Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Blogue de la Résistance sur Internet
  • : Le WEB Résistant est le seul site francophone présentant toutes les références sur les sites de réinformation. Faites-le connaître autour de vous ! Ne restez pas seul, nous sommes nombreux.
  • Contact

Profil

  • Cyber-Résistant
  • CYBER--LIBERTARIEN
  • CYBER--LIBERTARIEN

En bref

ajouter-favoris.png

Abonnement

Inscription à la newsletter

  

The 910 Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Counterjihad Calendar 2009
The Counterjihad Calendar 2010

Counterjihad Brussels 2007

Counterjihad Vienna 2008

Counterjihad Copenhagen 2009

Counterjihad Zurich 2010

EU Eurabia Francais

Le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie

 
FAIRE LE TEST POLITIQUE ?

http://img263.imageshack.us/img263/2081/diagrammenolan.jpg

 

Web Statistics

 
Locations of visitors to this page

Entête

http://www.wikio.fr

"Si vous entendez ce message, c'est que vous êtes la résistance."

International Civil Liberties

About

The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc.  We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

We aim to promote the secular rule of law, which we believe to be the basis of harmony and mutual respect between individuals and groups in the increasingly globalised world, and to draw attention to efforts to subvert it.  We believe in equality before the law, equality between men and women, and the rights of the individual and are open to participation by all people who respect these principles.

We believe that freedom of speech is the essential prerequisite for free and just societies, secular law, and the rights of the individual.

We are committed to building and participating in coalitions in all parts of the world to effect significant progress in protecting rights of the individual which are sadly being eroded in many countries including those in the West.


Rejoindre le forum

 

The Center for Vigilant Freedom

31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 03:42
On ne sait pas quelle est la fiabilité de Global Incident map, mais le site est fort séduisant. Il présente une carte du monde où figurent les principaux événements mondiaux : attentats, catastrophes, conflits… Bien sûr, la carte est cliquable, agrandissable, donne les détails pour chaque icone, permet de trier les événement par type, par pays etc…


img412/8262/capture00100001mi5.gif

posté par PM


Etonnant de la part de la firme mondialement connue des jeans Levi’s (du nom du fabricant juif Levi Strauss), cette affiche visant à caresser dans le sens du poil les musulmans indonésiens.

Le slogan de l’affiche ci-dessous souhaite aux musulmans de bonnes fêtes de l’aid mais la flagornerie est poussée fort loin. Voir le détail de l’image :


 img412/1683/levisvg0.gif

L’image grande taille ici



La France s’adapte à la “finance islamique”

Le premier forum français consacré à la “finance islamique” se tient aujourd’hui, à Paris. L’alliage des exigences du Coran et de la science des chiffres avaient jusque là rebuté les acteurs français du secteur financier. Mais face aux taux de croissance de la finance islamique et à l’augmentation de la population musulmane, ils ont décidé d’affronter l’urgence : adapter le système français à ce nouveau partenaire. ->

“Accommodement raisonnable”, “adaptation”, “diversité”, “mixité”, “enrichissement culturel”: les locutions françaises deviennent de plus en plus riches pour traduire le mot “dhimmi”.

 


Le régulateur britannique a publié récemment un document intitulé “Islamic Finance in the UK: Regulation and Challenges”, dans lequel elle souligne l’importance de favoriser le développement de produits financiers islamiques.

L’expansion de l’offre de produits islamiques devrait renforcer à son tour la position de Londres en tant que grand centre financier international. ->

L’Europe en perte d’identité ? Tant qu’il y a de l’argent à se faire, ce n’est pas un problème.



La citation du jour

Tiré d’un article du Monde:
A Argenteuil, les RG décrivent “l’investissement croissant de fondamentalistes musulmans dans le secteur de la restauration rapide”. A Rennes (Ille-et-Vilaine), une boucherie-charcuterie d’un quartier sensible a aussi fait l’objet, en novembre 2006, de graffitis sur la vitrine :

“Arrêtez de vendre des saucisses qui puent ou on va vous tirer dessus, PD de boucher”. ->


Les partisans de Rachida Dati se font passer pour de faux auditeurs sur RMC

Des partisans de Rachida Dati ont tenté de se faire passer pour des auditeurs lors de son récent passage à RMC. L’objectif était de lui poser « des questions gentilles » afin de redorer son blason.

La fédération UMP des métiers de la justice qui regroupe des notaires, des avocats et des magistrats a appelé en masse ses adhérents à poser « des questions gentilles » lors du passage de Rachida Dati sur l’antenne de RMC. ->

 


En 2006 le gouvernement vietnamien a fait mine de libéraliser le pays. Il s’agissait pour lui d’obtenir des avantages économiques. Cette politique trompeuse lui a réussi … puisqu’en novembre 2006 le Vietnam pouvait organiser le sommet de la Coopération Asie-Pacifique, puisqu’en décembre 2006 les Etats-Unis ont accordé au Vietnam « le statut de nation la plus favorisée » et puisqu’en janvier 2007, consécration suprême, le Vietnam était accueilli au sein de l’Organisation mondiale du Commerce. 

Mais cette libéralisation n’était qu’un faux-semblant. Dans la réalité si quelques prisonniers étaient libérés, pour la galerie, au cours de 2006, des dizaines d’autres, pour motif politique ou religieux, étaient arrêtés sans vacarme, discrètement, au cours de la même année. Une fois obtenus les avantages économiques qu’elle recherchait, en 2007, la dictature communiste n’a plus hésité à réprimer ouvertement la moindre velléité de dissidence, sûre de son impunité, qui, comme on sait, ne sourit qu’aux impudents. Lire la suite »



Les Chrétiens d’Orient en danger

Dans l’avalanche de nouvelles venues d’Irak, du Liban, de Palestine ou de Turquie, qui s’intéresse encore à la minorité des chrétiens d’Orient - 10 millions, en incluant les 6 millions de coptes d’Egypte -, à ces Arabes qui ne sont pas musulmans ?

Les chrétiens ont été les catalyseurs de la modernité arabe. Ils sont d’autant plus chez eux en terre d’islam qu’ils sont antérieurs à l’islam“, rappelle l’historien Henry Laurens. ->

 


Indonésie: Des Musulmans en prennent pour 14 et 19 ans pour avoir décapité des écolières chrétiennes

La communauté musulmane, fortement majoritaire dans ce pays d’Asie qui se touve être le première nation de l’islam en terme de population, a manifesté pour protester contre… la dureté de la peine. ->

Trois jeune fille ont été décapitées à la machette: Theresia Morangke (photo 1, la question de la publication ou non de cette image a déjà été réglée, nous assumons parfaitement) Yarni Samubue, 15 ans, et Alfita Poliwo, 17 ans, le 29 octobre 2005, coupables du simple fait d’être chrétiennes et pour donner satisfaction à l’idole haineuse et christophage de l’islam qui réclame à tout bout de champ dans le coran la mort des mécréants.

Une quatrième, Noviana Malewa (photo 2), 15 ans, a survécu à son agression.

Chers lecteurs musulmans qui avez déjà abondamment réagi aux publications précédentes de ces images, regardez-les bien et voyez ce qu’on appelle des martyrs dans notre religion !

Les mécréants ressemblent à [du bétail]… Et tuez-les, où que vous les rencontriez…” (coran, II 171 et 191, ceux pour répondre à ceux qui nous accusent de ne pas lire le coran et, accessoirement, pour répondre aussi à Axelle Red et Renaud, oui, les assassins de ces petites ont bien lu le coran et, de toute évidence, l’ont suivi à la lettre en bons musulmans.)


Une véritable campagne visant à vider Doura (sud est de Bagdad) et les quartiers voisins de leur population chrétienne a été lancée depuis avril dernier.

Les chrétiens ont été placés devant plusieurs choix : se convertir à l’islam, payer la taxe jizya (due par les non musulmans vivant en territoire musulman), donner une fille à marier à des combattants musulmans ou bien partir en laissant tous leurs biens. ->




Dans la suite de son entretien avec Zenit, Thomas Grimaux dénonce l’islamisme comme foyer des persécutions antichrétiennes :

“Dans « Esclaves chrétiens, maîtres musulmans : L’esclavage blanc en Méditerranée (1500-1800) », de Robert-C Davis, l’auteur donne un chiffre terrible : «l’esclavage blanc pratiqué par ceux que l’on nommait alors les «Barbaresques» a bel et bien existé sur une grande échelle et constitué une véritable traite qui fit, durant près de trois siècles, plus d’un million de victimes.» […] ->

Il y eut même des ordres religieux dévolus expréssement au rachat des esclaves chrétiens: Les Tinitaires des saints Jean de Matha (illustration) et Félix de Valois et les Mercédaires des saints Pierre Nolasque et Raymond de Penafort. Trinitaires et Mercédaires s’offraient en échange des esclaves chrétiens quand l’argent ne suffisaient pas à leur rachat; il n’y a que dans le catholicisme que l’on voit cela… Une fois dans la place, ils soutenaient la foi des chrétiens prisonniers souvent persécutés pour les contraindre à une conversion forcée. Du XIIIe au XVIIIe siècle, les seuls Mercédaires auraient libéré pas moins de 60.000 captifs.

Voir aussi la biographie de saint Vincent de Paul, illustre ecclésiastique français capturé par les Barbaresques en 1605 et qui s’évada après deux ans de captivité en convertissant la femme d’un apostat français qui l’avait acheté, lequel il ramena également à la foi.



Les assistants du père Noël remplissent les bombes surprises pour les fêtes de fin d’année… ->


639.JPG

Partager cet article
Repost0
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 05:58

jeudi 27 mars 2008, par Annie Lessard, Marc Lebuis

Fitna (version anglaise)

 

 

 

Le film tant attendu du député néerlandais Geert Wilders est finalement sorti. Comme plusieurs s’y attendaient, FITNA donne des extraits du Coran, des hadith (paroles, faits et gestes de Mahomet racontés par des témoins) et de la Suna (les actions de Mahomet), et les relie aux événements de l’actualité et aux prêches dans les mosquées. Le film dit la vérité. L’agitation qui a précédé sa diffusion n’aura servi qu’à lui donner davantage de publicité.

Vous pouvez visionner la film FITNA (en arabe : division ou discorde au sein de l’islam) en cliquant ici ou ici.

Il faudra bien qu’un jour les musulmans acceptent de confronter la réalité. L’islam a un côté pacifique, mais aussi un côté haineux, violent, intolérant, suprématiste et belliqueux. On souhaite que les politiciens, les intellectuels et les médias acceptent eux aussi de voir la réalité en face, et cessent de discréditer ceux qui exposent une idéologie qui menace la liberté et la démocratie en les qualifiant de racistes d’extrême-droite.

Dans une interview sur la radio néerlandaise, Geert Wilders a dit espérer que son film suscitera des discussions sur les inconvénients de l’islam, à la fois aux Pays-Bas et à l’étranger, et explicitement invité les musulmans à s’engager dans de telles discussions. Vous pouvez accéder à la version anglaise de l’interview en cliquant ici.

Si l’on en juge par les nombreux commentaires laissés sur notre site en réaction au film FITNA, les critiques adressées par les musulmans tombent toutes, SANS EXCEPTION, dans les pièges rhétoriques décrits par le philosophe Radu Stoenescu, et peuvent aisément être déjoués à l’aide des outils intellectuels qu’il nous propose dans l’article Comment répondre à un musulman argumentatif : rhétorique 101. Pour cette raison, nous avons décidé de ne pas afficher ces commentaires. À ceux qui les ont écrits, considérez l’article de Stoenescu comme notre réponse.

Différences entre l’islam et les autres religions

Comme le député Wilders l’a récemment expliqué en chambre dans un discours prononcé à l’occasion d’un débat sur l’activisme islamique, pour les musulmans, le coran a été dicté par Allah lui-même à son messager Mahomet. Ce livre sacralisé est la parole même de dieu, il est donc incréé, immuable, éternel, véridique et parfait. Le Coran est libellé de telle sorte que ses instructions sont adressées aux musulmans pour l’éternité, ce qui comprend les musulmans d’aujourd’hui.

Certains versets sont contradictoires, mais dans la logique de l’islam, les deux versions sont également véridiques, puisqu’Allah ne peut se tromper.

Ceci est différent des textes de la Bible, et des écrits hindous ou bouddhistes, qui sont écrits par des hommes et formulés comme une série de récits historiques plaçant les événements dans un passé lointain. Ces textes sont ouverts à la discussion, aux débats et à la réactualisation : bref, au discours de la raison. C’est pourquoi l’Occident a connu les Lumières, et pas l’islam.

On ne peut pas comparer le coran et la bible, ni l’islam et les autres religions. Les Occidentaux ont beaucoup de difficulté à comprendre la grande différence entre l’islam et les autres religions. En fait, la religion est la plus petite partie des textes fondateurs islamiques. La plus grande partie est un programme politique. Critiquer l’islam n’est certainement pas un discours haineux, c’est plutôt faire preuve de lucidité et s’engager dans le débat démocratique. Il s’agit aussi d’une saine application du principe de précaution.

L’idéologie islamique est suprématiste. L’islam aspire à dominer l’univers, et déshumanise les non musulmans. Les musulmans ne s’en cachent pas. Ils le disent ouvertement.

La lutte idéologique contre l’idéologie islamique suprématiste et liberticide

L’apaisement ne fonctionne pas avec une idéologie haineuse, violente, totalitaire et liberticide. Ni les accommodements. Il n’y a pas de compromis possibles entre la démocratie et le totalitarisme, entre la liberté et l’oppression. C’est l’un ou l’autre. Il faut oser nommer l’ennemi, et déployer toutes les ressources intellectuelles dont l’Occident est capable pour affirmer les valeurs de la démocratie et de la liberté.

Le Pape Benoît XVI a lui-même invité l’islam à accepter la liberté de conscience et la séparation des pouvoirs politiques et religieux. Ces deux thèmes seront à l’ordre du jour de la rencontre qui aura lieu à Rome cet automne à la suite de l’invitation au dialogue lancée par 138 dignitaires musulmans. L’islam et le reste de l’humanité sont à un moment critique de leur histoire.

Plusieurs spécialistes cités sur notre site disent la même chose que Geert Wilders.

La foi, la raison, et le combat idéologique contre le djihad - George Weigel, théologien

Le théologien chrétien George Weigel a pubié un livre sous le titre Faith, Reason and the War against Jihadism : A Call to Action dans lequel il identifie le djihadisme comme une grande menace pour l’avenir de l’humanité au 21e siècle. Il déplore l’incapacité de nommer l’ennemi et d’affronter les racines théologiques islamiques du terrorisme. Il s’agit d’un combat idéologique. Il invite l’Occident à renouer avec la confiance en ses valeurs et à déployer les ressources intellectuelles nécessaires à la victoire. Il invite l’islam à accepter la liberté de conscience et la séparation des pouvoirs politiques et religieux. Autrement, l’histoire pourrait régresser.

