Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Résistance sur Internet
  • Le blog de la Résistance sur Internet
  • : Le WEB Résistant est le seul site francophone présentant toutes les références sur les sites de réinformation. Faites-le connaître autour de vous ! Ne restez pas seul, nous sommes nombreux.
  • Contact

Profil

  • Cyber-résistant
  • Ni totalitarisme nazi,
 ni totalitarisme communiste,
 ni totalitarisme islamique
  • Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamique

En bref

ajouter-favoris.png

Abonnement

Inscription à la newsletter

  

Center for Vigilant Freedom

The 910 Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Counterjihad Calendar 2009
The Counterjihad Calendar 2010

Counterjihad Brussels 2007

Counterjihad Vienna 2008

Counterjihad Copenhagen 2009

Counterjihad Zurich 2010

EU Eurabia Francais

Le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie

 
FAIRE LE TEST POLITIQUE ?

http://img263.imageshack.us/img263/2081/diagrammenolan.jpg

 

Web Statistics

 
Locations of visitors to this page

Entête

http://www.wikio.fr

"Si vous entendez ce message, c'est que vous êtes la résistance."

International Civil Liberties

About

The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc.  We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

We aim to promote the secular rule of law, which we believe to be the basis of harmony and mutual respect between individuals and groups in the increasingly globalised world, and to draw attention to efforts to subvert it.  We believe in equality before the law, equality between men and women, and the rights of the individual and are open to participation by all people who respect these principles.

We believe that freedom of speech is the essential prerequisite for free and just societies, secular law, and the rights of the individual.

We are committed to building and participating in coalitions in all parts of the world to effect significant progress in protecting rights of the individual which are sadly being eroded in many countries including those in the West.


Rejoindre le forum

 

The Center for Vigilant Freedom

29 septembre 2007 6 29 /09 /septembre /2007 03:48


par Daniel Pipes
Jerusalem Post, 26 septembre 2007

VO: http://www.danielpipes.org/article/4973

Sans que le monde extérieur en prenne vraiment conscience, une quantité d’argent importante et en croissance rapide est gérée aujourd’hui en accord avec la loi islamique, la charia. Selon une étude, «à la fin 2005, plus de 300 institutions de plus de 65 juridictions géraient des actifs d’une valeur globale de l’ordre de 700 milliards à un billion de dollars d’une manière compatible avec la charia».

L’économie islamique prend une ampleur de plus en plus incontournable grâce à une profusion de portefeuilles d’exportateurs de pétrole et une multiplication d’instruments financiers islamiques (tels que des emprunts sans intérêts et des obligations sukuk). Mais à quoi rime tout cela? Les instruments conformes à la charia peuvent-ils concurrencer l’ordre financier international? L’instauration d’un régime économique islamique va-t-il vraiment de pair, comme l’affirme un enthousiaste, avec la fin de l’injustice grâce à «l’intervention de l’État pour le bien de tous»?

Pour comprendre ce système, le meilleur point de départ est Islam and Mammon, un brillant ouvrage que Timur Kuran a écrit alors qu’il occupait (paradoxalement, vu le soutien saoudien à l’économie islamique) la chaire «King Faisal Professor of Islamic Thought and Culture» (pensée et culture islamiques) de l’université de Californie du Sud.

Kuran, qui enseigne actuellement à Duke University, estime que l’économie islamique ne remonte pas à Mahomet, qu’elle est une «tradition inventée» qui a émergé en Inde, dans les années 1940. La notion de discipline des sciences économiques «qui serait clairement et ouvertement islamique est très récente». Il y a encore un siècle, même les plus savants des Musulmans auraient été interloqués par l’«économie islamique».

L’idée a été forgée à l’origine par un intellectuel islamiste, Abul Ala Maududi (1903-79), pour qui l’économie islamique servait de moyen vers de nombreuses fins: minimiser les relations avec les non-Musulmans, renforcer le sentiment collectif d’identité musulmane, étendre l’Islam dans un nouveau domaine d’activité humaine et moderniser sans occidentaliser.

Les sciences économiques islamiques ont pris leur essor en tant que discipline universitaire vers la moitié des années 1960. Elles ont bénéficié d’un élan institutionnel pendant le boom pétrolier des années 1970, lorsque les Saoudiens et d’autres Musulmans exportateurs de pétrole, qui entraient alors pour la première fois en possession de fortes sommes d’argent, ont apporté un «vaste soutien» au projet.

Les partisans de l’économie islamique avancent deux propositions fondamentales: que le système capitaliste a échoué et que l’Islam fournit la solution. Pour évaluer cette dernière assertion, Kuran se penche avec beaucoup d’attention sur le fonctionnement concret de l’économie islamique et sur ses trois principales affirmations, à savoir qu’elle abolit l’intérêt sur l’argent, qu’elle engendre l’égalité économique et qu’elle établit une éthique commerciale supérieure. Sa conclusion est qu’elle échoue totalement à ces trois niveaux.

  • «Nulle part l’intérêt n’a disparu des transactions économiques et l’islamisation économique ne bénéficie nulle part d’un soutien massif.» Les opérations exotiques et complexes de participation aux pertes et profits comme ijara, mudaraba, murabaha et musharaka font toutes intervenir des paiements d’intérêts déguisés. En fait, les banques qui se prétendent islamiques «ressemblent davantage aux autres instituts financiers modernes qu’à un quelconque héritage de l’Islam». Bref, il n’y a pratiquement rien d’islamique dans les pratiques bancaires islamiques – ce qui explique en grande partie pourquoi Citibank et d’autres grandes banques occidentales détiennent des dépôts conformes à l’Islam beaucoup plus considérables que les banques spécifiquement islamiques.
  • L’ambition de réduire les inégalités en imposant la zakat n’a réussi «nulle part». Kuran estime que cet impôt «ne génère pas nécessairement un transfert de ressources vers les pauvres et peut même en fait conduire à un transfert de ressources négatif pour eux». Pire encore, en Malaisie, l’imposition de la zakat, supposée aider les pauvres, semble plutôt servir de «prétexte fort commode pour promouvoir des objectifs islamiques et pour enrichir les responsables religieux».
  • «Le nouvel accent porté sur la morale économique n’a eu aucun impact sensible sur les comportements économiques.» Ceci en raison du fait que, comme dans le socialisme, «certains éléments du programme économique islamique sont contraires à la nature humaine».

Kuran rejette la notion même de sciences économiques islamiques. «Il n’existe pas de manière spécifiquement islamique de construire un bateau, de défendre un territoire, de guérir une épidémie ou de faire des prévisions météorologiques», alors pourquoi l’argent? Il conclut que l’importance de l’économie islamique réside non pas dans l’économie, mais dans l’identité et la religion. Ce projet «a promu la propagation de courants de pensées antimodernes (…) dans l’ensemble du monde islamique. Il a aussi favorisé la formation d’un milieu encourageant le militantisme islamiste.»

En fait, l’économie islamique contribue à l’instabilité économique mondiale en «empêchant les réformes sociales et institutionnelles nécessaires à un développement économique sain». Ainsi, si les Musulmans avaient bel et bien l’interdiction de verser et de facturer des intérêts, ils seraient relégués «dans la marge de l’économie internationale».

Bref, l’économie islamique ne fournit qu’une contribution insignifiante aux sciences économiques, mais elle constitue un important et pernicieux danger politique.

* * *

Voir aussi:
Lettre ouverte à la Commission fédérale des banques
Le vrai sens du djihad intérieur


L'image “http://img514.imageshack.us/img514/5350/ajm472ah9.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

La prière de Mahmoud aux Nations Unies

 

Sans commentaire.

Excellent site citoyen canadien francophone

Contre l’islamisme, hors parti, hors confession, sans prétentions, plein de bonne volonté et de bonnes idées, cherche des contributeurs, titre fort bien choisi. Tout simplement un must:

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Réinformation
commenter cet article
29 septembre 2007 6 29 /09 /septembre /2007 03:47

Cette rubrique donne la parole à des intellectuels, des politiciens ou de simples citoyens qui défendent la liberté à travers le monde. Si vous voulez y écrire, n’hésitez pas en écrivant à drzz7@hotmail.com

Daniel Pipes est le directeur du Forum du Moyen-Orient (Middle East Forum), l'un des membres de l'Institut américain pour la paix (U.S. Institute of Peace) dépendant du président des États-Unis et un chroniqueur primé du New York Sun et du Jerusalem Post. Son dernier ouvrage, Miniatures: Views of Islamic and Middle Eastern Politics (Transaction Publishers), est sorti de presse à la fin 2003. Son site Internet (version originale anglaise: DanielPipes.org; version française: fr.DanielPipes.org), constitue actuellement la principale source d'informations spécifiques sur le Moyen-Orient et l'Islam. Il contient les archives des articles de Daniel Pipes et gère des listes de diffusion hebdomadaires, dont une en langue française, informant les personnes inscrites des nouvelles publications en ligne.

Adaptation française: Alain Jean-Mairet

En prenant de facto parti pour le Hezbollah dans sa guerre contre Israël, le personne de certaines organisations de presse parmi les plus prestigieuses du monde révèlent par mégarde une profonde transformation intervenant dans la logique de la guerre.

Quelques exemples de ces actions:

  • Reuters. Adnan Hajj, un photographe indépendant travaillant depuis plus de dix ans pour Reuters, falsifia ses prises de vue pour donner une image plus destructrice des attaques israéliennes sur le Liban et une image plus vulnérable des Libanais. Il retoucha des nuages de fumée résultant de l'explosion de manière à les rendre plus épais et plus noirs et fit poser une femme pleurant la perte de sa résidence détruite par les bombes sur trois sites différents. Reuters licencia Hajj et supprima de ses archives 920 de ses photographies. D'autres recherches effectuées par des bloggeurs révélèrent quatre types d'images frauduleuses diffusées par Reuters, toute exagérant l'agressivité israélienne. Les bloggeurs montrèrent même qu'une image de Reuters avait été mise en scène.

  • BBC. Les responsables de l'édition se mirent en quête de témoignages personnels diabolisant Israël avec cette demande postée sur leurs pages d'actualités: «Vivez-vous à Gaza? Avez-vous souffert des incidents qui se sont produits dans la région? Faites-nous part de vos expériences en remplissant le formulaire ci-dessous. Si vous souhaitez nous parler de vive voix, merci d'ajouter vos coordonnées.»

  • CNN. Une présentatrice du programme international, Rosemary Church, suggéra que les forces israéliennes pourraient abattre les roquettes du Hezbollah en vol mais renoncèrent sciemment à le faire lorsqu'elle demanda à un porte-parole israélien: «Pourquoi Israël n'abat pas ces roquettes en plein vol? Ils ont les moyens de le faire.»

