intérêt le plus bas possible tant que l’inflation est dans sa fourchette cible. Pour ce faire, la banque centrale influence les taux d’intérêt en créant de la monnaie à un rythme plus ou moins rapide.

Pourquoi la politique monétaire vise-t-elle un taux d’intérêt aussi bas que possible ? C’est pour que son objectif secondaire soit atteint : la croissance économique. Quel est l’impact des taux d’intérêt sur la croissance économique ? Pour faire baisser les taux d’intérêt, la banque centrale va créer plus de monnaie et l’injecter dans l’économie. Ce faisant, la banque centrale crée de « l’épargne artificielle », laquelle fait baisser les taux d’intérêt, tout comme l’épargne réelle d’ailleurs. C’est logique puisque plus il y a d’épargne, plus les banques ont d’argent à prêter, donc l’offre de crédit augmente, ce qui fait baisser le prix du crédit (le taux d’intérêt).

La banque centrale espère donc que cette épargne artificielle aura le même impact que l’épargne réelle décrite dans la section précédente ; c’est-à-dire qu’elle stimulera l’investissement et la consommation et stimulera l’activité économique. Il y a cependant un grave problème avec cette hypothèse.

Les bas taux d’intérêt favorisent l’endettement. Les consommateurs vont alors s’endetter pour s’acheter une nouvelle résidence, des meubles, des voitures, des bateaux, etc. De leur côté, les entrepreneurs vont aussi s’endetter pour investir dans leur entreprise et augmenter leur capacité de production, ce qui semble justifié par l’augmentation de la demande finale. Finalement, certaines investisseurs vont s’endetter pour acheter des actifs tels que des actions, des obligations et des titres immobiliers, ce qui fera monter les prix de ces actifs à des niveaux très élevés; au point où on parlera parfois de « bulles spéculatives ».

Il est important de réaliser que, pour diverses raisons, certains secteurs de l’économie bénéficient davantage du boum économique. Par exemple, le dernier boum qui s’est terminé en 2007 a bénéficié à la construction résidentielle. Le précédent, terminé en 2000, avait bénéficié outre mesure aux entreprises reliées à l’internet et aux télécommunications. Devant l’augmentation significative de la demande actuelle et anticipée dans ces industries spécifiques, beaucoup d’investissements y sont faits et beaucoup d’emplois y sont créés.

Cependant, l’endettement ne peut continuer ad vitam aeternam. La dette n’est en fait qu’une façon de déplacer sa consommation du futur vers le présent. Tôt ou tard, cette dette doit être remboursée, et pour ce faire les emprunteurs devront réduire leur consommation. Ainsi, le signal envoyé par la baisse des taux d’intérêt est en quelque sorte mal interprété par les consommateurs et les entrepreneurs, lesquels modifient leurs préférences temporelles et devancent leur consommation et leurs investissements.

Il est important de comprendre que la croissance économique apparemment générée grâce à l’endettement n’est pas de la vraie croissance économique, ce n’est qu’un déplacement de la consommation future vers le présent ; une illusion. Les décisions économiques qui découlent de cette illusion ne peuvent donc qu’être, plus souvent qu’autrement, mauvaises.

Néanmoins, le résultat à court terme de cette politique monétaire expansionniste est un boum économique financé par de la dette. L’augmentation de la demande de biens et services fait éventuellement monter les prix. L’inflation commencera alors à se montrer le bout du nez. Pour freiner cet élan, la banque centrale n’a d’autre choix que de resserrer sa politique monétaire. Pour ce faire, elle ralentira le rythme de croissance de la masse monétaire, laquelle entrera même en décroissance. Cette situation mettra de la pression à la hausse sur les taux d’intérêt puisque l’offre de crédit diminuera. C’est alors que s’amorce le cercle vicieux qui mènera à la récession.

Tout d’abord, l’augmentation des taux d’intérêt fait diminuer le rythme auquel les consommateurs s’endettent pour consommer, donc la demande de biens et services diminue. Suite à cette baisse de la demande, les entreprises doivent réduire leur production et des pertes d’emploi sont observées, ce qui accélère encore plus la baisse de la demande, puisque les sans-emploi consomment moins.

Tel un château de cartes sur lequel on souffle, l’augmentation des taux d’intérêt ramènera tout le monde à la réalité et mettra à jour tous ces mauvais investissements faits durant le boum. Ces investissements, lesquels semblaient rentables avec de bas taux d’intérêt, de la demande élevée et des prix élevés, apparaissent maintenant comme déficitaires, ce qui génèrera une vague de faillites et de coupures d’emplois. La demande élevée n’était qu’une illusion miroitée par l’endettement. Les agents économiques paient le prix de leurs mauvaises décisions économiques, prises dans un environnement où le signal des taux d’intérêt a été faussé par la politique monétaire.

Une fois la récession enclenchée, les consommateurs dépensent moins pour rembourser leurs dettes. L’investissement tombe à sec en raison de la faiblesse de la demande et des faillites dues aux mauvais investissements. Dans un système bancaire à réserves fractionnaires, le remboursement des prêts résulte en un phénomène de destruction de monnaie : la déflation. Les prix baissent, ce qui accentue la sévérité de la récession.

Durant la récession, les mauvais investissements réalisés grâce à la dette abordable sont liquidés et le capital est redéployé dans d’autres industries qui seront sujettes à la reprise économique. La récession est donc un processus de nettoyage de l’économie durant lequel la structure de production s’adapte à la nouvelle réalité ; c’est-à-dire aux nouvelles préférences temporelles des consommateurs.

Qu’est-ce que l’État doit faire lorsque l’économie est en récession ?

Pour se sortir de ce marasme, il faut que la structure de production s’adapte à la nouvelle structure de l’économie. C’est la destruction créatrice qui entre en jeu. Les ressources libérées sont réallouées dans l’économie. De plus, le capital investi dans de mauvais projets durant le boum est perdu et devra être remplacé. Pour ce faire, les mauvais prêts doivent être radiés, les dettes remboursées et l’épargne réel doit fournir le capital nécessaire à financer la reprise. Finalement, les prix doivent aussi s’adapter à la nouvelle réalité du marché et à la quantité de monnaie en circulation ; ce qui signifie généralement qu’ils doivent baisser.

À cet égard, l’économiste Joseph Schumpeter a élaboré une théorie bien intéressante nommée destruction créatrice. Selon lui, les récessions sont salutaires et fertiles au progrès économique. Les innovations arrivent en grappes presque toujours au creux de la récession, parce que la crise bouscule les positions acquises et rend possible l’exploration d’idées nouvelles et ouvre des opportunités.

Les récessions exposent les faiblesses de certains modèles d’affaires vétustes, elles créent de nouvelles opportunités et tuent les mauvaises habitudes, laissant le champ libre aux nouvelles idées innovatrices. Les facteurs de productions peuvent être achetés de ceux qui les utilisent mal par ceux qui les utiliseront mieux. Les exemples sont nombreux.

DuPont a investi massivement en recherche et développement et a engagé des scientifiques qui étaient au chômage durant la Grande Dépression. Vers la fin des années 1930s, 40% de ses ventes provenaient de produits qu’elle avait développés durant la dépression, tels que le nylon et le caoutchouc synthétique.

Les entreprises qui ont pris leur envol durant la Grande Dépression des années 1930s sont nombreuses, incluant Revlon, Hewlett-Packard, Polaroid et Pepperidge Farms.

C’est quand l’Union Soviétique s’est effondrée, plongeant la Finlande en sérieux problèmes économiques, que Nokia a décidé d’abandonner 90% de ses lignes d’affaires pour se concentrer sur les télécommunications, surtout sur la téléphonie sans-fil, industrie dont elle est devenue l’un des leaders.

Une étude de Bain Capital Group sur la période 1985-2001 a démontré que les fusions/acquisitions réalisées durant les récession ont généré un rendement environ 15% supérieur à celles faîtes durant les périodes de croissance économique.

La Fondation Kauffman, laquelle étudie l’entreprenariat, mentionne que la moitié des entreprises du Fortune 500, incluant FedEx, CNN et Microsoft, ont été fondées soit durant des récessions ou durant des périodes de faiblesse économique. La plupart de ces entreprises sont apparues à partir d’idées qui ont révolutionné leur industrie.

La destruction créative ne fonctionne pas dans une économie socialiste. L’État y a le monopole et n’a aucune pression compétitive pour stimuler l’amélioration de la productivité par l’innovation. C’est ce qui a été observé en Union Soviétique après la chute du rideau de fer. On y a observé de la machinerie agricole fonctionnant avec des moteurs à vapeur développés dans les années 1920.

L’industrie pétrolière soviétique fut aussi un cas spectaculaire démontrant ce qui se produit en l’absence de destruction créative. Les technologies utilisées dans les années 1980s dataient des années 1950s, et ce allant du simple outil de forage jusqu’aux activités de raffinage. Le matériel de forage était primitif ; incapable de dépasser 3.000 pieds sans se briser (ce qui est un problème majeur lorsque la plupart des gisements restants dépassaient cette profondeur).

En somme, durant les récessions, l’État doit en faire le moins possible. Il doit laisser les prix fluctuer librement et les entreprises en difficulté faire faillite. Il doit laisser le capital productif de l’économie s’ajuster et se reconstruire à partir de l’épargne réelle. Ce processus est sans aucun doute facilité lorsque les impôts sont minimisés de façon à maximiser l’épargne. De plus, l’État doit éviter de générer des déficits de façon à ne pas absorber de capital qui aurait pu être utilisé par des entrepreneurs pour relancer l’économie. Bien entendu, pour éviter les déficits tout en minimisant les impôts, l’État doit se serrer la ceinture et réduire ses dépenses. Nous allons voir pourquoi dans la prochaine section.

Est-ce que les dépenses du gouvernement stimulent l’économie ?

Malheureusement, du côté des gouvernements, il est très peu « payant » politiquement de ne rien faire durant les récessions, voire de couper les dépenses. Au contraire, les gouvernements sont gérés selon les théories de l’économiste John Maynard Keynes.

La recette keynésienne va essentiellement comme suit : durant les récessions, les gouvernements doivent augmenter leurs dépenses, même si pour cela ils doivent tomber en déficit budgétaire et s’endetter. La dernière récession n’a pas fait exception à cette règle, ayant été accompagnée de multiples plans de relance impliquant d’importantes dépenses gouvernementales. Néanmoins, ces dépenses n’arrivent pas à relancer l’activité économique de façon soutenable. Pourquoi ?

Tout d’abord, les gouvernements ne produisent aucune richesse. L’argent dont ils disposent a soit été soutiré aux contribuables par les taxes et impôts ou été emprunté. Dans le premier cas, il n’y a aucune raison pour que cet argent contribue davantage à la croissance économique s’il est dépensé par le gouvernement plutôt que par les contribuables desquels cet argent a été soutiré. Dans le second cas, l’argent emprunté devra un jour être remboursé, ce qui sera fait à partir des taxes et impôts. La situation est donc la même que dans le premier cas.

Certains diront qu’il est mauvais que les gens épargnent durant les récessions. Il n’y a rien de plus faux ! Cet argent épargné ne reste pas enfoui sous un matelas ou enfermé dans un coffre-fort (sauf peut-être lorsqu’il est en possession d’organisations criminelles, mais là c’est une autre histoire). L’épargne est soit déposée à la banque ou investie sur les marchés financiers. Les banques et les marchés financiers canalisent cette épargne vers les entrepreneurs qui l’utiliseront pour investir dans leur capital productif. Donc, d’une façon ou d’une autre, l’argent est dépensé. Pourquoi faudrait-il que ce soit le gouvernement qui le dépense ? Est-il le mieux placé que les entrepreneurs et les investisseurs pour savoir dans quoi il faut le dépenser ? Permettez-moi d’en douter…

Certains observeront que durant la récession, les producteurs ne produisent pas à pleine capacité étant donné la faiblesse de la demande. Ils ont donc de la capacité excédentaire. Alors pourquoi investiraient-ils dans leur capital productif dans ce cas ? Premièrement, les industries dans lesquelles il y a de la surcapacité de production sont surtout celles qui ont été sujettes aux mauvais investissements durant le boum économique insoutenable. La solution ne consiste pas à tenter de relancer la demande de ces industries. Elle consiste plutôt à ce que le gouvernement s’abstienne d’intervenir pour que ces entrepreneurs réalisent que la demande n’est plus là et que ce capital soit réalloué ailleurs dans l’économie, dans de nouvelles industries plus prometteuses. Deuxièmement, les investissements ne servent pas nécessairement à augmenter la capacité de production. Ils peuvent aussi servir à diminuer les coûts de production, améliorer la productivité et à développer de nouvelles technologies plus efficaces. Ce sont ces initiatives qui remettront l’économie sur le droit chemin.

Il y a une autre raison pour laquelle les plans de relance économiques des gouvernements échouent. Les entrepreneurs ne sont pas dupes ; ils savent que ces nouvelles dépenses gouvernementales ne sont que temporaires. Ainsi, si vous aviez une entreprise de construction et que le gouvernement fédéral vous octroyait un contrat dans le cadre d’un plan de relance, allez-vous vous mettre à investir dans votre entreprise et à embaucher des employés permanents ? Bien sûr que non ! Car vous savez que cette « manne » n’est que temporaire et ne représente aucunement de la demande durable. Donc une fois le stimulus passé, c’est le retour à la case départ.

Pourquoi alors est-ce que les gouvernements déploient des plans de relance économique lors des récessions ? Outre l’argument politique évoqué plus tôt, il y a aussi la croyance selon laquelle les dépenses du gouvernement génèrent plus de richesse que celles des contribuables ; le fameux mythe des retombées économiques !

Par exemple, supposons qu’un gouvernement utilise l’argent des contribuables pour financer un événement quelconque, disons un spectacle musical à Québec. Le gouvernement tente de nous faire avaler que cette dépense générera de la croissance économique puisque l’artiste qui recevra cette subvention va dépenser l’argent, disons au restaurant. Le restaurateur dépensera à son tour l’argent chez son fournisseur de vin, lequel dépensera l’argent chez le producteur de vin, et ainsi de suite. Par conséquent, chaque dollar dépensé par le gouvernement génère une infinité de retombées économiques ! De plus, tous ces gens vont finir par payer des taxes et impôts, qui vont revenir dans les poches du gouvernement. La dépense se paie donc d’elle-même ; n’est-ce pas fantastique ?

En vérité, le gouvernement n’a pas un pouvoir magique que les contribuables n’ont pas, outre celui de taxer et de contraindre. Si au lieu de dépenser cette somme, le gouvernement la remettait aux contribuables qui la lui ont fournie, ces contribuables pourraient dépenser l’argent à leur guise et les fameuses retombées économiques seraient équivalentes, à l’exception que ces contribuables auraient la satisfaction d’avoir dépensé l’argent qu’ils ont légitimement mérité de la façon qui leur convenait le mieux.

À cet égard, l’économiste français Frédéric Bastiat (1801-1850) a pondu une excellente parabole intitulée La vitre cassée.[1] L’histoire va comme suit :

Par accident, le fils de Jacques Bonhomme fracasse un carreau de vitre de sa maison. Des passants s’attroupent devant la vitrine pour constater les dégâts. Les gens se mettent à discuter et quelqu’un en vient à conclure : « À quelque chose malheur est bon. De tels accidents font aller l’industrie. Il faut que tout le monde vive. Que deviendraient les vitriers, si l’on ne cassait jamais de vitres ? » Tout le monde hoche de la tête pour signifier leur accord. Ces gens croient que le vitrier dépensera l’agent obtenu de Jacques Bonhomme pour la réparation, ce qui générera pleins de retombées économiques, n’est-ce pas ?

Où est l’erreur dans ce raisonnement ? Comme disait Bastiat, « il y a ce qu’on voit et il y a ce qu’on ne voit pas ».  Le travail donné au vitrier, c’est ce qu’on voit, mais qu’en est-il de ce qu’on ne voit pas ? Si on suppose que remplacer la vitrine coûte $500, le remplacement de cette vitrine va générer pour $500 d’activité économique, mais que ce serait-il produit si la vitrine n’avait pas été cassée ? Jacques Bonhomme n’ayant pas eu à se départir du $500 pour remplacer la vitrine n’aurait-il pas pu lui aussi le dépenser et aussi générer $500 d’activité économique, tout en jouissant encore de sa vitrine ? La vitre étant cassée, l’industrie vitrière est encouragée ; c’est ce qu’on voit. Si la vitre n’eût pas été cassée, une autre industrie aurait été encouragée ; c’est ce qu’on ne voit pas. Ainsi, la société aurait été plus riche si le fils de Jacques Bonhomme n’avait pas brisé la vitre, puisque Jacques Bonhomme aurait pu dépenser son argent pour augmenter son niveau de vie, plutôt que pour de simplement le maintenir en faisant réparer la vitre. La destruction ne crée pas de richesse… elle en détruit !

Ce même raisonnement s’applique aux dépenses du gouvernement ; elles ne contribuent pas davantage à l’activité économique que les dépenses des contribuables. Il s’applique aussi aux guerres et aux catastrophes naturelles. Beaucoup de gens véhiculent le mythe selon lequel les guerres stimulent l’économie. Comment peut-on dire que l’on crée de la richesse lorsqu’on détruit inutilement des biens et gaspille des ressources ? Ce mythe survit encore en raison du fait que la Grande Dépression des années 1930s s’est terminée au cours de la Deuxième Guerre Mondiale (1939-1945), du moins pour les États-Unis. Le déficit du gouvernement américain a atteint $55 milliards en 1943, alors qu’il n’avait pas dépassé $3,5 milliards durant la Grande Dépression.

Ce qui s’est produit en fait est qu’en envoyant tous ces hommes à la guerre et en employant les autres à la fabrication de l’arsenal militaire, le gouvernement a fait disparaître le chômage. En tout, 10 millions d’hommes ont été envoyés au front, soit 20% des travailleurs.[2] La guerre a même permis de mobiliser les femmes et de les introduire sur le marché du travail pour augmenter la production. Cependant, tout cela s’est fait au prix d’une grande augmentation de l’endettement. Les américains ont hypothéqué leur futur pour y arriver, en dilapidant leur capital productif et en l’orientant sur la guerre. Le produit intérieur brut a certes augmenté durant la guerre, mais c’est parce que sa comptabilisation incluait toutes les dépenses de guerre, incluant les salaires des soldats. La vie était pénible pour les américains durant cette guerre. L’essence et les pneus étaient rationnés, ce qui rendait les déplacements difficiles, beaucoup d’ouvriers devaient travailler la nuit pour assurer la continuité de la production d’armements, le taux d’accident de travail a grandement augmenté en raison du fait que des ouvriers inexpérimentés devaient être engagés, la qualité des logements se dégradait fut l’interdiction de construction résidentielle décrétée par le gouvernement, les gens devaient attendre longtemps en ligne pour obtenir des biens de première nécessité vu le rationnement et les contrôles de prix. En somme, le niveau de vie des américains s’est grandement détérioré durant la seconde guerre mondiale.

La guerre a peut-être mis fin à la récession, mais elle a grandement appauvrit les Américains. Il est vrai que l’économie américaine a par la suite été relancée par sa participation à la reconstruction de l’Europe, mais cela s’est fait au détriment de l’Europe qui elle a dû assumer la facture et s’endetter pour la régler. Les guerres détruisent de la richesse, purement et simplement.

Qu’est-ce qui a causé la Grande Récession de 2008 ?

Note : je vous recommande de lire la partie 3 de ma série d’articles sur les bulles spéculatives si ce n’est pas déjà fait. Ces deux articles se complètent bien.

Suite à l’éclatement de la bulle techno en 2000 et la récession qui a suivi en 2001, la banque centrale américaine, la Federal Reserve, a entrepris une politique monétaire expansionniste dans le but de relancer l’économie ; c’est-à-dire qu’elle s’est mise à accélérer le rythme de création de nouvelle monnaie. Cette création de monnaie a bien entendu mis de la pression à la baisse sur les taux d’intérêt. Le graphique ci-bas montre le taux cible de la Federal Reserve (ligne foncée) et le taux hypothécaire variable de un an (ligne pale). Vous pouvez y observer qu’entre 2000 et 2004, les taux hypothécaires ont baissé drastiquement.


Fed-vs-mortgage-1024x840.jpg?9d7bd4

 

Suite à l’effondrement des marchés financiers durant la bulle techno de 2000, les gens étaient passablement traumatisés par la bourse. C’est alors que s’est développé un nouvel engouement pour l’immobilier. Cet engouement a bien entendu été stimulé et encouragé par les politiques du gouvernement visant à améliorer l’accès à la propriété.

Le graphique suivant montre qu’avec les bas taux d’intérêt, les gens se sont mis à épargner moins et dépenser plus en s’endettant, surtout pour acheter des maisons. Il présente le taux d’épargne (ligne rouge) et la dette des ménages en pourcentage du PIB (ligne bleue).

 

Debt-savings.jpg?9d7bd4

 

Cette nouvelle demande de maisons financées par le crédit facile a généré un boum dans les ventes de maisons et les nouvelles constructions. Le graphique suivant présente ces deux statistiques. Évidemment, nous avons aussi observé un gros déplacement de main d’oeuvre et de capital vers l’industrie de la construction, tel que démontré dans le second graphique.


Homesales.jpg?9d7bd4

Construction-payrolls.jpg?9d7bd4

 

Les prix des maisons ont augmenté très rapidement entre 2001 et 2006. Pendant ce temps, la consommation d’autres biens et services est demeurée vigoureuse. Comment les gens ont-ils pu à la fois investir dans l’immobilier résidentiel et maintenir leur consommation de biens et services ? Grâce à l’endettement ! Cette dette a donc permis aux consommateurs de devancer leurs décisions économiques dans le temps ; et ça ne coûtait pas cher vu les bas taux d’intérêt poussés à la baisse par la création de monnaie orchestrée par la banque centrale.

Cependant, toute cette création de monnaie a commencé à générer de l’inflation. Le graphique ci-bas montre une mesure utilisée par beaucoup d’économistes pour mesurer l’inflation, soit le changement dans l’indice des prix à la consommation excluant la nourriture et l’énergie. On peut voir qu’en 2006, il apparaissait clair que l’inflation allait sortir de la fourchette cible de la banque centrale. Celle-ci a donc décidé de ralentir le rythme de la création de monnaie. Cette politique a généré une hausse des taux d’intérêt qui a mis fin à cette bulle insoutenable. Les prix des maisons se sont mis à chuter. Les consommateurs, surendettés, se sont mis à remettre les clés à la banque plutôt que de faire leurs versements hypothécaires. Le chômage est alors apparu, surtout dans l’industrie de la construction, où il a atteint plus de 20%, puisque c’est cette industrie qui a été la cible de la plupart de ces mauvais investissements.