Dans une interview, Weigel explique les raisons qui l’ont poussé à écrire son livre : Dans un sens, le livre a commencé avec mes réflexions sur le discours de Ratisbonne du Pape Benoît XVI, qui a identifié deux problèmes graves et reliés ayant un impact mondial : la foi détachée de la raison (comme dans le terrorisme djihadiste qui est fondé sur la notion irrationnelle que Dieu commande l’assassinat d’innocents), et une perte de foi dans la raison (qui laisse le monde occidental incapable, face au défi du djihadisme, de défendre ses engagements envers la liberté, la tolérance et la civilité).

Djihad civilisationnel : entrevue avec le directeur du Center for the Study of Political Islam

Selon le Dr Bill Warner, directeur du Center for the Study of Political Islam, le dualisme est le fondement et la clé de la compréhension de l’islam. Tout sur l’islam vient en paires, à partir de sa déclaration de fondation : (1) il n’y a de dieu qu’Allah et (2) Mahomet est Son prophète. Par conséquent, l’Islam est Allah (le Coran) et la Sunna (paroles et actes de Mahomet dans la Sunna et le hadith).

Beaucoup d’encre a été perdue à essayer de répondre à la question de savoir qu’est-ce que l’islam ? La religion de paix ? Ou l’idéologie de l’islam radical ? Un musulman modéré est-il le vrai musulman ?

Cela rappelle au scientifique le vieil argument sur la lumière. La lumière est-elle une particule ou une onde ? Les arguments sont allés dans un sens puis dans l’autre. La mécanique quantique nous a donné la réponse. La lumière est dualiste, c’est à la fois une onde et une particule. La qualité qui se manifeste dépend de la situation. L’islam fonctionne de la même manière.

Notre première clé au sujet de la dualité est dans le Coran, qui est en fait deux livres, le Coran de la Mecque (au début) et le Coran de Médine (plus tard). L’aperçu de la logique du Coran vient du grand nombre de contradictions qu’il contient. En surface, l’islam résoud ces contradictions par le recours à « l’abrogation ». Cela signifie que le verset écrit plus tard annule et remplace le précédent.

Mais en fait, puisque le Coran est considéré par les musulmans comme étant la parfaite parole d’Allah, les deux versets sont sacrés et véridiques. Le verset ultérieur est « meilleur », mais le verset antérieur ne peut pas être faux car Allah est parfait. Tel est le fondement du dualisme. Ces deux versets sont véridiques. Les deux versions de la contradiction sont vraies dans la logique dualiste.

Le terme « être humain » n’a pas de sens dans l’islam. Seule compte la dualité « croyant » et « infidèle ». Ce dualisme éthique qui déshumanise les infidèles forme la base du djihad. En représentant l’infidèle comme un sous-humain, il est facile de le tuer, de lui nuire ou de le tromper. Ce que l’islam a de plus proche d’un principe éthique universel est que le monde entier doit se soumettre à l’islam.

Examinons les fondements éthiques de notre civilisation. Toutes nos politiques et notre éthique sont fondées sur une éthique unitaire mieux formulée dans la Règle d’or :

« Traitez les autres comme vous voudriez être traité ».

Sur la base de la Règle d’or de l’égalité des êtres humains, nous avons créé la démocratie, mis fin à l’esclavage et traité les femmes et les hommes comme des égaux. Toutes les religions ont une version de la Règle d’or, sauf l’islam.

Au milieu des années 80, des Hindous en Inde ont demandé l’interdiction du Coran.

Les motifs invoqués ressemblent beaucoup à ceux qui sont présentés dans le film FITNA.

En 1985, Chandmal Chopra déposait une requête auprès de la haute Cour de Calcutta demandant l’interdiction du Coran. Il a ajouté une liste des versets répréhensibles : 29 passages du Coran, 1 à 8 versets qui incitent à la violence contre les infidèles, 15 qui promeuvent l’inimitié entre les communautés, et 26 qui dénigrent les autres religions. Cette liste demeure une référence en matière de collecte des versets problématiques.

La Pétition alléguait que : « Les passages du Coran qui sont cités ... éveillent chez les musulmans les pires passions sectaires et le fanatisme religieux, ce qui se manifeste par des meurtres, des massacres, des pillages, des incendies volontaires, le viol, la destruction ou la profanation de lieux sacrés tant dans l’histoire que dans la période contemporaine, non seulement en Inde mais aussi dans une vaste partie du monde ».

Le traitement par la Haute Cour de cette demande, connue sous le nom de « The Calcutta Quran Petition » provoqua des émeutes et des incidents mortels au Bengladesh. L’affaire inquiéta tant New Dehli que le ministre de la Justice en personne appuya les efforts procéduraux visant à écarter la pétition, laquelle, comme il fallait s’y attendre, fut rejetée.

Conclusion

Nous concluons avec la conclusion du film FITNA. Voici la version anglaise de la transcription de cette conclusion. La version originale en néerlandais, et la traduction anglaise, proviennent du blog de Naibed :

The sound you heard was a page

being removed from the phonebook

For it is not up to me, but to Muslims themselves

to tear out the hateful verses from the Quran

Muslims want you to make way for Islam

But Islam does not make way for you.

The Government insists that you respect Islam

But Islam has no respect for you

Islam wants to rule, submit, and seeks

to destroy our western civilization.

In 1945, Nazism was defeated in Europe.

In 1989, communism was defeated in Europe.

Now, the islamic ideology has to be defeated.

Stop Islamisation

Defend our freedom

FITNA

FIN

L'image “http://pointdebasculecanada.ca/local/cache-vignettes/L410xH76/siteon0-9a469.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


Fitna choque les occidentaux, pas tant que ça les musulmans

 

Les musulmans néerlandais ne feront, semble-t-il,  pas d’émeutes pour Fitna. A peine manifesteront-ils dans le calme.

Au fond, le film Fitna ne choque pas tant que ça les musulmans. Bien sûr , ils sont tous bien conscients que l’intention de Wilders n’était pas amicale , et que l’idée n’est pas de flatter l’islam, mais  les musulmans connaissent déjà leur ,  et ce film ne dit rien d’autre et ne montre rien de plus que n’importe quelle cassette jihadiste qui circule sous le manteau ou librement sur internet.

S’ils ne se sont, jusqu’à présent,  jamais révoltés contre les versets violents du  et ces images d’horreur commises au nom de l’islam, qu’ils connaissaient déjà, comment le pourraient-ils maintenant ?  Parce que c’est un occidental qui les montre ? Parce qu’il les associe au  ? Mais n’importe quel islamiste fait exactement la même chose. Wilders dit lui-même qu’il a puisé ses extraits dans le materiel jihadiste.

Omar Bakri, un prêcheur musulman radical expulsé d’Angleterre et re-installé en Libye, reconnait qu’il n’a pas trouvé le film trés offensif. “au contraire, si on retire les toutes premières images , et le son de la page déchirée, il pourrait s’agir d’un film fait par les mujahideen à la gloire du  .

Les réactions outrées, sont des réactions de principe. Elles étaient d’ailleurs préparées avant que quiconque ait vu le film. Certains musulmans, les plus va-t-en-guerre contre l’occident,  y voient une nouvelle occasion d’attiser l’occidentalophobie dans le monde musulman. D’ailleurs dans les pays musulmans très peu pourront voir FITNA , étant donné que les fournisseurs d’acces internet locaux bloquent le film. Il sera donc d’autant plus aisé de manipuler les foules pakistanaises ou iraniennes et de les chauffer à blanc contre l’occident, comme pour les caricatures du Jylland-Posten. Certes, Fitna leur servira de prétexte, mais pas plus que n’importe quoi d’autre. Un prétexte étant par definition le motif allégué pour cacher la raison véritable d’une action , il n’est jamais bien difficile d’en trouver et n’importe quoi fait trés bien l’affaire.

La relativement calme réaction des musulmans, contraste avec les réactions outrées du Conseil de l’Europe et du Secrétaire Général de l’ONU, qui se sont empressés de condamner Fitna et son auteur dans les termes les plus vigoureux de leur vocabulaire. Cet excés de zèle semble  à présent  encore plus ridicule et montre jusqu’à quel point c’est la terreur de l’islam qui dirige. Si le pari du film était d’ouvrir les yeux aux occidentaux sur l’islam et surtout sur la lâcheté et la petitesse des “grands” de ce monde, et bien je crois que ce pari est gagné.


Exclusif Bivouac-ID : L’interview vidéo de Geert Wilders (Fitna) en version française

Exclusivité Bivouac-ID

Fin janvier, Geert Wilders a accordé une longue interview à la chaîne américaine Fox News dans laquelle il faisait part de ses observations et ses craintes concernant les et de façon générale l’Europe face au danger de l’, et expliquait les motivations qui l’animaient pour réaliser le court-métrage événement « Fitna ». Cette interview n’existait pas en version française. La voici désormais sous-titrée en français par nos soins spécialement pour vous. Avec la sortie imminente de « Fitna » dans les conditions difficiles que l’on sait, cette interview de Geert Wilders revêt un intérêt tout particulier.

 



Cette vidéo vous a plu ? Faites-en profiter vos amis et les autres sites islamovigilants en faisant circuler ce lien ! Contribuez à l’islamovigilance !

Attention ! Vous voulez voir davantage de vidéos inédites en français ? Toutes les vidéos sous-titrées par nos soins sont disponibles ici !

Partager cet article
Repost0
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 08:02
Et si les Croisades n’avaient jamais eu lieu?

Si les croisades n’avaient jamais eu lieu, dans quel genre de monde vivrions-nous aujourd’hui ? La paix, la compréhension et la bonne volonté règneraient-elles entre Chrétiens et Musulmans ? Le monde islamique serait-il exempt de la suspicion, voire de la pure paranoïa chronique avec laquelle il regarde si souvent ce qui vient de l’Occident ? Après tout, selon Amin Maalouf, « l’on ne peut douter que la cassure entre ces deux mondes date des croisades, ressenties par les Arabes, aujourd’hui encore, comme un viol. » [1]

Ou bien le monde serait-il différent d’une autre manière, plus inattendue ? Le nom de « Mosquée Saint-Pierre de Rome » vous donne-t-il un indice ?

Mythe P.C.: les croisades n’ont servi à rien

En considérant la poursuite ininterrompue du jihad par les Musulmans jusqu’au coeur de l’Europe, l’incapacité des croisés à implanter des états stables ou à maintenir une présence en Terre Sainte et l’hostilité que les croisades ont indubitablement semée non seulement entre Chrétiens et Musulmans, mais aussi entre Chrétiens d’Orient et d’Occident, la plupart des historiens ont conclu que les croisades avaient échoué.

Après tout, leur objectif avait été de protéger les pèlerins chrétiens en Terre Sainte. C’est la raison pour laquelle les états d’Outre-Mer furent établis. Mais après la deuxième croisade, ces états se retrouvèrent très amoindris, et leur situation alla en s’aggravant ; après 1291, on n’en trouve plus trace. Et les croisés n’empêchèrent pas non plus que les guerriers musulmans passent en Europe.

Cependant, on peut noter que le niveau de l’impulsion islamique en Europe a diminué de manière significative pendant l’ère des croisades. Les conquêtes de l’Espagne, du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord, le premier siège de Constantinople, tous ces faits sont antérieurs à la première croisade. Les batailles de Kosovo Polje et de Varna, qui annoncèrent le retour de l’expansionnisme islamique en Europe de l’Est, ont eu lieu après l’effondrement des derniers domaines croisés au Moyen-Orient.

Qu’accomplirent les croisades ? Grâce à elles, l’Europe gagna du temps et ce délai a peut-être fait la différence, en lui permettant de se relever et de recouvrer son éclat au lieu de disparaître et de connaître la dhimmitude. Si Godefroy de Bouillon, Richard Cœur de Lion et tant d’autres n’avaient pas risqué leur vie pour défendre l’honneur du Christ et de l’Église à des milliers de kilomètres de chez eux, les jihadistes auraient presque certainement déferlé sur l’Europe bien plus tôt. Non seulement les forces croisées les immobilisèrent à une période cruciale, les forçant à combattre pour la possession d’Antioche et Ascalon plutôt que de Varna et Vienne, mais en plus elles rassemblèrent des armées qui n’auraient pas existé sinon. L’appel du pape Urbain fédéra des hommes autour d’une cause ; si cette cause n’avait pas existé, ou si personne ne l’avait fait connaître à travers l’Europe, beaucoup de ces hommes n’auraient jamais été des soldats. Ils auraient été bien mal préparés pour repousser une invasion musulmane de leur patrie.

Les croisades ont en définitive été la raison pour laquelle la vision d’Edward Gibbon de « l’interprétation du Coran (…) enseignée dans les collèges d’Oxford » ne s’est jamais accomplie.

Ce n’est pas négligeable. C’est de l’Europe chrétienne, après tout, quoique l’establishment PC soit peu enclin à le reconnaître, que sont venus la plupart des découvertes et progrès scientifiques, technologiques et philosophiques. Nous avons déjà examiné l’une des principales raisons pour lesquelles la science s’est développée dans le monde chrétien plutôt que dans le monde musulman : les Chrétiens croient en un univers logique et cohérent régi par un Dieu bienveillant ; les Musulmans croient en univers régi par un Dieu dont la volonté est si absolue que la logique et la cohérence en sont exclues.

Mais les implications de cette différence philosophique majeure ne pourraient avoir vu le jour sans la liberté. Cette liberté n’était disponible ni pour les Chrétiens ni pour les autres non-Musulmans ayant l’infortune de vivre sous le joug islamique. En fait, toutes les communautés qui au cours des siècles tombèrent sous la domination musulmane furent finalement réduites à l’état de minuscules minorités, sans caractère culturel propre – et ce quelles qu’aient été leur taille et l’éclat de leurs accomplissements antérieurs à la conquête musulmane. Bien sûr, peu de peuples conquis ont évité ce sort. Les seuls peuples qui échappèrent à la dhimmitude musulmane sont ceux qui surent résister au jihad islamique : les Chrétiens d’Europe et les Hindous d’Inde.

D’autres ne furent pas si chanceux.

Cas d’école: les Zoroastriens

Aurait-ce vraiment été si terrible, si les Musulmans avaient conquis l’Europe ? Après tout, les Chrétiens auraient toujours pu y pratiquer leur religion. Ils auraient juste dû supporter un peu de discrimination, non ?