  • Washington Post. De même, le journaliste spécialisé dans les affaires militaires Thomas Ricks annonça en diffusion télévisée nationale que des analystes militaires américains, dont il ne précisa pas l'identité, pensent que le gouvernement israélien «laisse intactes des réserves de roquettes du Hezbollah au Liban, car aussi longtemps qu'ils reçoivent des roquettes, leurs opérations au Liban conservent une sorte d'équivalence morale.» Puis d'expliquer que les souffrances de leurs compatriotes leur procurent «une justification morale».

Toutes ces activités médiatiques se fondent sur une perception selon laquelle les pertes subies et l'image de victimisation favorisent la position des protagonistes de la guerre. Les falsifications d'Adnan Hajj, par exemple, visaient à salir l'image d'Israël et ainsi à créer des dissensions internes, à saper la réputation internationale du pays et à générer des pressions sur le gouvernement l'incitant à cesser ses attaques au Liban.

Mais ce phénomène, avec les deux clans faisant étalage de leurs souffrances et de leurs pertes est opposé à l'usage historique voulant que l'on intimide son ennemi en se montrant féroce, implacable et victorieux. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, par exemple, le Ministère américain de l'information de guerre interdit la publication de films ou de photographies montrant des Américains morts durant les deux premières années des combats et n'infléchit cette politique que légèrement ensuite. Ceci alors que son Bureau cinématographique produisait des films tels que «Notre ennemi – le Japonais» montrant des dépouilles de Japonais et des scènes illustrant leurs privations.

Le fait de proclamer ses propres prouesses et de dénigrer celles de l'ennemi a été la norme au cours des millénaires, comme l'attestent les peintures murales égyptiennes, les vases grecs, la poésie arabe, le dessin chinois, les ballades anglaises et le théâtre russe. Pourquoi les combattants (et leurs alliés médiatiques) renversent-ils aujourd'hui cette pratique séculaire et universelle pour minimiser leurs propres réussites et mettre en exergue celles de l'ennemi?

À cause de la puissance sans précédent dont jouissent les États-Unis et leurs alliés. Comme l'historien Paul Kennedy l'expliquait en 2002, «en termes militaires, seul un acteur compte vraiment». En examinant l'histoire passée, il observe que «cette différence de puissance est absolument unique – rien n'a jamais existé de tel. Rien.» Et Israël, tant par lui-même, comme puissance régionale, qu'en tant que proche allié de Washington, jouit d'une prépondérance comparable vis-à-vis du Hezbollah.

Une telle puissance a pour corollaire que lorsque l'Occident affronte le non-Occident, l'issue de la bataille est connu d'avance. Dès lors, les combats revêtent plutôt l'aspect d'une opération policière que d'une campagne militaire traditionnelle. De même que les interventions des forces de police, les guerres modernes sont jugées en fonction de leur légalité, de la durée des hostilités, de la proportionnalité des forces engagées, de la sévérité des pertes et de l'étendue des dommages causés à l'économie et à l'environnement. Ce sont autant de questions discutables, et qui font effectivement l'objet de débats, à tel point que le centre de gravité clausewitzien s'est déplacé des champs de bataille vers les éditoriaux et les présentateurs de télévision. La perception de la guerre a autant d'importance que son déroulement concret.

Cette nouvelle réalité implique que dans des situations telles que celle des États-Unis en Irak ou d'Israël au Liban, les gouvernements doivent désormais considérer les relations publiques comme faisant partie intégrante de leur stratégie. Le Hezbollah s'est adapté à cette nouvelle donne, mais pas les gouvernements en question.

http://fr.danielpipes.org/

Drzz
Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Le WEB Résistant
commenter cet article
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 21:09
Gerbes d'orties, recto Gerbes d'orties, verso

"Gerbes d'orties" a été écrit Aymeric de Bainville et fortement déconseillé à la publication en 2001.
Il est disponible en téléchargement au format .pdf (348 Ko)

 

Et puis, il faut le dire parce que la loi islamique a déjà réussi à interdire de le maudire en France: Muhammad, l'homme parfait choisi par Allah pour clore le cycle des révélations, initiées par Moïse et continuées par Issa (Jésus)...

Muhammad le sceau des prophètes. La prédication ultime. La vérité définitive jusqu'à la fin des temps.

L'exemple à suivre...

N'était en réalité qu'un escroc égrillard. Un jouisseur drogué et alcoolique comme Salman Rushdie en a si bien brossé le portrait. Un guru de pacotille qui a dupé des gens simples grâce à sa maîtrise du verbe, et peut-être aussi son art de conditionner les foules en les hypnotisant. Un précurseur d'Hitler en quelque sorte. En plus nocif, car il dure encore.

En étudiant la vie édifiante d'En' Nebbi (le prophète) dit aussi Al Rasoul (le messager), on découvre un individu fantasque, malhonnête, violent, roublard. Une canaille dotée d'un certain charisme et d'une aptitude réelle à manipuler ses contemporains. Toutes les qualités requises pour réussir dans le métier de guru-fondateur de secte. Voire de messie cosmo-planétaire...

Le drame est que des milliards d'hommes l'ont pris au sérieux. Et, le moins qu'on puisse dire, ils suivent sans état d'âme son "bon exemple", ses préceptes et ses prétextes.

Muhammad (= l'homme choisi, ou "Désiré" en français, indécente coïncidence!) nait en 570 de notre ère, à La Mecque, d'Abdallah (= esclave de Dieu) et d'Amina (= la sainte femme). Un crobard magistralement dessiné dans le style prédestiné, rewrité à l'usage des niais. Car à cette époque, dans l'Arabie païenne, l'idée du Dieu unique (Allah) avait déjà fait son chemin. Juifs et chrétiens avaient diffusé leur message avant lui. On n'avait pas attendu Muhammad!

Ses parents, cousins germains, appartiennent à la tribu des Kourayshes, nomades pillards et rançonneurs, inspirant une juste terreur à tous les caravaniers. A moins d'accepter leur très chère protection, comme dans la région de Médine tombée sous leur coupe.

Plutôt chétif de nature, guère porté aux exercices physiques, assez pleutre de caractère, Muhammad n'aurait sûrement pas survécu en ces temps farouches sans le "prestige" de son clan, réputé particulièrement sanguinaire. Une protection fort utile.

Mais en 586, alors que le futur prophète a seize ans, une guerrilla entre pillards dégénère. Ses parents disparaissent. Enfuis? Tués? Emmenés en esclavage? Muhammad n'en parlera jamais. Il s'est sauvé au début de l'échauffourée sur un chameau harnaché pour une longue traversée. Bref, le jeune adolescent se retrouve livré à lui même. Avec pour seule arme son immense débrouillardise. Car, en dépit des leçons de maniement du sabre courbe, de l'arc tendu et du poignard à double tranchant, données par son père et ses frères, Muhammad est un froussard. Jamais il ne versera une goutte de sang de sa main. En situation délicate, soit il s'enfuira comme un lâche, soit il chargera ses sbires subjugués d'assassiner à sa place.

La Mecque redevenant, provisoirement, un carrefour de caravanes relativement sûr, le jeune Muhammad, totalement illettré et inapte au combat, se lance dans le commerce. Quoi faire d'autre pour assurer sa subsistance? Promettant monts et merveilles, sur des routes fabuleuses qui n'existent que dans son imagination fertile, il trouve des associés, ou plutôt des commanditaires, qu'il arnaque assez aisément.

Déjà, le don du verbe, propre à entretenir l'illusion que tout ce qui est dit et décrit dans un conte fabuleux, est comme réalisé. Et, en cas de mauvaise fortune, pas de coupable puisque seul le ciel est responsable... De toute manière, "tout est écrit", n'est-ce pas? Mektoub!

Fidèle à une habitude qui ne le quittera jamais, il envoie de pauvres bougres se perdre à sa place dans le désert, en quête de chimères imaginaires.

Les tumultueuses tornades de sable, le coutelas effilé des pirates dunaires, le venin des serpents, le dard des scorpions, la deshydratation ou les mares d'eau putride, les puits empoisonnés, les sources taries, les maladies incurables, ce n'est pas pour lui!

Lui, il préfère le confort sédentaire dans l'oasis de La Mecque, où il conserve la plus grande partie du capital mis à sa disposition, échafaude des projets mirifiques et tire des plans sur la comète... Et, pour se distraire, se saoule aux vins capiteux, fume du chanvre et découvre combien les femmes, même les rouées danseuses du ventre et les rapaces pensionnaires des bordels, sont encore plus facile à duper que les hommes.

De promesses fallacieuses en prouesses amoureuses, il parvient à tenir quatre ans de la sorte. Il a de la chance au début. Certaines affaires foireuses se révèlent fructueuses par pur hasard. Des informations qu'il tient de ses parents sont encore utilisables. Et monnayables. Sa baraka renforce son baratin. Quand elle l'abandonne, il paie ses dettes en se donnant de nouveaux créanciers. Des traites de cavalerie (de chamellerie?) avant l'heure.

Sur sa réputation, il cède à des Juifs des parts d'affaires éphémères sur des commerces inconsistants avec des contrées oniriques... Un sursis. Jusqu'à ce que ses pigeons exigent des comptes.

Il s'en souviendra plus tard, lorsqu'il dictera le coran, en interdisant le prêt à intérêt. Et en stipulant, sans détour, que "Les Juifs sont condamnés à souffrir jusqu'à la fin des temps, pour expier toutes leurs fautes!"

Car le bon temps n'a qu'un temps. Menacé de sérieux ennuis, main coupée pour vol et tête au pilori pour mensonges, préludes aux chaînes en un temps où les débiteurs insolvables deviennent les esclaves de leurs créanciers, il doit s'enfuir nuitamment de La Mecque en 590. Une "hégire" moins glorieuse que celle de 622, et dont les musulmans préfèrent ne pas parler. Même et surtout les docteurs de la foi qui, bien évidemment, n'ignorent rien de ces tribulations inavouables.

Fait historique avéré: Le fugitif trouve alors refuge dans un couvent nestorien! Lieu sacré (et bien défendu) à la porte duquel ses poursuivants doivent rebrousser chemin.

Les nestoriens avaient importé en Arabie un christianisme simple des premiers âges, basé sur le rite chaldéen, implanté alors dans tout le Proche et Moyen Orient.

A cette époque là, Mahomet se dit chrétien! Pour complaire à ses nouveaux amis?