 

CPI-2000-2007.jpg?9d7bd4

 

Quelle a été la réaction du gouvernement ? Malheureusement, nos gouvernements observent les prescriptions de l’économiste John Maynard Keynes. Le gouvernement fédéral américain a mis en place un gigantesque plan de relance économique : le American Recovery and Reinvestment Act (ARRA) de février 2009, comprenant des dépenses de $787 milliards. Le but de cette politique était de créer de l’emploi en stimulant la demande de biens et services.

Plutôt que de laisser la récession nettoyer les mauvais investissements et  remettre l’économie sur le droit chemin, le gouvernement a préféré y aller d’une solution coûteuse et inefficace. Ce plan a créé beaucoup de confusion et d’incertitude dans l’économie. Il a fait en sorte de maintenir en vie des entreprises et des emplois qui auraient dû disparaître. Ainsi, le plan de relance a retardé la véritable reprise économique. À cet égard, les statistiques ne mentent pas. Le graphique suivant montre le taux de chômage. La ligne bleu-pale au milieu montre le taux de chômage prévu en février 2009 par la Maison Blanche si aucun plan de relance n’avait été adopté. La ligne bleue du bas montre le taux de chômage prévu par la Maison Blanche avec le plan de relance, c’est-à-dire ce qui aurait dû se produire selon l’administration Obama. La ligne rouge montre le taux de chômage qui a été réellement observé. En fait, le taux de chômage a été encore plus élevé que le taux prévu sans le plan de relance! Et ce n’est pas tout; le taux de chômage officiel n’inclue pas les travailleurs découragés, c’est-à-dire ceux qui ne se cherchent plus un emploi. En incluant ceux-ci, le véritable taux de chômage a presque atteint les 18% ! On peut donc conclure que le plan de relance a été un échec lamentable et coûteux.


Unemployment.jpg?9d7bd4

 

Pourquoi est-ce que le taux de chômage a augmenté dans toutes les industries (sauf au sein du gouvernement) et non seulement dans la construction malgré le fait que la bulle spéculative de 2006 a sévi dans l’immobilier ? Il ne faut pas oublier qu’une portion significative de l’industrie manufacturière américaine est directement reliée à la construction. Par exemple, si vous fabriquez des peintures de portes d’armoires de cuisine, des aspirateurs centraux, des stores verticaux, des vis à gypse, des moulures en mdf, des robinets, etc, la prospérité de l’entreprise qui vous emploi sera fort influencée par l’industrie de la construction résidentielle. Il y a aussi eu beaucoup d’emplois affectés dans les services : tels que les agents immobiliers, les notaires, les décorateurs, les paysagistes, les arpenteurs, les architectes, les préposés aux prêts hypothécaires dans les banques, etc. Et que dire de l’industrie du bois d’oeuvre et autres matériaux de construction, qui ont connu tout un choc suite à l’implosion de la bulle. Ensuite, il faut considérer l’industrie du commerce de détail et les manufacturiers des produits que ceux-ci vendent, parce que beaucoup d’américains ont profité de la bulle pour réhypothéquer leur maison à une valeur plus élevée, ce qui leur a permis de hausser leur consommation à court terme, par exemple pour s’acheter de nouveaux meubles, des cinéma-maisons, des bateaux, etc. Après le passage de cette manne, le retour à un niveau de consommation non-dopé par l’endettement a été brutal pour ces industries. Ainsi, l’implosion de la bulle immobilière n’a pas seulement affecté les emplois directs dans la construction, mais presque tous les emplois.

Suite à ce plan de relance, la dette du gouvernement américain atteint maintenant environ 92% du PIB, excluant les obligations reliés aux programmes sociaux. Pour payer le plan de relance, en 2010, le gouvernement américain dû emprunter presque autant d’argent que tous les autres pays du monde réunis. La dette totale des États-Unis (gouvernements, entreprises et particuliers) a atteint 360% du PIB, dépassant ainsi le niveau de 300% observé durant la Grande Dépression. Une grande partie de cette dette a été achetée par la banque centrale avec de la monnaie nouvellement créée.

De son côté, la Federal Reserve a créé des billions de nouvelle monnaie pour influencer les taux d’intérêt à la baisse. Son taux cible est en fait tombé à presque zéro, son but étant d’inciter les consommateurs et les entreprises à s’endetter pour relancer leurs dépenses. Malheureusement, si la cause de cette récession (et de toutes les récessions) est le surendettement facilité par la création excessive de monnaie, son remède ne sera certainement pas l’endettement. Ce serait comme tenter de se remettre d’une gueule-de-bois en engloutissant un litre de vodka !


Base-money-supply.jpg?9d7bd4

Est-ce que le keynésianisme a fonctionné durant la Grande Dépression ?

Le New Deal est le nom donné par le président américain Franklin Roosevelt à sa politique interventionniste mise en place pour lutter contre les effets de la Grande Dépression aux États-Unis. Ce programme s’est déroulé entre 1933 et 1938, avec pour objectif de relancer l’économieL’oeuvre principale de John Maynard Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, n’a été publiée qu’en 1936. Elle n’a donc pas eu d’influence sur les politiques appliquées durant la Grande Dépression de 1929-1938. Cependant, même si elle n’existait pas encore, la « recette » que Keynes publiera en 1936 a été appliquée presqu’à la lettre par les politiciens de l’époque, soit les présidents Hoover et Roosevelt.

Les politiques keynésiennes prescrivent que durant les récessions, le gouvernement doit augmenter ses dépenses pour relancer l’économie et la création de monnaie doit être effectuée pour tenter de faire baisser les taux d’intérêt. Or, c’est exactement ce qui a été fait durant la Grande Dépression.

Entre les années fiscales 1930 et 1932, sous la présidence de Hoover, les dépenses du gouvernement ont augmenté de +42%. L’administration Hoover a créé trente nouveaux départements gouvernementaux et a embauché 3.000 bureaucrates.[3] C’est aussi Hoover qui a fait adopter la loi Smoot-Hawley, qui augmentait les tarifs douaniers de 20% à 60% et qui a eu comme impact extrêmement négatif sur le commerce international. Pour payer toutes ces dépenses, le taux d’imposition marginal le plus élevé a été augmenté à 63% en 1932.

L’autre grave erreur de Hoover a été de passer une loi pour empêcher les employeurs de baisser les salaires. Or entre 1929 et 1933, les prix à la consommation ont baissé de 25% alors que les salaires n’ont baissé que de 15%, ce qui a eu un impact très néfaste sur la rentabilité des entreprises, qui ont dû faire des mises à pied massives pour éviter la faillite. Les augmentations du salaire minimum ont aussi contribué à ce phénomène durant la Grande Dépression.

L’élection du président Roosevelt en 1932 a assuré la continuité des politiques irresponsables de Hoover. L’économiste Murray Rothbard a d’ailleurs qualifié ces deux présidents de « jumeaux idéologiques ». Selon un des conseillers de Roosevelt, du nom de Rexford Guy Tugwell, le New Deal proposé par Roosevelt était une extrapolation des programmes précédemment initiés par Hoover.[4]

En 1934, les dépenses avaient augmenté de +97% par rapport à 1930. En 1936, l’année où le second New Deal a été mis en place, les dépenses du gouvernement avaient augmenté de +148% par rapport à 1930. Pour financer ces dépenses et réduire le déficit, Roosevelt a mis en place des augmentations d’impôts qui ont fait monter le taux marginal d’imposition à 90%. C’est par ailleurs Roosevelt qui après avoir forcé les citoyens à vendre leur or au gouvernement en échange de billets, a dévalué ces mêmes billets de 40%, empochant un profit substantiel.

 

Depenses-US-1930.jpg?9d7bd4

Source : « Historical Tables, Budget of the United States Government, Fiscal Year 2011″, Washington, D.C.: Government Printing Office, 2010.[3]

En 1933, Roosevelt a fait adopter le National Recovery Act (NRA). Cette loi a eu comme effet de grandement réduire la concurrence entre les entreprises d’une même industrie. Elle règlementait les prix, les salaires de même que les heures de travail. Des policiers contrôlaient son application et emprisonnaient les travailleurs qui dépassaient le nombre d’heures de travail autorisé ou qui vendaient un bien ou service à un prix inférieur à celui décrété par le NRA. Selon certains économistes, le NRA a fait augmenter les coûts des entreprises de 40%. Dans les 5 mois précédent la mise en place de cette loi, l’économie semblait prendre du mieux, l’emploi étant en hausse de 23%. Cependant, dans les 6 mois suivant l’adoption du NRA, la production industrielle a chuté de 25%. Cette loi a été jugée anticonstitutionnelle par la cour suprême en 1935. [5]

La création de monnaie a été très élevée durant la Grande Dépression. Entre octobre 1929 (le mois du crash) et octobre 1936, la base monétaire a augmenté de +65%. Le taux d’escompte de la Federal Reserve a quant à lui chuté de près de 5% à presque 1%.

 

Discount-rate-1930.jpg?9d7bd4

Source : Federal Reserve of St-Louis.

On peut donc dire que la recette keynésienne a été appliquée durant la Grande Dépression. Est-ce que cela a fonctionné ? Vraiment pas ! Malgré ces mesures, le taux de chômage a continué d’augmenter pour atteindre 25% en 1933. Il est par la suite demeuré au-dessus de 15% presque tout le temps et ce jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale. Le New Deal fut donc un échec, d’autant plus qu’après toutes ces dépenses, le taux d’endettement du gouvernement était passé d’environ 18% du PIB à 42%, le résultat habituel des politiques keynésiennes.

Unemployment-1930.jpg?9d7bd4

Source : US Department of Commerce, Bureau of the Census.

Pourquoi est-ce que le Japon a connu une Décennie perdue ?

Le Japon est un exemple flagrant de l’échec des politiques keynésiennes. Durant la période surnommée Décennie perdue (1991-2000) et même pour les années suivantes, la croissance du PIB réel a été médiocre et le taux de chômage a beaucoup augmenté pour demeurer très élevé (voir les deux graphiques ci-bas).

Suite à l’Accord du Plaza de 1985, beaucoup d’investissements étrangers ont été effectués au Japon ce qui a fait en sorte que le yen s’est fortement apprécié. En réponse à cette situation, la banque centrale a adopté une politique monétaire plus inflationniste de façon à engendrer une dépréciation du yen. La masse monétaire a augmenté de 10,5% par année entre 1986 et 1990.[6]

Ainsi, durant les années qui ont suivi, la banque centrale japonaise a généré une croissance très élevée de la masse monétaire du pays, mettant de la pression à la baisse sur les taux d’intérêt et stimulant l’endettement. Cette dette abordable a financé l’expansion d’une immense bulle spéculative qui a gonflé les prix de la bourse de Tokyo ainsi que de l’immobilier japonais (voir le troisième graphique ci-bas).

Lorsque la banque centrale a remonté sa cible de taux d’intérêt à la hausse pour contrer l’inflation, la bulle a dégonflé et l’économie est tombée dans une sévère récession. Les gens ont cessé de dépenser et investir et se sont mis à rembourser leurs dettes; ce qui est la bonne chose à faire dans une telle situation.

Devant cette situation, le Japon a tenté par tous les moyens de stimuler son économie. Ils ont maintenu les taux d’intérêt à 0% en créant des milliards de yens et engendré d’importants déficits gouvernementaux pour financer des dépenses visant à stimuler l’économie. De 1992 à 2000, le gouvernement japonais a mis en place 10 plans de relance économique totalisant plus de 100 billions de yens.Le déficit budgétaire du gouvernement a augmenté à 4,3% en 1996 et à 10% en 1998. Cette année là, le taux d’endettement du gouvernement a atteint 100% du PIB.

En bref, ils ont appliqué la recette de Keynes. Les Japonais ont refusé de laisser la récession « guérir » leur économie. Ils se sont donc retrouvées avec des entreprises moroses et des banques « zombies ». Les mauvaises entreprises étant sauvées par l’État, elles sont demeurées en opération, créant un climat économique peu propice à l’entreprenariat, à l’innovation et à la croissance. Par ailleurs, entreprises étaient tellement endettées qu’elles n’avaient pas d’argent pour investir dans leur capital productif. Ils ont par conséquent fait en sorte de prolonger le marasme économique, lequel dure encore à ce jour.

 

Japan-unemployment.jpg?9d7bd4

Japan-gdp-growth.jpg?9d7bd4

Japan-nikei.jpg?9d7bd4

Que s’est-il passé lors de la dépression de 1920-1921 ?

À ce point-ci, vous seriez en droit de vous demander s’il est déjà arrivé dans le passé que le gouvernement n’ait rien fait durant une récession et si oui quel a été le résultat ? La Dépression de 1920-1921 nous permet de confronter les explications énoncées dans les sections précédentes avec la réalité historique.

Pendant la Première Guerre Mondiale (1914-1918) et la période qui l’a suivie, la Réserve fédérale américaine avait substantiellement augmenté la quantité de monnaie en circulation. Lorsque la Fed décida finalement de hausser sa cible de taux d’intérêt, l’économie commença à ralentir. Vers le milieu de l’année 1920, le ralentissement avait atteint un niveau critique, la production diminuant de 21% au cours des douze mois suivants. Le nombre de chômeurs augmenta de 2,1 millions en 1920 à 4,9 millions en 1921.

Le président Harding n’envisageait certainement pas une politique monétaire expansionniste pour relancer l’économie. En fait, il condamna l’inflation :

« Nous avons gonflé la monnaie sans réfléchir, nous devons la dégonfler de manière mûrement réfléchie. Nous avons dévalué le dollar par des mesures financières irresponsables, nous devons le rétablir de façon honnête. »

Au niveau fiscal, plutôt de promettre de dépenser dans des plans de relance, il en appela à une réduction des dépenses :

« Nous tenterons de procéder à une déflation intelligente et courageuse, nous mettrons un terme aux emprunts gouvernementaux qui empirent la situation, et nous nous attaquerons aux coûts élevés des mesures étatiques avec toute l’énergie et la compétence dont les républicains sont capables. Nous promettons ce soulagement qui découlera de la fin du gaspillage et de l’extravagance, ainsi que du renouveau des pratiques de frugalité publique, non seulement dans le but de diminuer le fardeau fiscal, mais aussi parce que cela constituera un exemple pour stimuler l’épargne et la prudence économique dans la vie privée. »

Harding expliqua lors de son discours inaugural l’année suivante que l’économie avait subi les chocs et secousses associés à une demande anormalement élevée, à l’inflation du crédit et à une explosion des prix. Le pays traversait maintenant l’ajustement inévitable. Aucun raccourci facile n’était possible.

Harding tint parole en poursuivant les réductions budgétaires qui avaient débuté durant les derniers mois de l’administration Wilson, alors que la maladie de celui-ci l’avait rendu incapable de gouverner. Les dépenses fédérales diminuèrent de $6,3 milliards en 1920 à $5 milliards en 1921 et à $3,3 milliards en 1922. Entre-temps, les taux d’imposition furent réduits à tous les niveaux de revenu. Et au cours des années 1920, la dette nationale fut réduite du tiers.

En 1921, l’économiste Benjamin Anderson souligna que :

« Nous avons encaissé nos pertes, ajusté notre structure financière, enduré notre dépression, et en août 1921 nous avons repris la route de la croissance. La reprise de la production et de l’emploi qui s’est enclenchée en août 1921 s’appuyait sur une base solide suite à une restructuration en profondeur de nos problèmes de crédit, une réduction draconienne des coûts de production et le libre jeu de l’entreprise privée. Elle ne découlait pas de politiques gouvernementales visant à supporter les entreprises. »

Ce n’est pourtant pas une coïncidence si l’économie a repris son élan relativement rapidement suite à la récession de 1920. C’est justement parce qu’on n’a pas adopté de mesures de relance monétaires et fiscales qu’une solide reprise économique s’est pointée le bout du nez en un rien de temps.

Est-ce que la déflation est mauvaise pour l’économie ?

Il existe deux types de déflation : celle causée par la diminution des coûts de productions grâce au développement technologique et celle causée par la baisse de la demande durant les récessions. Ce second type de déflation n’est en fait qu’un ajustement se produisant suite à un niveau d’inflation insoutenable. La monnaie qui avait permis de générer cette inflation étant maintenant disparue, les prix se réajustent à la baisse. Cet ajustement est évidemment douloureux pour les entreprises et les travailleurs qui sont affectés, mais il est néanmoins nécessaire et inévitable. En fait, ce n’est pas cette déflation qui est mauvaise, mais bien l’inflation excessive qui l’a précédée durant le boum économique. Les prix de certains biens ou actifs n’auraient jamais dus être si élevés ; il est donc impératif que ceux-ci reflète les nouvelles conditions économiques plus saines.

Ce que la bible de Keynes nous dit c’est que lorsqu’il y a apparence de déflation, sous la forme d’une baisse des prix à la consommation, les gens retardent indéfiniment leurs achats puisqu’ils anticipent que les prix vont continuer de baisser. Cette baisse de la consommation crée une forme de marasme économique qu’il faudrait à tout prix éviter en créant de la monnaie pour générer de l’inflation.

La logique derrière ces actions est que si on réussit à créer de l’inflation, les volumes de ventes et les prix vont augmenter. Cette stimulation artificielle de la demande va faire en sorte que les entreprises verront leurs profits augmenter, ce qui les inciterait à investir dans leur capacité de production et à embaucher de nouveaux employés. Ces nouveaux employés dépenseraient et contribueraient ainsi à redémarrer la croissance économique.

Mais les choses fonctionnent-elles vraiment ainsi ? De décembre 1997 à août 2009, le prix des ordinateurs personnels a baissé de 93% malgré une amélioration constante de la performance de ceux-ci. Les ventes d’ordinateurs ont-elles baissé pour autant, les acheteurs reportant leurs achats anticipant une continuelle baisse de prix ? Évidemment que non ! Les ventes ont explosé de plus de 2.700% au cours de cette période.

Au contraire, la déflation permet à chacun des dollars que vous obtenez en échange de votre travail d’acheter davantage de biens ; elle augmente votre pouvoir d’achat. D’ailleurs, si la productivité des travailleurs augmente en raison d’une amélioration technologique, alors que la quantité de monnaie demeure inchangée, il en résultera de la déflation car plus de biens seront produits pour une même quantité de monnaie.

À la fin du 19e siècle, il y eut une longue période de déflation. Pourtant, cette période (1873 à 1896) fut marquée par un taux de croissance économique élevé et une grande prospérité économique dans les pays développés [7], durant laquelle la croissance fut soutenue. Cette déflation était due à une croissance limitée de la masse monétaire grâce à un système monétaire plus sain que celui que nous avons de nos jours (en l’occurrence l’étalon-or). La baisse des prix y fut accompagnée par une hausse continue du pouvoir d’achat. Cette période fut très prospère et prouve que la déflation n’est pas mauvaise pour l’économie.

L’autre raison pour laquelle la plupart des économistes craignent la déflation est la résistance à la baisse des salaires, que nous décrirons plus en détail dans une prochaine série d’articles. Lorsque les prix montent, les travailleurs veulent être compensés par des augmentations de salaires, mais lorsque les prix baissent durant les récessions, les travailleurs résistent farouchement aux baisses de salaires. Cela met en danger la rentabilité des entreprises, qui doivent alors licencier des employés pour réduire leurs coûts et éviter la faillite. Cela occasionne alors du chômage, ce qui nuit à la récession. C’est ce que nous avons vu durant la Grande Dépression des années 1930s : entre 1929 et 1933, les prix à la consommation ont diminué de 25% alors que les salaires n’ont baissé que de 15% en vertu des politiques du président Hoover restreignant les baisses de salaire. Pour préserver leur rentabilité et leur santé financières, les entreprises ont du effectuer des mises à pied massives. Le résultat a été une augmentation substantielle du chômage.

Pour éviter ce problème, les économistes keynésiens prescrivent de créer de la monnaie pour éviter à tout prix la déflation. Cela apparaît peut-être logique sur papier, mais comme nous l’avons vu, cette solution drastique cause plus de problèmes qu’elle n’en règle. En fait, la résistance à la baisse des salaires est un biais qui s’est possiblement développé suite au siècle d’inflation que nous venons de traverser, suite auquel les travailleurs tiennent mordicus à protéger leur pouvoir d’achat. Ceux-ci doivent être conscients que cette attitude pourrait les mener à perdre leur emploi.

 

Notes :

[1] http://bastiat.net/fr/oeuvres/cqovecqonvp.html#vitre_cassee

[2] “World War II and the Triumph of Keynesianism”, Robert Higgs, The Independent Institute, 8 octobre 2001.

[3] « FDR’s Disputed Legacy », Otto Friedrich, Hays Gorey et Ruth Mehrtens Galvin, Time, 1er février 1982.

[4] “A history of the American people”, Paul Johnson, 1997.

[5] http://www.presidency.ucsb.edu/data/budget.php

[6] « Great myths of the Great Depression”, Lawrence W. Reed, Mackinac Center for Public Policy, 1998.

[7] “Explaining Japan’s recession”, Benjamin Powell, Mises Institute, nov

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Philosophie politique
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 12:51

LES LIBÉRAUX ÉTATISTES * 

 

Texte publié en novembre 1994 dans le Rothbard-Rockwell Report, puis repris dans The Irrepressible Rothbard, publié par The Center for Libertarian Studies en 2000. Traduction de Hervé de Quengo.

 

par Murray Rothbard (1926-1995)

On ne connaît que trop bien, depuis quelques années, ce phénomène que constituent les « conservateurs étatistes », individus ayant trahi et apparemment oublié leurs principes et leur héritage dans une quête de puissance et de lucre, de respectabilité et d'accès aux coulisses du pouvoir; individus qui se sont désormais établis à Washington, à la fois physiquement et intellectuellement.

Tout le monde ne connaît cependant pas un autre développement, apparenté et bien plus contradictoire: la montée en puissance, au cours des dernières années, des « libéraux étatistes », qui dominent pratiquement totalement le mouvement libéral-libertarien dont ils ont pris le contrôle. Ce qui est bizarre avec eux, c'est qu'ils violent évidemment la nature et le sens du libéralisme, à savoir un attachement à l'idéal constitué soit de l'absence de tout État, soit d'un État très fortement réduit et strictement limité à la défense des personnes et de la propriété: ce que le philosophe ex-libéral Robert Nozick avait appelé l'État ultra-minimal ou ce que le grand écrivain paléolibéral H.L. Mencken appelait « un État à la limite de ne plus être un État du tout. » Jusqu'à quel point ce développement en est-il arrivé, et comment a-t-il pu se produire?