Bien qu’ « un peu de discrimination » soit tout ce que la plupart des apologistes veuillent bien reconnaître dans la dhimmitude, les effets à long terme de la dhimma furent bien plus funestes que cela pour les non-Musulmans. Des siècles après la conquête musulmane de l’Égypte, la grande majorité des gens y était toujours chrétiens, de rite copte. Et pourtant de nos jours les Coptes représentent à peine 10% de la population égyptienne.

Le récit est le même pour toute communauté non-musulmane qui soit entièrement passée sous domination islamique.

Les Zoroastriens, ou Parsis, sont les fidèles du prêtre et prophète perse Zoroastre, ou Zarathoustra (628—551 avant J.-C.). Avant l’arrivée de l’Islam, le Zoroastrisme (ou Mazdéisme) fut longtemps la religion officielle de la Perse (de nos jours, l’Iran), et fut même la religion dominante lorsque l’empire perse s’étendait de la mer Égée aux rives de l’Indus. On trouvait des Zoroastriens depuis la Perse jusqu’en Chine. Mais après la conquête islamique de la Perse, les Zoroastriens se virent assigner le statut de dhimmi et firent l’objet de cruelles persécutions, et souvent de conversions forcées. Beaucoup se réfugièrent en Inde pour échapper à l’emprise musulmane, pour s’y retrouver à nouveau la proie des jihadistes lorsque les Musulmans commencèrent à s’avancer en Inde.

Les souffrances endurées par les Zoroastriens sous la coupe de l’Islam ressemblent de façon saisissante à celles connues par les Juifs et les Chrétiens un peu plus à l’ouest, et elles perdurèrent à l’époque moderne (et jusqu’à ce jour même, sous la mollahcratie iranienne). En 1905, un missionnaire du nom de Napier Malcolm publia un livre dans lequel il relatait ses aventures parmi les Zoroastriens de la ville persane de Yazd.

Jusqu’en 1895, aucun Parsi (Zoroastrien) n’était autorisé à porter un parapluie. Et encore du temps où j’étais à Yazd, ils ne pouvaient en utiliser en ville. Jusqu’en 1895 existait une forte interdiction quant aux monocles et aux lunettes; jusqu’en 1885, il leur était interdit de porter des bagues ; leurs ceintures devaient être faites de grosse toile, mais après 1885 toute étoffe blanche fut autorisée.Jusqu’en 1896 les Parsis avaient l’obligation d’entortiller leurs turbans plutôt que de les plier. Jusqu’en 1898, seuls le brun, le gris, et le jaune étaient admis pour leur qaba [manteau externe] ou leur arkhaluq [sous manteau] (vêtements de corps), mais par la suite toutes les couleurs leur furent permises à l’exception du bleu, du noir, du rouge vermillon et du vert. Il y avait également une interdiction sur les bas blancs, et jusqu’aux environs de 1880 les Parsis devaient porter un genre particulier de chaussures particulièrement affreuses, aux extrémités retroussées. Ils durent porter un chapeau déchiré jusqu’en 1885. Jusqu’en 1880, ils durent porter une sorte de culotte serrée et unie au lieu du pantalon. Jusqu’en 1891, les Zoroastriens ne pouvait que marcher s’ils étaient en ville, et même dans le désert ils devaient descendre de cheval s’ils venaient à rencontrer un Musulman de quelque rang que ce soit. Durant le temps où je fus à Yazd, ils furent autorisés à se déplacer à cheval dans le désert et à ne mettre pied à terre que s’ils rencontraient un Musulman de haut rang. Il y avait encore d’autres restrictions vestimentaires, trop nombreuses et trop futiles pour être mentionnées.

Et puis les maisons des Parsis et des Juifs, et leurs murs d’enceinte, devaient être construits si basses que le dessus puisse en être atteint par un Musulman tendant le bras ; cependant, ils pouvaient creuser et les bâtir au-dessous du niveau de la route. (…) Jusqu’aux environs de 1860, les Parsis ne pouvaient pas faire de commerce. Ils cachaient donc des marchandises dans leurs caves, et les vendaient en secret. Ils peuvent maintenant négocier dans les caravansérails et les hôtelleries, mais pas dans les bazars, et ils ne peuvent pas vendre d’étoffe en lin. Jusqu’en 1870, ils n’étaient pas autorisés à avoir d’école pour leurs enfants.

Le montant de la jizyah , ou taxe sur les infidèles, diffère selon la richesse de chaque Parsi, mais n’est jamais inférieur à deux toman [10.000 dinars]. Un toman vaut maintenant à peu près trois shillings et huit pence, mais cela représentait beaucoup plus par le passé. Même maintenant, alors que l’argent s’est beaucoup déprécié, cela représente 10 jours de salaire d’un ouvrier. La somme doit être payée sur le champ, lorsque le farrash [littéralement, un balayeur de tapis ; en réalité un domestique, oeuvrant principalement à l’extérieur] qui fait office de percepteur est rencontré. Le farrash a la liberté de faire ce qui lui plait lorsqu’il collecte la jizyah. L’homme (l’infidèle qui se voit imposé) n’est pas autorisé à rentrer chez lui pour chercher l’argent et peut être battu immédiatement jusqu’à ce qu’il paie. Vers 1865, un farrash qui collectait cet impôt attacha ensemble un homme et un chien, et donna des coups à l’un et l’autre à tour de rôle.

Vers 1891 un mujtahid attrapa sur une des places publiques de la ville un marchand zoroastrien qui portait des bas blancs. Il ordonna que l’homme soit battu et que ses bas lui soient enlevés. Vers 1860, un homme d’une septantaine d’années se rendit au bazar vêtu d’un pantalon de grosse toile blanche. Il fut tabassé, et renvoyé chez lui son pantalon sous le bras. Parfois, des Parsis furent forcés à rester debout sur une jambe dans la maison d’un mujtahid jusqu’à ce qu’ils consentent à payer une somme d’argent considérable. [2]

 

Que produit le fait d’être forcé à vivre de cette façon durant une longue période ? La réponse est dans les chiffres : Après presque 1.400 ans de vie en tant que dhimmis et d’observation de la vraie nature de la « tolérance islamique », les Zoroastriens constituent aujourd’hui moins de 2% de la population iranienne (et moins encore en Inde où ils se réfugièrent). D’Afghanistan, où le Zoroastrisme prospérait aussi par le passé, les Zoroastriens sont aujourd’hui virtuellement absent. Ce n’est pas une surprise : la conversion à l’Islam fut bien souvent la seule façon pour ces gens persécutés de pouvoir espérer vivre une vie décente.

Si les croisés n’avaient pas retenu les Musulmans, et que les jihads islamiques étaient finalement venu à bout de la chrétienté, les Chrétiens d’Europe auraient-ils fini eux aussi par former une insignifiante minorité, comme leurs coreligionnaires du Moyen-Orient (où le Christianisme fut autrefois dominant) et comme les Zoroastriens ? Les accomplissements de la civilisation chrétienne européenne auraient-ils été eux aussi tenus pour billevesées, ainsi que les sociétés islamiques tendent à considérer la « période d’ignorance préislamique » de leur passé ?

Les concepts d’égalité de droits et de dignité pour tous les hommes, qui émergèrent du Christianisme et qui sont en conflit de plusieurs façons avec la loi islamique, seraient-ils connus de nos jours en Europe et en Amérique ?

Cas d’école: les Assyriens

Nous retrouvons plus ou moins la même histoire avec l’Église Assyrienne d’Orient. C’est l’ancienne Église d’Edesse, la ville qui devait devenir le centre du premier royaume latin établi par les croisés. Aux IVème et Vème siècles, les relations de cette église avec ses sœurs plus occidentales se firent de plus en plus tendues, jusqu’à ce qu’en 424 l’Église d’Orient déclare finalement lors d’un synode que son chef, le Catholicos de Séleucie-Ctésiphon (la capitale perse), ne reconnaissait plus l’autorité des Églises de Rome ou d’Antioche, et se considérait leur égal. Par la suite, les Assyriens adoptèrent quant à la nature du Christ les opinions de Nestor, patriarche de Constantinople destitué pour hérésie par le troisième concile œcuménique réuni à Ephèse en 431. Cela éloigna plus encore les Assyriens des Chrétiens byzantins et latins. Après 424 et pendant des siècles, les Assyriens n’eurent plus que peu ou pas de contact avec les grandes Églises de Constantinople et de Rome.

Durant ces siècles, les Assyriens s’avérèrent compter parmi les plus énergiques missionnaires que la Chrétienté ait jamais connus. À une certaine époque, l’Église Nestorienne étendait son influence depuis la Méditerranée jusqu’à l’Océan Pacifique. Des Chrétiens nestoriens pouvaient être trouvés partout en Asie centrale ainsi que dans l’Empire byzantin, et en particulier au Moyen-Orient et en Égypte. À leur apogée, les Assyriens entretenaient des évêchés métropolitains en Azerbaïdjan, en Syrie, à Jérusalem, à Pékin, au Tibet, en Inde, à Samarkand, à Edesse et en Arabie (à Sana, au Yémen actuel), ainsi que des églises d’Aden à Bombay et Shanghai. Le missionnaire nestorien Alopen alla prêcher l’évangile en Chine en 635 ; la première église chinoise fut terminée trois ans plus tard. Au VIIIème siècle, il se trouvait suffisamment de croyants nestoriens en Chine pour que plusieurs diocèses y soient constitués ; un empereur chinois appela le Christianisme « la doctrine lumineuse » et favorisa sa croissance.

Cependant, les nuages annonçant la tempête s’accumulaient à l’horizon. À la fin du VIIème siècle, le calife Muawiya II (683-684) recourut à la persécution et détruisit de nombreuses églises lorsque le Catholicos refusa de lui livrer de l’or. Les exactions continuèrent sous le calife Abd al-Malik (685-705). Le calife abbasside al-Mahdi (775-786) remarqua que les Assyriens avaient bâti de nouvelles églises depuis la conquête musulmane, en violation des lois de la dhimma, le « pacte de protection » ; il ordonna leur destruction. Cinq mille Chrétiens de Syrie se virent offrir le choix entre la conversion à l’Islam et la mort. Le successeur d’al-Mahdi, Haroun al-Rachid (786-809), fit détruire d’autres églises encore. Un demi-siècle plus tard, le calife al-Mutawakkil (847-861) entreprit la persécution systématique de l’Église. Des émeutiers et des foules avides de pillage prirent pour cible les Chrétiens de Bagdad et des environs à plusieurs reprises aux IXème et Xème siècles. Nombre des églises détruites et des Chrétiens pris pour victimes appartenaient au culte assyrien. À la même époque, en Chine, un nouvel empereur lança de si cruelles persécutions que des missionnaires nestoriens déclarèrent avoir trouvé une Église totalement anéantie lors d’une visite qu’ils y firent en 981. L’Église Assyrienne continua néanmoins d’attirer un grand nombre de convertis, entre autres parmi les Turcs, et maintint une présence en Chine. À la fin du XIIIème siècle, un Nestorien fut gouverneur de la province chinoise du Gansu.

Les Assyriens souffrirent à nouveau lorsque les Musulmans reprirent Antioche aux croisés en 1268. Beaucoup d’entre eux furent réduits en esclavage, et leurs églises furent démolies ; un évêque assyrien fut lapidé, et son corps exposé aux portes de la ville, en guise d’avertissement aux Chrétiens. Suite à d’autres attaques menées par les Arabes, les Kurdes et les Mongols durant les XIIème et XIIIème siècles, un nombre incalculable d’Assyriens furent tués ou asservis. Mais le pire fut le fait du chef mongol Tamerlan, qui, dévoué Musulman, mena de furieuses campagnes de jihad contre les Nestoriens et dévasta leurs villes et leurs églises. Ce fut une guerre totale contre les Chrétiens assyriens : Tamerlan leur offrit le choix entre la conversion à l’Islam, la dhimmitude, ou la mort. En 1400, les vastes domaines nestoriens n’étaient plus ; le Christianisme avait presque totalement disparu de Perse, d’Asie Centrale et de Chine. [3]

Après cela, pratiquement tous les Nestoriens vécurent comme dhimmis sous la férule musulmane. Et, comme celle des Zoroastriens, leur communauté s’étiola, finissant, sous le poids implacable de cette injustice institutionnalisée qu’est la dhimma, par ne plus constituer qu’un insignifiant vestige.

Si les Chrétiens d’Europe avaient subi le même sort, il est fort possible que le monde n’aurait jamais pu connaître les œuvres de Dante Alighieri, ou de Michel-Ange, ou de Léonard de Vinci, ou de Mozart, ou de Bach. Il est probable que ni un El Greco, ni un Giotto, ni un Olivier Messiaen n’auraient vu le jour. Une communauté qui doit dépenser toute son énergie juste pour survivre s’intéresse difficilement aux arts et à la musique.

Peut-être les croisades ont-elles en fait rendu possible le plein épanouissement de la civilisation européenne.

______________________________
[1] Amin Maalouf, «Les Croisades vues par les Arabes», 1983, conclusion de l’ouvrage (p. 304 dans l’édition de poche chez J’ai Lu )
[2] Napier Malcolm, «Five Years in a Persian Town» (New York: E. P. Dutton, 1905), 45-50. Cité par Andrew G. Bostom dans «The Islamization of Europe», FrontPageMagazine.com, 31 décembre 2004.
[3] E. A. Wallis Budge (traduction), «The Monks of Kublai Khan, Emperor of China», The Religious Tract Society, 1928.

The-Politically-Incorrect-Guide-to-Islam--and-the-Crusades-.jpg


Aujourd’hui comme hier : Chrétiens persécutés

Page 166 du P.I.G.
Image Hosted by ImageShack.us
En 775, le siège de l’Église Assyrienne quitta la ville persane de Séleucie-Ctésiphon pour s’installer à Bagdad, où il est demeuré depuis lors. Cependant, la situation se dégradant de nos jours pour les Chrétiens du Moyen-Orient avec la réapparition de l’Islam jihadiste a conduit l’actuel Catholicos Mar Dinkha IV à vivre à Chicago depuis 1980. Le patriarche Emmanuel Delly, chef des catholiques chaldéens (un groupe de Chrétiens assyriens qui rejoignit l’Eglise Romaine au XVI° siècle), est lui resté à Bagdad – pour y voir, après la chute de Saddam Hussein, les Chrétiens faire l’objet de persécutions ciblées de la part des terroristes jihadistes dans tout le pays. Le gouvernement de Saddam était relativement laïc ; les jihadistes espèrent y titulariser un gouvernement qui appliquerait plus rigoureusement les règles de la Charia. Les Chrétiens qui tiennent des magasins de vins et spiritueux ont été donc visés, en conformité avec les préceptes de la dhimma qui interdisent aux chrétiens d’exposer du vin ou d’en vendre dans des endroits où des Musulmans pourraient en acheter. (1) Des Chrétiennes ont fait l’objet de menaces concernant le voile – “portez le hijab ou sinon…” (2) Nombre de Chrétiens ont été tués, et des milliers ont fui le pays. En septembre 2004, le chroniqueur irakien Madjid Aziza observait «qu’il est difficile de se rappeler d’une époque où les Arabes chrétiens aient été en plus grand danger qu’aujourd’hui.»
Si on se souvient de Tamerlan, cela en dit long.