En tout cas, il passe deux ans dans un couvent accueillant, s'initie aux rudiments de la liturgie et du dogme, mais... Ne renonçant pas à ses bonnes habitudes, il engrosse les servantes, et vole ses bienfaiteurs. Lesquels finissent par lui suggérer avec insistance d'aller exercer ses talents ailleurs. Après une sévère correction, où il préfère faire le mort plutôt que de se défendre, il prend la poudre d'escampette.

Il erre quelque temps comme colporteur, ou conteur, se prétend guide ou mieux clairvoyant, mage, astrologue, sourcier, guérisseur, et monnaye maigrement sa prétendue sapience.

En 594, un miracle, le mot n'est pas trop fort, lui permet de revenir à La Mecque. Suite à d'obscures guerres intestines, ses créanciers se sont entretués. Les survivants ont été bannis, leurs entreprises dispersées. Les Juifs s'en sont retournés, plus ou moins de leur plein gré, en Palestine. L'escroc juvénile a été oublié. La voie est libre pour une nouvelle vie!

Muhammad présente bien. Il a l'élocution facile, les yeux brillants, le geste ample. Le jeune adulte a pris de l'assurance. Les déboires passés lui ont enseigné que, pour convaincre, son bagout naturel ne suffisait pas. Désormais, il y adjoindra la ruse, le cynisme, mais aussi la prudence.

Sitôt arrivé, il jette son dévolu sur une nouvelle proie: Khadidja.

Elle est veuve avec trois filles. Elle a plus de quarante ans et lui même pas encore vingt cinq. Elle est grosse et moche, aussi empotée qu'empâtée. Mais qu'importe! Elle est riche. Très riche. Elle possède et dirige la plus grosse entreprise d'affrètement de caravanes de La Mecque. Avec ses chameaux, ses chameliers, ses entrepots, ses magasins, ses milices privées, ses traités de paix avec les tribus les plus turbulentes.

En 595, il l'épouse. Petit margoulin sans envergure, promis dès lors à une vie de gigolo.

Jamais il ne pardonnera à Khadidja son autorité, sa personnalité, ses décisions parfois brutales, toujours irrévocables. Dans la gestion de son affaire, c'est elle qui porte le pantalon. Pas son étalon. Lorsqu'il cherchera, par son enseignement à rabaisser toutes les femmes, il se vengera sur des victimes symboliques de cette période où il fut un homuncule.

En attendant, puisqu'il faut bien vivre, il fait à son épouse légitime quatre filles. Et passe le plus clair de son temps à festoyer avec ses amis de bamboche, sa femme lui allouant quelque argent de poche. Mais vers 608, Khadidja tombe gravement malade. Maladie de langueur. On parlerait aujourd'hui de dépression nerveuse. A-t-elle découvert à cinquante ans passés que son jeune et fringant époux usait et abusait de ses belle-filles? Et tripotait sans doute aussi ses propres gamines?

Mahomet essaie alors de profiter des circonstances pour mettre le grappin sur l'affaire de caravanes! Mais la famille de Khadidja ne l'entend pas de cette oreille. Ecarté de la direction, touchant de maigres subsides, il se saoule régulièrement, fuyant un foyer qui lui paraît de plus en plus insupportable. Le gigolo n'est plus qu'un parent pauvre dont on tolère la paillasse dans un coin par pure charité.

En 610, il a quarante ans. Déjà la barbe blanche, le geste las. Maigre, sale, poussiéreux, hâve, il traîne les pieds. C'est un raté. Un frustré. Un minable. Il pense à se suicider mais le courage lui manque.

Pour s'éloigner d'un milieu qui lui pèse trop, il prend l'habitude de longues promenades dans la montagne. Parfois même, il dort à la belle étoile. A cette époque, l'Arabie n'est pas encore partout le désert aride et impitoyable que nous connaissons maintenant. L'eau surtout y est moins rare. A partir d'une certaine hauteur, le chanvre pousse généreusement le long des chemins, comme c'est encore aujourd'hui le cas au Maghreb et au Moyen Orient.

Muhammad a toujours eu un goût prononcé pour la défonce... La matière première ne manque pas, il en profite! Ainsi de ses rêveries éveillées va naître sa religion, un sacré salmigondis de la plupart des croyances monothéistes de son temps, fortement influencées par l'enseignement des moines nestoriens, le tout assaisonné des fantasmes d'un homme vieillissant, brisé, drogué, paranoïaque, et qui a de vieux comptes à régler.

Djibayr, l'ange Gabriel lui apparaît soudain, nimbé d'un éclat de lumière! Dans son délire fumomaniaque, Muhammad l'entend lui révéler qu'Allah l'a choisi, lui, le pelé, le galeux, le minus, pour être son messager parmi les hommes. Et pas n'importe quel porteur de bonnes nouvelles. Mais le dernier, l'ultime, celui qui va délivrer LA révélation définitive. Celle après laquelle, aucune autre ne sera possible. Pas la plus menue adaptation, pas le moindre changement. Tout est dit à jamais! Toute innovation sera un blasphème!

Entre 610 et 611, Djibayr lui rend visite plusieurs fois. Tantôt dans des grottes, tantôt en pleine nature, là où le prophète cuve sa fumette.

Versets sataniques? Non! ! ! Versets éthyliques et psychédéliques...

Peu à peu, comme tout fondateur de secte, il croit à ses hallucinations.

Il entend faire profiter le monde entier de ses élucubrations. Sincère sur le fond, ce qui n'exclut pas d'en retirer de confortables avantages matériels.

Bien entendu, ses proches (qui le connaissent bien!) sont les plus sceptiques...

Mais, sur les marchés et sur les foires, dans les réduits affectés aux palefreniers des caravansérails, dans les cafés, les auberges et les tavernes, son bagout, son lyrisme, sa force de persuasion font miracle (Oh, pardon!) Notre homme est un tchatcheur de première force, on lui doit bien cet hommage!

Sa réputation grandit. On lui attribue des miracles que toujours il niera, moins par modestie que pour ne pas se mettre à dos la puissante corporation des sorciers locaux, dont l'islam héritera sous la forme des sheirs et des marabouts.

Lorsqu'il s'affirme comme meneur d'hommes, susceptible de soulever les clans de colporteurs et de trimardeurs, ou d'influencer les soldats, les autorités inquiètes le font arrêter, l'interrogent, puis le relâchent, le jugeant inoffensif. Un raconteur de belles histoires. Un troubadour. Un griot. Pas de quoi menacer le sultan héréditaire de La Mecque qui envisage même un temps d'en faire son bouffon, puis y renonce, le trouvant finalement plus ennuyeux qu'amusant...

La première personnalité à se laisser embobiner par le beau parleur s'appelle Abou Bekr. C'est un commerçant prospère. Un notable, moins riche que la famille de Khadidja, mais il faut bien commencer par quelque chose... Quand on a usé sa salive auprès de tant de pauvres hères.mo.gif

Surtout, Abou Bekr est une sorte d'arbitre commercial, réputé et respecté. Le relais d'opinion idéal. Un Monsieur Jourdain oriental. Le pigeon rêvé. Muhammad le nomme calife (au nom d'Allah le grand, le miséricordieux) et, pour faire bonne mesure, épouse sa fille Aïcha. Une enfant de neuf ans, livrée à une crapule libidineuse qui s'empresse de la déflorer. Violée, déchirée, traumatisée, Aïcha souffrira de métrite tout au long de sa courte vie (elle mourra vers 20 ans) et demeurera stérile. Le prophète en fera néammoins son épouse favorite!

Cette polygamie est facilitée par l'oncle de Khadidja qui se convertit, impressionné par les louanges dont Abou Bekr ne tarit pas sur Muhammad. L'oncle entraîne avec lui toute sa smala, tandis que Khadidja vieille, malade, dépressive, disparait à jamais du joli conte de fées. On ignore quand exactement elle mourut, mais il y a fort à parier qu'elle y fut un peu "aidée"... Dès lors, bien que ne participant pas à des décisions qui désormais l'indiffèrent, le messager d'Allah encaisse de confortables dividendes.

En outre, les caravanes ne transportent pas que des marchandises, elles véhiculent aussi la réputation du prophète, enjolivée d'étape en étape, et ramènent des offrandes.

Muhammad prêche, discute, ergote, argumente, tance, menace des foudres divines, et recueille l'adhésion d'un nombre croissant (Oh pardon!) d'adeptes parmi les notables de la cité.

Vers 612, 613, le prophète réalise que, pour faire un bon menteur, mieux vaut toujours raconter la même histoire... Il lui faut donc figer, une bonne fois pour toutes, le récit de ses rocambolesques rencontres angéliques. Problème: Muhammad ne sait pas écrire!

Qu'à cela ne tienne, il dispose d'un beau-père lettré, possédant une douzaine de scribes à son service pour les besoins de son commerce. Muhammad a enfin mieux qu'un auditoite attentif. Des personnes dévouées, désintéressées, complaisantes, serviles même, prêtes à recueillir la moindre de ses historiettes comme l'indiscutable parole divine!

Sur du parchemin, ou des omoplates de gazelle (pour le côté poétique) le coran sera pieusement transcrit jusqu'aux alentours de 615. Il y a longtemps que l'ange a disparu, mais Mahomet brode... Il n'a pas perdu tout à fait son temps en servant la messe dans son couvent nestorien... Et puis il a beaucoup d'imagination!

Bien entendu, tandis qu'il parle et convertit, il accumule des richesses. Et se constitue un harem de demoiselles pré-pubères, pour lesquelles le prophète (son nom soit béni d'Allah!) a toujours manifesté une très forte appétence... Ce qui ne l'empêche pas d' épouser Mériem, une jeune chrétienne copte fille d'un riche patriarche.

Les nouveaux adeptes sont prêts à tout donner pour occuper une place de choix dans la secte... Naturellement, cela ne va pas sans poser quelques problèmes, les familles des victimes n'appréciant guère que leurs proches se fassent dépouiller de la sorte.

Les saintes écritures coraniques parlent de "troubles publics causés par les impies"... En fait, la révolte gronde, et malgré les hautes protections dont il bénéficie grâce à ses deux beaux-pères et son oncle par alliance,

En' Nebbi doit fuir. Une fois encore. C'est l'hégire. Le 7 juillet 622 de notre ère, premier jour du calendrier musulman. Déjà, bien avant les fellaghas et Arafat, l'art de transformer une défaite sur le terrain en victoire psychologique!