Confusion entre public et privé

Le libéralisme étatiste imprègne et domine ce que, par analogie avec les conservateurs, on pourrait appeler le « mouvement libéral officiel ». À partir de ce qui n'était il y a une vingtaine d'années qu'un courant, de ce que les marxistes appelaient un groupuscule, le libéralisme a mis en place un « mouvement officiel », bien qu'il n'ait jamais, Dieu merci, obtenu un quelconque pouvoir politique. Alors qu'il n'y a heureusement aucun équivalent libéral au National Review [magazine conservateur américain de William Buckley, NdT] pour régner sur le mouvement ou pour purger les hérétiques, il existe un réseau d'institutions et de revues qui constituent bel et bien un « mouvement officiel ».

Depuis plus de vingt ans, le Parti libertarien [le Libertarian Party] était une institution centrale, qui avait commencé tôt et de façon étrange, et qui d'une certaine manière créait plutôt qu'elle ne reflétait le mouvement dans son ensemble. Jusqu'à ces dernières années, les militants du Parti tiraient fierté de leur pureté et de la cohérence de leur dévouement au principe libéral. Le mouvement libéral-libertarien, toutefois, a toujours été bien plus large que le Parti lui-même. Il consiste en un réseau informel d'instituts (think tanks) défendant le libéralisme et l'économie de marché: instituts au niveau national, avec des groupes de pression, qui gravitent autour de Washington; instituts au niveau des régions ou des États américains, qui doivent forcément rester au coeur du pays, physiquement si ce n'est pas hélas en esprit. Il y a aujourd'hui des organisations juridiques qui paraît-il engagent des poursuites au nom de la liberté contre la tyrannie du gouvernement. Le mouvement comporte aussi deux mensuels, ainsi que d'autres qui ont disparu entre temps: un magazine relativement riche et horriblement ennuyeux, Reason, basé à Santa Monica (Californie); et un « fanzine » d'amateurs, Liberty, basé dans l'État de Washington.

Il existe aussi des réseaux apparentés d'institutions qui, comme beaucoup de lettres d'information traitant de placements et d'investissements, ne font pas exactement partie du mouvement mais sont des sympathisants de la cause. Le mouvement libéral est même suffisamment grand pour comprendre un incompréhensible journal universitaire « post-libéral », qui essaie d'intégrer libéralisme, marxisme et déconstructionnisme, périodique publié avec ténacité par un personnage digne de l'éternel étudiant chekhovien, sauf qu'il est bien moins inoffensif et financièrement bien mieux en point que le héros plutôt adorable de Chekov.

Ce qui est fascinant, c'est que presque toutes ces institutions, depuis les instituts jusqu'au Parti libertarien autrefois si pur, en passant par les magazines, ont abandonné particulièrement rapidement toute trace de leurs principes initiaux: la ferme résolution de réduire l'État et de défendre les droits de propriété.

Certaines raisons ne nécessitent bien entendu pas d'explications: la volonté d'imiter les conservateurs étatistes qui ont soif de respectabilité et de reconnaissance sociale, trouvée à l'occasion de cocktails à Washington, et qui, ce n'est pas un hasard, recherchent aussi le pouvoir, une bonne planque et des soutiens financiers. Mais il y a plus. À la base se trouve ce que beaucoup d'entre nous ont pu apprendre douloureusement au cours des ans: il ne peut y avoir de véritable séparation entre une idéologie politique formelle d'une part, les idées et les attitudes de l'autre.

Le libéralisme est logiquement compatible avec presque toutes les cultures, toutes les sociétés, toutes les religions et tous les principes moraux. Sur le plan purement logique, la doctrine politique libérale peut être séparée des autres considérations: on peut logiquement être – et, de fait, la plupart des libéraux-libertariens le sont – hédoniste, libertin, immoral, ennemi militant de la religion en général et du christianisme en particulier tout en demeurant un partisan cohérent de la politique libérale. En fait, en bonne logique, on peut être un défenseur cohérent des droits de propriété sur le plan politique tout en étant un fainéant, un bel escroc et un racketteur en pratique, comme bien trop de libéraux-libertariens tendent à l'être. On peut, sur le plan purement logique, faire ces choses. Mais sur le plan psychologique, sociologique, et en pratique, ça ne marche jamais ainsi.

C'est pourquoi, comme l'a souligné Justin Raimondo en étudiant ce qui avait mal tourné dans le mouvement libéral, ce dernier a commis une grave erreur à ses débuts, dans les années 1970, en se coupant de tout mouvement de droite ainsi que de tout type de tradition ou de culture américaine. En suivant l'exemple d'Ayn Rand, que la plupart des libertariens admiraient avec enthousiasme, les libéraux prétendaient être de véritables individualistes et d'authentiques révolutionnaires, n'ayant rien à voir avec la droite et apportant au monde une révélation politique totalement novatrice. De fait, le mouvement libéral a toujours été presque délibérément ignorant de l'Histoire et de tout ce qui touche aux affaires étrangères. Les syllogismes compliqués de la théorie libertarienne, la science-fiction, la musique rock et les mystères des ordinateurs ont constitué la totalité des connaissances et des intérêts de ses membres.

Une des raisons de cette séparation, que je n'avais pas bien saisie à l'époque, était issue d'une violente haine envers la droite, ainsi que de la crainte des libéraux de se retrouver associés avec un mouvement conservateur ou de droite, ou de se retrouver étiquetés comme tel. Une partie de cette haine provenait d'une haine plus générale et encore plus intense à l'encontre de la chrétienté, haine que certains avaient héritée d'Ayn Rand.

Pour être précis, l'un des aspects importants du récent virage vers l'étatisme vient de ce qu'un égalitarisme profondément enraciné a exercé son influence et infecté les idées politiques des libertariens. Grattez un peu, et sous l'égalitariste vous trouverez inévitablement un étatiste. Comment l'égalitarisme qui se développe et qui se répand au sein des libéraux peut-il être rendu compatible avec leur prétendue croyance à l'individualisme et au droit de chacun de s'élever suivant son propre mérite, sans être gêné par l'État? La solution à ce problème est à peu près la même que dans les autres versions courantes du « politiquement correct ».

Les libéraux-libertariens sont fermement convaincus que, si les individus ne sont pas « égaux » entre eux, tous les groupes imaginables: communauté ethnique, race, sexe et, dans certains cas, espèce, sont en réalité et doivent être rendu « égaux », que chacun possède des « droits » qui ne doivent pas être restreints par une forme quelconque de discrimination.

Et ainsi, s'opposant à son ancienne et supposée dévotion envers des droits de propriété absolus, le mouvement libéral a reconnu presque tous les faux « droits » de la gauche qui ont pu être fabriqués au cours des dernières décennies.

Peu avant que je ne quitte le mouvement libertarien et son Parti il a cinq ans (décision que je n'ai jamais regrettée, mais dont je me félicite au contraire chaque jour), je racontai à deux dirigeants bien connus du mouvement que j'estimais ce dernier désormais infecté et gangrené par l'égalitarisme. Quoi? me dirent-ils. C'est impossible. Il n'y a pas d'égalitarisme dans le mouvement. Puis je leur dis qu'un bon exemple de cette infection pouvait se voir dans la récente admiration envers le révérend et « Docteur » Martin Luther King. Absurde, me répondirent-ils. Eh bien, il est assez intéressant de constater que, six mois plus tard, ces deux gentilshommes publièrent un article saluant le « Docteur » King comme un « grand libéral ». Qualifier ce socialiste, cet égalitariste, ce chantre de l'intégration obligatoire, cet adversaire haineux des droits de propriété, ce personnage qui, par dessus le marché, fut longtemps sous la coupe du Parti communiste, qualifier cet homme de « grand libéral », voilà bien un signe évident de l'ampleur de la décadence du mouvement.

De fait, au milieu de toutes les discussions récentes sur les « tests révélateurs », il me semble qu'il y a un excellent test permettant de distinguer entre un conservateur authentique et un néoconservateur, entre un paléolibéral et ce que nous pouvons appeler un « libéral de gauche ». Ce test, c'est ce que l'on pense du « Docteur » King. Et ce ne devrait en fait être une surprise pour personne que, comme nous allons le voir, il y ait eu quasi-fusion entre les néoconservateurs et les libéraux de gauche. Il est même en pratique devenu difficile de les distinguer.

Dans le « mouvement libéral officiel », les « droits civiques » ont été acceptés sans problème, remplaçant totalement les véritables droits de propriété. Dans certains cas, cette acceptation d'un « droit à ne pas être l'objet d'une discrimination » a été explicite. Dans d'autres, lorsque les libéraux veulent accorder leurs nouvelles idées avec leurs anciens principes et n'ont pas peur des sophismes, voire de l'absurde, ils choisissent la voie sournoise tracée par l'American Civil Liberties Union (ACLU): si la moindre trace d'État intervient quelque part, alors le prétendu « droit » à un « accès égal » doit prendre le pas sur la propriété privée ou même sur toute mesure de bon sens.

C'est ainsi que lorsque le juge Sorokin, qui va bientôt être promu, suite à un consensus bipartite du Sénat américain, à la prestigieuse Cour d'appel fédérale, a décidé qu'un clochard malodorant devait avoir le droit d'empuantir une bibliothèque publique du New Jersey et de suivre les enfants aux toilettes, parce qu'il s'agit là d'un lieu public dont l'accès n'est donc pas susceptible de restrictions, la dirigeante nationale du Parti libertarien a publié un communiqué officiel le félicitant de sa décision. D'une façon analogue, les libertariens ont rejoint l'ACLU dans son combat pour la prétendue « liberté d'expression » des clochards et des mendiants dans les rues de nos villes, aussi agaçants et intimidants puissent-ils être, et ce parce que les rues sont, somme toute, des lieux publics et, que tant qu'elles le resteront, elles devront continuer à rester des cloaques, bien qu'il soit assez difficile de voir pourquoi la grande théorie libertarienne le nécessiterait. [Il est à noter que Walter Block, dans un article défendant la liberté totale d'immigration (« A Libertarian Case for Free Immigration », Journal of Libertarian Studies, 13, no 2, 1998), a repris à son compte l'argument sur la bibliothèque publique à laquelle on ne peut refuser l'accès. Son ami Hans-Hermann Hoppe a critiqué cette position dans son livre Democracy, the God that failed (Transaction Publishers, 2001, note de la page 159). Hoppe ajoute que la propriété publique devrait être considérée comme appartenant aux contribuables et que ni le clochard, ni l'étranger n'ayant payé d'impôts, ils ne peuvent revendiquer ces lieux. NdT]

Toujours dans la même veine, le principal juriste « libéral de gauche » de Washington affirme fièrement jusqu'à ce jour qu'il ne fit que suivre les principes libéraux quand, à son poste du ministère fédéral de la Justice – poste qui en soi n'est déjà pas facile à concilier avec de tels principes –, il apporta son concours au pouvoir judiciaire dans son abominable décision de menacer de prison le conseil municipal de Yonkers (New York) s'il refusait d'approuver un projet de HLM pour la raison que ces lieux deviendraient rapidement un dépotoir de drogués et de criminels. Son raisonnement était le suivant: cette opposition était une violation de la doctrine de non-discrimination car Yonkers avait d'autres projets de logements publics sur son territoire!

Ce ne sont pas seulement les opérations purement gouvernementales que vise cette doctrine « libérale ». Elle s'applique aussi à toutes les activités qui ont affaire à l'influence du secteur public, en utilisant par exemple les rues de l'État ou en acceptant des fonds publics. En fait, il n'est même pas toujours besoin d'une véritable action du gouvernement. Parfois, ces libéraux se rabattent sur l'argument qu'il est vraiment très difficile de toute façon, de nos jours, de faire la différence entre de qui est « privé » et ce qui est « public », que tout est à moitié public, et qu'essayer de conserver des droits de propriété dans une telle situation est irréaliste, naïf, ne tient pas compte de la réalité et ne constitue qu'un grain de sable « puriste » jeté dans la machine du « progrès » néoconservateur ou libéral de gauche.

« Droits » des homosexuels

Récemment, il y eut un débat fascinant entre un juriste paléolibéral de Californie et un employé d'une organisation juridique prétendument « libérale » nouvellement créée en Californie, le Center for Individual Rights, dirigé par le célèbre néoconservateur David Horowitz, qui aime se présenter comme « libéral ». Ce Centre est au passage une excellente illustration de fusion explicite entre néoconservateurs et libéraux de gauche, car son siège social comporte plusieurs membres éminents du mouvement libéral.

Le juriste « paléo » s'opposait au soutien du Centre à l'idée d'une interdiction légale faite aux universités d'édicter des règlements limitant ce que les membres du Centre appelaient « les droits constitutionnels de la liberté d'expression » des étudiants et de la faculté. Ce critique paléo était d'accord pour combattre le « politiquement correct » et les codes de bonnes conduite restreignant les prétendus « discours de haine », mais soulignait ce qu'on aurait, il y a peu de temps, considéré comme évident et banal, non seulement par les conservateurs et par les libéraux, mais aussi par tous les juges et par tous les Américains: le Premier Amendement, ou les droits à la liberté d'expression, ne s'appliquent qu'au gouvernement, seul le gouvernement peut empiéter sur de tels droits. Les personnes et les organisations privées peuvent exiger que tout individu qui utilise sa propriété respecte des règlements quant à la conduite ou les paroles à tenir, et tout individu qui utilise cette propriété accepte de ce fait de respecter ces règlements. Une loi limitant l'usage de tels règlements restreint par conséquent les droits de propriété tout autant que le droit de rédiger des contrats libres concernant son usage.

En réponse, le représentant du Centre méprisa cet argument considéré comme irréaliste et puriste: de nos jours, pour les libéraux officiels, tout ou presque est dans une certaine mesure public, de sorte qu'à l'inverse de tout ce que raconte l'enseignement libéral, « privé » et « public » sont mélangés. L'employé du Centre ne fut pas le moins du monde gêné quand le juriste paléo utilisa ce que toute personne sensée considérerait comme un raisonnement par l'absurde: à savoir que, en bonne logique, cette approche impliquerait que l'État devrait empêcher tout employeur privé de licencier un employé exerçant son droit à la « liberté d'expression » en dénonçant ou en insultant son patron, même dans les locaux de la compagnie.

Le problème, quand on utilise un raisonnement par l'absurde avec des libertariens, a toujours été que ceux-ci ne sont que trop heureux de choisir l'absurde. Et nos soi-disant « libéraux » sont ainsi en train d'aller plus loin que le Juge Hugo Black lui-même dans la séparation entre la liberté d'expression et les droits de propriété, et dans l'exaltation de la première au détriment des seconds. Même un « absolutiste du Premier Amendement » comme le Juge Black avait expliqué que la « liberté d'expression » ne donnait à personne le droit de venir chez vous pour vous importuner à longueur de journée.

Les « droits civiques » et la « liberté d'expression », ainsi que le mélange du « public » et du « privé » ne sont que le premier « Grand Bond en avant étatique » du mouvement libéral. L'une des caractéristiques culturelles de la plupart des membres de ce mouvement a toujours été un soutien passionnée aux moeurs et aux pratiques des « modes de vie alternatifs » et à « l'orientation sexuelle » en opposition avec les habitudes et les principes bourgeois ou traditionnels. La forte corrélation entre cette tendance « libertaire » et la haine endémique envers la chrétienté devrait sauter aux yeux de tous.

Alors que cette attitude culturelle a toujours imprégné les libertariens, la nouvelle caractéristique vient de leur soutien aux « droits des homosexuels » comme expression d'un « droit civique » à la non-discrimination. Les choses en sont venues au point où l'un des plus éminents instituts libéraux pratique sa propre forme de « discrimination positive » envers les homosexuels, embauchant ou ne soutenant que des homosexuels déclarés et, pour le moins, licenciant tout membre de l'équipe qui ne serait pas assez enthousiaste quant à cette procédure ou quant aux droits homosexuels en général.

Dans un autre institut libéral, qui ne s'occupe que de questions économiques, le numéro 2 a récemment tiré profit des vacances du numéro 1 pour organiser une réunion et dévoiler ouvertement son homosexualité à tout le monde. Puis il demanda les réactions de l'équipe à son ardente annonce pour ensuite demander au numéro 1 de mettre dehors ceux qui n'avaient pas montré un enthousiasme suffisant envers cette nouvelle.

Le Parti libertarien a pendant des années eu son comité « gay et lesbien ». Autrefois, le programme de ce comité se réduisait à demander l'abolition des lois contre la sodomie, position libérale bien banale. Aujourd'hui, au contraire, dans notre meilleure des époques, les théoriciens de ce comité exigent l'autorisation de la nudité publique et des actes sexuels en public, chose que leurs collègues d'Act Up ont réussi à faire cet été lors d'une parade homosexuelle à New York: acte techniquement illégal, bien que cette illégalité n'ait manifestement pas entraîné de représailles de la part du nouveau maire républicain. La justification, bien sûr, étant que les rues sont publiques (n'est-ce pas?) et que tout doit y être permis.

Jusqu'à récemment, l'attachement des institutions libérales de gauche aux « droits des homosexuels » était plus implicite qu'explicite, et se manifestait soit sous le couvert d'une action publique, soit par une discrimination « positive » de leur part. Le mois dernier, un nouveau pas a été franchi dans la revendication ouverte et officielle de droits spécifiques des homosexuels. David Boaz, dirigeant de l'institut le plus en vue de la gauche libérale, le Cato Institute [Rothbard fut à sa création un membre influent du Cato Institute. Voir à ce sujet et à propos des différents ultérieurs la biographie de Rothbard par Justin Raimondo: An Enemy of the State, Prometheus Books, 2000, chapitre 5. NdT], a en effet écrit un éditorial étonnant dans le New York Times, étonnant non pour le journal où il est paru bien entendu, mais quant à son contenu.

Le contenu de cet article était inhabituel à deux égards. Premièrement, pour la première fois peut-être de la part d'une institution se prétendant libérale, il traitait les initiatives « anti-homosexuelles » qui ont eu lieu dans le pays comme un « assaut » envers les « droits » des homosexuels, sans discuter du contenu de leurs propositions, qui n'étaient que des tentatives d'interdire les lois condamnant la discrimination anti-homosexuelle. Bref, les initiatives que dénonçait ce libéral étaient en fait des mesures destinées à protéger les droits de propriété contre un assaut de la part de cette partie de la législation qui confère des privilèges particuliers aux homosexuels. Ce qui est particulièrement étrange dans cette erreur, c'est que, si les libéraux sont compétents pour juger de quelque chose, ce devrait être pour ce qui concerne la distinction entre protection et agression des droits de propriété.

La deuxième étrangeté de cet éditorial est que cet éminent membre du Cato Institute y critique les conservateurs pour avoir, d'après lui, fait des homosexuels des « boucs émissaires » alors qu'ils ignoreraient, à ce qu'il paraît, ce qu'il considère comme le véritable problème social et moral de notre époque: les mères célibataires et... sonnez trompettes... le divorce!

Pourquoi les conservateurs écrivent-ils bien plus sur les homosexuels? En premier lieu, il me semble clair que le problème des mères célibataires a rencontré un large écho au sein des conservateurs. Quant au divorce, il est curieux qu'un libéral de gauche, voué au modernisme et au changement, chante la nostalgie du bon vieux temps où les femmes divorcées étaient obligées de quitter la ville. Mais le point remarquable dans son raisonnement est en fait cette incapacité stupéfiante et délibérée de garder contact avec la réalité.

Pourquoi les conservateurs passent-ils plus de temps à écrire sur les homosexuels que sur le divorce? Eh bien, tout simplement parce qu'il n'y a pas de parade bruyante des militants du « mouvement des divorcés » déambulant sur la 5e avenue de New York au cours d'une « Divorce Pride », marchant à poil et se livrant en public à des actes sexuels entre divorcés, réclamant des lois pour lutter contre la discrimination envers les divorcés, une discrimination positive en faveur de ces mêmes divorcés, des articles spécifiques aux divorcés dans la loi et une proclamation publique perpétuelle de la part des non-divorcés quant à l'égalité ou la supériorité du divorce sur la continuation du mariage.

Les choses ont évolué au point que le mot « libéral » [libertarian] a une nouvelle connotation lorsqu'il est utilisé par les médias. On avait l'habitude de l'utiliser pour désigner une opposition à toute forme d'intervention du gouvernement. Désormais, cependant, « libéral » est quasiment devenu dans l'esprit du public synonyme de partisan des « droits des homosexuels ». C'est pourquoi le candidat favori, pour l'élection présidentielle de 1996, de tous les libéraux qui ne veulent pas s'associer de trop près, en pensée et en acte, au Parti libertarien, est sans conteste William Weld, le gouverneur républicain du Massachusetts qui aime se présenter lui-même comme « libéral ».

La raison pour laquelle Weld utilise ce terme n'est pas son prétendu « conservatisme fiscal ». Lui et ses acolytes ont été décrits comme d'héroïques réducteurs d'impôts et du budget de l'État. Sa prétendue « baisse des impôts » a consisté à prendre le chiffre effroyablement gonflé du dernier budget de Michael Dukakis pour le réduire d'un petit 1,8%. Mais même cette baisse minuscule a été plus que compensée depuis par de fortes augmentations du budget. Ainsi, le conservatisme fiscal de Weld se manifesta l'année suivante par une hausse des dépenses de 11,4% au Massachusetts; et cette année il l'augmente à nouveau d'environ 5,1%. Pour le dire autrement, le geste de William Weld consistant à baisser de moins de 2% a été plus que compensé par une augmentation du budget de 17% au cours des deux dernières années. Vous avez dit « conservatisme fiscal »? L'histoire se répète sur le front des impôts: les baisses annoncées haut et fort par Weld ont été plus que compensées par de fortes augmentations.

Mais il ne s'agit que de maquillage destiné à tromper les conservateurs. Le « libéralisme » de Weld, dans son esprit et dans celui de ses admirateurs libéraux de gauche, réside presque exclusivement dans son attachement passionné aux « droits des homosexuels », ainsi qu'à la discrimination positive en faveur de ces derniers, discrimination qu'il a mise en place en nommant à des postes importants un grands nombre d'homosexuels notoires. Pour finir, je voudrais aussi mentionner que Weld est un partisan fanatique de l'écologie et de sa destruction despotique du niveau de vie de l'espèce humaine.

Récemment, les libéraux de gauche ne se sont pas contentés de soutenir des républicains de gauche: ils ont aussi fait une incursion dans le Parti démocrate. Plusieurs dirigeants du Cato Institute ont soutenu la campagne de Doug Wilder en Virginie, l'un d'eux étant même devenu membre de la commission des finances de Wilder. L'attirance exercée par Wilder au détriment du républicain de gauche Coleman est que Wilder incarne par sa personne et par sa vie à la fois la « diversité » sexuelle et raciale tellement aimée des libéraux de gauche. Il est toutefois typique que leur sens aigu de la politique les ait fait s'embarquer avec enthousiasme dans le bateau de Wilder juste avant qu'il ne coule sans laisser la moindre trace...