(1) ‘Umdat al-Salik, o11.5(6).

(2) “Fundamentalists vow to kill female students without head cover”, AsiaNews, 22 october 2004.

(3) Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI), “Un chroniqueur irakien : «Nous ne nous rappelons pas une époque où les Arabes chrétiens aient été en plus grand danger qu’aujourd’hui.»”, Dépêche Spéciale N° 789, 26 septembre 2004. http://memri.org/bin/french/opener.cgi?Page=archives&ID=SP78904


The-Politically-Incorrect-Guide-to-Islam--and-the-Crusades-.jpg


Les martyrs chrétiens en terre d'Islam


La fondation polonaise Saint-Benoît a fait apposer dans les tramways à Poznan des affiches de "martyrs du XXIe siècle", chrétiens morts ces dernières années des mains des musulmans, a indiqué le président de la fondation, Boguslaw Kiernicki.

"Nous l'avons fait dans l'esprit de la solidarité chrétienne avec ceux qui souffrent pour leur foi. Les chrétiens en Pologne sont dans une situation confortable, mais il n'en est pas ainsi dans bien d'autres pays", a déclaré ce dernier. Quelque 300 affiches apposées dans les tramways de Poznan montrent des photos de chrétiens morts notamment au Pakistan, en Egypte, en Turquie ou en Indonésie.

L’Association des musulmans de Pologne s'est insurgée contre cette action et son vice-président Jozef Konopacki l'a qualifiée de "provocation", au moment où le monde musulman ne cesse de protester violemment contre la publication de caricatures de Mahomet par la presse européenne. La fondation Saint-Benoît de Poznan, qui publie ces affiches sur son site Internet, n'y voit aucun rapport avec l'affaire des caricatures.

De quelle provocation parlent ces musulmans polonais ? Celle de dénoncer les violences et les meurtres de Chrétiens en terre d’Islam pouvant faire croire à une généralité ? Pourtant, comme un article de Valeurs Actuelles le rappelle cette semaine, les hommes et les femmes  qui ont payé de leur vie leur engagement envers le Christ sont de plus en plus nombreux dans les pays musulmans.



L’Aide à l’Église en détresse, AED, fondée en 1947 par un prêtre néerlandais, le père Werenfried van Straaten, pour venir en aide à l’Église derrière le “rideau de fer”,  étend  son action à tous les pays où les chrétiens sont menacés. Un  rapport de l'AED dénombre quatre sources de persécutions : la plus importante, l’islamisme, qu’il soit d’État ou le fait de terroristes, puis le communisme, vivace à Cuba comme en Chine ; les fanatismes hindou ou bouddhique qui arment des groupes extrémistes ; enfin, ce qu’il est convenu d’appeler, la “culture de mort”.

L’Arabie Saoudite (23 millions d’habitants) occupe la première place des pays qui répriment le christianisme. Riyad, « qui finance amplement la construction de mosquées à travers le monde, ne permet toujours pas chez elle la construction d’une chapelle », rappelle Thomas Grimaux. La possession d’une Bible vaut la prison, la célébration du culte est interdite. Les persécutions visent d’abord les chrétiens non-occidentaux, ouvriers pakistanais ou domestiques philippins.

Bien d’autres États musulmans interdisent toute manifestation publique du culte chrétien. C’est le cas de l’Afghanistan, officiellement devenue république islamique en 2004, où les chrétiens mènent une vie de catacombes. La conversion au christianisme est passible de la peine de mort (cinq Afghans convertis ont été assassinés en 2004), comme en Mauritanie. Au Yémen, où l’islam est religion d’État, les islamistes du Nord pratiquent l’intimidation par le rapt et la violence : deux religieuses de mère Teresa y ont perdu la vie en 1998. Aux Comores, dont les habitants émigrent en masse vers Mayotte, seuls les musulmans peuvent pratiquer sans souci, bien que la liberté religieuse soit légalement proclamée. (…)

Dans les pays où la liberté de culte est très limitée, du Bangladesh à la Turquie, en passant par l’Algérie, l’Égypte ou le Soudan, c’est encore parmi les pays musulmans que l’on trouve les adversaires les plus résolus du christianisme. Au Kosovo (2 millions d’habitants, 90 % de musulmans), 150 églises et couvents auraient été détruits par des extrémistes albanais musulmans depuis 1999. En octobre 2005, l’église du Christ- Sauveur, inachevée, est transformée en toilettes publiques. Les orthodoxes n’y ont plus aucune liberté. En Algérie, bien que la liberté religieuse soit officiellement affirmée, catholiques et protestants, menacés par des islamistes, sont contraints à une extrême discrétion. En Turquie, l’État laïc garantit la liberté de culte, mais les chrétiens sont victimes de discriminations. Le 23 juin, le nonce apostolique en Turquie, Mgr Edmond Farhat, considère, dans une interview, que la liberté religieuse « n’existe que sur le papier ». Intimidations et vexations frappent surtout les orthodoxes. Selon l’AED, le gouvernement turc a confisqué 75 % des propriétés du patriarcat depuis 2002. Au Pakistan, l’accusation de blasphème, puni de mort par une loi de 1984, est régulièrement portée contre des chrétiens pour les forcer à renier leur foi ou pour les évincer d’une transaction commerciale. Des activistes islamistes prennent pour cible les lieux de culte : un temple saccagé à Islamabad le 18 mars, trois églises prises d’assaut par 3 000 personnes et brûlées près de Lahore, le 12 novembre : la rumeur avait couru qu’un chrétien avait brûlé un Coran. Au Bangladesh, où l’islam est devenu religion d’État en 1988, des groupes islamistes tentent d’obtenir l’interdiction du christianisme.Catholiques et protestants vivent sous la menace d’attentats. Le 24 décembre l’église du Saint-Rosaire, à Dacca, n’a pas pu célébrer la messe de Noël, de peur d’actions terroristes. (…)

Alors provocatrice l’action de la Fondation polonaise ? Dire la vérité c'est provoquer? Pourquoi ces musulmans ne s'insurgent-ils pas contre ces crimes commis au nom d'Allah?

"Nous organisons traditionnellement des Chemins de la Croix au début du carême, et nous n'avons jamais imaginé que l'évocation de martyrs chrétiens puisse offenser qui que ce soit", a affirmé M. Kiernick le président de cette fondation. Voilà qui est bien dit, et ce n’est pas de sa faute  si les victimes chrétiennes le sont  majoritairement à cause de la haine des fils d’Allah. Combien de musulmans massacrés pour leur foi en Occident ??

Il y en plus qu’assez de ces hurlements de victimisation de la part de ceux qui massacrent, torturent, persécutent ceux qui ne sont pas musulmans, et contre qui les autorités internationales font des courbettes par crainte de représailles. Respect, nous crient-ils. Qu’ils regardent donc en face la poutre qu’ils ont dans l’œil ! Tolérance et paix dans l’Islam ? Que l’on aille chanter donc ces inepties aux familles des victimes toujours plus nombreuses !

Marianne

Image Hosted by ImageShack.us


Aujourd’hui comme hier : Un infidèle ou de l’excrément ? Même topo…

Page 165 du P.I.G.
Image Hosted by ImageShack.us
Le le mépris islamique pour les infidèles, que le Coran appelle «les pires de la création» (Sourate XCVIII:6), est toujours de rigueur. Le grand ayatollah Sayyid Ali Husayni Sistani, leader chiite irakien en lequel de nombreux occidentaux croient voir un réformateur, un modéré, et un espoir pour la démocratie en Irak et plus largement au Moyen-Orient, montre assez clairement dans ses décrets religieux que le mépris islamique pour les infidèles est toujours d’application. C’est ce type de vision qui a réduit les Zoroastriens d’une majorité vibrante à une minorité dérisoire et détestée. Parmi les volumineux écrits de l’Ayatollah Sistani sur toutes sortes de questions relatives à la loi islamique, on trouve cette petite liste édifiante :

Les dix choses suivantes sont par essence najis [impures] :1. l’urine
2. les matières fécales
3. le sperme
4. le cadavre
5. le sang
6. le chien
7. le porc
8. le kafir (non-croyant)
9. les boissons alcoolisées
10. la sueur d’un animal se nourrissant constamment de najasat (c.-à-d. de choses impures) (1)

 

Sistani précise: «le corps tout entier d’un kafir, y compris ses ongles et ses cheveux, et toutes les substances liquides qu’il contient, sont najis.»

Alerte au “deux poids, deux mesures” : Sistani est respecté du monde occidental ; mais imaginez le tollé international si, mettons, un ecclésiastique chrétien de haut rang avait affirmé que les non-chrétiens étaient au niveau des porcs, des excréments et de la sueur de chien…

(1) Voir par ex. http://www.sistani.org/html/fre/main/index.php?page=3&lang=fre&part=3 (Section « les Impuretés »), ou http://www.al-shia.com/html/fre/ahkam/tazih-sistani/04.htm


The-Politically-Incorrect-Guide-to-Islam--and-the-Crusades-.jpg
Mahomet et les Chrétiens

Que dit le Prophète d'Allah des chrétiens ?


Qu'entendait-il d'ailleurs par Chrétien ?

Que trouve t-on dans le Coran, aux différentes époques de la vie de Mahomet sur la manière de considérer ces mêmes chrétiens ?

Un petit rappel du divin message coranique et de ses injonctions non moins "divines"...



Quelques versets dans le Coran laissent à penser que les chrétiens bénéficient d’une image favorable. C’est ainsi qu’Allah, dans la sourat 5, v. 85/82, déclare à son prophète : « Tu trouveras certes que les gens les plus hostiles à ceux qui croient sont les Juifs et les Associateurs et tu trouveras que les gens les plus proches de ceux qui croient, par l’amitié, sont ceux qui disent : « Nous sommes chrétien. » C’est que, parmi ceux-ci, se trouvent des prêtres et des moines et que ces gens ne s’enflent point d’orgueil. »

Sourate 5,v. 86/83 : « Quand ils entendent ce qu’on a fait descendre vers l’Apôtre, tu les vois répandre des larmes, de leurs yeux, à cause de ce qu’ils savent de vérité. Tu les entends s’écrier : « Seigneur ! nous croyons ! inscris-nous donc avec les Témoins ! » Mais dans de nombreuses sourates, juifs et chrétiens sont englobés dans une même réprobation. Ils ont faussé leurs Ecritures, ils sont impies. Pour les juristes musulmans, les textes les plus militants, les plus « durs » abrogent les dispositions antérieures autorisant une attitude expectante envers les polythéistes, les juifs, les chrétiens, les sabéens et les zoroastriens. La sourate 9 est essentielle car c’est sur elle que se fondèrent les légistes musulmans, au XIXè siècle, pour établir une discrimination entre musulmans d’une part, et idolâtres et gens du Liver d’autre part !

La sourate 5,v. 77/73 est déjà claire dans son attitude envers les chrétiens : « Impies ont été ceux qui ont dit : « Allah est le troisième d’une triade . » Il n’est de divinité qu’une Divinité unique. S’ils ne cessent point leur dit, ceux qui parmi eux sont impies seront touchés par un tourment cruel. »

Oui, les chrétiens doivent demander pardon à Allah. Sourate 5,v. 75/74 : « Eh quoi ! ne reviendront-ils point à Allah et ne Lui demanderont-ils pas pardon, alors qu’Allah est miséricordieux ? » Sourate 5,v. 79/75 : « Le Messie, fils de Marie, n’est qu’un Apôtre avant lequel les Apôtres antérieurs ont passé. Sa mère était une sainte (siddîqa). Ils prenaient de la nourriture. Vois comme Nous leur expliquons les preuves et puis vois comme ils se détournent. » Pour les commentateurs musulmans, le Messie n’est qu’un être humain puisque , par principe, Allah ne mange pas. Mais devant les preuves sur l’unicité de Dieu que donne Allah lui-même par l’intermédiaire de son messager Mahomet, les chrétiens se détournent et persistent dans l’erreur. La question que les musulmans n’ont cessé d’adresser aux chrétiens est la suivante : pourquoi s’attachent-ils à la Trinité et considèrent-ils que Jésus est le fils de Dieu ? Dieu ne peut avoir un fils, pas plus qu’il ne peut avoir un père. Pourquoi un Dieu s’incarnerait-il pour sauver les hommes ? Pourquoi un Dieu serait-il crucifié comme un vulgaire esclave ? Mystère de la Sainte Trinité, mystère de l’Incarnation, mystère de la Rédemption, crucifixion, résurrection… L’Islam considère qu’il s’agit là de doctrines pernicieuses, de dogmes erronés. Sourate 5, v. 81/77 : « Dis : Ô Détenteurs de l’ Ecriture ! Ne soyez point extravagants en votre religion. Ne suivez point les erreurs des gens qui, antérieurement ont été égarés, qui en ont égaré beaucoup et qui se sont égarés loin du chemin uni. »

Sourate 5,v. 19/17 : « Infidèles ont été ceux qui ont dits : « Allah est le Messie, fils de Marie ». »

De plus, l’Islam considère, que d’une certaine manière, juifs et chrétiens sont « amis » les uns des autres. Sourate 5,v.21/18 : « Les Juifs et les Chrétiens ont dit : « Nous sommes les fils et les aimés d’Allah. » Demande-leur donc : « Pourquoi donc vous torture-t-Il pour vos pêchés ? » » En fait ce que l’Islam rejette et vomit, ce sont les chrétiens trinitaires, les catholiques donc, considérés comme des polythéistes, des trithéistes. Il semble que les « bons » chrétiens du Coran soient les Nazaréens ( vertains spécialistes de l’histoire religieuse du christianisme hérétique pensent que le mot arabe nasârâ pour désigner les chrétiens, désigne en fait les « zaréens ». On connaît mal le rôle joué par la secte des « Nazaréens » à l’époque de Mahomet). Mais pour les chrétiens trinitaires, il n’y a pas de pardon possible : « Allah ne pardonne point qu’il Lui soit donné des Associés, alors qu’Il pardonne, à qui le veut, les péchés autres que celui-là. Quiconque associe à Allah, commet un péché » (Sourate 4,v.51/48).