Le proscrit va passer huit années à Médine, auréolé du prestige du faux martyr, convertissant à tours de bras, appuyé par des émirs soigneusement choisis parmi les membres les plus dociles, les plus riches, et les plus influents de sa secte. Les mosquées poussent comme des champignons et, pour attirer la populace, le prophète décrète que tout bon musulman doit donner au moins un dixième de sa fortune aux pauvres. C'est "ez zakat" l'aumône légale, que Muhammad pratiquera ostensiblement, reprenant quand même le plus souvent d'une main ce qu'il a donné de l'autre!

Sacs de grain, pains, quartiers de viande, ânes, dinars, les miséreux gorgés et repus deviennent ses meilleurs commis voyageurs. Sauvés de la famine et de la vermine, avec en prime la promesse du paradis d'Allah, ils font du prophète une véritable légende vivante!

Mahomet, ivre de louanges, mégalomane convaincu par ses propres mensonges, veut maintenant le pouvoir. Tout le pouvoir. Il l'obtient grâce à une traîtrise des plus abjectes:
Un conflit local de type féodal opposait depuis longtemps sa propre tribu d'origine, les Kourayshes, à divers clans locaux, qui lui contestaient sa prédominance. Affaiblis par leurs propres querelles, les Kouraysches ne parvenaient plus à mater leurs vassaux, mais restaient encore assez forts pour diriger la ville, et surtout taxer toute forme d'activité commerciale ou artisanale.

Après avoir bénéficié de la complaisance de son clan pour s'imposer parmi les familles dirigeantes, et y glaner quelques très jeunes épouses supplémentaires, Muhammad va se débarrasser de ses propres frères, soeurs, neveux et cousins! Jouant les bons offices, il les assure de son entier soutien, et propose l'ouverture de négociations. Il feint de prendre le parti des siens lors de palabres interminables, obtenant en leur faveur des résultats non négligeables.

"Puisque le prophète le veut ainsi..." étant le leitmotiv du succès.

Leur méfiance enfin endormie, il les fait égorger pendant leur sommeil par des commandos de tueurs fanatiques, raides défoncés, les haschischin (d'ou provient notre mot "assassin")

Devenu le rahiss des Kouraysches, Muhammad se débarrasse de ses nouveaux alliés les plus turbulents, en les accusant d'idolâtrie, ce qui provoque d'effroyables tueries où la défense de la foi se mêle à de vieux griefs liés à des vendettas immémoriales. Et naturellement, toujours par la magie du verbe, lorsqu'il estime la place nette, il restaure la paix chez ceux qu'il poussait la veille à s'étriper, bénéficiant ainsi de leur infinie gratitude!

En 630, à 60 ans, il connaît enfin le succès total. Définitif. Incontestable. Il est le maître de Médine (m'dina en' nebbî = la ville du prophète, en arabe) qu'il dirige d'une main de fer. Plus question de discuter pour convaincre. Il y a un prophète auquel on doit faire allégeance, un dogme auquel il faut croire, et quiconque essaie de remettre en question l'un ou l'autre est décapité sans autre forme de procès!

Mais Médine, c'est petit... Il rêve de devenir le maître de toute l'Arabie.

Une opération militaire menée en son nom (mais à laquelle il se garde bien de participer) conquiert La Mecque. La cinquième colonne de ses partisans, qui ne l'ont pas oublié, aide bien les assaillants. "Soumets-toi ou meurs!" On passe de la théorie à la pratique sur une grande échelle. Et désormais, tous les ravages, les saccages et les carnages commis au nom d'Allah (le grand, le miséricordieux) s'appuieront sur cette sublime référence.

Revenu en triomphateur dans sa ville natale qui l'a refoulé par deux fois, ce valeureux queutard de Muhammad crèvera deux ans plus tard d'épectase (dite pleurésie par décence, sous un climat où l'on ne s'enrhume guère...) entre les bras d'une énième épouse ou concubine.

Entre temps, il aura encore eu l'occasion de mettre au point une dernière arnaque: Transformer un pèlerinage païen, datant du deuxième siècle de l'ère chrétienne, pour adorer un fragment d'une énorme météorite dont la chute avait impressionné les populations primitives en... Premier pèlerinage musulman obligatoire, une mosquée étant construite tout autour du caillou tombé du ciel, sur ordre de l'ange Gabriel, resorti au bon moment celui-là!

Excellent moyen de prélever de l'argent sur les pèlerins crédules, une rente de situation dont ses successeurs se gobergent encore...

La vie de Muhammad vaut, à elle seule, toutes les diatribes contre l'islam.

Puisque ses adeptes citent les coups tordus de cette canaille, sa lâcheté, son mépris des femmes, sa pédophilie notoire et avérée, son goût du lucre facile et ses filouteries filandreuses, comme de nobles exemples à suivre!

"Prends la richesse là où elle est!" a dit le prophète. Sur le fond, je n'aurai pas l'hypocrisie de m'en offusquer.

Mais de grâce, qu'on ne nous gave plus de leçons de morale avec la "deuxième religion de France", tellement supérieure à toutes les autres!

Taisez-vous arabolatres. Par la barbe du prophète!

Consulter d'autres biographies de Mahomet.

 

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Mahométisme
commenter cet article
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 03:47
Première partie : Comment Hitler devint un Dieu

Connaissez vous Adolph Hitler ? Qui est cet homme ? Qu'a t-il fait ?

Personne qui aura possibilité de lire ce texte ne pourra sécher sur ces questions. Même le plus inculte des cancres de la plus pourrie des ZEP.

Hitler. L'entité démoniaque par excellence. Ancré dans nos esprits tel une divinité Grec. Il fascine, il révulse : Mais il est, depuis 70 ans. Il est toujours. Il ne fut pas le pire, il fut loin d'être le meilleur.

Je vais exposer ici ce qui ressort de la naissance et de la vie de la Bête, cette entité, cet être qui révéla à l'Europe une vérité perdue sur elle-même et ébranla jusqu'au fondement d'une civilisation.

Cette Europe, qui pour combler l'édifice, fit de son grand révélateur un Dieu, du mal certe, mais tout de même un Dieu.

diableSection 1. L'homme à la petite moustache, prince des enfers ?

Hitler, fils d'une famille relativement aisée... Tout le monde ou presque connait l'histoire, presque la légende de cet homme qui, de par une conduite étrangement droite et étrangement honnête parvint à envahir l'Europe en presque deux ans.

Il y a énormement de choses qu'il faut retenir sur Lui :

1. il est interdit de dire un quelconque bien de sa personne. Car il est le mal et, l'aimer, même à 0,000000000005% c'est être soi même l'incarnation du mal. De ce fait aucune critique historique n'est possible.

Hitler est donc devenu un prophète.

2. Toute personne comparée à lui de façon vraie ou supposée est comparée au mal absolu, c'est même infiniment plus insultant d'être comparé à Hitler qu'a Satan. Hitler est donc, dans l'esprit des gens, pire que Satan.

Hitler est donc devenu un Démon Majeur.

3. Toute choses qu'il est possible de comparer à son action, comme elle est par fondement du mal absolu n'est que mauvaise, quelle qu'elle puissent être. De ce fait il serait parfaitement possible de dire que construire des autoroutes c'est faire preuve de Nazisme.

Ceci est le reducto ad Hitlerium. Or, il n'y a que les êtres extrêmement puissants et connus à qui on peut être comparé dans une action de propagande. Et avant Hitler, c'était Dieu.

L'inversion de la dialectique fait que désormais, la civilisation Européenne ne cherche plus à atteindre le bien mais à fuir le mal. Dieu est donc devenu inférieur aux représentant du mal absolu.

Et c'est ainsi qu'Adolph Hitler devint un Dieu populaire, l'archetype du mal absolu dont le seul nom stoppe net tout débat, engendre des repentances et forge d'incroyables sueurs de peur d'être un jour, publiquement, comparé à Lui.

 
Image Hosted by ImageShack.usSection 2. Prince des enfers ou révélation de vérité ?

L'apocalypse - révélation - n'est pas forcément celle d'un immense cataclysme, mais par un immense cataclysme.

La seconde guerre fit révélation à l'Europe d'une incroyable possibilité : L'homme n'est pas Bon en soit, mais n'est pas non plus mauvais : Il est simultanément l'incarnation du mal et du bien absolu et passe sa vie à réguler les équilibres entre ces différents comportements, cela s'appelle la personnalité.

Hitler fut une excuse, il n'était pas le pire de tous les tyrans mais révéla une vérité toujours ignorée, et ce de façon volontaire, celle du mal, le vrai, un mal froid, mécanique, un mal qui parvient à gérer avec sourir les choses les plus terrifiantes, voire infernales.

Un mal dont chaque humain sait qu'il fait partie de lui. Qu'il est là, qu'il se déplace dans son système nerveux, qu'il dicte au plus profond de nos pensées nos plus noires visions.

Une illusion éphémère désormais qui faisait croire aux majorités que l'abjecte n'était pas possible ou du moins pas à ce niveau. Nous l'avions oublié, ce n'est désormais plus le cas. Longtemps protégés par nos croyances, longtemps.

Mais aujourd'hui l'édifice protecteur de nous-même, n'est plus. L'illusion qui nous sauvegardait d'une majeure remise en question s'est envolée avec l'argent au vénézuela. Aujourd'hui c'est la Peur qui domine.

Car Hitler n'est pas le Dieu populaire du Carnage, mais le Dieu de la Peur absolue. Le Dieu qui nous expose en nous-même cette vérité : Nous avons tous une part importante de Mal en nous, mais sans lui, certaines de nos actions s'écrouleraient car font partie du mal les concepts de châtiment, de sacrifice, de conflie, de rage et de lutte, concepts dont les plus justes et les plus grandioses actions ne sauraient se passer, car c'est dans le dosage que réside la vérité.

Alors, pour éviter ce conflit, nous avons élevé un Veau d'or satanique qui nous rappelle l'ancien rideau d'illusion, car le but aujourd'hui, comme la vérité nous fut révélé, ce n'est plus de chercher le Bien, mais de fuir le Mal à tout prix. Et comme dit plus haut, Hitler est devenu le nouveau Dieu de notre nouvel objectif : Fuir nos responsabilités à tout prix. Fuir le mal, fuir la vérité, fuir la liberté... Tout, pourvu que nous n'ayons pas à remettre réelement en cause une vérité si visible.

Mais en cela, et je pense que vous devez avoir cette question dans la tête, n'est-ce pas particulierement terrifiant d'avoir conjointement offert à Adolph Hitler, Tyran allemand, chef de guerre et démagogue, la place de Dieu du peuple ?


Quel est le pire : Faire d'Hitler une divinité ou parvenir à faire la paix avec cette part perdue de nous-même : le Mal ?