La nouvelle devise de presque tous les libéraux de gauche pour ce qui est de choisir des candidats du Parti libertarien est devenue: « fiscalement conservateur, mais socialement tolérant ». La signification de l'expression « fiscalement conservateur » peut se réduire, et se réduit dans les faits, à bien peu: elle signifie habituellement dépenser, ou proposer de dépenser, un peu moins que leurs adversaires politiques, ou encore ne pas trop augmenter les impôts.

« Socialement tolérant », tournure au mieux vaseuse, est une expression codée pour un ensemble de politiques et de caractéristiques éparses: attachement aux droits des homosexuels, aux droits civiques et généralement et par-dessus tout, ne pas être « rempli de haine » comme la droite chrétienne, Pat Buchanan et le Rothbard-Rockwell Report. Alors que nous ne sommes tous par définition que des brutes épaisses suant la « haine » par tous les pores, les libéraux de gauche, comme nous le savons tous si bien, ne sont que de braves gars, leurs êtres n'émettant que des ondes d'amour, de générosité et de chaleur d'esprit. Et, comme nous disons à New York, que leur vie soit la plus longue possible! De fait, je n'ai pas la même expérience personnelle des néoconservateurs que certains d'entre vous, mais je peux vous assurer que les libéraux de gauche valent les néoconservateurs en ce que vous ne voudriez pour rien au monde avoir affaire à eux. Faites-moi confiance pour ça.

Immigration libre

Pour être « socialement tolérant », il ne faut bien entendu pas émettre la moindre critique sur l'idée d'immigration libre. Au contraire, il convient de la soutenir sans réserves. Avec les libéraux de gauche et les néoconservateurs, toute proposition, quelle qu'en soit la raison, de limiter l'immigration ou même de réduire le flux d'illégaux est automatiquement et hystériquement dénoncée comme raciste, fasciste, sexiste, hétérosexiste, xénophobe, et toute la panoplie d'épithètes injurieux à portée de main. (Bien que les néoconservateurs semblent, curieusement, faire une exception flagrante envers ceux qu'ils appellent de manière assez vague les « terroristes arabes ».) Les choses en sont venues à un tel point que le Parti libertarien, qui s'était opposé avec force et de manière constante à tout impôt et à toute dépense de fonds publics, est maintenant en train de changer rapidement de politique et d'attitude, y compris sur ce sujet, pourtant depuis longtemps cher aux coeurs libéraux.

En Californie, il y aura en novembre de cette année un vote sur une proposition remarquablement simple et intitulée « Save Our State » [Sauvons notre État], qui pourrait être reprise par tout Américain des classes ouvrières ou moyennes. En fait, ceux qui la connaissent en sont des partisans enthousiastes. Cette proposition interdit tout usage de fonds publics en faveur d'étrangers en situation irrégulière. La plupart des gens, bien sûr, pensent que ces illégaux devraient plier bagage et retourner chez eux, mais certainement pas bénéficier, aux frais du contribuable, de l'aide médicale et des écoles publiques, ainsi que de tout l'appareil de l'État-providence.

Comme vous pouvez l'imaginer, tout l'establishment et tous les groupes bien-pensants se sont opposés avec hystérie à cette proposition. Dans cette coalition on pouvait évidemment retrouver le grand patronat, les syndicats, les associations d'enseignants, les médias, les experts, les professeurs, et toutes les élites faiseuses d'opinion, bref les suspects habituels [the usual suspects]. Ces groupes ont tous dénoncé « Save Our State » comme un encouragement à la diffusion de l'ignorance et du mal. Les partisans de la proposition furent dépeints comme pleins de haine, racistes, sexistes, hétérosexistes, xénophobes, etc. Les seuls à la défendre étaient un ensemble d'organisations inconnues, véritablement populaires, qui essaient d'éviter, plutôt qu'elles ne recherchent, la publicité parce qu'elles ont déjà reçu des menaces de mort et d'attentat à la bombe, probablement de la part des membres de la « communauté illégale » que l'on appellerait normalement « gangsters » s'il n'y avait le politiquement correct.

Notre collaborateur Justin Raimondo est, je suis fier de le dire, le coordinateur de « Save Our State » à San Francisco et il rapporte que le chef de la section de San Francisco du Parti libertarien (je dois préciser ici que l'État de Californie est peut-être le seul où le Parti a de nombreux membres et ne se résume pas à une organisation de papier) s'oppose à cette proposition – une première chez les libéraux: s'opposer à une réduction d'impôts!

Quel raisonnement a conduit le Parti libertarien à abandonner précipitamment le contribuable et les droits de propriété en faveur du politiquement correct? C'est que l'application de la proposition « Save Our State » pourrait représenter une menace pour les libertés civiles! Mais l'application de n'importe quelle mesure, bonne ou mauvaise, pourrait bien sûr menacer les libertés civiles et ce n'est pas une excuse pour refuser de voter un projet valable. Les frontières, apparemment, ne doivent pas seulement rester grandes ouvertes: il faut aussi encourager cette ouverture et la financer au frais du contribuable américain. La confusion entre public et privé, le changement de définition des « droits » sont visiblement allés si loin que tout immigré en situation irrégulière a maintenant le droit de lessiver le contribuable pour un montant que Dieu seul connaît. Bienvenue dans le libéralisme étatiste!

Impôt sur le revenu, ALÉNA, OMC...

L'opposition aux impôts s'est en fait systématiquement affadie. Le Cato Institute s'est récemment déclaré en faveur de la campagne richement dotée réclamant la suppression de l'impôt sur le revenu pour le remplacer par un impôt sur les ventes. La revendication de la vieille droite et des vieux paléos, telle que je me la rappelle depuis mes années de jeunesse, était de supprimer le Seizième amendement et l'impôt sur le revenu, point. La variante actuelle constitue une proposition bien différente. En premier lieu, elle repose sur le slogan que les conservateurs ont hérité des « théoriciens de l'offre » [supply-siders] et qui a été finalement adopté par presque tous les économistes et soi-disant hommes d'État: quoi qu'il arrive, et quelle que soit l'évolution de la législation des impôts, il faudrait que la modification de la loi soit « neutre » quant aux rentrées fiscales, c'est-à-dire que le montant total de la récolte ne doit jamais baisser.

 

« Comme avec les décontructionnistes, nous entrons avec les libéraux de gauche dans un monde à la Humpty Dumpty, où les mots ne veulent dire que ce qu'on choisit de leur faire dire et où la véritable question est de savoir qui sera le maître. »

exerql.gif

 

On n'explique jamais comment cet axiome s'inscrit dans la doctrine conservatrice ou libérale, ni pourquoi diable les rentrées fiscales ne devraient pas diminuer. Hein, pourquoi donc? À la réponse habituelle, qui nous dit que nous devons nous soucier des déficits fédéraux, la réplique appropriée, que plus personne ne fait, est de diminuer fortement les dépenses de l'État. Ce qui exige bien sûr que l'on en revienne à la vieille définition démodée de la « diminution du budget », i.e. une véritable diminution du budget, et non que l'on accepte le sens actuel qui signifie diminution de son « taux de croissance » ou diminution se fondant sur une prédiction de croissance du Congrès ou de la présidence, basée sur des hypothèses inévitablement douteuses. Comme l'a souligné un numéro récent du Free Market, la lettre du Mises Institute, il y a de graves défauts dans cette idée de remplacer l'impôt sur le revenu par un impôt sur les ventes.

En premier lieu, et contrairement au caractère prétendument « réaliste » et « pragmatique » de cette proposition, elle ne conduirait pas en pratique à la suppression de l'impôt sur le revenu, mais plutôt à l'ajout d'une nouvelle taxe sur les ventes à notre sordide législation fiscale actuelle. En second lieu, si la part « personnelle » de l'impôt sur le revenu était éliminée, la part « patronale » demeurerait. De cette façon, l'abominable Gestapo fiscale resterait intacte et continuerait à examiner les livres de comptes et à s'immiscer dans nos vies. De plus, une taxe de 30% sur les ventes réclamerait également des mesures lourdes pour la faire respecter, de sorte qu'un nouveau service du ministère des Finances devrait rapidement mettre son nez dans les comptes de chaque commerçant du pays. Il ne me semble pas nécessaire d'avoir un doctorat ou un sens théorique très poussé pour prévoir ces conséquences. Ce qui conduit à mettre en doute la bonne foi des partisans de cette réforme.

En parlant de bonne foi: l'une des pires histoires de tous les instituts défendant l'économie de marché, ainsi que de tous les journaux et institution libéraux « officiels », fut de soutenir comme de nombreux autres moutons tout le tintouin fait autour de l'ALÉNA [Accords de Libre-Échange du Nord de l'Amérique, en anglais NAFTA], et désormais en faveur de l'Organisation Mondiale du Commerce. Le Fraser Institute canadien a réussi, sans rencontrer la moindre résistance, à conduire presque tous les instituts libéraux du pays vers ce qu'ils ont appelé le « Réseau de l'ALÉNA » [« Nafta Network »], qui a consacré des sommes sans précédent à une agitation, une propagande et de prétendues « recherches » sans fin, destinées à faire passer l'ALÉNA. Et pas seulement les instituts: les ont rejoints un grand nombre de libéraux et de sympathisants du libéralisme que l'on trouve parmi les chroniqueurs, écrivains et experts.

Le développement de ce processus nous a apporté quelques distractions macabres. La ligne suivie au départ par ces libéraux de gauche était la ligne Bush-Clinton: à savoir que l'ALÉNA favoriserait, et en serait même une condition indispensable, le beau concept de libre-échange, devenu article de foi des républicains conservateurs lors de la présidence de Reagan. L'unique opposition à l'ALÉNA proviendrait donc uniquement d'une alliance constituée de protectionnistes déconcertés ou plus probablement méchants: des responsables syndicaux socialistes, le détestable Ralph Nader, des fabricants nationaux inefficaces à la recherche de tarifs protecteurs et leurs larbins. Pire encore, on y trouve des alliés remplis de haine, protectionnistes, xénophobes, racistes, sexistes et hétérosexistes, tel Pat Buchanan.

C'est à ce moment que Pat Buchanan fit un coup de maître, déconcertant les forces pro-ALÉNA. Il attira l'attention sur le fait que des partisans du libre-échange, aussi ardents et puristes que Lew Rockwell, moi-même et le Mises Institute, ou encore les membres du Competitive Enterprise Institute, s'opposaient à l'ALÉNA parce qu'il s'agit de mesures faussement libérales, qui comprennent de nombreuses restrictions au libre-échange, notamment des contrôles socialistes en ce qui concerne l'emploi et le respect de l'environnement. Et parce que, de plus, ces mesures sont particulièrement dangereuses, ajoutant des restrictions intergouvernementales aux restrictions internationales, et qu'il faudra les faire respecter par de nouvelles organisations intergouvernementales ne devant rendre de compte à personne et certainement pas aux électeurs des nations concernées.

Il est amusant de voir que les propagandistes pro-ALÉNA durent changer leur fusil d'épaule dans la précipitation. Ils furent obligés de nous attaquer, soit nominalement soit sur le plan général. Comme ils ne pouvaient pas nous dépeindre comme des protectionnistes, ils eurent à se battre simultanément sur deux fronts, attaquant les méchants protectionnistes de droite et de gauche tout en dénonçant simultanément notre pureté excessive quant au libre-échange, reprenant ainsi l'expression de Voltaire, que je commence à détester presque autant que les mots « aliénation » et « tolérance »: le mieux est l'ennemi du bien. En fait, bien sûr, l'ALÉNA et l'OMC ne sont en aucun cas le « bien »: ils ne font qu'empirer la situation et sont considérés comme des « maux » par tout libéral au véritable sens du terme.

Quelques libéraux de gauche ont répondu à nos critiques du projet de gouvernement mondial que seuls des xénophobes et des étatistes pouvaient se soucier de « souveraineté nationale », parce que d'après les grandes théories libérales seul l'individu est souverain, pas la nation. Je ne souhaite pas discuter longuement de ce point. Mais, selon moi, il devrait être évident à tout libéral que l'ajout de nouveaux niveaux de gouvernement, plus élevés et plus étendus, ne peut qu'augmenter l'étendue et l'intensité du despotisme. Et que plus ces niveaux sont élevés, moins ils sont soumis au contrôle, à leur limitation ou à leur suppression de la part de la population.

Mais je constate de plus en plus qu'on ne peut jamais rien considérer comme évident avec les prétendus libéraux. De fait, Clint Bolick, éminent théoricien et activiste libéral sur le plan juridique, a écrit un livre pour le Cato Institute où il étudie de façon étrange l'Amérique d'aujourd'hui pour en conclure que la véritable tyrannie, la véritable menace pour nos libertés, ne serait ni le Léviathan fédéral, ni le Congrès, ni l'exécutif, ni encore le nombre sans cesse croissant des despotes à vie qui composent la magistrature fédérale. Non rien de tout cela: la véritable menace pour nos libertés serait au contraire les gouvernements populaires locaux.

Il me semble impossible de tenir un quelconque raisonnement ou d'avoir la moindre discussion avec des gens qui étudient la vie actuelle des Américains et en arrivent à de telles conclusions. Qualifier ces individus de « libéraux », comme dire des partisans l'ALÉNA qu'ils sont en faveur du « libre-échange », c'est déformer le sens des mots au-delà de tout entendement. Comme avec les décontructionnistes, nous entrons avec les libéraux de gauche dans un monde à la Humpty Dumpty, où les mots ne veulent dire que ce qu'on choisit de leur faire dire et où la véritable question est de savoir qui sera le maître.

En parlant de celui qui sera le maître, les partisans de l'ALÉNA ont eu le toupet d'accuser la « coalition » des protectionnistes et des authentiques partisans du libre-échange d'être payés par la méchante industrie textile. Cette accusation, tenez-vous bien, provient d'institutions largement subventionnées par les gouvernements mexicain et canadien, par des lobbyistes mexicains et canadiens, ainsi que par des entreprises et des donateurs issus des industries d'exportation. Car une des vérités bien tues de la politique étrangère américaine depuis la Seconde Guerre mondiale et même depuis 1930, y compris pour ce qui est des négociations commerciales, des traités et accords entre États, du prétendu « libre-échange » et des échanges commerciaux, tout comme pour tous les programmes d'aide internationale, cette vérité c'est que la motivation principale était de mettre en place des subventions publiques, payées par les contribuables, aux industries d'exportation et aux banquiers qui les soutiennent. On peut parler d'individus élevés en serre!

Histoire américaine

Je ne voudrais pas clore ce chapitre sur l'ALÉNA sans mentionner brièvement la réponse étonnante du Parti libertarien. Rappelons à nouveau que le Parti s'était autrefois toujours opposé à toute forme de restrictions ou de contrôles commerciaux entre États. Et pourtant, l'auguste Comité national qui dirige le parti entre deux conventions – qui sont de plus en plus rares d'ailleurs –, s'est senti obligé d'émettre un communiqué soutenant l'ALÉNA au point culminant de la controverse, jetant ainsi tout son poids dans la bataille.

Celui qui dirige en réalité le Comité national est lui-même un théoricien libéral reconnu. Seule la nostalgie de ses anciennes idées, ou un minimum d'intégrité, l'a empêché d'essayer de répondre à nos critiques. Malheureusement, il a dû pour ce faire avoir recours au type d'argument autrefois en vogue dans ces minuscules organisations (véritables sectes) au nom si grandiose, comme le Parti international révolutionnaire des travailleurs. À savoir: lui et le Comité national reconnaissent qu'il y a un problème avec l'ALÉNA, que son organisation bureaucratique internationale pourrait bien signifier des restrictions dépassant ses prétendus caractéristiques libérales. Mais, concluent-ils, il ne faut pas s'en soucier parce que, dans ce cas, le Parti libertarien mettrait tout son poids politique pour arrêter cette dérive. Quel soulagement de savoir que le Parti libertarien se mettra en travers de l'ALÉNA et de ses inévitables conséquences!

Lorsque l'alliance « paléo » commença à gagner en influence, nous fûmes pendant un moment la cible de violentes attaques de la part des néoconservateurs, rejoints désormais par les nouveaux « libéraux officiels ». Virginia Postrel, éditrice du mensuel Reason, s'est en un sens fait une spécialité des attaques contre la droite proche de Buchanan. Elle la dénonce habituellement pour sa prétendue opposition au « changement »; en fait elle fait un peu penser aux harpies médiatiques qui faisaient écho aux partisans de Clinton durant la campagne présidentielle, chantant la nécessité du « changement », apparemment changement pour le changement, sans autre but, et qu'elle confond avec une étrange Société des Possibles [Opportunity Society]. La véritable question est toutefois bien de savoir de quel changement il s'agit, pour quoi faire et dans quelle direction? Les paléos, après tout, sont de grands partisans du changement, d'un changement radical qui plus est. Sauf que mon petit doigt me dit que le changement que nous recherchons – réactionnaire et plein de haine – n'est pas exactement le type de « changement, changement, changement » dont parlent cette éditrice et autres néoconservateurs ou Clintoniens.

Ce mois-ci, elle a écrit un éditorial dénonçant la coalition anti-GATT, qu'elle considère très curieusement comme « des partisans de l'immobilisme... en appelant à la puissance de l'État pour bloquer le processus dynamique des marchés et du choix individuel. » Qu'elle puisse interpréter une mesure soutenue avec enthousiasme par le président Clinton et le reste de l'establishment étatique comme un exemple du marché et de choix individuel s'opposant à la puissance de l'État, voilà qui dépasse l'entendement.

Une autre anecdote a suscité la colère de notre éditrice, toujours dans ce même éditorial. Ici aussi elle trouve une coalition de l'immobilisme essayant de bloquer le processus bénéfique de la croissance économique dans un marché libre. Ici aussi nous avons une coalition de progressistes, de conservateurs, de résidents du coin, d'historiens et de toute sorte d'autres personnes essayant de conserver et d'honorer l'héritage américain et essayant d'empêcher la construction sur les lieux mêmes de la Bataille de Manassas d'un parc thématique Disney traitant de l'Histoire américaine. L'une des raisons principales pour empêcher cette « Eisnerisation » du Nord de la Virginie est la version politiquement correcte de l'Histoire que veut infliger à des visiteurs ne se doutant de rien l'historien en chef d'Eisner: Eric Foner, marxiste-léniniste notoire.

Foner, au passage, dans une illustration parfaite de cette alliance entre la gauche et les néoconservateurs, était, lors de la première année de présidence de Reagan, le principal « expert » à aider Irving Kristol et les néoconservateurs dans leur dénonciation de Mel Bradford comme « raciste » et « fasciste », pour avoir eu l'audace de critiquer l'un des principaux despotes de l'histoire américaine: Saint Abraham Lincoln, qui, par bien des côtés, est le prédécesseur du « Docteur » King en ce qu'il nous aide à séparer rapidement le bon grain de droite des diverses variétés d'ivraie de gauche.

Dans son article, Postrel décrit cette coalition contre le parc thématique comme une « coalition de la gauche opposée à la croissance et des conservateurs attachés au sang et à la terre. » En un certain sens, il n'est pas surprenant que l'éditrice, libérale de gauche, oublie de signaler que le projet se propose d'infliger une version politiquement correcte, marxiste-léniniste, de l'histoire américaine à des touristes innocents et que donc elle ne s'y intéresse pas. Mais Pat Buchanan, une fois encore, jeta une clé à molette dans la machine de propagande de la gauche libérale en signalant que votre serviteur, dans un article du Free Market, avait montré que ce parc thématique Disney n'était nullement le résultat du marché, mais bel et bien un projet dépendant explicitement d'une subvention de 160 millions de dollars, payés par les contribuables de l'État de Virginie.

Est-ce réellement une preuve d'immobilisme, de refus de la croissance et du libre-échange que de s'opposer à un projet exigeant une aide des contribuables à la hauteur de 160 millions de dollars? Comment cette éditrice prétend-elle défendre son soutien face à cette critique, émanant de la part de quelqu'un qui, pour le moins, peut être considéré comme un peu plus libéral et opposé à l'État qu'elle ne l'est? Sa ligne de défense est assez instructive et particulièrement peu convaincante. Son commentaire est le suivant, reproduit intégralement: « l'objection des partisans du libre-échange expliquant que ce parc touche des subventions ne constitue pas le coeur du débat. » Eh bien, c'est ce qui s'appelle répondre à cet argument.

Bons scolaires

L'une des raisons principales qui aurait à ce qu'il paraît conduit les libéraux à haïr la religion est qu'ils seraient eux, les libéraux, des défenseurs acharnés de la raison avant tout, alors que les croyants seraient inévitablement trompés par ce que les rationalistes aiment appeler une « superstition ». Il est instructif de réfléchir sur la qualité des capacités de raisonnement que ces libéraux ont montré lors de leur éloignement de la liberté et des droits de propriété.

Retournons maintenant à une dernière mesure qui illustre le « Grand Bond en avant étatiste » du mouvement libéral. Il s'agit de son soutien au programme de bons scolaires, proposition que les libéraux de gauche de Californie ont soumis sans succès au vote en novembre dernier. Les néoconservateurs et les libéraux de gauche entrèrent joyeusement dans la bataille californienne du bon scolaire, qu'ils ont largement financée, convaincus de n'avoir d'autres adversaires que les habituels et syndicats d'enseignants et de progressistes.

Les libéraux de gauche utilisèrent à cette occasion leur mot ronflant favori, « choix », qu'ils avaient d'abord appliqué au choix des femmes quant à l'avortement, et qu'ils voulaient désormais étendre au choix des parents et des enfants quant aux écoles à fréquenter, et au choix entre écoles privées et publiques. Ayant anticipé le déroulement du débat, les partisans du bon scolaire menaient tranquillement leur campagne quand ils furent à nouveau éclipsé par un article influent de Lew Rockwell dans le Los Angeles Times, article qui constitua, d'après ce qu'ils avouèrent tristement un peu plus tard, la plus grande force ayant conduit à l'échec de leur plan. Lew sortit du débat habituel pour souligner des points auxquels tenaient particulièrement les parents et les contribuables californiens mobilisés dans la critique du système d'école publique.

Lew souligna que (1) l'État-providence et le fardeau subi par les contribuables augmenteraient au lieu de diminuer avec la mise en place de ce programme de bons scolaires; et (2) que si les enseignants des écoles publiques peuvent certes s'opposer à ce programme, ce qui est bien plus important et plus dangereux, c'est que ce programme conduirait à un contrôle des écoles privées plus strict de la part de l'État, ces écoles étant pour l'instant encore en grande partie à l'abri des intrusions gouvernementales. Le gouvernement contrôle toujours ce qu'il subventionne et, dans le cas du bon scolaire, l'État serait obligé de définir de qui constitue une « école » afin qu'elle puisse toucher les aides.