Le mystère de la Sainte Trinité, pour les musulmans, c’est Dieu, Jésus et Marie ! (alors que pour la théologie chrétienne c’est le Père, le Fils et le Saint-Esprit). On comprend le malaise profond de certains catholiques devant la perception erronée et caricaturale du christianisme par les musulmans. Mais en général, même les lettrés musulmans sont déconcertés par les mystères chrétiens, par l’absence de ritualisme, le mépris du juridique. En réalité, le christianisme apparaît comme une religion très éloignée de l’Islam sunnite. Ce dernier est en fait plus proche du judaïsme, car les notions d’appartenance à la communauté, de « loi » qui régit la vie des croyants jusque dans les interdits alimentaires, sont étrangères au christianisme. Si l’Islam semble plus favorable aux chrétiens (Nazaréens ?), se fondant sur certains versts de la période mecquoise, c’est que Mahomet a été confronté aux Juifs de Médine qui l’ont dénié en tant que prophète et ridiculisé. Les ermites chrétiens que Mahomet a été amené à connaître dans le désert près de la Mecque ( ou plus haut dans le désert Syrien)- souvent des hérétiques fuyant la persécution, réfugiés à la Mecque- ne se sont pas opposés à son message. Peut être même l’ont-ils informé de leur religion. Le vécu religeiux de Mahomet n’est pas le même concernant les deux religions. A Médine, l’organisation du culte musulman se fera principalement en regardant les Juifs dans un premier temps… et ensuite en dépossédant ces Juifs de leur héritage religieux et en se l’appropriant. Devant leur protestation légitime, les Juifs furent accusés d’avoir faussé leurs écritures, dénaturé leur religion. Pour les musulmans, Dieu est en colère contre les Juifs (sourate 1, v.6). Quant aux chrétiens, Dieu les considèrent comme égarés (sourate, v.7). Dieu est en colère contre les Juifs qui refusent de se rallier à un prophète qui estime être si proche d’eux. Jésus est un prophète vénéré pour les musulmans, qui a fait des miracles mais pour eux ce n’est qu’un prophète.  Ce n’est pas le fils de Dieu. Dieu ne peut avoir de père. L’incarnation est refusée. Dieu qui se fait homme, l’idée est totalement rejetée de même qu’est rejetée la crucifixion de Jésus sur la croix comme un vulgaire esclave. Un prophète ne peut avoir subi ce sort infâme. Au dernier moment, quelqu’un lui a été substitué sur la croix. C’est pourquoi le symbole de la croix est un symbole honni qui hérisse le pieux musulman.

Quant au mystère de la Rédemption, le Christ qui rachète les péchés de l’humanité, cet aspect du dogme est perçu par les musulmans comme de la pure folie, une exagération délirante. Comme est folie à leurs yeux l’eucharistie, ce sacrement qui perpétue le sacrifice du Christ par la transsubstantiation des espèces du pain et du vin en corps et sang du Christ ; la Communion est la réception de ce sacrement de l’eucharistie par les fidèles. Manger le corps du Christ (et pour la communion sous le deux espèces, boire le vin qui et devenu le sang du Christ)-
le vin et le sang : un interdit alimentaire et le summum de l’impur, le sang, et qui plus est le sang du Christ ! La transsubstantiation- le changement du pain et du vin eucharistiques en la substance du corps et du sang de Jésus-Christ, toutes ces affirmations sont considérées comme la pire des hérésies. Quant à la confession, l’aveu des pêchés à un prêtre en vue de recevoir l’absolution, un prêtre célibataire, représentant de Dieu et qui dans ce confessionnal, cette petite cabine isolée, entend les pêchés des hommes mais aussi… des jeunes femmes qui viennent seules et qui lui confient ce qu’elles ne confient pas à leur mari… Les musulmans osent à peine dire ce qu’ils en pensent tant ils sont persuadés que Satan est présent dans le confessionnal. En ce qui concerne le célibat des prêtres catholiques, leur vœu de chasteté, l’Islam a beaucoup de mal à le comprendre. Il imagine souvent les pires turpitudes, car ni le célibat ni le monachisme ne sont acceptés. Le mariage est la moitié de la religion. Mais là encore, un fossé sépare les catholiques des musulmans. Pour ces derniers, la mariage est un sacrement indissoluble. En réalité, l’Islam a à l’esprit un christianisme « laïcisé », fortement modifié par la Réforme protestante. Mais l’Islam intégriste, spontanément et instinctivement, se méfie des chrétiens. Sa position est celle quel’on trouve dans  la sourate 5, v. 56/51 : « Ô vous qui croyez ! ne prenez point les juifs et les chrétiens comme « amis ». Ils sont « amis » les uns avec les autres. » ; ou encore v.62/57 : « Ô vous qui croyez ! ne prenez point comme « amis » ceux qui ont pris votre religion en raillerie et comme jeu, parmi ceux à qui l’Ecriture a été donnée antérieurement et parmi les Infidèles ! »

La sourate 9,v. 28, est encore plus ferme. La sourate 9 : «  Revenir dans l’erreur » est la seule qui ne soit pas précédée de la formule habituelle «  Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux ». Mahomet est depuis neuf ans à Médine. En 631, il est à l’apogée de sa « carrière » politique et militaire. Il est enfin en mesure d’imposer ses conditions. Il est suffisamment craint, la terreur règne du fait des meurtres politiques et des razzias réussies. Il cesse de pactiser et d’avoir peur. C’est lui-même qui fait peur. C’est alors qu’il adopte une attitude beaucoup plus dure envers les juifs, les chrétiens, les polythéistes. Il n’y a plus de discrimination entre idolâtres et gens du Livre. Le v. 28 de cette sourate 9 stipule : « Ô vous qui croyez ! les infidèles ne sont qu’impureté. » Le v. 29 continue : « Combattez ceux qui ne croient point en Allah, ni au jour du Jugement dernier, ne déclarent pas illicite, ne pratiquent point la religion de véritée parmi ceux ayant reçu l’Ecriture. Combattre-les jusqu’à ce qu’ils paient la jizya, de leurs propres mains, après s’être humiliés. »

Les versets suivants ne sont guère plus tendres ( v.30) : « les juifs disent : « Ozaïr est le fils d’Allah » ( Ozaïr est probablement Esdas, ce personnage biblique. Le livre d’Esdras relate le retour d’exil des juifs. On trouve aussi Ezra) et les chrétiens disent : « Le Christ est le fils d’Allah. (…) Qu’Allah les tue ! »

Ainsi ceux qui croient à Jésus fils de Dieu méritent la mort. Il faut qu’Allah les tue ou les anéantisse. Ils méritent l’Enfer où ils demeureront éternellement. Ce sont comme les Juifs les pires des humains. C’est ce qui résulte de la sourta 98, v. 5/6 :

«  Les infidèles , parmi les gens du Livre, ainsi que les Associateurs, iront en Enfer, pour y demeurer éternellement. De toute la création ce sont eux les pires. »

Le dialogue islamo-chrétien devrait relire ce que le Coran dit à propos des chrétiens et des juifs. Ces derniers sont bien le pire aux yeux du pieux musulman intégriste, c’est-à-dire l’impur, la corruption des textes et des hommes !


Image Hosted by ImageShack.us
Partager cet article
Repost0
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 05:32

samedi 16 février 2008

Aidons le maire de Créteil, Laurent Cathala, à bâtir un Mémorial des victimes de la barbarie islamique
par Imam Grouik-Grouik et le Fantôme de Jean Jaurès

SITA FranceCréteil mairie élections municipales
Laurent Cathala et ses séides du conseil municipal avaient décidé de spolier leurs administrés en donnant en toute illégalité un terrain à une organisation islamiste chargée de construire une mosquée géante. Ils avaient déguisé la chose par un tour de passe-passe consistant à demander en contrepartie le versement d'un loyer d'un euro symbolique par an, magouille politico-financière classique qui revient à subventionner une religion. Ils avaient enfin ordonné que l'on consacre l'argent de leurs administrés à hauteur d'1 million d'euros pour financer l'aspect "culturel" de la chose.

Lire la suite et participer à l'action.



Mosquées municipales de Toulouse : lettre ouverte à M. le maire Jean-Luc Moudenc
par Bertrand De Born

SITA FranceFrance Toulouse Islam
Monsieur le maire,
Nous sommes aujourd'hui à quelques semaines seulement des prochaines élections municipales : or il semblerait que cette année, et pour la première fois depuis plus de 30 ans, l'élection d'un homme de droite à la mairie de Toulouse ne soit pas une certitude. Les tristes résultats des dernières législatives le rappellent clairement à tous vos actuels administrés et vous-même n'avez bien évidemment pas oublié votre nouvel échec sur la 1er circonscription de Toulouse, après celui de 2002 sur la 3ème circonscription, malgré vos gages d'allégeance "positive" à une certaine minorité visible de la population, minorité actuellement acquise à votre principal adversaire.
C'est dans cette période de campagne électorale à l'issue incertaine que je me permets, au nom d'une partie non négligeable d'un électorat plus que potentiel, de porter votre attention sur un sujet tabou, où votre silence et vos précédentes positions suscitent une inquiétude légitime dans les esprits : les deux projets de nouvelles mosquées, une à Bagatelle et l'autre aux Izards, en sus de celle d'Empalot (actuellement en chantier) et de celle de Basso-Cambo.

Lire la suite et participer à l'action


Mosquée municipale de Bordeaux
par SITAtion.

SITA FranceFrance Bordeaux Islam
Monsieur le maire,
Nous sommes aujourd'hui à quelques semaines seulement des prochaines élections municipales : or il semblerait que cette année, et pour la première fois depuis le début de la V° République, l'élection d'un homme de droite à la mairie de
Bordeaux ne soit pas une certitude. Les tristes résultats des dernières législatives le rappellent clairement à tous vos actuels administrés.
C'est dans cette période de campagne électorale à l'issue incertaine que je me permets, au nom d'une partie non négligeable de votre fidèle électorat, de porter votre attention sur un des points encore trop flou de votre programme, suscitant une certaine inquiétude dans les esprits : la construction de
la grande mosquée à la Bastide.


Lire la suite et participer à l'action


jeudi 7 février 2008

Mosquée géante de Clichy-la-garenne : c'est NON !
par SITAtion.

SITA Francelogo du futur califat de clichy la garenne
Gilles Catoire, le maire PS de Clichy, va attribuer 1 hectare de terrain sous forme de bail emphytéotique (permettant de mettre à disposition un terrain pour un montant symbolique) pour la future mosquée de sa ville, qui ouvrira ses portes en 2009.

Lire la suite et participer à l'action


Une fondation pour l'islam à Mantes-la-Jolie
par SITAtion.

SITA FranceLe dhimmi pierre bédier
Des représentants du cabinet de Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur chargée des cultes, ont assisté, le 30 janvier dernier, à un déjeuner à la mosquée de Mantes-La-Jolie, en compagnie du recteur du lieu de culte, Ali Berka, et de l'ancien maire de la Ville, Pierre Bédier.(photo ci-contre)

Lire la suite et participer à l'action




Pédagogie de la baffe
par le blog du goret hallal

timbre 20 grammesla baffe de bayrou au voyou qui lui faisait les poches
Il est certes regrettable pour un professeur d'en arriver à donner une taloche, mais justement, à une époque pas si lointaine certains profs donnaient très rarement (une ou deux fois l'an) une paire de claques à un gamin à la dérive qui foutait le bordel. Trois fois sur quatre ça recadrait quelque peu le gosse et ça permettait aux autres de comprendre qu'il y avait des limites à ne pas dépasser. Donc, ça recadrait aussi la classe. Si le gamin avait le malheur de raconter la chose à ses parents, il avait bien plus de chance de s'en ramasser trois fois plus à la maison.

Lire la suite et participer à l'action


A Champs-sur-Marne, victoire de la laïcité et des valeurs républicaines
par SITAtion.

SITA Francesynthèse des blasons islamisés de Champs-sur-Marne et de Toulouse
La France est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale.

Chacun d'entre nous devrait connaître par coeur l'article premier de notre constitution.

Il y a moins d'un an, 11 mois plus exactement, j'aurai été incapable de dire cela mais il faut savoir que les valeurs essentielles de notre vie se trouvent là.

Le 23 février 2007, une mosquée salafiste ouvrait ses portes, en toute illégalité, dans notre quartier, quartier d'une ville sans importance.

Lire la suite et participer à l'action


mercredi 6 février 2008

Encouragé par les propos de Sarkozy, Boubakeur ose demander un moratoire sur la loi de 1905 !
par SITAtion

SITA FranceTouche pas à ma loi - SOS révisionisme 1905 - touche pas à mon pays ! (en arabe)
Le coup du moratoire, Tariq Ramadan nous l'avait déjà fait ! C'était sur la lapidation des femmes !

Certes, celui que Caroline Fourest appelle Frère Tariq paraissait plus progressiste que son frère, Hani, qui lui justifie la lapidation des femmes adultères.

Cette fois, Boubakeur, à l'issue du conseil d'administration du CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) demande carrément un moratoire de dix ou vingt ans (rien que cela !) sur la loi de séparation des Eglises et de l'Etat de 1905.


Lire la suite et participer à l'action


La loi de 1905 liquidée ?
par SITAtion

SITA France
Communiqué de presse de Marine Le Pen
Piètre président d'un Conseil français du Culte musulman qui, depuis sa création en 2003 sous l'impulsion de Nicolas Sarkozy, s'est distingué par des querelles communautaires, une opacité de gestion et une incapacité à mettre en place un financement transparent des mosquées, Dalil Boubakeur propose désormais un "moratoire de dix ou vingt ans" sur la loi de 1905 afin de permettre un financement public des lieux du culte musulman.

Lire la suite et participer à l'action

http://grouik-grouik.blogspot.com/
Partager cet article
Repost0
27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 19:59

Fitna - Version française - Geert Wilders
envoyé par bivouac-id

The “Fitna” Translations

by Baron Bodissey

The very highest is barely known.
Then comes that which people know and love.
Then that which is feared,
Then that which is despised.
Who does not trust enough will not be trusted.

When actions are performed
Without unnecessary speech,
People say, “We did it!”


             — Lao Tzu, from The Tao Te Ching, Chapter XVII

I have collected all eighteen translations of Fitna (plus the original English) and combined them in a simple HTML file. This file is designed to be quick to load, easy to copy, and quite printable.