Seconde partie : Europe, en guerre contre l'apocalypse.

Hitler n'est pas le seul. D'instinct, nous usons des photos des Camps de concentration comme étant l'exemple "plus terrifiant que quoi que ce soit d'autre", ce qui fait de ceux-ci les instruments d'une nouvelle propagande.
Image Hosted by ImageShack.us
J'en prends pour preuve les débats d'un autre fil, où pour révéler l'horreur déjà présente d'une photo, on use d'une photo d'Auschwitz comme si c'était de par nature "Plus horrible."

Pourtant, dans un cas comme dans l'autre, ils sont morts, pour la même raison. Cela n'est qu'une question
de mentalité car nous ne pouvons comparer qu'au pire de ce que nous savons. Mais nous avons été plus loin, trop loin.

Je pense que l'histoire du Veau d'or est une bonne métaphore : "Trop aveuglé par un concept, ils en oubliairent le juste. Et firent l'injuste."

C'est en cela que, sournoisement, l'Europe fuit, construit des idoles mais, quoi qu'il arrive, finira par se voir contraindre à accepter cette vérité.


Et il n'y aura pas de paix avant ce jour.

LVBlack.gif
Chevalier gris sur Liberty Vox
Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Le WEB Résistant
commenter cet article
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 03:18

Cox & Forkum: Ahmadinejad et les homosexuels

25 09 2007

Iran et antisémitisme vert: Atomes crochus

23 09 2007

Image Hosted by ImageShack.usAlfred Donath, président des communautés israélites de Suisse, attend une explication des Verts sur la prise de position de leurs conseillers nationaux en faveur du nucléaire iranien. ->

Plus sur l’antisémitisme avéré des Verts et leur soutien au Hezbollah et autres ONG pacifistes:

Manifestation pro-Hezbollah à Berne, quand les Verts joue avec le feu

Berne: Le Hezbollah est dans la place

Antisémistisme au parti socialiste: Branle-bas de combat

Voir aussi: Pour Alfred Donath Christoph Blocher est “xénophobe

On est passé de “raciste” à “xénophobe”… c’est bien, il y a du progrès dans le dialogue. On s’attend à ce que l’UDC accuse M. Donath de xénophobophobie et ainsi de suite jusqu’à ce qu’on ne fasse plus que se lancer des épithètes à la tête pour permettre à ces messieurs de la presse de vendre du papier et de gagner leur pain… On ne va pas aller bien loin avec ce type de communication. On aimerait aussi bien entendre cet excellent M. Donath sur l’attitude des socialistes pendant ces 4 dernières années au Parlement. Personnellement, je doute que “xénophobe” soit le terme qui convienne dans ce cas précis…


La corde pour nous pendre: L’Institut catholique de Paris pourrait former des imams

25 09 2007

La faculté des sciences sociales et économiques de la «Catho» lance en janvier 2008 une formation «sécularisante» destinée aux cadres religieux et associatifs, notamment musulmans. ->

Ca sent vraiment la baisse des vocations à ce train-là…





Benoit XVI critique sévèrement l’islam

23 09 2007

Benoit XVI a sévèrement critiqué les pays musulmans où les chrétiens sont persécutés ou qui donnent aux chrétiens un rang inférieur suivant la charia. Il a également défendu le droit des musulmans de se convertir au christianisme, un acte passible de la peine de mort dans beaucoup de pays islamiques.

Se référant très clairement à l’islam, Benoit XVI a déclaré entre autre :
“L’exercice de la liberté comprend le droit de changer de religion, qui doit être garanti non seulement sur le plan juridique mais également dans la pratique quotidienne”.

Concernant le terrorisme islamiste, il a ajouté :“Le terrorisme est un problème grave dont les auteurs prétendent souvent agir au nom de Dieu tout en traitant la vie humaine avec un inexcusable mépris ->


Adolf Hitler nominé au prix Nobel de la paix en 1939

22 09 2007

Image Hosted by ImageShack.us

Enôrme… ->

Cette vieille raclure d’Adolf, caricature de l’antéchrist… Vous dire le bon sens des faiseurs de morale contemporains…

Et Benito y a eu droit lui aussi en 35… et, évidemment, Staline en 45… que du beau monde.

via LGF

639.JPG

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Le WEB Résistant
commenter cet article
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 00:26

13.08.2007

Un prêtre de Cologne milite pour la future mosquée géante

Nikola Tietze, sociologue au Hamburger Institut fur Sozialforschung, interrogée par le site Saphirnews au sujet de la polémique concernant la mosquée de Cologne :

“J'ai entendu dans une émission radio que le prêtre de la communauté catholique de Ehrenfeld, donc du même quartier, collecte des dons pour le projet de mosquée. Selon lui, la réalisation de la mosquée est une nécessité pour la vie dans le quartier.”

   Suite aux déclarations de désapprobation de Monseigneur Walter Mixa, evêque d’Augsburg et membre de la Commission de liturgie de la Conférence épiscopale allemande, et celles du Cardinal de Cologne Mgr Joachim Meisner concernant le projet, on ose espérer des sanctions contre le mouton noir qui promeut l’Islam.


Marseille, ville française ?


Marseille - Rennes 11/08/07


NDLR : voir opération "BRAVO"

Le Maire de Bruxelles interdit aux européens de manifester contre l'islamisation imposée par l' UE

  

   Le maire de Bruxelles, Freddy  Thielemans, a décidé d'interdire la manifestation contre "l'islamisation de  l'Europe" prévue le 11 septembre, initiative du SIOE en collaboration avec d'autres associations européennes dont Occidentalis, de par crainte de débordements : "Le danger pour l'ordre public est trop élevé. L'importante communauté  allochtone (d'origine étrangère) qui vit dans le quartier pourrait réagir  à cette action", explique la mairie de Bruxelles.

   Pourtant le 11 septembre 2001, les musulmans européens n'avaient pas manqué de manifester leur joie en public : concert de klaxon géant à  Marseille, scènes de liesses a la Goutte d'Or, à Barbes et dans bien d'autres quartiers. En septembre 2001, alors à Bordeaux, j'écoutais stupefais les jeunes arabes cier "Vive Ben Laden" place de la Victoire... Que les musulmans récusent ou non la stratégie terroriste de Ben Laden, le fait qu'ils veuillent ( pour les pratiquants) appliquer la charia , système juridique opposé aux différents droits occidentaux, rend leur présence coloniale fortement problématique. Stopper l'islamisation, impératif pour préserver la paix publique en Europe.

 


10.08.2007

Aidez Fanny Truchelut, victime de l'islamisation forcée

RAPPEL DES FAITS : En aout 2006, la propriétaire d’un gite rural des Vosges refuse de louer son gite à une famille marocaine dont certaines femmes portent le voile.

La propriétaire aurait "demandé d’enlever le voile dans les parties communes [du gîte], c’est-à-dire la salle de télévision. Si elles voulaient le garder dans leur logement ce n’était pas un problème." A l’époque, Fanny, la propriétaire, déclare :

"Tant pis si au regard de la loi je suis en infraction ( NDLR: les femmes voilees ont porte plainte) . Mais on ne peut pas laisser faire n’importe quoi dans ce pays. Quand ils sont arrivés, les dames étaient voilées ; ils auraient pu me demander si ça posait problème ou pas, je leur aurais dit non tout de suite. C’est à eux à s’adapter dans des lieux privés et je leur ai laissé le choix. Chez moi, je ne veux pas de ça. Quand je vais dans un pays étranger, je me plie aux coutumes locales. […] Je défendrai ma position et j’assumerai ce que j’ai dit. »

   Cette affaire hautement symbolique est aujourd’hui tombée dans l’oubli. Pourtant, le procès s’ouvrira le 2 octobre 2007 au tribunal correctionnel d’Epinal. A cette occasion, Fanny Truchelut, propriétaire du gîte, lance un appel à l’aide. A ce jour seul le MPF de Philippe de Villiers lui a apporte son soutien en mettant a disposition gratuitement son avocat, Maitre Alexandre Varaut. Lire la suite sur BAFWEB, s'y trouvent le communique de madame Truchelut ainsi que son courriel afin d'adresser vos dons.


07.08.2007

Quand l'Eglise n'use plus de la "langue de buis"

1- Georg Gänswein, secrétaire particulier de Benoît XVI, dans le Süddeutsche Zeitung (27/07/2007)

Traduction de l’AFP : « Il ne faut pas minimiser les tentatives d’islamisation de l’Occident. Et le danger qui en découle pour l’identité de l’Europe ne doit pas être ignoré sous prétexte d’une prévenance faussement compréhensive. Le catholicisme le voit bien et le dit clairement. »

Autre traduction : « Les tentatives pour islamiser les pays occidentaux ne doivent pas être dissimulées. La menace que cela fait peser sur l’identité de l’Europe ne devrait pas être ignorée sous prétexte de respect mal placé. »

Georg Gänswein ajoute qu’il considère la conférence de Ratisbonne, « telle qu’elle a été tenue, comme prophétique ».

 

2- Mgr Walter Nixa, évêque d’Augsbourg, dans le Rheinischen Post, à propos du projet de grande mosquée à Cologne :

 

« Dans les pays et cultures majoritairement musulmans, les chrétiens n’ont à ce jour quasiment pas le droit d’exister. Si ceci ne change pas, on serait en droit en Allemagne de dire aux musulmans, en toute amitié : Alors justement il n’y a pas lieu d’avoir de grandes mosquées, d’aspect ostentatoire, avec de hauts minarets, car il devrait suffire dans un pays de tradition et de culture chrétienne pour les musulmans d’avoir des lieux de prière modestes. »observatoire-de-l-islamisation.jpg

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Mahométisme
commenter cet article
26 septembre 2007 3 26 /09 /septembre /2007 22:50

Pour le reconnaître, il faut un petit effort. L’ombre qui s’étend horizontalement à la hauteur de l’oreille est son oeil droit, les yeux de Hitler sont sa moustache, il semble sourire. Un peu comme ici:

Ici, hier, devant le public américain de CBS, où il déclarait notamment (transcription):

Je suis un Musulman. Je suis incapable de mentir.