Comme pour tout programme de redistribution, l'étendue des choix des bénéficiaires ne peut croître qu'aux dépens des perdants, en l'occurrence des parents d'enfants allant aujourd'hui dans une école privée. Cet argument se révéla non seulement être une véritable bombe, mais Lew utilisa, pour la première fois je crois, un autre argument puissant et sensible; (3) le programme de bon scolaire détruirait les écoles publiques de banlieues aujourd'hui relativement bien et soigneusement protégées, parce qu'elles seraient obligées d'accepter tous ceux qui viendraient d'autres quartiers.

En bref: ces écoles de quartiers, contrôlées dans une certaine mesure par les parents et les contribuables locaux, seraient forcées d'accepter les hordes de la jeunesse inéducable et même criminelle du centre-ville. Les choix de ces parents de banlieue diminueraient. Non seulement les enfants des banlieues seraient en danger, mais la valeur de leurs biens immobiliers, reposant pour une bonne part sur leur déménagement pour des quartiers comportant d'assez bonnes écoles, serait en grand péril.

Alors que ce dernier argument de Lew Rockwell, très politiquement incorrect, fut en butte à l'hystérie prévisible des libéraux de gauche, qui l'accusèrent comme d'habitude de racisme, sexisme, hétérosexisme, etc., etc., son argument fut particulièrement efficace là où il le fallait: chez les habitants de la classe moyenne des banlieues, qui étaient jusque-là prêts à voter en faveur du programme de bon scolaire. Il n'y a pas de meilleur témoignage de la puissance des idées, quels que puissent être l'ambiance politique préalable ou les soutiens financiers.

Triade en trois temps

Une remarque générale: il y a quatorze ans, le Parti libertarien mena sa campagne présidentielle la plus richement dotée, et donc la plus largement relayée par les médias. Lors de cette campagne, menée par ce qui déjà n'était certainement pas son aile la plus puriste, les médias, qui s'y intéressaient pour la première fois, demandèrent qu'on leur explique en quelques mots ce qu'était le « libertarianisme ». La réponse fut: un « progressisme combiné avec un faible niveau d'impôts » [Cf. la remarque qui suit. NdT]

Le chef absolu de cette campagne, Ed Crane, est désormais à la tête de l'un des instituts libéraux américains les plus en vue. Récemment, lui et ses collègues ont fourni une autre formule résumant l'essence du libéralisme. Un « progressisme de marché » [Ibid. NdT]. Il est à noter que si l'ancienne définition faisait encore référence à des impôts réduits, le nouveau credo peut être accepté par presque tout le monde. Après tout, la plupart des socialistes se présentent comme « progressistes » et tous les socialistes acceptent désormais un certain type de marché. Cette expression pourrait donc être, et a peut-être été, retenue par notre président, le bien peu libéral William Jefferson Blythe Clinton IV, tout comme par le dernier dirigeant de la défunte Union soviétique, Mikhaïl S. Gorbatchev. Vous avez dit respectable et au sein du courant dominant?

Ces dernières semaines, le même théoricien éminent du « progressisme de marché » a décidé de combattre ce qu'il considère comme le grand danger représenté par le mouvement populiste de droite. Il propose à la place de ce dernier une « Révolution de velours », terme qui semble bien plus étrange et bien plus exotique aux États-Unis qu'il ne l'était en République tchèque.

Cette Révolution de velours qui, selon notre éminent libéral de gauche, limitera le gouvernement fédéral « sans perturbations », est un simple ensemble de trois mesures légales. L'une consiste à remplacer l'impôt sur le revenu par une taxe sur les ventes, proposition dont j'ai déjà parlé. La deuxième consiste à limiter les mandats et la troisième consiste à faire passer un amendement obligeant à l'équilibre du budget. Le problème avec cet ensemble est de ne rien arranger, mais plutôt d'empirer les choses: au mieux, on peut tromper les masses en leur faisant croire que Washington a été dompté et les conduire à abandonner tout intérêt pour le sujet. C'est peut-être d'ailleurs l'objectif.

Très brièvement, l'amendement exigeant un budget équilibré est un bobard et une escroquerie intellectuelle. Hormis les clauses dérogatoires permettant au Congrès d'échapper facilement à cet amendement, le fait qu'il représenterait une excuse facile pour justifier la hausse des impôts, et le fait que le gouvernement fédéral peut aisément mettre ses dépenses dans la partie « activités hors budget » comme il le fait déjà, le prétendu « équilibre » ne concerne que les projets de dépenses futures et non le budget actuel. Or tout le monde peut bel et bien prévoir n'importe quelles dépenses futures.

Enfin, il n'y a aucune obligation associée: les membres du Congrès votant en faveur de budgets non équilibrés seront-ils tous virés et éliminés?

Ce qui m'amène à la troisième partie de cette triade: la limitation tellement vantée des mandats. Je n'ai pas d'opposition au concept en soi. Le problème, c'est que la limite des mandats ne peut restreindre que ceux des élus du Congrès ou des États, alors que le bras législatif est de loin celui qui a le plus grand pouvoir parmi les trois branches du gouvernement. De ces branches, les élus du Congrès et des États sont les seuls à devoir rendre des comptes au public et à être soumis aux représailles des électeurs. Ce sont les seuls dont nous pouvons nous débarrasser rapidement et pacifiquement. Comparez cette situation avec celles des autres branches néfastes, qui ne sont pas soumises à un mandat.

Il y a l'exécutif, au sein duquel seul le président est élu pour une durée limitée, malgré les ronchonnements de tous les partisans de la « démocratie ». Le reste de notre vaste bureaucratie fédérale ne peut pas être changé par le public. Véritables despotes, ils ont été congelés sur place par le système du « service public », imposé au public par les élites intellectuelles et médiatiques de la fin du dix-neuvième siècle Et il y a pour finir les véritables et abominables tyrans de notre époque, j'ai nommé la justice fédérale sans bornes et qui s'emballe: elle jouit d'un pouvoir virtuellement absolu sur chaque ville et village ainsi que sur la vie de tout un chacun. Et à son sommet, on trouve la Cour suprême et ses despotes inamovibles. Si les gens commençaient à proposer, par exemple, de supprimer l'administration fédérale et de limiter à deux ans les fonctions de juge fédéral, alors je commencerais à les considérer comme une solution au problème plutôt que comme une partie du problème.

En conclusion: contrairement aux libéraux de gauche qui tentent désespérément d'arracher ses dents à la révolution populaire, je crois que les j

ours du « réalisme » de Washington, répandu à la fois chez les conservateurs et chez les libéraux de gauche, sont comptés. Il existe désormais un puissant mouvement populaire, qui se lève partout au coeur de l'Amérique: mouvement radical et populiste de droite, conduit par une détestation profonde et un mépris envers, tout d'abord évidemment les Clinton et leur répugnante équipe, puis Washington en général, ses idéologues et sa culture, enfin tous les politiciens en général et ceux habitant Washington en particulier.

Cette droite populaire est très différente de ce que nous avons connu jusqu'ici. Elle déteste profondément les médias dominants et ne leur accorde aucune confiance. De plus, elle ne voit pas l'utilité des organisations de Washington et de leurs dirigeants traditionnels. Ce peuple ne se satisfait pas de devoir financer ces organisations et de devoir suivre docilement leurs ordres. Ses membres ne sont peut-être pas « socialement tolérants ». Mais ils sont mauvais coucheurs, en ont marre du gouvernement fédéral et sont de plus en plus en colère. Dans cette atmosphère naissante, la stratégie supposée être pragmatique de Washington, consistant à faire la lèche au pouvoir, n'est pas seulement immorale et sans principes: elle ne peut plus marcher, même à court terme. Les classes ouvrières et les classes moyennes opprimées sont enfin en marche, et ce nouveau mouvement de droite n'a pas de place pour les traîtres de l'élite qui les ont si longtemps menés par le bout du nez, ni de temps à perdre avec eux.

* Remarques du traducteur : Dans ce texte, Rothbard emploie systématiquement le terme de « libertarian » que j'ai traduit par « libéral » et « libertarien » de manière quelque peu aléatoire. (Il emploie en particulier l'expression « left-libertarian », traduite par « libéral de gauche », pour désigner les membres du courant libertarien américain auxquels il s'oppose, alors que le terme « left-liberal », qu'il utilise aussi, signifie en gros « socialiste » sous sa plume, selon l'usage aux États-Unis.) Si le terme « libéral » devrait suffire en français, n'ayant pas (encore?) la connotation interventionniste américaine, certains aspects de la critique de Rothbard sont plus particuliers aux développements du courant « libertarien » américain (qui est par ailleurs souvent considéré comme plus intransigeant, alors que Rothbard nous montre certaines de ses dérives) et c'est pourquoi j'ai fait jouer l'alternance. Il ne faut donc pas chercher d'intention de distinguer les deux attitudes chez Rothbard.

J'ai par ailleurs, faute de mieux, utilisé le mot « progressisme » pour traduire « liberalism » dans les expressions « low-tax liberalism » (traduit par « progressisme combiné avec un faible niveau d'impôts ») et « market liberalism » (traduit par « progressisme de marché »). Si Rothbard entend clairement le terme dans son sens américain usuel et non dans le sens européen (que Mises continuait à utiliser), les auteurs de la formule et ceux qui la reprennent peuvent cependant répondre à bon droit qu'ils avaient pour but de se réapproprier le terme européen, ce que ne rend évidemment pas la traduction, qui élimine cette possibilité. Dans un autre contexte, l'expression, certes redondante, de« libéralisme de marché » aurait pu être utilisée, mais elle aurait conduit ici à la confusion.

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Philosophie politique
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 13:51

Les élections présidentielles françaises : Hobbes vs. Rousseau ?

http://www.ipsos.fr/sites/default/files/imagecache/diaporama_slides/images/philosophie.jpg

Le débat Hobbes/Rousseau est-il pertinent pour comprendre le duel présidentiel Sarkozy/Hollande ? Telle est la question à laquelle Philosophie Magazine nous propose de réfléchir en ce mois d’avril, à 10 jours des élections.



Hobbes
Pour Hobbes, l’homme est un être désirant et animé par la vanité. C’est ainsi que les hommes sont enclins « à s’attaquer et à se détruire les uns les autres. » A l’état de nature, les hommes vivent sous la menace permanente de la mort violente. Cette peur d’être attaqué par les autres détruit toute possibilité de prospérité et de progrès. Aucune vie en société n’est donc possible sans un pouvoir autoritaire qui empêche la guerre de tous contre tous. Poussés par la peur, les individus deviennent assez raisonnables, selon Hobbes, pour instaurer un pouvoir central souverain chargé de faire régner l’ordre et la sécurité. En retour chacun renonce à son droit de nature. Protecto ergo obligo : tel est le cogito du Leviathan. Le pouvoir souverain est absolu mais il propose en échange de l’obéissance la protection contre la violence.
Hobbes écrit : « Nul n’a la liberté de résister au glaive de l’État pour défendre un autre, qu’il soit coupable ou innocent, parce qu’une liberté semblable prive le souverain des moyens de nous protéger et détruit, par conséquent l’essence même du gouvernement. » Le sacrifice de la liberté individuelle est donc le prix à payer pour la sécurité.
Convaincu que « l’homme est un loup pour l’homme » Hobbes a donc imaginé un État-Léviathan qui fasse peur aux hommes pour éviter le retour à « la guerre de tous contre tous », qui caractérise selon lui l’état de nature.


Rousseau
Rousseau, de son côté, défendait au contraire une bonté naturelle originelle, corrompue par la société et appelée à être réactivée par un « contrat social ». Déjà, dans le Discours sur les sciences et les arts (1750) montrait que la corruption des mœurs accompagne toujours le développement des sciences et des arts. Autrement dit, le luxe nourrit les inégalités et détourne les hommes de leur devoir. Il écrit : « on a de tout avec de l’argent, hormis des mœurs et des citoyens ». Le luxe prend racine dans une société lorsque les citoyens donnent libre cours à leurs désirs individuels de confort et de richesses. Ces désirs créent des inégalités entre les citoyens en plus d’affaiblir leur dévouement au bien commun.
Quelles limites faudrait-il alors fixer au luxe ? La réponse de Rousseau est que « tout est source de mal au-delà du nécessaire physique. La nature ne nous donne que trop de besoins ; et c’est au moins une très haute imprudence de les multiplier sans nécessité, et de mettre ainsi son âme dans une plus grande dépendance ». Par conséquent, selon lui : « l’une des fonctions les plus importantes du gouvernement est de prévenir l’extrême inégalité des fortunes. » Les impôts doivent être conçus de manière à construire une société juste à travers l’éradication de la consommation superflue.


Or, il est bien vrai que Nicolas Sarkozy est proche de la philosophie autoritaire de Hobbes, là où François Hollande rejoint l’aspiration égalitariste de Rousseau. Vu sous cet angle, le débat, en apparence atone, de la présidentielle prend un relief tout à fait inattendu.
Mais on peut même aller plus loin, n’est-ce pas au fond le duel droite/gauche dont il est question à travers ce débat Hobbes/Rousseau ? N’est-ce pas, à des degrés divers, toute la droite française qui serait hobbesienne, tandis que la gauche serait rousseauiste, écologistes compris ? A chacun d’en juger.


Le faux duel de la présidentielle  : Rousseau vs Hobbes


Par Damien Theillier.

L’opposition entre Sarkozy et Hollande, entre Hobbes et Rousseau, est une fausse opposition idéologique qui trompe les électeurs. L’analyse de la vie politique française depuis plus de quarante ans nous le confirme : la droite et la gauche convergent de plus en plus vers un centre mou, à la fois étatiste et corporatiste, renonçant de plus en plus à tout ce qui pouvait encore les distinguer.
 

En ce mois d’avril, Philosophie magazine consacre un dossier à l’élection présidentielle. L’idée centrale de ce dossier ne manque pas d’intérêt : « Rousseau contre Hobbes, le vrai duel de la présidentielle ».

L’image de couverture est bien trouvée. Et surtout, à la lecture du contenu du dossier, on est frappé par la justesse des analyses. Hobbes était convaincu que « l’homme est un loup pour l’homme » et a donc imaginé un État-Léviathan, qui fasse peur aux hommes, pour éviter le retour à « la guerre de tous contre tous », qui caractérise l’état de nature. Rousseau, de son côté, défendait au contraire une bonté naturelle originelle, corrompue par la société et appelée à être réactivée par un « contrat social ». Or, il est bien vrai que Nicolas Sarkozy est proche de la philosophie autoritaire de Hobbes, là où François Hollande rejoint l’aspiration égalitariste de Rousseau. Vu sous cet angle, le débat, en apparence atone, de la présidentielle prend un relief tout à fait inattendu. On peut même aller plus loin, c’est toute la droite française qui est hobbesienne, tandis que la gauche est rousseauiste.

Pourtant il y a quelque chose qui cloche dans tout cela. Un fait qui échappe complètement à l’analyse de Philosophie Magazine et qui mérite une attention toute particulière. Loin d’être l’affrontement de deux visions opposées de la politique, l’opposition entre Hobbes et Rousseau propose en fait deux versions peu différentes d’un même dogme : celui de l’étatisme ou de l’État comme fin et non comme moyen. L’un défend la souveraineté absolue du Prince, l’autre la souveraineté absolue de la volonté générale, c’est-à-dire du législateur. On ne trouvera ni chez Hobbes, ni chez Rousseau, une philosophie du gouvernement limité, ni même une philosophie de la protection des droits individuels, en particulier du droit de propriété. La vision de Hegel au XIXe siècle, s’inscrira d’ailleurs dans l’héritage classique de Hobbes et de Rousseau en ce sens qu’il maintiendra la suprématie quasi divine de l’État et du politique sur la sphère « inférieure » de la vie économique et sociale.

Le philosophe J.F. Kervégan (professeur à Paris I), spécialiste des penseurs du contrat social, écrit justement :

Comme Hobbes, Rousseau pense que l’unité d’une société ne peut être que politique, et cette conviction se traduit par la position éminente du « souverain » ; simplement, chez lui, le souverain est et ne peut être que la « volonté générale », et non plus celle d’un homme ou d’une assemblée ; la structure de la théorie hobbesienne de la souveraineté est maintenue, seul change l’identité du sujet auquel celle-ci est attribuée. (Ce qui fait société : le politique, l’économie, le droit  ? Conférence à l’AJEF, le 14 octobre 2009)

Le fait que la souveraineté réside dans une volonté ou bien qu’elle réside dans le peuple ne fait pas une grande différence si cette souveraineté n’est pas d’abord limitée, faisait déjà remarquer Benjamin Constant après la Révolution française. « Prions l’autorité de rester dans ses limites, nous nous chargeons de notre bonheur », écrivait-il. Et il ajoutait : « la souveraineté n’existe que de manière limitée et relative. »

La philosophie politique de Constant se fonde sur une conviction fondamentale : « il y a une partie de l’existence humaine qui est de droit hors de toute compétence sociale » (entendre ici : compétence politique). Constant rejoint ainsi Smith, Locke et les physiocrates français, pour qui la société peut s’auto-organiser et s’autoréguler, dans le cadre de la concurrence et du droit naturel de propriété. Les penseurs du libre marché au XXe siècle, comme Mises et Hayek notamment, contesteront à leur tour le modèle constructiviste et artificialiste de Hobbes et de Rousseau.

On le voit donc, l’opposition entre Hobbes et Rousseau, entre Sarkozy et Hollande, est une fausse opposition idéologique qui trompe les électeurs. L’analyse de la vie politique française depuis plus de quarante ans nous le confirme : la droite et la gauche convergent de plus en plus vers un centre mou, à la fois étatiste et corporatiste, conservateur et progressiste, renonçant de plus en plus à tout ce qui pouvait encore les distinguer. La droite a renoncé au libre marché au profit d’un interventionnisme moralisateur (« moraliser le capitalisme » comme on dit) et d’une politique fiscale collectiviste. De son côté, la gauche a renoncé aux dogmes de la planification collectiviste et de la lutte des classes et se veut pragmatique. Bref, à droite comme à gauche, on rejette les doctrines, qualifiées d’ « idéologies » et on accepte tous les compromis.

Résultat : la « droiche » ! Ce mouvement historique correspond en fait à l’avènement de ce qu’on appelle la social-démocratie : État-providence, justice sociale, prélèvements obligatoires, assistanat, multiculturalisme… c’est le prix de la paix sociale. Au programme donc : immobilisme et statu quo. Surtout ne changeons rien au système. Et la différence entre droite et gauche n’est en fait qu’une affaire de dosage, de nuances, car les deux principaux partis sont des clones (voir mon article : Peut-on sortir du statu quo des grands partis politiques ?).

La ligne de clivage qui séparait jadis la droite et la gauche s’est donc déplacée. Ou passe-t-elle désormais ? Le véritable duel, le seul qui soit digne de ce nom, est celui qui oppose les défenseurs de l’individu et de la société aux défenseurs de l’État, ceux qui font confiance dans la capacité des individus à s’organiser librement par eux-mêmes et ceux qui pensent que l’État est la fin de l’Histoire. C’est l’individualisme responsable et la philosophie du libre marché contre le collectivisme social-démocrate.

Malheureusement, ce libéralisme-là n’existe plus dans le paysage politique français, comme il existe encore aux États-Unis avec Ron Paul. Au XIXe siècle, il était porté en France dans le débat intellectuel et politique par Say, Constant et Bastiat, notamment. Mais les Français ont la mémoire courte et il faut leur rappeler que le libéralisme n’est pas une spécificité anglo-saxonne et qu’il existe bien en France une tradition libérale qui remonte à Turgot et à Quesnay (Voir le travail de l’Institut Coppet pour promouvoir l’école libérale française).

Un François Bayrou peut-il aujourd’hui incarner ce courant, comme l’affirme Philosophie Magazine qui le classe comme un digne représentant de la philosophie de Locke ? Il est permis d’en douter, vu son approbation à toutes les mesures collectivistes votées depuis vingt ans. On est bien loin d’un Ron Paul. Alternative libérale avait su incarner cet espoir en 2006-2008, comme Alain Madelin à son époque. Aujourd’hui, l’espoir renaît avec la vraie-fausse candidature de Frédéric Bastiat (bastiat2012.fr), portée par une génération d’étudiants qui a découvert Ron Paul et a compris où se trouvait la véritable alternative. Soutenons cette initiative, même modeste, qui mérite en France un bel avenir.

—-
Sur le web
Publié initialement sur 24HGold

En annexe :

En 1848, l’économiste Frédéric Bastiat comparait la Constitution des États-Unis à celle de la France :

Ce qui suit est le début du préambule de la Constitution [française] : « La France s’est constituée en République [dans le] but (…) de faire parvenir tous les citoyens (…) à un degré toujours plus élevé de moralité, de lumières et de bien-être. » (…) N’est-ce pas en cédant à cette étrange illusion que nous sommes conduits à tout attendre d’une énergie qui n’est pas la nôtre ?… Les Américains ont conçu une autre idée des relations des citoyens et du gouvernement. (…) Il n’y a pas ici [dans le préambule de leur Constitution] de création chimérique, pas d’abstraction desquelles les citoyens puissent tout exiger. Ils n’attendent rien sauf d’eux-mêmes et de leur propre énergie.

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Philosophie politique
commenter cet article
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 13:45

Le Crépuscule des Dieux par Rafik Djoumi

 

Ragnarök


" Le jour viendra où de grandes confrontations entre les hommes auront lieu et durant trois années se dérouleront d'importantes batailles inaugurant l'époque des haches et des épées. L'ordre disparaîtra et nul ne pourra se fier à quiconque, fût-ce à ses proches. En proie à la cupidité et à l'envie, les frères s'entre-tueront. (.) "

RagnarökAinsi débute le Ragnarök, légende cosmogonique des anciennes peuplades scandinaves.

De prime abord, cette légende s'inscrit dans une mythologie universelle de l'Apocalypse, celle que l'on retrouve à travers toutes les cultures (la Révélation de la Bible par exemple). Mais la particularité du Ragnarök est sa façon tout à fait explicite d'annoncer la disparition des divinités au profit d'une transcendance.

Pour des raisons d'ordre littéraire, " Ragna-rok " fut longtemps traduit par " Le Crépuscule des Dieux " mais une traduction plus juste en serait plutôt " La destinée des puissances organisatrices ", ce qui devrait permettre à un esprit du XXIème siècle de mieux saisir l'essence symbolique et universelle du texte ; l'idée étant que ce " crépuscule " annoncé est avant tout le crépuscule des forces qui définissent notre univers humain (la société et sa façon de percevoir le monde, par exemple).

Ainsi, Le Crépuscule des Dieux est à l'origine d'une mythologie tout à fait unique selon laquelle les Dieux, les puissances organisatrices, peuvent et doivent mourir, et que ce destin est inéluctable. Il n'y a là ni fatalisme ni résignation (le texte montre que les Dieux se battent même s'ils se savent condamnés) mais au contraire la nécessité de tout mettre en oeuvre, de lutter jusqu'à l'extrême limite, pour accomplir cette destinée, ce but plus élevé (en anglais " higher purpose ").