Bulgarian English Italian Romanian Spanish
Croatian Finnish Norwegian Russian Swedish
Czech French Polish Serbian Tagalog
Danish German Portuguese Slovenian  

The texts in French and Polish have better time stamps than the others because they were constructed by expert subtitlers (thanks, François and Peter) who built files designed for use by subtitling software. These two languages will be of more use for designing additional subtitled versions. I have an .ssa file from the French version for anyone who needs it; email unspiek@chromatism.net if you want a copy.

If any more languages arrive in my inbox — there are three or four still unaccounted for — I will post them here and also add them to the new master file.

Many thanks to everyone who assisted with the Rosetta Stone project. I can’t tell you how gratifying it is to see an effort like this come together according to plan, work like it’s supposed to, and generate a result that is useful to people.

We’re all part-time volunteers, but our combined labor produces something that couldn’t otherwise have been obtained in such a short time without paying a lot of money.

Congratulations to everyone. You deserve it.


[Nothing follows]

'Vienna Viewed from the Belvedere Palace', by Canaletto, Kunsthistorisches Museum, Vienna



Het geluid dat u hoorde was een
pagine uit het telefoonboek

The sound you heard was a page
being removed from the phonebook


Want het is niet aan mij, maar aan moslim zelf
om de haatdragende versen uit de koran te scheuren

For it is not up me, but to Muslims themselves
to tear out the hateful verses from the Quran


Moslims willen dat u ruimte geeft aan de islma
maar de islam biedt geen ruite aan u.

Muslims want you to make way for Islam,
but Islam does not make way for you.


Van de overheid moet u respect hebben voor de islam,
maar de islam heeft geen enkel respect voor u.

The Government insists that you respect Islam
But Islam has no respect for you


De islam wil overheersen, onderwerpen en is uit op de
vernietiging van onze Westerse beschaving.

Islam want to rule, submit, and seeks
to destroy our western civilization.



In 1945 werd in Europa het nazisme overwonnen.
In 1989 werd in Europa het communisme overwonnen.

In 1945, Nazism was defeated in Europe.
In 1989, communism was defeated in Europe.

Nu moet de islamitische ideologie worden overwonnen.

Now, the islamic ideology has to be defeted.


Stop de islamisering

Stop Islamisation


Verdedig onze vrijheid

Defend our freedom

FITNA
FIN
Partager cet article
Repost0
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 04:21

09.10.2007

Conférence de l’OSCE sur l’islamophobie à Cordoue: un flop silencieux

Les musulmans sont effectivement discriminés en Europe. C'est à dire que les européens -les historiques- font la différence entre leurs semblables, installés depuis des millénaires, soudés par une homogénéité culturelle, un passé commun et un système de valeurs communes (liberté, humanisme, laïcité), et des individus arrivés entre aujourd’hui et une trentaine d’années pour des raisons en grandes parties matérielles.

    Alors voilà, l’urgence de l’OSCE, ce n’est pas la christianophobie et son corollaire de moqueries quotidiennes, de vandalismes d’édifices religieux, d’agressions physiques envers des français (ou belges, anglais, allemands…) agressés pour un regard, une cigarette, parce qu’ils sont juifs ou blancs, non, c’est l’islamophobie, sans que l’on sache pour autant que les musulmans rasent les murs en Europe.

   C’est à Cordoue, dans la ville même où les musulmans viennent de réclamer à l'Eglise catholique une partie de la cathédrale pour en faire à nouveau une mosquée (sic) que l’OSCE, aujourd’hui et demain, organise une conférence sur « les attitudes d’intolérance et de discrimination à l’égard des musulmans ». A une époque où l’oppression islamique n’a jamais été aussi forte à travers le monde, de la Thaïlande  où les islamistes ont tués plus de 2400 civils ces quatre dernières années, à l’Egypte où les Coptes subissent mensuellement des agressions (et où 18 postes de la fonction publique leur sont interdits) , en passant par le Nigeria, les Philippines, l’Indonésie, le Kosovo, la Palestine, la Turquie…faire une conférence sur le sort des colons musulmans européens profitant allègrement de nos systèmes sociaux, de la liberté religieuse, relève de l’indécence.

     On comprendra mieux cet évènement lorsque l’on sait qu’il se produit sous l’impulsion de  Jorge Sampaio, « Haut Représentant  pour l’Alliance des civilisations » (sic) et du ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Ángel Moratinos, l’Espagne étant cette année à la tête de l’OSCE.

    Il faut savoir que l’Alliance des civilisations, projet initié par Jose Luis Zapatero, tint son premier  colloque le 13 novembre 2006 à Istanbul. Le Parti islamiste turc était représenté, outre par le Premier ministre Erdogan, par le Ministre des Affaires religieuses Mehmet Aydin qui avait vigoureusement dénoncé le 27 mars 2005 les activités missionaires des chrétiens en Turquie, brandissant la cause sacrée de l'unité nationale...Yussef Al-Qaradawi, coqueluche des islamistes européens, dont l’UOIF, fut aussi convié par les socialistes espagnols lors du colloque. Un portrait terrifiant du Cheik le plus influant du monde sunnite est disponible ici.

   On retrouve également dans le "High level group" du programme de l’Alliance des civilisations (placé sous l'égide des Nations Unies) le Grand Mufti de Bosnie Mustafa Ceric, ancien bras droit d' Izetbegovic, créateur de groupes islamistes armés responsables en mars 1992 de l' épuration musclée de milliers de civils serbes. Mustafa Ceric ne cache pas son projet d'édifier une société bosniaque régie par la charia, et n'avait pas hésité à lancer ses troupes contre les musulmans modérés de Fikret Abdic lors d'un conflit s'étendant de 1992 à 1995, ces derniers refusant le projet de société totalitaire théorisé dans la "Déclaration islamique" d'Izetbegovic.

   Comme interlocuteurs d'une aussi pompeuse que naive  "Alliance des Civilisations", on doit trouver mieux...

    A Cordoue, il ne faut donc pas s’étonner que ce colloque saugrenu n’ait rencontré qu’un mince écho médiatique (une simple dépêche AFP, du bureau de Madrid). D’ailleurs, comme le rapporte l’édition d’ABC de ce jour, grand quotidien espagnol, alors que tous les ministres  européens ont été invités, « La majorité d’entre eux ont décliné l’invitation et ont opté au plus pour l’envoi d’un secrétaire d’Etat ou simplement d’un représentant de leur ambassade […] Un qui pour le coup a annoncé sa présence dans l’assistance, est le secrétaire général de la Ligue Arabe, Amro Mussa, qui participe à la session inaugurale »  

Observatoire de l’islamisation, octobre 2007.

 www.islamisation.fr


Le mythe de la transmission arabe du savoir antique

L’Occident a-t-il quelconque enrichissement culturel à bénéficier de la présence massive d’arabo musulmans sur son sol ? A écouter ce qu’on raconte aujourd’hui, nous serions débiteurs d’un legs de culture islamo-arabe,  qui nous aurait fait découvrir la pensée Antique et apporté une impulsion philosophique nouvelle, inoculée lors de l’occupation islamique en Espagne, le fameux âge dit d’Or d’Al-Andalus. Mieux, certains prétendent que la Renaissance n’aurait pu avoir lieu sans les intellectuels arabes, ou encore que nous aurions oublié le grec ancien sans eux. En ces temps de véritables opérations psychologiques visant à légitimer une islamisation croissante de la société française, réaliser une mise au point objective semble indispensable. Cliquer ci-dessous



Immigration : le manque de courage de l’UMP

   Déjà, il n’a jamais été question pour l’UMP de rétablir les contrôles au frontières, interdites par Bruxelles, de rendre non automatique le droit du sol qui permet à plus de 50 000 enfants d’étrangers, clandestins ou non, de devenir « français » demain. Il n’est pas question pour l’UMP non plus de freiner drastiquement les centaines de milliers de naturalisations abusives (168 826 en 2004, 150 000 en 2005).

   Le projet de loi sur l’immigration de Brice Hortefeux a été largement amendé : un étranger gagnant le Smic et dont le travail non qualifié pourrait être effectué par un français pourra toujours, grâce au regroupement familial, faire venir sa femme et trois enfants. A partir du quatrième enfant, il faudra 1.2 smic….lorsque l’on sait que la scolarité d’un seul enfant vaut 8 000 euros par an, passons les frais de soins,  on comprendra que le regroupement familial ruine la France. Les tests ADN ne seront effectués que sous autorisation  d’un juge (donc presque jamais), de manière facultative, gratuitement et excluant les tests sur les pères de familles ( de peur de révéler des partenaires cocufiés). La grande gruge des regroupements familiaux abusifs pourra continuer à déverser des milliers de colons musulmans. Au pire, les tricheurs ne risquent pas grand-chose, On se souvient des déclarations de Nicolas Sarkozy lors de son voyage au Mali en mai 2006 : «  je vous mets au défi de dire qu’il y a eu le moindre charter vers le Mali depuis quatre ans [ qu’il est ] ministre de l’Intérieur »

 

   La solution humaine et équilibrée, c'est que le regroupement familial se fasse dans le pays d'origine, le déracinement et l'éclatement d'une famille étant dramatiques.

    L’annonce de la construction de 500 000 logements sociaux par an faite par Christine Boutin ( qui s’était rendue au meeting de l’UOIF en amie) aux frais des contribuables, n’est qu’une fuite en avant creusant encore la dette française.

     En permanence soumise aux diktats de la bien pensance de gauche et des groupuscules immigrationnistes, l’UMP a cédé sur un autre enjeu idéologique : son refus, sous pressions des mêmes (ldh,mrap,Licra, chercheurs du CNRS…) d’inaugurer le nouvel Institut d’études sur l’immigration et l’intégration voulu pourtant par le policé HCI de Blandine Kriegel. Aussitôt l’annonce de son inauguration, Hortefeux s’est débiné devant une vingtaines d’universitaires, sociologues et historiens marxistes , satisfaits des statistiques ridicules de l’INSEE, tellement invraisemblables que l’Institut lui-même avait avoué avoir « minimisé » l’immigration l’année dernière…

 

   Mais casser le thermomètre des chiffres, cela n'arrangerait-il pas le gouvernement ? Vu l'énormité de la propagande d'Etat sur le sujet, on peut légitimement le penser.

 

Observatoire de l'islamisation, octobre 2007



07.10.2007

Fanny Truchelut : premières leçons d’un procès honteux

 (Pour un rappel des faits complets, cliquez ici)

L’EDITO DE CYRANO, www.ripostelaique.com

   Le premier scandale, évidemment, est qu’un tel procès ait eu lieu, et que Fanny puisse être traitée, depuis un an, de « raciste » pour avoir demandé à une petite soldate de l’islam politique, Horia Demiati, de retirer son voile dans les espaces communs de son gîte, dans les Vosges. A l’entrée du procès, Fanny nous disait : « On ne sort pas indemne d’une telle épreuve ».

  Le deuxième scandale de ce procès est l’attitude haineuse des avocats des associations qui ont cru bon de se porter partie civile, notamment la LDH et le Mrap. Le Mrap, par l’intermédiaire de sa présidente locale, Claude Gavoille, disciple zélée du grand chef Mouloud Aounit, s’est porté le premier partie civile. Le même Aounit, désireux de se refaire une santé après ses résultats électoraux catastrophiques aux dernières législatives (tous des racistes dans le 93 !), a bien sûr sauté sur l’occasion pour ânonner dans les médias sa phrase préférée : le racisme anti-musulman progresse en France. Lire la suite sur www.ripostelaique.com

Aidons Fanny Truchelut, 54 ans, une mère isolée de 4 enfants, qui a perdu l’exploitation de son gîte à cause des collabos de l’islamisme. Elle se retrouve désormais sans ressources. L'avenir de ses filles dépend de la solidarité de la résistance. C’est un devoir que de lui adresser un soutien financier.Pour ce, rentrez en contact avec elle : fanny.truchelut@gmail.com


observatoire-de-l-islamisation.jpg
Partager cet article
Repost0
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 03:32


Rivarol (http://www.rivarol.com/)

Selon la presse bien-pensante, le Maroc s'attèlerait avec ardeur à la lutte contre la culture du hashish. Si cet engagement de la part de l'Etat est effectif, nous pouvons, a priori, nous en réjouir puisque plus de 80% du cannabis circulant en France est originaire du beau royaume de Mohamed VI. Mais en parcourant la presse marocaine qui traite du sujet, on se rend vite compte que la destruction relative de champs de chanvre provoque quelques effets pervers touchant en premier lieu notre pauvre Europe. S'il est ainsi écrit dans Le Journal hebdomadaire que devant la forte demande des consommateurs européens du shit marocain, confirmée par les rapports des organismes spécialisés, le prix du hashish ne cessera d'augmenter, nous pouvons ajouter que cette inflation ne touchera que le Maghreb en général et le Maroc en particulier. Car la crise due à l'éradication des cultures des provinces de Taounate, Larache et Ksar El Kebir fera certainement le bonheur des barons des régions encore non touchées par les autorités� comme Nador ou El Hoceima. De cette situation découlent un enrichissement et une concentration des pouvoirs accrue de cette mafia aux tentacules si longs. Il en résulte une amélioration de sa logistique propre et, en définitive, de massives exportations vers l'Europe.

Les Français, premiers consommateurs d'Europe

Si les Marocains vont manquer de chichon, en revanche, les Français, premiers consommateurs européens de résine devant les Néerlandais (c'est une prouesse!), ne risquent pas demain de souffrir de manque. Pourtant la demande hexagonale est en perpétuelle hausse et aucun sociologue n'est capable aujourd'hui de dire quand cette épidémie de fièvre cannabique s'arrêtera. Les nombreux rapports, très alarmants, sur les effets physiques et psychologiques provoqués par la consommation du poison vert ne semblent pas être en mesure de stopper la progression du mal. Il faut dire qu'il subsiste encore quelques professeurs et médecins, véritables charlatans des temps modernes, pour banaliser le produit et en minimiser les ravages. Le quotidien Libération n'est pas le dernier journal à relayer les sempiternels mensonges de ces shitophiles. Son édition du 7 août dernier par exemple recélait trois énormes bobards:

La consommation de cannabis ne provoquerait pas de troubles mentaux mais les masquerait. Alors, qu'au contraire, il est avéré qu'elle augmente de 41% le risque de développer une grave maladie psychiatrique.

C'est la nicotine du tabac qui serait addictive et non le THC. Il a été démontré qu'il l'était davantage!