Voilà qui est réjouissant. Et voici quelques-unes de ses vérités récentes (collection complète et références):

  • Nous ne craignons pas de déclarer que l’Islam est prêt à régner sur le monde.
  • La vague de la révolution islamique atteindra bientôt le monde entier.
  • la principale mission de notre révolution consiste à préparer la voie pour le retour du douzième imam, le Mahdi.
  • Bientôt, l’Islam deviendra la puissance dominante du monde.
  • Y a-t-il une ambition plus magnifique, plus sublime, plus divine, que celle de se consacrer au martyre et d’atteindre la sainteté? N’ayez aucun doute: Allah s’imposera et l’Islam conquerra tous les plus hauts sommets du monde.
  • Un jour, ce régime (Israël) disparaîtra.
  • Le régime sioniste est un arbre pourri et desséché qui sera balayé par la tempête.
  • Israël est «une tâche honteuse sur le monde islamique».
  • Israël est condamné à être «rayé de la carte» dans une «guerre lancée par le destin».
  • «Le compte à rebours de la destruction d’Israël» a commencé.
  • Les sionistes sont «la personnification de Satan».
  • La Shoah est un mythe.
  • Par la grâce d’Allah, nous (serons) une puissance nucléaire.
  • L’Iran se moque des résolutions.
  • Nos ennemis devraient savoir qu’ils sont incapables de seulement blesser légèrement notre nation et qu’ils ne peuvent opposer le moindre obstacle à sa progression glorieuse.
  • Parallèlement à la guerre politique, il existe aussi une guerre cachée et les États islamiques devraient profiter de leur potentiel économique pour couper les mains des ennemis.
UPDATE: Les temps forts de son prêche d’hier aux Nations Unies, avec citations du Coran (sans contexte) et annonce du messie («C’est la promesse de Dieu, elle sera donc accomplie»).



Plus on connaît l’Islam, rationnellement, moins on n’en veut

Depuis 2001, les Américains ont suivi un cours accéléré sur l’Islam et révisent toujours davantage leurs préjugés sur cette idéologie politique médiévale, comme l’indique un récent sondage:

Le nombre d’Américains qui déclarent que l’Islam n’a que peu de chose ou rien en commun avec leur propre religion atteint un sommet de 70%, contre 59% il y a deux ans.

Autre évolution marquante: en 2005, 36% des personnes interrogées déclaraient que l’Islam est plus enclin que d’autres religions à encourager la violence parmi ses adeptes. Ce pourcentage s’établit maintenant à 45%.

Un autre sondage, en Autriche, confirme que la population, en tout cas dans les pays où la liberté de penser et de s’informer est suffisante, a compris le danger:

Une majorité des Autrichiennes et Autrichiens craint «que l’Islam, à long terme, ne compromette nos valeurs occidentales». Quelque 57% des personnes interrogées ont approuvé cette déclaration dans le cadre d’un sondage réalisé par l’institut Gallup pour le quotidien «ÖSTERREICH» (édition dominicale), 36% ne voient pas ce danger.

Gallup a également demandé si la population discernait un danger pour l’Autriche dans le terrorisme islamiste — c’est le cas pour 44% des personnes interrogées, alors que 49% n’ont pas ce souci.

Récemment encore, l’institut d’étude d’opinion avait observé un taux de 60% d’Autrichiens favorables à une interdiction de construction de mosquées reconnaissables comme telles.

Ici aussi, la crainte de l’islamisation est plus répandue que celle du terrorisme, et la notion d’interdiction de la religion islamique perd progressivement son aspect tabou.


L'image “http://img514.imageshack.us/img514/5350/ajm472ah9.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Mahométisme
commenter cet article
26 septembre 2007 3 26 /09 /septembre /2007 22:49
Une Europe libre de défendre son identité !

Europe
A l’appel du Mouvement du Pays libre, d’Europae Gentes et de Chrétienté et Solidarité, 200 personnes se sont mobilisées hier à quelques mètres de l’Ambassade de Belgique pour protester contre les 150 interpellations de la manifestation du 11 septembre dernier à Bruxelles.

Frédéric Pichon, (Président d'Europae Gentes), Nicolas Bay (Secrétaire National MNR), Bernard Anthony (Président de Chrétienté et Solidarité) et Jean François Touzet (Conseiller National FN) ont rappelé l’importance de la liberté d’expression en Europe alors que nous subissons les pressions de l’islamisme.


Seule l’affirmation de l’identité et des racines européennes permettra de clarifier sereinement nos relations tant avec la Turquie qu'avec les musulmans de France. Cette initiative n’est que la première d’une longue série d’actions que nous allons entamer afin de défendre l’identité européenne, notamment suite au revirement de Nicolas Sarkozy sur l’intégration de la Turquie. A cet égard nous appelons à nos fidèles lecteurs à nous aider financièrement pour préparer ce futur combat.

NOUS AVONS BESOIN DE VOTRE AIDE ! (Aller dans la rubrique "Faire un don")

L'image “http://www.europaegentes.com/themes/DeepBlue/images/logo.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Montreuil, Marseille, Bruxelles, Boulogne : le MNR lutte partout contre l’islamisation.

Communiqué MNR 92:

Montreuil, Marseille, Bruxelles, Boulogne : le MNR lutte partout contre l’islamisation.

Après avoir fait annuler, par les tribunaux administratifs, les projets de construction de mosquées à Montreuil et Marseille, le Mouvement National Républicain a participé à la manifestation de Bruxelles du 11 septembre 2007 contre l’islamisation de l’Europe.

Bruno Mégret et Hubert Savon, conseillers municipaux MNR de Marseille, ont déposé le 12 septembre 2007 un second recours devant le Tribunal administratif contre la délibération par laquelle la municipalité UMP de Marseille dirigée par J.C. Gaudin accorde de nouveau un terrain de 8616 m² pour la mosquée cathédrale de Marseille pour un loyer dérisoire (0,23 euros le m² mensuel).

Le MNR de Boulogne-Billancourt (92) a également déposé, le 21 septembre 2007, un recours devant le Tribunal administratif contre la délibération de juillet 2007 par laquelle la municipalité UMP de Boulogne-Billancourt accorde un terrain de 921 m² à une association musulmane pour la construction d’une mosquée pour un loyer mensuel de 1,08 m².

A Boulogne, le maire-adjoint responsable du groupe MPF au conseil municipal et candidat suppléant MPF aux législatives de juin 2007 (9ème circonscription) a voté cette délibération scandaleuse alors que Monsieur de Villiers et le MPF s’étaient pourtant présentés, il y a plusieurs mois, comme des adversaires de l’islamisation.

Depuis sa fondation en 1999, seul le MNR est cohérent dans son refus de l’islamisation. A Montreuil, Marseille, Bruxelles, Boulogne, dans la rue comme devant les tribunaux, seul le MNR agit efficacement.

Précision n° 1 :Le maire-ajoint MPF qui a voté la délibération est Monsieur Jalenques, maire-adjoint chargé de la sécurité.
Précision n° 2 : le compte rendu des débats est hallucinant : page 16, paragraphes 2 et 3, les élus reconnaissent que “juridiquement le projet n’est pas valide” et que “il faut être discret sur le sujet”… Voici le compte-rendu, il s’agit de la délibération n° 5, page 16 :

http://www.boulognebillancourt.com/cms/images/pdf/VieMunicipale/jo/2007/jo110.pdf


En violation de la loi, Fillon-Sarkozy organisent le financement public des mosquées !

En violation de la loi, Fillon-Sarkozy organisent le financement public des mosquées !

Communiqué de Marine Le Pen

En violation flagrante de la loi de 1905, le duo Fillon-Sarkozy organise le financement public des mosquées !

En déclarant à la Grande Mosquée de Paris que « la Fondation des Œuvres de l’Islam de France facilitera, avec la Caisse des Dépôts et Consignations, la construction et la rénovation des lieux de culte », François Fillon confirme la volonté de Nicolas Sarkozy de mettre en place un financement public des mosquées en violation flagrante de l’article 2 de la loi de 1905 sur la laïcité- qui dispose que « la République ne reconnaît, ne subventionne, ni ne salarie aucun culte ».

Marine Le Pen condamne vigoureusement cette discrimination positive en faveur de l’Islam alors que, dans le même temps, on laisse détruire nos églises, éléments pourtant essentiels du patrimoine et de l’identité française.

Pour information, vous pouvez retrouver la conférence de presse de Marine Le Pen sur la «Fondation des Œuvres de l’Islam de France »en date du 29 septembre 2005 en vous connectant à cette adresse :

http://frontnational.com

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Coup de Gueule
commenter cet article
25 septembre 2007 2 25 /09 /septembre /2007 22:47

 


Non à la Turquie en Europe

Marine Le Pen a tenu une conférence de presse, ce matin, pour présenter la campagne que lance le Front national contre l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, suite aux différentes déclarations qui montrent que Nicolas Sarkozy est en train de se renier sur le sujet.

Les reniements sont déjà nombreux, dans tous les domaines. Mais il s’agit souvent de demi-reniements, de reculs par rapport à ce qui avait été promis. Plus exactement, on cherche à préserver la forme, en évacuant le fond (par exemple on édicte une peine plancher, mais en laissant aux juges le soin de ne pas l’appliquer). En ce qui concerne la Turquie , le reniement est évident, massif. De ce fait il peut jouer le rôle de révélateur concernant les autres reniements.

L’affiche du Front national est aussi simple qu’explicite : Turquie : Sarkozy a menti.

Elle s’accompagne d’un appel à signer la pétition du Front national, dont le texte rappelle les engagements solennels du candidat Sarkozy, et ses propos définitifs sur le refus absolu de voir la Turquie intégrer l’Union européenne.

Le reniement est en deux étapes. La première est la poursuite des négociations d’adhésion, voulue par le président de la République alors qu’il avait affirmé à plusieurs reprises que s’il était élu il les ferait arrêter. La deuxième est la révision constitutionnelle, qui va permettre de supprimer l’article par lequel Jacques Chirac avait rendu obligatoire un référendum pour tout nouvel élargissement. Sur ce point, Marine Le Pen rappelle la déclaration que Nicolas Sarkozy avait faite à l’époque : « Nous devons être reconnaissants à Jacques Chirac d’avoir proposé dans la réforme constitutionnelle que le référendum soit la règle pour décider si oui ou non la Turquie sera intégrée ou associée. Le président de la République a fait un choix républicain et démocratique. »

A Hénin-Beaumont

D’autre part, Marine Le Pen a attiré l’attention de façon précise sur la gravité de l’agression dont elle a été victime samedi à Hénin-Beaumont. L’incertitude demeure quant à savoir si un coup de feu a été tiré, puisque les témoignages divergent (c’était dans la foule d’une grande braderie), mais il est certain que l’un des deux individus qui insultaient Marine Le Pen a brandi une arme de poing, sans doute un pistolet à grenaille, après l’avoir chargé. Marine Le Pen, qui s’étonne du silence absolu du procureur de Béthune sur l’agression d’une élue avec usage d’arme à feu dans une foule familiale, demande audience au ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie.