Le Ragnarök a durablement marqué les peuplades scandinaves et a partiellement défini la philosophie germanique.

Au XIXème siècle, le compositeur Richard Wagner allait en donner une illustration grandiose à travers son Opéra Le Crépuscule des Dieux (Götterdämmerung) 1 , tandis qu'un de ses amis les plus proches, Friedrich Nietzsche, exploiterait le sens de ce mythe dans son livre Le Crépuscule des Idoles (Götzen Dämmerung).

 

Dämmerung


GötterdämmerungLe Crépuscule des Idoles (dont le sous-titre est Comment philosopher à coups de marteau) désigne le moment d'exercice du second nihilisme, c'est-à-dire le nihilisme du nihilisme. Nietzsche y évoque le travail négatif de la raison, l' " Inversion de toutes les valeurs " qui permettra de débusquer les " idoles éternelles " (raison, vérité, morale, démocratie, christianisme etc.), à les " ausculter " à coups de marteau pour en repérer le " son creux " caractéristique de la substance vide de ces idoles, et enfin à leur déclarer une guerre intellectuelle et spirituelle systématique, sans merci et sans concession. Il y a, dans ce Ragnarök intellectuel et spirituel, le désir manifeste de redéfinir les valeurs, devenues des pensées monolithiques sous l'influence du monothéisme.
Ce travail annonce à un siècle d'écart le chapitre Du Nihilisme selon Jean Baudrillard, et ses idoles au son creux (les simulacres) que les Wachowski nous présentaient en note d'intention.

Et si l'on s'intéresse à certaines " inversions des valeurs " telles qu'elles nous sont proposées par Nietzsche, alors on ne s'étonnera pas d'y trouver plusieurs correspondances exploitées au mieux par la mécanique narrative des Wachowski. Exemples : 

L'homme, créature de Dieu devient L'homme, créateur de dieux (Néo)

Le début de l'Univers devient Univers cyclique (Reloaded)

Les buts, les finalités de la nature deviennent Jeux de forces (la guerre supposée)

L'âme immortelle devient Le corps (la source d'énergie de la matrice)

L'individu indivisible devient L'individu-collectivité, jamais identique (le peuple de la matrice, le peuple de Zion)

Le libre arbitre devient La nécessité (Le Mérovingien)

Tout savoir devient ignorer beaucoup (intelligence intuitive)

Esclavages deviennent Maîtres de soi, maîtres du monde (libéré de l'illusion)

La vérité devient Un ensemble d'erreurs utiles (projet global autour de la matrice)

On sera alors beaucoup moins étonné par le titre du thème musical principal de Matrix Revolutions. Ce morceau, disponible en exclusivité sur le site du compositeur Don Davis s'appelle tout simplement Neodämmerung, c'est-à-dire, dans la terminologie du film, le " crépuscule de l'Elu ".

Une fois de plus, derrière leur jeu de la référence, au-delà du clin d'oeil vers le spectateur lettré, les Wachowski annoncent le plus clairement du monde que leur logique est déjà à l'oeuvre, et qu'ils sont disposés à aller jusqu'au bout, au moins sur le plan narratif (nous verrons plus tard en quoi ils dépassent ce plan narratif).

 

Le Cycle Cosmogonique

 

Crepuscule---Campbell.jpg Crepuscule---Campbell02.jpg Crepuscule---Campbell03.jpg

Dès lors qu'on aborde les questions des mythes et de leur structure narrative, un nom s'impose, celui de Joseph Campbell.

Dans son ouvrage Les Héros sont Eternels (The Hero with a Thousand Faces), Campbell tente de synthétiser tous les mythes héroïques qui nous sont connus, afin d'en dégager une structure immuable, qui traverse le temps et les civilisations. Campbell nous fait ainsi découvrir (non sans stupéfaction), que derrière les légendes de Bouddha, Jésus-Christ, Prométhée, le Roi Arthur, Thésée, Odipe, ou même des figures historiques telles que Christophe Colomb, se cache une seule et même aventure, un seul et unique destin, une structure unique sans cesse répétée, et " décorée " à sa façon par les civilisations qui l'ont vu naître.

Plus important, le mythologue s'interroge sur le sens profond de cette structure, et ce qu'elle révèle de la nature humaine, du lien imprescriptible qui nous lie à ce mythe éternel.

L'oeuvre de Campbell a fait sensation chez les romanciers et les scénaristes anglo-saxons du XXème siècle. On soupçonne Tolkien d'avoir étudié avec attention cette structure en écrivant Le Seigneur des Anneaux, et l'on connaît un nombre incalculable de personnalités du cinéma qui ont avoué l'influence que Campbell a exercé sur eux (George Lucas, George Miller, Lawrence Kasdan, John Milius, Oliver Stone etc.). Les Wachowski n'y font pas exception.

Pourtant, des oeuvres comme Star Wars ou Le Seigneur des Anneaux n'empruntent à Campbell que la première partie de sa démonstration (titrée L'aventure du Héros) et se gardent bien d'évoluer vers la seconde partie de l'ouvrage (titrée Le Cycle Cosmogonique), particulièrement complexe, en ce qu'elle aborde plus spécifiquement les religions, mais aussi celle qui demeure la plus fascinante quant à ses applications philosophiques. 

Matrix fait exception, car le premier épisode de la saga passait déjà entièrement en revue les étapes de L'aventure du Héros, et l'on découvre, dès Matrix Reloaded, que les Wachowski ont, semble-t-il, tenté l'improbable (au sens commercial) ; à savoir qu'ils ont décidé d'exploiter la seconde partie de l'ouvrage de Campbell.
Et pourtant, l'intitulé des chapitres de la partie Cycle Cosmogonique aurait du éveiller nos soupçons.
Jugez vous-mêmes : The Matrix of Destiny (la matrice du destin), The Primordial Hero and the Human (le héros primordial et l'être humain), The Shapeshifter (le métamorphoseur.. de forme, de sens).

Toute cette section du livre de Campbell s'intéresse non plus à la quête du héros, mais à la façon avec laquelle le héros va dépasser les stades successifs de la compréhension de l'univers, et surtout par quels moyens il délivrera son message. On y retrouve bien sûr l'aventure du Christ, mais aussi et surtout celle de Bouddha, dans laquelle Campbell semble voir un des mythes les plus complets, les plus accomplis.

Little Buddha A ce stade, on ne peut s'empêcher de rappeler que l'acteur Keanu Reeves interpréta autrefois le rôle de Bouddha dans un film de Bernardo Bertollucci (Little Buddha) 2 et qu'il interpréta par ailleurs le rôle d'un être mi-humain mi-machine à qui l'on avait téléchargé des données essentielles (Johnny Mnemonic). On se demande d'ailleurs à quel point ces précédents ont influé, consciemment ou non, sur les choix de casting des Wachowski. 3 Johnny Mnemonic


Quoi qu'il en soit, nous avons vu dans les chapitres précédents les couches successives de compréhension à travers lesquelles voyageait le spectateur de Matrix. Tâchons de les résumer :

Nous sommes tout d'abord plongés dans un univers que nous tenons pour vrai car nos yeux et nos oreilles (les sens) nous le disent.
En même temps que le héros, nous réalisons avoir été trompé par nos sens, et nous découvrons un tout autre univers que nous interprétons par le prisme de notre intuition (l'esprit).

Nous sommes à nouveau trompés par notre esprit intuitif, car l'univers dans lequel nous évoluons repose en fait sur une stricte logique (la raison).
Parvenus au terme de cette logique, l'Architecte nous explique que cette perfection de la raison n'est qu'une étape vers quelque chose de supérieur, et que ce quelque chose a trait à notre humanité (L'Esprit de l'Homme).
Enfin, nous ressentons confusément qu'au bout de ce parcours nous attend la révélation suprême.

Revenons maintenant à notre thème musical principal de Matrix Revolutions, à savoir le fameux morceau Neodämmerung, qu'on entendra durant le film et dont une version plus élaborée (Navras) constituera le générique de fin.

Sur la totalité du morceau, le compositeur Don Davis a eu recours à des chours scandés, dont nous apprenons qu'il s'agit de sanskrit. Les paroles de ce morceau sont directement empruntées aux Upanishad, les textes sacrés du brahmanisme, les plus anciens écrits philosophiques de l'Inde.

La traduction de deux couplets du morceau Neodämmerung (empruntés respectivement au Brhadaranyaka Upanishad 1.3.28 et au Katha Upanishad 6.7) suffiront à révéler où nous entraîne la fin de Matrix Revolutions :

De l'illusion guide moi vers la vérité.
Des ténèbres guide moi vers la lumière.
De la mort guide moi vers l'immortalité.


Au-delà des sens il y a l'esprit,
Au-delà de l'esprit il y a la raison.
Au-delà de la raison il y a l'Esprit de l'Homme
Et au-delà de tout, il y a l'Esprit de l'Univers, le créateur universel.
4

 

Lafayette et le Léviathan


D'après l'imperturbable logique du mythe décrite par Joseph Campbell, la narration de Matrix devra parvenir au point de la transcendance, celle que raconte le Ragnarök, celle que raconte les Upanishad, celle que raconte les Révélations de la Bible (voir plus bas).

Or, s'il y a transcendance inéluctable, il n'y a pas de conciliation possible entre ce qu'on pourrait appeler " l'ordre ancien " et " l'ordre nouveau " ; la Révolution, au sens mythologique, annonce la disparition de l'ordre ancien, le crépuscule des puissances organisatrices.

Un personnage de Matrix symbolise pourtant le paradoxe de celui qui veut concilier l'avant et l'après. Il s'agit de Morpheus. D'un côté, il annonce l'inéluctabilité d'une libération du joug des machines, c'est-à-dire la libération des humains du système qui les aliène. De l'autre, il remet entièrement son destin entre les mains de celui qu'il croit être l'" Elu ". Il s'enferme donc dans une autre servilité, une autre aliénation.

Or, il est un personnage historique français, familier des américains, qui symbolise parfaitement ce paradoxe. Il s'agit du Marquis de Lafayette, député de la Noblesse de Riom aux Etats Généraux, qui, toute sa vie, aura rêvé la réconciliation improbable de la royauté et de la Révolution, sans parvenir à comprendre que l'avènement de l'une signifiait la disparition inéluctable de l'autre.

Dans le script original de Matrix, la séquence où Morpheus accueille Neo et lui soumet les pilules du choix se déroule dans un hôtel au nom évocateur (même s'il n'est pas destiné à être connu du public). Il s'agissait de l'hôtel Lafayette.

Dans ce même script, une note attire l'attention. Dans la scène où Néo se réveille dans son cocon, les Wachowski écrivent : " His sight is blurred and warped, exaggerating the intensity of the vision. The sound of the plant is like the sound of the ocean heard from inside the belly of Leviathan. "

Parallèlement, un internaute sur le forum du site Code-Matrix constatait que, sur l'affiche teaser de Matrix Reloaded, apparaissaient les lettres du mot " tannin " qui est le terme hébreu parfois employé pour désigner le Leviathan.
LeviathanConnaissant maintenant les Wachowski, on n'hésitera pas à fouiner plus en profondeur, et parvenir de fil en aiguille à l'ouvrage Leviathan du philosophe anglais Thomas Hobbes, dans lequel l'auteur expose sa théorie du pouvoir politique.

Hobbes évoque le conflit permanent dans lequel l'homme se trouve à l'état naturel (la célèbre citation " l'homme est un loup pour l'homme ") et envisage alors sa théorie du contrat, selon laquelle, en société, chaque individu renonce totalement aux droits qu'il possède naturellement sur toute chose, au profit d'une souveraineté qui sera dotée de pouvoirs illimités, faisant régner l'ordre et la paix.

Hobbes se sert du mythe du Leviathan pour désigner cette souveraineté. Mais il rappelle que le Léviathan échappe lui-même au contrat entre les hommes , puisqu'il est né du contrat des hommes. Une fois le contrat signé, chacun se retrouve sous la loi du Léviathan, sans pouvoir sur lui, puisqu'il émane à la fois de tout le monde et de personne en particulier.
Difficile de ne pas voir dans cette idée du contrat, le sens profond de la séquence des Nations Unies de Second Renaissance part2 (voir chapitre précédent).

 

Apocalypse


Dans ce rapport constant qu'entretient la narration de Matrix avec les mythes, les religions et les philosophies (émanations de l'indicible), les Wachowski ne pouvaient bien évidemment pas se permettre d'évacuer les textes bibliques, l'essentiel de leur public étant à l'évidence issu de la culture judéo-chrétienne.

Passons sur la pléthore de noms bibliques qui émaillent le récit (et d'où se détache clairement celui de Trinity), pour rappeler deux chapitres de l'Apocalypse selon Jean, aussi connu sous le titre des Révélations.

Chapitre 14
Je regardai encore: je vis l'Agneau qui se tenait sur le mont Sion et, avec lui, cent quarante-quatre mille personnes qui avaient son nom et le nom de son Père inscrits sur le front

Chapitre 21
Je suis l'Alpha et l'Oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin

Est-il besoin de le rappeler, l'accroche international de l'affiche de Matrix Revolutions est : Every thing that has a beginning has an end "
Tout ce qui a un commencement a une fin.
 
Quant à l'Apocalypse selon le Ragnarök, qui ouvrait notre chapitre, il se conclue sur la révélation suivante :
" (.) alors se produira le plus grand des miracles, car avant de mourir, le soleil aura engendré une fille qui s'élèvera dans les cieux pour éclairer l'aube radieuse saluant la naissance de ce monde régénéré libéré de ses chaînes. "

Si les Wachowski fonctionnent de manière cohérente (ils l'ont jusqu'ici prouvé à plus d'un titre), on pourra s'attendre à ce que la fiction de Matrix trouve son aboutissement dans l'image d'une petite fille (ou son équivalent symbolique) engendrée par le " Soleil ", c'est-à-dire une génération spontanée, qui ne soit pas fécondée par les puissances (ou systèmes) déjà en place. Le commencement et la fin.


Rafik Djoumi

 

Notes :

1 le morceau de la BOF de Matrix Revolutions, intitulé Spirit of the Universe, rend hommage à Wagner.
2 Dans ce film, lorsque Bouddha, alias Keanu Reeves, voit son reflet dans l'eau, il a cette réplique intéressante : " Hello, Architect ".
3 Dans le film Fièvre à Colombus Université, la toute première réplique de Larry Fishburne était " Welcome to the real world ".
4 Dans l'attente de voir à quoi ressemblera ce Créateur Universel, ce Dieu issu d'un univers de machines, rendons au moins hommage au sens de la provocation des Wachowski.
Le terme " dieu de la machine " renvoie à l'expression Deus Ex Machina utilisée au théâtre quand, arrivé à un point d'irrésolution des conflits, on fait entrer en scène un personnage surgi de nulle part qui résout tous les problèmes. Dans le théâtre ancien, ce personnage descendait du ciel, l'acteur étant suspendu par des câbles à une machine, d'où son nom de " dieu de la machine ".
Or, on s'amuse dès lors d'apercevoir dans le générique de Matrix Revolutions un certain personnage dénommé Deux Ex Machina, interprété par deux acteurs, Kevin M. Richardson et Henry Blasingame, qui lui donneront respectivement corps et voix.


Parallèle avec le libéralisme

Dans Matrix, les machines ont fait des hommes leurs esclaves afin de pouvoir vivre ; les hommes sont conditionnés dans un programme informatique (la Matrice) qui simule la réalité où ils ne peuvent se rendre compte de leur servitude.

On pourrait comparer les machines aux hommes politiques -qui vivent sur notre dos grâce aux impôts qu'ils nous extorquent-, la Matrice à l'État Providence -qui s'occupe de nous à notre place- voire au Léviathan de Thomas Hobbes ; enfin, les hommes, comme dans Matrix, ne se rendent pas compte de leur servitude, ils vivent dans l'illusion et l'image qu'ils ont du système et de la réalité est faussée par les artifices (prétendue lutte contre la pauvreté, lutte contre l'inégalité, justice sociale, etc.) mis en place par les hommes de l'État.

Il ne s'agit là que d'une interprétation parmi d'autres d'un film qui est riche en allégories tirées tant du gnosticisme que des philosophies orientales.


NAVARAS

  

 

Assato ma sad gamaya
Assato ma sad gamaya
Tamasso ma jyotir gamaya
Mrtyor mamrtam gamaya

Assato ma sad gamaya
Assato ma sad gamaya
Tamasso ma jyotir gamaya
Mrtyor mamrtam gamaya

Mrtyor mrtyor ...

Umassa detore bappaï iyo
Dessare bae gae iyo
Nanana sulle baghu bappaï iyo
Dessare bae gae iyo

Umassa detore bappaï iyo
Dessare bae gae iyo

Zuccheratore dori iyo iyo

Ohm shanti shanti shanti
Ohm shanti shanti shanti
Ohm shanti shanti shanti ohm ...

Ohm Aditya yanamo namaha
Ohm Aditya yanamo namaha
Ohm Aditya yanamo namaha

Assato ma sad gamaya
Assato ma sad gamaya
Tamasso ma jyotir gamaya

Ohm naarayanaya vidmahe ...
Mrtyor mrtyor ...
Vaasudevaya dimahe ...
Mrtyor mrtyor ...
Tanno visnoh pacodayat ...

Umasa detore bappaï iyo
Dessare bae gae iyo
Nanana sulle baghu bappaï iyo
Dessare bae gae iyo

Ohm shanti shanti shanti
Ohm shanti shanti shanti
Ohm shanti shanti shanti ohm ...

Jñanani manassa saha
Buddhis ca na vicestate
Tam ahuh paramam gatim

Ya ya ya ya yada yadaya
Ya ya ya ya yada yada yada yada
Yada yada yada yada yada

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Philosophie politique
commenter cet article
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 20:52

Benjamin Constant

De la liberté des anciens comparée à celle des modernes

(1819)

 


Note

Discours prononcé à l'Athénée royal de Paris.


 

Messieurs

 

Je me propose de Vous soumettre quelques distinctions, encore assez neuves, entre deux genres de liberté, dont les différences sont restées jusqu'à ce jour inaperçues, ou du moins, trop peu remarquées. L'une est la liberté dont l'exercice était si cher aux peuples anciens; l'autre celle dont la jouissance est particulièrement précieuse aux nations modernes. Cette recherche sera intéressante, si je ne me trompe, sous un double rapport.

 

Premièrement, la confusion de ces deux espèces de liberté a été parmi nous, durant des époques trop célèbres de notre révolution, la cause de beaucoup de maux. La France s'est vue fatiguer d'essais inutiles, dont les auteurs, irrités par leur peu de succès, ont essayé de la contraindre à jouir du bien qu'elle ne voulait pas, et lui ont disputé le bien qu'elle voulait. En second lieu, appelés par notre heureuse révolution (je l'appelle heureuse, malgré ses excès, parce que je fixe mes regards sur ses résultats) à jouir des bienfaits d'un gouvernement représentatif, il est curieux et utile de rechercher pourquoi ce gouvernement, le seul a l'abri duquel nous puissions aujourd'hui trouver quelque liberté et quelque repos, a été presque entièrement inconnu aux nations libres de l'antiquité.
Je sais que l'on a prétendu en démêler des traces chez quelques peuples anciens, dans la république de Lacédémone, par exemple, et chez nos ancêtres les Gaulois; mais c'est à tort.

 

Le gouvernement de Lacédémone était une aristocratie monacale, et nullement un gouvernement représentatif. La puissance des rois était limitée; mais elle l'était par les éphores, et non par des hommes investis d'une mission semblable à celle que l'élection confère de nos jours aux défenseurs de nos libertés. Les éphores, sans doute, après avoir été institués par les rois, furent nommés par le peuple. Mais ils n'étaient que cinq. Leur autorité était religieuse autant que politique; ils avaient part à l'administration même du gouvernement, c'est-à-dire, au pouvoir exécutif; et par là, leur prérogative, comme celle de presque tous les magistrats populaires dans les anciennes républiques, loin d'être simplement une barrière contre la tyrannie, devenait quelquefois elle-même une tyrannie insupportable.

 

Le régime des Gaulois, qui ressemblait assez à celui qu'un certain parti voudrait nous rendre, était à la fois théocratique et guerrier. Les prêtres jouissaient d'un pouvoir sans bornes. La classe militaire, ou la noblesse, possédait des privilèges bien insolents et bien oppressifs. Le peuple était sans droits et sans garanties.

A Rome, les tribuns avaient, jusqu'à un certain point, une mission représentative. Ils étaient les organes de ces plébéiens que l'oligarchie, qui, dans tous les siècles, est la même, avait soumis, en renversant les rois, à un si dur esclavage. Le peuple exerçait toutefois directement une grande partie des droits politiques. Il s'assemblait pour voter les lois, pour juger les patriciens mis en accusation: il n'y avait donc que de faibles vestiges du système représentatif à Rome.

 

Ce système est une découverte des modernes, et vous verrez, Messieurs, que l'état de l'espèce humaine dans l'antiquité ne permettait pas à une institution de cette nature de s'y introduire ou de s'y établir. Les peuples anciens ne pouvaient ni en sentir la nécessité, ni en apprécier les avantages. Leur organisation sociale les conduisait à désirer une liberté toute différente de celle que ce système nous assure.

 

C'est à vous démontrer cette vérité que la lecture de ce soir sera consacrée.
Demandez-vous d'abord, Messieurs, ce que, de nos jours, un Anglais, un Français, un habitant des États-Unis de l'Amérique, entendent par le mot de liberté.
C'est pour chacun le droit de n'être soumis qu'aux lois, de ne pouvoir être ni arrêté, ni détenu, ni mis à mort, ni maltraité d'aucune manière, par l'effet de la volonté arbitraire d'un ou de plusieurs individus: C'est pour chacun le droit de dire son opinion, de choisir son industrie, et de l'exercer, de disposer de sa propriété, d'en abuser même; d'aller, de venir sans en obtenir la permission, et sans rendre compte de ses motifs ou de ses démarches. C'est, pour chacun, le droit de se réunir à d'autres individus, soit pour conférer sur ses intérêts, soit pour professer le culte que lui et ses associés préfèrent, soit simplement pour remplir ses jours ou ses heures d'une manière plus conforme à ses inclinations, à ses fantaisies. Enfin, c'est le droit, pour chacun, d'influer sur l'administration du Gouvernement, soit par la nomination de tous ou de certains fonctionnaires, soit par des représentations, des pétitions, des demandes, que l'autorité est plus ou moins obligée de prendre en considération. Comparez maintenant à cette liberté celle des anciens.