C'est parce que cela détériore nettement certaines facultés que les consommateurs de cannabis, conscients (sic) d'une diminution de leurs capacités, modifieraient leur comportement en conséquence par une moindre prise de risque. Propos littéralement hallucinants, faisant fi des quelque 570 morts (officiels) sur la route causées par la consommation de cannabis.

Il est légitime de se demander après cela si les défenseurs de l�herbe verte (la bonne herbe, comme Le Nouvel Obs titrait dans les années 1970 une apologie du haschich par le pourrisseur Claude Roy) et de la résine brune, ne sont pas tout simplement les agents de la destruction de notre civilisation.

Pétards = poisons

En effet, il existe en France presque 4 millions de consommateurs de cannabis dont un tiers fume plusieurs fois par semaine et 10% plusieurs fois par jour. 30 à 40% des lycéens fument régulièrement. L'âge moyen de la première consommation est de 13 ans. Quelles sont les conséquences à moyen terme d'un tel produit sur l'esprit d'un enfant si jeune? Par ailleurs il faut savoir que le THC est la substance détectée la plus courante chez les victimes de crimes sexuels (ce que n'ignorent certainement pas leurs bourreaux). De plus, nous savons que la résine fumée par nos djeuns est composée de matières aussi surprenantes les unes que les autres: du plastique ou du pneu, du henné ou de la paraffine, des médicaments réduits en poudre (des somnifères souvent), du verre pilé ou microbilles (pour alourdir le produit et donc le prix et donner l'aspect scintillant typique des herbes riches en résine de cannabis) ou encore de l'huile de vidange. Conséquence: les pathologies respiratoires sérieuses seraient en forte hausse chez les adolescents et jeunes adultes.

Mais le délabrement mental et la dévirilisation de notre jeunesse sont les plus gros fruits de cette cannabisation nationale. Le bac au rabais n'a-t-il pas été conçu pour des esprits au rabais? Et n'est-il pas plus aisé de pratiquer un puissant bourrage de crâne (politique, historique, philosophique) sur des cerveaux aussi enfumés?

D'autre part, lorsque les individus fument régulièrement depuis l'âge de 13 ans, il est illusoire de croire que, une fois adulte, ces toxicomanes décrocheront avec facilité. Encore une assertion fausse propagée par les shitophiles. Pour preuve, nombre d'entreprises traquent la consommation de stupéfiants chez les candidats à l'embauche. Comme la société Ascométal basée à Hagondange et dont le directeur, Roger Vasse, avouait dans L'Est Républicain du 21 juillet: Le chiffre des salariés déclarés positifs était très, très important ça fait même un peu peur alors qu'une consommation de stupéfiants est jugée incompatible avec la lucidité requise dans les gestes de travail. Combien de blessés, combien d'accidents mortels dans le monde professionnel provoqués par la fumée des joints? Chiffres tabous, sujet tabou.

Comment une substance si funeste a-t-elle pu investir l'idéosphère culturelle de la jeunesse prépubère et boutonneuse? Par le laxisme des parents déjà pervertis par le système de la défonce? Par les media, le showbiz et notre société marchande qui glorifient sans cesse la prétendue cool attitude, la musique reggae et ses dérivés commerciaux, les gadgets répandus par millions en forme de pétard ou de feuille de cannabis? Et puis il existe un axiome fort puissant qui pollue les pensées. Nous pouvons le traduire ainsi: Tu aimes la tolérance? Alors tu aimes le cannabis (et inversement) et tu exècres les fachos! Néanmoins dans un pays où les propres frères de la ministre de la Justice trafiquent allégrement, on saisit aisément l'ampleur du désastre français et l'on ne voit à l'horizon aucune embellie.

François-Xavier ROCHETTE


Alors que le gauchiste de base revendique la légalisation des drogues “douces” , de nouvelles recherches confirment le lien entre la consommation de cannabis et l’apparition de la schizophrénie.

Les méfaits du cannabis longtemps présenté comme une drogue douce sont revus à la hausse alors que le nombre de ses adeptes ne cesse de se multiplier parmi les jeunes. En France comme dans toute l’Europe, c’est la substance illicite la plus consommée par les adolescents. Et ce n’est que depuis peu que l’on mesure et comprend ses effets négatifs sur la santé mentale alors que pendant près de trente ans, il a été perçu, à tort, comme un produit inoffensif lié à la fête et à la convivialité.

Selon une nouvelle étude publiée aujourd’hui dans le Lancet axée sur le devenir des jeunes fumeurs, il apparaît que le risque pour eux de développer des troubles psychotiques ultérieurs augmenterait de plus de 40 %, par rapport à des jeunes gens qui n’en auraient jamais pris. Ce surrisque est lui-même directement proportionnel à la dose consommée.

Les « accros au shit », ceux qui en fument plus de cent fois par an, seraient ainsi les plus exposés avec une hausse de 50 à 200 % de survenue ultérieure de tels troubles (schizophrénie, symptômes psychotiques, hallucinations, anomalies du cours de la pensée).

Ce n’est pas la première fois que des médecins mettent en garde contre les effets négatifs du tétrahydrocannabinol (THC), le principe actif du produit, sur la santé mentale future des jeunes. « Ces résultats devraient inciter les gouvernements et les autorités sanitaires à mener des campagnes d’éducation efficaces et soutenues pour avertir les jeunes et leurs parents des dangers du cannabis, trop longtemps négligés », pointe dans un éditorial associé un psychiatre danois, le Dr Merete Nordentoft pour qui « près de 800 cas de schizophrénie par an pourraient être évités en Grande-Bretagne si les jeunes renonçaient au produit ». Sans parler des autres troubles associés sur l’attention, la mémoire, la motivation à l’origine de sérieuses difficultés scolaires chez les fumeurs réguliers. Ni les effets désinhibiteurs à l’origine de comportements violents. Ni les effets paradoxaux sur l’anxiété, d’abord apaisant, mais ensuite générateur d’une angoisse beaucoup plus intense.

En France, un jeune sur deux, âgé de 17 ans, a goûté au cannabis. Plus d’un demi-million de personnes allument un « joint » tous les jours. Les Français font désormais partie des plus gros consommateurs en Europe, aux côtés du Royaume-Uni et de l’Espagne. Et les addictologues s’inquiètent du fait qu’aujourd’hui les joints peuvent être dix fois plus « chargés » en principe actif que leurs équivalents des années 1970. [source]

Partager cet article
Repost0
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 03:18

Revendre du cannabis rapporte jusqu’à 75 000 francs par mois



En France, en une année, le deal de shit permet de gagner entre 7500 francs pour un petit revendeur de rue et plus de 900 000 francs pour un semi-grossiste.
• Le principal pays producteur de cannabis est le Maroc.
• Le Maroc est le fournisseur européen (la France pour 90%).
• La surface consacrée à cette activité est passée de « 30.000 hectares dans les années 80 à 150.000 hectares » selon une étude de l’Organe contre le crime et les drogues dans les Nations Unies.
• 800 000 habitants en vivent.
• Un hectare de blé rapporte 3 000 dirhams (300 euros) de bénéfice par an. Le cannabis 100 fois plus.



D'autres articles sur le même sujet :

Hassan II, Notre ami le dealer

Partager cet article
Repost0
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 00:52


Vous vous souvenez de cet article qui annonçait la victoire de la droite aux élections en Suisse, en octobre dernier ?

Eh bien figurez-vous que cette droite, aujourd'hui, a... perdu. Non, je ne plaisante pas. Vous me direz, bien sûr : "y'avait-il eu fraude" ? "Les élections se déroulent-elles en deux fois ?"

Petit rappel des faits :  

1. L’UDC (Union Démocratique du Centre) avait axé sa campagne sur la réelection de son leader, M. Blocher, au sein de l'exécutif.

2. L’UDC était alors le premier parti de Suisse.

3. En octobre, aux élections, l’UDC avait remporté 29.9% des suffrages, triomphant avec le plus haut score depuis 1919, date de lancement du système de comptage moderne des votes dans le pays.  

Logiquement, vous me direz que le leader en question a été réélu sans encombres, selon les désirs clairement exprimés par le peuple. Elémentaire, mon cher Watson !

Hé bien non... Le Parlement suisse (créé à l'image de son confrère américain), créé pour entériner les décisions des électeurs, comme il est de coutume dans une démocratie, a décidé au 
contraire qu'il n'appréciait pas M. Blocher et a proposé une illustre inconnue à la place. Un peu comme si les grands électeurs du Congrès américain avaient élu John McCain à la Maison Blanche après la victoire de George W. Bush en 2004 !

Ce n'est pas une blague belge, mais une blague suisse !

C'est dire si ces
deux pays partagent bien des similarités.

Primo, ils ont été créés de toutes pièces par les grandes puissances européennes pour servir d'Etats-tampons afin de prévenir une nouvelle expansion "à la napoléonienne" de la France. Secundo, ils rassemblent en leur sein des groupes linguistiques qui ne partagent pas la même culture, ce qui met à mal l'unité du pays. Tertio, enfin, et c'est la grande nouvelle du jour, la Belgique et la Suisse ont désormais le même type de politiciens véreux.

Un coup d'Etat dans l'un des pays les plus stables du monde... On croit rêver. Le peuple suisse, que l'on a humilié, ne s'y est pas trompé. Depuis l'annonce de ce coup d'Etat, le parti UDC enregistre deux nouvelles adhésions chaque minute, record toutes catégories à l'échelle helvétique.

Vous saurez désormais : la démocratie suisse est une vaste plaque de chocolat, que la marmotte enfile dans du papier alu...

La Suisse, république bananière ?


Drzz


Pourquoi et comment l’Islam tue les femmes

On entend souvent dire (par AI par exemple) que les crimes d’honneur si fréquents dans les populations islamiques (300 par an en Syrie ou 50 cette année dans les territoires palestiniens) proviennent d’usages culturels et non de la religion. C’est parfaitement faux: si les Musulmans tuent leurs femmes, c’est à cause de leur religion. Commençons par une anecdote qui s’est déroulée il y a deux ans sur le forum de libertyvox. Un intervenant défendait l’Islam sur ce thème en ces termes:

Un petit hadith (classé comme rare et précieux) qu’aucun barbu ne contestera raconte qu’un homme est venu trouver le prophète (saw) pour lui demander si il pouvait tuer lui-même sa femme dans le cas où il la trouverait au lit avec un autre homme. Le prophète a répondu que non, qu’il lui fallait trouver des témoins puis procéder à un jugement. L’homme répliqua que si il agissait de la sorte l’homme aurait le temps de s’enfuir. Le prophète se fâcha et la chassa en lui disant que c’est de cette manière que cela avait été révélé….

Et j’avais répondu: 

Celui-ci vaut un arrêt sur image.

Un homme aurait trouvé bon de consulter le prophète de l’Islam pour lui demander s’il était autorisé à tuer sa femme. Peut-on imaginer la scène? Ô prophète, lumière de l’Islam, fontaine de sagesse, la grâce du Dieu miséricordieux soit sur toi, puis-je assassiner ma femme, au cas où je la trouverais au lit avec un autre homme?

Et le prophète ne dit pas: Non, ce n’est pas bien de tuer sa femme, c’est contre nature de tuer sa femme, Allah n’aime pas que les Musulmans tuent leurs femmes. Ou encore: que lui as-tu fait pour qu’elle t’inflige pareil affront – va et rend-la amoureuse de toi! Voire: tue l’homme, plutôt, si tu le peux.

Non, le grand homme déclara qu’il fallait trouver des témoins. Quatre témoins, en fait. Oui, car il faut dire que l’une de ses femmes, Aicha, avait été accusée de fornication, une fois, justement, avec trois témoins à charge. Alors le prophète de l’islam révéla (sourate 24) qu’il fallait quatre témoins dans un tel cas, et comme les témoins de la fornication de sa femme n’étaient que trois, ils furent fouettés (80 coups) pour faux témoignage.

Fin de l’arrêt sur image. Circulez.

Comme ces choses-là figurent dans le Coran, il est impossible aux juristes musulmans d’éviter de les appliquer. Et comme les hadiths, de plus, indiquent que le beau modèle (j’ai nommé le prophète de l’Islam) a fait lapider des femmes dans ce genre de situations (voir la réaction d’Anne-Marie Delcambre à mon post ci-dessus), la peine islamiquement justifiée pour l’adultère aggravé est la mort par jets de pierres. Ce qui souligne bien l’aspect mortel de l’acte.

Entre parenthèses, pour limiter les dégâts et éviter autant que possible de devoir prononcer ce dernier châtiment de toute évidence ignoblement barbare, les juristes musulmans ont (le plus souvent en majorité) exigé que les témoins, en plus d’être quatre, doivent avoir vu clairement l’acte et puissent témoigner que le membre de l’homme a pénétré autant que faire se peut celui de la femme, ce qui complique beaucoup les choses. Bien sûr, il peut arriver que la femme avoue et insiste (comme ici) ou qu’elle soit enceinte, ce qui prouve la consommation de l’acte et, selon la jurisprudence du prophète, entraîne la peine de mort par lapidation.

Il faut dire ici que, concrètement, les sociétés musulmanes réellement organisées ont répugné à appliquer cette peine. Il ne sied à aucun homme puissant de faire abattre des femmes. Ainsi, dans l’Empire ottoman, depuis le XVIe siècle, le spécialiste de droit islamique Rudolph Peters (page 93) n’a déniché des documents officiels que pour un cas de lapidation, en 1680, quand une femme a été exécutée de la sorte pour avoir fauté avec un Juif (trop c’est trop…).

Mais le sens de la loi est clair: la femme ne peut être que fautive dès lors qu’il y a eu acte admis ou constaté. Juridiquement, elle peut avouer valablement, mais ses dénégations n’ont aucune pertinence. Et si elle avoue avoir été pénétrée, elle est coupable de fornication, point final. En outre, pour la justice islamique, il y a acte dès qu’elle est enceinte ou qu’on trouve quatre témoins prêts à l’accuser formellement. Et concrètement, quatre témoins, c’est un peu juste, car si l’un deux flanche au dernier moment, ceux qui restent risquent 80 coups de fouet pour faux témoignage, si bien que pour passer par ce biais, il faut quasiment réunir une foule. L’émeute menace.

Ainsi, personne n’est tenté de soumettre ces cas à la justice. Ni les femmes, déclarées coupables dès qu’elles reconnaissent avoir été violées (voir cet exemple en Arabie Saoudite); ni les hommes, qui risquent 80 coups de fouet en témoignant contre la femme et 100 coups de fouet au titre de fornicateur. Voire la mort, si les juges décident d’appliquer la tradition du doux prophète. 