L’auteur de l’agression, immédiatement identifié, notamment par les commerçants qu’il terrorise, et bien connu des services de police, est pour l’heure introuvable.

source : http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2007/09/24/non-a-la-turquie-en-europe.html


 

Pétition nationale :” Non à la Turquie en Europe”


Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Le WEB Résistant
commenter cet article
25 septembre 2007 2 25 /09 /septembre /2007 22:46

Yuri Bezmenov : idiots utiles du socialisme et manipulation de l’opinion

Nous vous présentons aujourd’hui une interview-clé sous-titrée par nos soins. Telle que vous la verrez, la vidéo est constituée de divers morceaux épars, retrouvés sur Internet et remontés. Ceci explique les différences de qualité d’image ou de son suivant les passages.

 
Note de traduction : Nous avons souhaité garder le terme “Démoralisation” en l’encadrant de guillemets dans les sous-titres. Il faut bien entendu comprendre : perte de la morale, perte des valeurs.

Yuri Bezmenov


Le texte complet de la vidéo est disponible ici


Bien que datant de 1985, cette interviewest d’une rare actualité. Yuri Bezmenov, ex-agent du KGB passé à l’Ouest dans les années 1970 raconte par le menu les techniques de déstabilisation et de manipulation de l’opinion. Il révèle ainsi comment le bloc socialo-communiste :


• a sciemment mis en œuvre une politique globale de manipulation de l’opinion et des élites au niveau mondial.
• a conditionné les écoliers et étudiants occidentaux aux idéaux socialistes sur au moins trois générations. Cette tâche représentait selon lui 85% de l’activité du KGB.
- a systématiquement recruté tous les faiseurs d’opinion à l’ouest pour influencer et déstabiliser le monde non-communiste.
• a conditionné et “dé-moralisé” (perte des valeurs) des pans entiers de la société, devenus les “idiots utiles” du socialisme.

Cet entretien permet de comprendre pourquoi, en 2007, nous devons encore composer avec une gauche lunaire, pourquoi autant de profs formatés continuent de saper des générations d’écoliers et d’étudiants et pourquoi la lutte contre le socialisme marxiste, malgré toutes les preuves de sa nocivité, est toujours à l’ordre du jour. La culture “égalitariste”, l’anti-racisme idéologique, les problèmes liés à l’immigration par exemple, sont très étroitement liés à l’intense désinformation socialiste-marxiste qui a saturé les esprits jusque dans les années 90. Nous en récoltons les indigestes fruits aujourd’hui.

Dans une conférence dont il reste des traces sur Internet, Yuri Bezmenov – alias Thomas Schuman – a donné d’autres indications sur les techniques destinées à déstabiliser les nations occidentales. Parmi ces stratégies de déstabilisation, il cite entre autres :

 

• le sabotage des unités nationales (ethniques, raciales, religieuses, linguistiques) 
• la ridiculisation du sentiment patriotique en le dégradant au rang d’une maladie mentale (psychotic) 
• l’encouragement de l’agitation politique dans le monde du travail en politisant les syndicats. 

 

Nous avons donc bien toujours les deux pieds dedans et nous n’avons pas changé de monde : nous sommes toujours les héritiers de la guerre froide. C’est aujourd’hui de l’intérieur que la maladie tente de se répandre. Et les “idiots utiles” sont toujours aussi actifs. 

 

Notes :

• À notre connaissance, cette interview n’a jamais été traduite en français.
• il n’existe sur internet aucune version complète de l’interview originale de 2 heures. Les références en sont : “Soviet Subversion of the Free World Press” [A conversation with Yuri Bezmenov] American Media, Westlake Village, CA.
• Nous vous encourageons à télécharger, copier et diffuser ce document.
• Ceux qui le souhaitent peuvent nous demander les fichiers vidéo source (non sous-titré) et le fichier de sous-titres séparé (en vue de la traduction en d’autres langues).
• La vidéo semble également l’objet d’une chasse régulière de la part de Youtube et de Google Vidéo, peut-être pour des raisons de droit, peut-être pour motifs idéologiques [exemple de liens morts].
• en cherchant sur Youtube ou Google video, vous trouverez malgré tout des extraits, qui ont tous été uploadés il y moins de 5 mois et qui n’ont pas encore été effacés. Ils le seront surement prochainement.


    

Transcription complète :

 

Texte de l’interview de Yuri Bezmenov


 

Septembre 26th, 2006 — John Doe



Nous interviewons aujourd’hui Yuri Alexandrovitch Bezmenov. Youri Bezmenov est né en 1939 dans la banlieue de Moscou. Il est le fils d’un officier de haut rang de l’armée soviétique. Il est issu des écoles de l’élite du système soviétique, et il est devenu un expert de la culture et des langues de l’Inde. Il a fait une carrière exceptionnelle au sein de Novosti, qui était, et est encore, l’agence de presse du régime soviétique, agence qui servait également de paravent pour le KGB.

Il est passé à l’Ouest en 1970 après été avoir été totalement dégouté du système soviétique, et il l’a fait au péril de sa vie. C’est certainement l’un des plus grands experts mondiaux en matière de propagande soviétique, de désinformation et de manipulation. Quand les soviétiques parlent de subversion idéologique , qu’entendent-ils par là ?

 

La subversion idéologique, c’est un processus qui n’a rien d’illégal ou de caché. C’est une action menée au grand jour. Il suffit pour s’en rendre compte de se déboucher les oreilles, d’ouvrir les yeux, et cela devient évident. Il n’y a aucun mystère. Cela n’a rien à voir avec l’espionnage. Je sais que travailler dans le renseignement, cela fait plus romantique, c’est plus vendeur auprès du public. C’est sûrement pour ça que les producteurs d’Hollywood aiment tant les films du genre James Bond.

Mais en réalité, l’action principale du KGB n’est pas du tout de faire du renseignement. Selon moi, et selon l’avis de beaucoup d’autres transfuges qui ont le même profil que moi, seuls 15% du temps, de l’argent et des effectifs sont consacrés à l’espionnage en tant que tel. Les 85% restants sont consacrés à un processus très lent, que l’on appelle soit subversion idéologique ou manipulation de l’opinion, - xxxxxxxxxxx dans le langage du KGB - ou guerre psychologique . Cela signifie essentiellement : changer la perception de la réalité de tous les américains, au point que malgré la profusion d’information, plus personne n’est plus capable de tenir un raisonnement correct afin de défendre ses propres intérêts, ceux de sa famille, de sa communauté, ou de son pays. C’est un processus de lavage de cerveau généralisé, qui va très lentement, et qui comprend 4 phases.

La première phase est celle de la démoralisation . Cela prend entre 15 et 20 ans pour démoraliser un pays. Pourquoi tant d’années ? Parce que c’est le nombre d’années minimum requis pour éduquer une génération d’étudiants du pays visé, et pour l’exposer à l’idéologie adverse. En d’autres termes, l’idéologie marxiste-léniniste est actuellement injectée dans les esprits malléables d’au moins 3 générations de jeunes américains, sans rencontrer de résistance, sans être contre-balancée par les valeurs de base de l’Amérique ou par un patriotisme américain.

L’essentiel de l’activité du département était de compiler d’énormes quantités d’information sur des personnes qui étaient ensuite instrumentalisés pour influencer l’opinion publique. Éditeurs, écrivains, journalistes, acteurs, éducateurs, profs de sciences politiques, députés, hommes d’affaires… La plupart de ces gens étaient divisés en deux groupes : ceux qui soutenaient la politique du régime soviétique étaient promus à des postes de pouvoir. grâce à la manipulation de l’opinion et des média. Ceux qui refusaient l’influence du communisme dans leur pays, leur réputation était ruinée. Ou ils étaient exécutés. Physiquement. Révolution oblige.

Ainsi, dans une petite ville du Sud-Vietnam, plusieurs milliers de Vietnamiens ont été exécutés en une seule nuit, après que la ville ait été prise par les Viet-Cong, au bout de seulement deux jours. Et la CIA n’a jamais compris comment les communistes avaient pu aller si vite, pour repérer chacun d’entre eux, connaître leurs domiciles là où les trouver, les arrêter, tout cela en une seule nuit. en à peine quelques heures, avant le lever du jour, et les embarquer dans des camions, les conduire hors de la ville et les exécuter.

La réponse est très simple : bien avant que les communistes occupent la ville, il existait un réseau complet d’informateurs, des vietnamiens habitant la région, qui savaient absolument tout des personnes en mesure d’influencer l’opinion publique, jusqu’aux simples barbiers ou aux chauffeurs de taxi. Tout ceux qui étaient favorables aux États-Unis ont été exécutés. Même chose à Hanoï [Vietnam], pilotée par l’ambassade soviétique. et je faisais la même chose à New-Dehli. À ma grande horreur, j’ai découvert, dans les dossiers des personnes qui allaient être exécutées, le nom de journalistes pro-soviétiques qui étaient mes amis personnels

http://www.the-savoisien.com/blog/public/img5/Thomas_David_missing.pngPro-soviétiques !?
Oui, absolument ! Ils défendaient un idéal communiste, ils avaient fait plusieurs voyages en URSS. Et pourtant, le KGB avait décidé que, révolution oblige, pour mener à bien les changements politiques drastiques de l’Inde, il fallait les éliminer. - Pourquoi cela ? Parce qu’ils en savaient trop… Simplement parce que les idiots utiles, les gens de gauche qui sont idéalistes, qui croient en la beauté du système soviétique, communiste, socialiste… quand ils ouvrent les yeux sur la réalité, ils deviennent les pires ennemis du système.

C’est pourquoi mes instructeurs, au KGB, insistaient tout particulièrement sur ce point : Ne vous préoccupez jamais des gauchistes. Oubliez ces prostitués politiques. Visez plus haut. Telles étaient mes instructions. Essayez de pénétrer les média conservateurs bien établis, essayez d’atteindre les producteurs de films riches à millions les intellectuels, les milieux soit-disant académiques, entrez en contact avec les cyniques, les égo-centriques qui peuvent vous mentir d’un air angélique en vous regardant droit dans les yeux. Voilà les gens qu’il fallait recruter : ceux qui n’avaient plus aucuns principes moraux, les gens avides de pouvoir, ceux qui se prennent pour quelqu’un, ou qui se croient très importants. Voilà les profils que le KGB cherchait à recruter .