 

Celle-ci consistait à exercer collectivement, mais directement, plusieurs parties de la souveraineté toute entière, à délibérer, sur la place publique, de la guerre et de la paix, à conclure avec les étrangers des traités d'alliance, à voter les lois, à prononcer les jugements, à examiner les comptes, les actes, la gestion des magistrats, à les faire comparaître devant tout le peuple, à les mettre en accusation, à les condamner ou à les absoudre; mais en même temps que c'était là ce que les anciens nommaient liberté, ils admettaient comme compatible avec cette liberté collective l'assujettissement complet de l'individu à l'autorité de l'ensemble. Vous ne trouvez chez eux presque aucune des jouissances que nous venons de voir faisant partie de la liberté chez les modernes. Toutes les actions privées sont soumise à une surveillance sévère. Rien n'est accordé à l'indépendance individuelle, ni sous le rapport des opinions, ni sous celui de l'industrie, ni surtout sous le rapport de la religion. La faculté de choisir son culte, faculté que nous regardons comme l'un de nos droits les plus précieux, aurait paru aux anciens un crime et un sacrilège. Dans les choses qui nous semblent les plus utiles, l'autorité du corps social s'interpose et gêne la volonté des individus; Terpandre ne peut chez les Spartiates ajouter une corde à sa lyre sans que les éphores ne s'offensent. Dans les relations les plus domestiques, l'autorité intervient encore. Le jeune Lacédémonien ne peut visiter librement sa nouvelle épouse. A Rome, les censeurs portent un oeil scrutateur dans l'intérieur des familles. Les lois règlent les moeurs, et comme les moeurs tiennent à tout, il n'y a rien que les lois ne règlent.

 

Ainsi chez les anciens, l'individu, souverain presque habituellement dans les affaires publiques, est esclave dans tous les rapports privés. Comme citoyen, il décide de la paix et de la guerre; comme particulier, il est circonscrit, observé, réprimé dans tous ses mouvements; comme portion du corps collectif, il interroge, destitue, condamne, dépouille, exile, frappe de mort ses magistrats ou ses supérieurs; comme soumis au corps collectif, il peut à son tour être privé de son état, dépouillé de ses dignités, banni, mis à mort, par la volonté discrétionnaire de l'ensemble dont il fait partie. Chez les modernes, au contraire, l'individu, indépendant dans sa vie privée, n'est même dans les états les plus libres, souverain qu'en apparence. Sa souveraineté est restreinte, presque toujours suspendue; et si, à des époques fixes, mais rares, durant les quelles il est encore entouré de précautions et d'entraves, il exerce cette souveraineté, ce n'est jamais que pour l'abdiquer.

 

Je dois ici, Messieurs, m'arrêter un instant pour prévenir une objection que l'on pourrait me faire. Il y a dans l'antiquité une république où l'asservissement de l'existence individuelle au corps collectif n'est pas aussi complet que je viens de le décrire. Cette république est la plus célèbre de toutes; vous devinez que je veux parler d'Athènes. J'y reviendrai plus tard, et en convenant de la vérité du fait, je vous en exposerai la cause. Nous verrons pourquoi de tous les états anciens, Athènes est celui qui a ressemblé le plus aux modernes.
Partout ailleurs, la juridiction sociale était illimitée. Les anciens, comme le dit Condorcet, n'avaient aucune notion des droits individuels. Les hommes n'étaient, pour ainsi dire, que des machines dont la loi réglait les ressorts et dirigeait les rouages. Le même assujettissement caractérisait les beaux siècles de la république romaine; l'individu s'était en quelque sorte perdu dans la nation, le citoyen dans la cité.
Nous allons actuellement remonter à la source de cette différence essentielle entre les anciens et nous.

 

Toutes les républiques anciennes étaient renfermées dans des limites étroites. La plus peuplée, la plus puissante, la plus considérable d'entre elles, n'était pas égale en étendue au plus petit des états modernes. Par une suite inévitable de leur peu d'étendue, l'esprit de ces républiques était belliqueux, chaque peuple froissait continuellement ses voisins ou était froissé par eux. Poussés ainsi par la nécessité, les uns contre les autres, ils se combattaient ou se menaçaient sans cesse. Ceux qui ne voulaient pas être conquérants ne pouvaient déposer les armes sous peine d'être conquis. Tous achetaient leur sûreté, leur indépendance, leur existence entière, au prix de la guerre.

Elle était l'intérêt constant, l'occupation presque habituelle des états libres de l'antiquité. Enfin, et par un résultat également nécessaire de cette manière d'être, tous ces états avaient des esclaves. Les professions mécaniques, et même, chez quelques nations, les professions industrielles, étaient confiées à des mains chargées de fers.
Le monde moderne nous offre un spectacle complètement opposé. Les moindres états de nos jours sont incomparablement plus vastes que Sparte ou que Rome durant cinq siècles. La division même de l'Europe en plusieurs états, est, grâce aux progrès des lumières, plutôt apparente que réelle. Tandis que chaque peuple, autrefois, formait une famine isolée, ennemie née des autres familles, une masse d'hommes existe maintenant sous différents noms, et sous divers modes d'organisation sociale, mais homogène de sa nature. Elle est assez forte pour n'avoir rien à craindre des hordes barbares. Elle est assez éclairée pour que la guerre lui soit à charge. Sa tendance uniforme est vers la paix.

 

Cette différence en amène une autre. La guerre est antérieure au commerce; car la guerre et le commerce ne sont que deux moyens différents d'atteindre le même but, celui de posséder ce que l'on désire. Le commerce n'est qu'un hommage rendu à la force du possesseur par l'aspirant à la possession. C'est une tentative pour obtenir de gré à gré ce qu'on n'espère plus conquérir par la violence. Un homme qui serait toujours le plus fort n'aurait jamais l'idée du commerce. C'est l'expérience qui, en lui prouvant que la guerre, c'est-a-dire, l'emploi de sa force contre la force d'autrui, l'expose à diverses résistances et à divers échecs, le porte à recourir au commerce, c'est-à-dire, à un moyen plus doux et plus sûr d'engager l'intérêt d'un autre à consentir à ce qui convient à son intérêt. La guerre est l'impulsion, le commerce est le calcul. Mais par la même il doit venir une époque où le commerce remplace la guerre. Nous sommes arrivés a cette époque.

 

Je ne veux point dire qu'il n'y ait pas eu chez les anciens des peuples commerçants. Mais ces peuples faisaient en quelque sorte exception à la règle générale. Les bornes d'une lecture ne me permettent pas de vous indiquer tous les obstacles qui s'opposaient alors aux progrès du commerce; vous les connaissez d'ailleurs aussi bien que moi: je n'en rapporterai qu'un seul. L'ignorance de la boussole forçait les marins de l'antiquité à ne perdre les côtes de vue que le moins qu'il leur était possible. Traverser les Colonnes d'Hercule, c'est-à-dire, passer le détroit de Gibraltar, était considéré comme l'entreprise la plus hardie. Les Phéniciens et les Carthaginois, les plus habiles des navigateurs, ne l'osèrent que fort tard, et leur exemple resta longtemps sans être imité. A Athènes, dont nous parlerons bientôt, l'intérêt maritime était d'environ 60 pour %, pendant que l'intérêt ordinaire n'était que de douze, tant l'idée d'une navigation lointaine impliquait celle du danger.

 

De plus, si je pouvais me livrer à une digression qui malheureusement serait trop longue, je vous montrerais, Messieurs, par le détail des moeurs, des habitudes, du mode de trafiquer des peuples commerçants de l'antiquité avec les autres peuples, que leur commerce même était, pour ainsi dire, imprégné de l'esprit de l'époque, de l'atmosphère, de guerre et d'hostilité qui les entourait. Le commerce alors était un accident heureux, c'est aujourd'hui l'état ordinaire, le but unique, la tendance universelle, la vie véritable des nations. Elles veulent le repos, avec le repos l'aisance, et comme source de l'aisance, l'industrie. La guerre est chaque jour un moyen plus inefficace de remplir leurs voeux. Ses chances n'offrent plus ni aux individus, ni aux nations des bénéfices qui égalent les résultats du travail paisible et des échanges réguliers. Chez les anciens, une guerre heureuse ajoutait en esclaves, en tributs, en terres partagées, à la richesse publique et particulière. Chez les modernes, une guerre heureuse coûte infailliblement plus qu'elle ne vaut.

Enfin, grâce au commerce, à la religion, aux progrès intellectuels et moraux de l'espèce humaine il n'y a plus d'esclaves chez les nations européennes. Des hommes libres doivent exercer toutes les professions, pourvoir à tous les besoins de la société.

On pressent aisément, Messieurs, le résultat nécessaire de ces différences.

1° L'étendue d'un pays diminue d'autant l'importance politique qui échoit en partage à chaque individu. Le républicain le plus obscur de Rome ou de Sparte était une puissance. Il n'en est pas de même du simple citoyen de la Grande-Bretagne ou des États-Unis. Son influence personnelle est un élément imperceptible de la volonté sociale qui imprime au gouvernement sa direction.
En second lieu, l'abolition de l'esclavage a enlevé à la population libre tout le loisir qui résultait pour elle de ce que des esclaves étaient chargés de la plupart des travaux. Sans la population esclave d'Athènes, 20.000 Athéniens n'auraient pas pu délibérer chaque jour sur la place publique.

Troisièmement, le commerce ne laisse pas, comme la guerre, dans la vie de l'homme des intervalles d'inactivité. L'exercice perpétuel des droits politiques, la discussion journalière des affaires de l'État, les dissensions, les conciliabules, tout le cortège et tout le mouvement des factions, agitations nécessaires, remplissage obligé, si j'ose employer ce terme, dans la vie des peuples libres de l'antiquité, qui auraient langui, sans cette ressource, sous le poids d'une inaction douloureuse, n'offriraient que trouble et que fatigue aux nations modernes, où chaque individu occupé de ses spéculations, de ses entreprises, des jouissances qu'il obtient ou qu'il espère, ne veut en être détourné que momentanément et le moins qu'il est possible.

Enfin, le commerce inspire aux hommes un vif amour pour l'indépendance individuelle. Le commerce subvient à leurs besoins, satisfait à leurs désirs, sans l'intervention de l'autorité. Cette intervention est presque toujours, et je ne sais pourquoi je dis presque, cette intervention est toujours un dérangement et une gêne. Toutes les fois que le pouvoir collectif veut se mêler des spéculations particulières, il vexe les spéculateurs. Toutes les fois que les gouvernements prétendent faire nos affaires, ils les font plus mal et plus dispendieusement que nous.

 

Je vous ai dit, Messieurs, que je vous reparlerais d'Athènes, dont on pourrait opposer l'exemple à quelques-unes de mes assertions, et dont l'exemple, au contraire, va les confirmer toutes.
Athènes, comme, je l'ai déjà reconnu, était, de toutes les républiques grecques, la plus commerçante: aussi accordait-elle à ses citoyens infiniment plus de liberté individuelle que Rome et que Sparte. Si je pouvais entrer dans des détails historiques, je vous ferais voir que le commerce avait fait disparaître de chez les Athéniens plusieurs des différences qui distinguent les peuples anciens des peuples modernes. L'esprit des commerçants d'Athènes était pareil a celui des commerçants de nos jours. Xénophon nous apprend que, durant la guerre du Péloponnèse, ils sortaient leurs capitaux du continent de l'Attique et les envoyaient dans les îles de l'Archipel. Le commerce avait créé chez eux la circulation. Nous remarquons dans Isocrate des traces de l'usage des lettres-de-change. Aussi, observez, combien leurs moeurs ressemblent aux nôtres. Dans leurs relations avec les femmes, vous verrez, je cite encore Xénophon, les époux satisfaits quand la paix et une amitié décente règnent dans l'intérieur du ménage, tenir compte à l'épouse trop fragile de la tyrannie de la nature, fermer les yeux sur l'irrésistible pouvoir des passions, pardonner la première faiblesse et oublier la seconde. Dans leurs rapports avec les étrangers l'on les verra prodiguer les droits de cité à quiconque, se transportant chez eux avec sa famille, établit un métier ou une fabrique; enfin on sera frappé de leur amour excessif pour l'indépendance individuelle.

 

A Lacédémone, dit un philosophe, les citoyens accourent lorsque le magistrat les appelle; mais un Athénien serait au désespoir qu'on le crût dépendant d'un magistrat.
Cependant, comme plusieurs des autres circonstances qui décidaient du caractère des nations anciennes existaient aussi a Athènes; comme il y avait une population esclave, et que le territoire était fort reserré, nous y trouvons des vestiges de la, liberté propre aux anciens. Le peuple fait les lois, examine la conduite des magistrats, somme Périclès de rendre ses comptes, condamne à mort les généraux qui avaient commandé au combat des Arginuses. En même temps, l'ostracisme, arbitraire légal et vanté par tous les législateurs de l'époque; l'ostracisme, qui nous paraît et doit nous paraître une révoltante iniquité, prouve que l'individu était encore bien plus asservi à la suprématie du corps social à Athènes, qu'il ne l'est de nos jours dans aucun état libre de l'Europe.

 

Il résulte de ce que je viens d'exposer, que nous ne pouvons plus jouir de la liberté des anciens, qui se composait de la participation active et constante au pouvoir collectif. Notre liberté à nous, doit se composer de la jouissance paisible de l'indépendance privée. La part que dans l'antiquité chacun prenait à la souveraineté nationale n'était point, comme de nos jours, une supposition abstraite. La volonté de chacun avait une influence réelle: l'exercice de cette volonté était un plaisir vif et répété. En conséquence, les anciens étaient disposés à faire beaucoup de sacrifices pour la conservation de leurs droits politiques et de leur part dans l'administration de l'État. Chacun sentant avec orgueil tout ce que valait son suffrage, trouvait dans cette conscience de son importance personnelle, un ample dédommagement.
Ce dédommagement n'existe plus aujourd'hui pour nous. Perdu dans la multitude, l'individu n'aperçoit presque jamais l'influence qu'il exerce. Jamais sa volonté ne s'empreint sur l'ensemble, rien ne constate à ses propres yeux sa coopération. L'exercice des droits politiques ne nous offre donc plus qu'une partie des jouissances que les anciens y trouvaient, et en même temps les progrès de la civilisation, la tendance commerciale de l'époque, la communication des peuples entre eux, ont multiplié et varié à l'infini les moyens de bonheur particulier.

 

Il s'ensuit que nous devons être bien plus attachés que les anciens à notre indépendance individuelle; car les anciens, lorsqu'ils sacrifiaient cette indépendance aux droits politiques, sacrifiaient moins pour obtenir plus; tandis qu'en faisant le même sacrifice, nous donnerions plus pour obtenir moins.
Le but des anciens était le partage du pouvoir social entre tous les citoyens d'une même patrie: c'était là ce qu'ils nommaient liberté. Le but des modernes est la sécurité dans les jouissances privées; et ils nomment liberté les garanties accordées par les institutions à ces jouissances.

 

J'ai dit en commençant que, faute d'avoir aperçu ces différences, des hommes bien intentionnés d'ailleurs, avaient causé des maux infinis durant notre longue et orageuse révolution. A Dieu ne plaise que je leur adresse des reproches trop sévères: leur erreur même était excusable. On ne saurait lire les belles pages de l'antiquité, l'on ne se retrace point les actions de ses grands hommes sans ressentir je ne sais quelle émotion d'un genre particulier que ne fait éprouver rien de ce qui est moderne. Les vieux éléments d'une nature antérieure, pour ainsi dire, à la nôtre, semblent se réveiller en nous à ces souvenirs. II est difficile de ne pas regretter ces temps où les facultés de l'homme se développaient dans une direction tracée d'avance, mais dans une carrière si vaste, tellement fortes de leurs propres forces, et avec un tel sentiment d'énergie et de dignité; et lorsqu'on se livre à ces regrets, il est impossible de ne pas vouloir imiter ce qu'on regrette. Cette impression était profonde, surtout lorsque nous vivions sous des gouvernements abusifs, qui, sans être forts, étaient vexatoires, absurdes en principes, misérables en action; gouvernements qui avaient pour ressort l'arbitraire, pour but le rapetissement de l'espèce humaine, et que certains hommes osent nous vanter encore aujourd'hui, comme si nous pouvions oublier jamais que nous avons été témoins et victimes de leur obstination, de leur impuissance et de leur renversement. Le but de nos réformateurs fut noble et généreux. Qui d'entre nous n'a pas senti son coeur battre d'espérance à l'entrée de la route qu'ils semblaient ouvrir?  Et malheur encore à présent à qui n'éprouve pas le besoin de déclarer que reconnaître quelques erreurs commises par nos premiers guides, ce n'est pas flétrir leur mémoire ni désavouer des opinions que les amis de l'humanité ont professées d'âge en âge.

 

Mais ces hommes avaient puisé plusieurs de leurs théories dans les ouvrages de deux philosophes qui ne s'étaient pas douté eux-mêmes des modifications apportées par deux mille ans aux dispositions du genre humain. J'examinerai peut-être une fois le système du plus illustre de ces philosophes, de Jean-Jacques Rousseau, et je montrerai qu'en transportant dans nos temps modernes une étendue de pouvoir social, de souveraineté collective qui appartenait à d'autres siècles, ce génie sublime qu'animait l'amour le plus pur de la liberté, a fourni néanmoins de funestes prétextes à plus d'un genre de tyrannie. Sans doute, en relevant ce que je considère comme une méprise importante à dévoiler, je serai circonspect dans ma réfutation, et respectueux dans mon blâme. J'éviterai, certes, de me joindre aux détracteurs d'un grand homme. Quand le hasard fait qu'en apparence je me rencontre avec eux sur un seul point, je suis en défiance de moi-même; et, pour me consoler de paraître un instant de leur avis sur une question unique et partielle, j'ai besoin de désavouer et de flétrir autant qu'il est en moi ces prétendus auxiliaires.

 

Cependant, l'intérêt de la vérité doit l'emporter sur des considérations que rendent si puissantes l'éclat d'un talent prodigieux et l'autorité d'une immense renommée. Ce n'est d'ailleurs point à Rousseau, comme on le verra, que l'on doit principalement attribuer l'erreur que je vais combattre: elle appartient bien plus à l'un de ses successeurs, moins éloquent, mais non moins austère et mille fois plus exagéré. Ce dernier, l'abbé de Mably, peut être regardé comme le représentant du système qui, conformément aux maximes de la liberté antique, veut que les citoyens soient complètement assujettis pour que la nation soit souveraine, et que l'individu soit esclave pour que le peuple soit libre.
L'abbé de Mably, comme Rousseau et comme beaucoup d'autres, avait, d'après les anciens, pris l'autorité du corps social pour la liberté, et tous les moyens lui paraissaient bons pour étendre l'action de cette autorité sur cette partie récalcitrante de l'existence humaine, dont il déplorait l'indépendance. Le regret qu'il exprime partout dans ses ouvrages, c'est que la loi ne puisse atteindre que les actions. Il aurait voulu qu'elle atteignît les pensées, les impressions les plus passagères; qu'elle poursuivît l'homme sans relâche et sans lui laisser un asile où il pût échapper à son pouvoir. A peine apercevait-il, n'importe chez quel peuple, une mesure vexatoire, qu'il pensait avoir fait une découverte et qu'il la proposait pour modèle: il détestait la liberté individuelle comme on déteste un ennemi personnel; et, dès qu'il rencontrait dans l'histoire une nation qui en était bien complètement privée, n'eût-elle point de liberté politique, il ne pouvait s'empêcher de l'admirer. II s'extasiait sur les Égyptiens, parce que, disait-il, tout chez eux était réglé par la loi, jusqu'aux délassements, jusqu'aux besoins: tout pliait sous l'empire du législateur; tous les moments de la journée étaient remplis par quelque devoir; l'amour même était sujet à cette intervention respectée, et c'était la loi qui tour-à-tour ouvrait et fermait la couche nuptiale.

 

Sparte, qui réunissait des formes républicaines au même asservissement des individus, excitait dans l'esprit de ce philosophe un enthousiasme plus vif encore.
Ce vaste couvent lui paraissait l'idéal d'une parfaite république. Il avait pour Athènes un profond mépris, et il aurait dit volontiers de cette nation, la première de la Grèce, ce qu'un académicien grand seigneur disait de l'Académie française: "Quel épouvantable despotisme! tout le monde y fait ce qu'il veut".  Je dois ajouter que ce grand seigneur parlait de l'Académie telle qu'elle était il y a trente ans.

 

Montesquieu, doué d'un esprit plus observateur parce qu'il avait une tête moins ardente, n'est pas tombé tout-à-fait dans les mêmes erreurs. Il a été frappé des différences que j'ai rapportées: mais il n'en a pas démêlé la cause véritable. Les politiques grecs qui vivaient sous le gouvernement populaire ne reconnaissaient, dit-il, d'autre force que celle de la vertu. Ceux d'aujourd'hui ne nous parlent que de manufactures, de commerce, de finances, de richesses et de luxe même. Il attribue cette différence à la république et à la monarchie: il faut l'attribuer à l'esprit opposé des temps anciens et des temps modernes. Citoyens des républiques, sujets des monarchies, tous veulent des jouissances, et nul ne peut, dans l'état actuel des sociétés, ne pas en vouloir. Le peuple le plus attaché de nos jours à sa liberté, avant l'affranchissement de la France, était aussi le peuple le plus attaché à toutes les jouissances de la vie; et il tenait à sa liberté surtout parce qu'il y voyait la garantie des jouissances qu'il chérissait. Autrefois, là où il y avait liberté, l'on pouvait supporter les privations: maintenant partout où il y a privations, il faut l'esclavage pour qu'on s'y résigne. Il serait plus possible aujourd'hui de faire d'un peuple d'esclaves un peuple de Spartiates, que de former des Spartiates par la liberté. Les hommes qui se trouvèrent portés par le flot des événements à la tête de notre révolution, étaient, par une suite nécessaire de l'éducation qu'ils avaient reçue, imbus des opinions antiques, et devenues fausses, qu'avaient mises en honneur les philosophes dont j'ai parlé. La métaphysique de Rousseau, au milieu de laquelle paraissaient tout-à-coup comme des éclairs des vérités sublimes et des passages d'une éloquence entraînante, l'austérité de Mably, son intolérance, sa haine contre toutes les passions humaines, son avidité de les asservir toutes, ses principes exagérés sur la compétence de la loi, la différence de ce qu'il recommandait et de ce qui avait existé, ses déclamations contre les richesses et même contre la propriété; toutes ces choses devaient charmer des hommes échauffés par une victoire récente, et qui, conquérants de la puissance légale, étaient bien aises d'étendre cette puissance sur tous les objets. C'était pour eux une autorité précieuse que celle de deux écrivains qui, désintéressés dans la question et prononçant anathème contre le despotisme des hommes, avaient rédigé en axiome le texte de la loi. Ils voulurent donc exercer la force publique comme ils avaient appris de leurs guides qu'elle avait été jadis exercée dans les états libres. Ils crurent que tout devait encore céder devant la volonté collective et que toutes les restrictions aux droits individuels seraient amplement compensées par la participation au pouvoir social.

 

Vous savez, Messieurs, ce qui en est résulté.
Des institutions libres, appuyées sur la connaissance de l'esprit du siècle, auraient pu subsister. L'édifice renouvelé des anciens s'est écroulé, malgré beaucoup d'efforts et beaucoup d'actes héroïques qui ont droit a l'admiration. C'est que le pouvoir social blessait en tout sens l'indépendance individuelle sans en détruire le besoin. La nation ne trouvait point qu'une part idéale à une souveraineté abstraite valût les sacrifices qu'on lui commandait. On lui répétait vainement avec Rousseau: les lois de la liberté sont mille fois plus austères que n'est dur le joug des tyrans. Elle ne voulait pas de ces lois austères, et dans sa lassitude, elle croyait quelquefois que le joug des tyrans serait préférable. L'expérience est venue et l'a détrompée. Elle a vu que l'arbitraire des hommes était pire encore que les plus mauvaises lois. Mais les lois aussi doivent avoir leurs limites.

 

Si je suis parvenu, Messieurs, à vous faire partager la conviction que dans mon opinion ces faits doivent produire, vous reconnaîtrez avec moi la vérité des principes suivants. L'indépendance individuelle est le premier besoin des modernes: en conséquence, il ne faut jamais leur en demander le sacrifice pour établir la liberté politique. Il s'ensuit qu'aucune des institutions nombreuses et trop vantées qui, dans les républiques anciennes, gênaient la liberté individuelle, n'est point admissible dans les temps modernes.

 

Cette vérité, Messieurs, semble d'abord superflue à établir. Plusieurs gouvernements de nos jours ne paraissent guères enclins à imiter les républiques de l'antiquité. Cependant quelque peu de goût qu'ils aient pour les institutions républicaines, il y a de certains usages républicains pour lesquels ils éprouvent je ne sais quelle affection. Il est fâcheux que ce soit précisément celles qui permettent de bannir, d'exiler, de dépouiller. Je me souviens qu'en en 1802, on glissa dans une loi sur les tribunaux spéciaux un article qui introduisait en France l'ostracisme grec; et Dieu sait combien d'éloquents orateurs, pour faire admettre cet article, qui cependant fut retiré, nous parlèrent de la liberté d'Athènes, et de tous les sacrifices que les individus devaient faire pour conserver cette liberté!  De même, à une époque bien plus récente, lorsque des autorités craintives essayaient d'une main timide de diriger les élections a leur gré, un journal qui n'est pourtant point entaché de républicanisme, proposa de faire revivre la censure romaine pour écarter les candidats dangereux.

 

Je crois donc ne pas m'engager dans une digression inutile, si, pour appuyer mon assertion, je dis quelques mots de ces deux institutions si vantées. L'ostracisme d'Athènes reposait sur l'hypothèse que la société a toute autorité sur ses membres. Dans cette hypothèse, il pouvait se justifier, et dans un petit état, où l'influence d'un individu fort de son crédit, de sa clientelle, de sa gloire, balançait souvent la puissance de la masse, l'ostracisme pouvait avoir une apparence d'utilité. Mais parmi nous, les individus ont des droits que la société doit respecter, et l'influence individuelle est, comme je l'ai déjà observé, tellement perdue dans une multitude d'influences égales ou supérieures, que toute vexation, motivée sur la nécessité de diminuer cette influence, est inutile et par conséquent injuste. Nul n'a le droit d'exiler un citoyen, s'il n'est pas condamné légalement par un tribunal régulier, d'après une loi formelle qui attache la peine de l'exil à l'action dont il est coupable. Nul n'a le droit d'arracher le citoyen à sa patrie, le propriétaire à ses biens, le négociant à son commerce, l'époux à son épouse, le père à ses enfants, l'écrivain à ses méditations studieuses, le vieillard à ses habitudes. Tout exil politique est un attentat politique. Tout exil prononcé par une assemblée pour de prétendus motifs de salut public, est un crime de cette assemblée contre le salut public qui n'est jamais que dans le respect des lois, dans l'observance des formes, et dans le maintien des garanties.

 

La censure romaine supposait comme l'ostracisme un pouvoir discrétionnaire. Dans une république dont tous les citoyens, maintenus par la pauvreté dans une simplicité extrême de moeurs, habitaient la même ville, n'exerçaient aucune profession qui détournât leur attention des affaires de l'État, et se trouvaient ainsi constamment spectateurs et juges de l'usage du pouvoir public, la censure pouvait d'une part avoir plus d'influence; et de l'autre, l'arbitraire des censeurs était contenu par une espèce de surveillance morale exercée contre eux. Mais aussitôt que l'étendue de la république, la complication des relations sociales et les raffinements de la civilisation, eurent enlevé à cette institution ce qui lui servait à la fois de base et de limite, la censure dégénéra même à Rome. Ce n'était donc pas la censure qui avait crée les bonnes moeurs; c'était la simplicité des moeurs qui constituait la puissance et l'efficacité de la censure.

 

En France, une institution aussi arbitraire que la censure serait à la fois inefficace et intolérable: dans l'état présent de la société, les moeurs se composent de nuances fines, ondoyantes, insaisissables, qui se dénatureraient de mille manières, si l'on tentait de leur donner plus de précision. L'opinion seule peut les atteindre; elle seule peut les juger, parce qu'elle est de même nature. Elle se soulèverait contre toute autorité positive qui voudrait lui donner plus de précision. Si le gouvernement d'un peuple moderne voulait, comme les censeurs de Rome, flétrir un citoyen par une décision discrétionnaire, la nation entière réclamerait contre cet arrêt en ne ratifiant pas les décisions de l'autorité.

 

Ce que je viens de dire de la transplantation de la censure dans les temps modernes, s'applique à bien d'autres parties de l'organisation sociale, sur lesquelles on nous cite l'antiquité plus fréquemment encore, et avec bien plus d'emphase. Telle est l'éducation, par exemple; que ne nous dit-on pas sur la nécessité de permettre que le gouvernement s'empare des générations naissantes pour les façonner à son gré, et de quelles citations érudites n'appuie-t-on pas cette théorie! Les Perses, les Égyptiens, et la Gaule, et la Grèce, et l'Italie, viennent tour à tour figurer à nos regards. Eh! Messieurs, nous ne sommes ni des Perses, soumis à un despote, ni des Égyptiens subjugués par des prêtres, ni des Gaulois pouvant être sacrifiés par leurs druides, ni enfin des Grecs et des Romains que leur part à l'autorité sociale consolait de l'asservissement privé. Nous sommes des modernes, qui voulons jouir chacun de nos droits, développer chacun nos facultés comme bon nous semble, sans nuire à autrui; veiller sur le développement de ces facultés dans les enfants que le nature confie à nôtre affection, d'autant plus éclairée qu'elle est plus vive, et n'ayant besoin de l'autorité que pour tenir d'elle les moyens généraux d'instruction qu'elle peut rassembler, comme les voyageurs acceptent d'elle les grands chemins sans être dirigés par elle dans la route qu'ils veulent suivre. La religion aussi est exposée à ces souvenirs des autres siècles. De braves défenseurs de l'unité de doctrine nous citent les lois des anciens contre les dieux étrangers, et appuient les droits de l'église catholique de l'exemple des Athéniens qui firent périr Socrate pour avoir ébranlé le polythéisme, et de celui d'Auguste qui voulait qu'on restât fidèle au culte de ses pères, ce qui fit que, peu de temps après, on livra aux bêtes les premiers chrétiens.

 

Défions-nous donc, Messieurs, de cette admiration pour certaines réminiscences antiques. Puisque nous vivons dans les temps modernes je veux la liberté convenable aux temps modernes; et puisque nous vivons sous des monarchies, je supplie humblement ces monarchies de ne pas emprunter aux républiques anciennes des moyens de nous opprimer.

La liberté individuelle, je le répète, voilà la véritable liberté moderne. La liberté politique en est la garantie; la liberté politique est par conséquent indispensable. Mais demander aux peuples de nos jours de sacrifier comme ceux d'autrefois la totalité de leur liberté individuelle à la liberté politique, c'est le plus sûr moyen de les détacher de l'une et quand on y serait parvenu, on ne tarderait pas à leur ravir l'autre. Vous voyez, Messieurs, que mes observations ne tendent nullement à diminuer le prix de la liberté politique. Je ne tire point des faits que j'ai remis sous vos yeux les conséquences que quelques hommes en tirent. De ce que les anciens ont été libres, et de ce que nous ne pouvons plus être libres comme les anciens, ils en concluent que nous sommes destinés à être esclaves. Ils voudraient constituer le nouvel état social avec un petit nombre d'éléments qu'ils disent seuls appropriés à la situation du monde actuel. Ces éléments sont des préjugés pour effrayer les hommes, de l'égoïsme pour les corrompre, de la frivolité pour les étourdir, des plaisirs grossiers pour les dégrader, du despotisme pour les conduire; et, il le faut bien, des connaissances positives et des sciences exactes pour servir plus adroitement le despotisme. Il serait bizarre que tel fût le résultat de quarante siècles durant lesquels l'espèce humaine a conquis plus de moyens moraux et physiques: je ne puis le penser. Je tire des différences qui nous distinguent de l'antiquité des conséquences tout opposées. Ce n'est point la garantie qu'il faut affaiblir, c'est la jouissance qu'il faut étendre. Ce n'est point a la liberté politique que je veux renoncer; c'est la liberté civile que je réclame, avec d'autres formes de liberté politique. Les gouvernements n'ont pas plus qu'autrefois le droit de s'arroger un pouvoir illégitime. Mais les gouvernements qui partent d'une source légitime ont de moins qu'autrefois le droit d'exercer sur les individus une suprématie arbitraire. Nous possédons encore aujourd'hui les droits que nous eûmes de tout temps, ces droits éternels à consentir les lois, a délibérer sur nos intérêts, à être partie intégrante du corps social dont nous sommes membres. Mais les gouvernements ont de nouveaux devoirs; les progrès de la civilisation, les changements opérés par les siècles, commandent à l'autorité plus de respect pour les habitudes, pour les affections, pour l'indépendance des individus. Elle doit porter sur tous ces objets une main plus prudente et plus légère.

 

Cette réserve de l'autorité, qui est dans ses devoirs stricts, est également dans ses intérêts bien entendus; car si la liberté qui convient aux modernes est différente de celle qui convenait aux anciens, le despotisme qui était possible chez les anciens n'est plus possible chez les modernes. De ce que nous sommes souvent plus distraits de la liberté politique qu'ils ne pouvaient l'être, et dans notre état ordinaire moins passionnés pour elle, il peut s'ensuivre que nous négligions quelquefois trop, et toujours à tort, les garanties qu'elle nous assure; mais en même temps, comme nous tenons beaucoup plus à la liberté individuelle que les anciens, nous la défendrons, si elle est attaquée, avec beaucoup plus d'adresse et de persistance; et nous avons pour la défendre des moyens que les anciens n'avaient pas.

Le commerce rend l'action de l'arbitraire sur notre existence plus vexatoire qu'autrefois, parce que nos spéculations étant plus variées, l'arbitraire doit se multiplier pour les atteindre; mais le commerce rend aussi l'action de l'arbitraire plus facile a éluder, parce qu'il change la nature de la propriété, qui devient par ce changement presque insaisissable.
Le commerce donne à la propriété une qualité nouvelle, la circulation: sans circulation, la propriété n'est qu'un usufruit; l'autorité peut toujours influer sur l'usufruit, car elle peut enlever la jouissance; mais la circulation met un obstacle invisible et invincible à cette action du pouvoir social.
Les effets du commerce s'étendent encore plus loin: non seulement il affranchit les individus, mais, en créant le crédit, il rend l'autorité dépendante.

 

L'argent, dit un auteur français, est l'arme la plus dangereuse du despotisme, mais il est en même temps son frein le plus puissant; le crédit est soumis à l'opinion; la force est inutile; l'argent se cache ou s'enfuit; toutes les opérations de l'État sont suspendues. Le crédit n'avait pas la même influence chez les anciens; leurs gouvernements étaient plus forts que les particuliers; les particuliers sont plus forts que les pouvoirs politiques de nos jours; la richesse est une puissance plus disponible dans tous les instants, plus applicable a tous les intérêts, et par conséquent bien plus réelle et mieux obéie; le pouvoir menace, la richesse récompense: on échappe au pouvoir en le trompant; pour obtenir les faveurs de la richesse, il faut la servir: celle-ci doit l'emporter.

 

Par une suite des mêmes causes, l'existence individuelle est moins englobée dans l'existence politique. Les individus transplantent au loin leurs trésors; ils portent avec eux toutes les jouissances de la vie privée; le commerce a rapproché les nations, et leur a donné des moeurs et des habitudes à peu près pareilles: les chefs peuvent être ennemis; les peuples sont compatriotes.

 

Que le pouvoir s'y résigne donc; il nous faut de la liberté, et nous l'aurons; mais comme la liberté qu'il nous faut est différente de celle des anciens, il faut à cette liberté une autre organisation que celle qui pourrait convenir a la liberté antique; dans celle-ci, plus l'homme consacrait de temps et de force a l'exercice de ses droits politiques, plus il se croyait libre; dans l'espèce de liberté dont nous sommes susceptibles, plus l'exercice de nos droits politiques nous laissera de temps pour nos intérêts privés, plus la liberté nous sera précieuse.

 

De la vient, Messieurs, la nécessité du système représentatif. Le système représentatif n'est autre chose qu'une organisation à l'aide de laquelle une nation se décharge sur quelques individus de ce qu'elle ne peut ou ne veut pas faire elle-même. Les individus pauvres font eux-mêmes leurs affaires: les hommes riches prennent des intendants. C'est l'histoire des nations anciennes et des nations modernes. Le système représentatif est une procuration donnée à un certain nombre d'hommes par la masse du peuple, qui veut que ses intérêts soient défendus, et qui néanmoins n'a pas le temps de les défendre toujours lui-même. Mais a moins d'être insensés, les hommes riches qui ont des intendants examinent avec attention et sévérité si ces intendants font leur devoir, s'ils ne sont ni négligents ni corruptibles, ni incapables; et pour juger de la gestion de ces mandataires, les commettants qui ont de la prudence se mettent bien au fait des affaires dont ils leur confient l'administration. De même, les peuples qui, dans le but de jouir de la liberté qui leur convient, recourent au système représentatif, doivent exercer une surveillance active et constante sur leur représentants, et se réserver, à des époques qui ne soient pas séparées par de trop longs intervalles, le droit de les écarter s'ils ont trompé leurs voeux, et de révoquer les pouvoirs dont ils auraient abusé.

 

Car, de ce que la liberté moderne diffère de la liberté antique, il s'ensuit qu'elle est aussi menacée d'un danger d'espèce différente.
Le danger de la liberté antique était qu'attentifs uniquement à s'assurer le partage du pouvoir social, les hommes ne fissent trop bon marché des droits et des jouissances individuelles.
Le danger de la liberté moderne, c'est qu'absorbés dans la jouissance de notre indépendance privée, et dans la poursuite de nos intérêts particuliers, nous ne renoncions trop facilement à notre droit de partage dans le pouvoir politique.

 

Les dépositaires de l'autorité ne manquent pas de nous y exhorter. Ils sont si disposés à nous épargner toute espèce de peine, excepté celle d'obéir et de payer! Ils nous diront: Quel est au fond le but de vos efforts, le motif de vos travaux, l'objet de toutes vos espérances? N'est-ce-pas le bonheur? Eh bien, ce bonheur, laissez-nous faire, et nous vous le donnerons. Non, Messieurs, ne laissons pas faire; quelque touchant que ce soit un intérêt si tendre, prions l'autorité de rester dans ses limites; qu'elle se borne à être juste. Nous nous chargerons d'être heureux.

 

Pourrions-nous l'être par des jouissances, si ces jouissances étaient séparées des garanties? Et où trouverions-nous ces garanties, si nous renoncions à la liberté politique? Y renoncer, Messieurs, serait une démence semblable à celle d'un homme qui, sous prétexte qu'il n'habite qu'un premier étage, prétendrait bâtir sur le sable un édifice sans fondements.
D'ailleurs, Messieurs, est-il donc si vrai que le bonheur, de quelque genre qu'il puisse être, soit le but unique de l'espèce humaine? En ce cas, notre carrière serait bien étroite et notre destination bien peu relevée. Il n' est pas un de nous qui, s'il voulait descendre, restreindre ses facultés morales, rabaisser ses désirs, abjurer l'activité, la gloire, les émotions généreuses et profondes, ne pût s'abrutir et être heureux, Non, Messieurs, j'en atteste cette partie meilleure de notre nature, cette noble inquiétude qui nous poursuit et qui nous tourmente, cette ardeur d'étendre nos lumières et de développer nos facultés; ce n'est pas au bonheur seul, c'est au perfectionnement que notre destin nous appelle; et la liberté politique est le plus puissant, le plus énergique moyen de perfectionnement que le ciel nous ait donné.

 

La liberté politique soumettant à tous les citoyens, sans exception, l'examen et l'étude de leurs intérêts les plus sacrés, agrandit leur esprit, anoblit leurs pensées, établit, entre eux tous une sorte d'égalité intellectuelle qui fait la gloire et la puissance d'un peuple.
Aussi, voyez comme une nation grandit à la première institution qui lui rend l'exercice régulier de la liberté politique. Voyez nos concitoyens de toutes les classes, de toutes les professions, sortant de la sphère de leurs travaux habituels et des leur industrie privée, se trouver soudain au niveau des fonctions importantes que la constitution leur confie, choisir avec discernement, résister avec énergie, déconcerter la ruse, braver la menace, résister noblement à la séduction. Voyez le patriotisme pur, profond et sincère, triomphant dans nos villes et vivifiant jusqu'à nos hameaux, traversant nos ateliers, ranimant nos campagnes, pénétrant du sentiment de nos droits et de la nécessité des garanties l'esprit juste et droit du cultivateur utile et du négociant industrieux, qui, savants dans l'histoire des maux qu'ils ont subis, et non moins éclairés sur les remèdes qu'exigent ces maux, embrassent d'un regard la France entière, et, dispensateurs de la reconnaissance nationale, récompensent par leurs suffrages, après trente années, la fidélité aux principes dans la personne du plus illustre des défenseurs de la liberté. [Monsieur de Lafayette, nommé député par la Sarthe].

 

Loin donc, Messieurs, de renoncer à aucune des deux espèces de liberté dont je vous ai parlé, il faut, je l'ai démontré, apprendre à les combiner l'une avec l'autre. Les institutions, comme le dit le célèbre auteur de l'Histoire des républiques du moyen âge [Sismonde de Sismondi], doivent accomplir les destinées de l'espèce humaine; elles atteignent d'autant mieux leur but qu'elles élèvent le plus grand nombre possible de citoyens à la plus haute dignité morale.

 

L'oeuvre du législateur n'est point complète quand il a seulement rendu le peuple tranquille. Lors même que ce peuple est content, il reste encore beaucoup à faire. Il faut que les institutions achèvent l'éducation morale des citoyens. En respectant leurs droits individuels, en ménageant leur indépendance, en ne troublant point leurs occupations, elles doivent pourtant consacrer leur influence sur la chose publique, les appeler à concourir, par leurs déterminations et par leurs suffrages, à l'exercice du pouvoir, leur garantir un droit de contrôle et de surveillance par la manifestation de leurs opinions, et les formant de la sorte par la pratique à ces fonctions élevées, leur donner à la fois et le désir et la faculté de s'en acquitter.


1. Quelle différence existe-t-il entre la liberté des anciens et celle des modernes ?

La liberté pour les modernes consiste à vivre à bénéficier de ce que l'on appelle les libertés publiques, c'est-à-dire en grande partie des libertés individuelles (droits naturels tels que propriété de soi, des produits de son industrie ...)  garanties par le Constitution et auxquelles le pouvoir politique ne peut porter atteinte. Ils considèrent  aussi la liberté comme le droit d'élire leurs représentants.

Pour les anciens la liberté ne consistaient pas à mandater des représentants mais à exercer eux-mêmes le pouvoir politique. Mais ce pouvoir politique n'était borné par aucun droit inaliénable des individus tant et si bien qu'il n'y avait aucune liberté individuelle les droits de tout individu pouvant être remis en cause par la collectivité.

L'individu en tant que détenteur du pouvoir dans une démocratie directe peut donc décider de tout, mais il est en même temps soumis au pouvoir politique de la façon la plus absolue. Exemple : je peux faire partie de la majorité qui décide de la mort d'un homme car il a dit que Dieu n'existait pas, mon pouvoir est donc très grand, mais je peux aussi être condamné par la majorité parce que ma toge n'est pas de la longueur réglementaire.

2. Cette liberté des anciens vous paraît-elle souhaitable de nos jours ?

3. Qui exerçait le pouvoir politique chez les Grecs, et en France de nos jours ?

Le pouvoir politique était exercé directement par tous les citoyens libres, qui étaient peu nombreux donc chaque voix avait une grande importance pour les décisions à prendre. Désormais nous n'exerçons pas directement le pouvoir politique mais le déléguons, nous ne contrôlons pas chaque vote et décision de ceux que nous mandons et nous sommes si nombreux en tant que citoyens que l'influence de chacun est négligeable, l'influence est surtout organisée par des groupes de pression organisés sur la base d'intérêts communs.
Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Le WEB Résistant
commenter cet article

Jumelage

Voir les articles

INDEX

 

 READ THIS BLOG IN ENGLISH WITH GOOGLE Click here

Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamiqueL'image “http://img57.imageshack.us/img57/3474/bouton3sitany0.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell


DOSSIER

LE LIBERTARIANISME

Informez-vous sur la philosophie politique libertarienne


« Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve. »     John Adams

DOSSIER

LE WEB RESISTANT 

lewebresistant.gif

Informez-vous sur la cyber-résistance

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s'éloignant de leurs textes tandis que l'islam le fut en se rapprochant des siens. »                                                      Eric Conan



DOSSIER

FONDAMENTALISME, DJIHADISME, TERRORISME

L’ISLAMISME EST UN TOTALITARISME

img80/3421/poing1bjr1.jpg

Ce qu’il faut savoir sur l’une des plus grandes menaces politiques et religieuses du XXIème siècle

 


« Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à suprimer la pauvreté »                                                   Winston Churchill

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE SOCIALISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le socialisme


« Le Communisme est l'Islam du XXème siècle. »                                                   Jules Monnerot


DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE COMMUNISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le communisme

 

« La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à gouter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée.  »                            Carl Gustav Jung

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE NAZISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le nazisme


« Ils ignorent que les épées sont données pour que personne ne soit esclave. »                                                                                        Lucain

Partenaire :