Mais pour éliminer les autres, ne sont-ils pas utiles ?
Non, ils ne sont utiles que dans la phase de déstabilisation du pays. Par exemple, tous les gens de gauche ici, tous ces professeurs, et ces magnifiques défenseurs des droits à l’égalité, sont instrumentalisés dans ce processus de subversion, et ce uniquement pour déstabiliser le pays. Quand cette étape sera achevée, ils ne seront plus nécessaires. Ils en savent trop. Quand leurs illusions tomberont, une fois un pouvoir marxiste en place, ils seront bien évidemment scandalisés, car ils s’imaginent que ce sont eux qui vont prendre le pouvoir. Cela n’arrivera jamais bien sur. Ils seront alignés contre un mur et exécutés. Ils seraient les adversaires les plus acharnés d’un régime marxiste-léniniste.

C’est ce qui s’est passé au Nicaragua : vous vous souvenez quand la plupart des anciens communistes ont été jetés en prison, ou quand l’un d’entre eux a changé de camp pour s’opposer aux sandinistes. C’est aussi arrivé à Grenade, quand Maurice Bishop, du parti marxiste, a été exécuté par un autre, plus marxiste que lui. Même chose en Afghanistan quand Taraki a été assassiné par Amin, lui même assassiné par Karmal avec l’aide du KGB. Même chose au Bangladesh, avec Mujibur Rahman, un leader de gauche très pro-soviétique, assassiné par ses propres amis communistes de l’armée. Le mécanisme se répète chaque fois à l’identique. Une fois qu’ils ont servi, les idiots utiles sont soit exécutés jusqu’au dernier - je parle des idéalistes marxistes - ou exilés, ou jetés en prison, comme à Cuba, ou beaucoup d’anciens marxistes sont en prison.

Fondamentalement, l’Amérique est coincée par cette démoralisation . Si vous commenciez maintenant, à la minute même, à former une nouvelle génération d’américains, cela prendra quand même de 15 à 20 ans pour inverser la tendance, pour inverser cette perception idéologique de la réalité, et revenir à la normale et aux idées patriotiques.

Le résultat ? Vous pouvez observer le résultat. La plupart de ceux qui ont fait leurs études dans les années 60, de ceux qui ont quitté l’école, et la plupart des pseudo- intellectuels occupent à l’heure actuelle des postes de pouvoir au gouvernement, dans l’administration, dans les affaires, les médias, ou dans le système éducatif. Vous êtes coincés avec eux. Et vous ne pouvez pas vous en débarrasser. Ils sont contaminés. Ils sont programmés pour penser et réagir à certains stimulus d’une façon déterminée. Vous ne pouvez pas changer leur façon de voir, même si vous leur présentez des informations véridiques. Même si vous leur démontrez que blanc, c’est blanc, et noir c’est noir, vous ne pouvez pas modifier leur perception de base et leur logique de comportement.

En d’autres termes, chez ces gens, le processus de «démoralisation» est total et irréversible. Pour débarrasser la société de ces personnes, il faut de nouveau attendre 15 à 20 ans, pour éduquer une nouvelle génération d’étudiants, leur inculquer des idéaux patriotiques et en faire des gens de bon sens, qui agissent dans l’intérêt de la société américaine. Et ces personnes qui ont été programmées , et qui sont en place, favorables aux idéaux communistes, ce sont ces mêmes personnes qui seraient voués à être massacrés dans un tel système. La plupart d’entre eux, oui. Simplement parce que avec le choc psychologique qu’ils éprouveraient en découvrant ce qu’est VRAIMENT leur magnifique société d’égalité et de justice , ils se révolteraient, c’est bien évident. Ils seraient extrêmement mécontents, frustrés. Et un régime marxiste-léniniste ne peut tolérer ce genre de personnes. Ils rejoindraient à coup sûr le camp des dissidents et des opposants. Et à la différence des États-Unis actuels, il n’y a pas de place pour les dissidents dans un régime marxiste-léniniste. Ici, vous pouvez devenir très célèbre, comme Daniel Ellsberg, ou démesurément riche comme Jane Fonda, en répandant des opinions dissidentes ou en critiquant la politique du Pentagone. Dans un système marxiste, ces gens seraient simplement pfft’, écrasés comme des cafards. Ils n’obtiendraient rien en retour de leurs belles et nobles idées d’égalité. Ça, ils ne le comprennent pas. Ce serait un shock terrible pour eux.

Aux États-Unis, le processus de démoralisation est en fait terminé. Et cela depuis 25 ans. Il dépasse même toutes les espérances : la démoralisation atteint désormais une telle ampleur que même Andropov et tous ses experts n’auraient jamais rêvé d’un tel succès. Pour la plupart, elle est maintenant effectuée par les américains eux-mêmes sur d’autres américains, grâce à la disparition des repères moraux. Comme je l’ai dit auparavant, dire la vérité [sur les régimes marxistes] n’a plus aucune d’importance. Une personne démoralisée n’est plus en mesure de prendre en compte la réalité des faits. Les faits, le réel, cela ne l’atteint plus. Même si je la bombardais d’information, de preuves authentiques, de documents, de photos, même si je l’emmenais de force en URSS pour lui montrer les camps de concentration, elle refuserait de le croire, jusqu’à ce qu’il reçoive un bon coup de pied au derrière. C’est seulement quand la botte militaire s’abattra qu’alors il comprendra. Mais pas avant. C’est ça le tragique de la démoralisation.

L’étape suivante est la déstabilisation : dans ce cas, les révolutionnaires ne se soucient plus de vos idées ou de votre façon de vivre. Tout ça ne compte plus. Cela prend seulement 2 à 5 ans pour déstabiliser un pays, et ce qui compte, ce sont les fondamentaux : économie, relations étrangères, défense. Et l’on peut voir clairement que, dans certains domaines, dans des domaines aussi sensibles que la défense ou l’économie, l’influence des idées marxistes-léninistes est absolument prodigieuse. Je n’en croyais pas mes yeux, il y a 14 ans, quand je suis arrivé ici, je ne pensais pas que le processus irait aussi vite.

L’étape suivante est l’insurrection. Cela prend environ 6 semaines pour amener un pays au bord de la crise, comme vous pouvez le voir en Amérique Centrale actuellement.

Après la crise, à la suite des violents changements de régime, de structure et d’économie, arrive ce que l’on appelle la phase de normalisation, qui peut durer indéfiniment. La normalisation est une expression d’un grand cynisme, issue de la propagande soviétique. Quand les chars ont envahi la Tchécoslovaquie en 1968, Brejnev a déclaré : Maintenant, la situation en Tchécoslovaquie est normalisée.
Et c’est ce qui arrivera aux États-Unis si vous laissez tous ces abrutis amener le pays à la crise, si vous les laissez promettre aux gens monts-et-merveilles et le paradis sur terre , si vous les laissez déstabiliser votre économie, éliminer l’économie de libre-échange, et mettre un gouvernement Big-Brother à Washington, avec des dictateurs bienveillants du genre Walter Mondale qui vous promettront tout ce que voulez, peu importe que ces promesses sont tenues ou non. Il ira ensuite à Moscou baiser les pieds de la nouvelle génération de criminels communistes. Il donnera l’illusion d’avoir les choses bien en main et qu’il contrôle la situation.

Mais la situation n’est PAS sous contrôle. Elle est même épouvantablement hors de tout contrôle, La plupart des politiciens américains, la plupart des médias, et le système éducatif forment une génération de gens qui croient vivre une période de paix. C’est faux. Les États-Unis sont en guerre. Une guerre non déclarée et totale, contre les principes et les fondements même de ce système. Et l’initiateur de cette guerre, ce n’est pas Andropov, bien sur, c’est une guerre contre le système communiste mondial, aussi ridicule que cela paraisse. ou contre la conspiration communiste mondiale, que cela fasse peur aux gens ou non, je m’en fiche. Et si vous n’avez pas peur maintenant, rien ne vous fera peur… Il ne faut pas devenir paranoïaque à ce sujet. A vrai dire, ce qui se passe actuellement, c’est que contrairement à moi, vous avez encore plusieurs années à vivre, - à moins que l’Amérique ne se réveille - avec cette bombe à retardement. Et le désastre approche chaque seconde un peu plus. Et contrairement à moi, vous n’aurez nulle part où vous réfugier. A moins d’aller en Antarctique, avec les pingouins. Ici, c’est le dernier pays de libertés, où tout reste possible.

Et que faire alors ? Que recommandez-vous aux Américains ?
La première chose qui me vient à l’esprit, c’est qu’il faut un effort national de grande ampleur pour éduquer les gens dans le sens des valeurs patriotiques, et ensuite expliquer le réel danger du système socialiste, communiste, quel que soit son nom, le danger de l’état providence, du système Big Brother . Si les gens ne réussissent pas à saisir l’imminence de ce danger et de cette évolution, rien n’aidera les Etats-Unis. Vous pouvez dire au revoir à vos libertés. à la liberté des homosexuels, aux droits des détenus etc… Toutes vos libertés disparaitront, elles seront carbonisées en quelques secondes. Et vos précieuses vies avec. Deuxièmement, au moins une partie de la population est convaincue que le danger est réel. Ils doivent FORCER le gouvernement, - et je ne parle pas d’envoyer des lettres, des pétitions, ou d’autres nobles et belles activités de ce genre - , je parle bien de forcer le gouvernement à arrêter d’aider le communisme.


Absolute right

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Réinformation
commenter cet article

Jumelage

Voir les articles

INDEX

 

 READ THIS BLOG IN ENGLISH WITH GOOGLE Click here

Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamiqueL'image “http://img57.imageshack.us/img57/3474/bouton3sitany0.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell


DOSSIER

LE LIBERTARIANISME

Informez-vous sur la philosophie politique libertarienne


« Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve. »     John Adams

DOSSIER

LE WEB RESISTANT 

lewebresistant.gif

Informez-vous sur la cyber-résistance

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s'éloignant de leurs textes tandis que l'islam le fut en se rapprochant des siens. »                                                      Eric Conan



DOSSIER

FONDAMENTALISME, DJIHADISME, TERRORISME

L’ISLAMISME EST UN TOTALITARISME

img80/3421/poing1bjr1.jpg

Ce qu’il faut savoir sur l’une des plus grandes menaces politiques et religieuses du XXIème siècle

 


« Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à suprimer la pauvreté »                                                   Winston Churchill

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE SOCIALISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le socialisme


« Le Communisme est l'Islam du XXème siècle. »                                                   Jules Monnerot


DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE COMMUNISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le communisme

 

« La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à gouter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée.  »                            Carl Gustav Jung

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE NAZISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le nazisme


« Ils ignorent que les épées sont données pour que personne ne soit esclave. »                                                                                        Lucain

Partenaire :