Mais d’un autre côté, on ne peut pas simplement ignorer ces affaires, pas dans une société où l’Islam compte vraiment, car c’est une honte terrible pour toute la famille, puisqu’un péché déclaré mortel par le prophète, l’homme dont dépend le bien et le mal dans l’Islam, y a été commis. Alors, dès qu’il y a soupçon de fornication, on règle ça en famille. Et c’est forcément la femme, faible et que la justice islamique déclare coupable de toute manière, qui fait les frais de la réflexion. Et bien sûr, ce soupçon est d’autant plus facilement éveillé que la religion est très présente dans la vie des gens.

Il est certain que ce phénomène n’est pas exclusivement islamique, qu’il possède des racines extérieures et antérieures à l’Islam. Mais dans les sociétés de Musulmans pratiquants, si les hommes tuent les femmes pour des questions dites d’honneur, même aujourd’hui, au XXIe siècle, c’est d’abord et surtout à cause de leur religion et des comportements acquis que ses lois immuables ont imposées à ses fidèles. Ou faut-il dire à ses victimes?

UPDATE: Voir ce réquisitoire publié par un journal pakistanais:

According to the UN’s Special Rapporteur “honour killings had been reported in Egypt, the Islamic Republic of Iran, Jordan, Lebanon, Morocco, Pakistan, the Syrian Arab Republic, Turkey and Yemen”. Egypt is 90 percent Muslim, Iran 98 percent, Jordan 92 percent, Lebanon 60 percent, Morocco 99 percent, Pakistan 97 percent, the Syrian Arab Republic 90 percent and Turkey 99 percent. Of the 192 member-states of the United Nations almost all honour killings take place in nine overwhelmingly Muslim countries. Denial is not an option.

More recently, honour killings have taken place in France, Germany, the United Kingdom and Canada. Intriguingly, all these honour killings have taken place in Muslim communities of France, Germany, the United Kingdom and Canada. Denial is not an option.


Que faire des Musulmans terroristes?

La question se pose en des termes intéressants avec Omar Khadr, un Canadien capturé en Afghanistan en 2002, à l’âge de 15 ans, et qui vit à Guantanamo depuis lors. La saga de sa famille avait été résumée par Daniel Pipes en 2004. D’une certaine manière, elle tient en une phrase:

«Nous sommes une famille Al-Qaida.»

Le parcours d’Omar Khadr est retracé aujourd’hui par CBSNews, car il est question de le juger. Le garçon, qui servait officiellement de traducteur pour les talibans, a été pris dans une fusillade et y a participé, tuant un médecin avec une grenade à main (il était la seule personne en état de le faire), avant de supplier, sans succès, qu’on le tue à son tour.

Cette histoire est exemplaire à plusieurs titres. Ainsi, on y voit à l’oeuvre l’indigence des gouvernements occidentaux face aux Musulmans inspirés par leur religion. Le père Khadr a soutiré beaucoup d’argent des contribuables canadiens alors même qu’il comptait parmi les pires ennemis de l’Occident:

Au côté de Ben Laden, Khadr [père] se fit connaître comme un militant islamiste extrêmement acerbe, qui inspira le commentaire suivant à un Français en visite en Afghanistan: «Je n’avais jamais rencontré une telle hostilité, une telle aversion à l’égard de l’Occident.»

Aujourd’hui, les avocats d’Omar Khadr affirment qu’il doit être traité comme un enfant soldat, endoctriné par ses parents, irresponsable en somme, et non comme un terroriste. Mais n’est-il pas irresponsable, justement, et quoi qu’il en soit, de remettre en liberté quelqu’un qui a prouvé nourrir une telle haine, dès l’enfance? Et son désir de mourir pour profiter des charmes de 72 jeunes vierges (comme l’indique l’enquête de CBSNews auprès de sa famille)?

On pourrait envisager de le mettre en liberté surveillée s’il abdiquait sa religion de manière crédible, car c’est elle, pour lui, qui donne son ancrage et sa forme tant à sa haine qu’à ses aspirations mi-morbides, mi-lubriques. Mais sinon, libérer un criminel habité de telles convictions, c’est condamner à mort des innocents: tout indique que cet homme récidivera, car il a tout intérêt, dans sa vision du monde, à mourir en tuant des non-Musulmans. Plus il aura envie de satisfaire ses pulsions sexuelles, plus il sera dangereux. Car croire vraiment dans le Coran, c’est, entre autres, rêver de mourir en tuant des non-Musulmans, en tous cas quand on a déjà essayé:

Coran 9:111
Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allah: ils tuent, et ils se font tuer.

C’est donc plutôt l’avenir qu’il faudrait considérer pour décider du sort d’Omar Khadr, plus que son seul passé. Et dans tous les cas, de même que pour les autres délinquants pervers, il faut (faudrait) s’assurer qu’il ne se retrouvera plus en situation de tentation critique (en compagnie de Musulmans pratiquants).

Et en passant, il vaudrait la peine de se demander s’il n’y aurait pas moins de gens comme lui dans une société où

  • les mosquées seraient exclues, de même que toutes les associations ou organisations à caractère islamique;
  • les seuls Corans en vente seraient munis d’avertissements solennels sur la couverture et en regard de tous les versets haineux;
  • les signes extérieurs d’appartenance à la religion islamique (burqa, niqab) seraient considérés comme des attributs honteux.

Et si la réponse était positive, alors il faudrait se demander sérieusement, aussi sérieusement que les islamistes, comment réaliser cela.


Concentré de vérités sur l’Islam

Offert par Robert Spencer et traduit par bafweb.com

 


1ère plainte contre la TSR — motivations du rejet

Plus de six mois après la décision effective, le 4 mai dernier, je viens de recevoir les motivations (envoi: 15 novembre 2007) de l’Autorité indépendante d’examen des plaintes en matière de radio-télévision, laquelle rejettait ainsi à l’unanimité une plainte administrative contre une émission consacrée au Hezbollah libanais.

En substance, il n’y a rien de mal à faire une apologie d’un mouvement théocratique armé qui commet sciemment des crimes de guerre systématiques (comme l’indique un autre document tardif) du moment qu’on promet justement de faire cela. Et c’est aux plaignants, le cas échéant, de prouver que la TSR n’a pas suffisamment présenté les autres aspects du problème dans le cadre d’autres émissions sur une période de plusieurs mois.


Les massacres publics: inévitables dans l’Islam

L’éditorial de Guysen ce matin:

La technique employée par les miliciens du Hamas n’est pas nouvelle: celui qui bouge ou tente de s’enfuir sera exécuté. Alors, ils attendent et attendent encore, ceux qui auraient voulu faire partie du camp du dialogue. Et lorsque leurs gémissements se taisent, que toutes les mains des malheureux condamnés recouvrent leurs têtes assourdies, surgissent les exécuteurs qui passent à la mitraille trente hommes au moins, qui ont commis le crime de croire qu’il était possible de négocier avec l’Etat hébreu pour discuter de leur avenir, pour parler de paix, d’indépendance et d’espoir.

La scène est terrible. La mitraillette de l’homme encagoulé aux couleurs de l’Islam tire ses balles assassines de droite à gauche et de haut en bas. Une première rafale blesse plus qu’elle ne tue. Chaque homme mis à terre est touché. S’il n’est pas mort, il souffre le martyre de la balle, qui dans le dos, qui dans la jambe, annonce une fin certaine. Il n’est plus possible d’échapper à la folie des deux bourreaux qui, Kalachnikov à la main, passent en sautillant sur les morts et les mourants. Aucun des pères, frères, fils, maris allongés et condamnés, ne survivra.

Le Hamas exécute. Sous l’œil d’une caméra, le Hamas tourne un film qui sera envoyé aux familles des victimes. Histoire de leur faire comprendre qu’à Gaza, la revanche est improbable, le défi impossible, le courage inespéré.

Faut-il montrer ou pas les scènes de carnage et de décapitation par des Musulmans nostalgiques du temps du prophète? L’agence de presse Guysen, dont je cite un éditorial ci-dessus, s’y refuse catégoriquement. Je pense que ce n’est pas raisonnable. Certes, c’est toujours faire dans une certaine mesure le jeu des djihadistes, car ils tiennent, eux, à faire connaître ces images, pour respecter l’usage islamique (attacher les survivants devant le spectacle des leurs, gisant massacrés) et bien sûr pour intimider tant les amis et les proches des victimes que, dans le cas précis, les partisans d’un rapprochement avec Israël. Mais si l’horreur de ces actes est édulcorée, les gens ont d’autant moins de chances de réagir à temps et correctement.

Je pense que la solution réside dans l’information. La simple diffusion, sans commentaire, de la vidéo suivante ne sert guère que les intérêts de la haine, c’est-à-dire de l’Islam. Mais si l’on peut proposer suffisamment de renseignements sur les tenants et aboutissants de la chose, comme le fait Guysen, et surtout expliquer sa signification islamique, car tout cela procède de ce que le Musulman est censé considérer comme la loi, la normalité (c’est en tout cas ce que j’appelerais une opinion inévitable et décisive), alors la vision de ces horreurs peut aider à générer une réaction salutaire. C’est pourquoi, au texte et aux images fixes de Guysen, j’ajoute la vidéo originale des assassins:

Partager cet article
Repost0
23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 00:56


par Daniel Pipes
Jerusalem Post, 13 décembre 2007
VO: http://www.danielpipes.org/article/5232

La publication, le 3 décembre dernier, d’un rapport du renseignement américain totalement inattendu, «Iran: Nuclear Intentions and Capabilities» (l’Iran – intentions et capacités nucléaires), a maintenant engendré un consensus selon lequel la guerre contre l’Iran «semble être hors de question». Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, déclara ainsi que le rapport infligeait un «coup fatal» aux ennemis du pays et le porte-parole de son ministère des affaires étrangères parla de «grande victoire».

Je m’oppose à ce consensus et je pense qu’une action militaire contre l’Iran est plus probable aujourd’hui qu’elle ne l’était avant la présentation du rapport.

L’élément central du rapport, contenu dans sa première ligne, affirme: «Nous estimons avec une grande certitude que Téhéran a suspendu son programme d’armement nucléaire au printemps 2003.» D’autres analystes – John Bolton, Patrick Clawson, Valerie Lincy and Gary Milhollin, Caroline Glick, Claudia Rossett, Michael Rubin et Gerald Steinberg – ont disséqué et réfuté avec adresse cette parodie médiocre et scandaleuse de propagande politicienne, de sorte que je n’ai pas à revenir ici sur ces aspects. En outre, des membres importants du Congrès ne sont «pas convaincus» par les conclusions des auteurs du rapport. Les dirigeants français et allemands lui ont opposé une rebuffade, de même que l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord; et même l’Agence internationale de l’énergie atomique a émis des doutes. Les services de renseignement britanniques pensent que leurs collègues américains ont été menés en bateau et les experts israéliens se montrent choqués et déçus.

Passons donc plus loin et examinons quelles sont les implications à long terme du rapport de 2007.

Admettons un instant que le rapport de 2005 ait été correct. Dans cette version, 16 agences de renseignement américaines estimaient «avec une grande certitude que l’Iran est bien décidé à développer des armes nucléaires». Admettons également que les États-Unis puissent réagir de trois manières à cet effort d’armement nucléaire:

  1. Convaincre les Iraniens de stopper leur programme nucléaire, avec leur accord.
  2. Stopper leur programme à leur place par le biais d’une intervention militaire (laquelle ne doit pas nécessairement consister en une attaque directe des infrastructures nucléaires – il pourrait aussi s’agir d’une action plus indirecte, telle qu’un embargo sur les produits pétrochimiques raffinés importés en Iran).
  3. Permettre que l’Iran se dote de la bombe nucléaire.

Pour ce qui est de la troisième option, le président Bush relevait récemment que quiconque «souhaite éviter une Troisième Guerre mondiale (…) doit souhaiter que [les Iraniens] soient empêchés d’acquérir le savoir-faire nécessaire à la fabrication d’une bombe nucléaire». Jusqu’ici, le rapport boiteux de 2007 ne l’a pas fait changer d’avis. Il semble partager l’opinion de John McCain selon laquelle «seule une perspective est pire encore que celle d’une action militaire américaine – celle d’un Iran doté d’armes nucléaires».

Ainsi la vraie question n’est pas de savoir si l’Iran doit être stoppé, mais de déterminer comment.

Or le rapport de 2007 a efficacement enterré la première option, soit de persuader les Iraniens de stopper eux-mêmes leur programme, car cette voie exige un large consensus extérieur. Lorsque plusieurs pays cruciaux s’allièrent pour faire passer la résolution 1737 du Conseil de sécurité en décembre 2006, les Iraniens réagirent de manière prudente et craintive, mais la conclusion lénifiante du rapport de 2007 compromet une telle coopération et l’exercice d’une pression suffisante. Si Washington insiste auprès des nations occidentales, de la Russie, de la Chine et de l’IAEA, il se verra opposer ce rapport en guise de fin de non-recevoir. Pire encore, le rapport signale aux dirigeants iraniens fascinés par l’apocalypse que le danger de sanctions externes est maintenant écarté et qu’ils peuvent poursuivre leurs ambitions nucléaires en toute tranquillité.

Ce qui nous laisse avec la deuxième option, soit une intervention sous une forme ou une autre. Certes, cela paraît peu vraisemblable à l’heure actuelle, dans le débat faussé par l’effet explosif du rapport de 2007. Mais ce millier de mots couvert de critiques acerbes pourra-t-il vraiment continuer de dominer la compréhension américaine du problème? Pourra-t-il faire changer Bush d’avis? Son influence persistera-t-elle d’ici un an? Sera-t-elle sensible dans la politique du prochain président?

C’est extrêmement improbable, car ces projections supposent un état stable et impliquent que ce rapport peut à lui seul réfuter toutes les autres interprétations, que la situation iranienne ne connaîtra aucun nouveau développement, que l’enquête sur les intentions nucléaires iraniennes a été bouclée à jamais au début décembre 2007. Mais le débat va au contraire certainement se poursuivre. Alors, l’influence du rapport faiblira et prendra sa place, modeste, parmi toutes les autres appréciations, techniques et non techniques, officielles et officieuses, américaines et non américaines.

Bref, avec la première option maintenant fragilisée et la troisième option restant inacceptable, c’est la deuxième option – la guerre menée par les États-Unis ou par les forces israéliennes – qui devient la plus probable. C’est ainsi que des bureaucrates mesquins et manifestement partisans ont, en tentant maladroitement de cacher des réalités déplaisantes, contribué à concrétiser leur propre cauchemar.

UPDATE: 64% des Américains pensent que la publication de ce rapport compromet leur sécurité.


Réflexions sur la fête chrétienne de Pâques, avec Shivananda

vendredi 21 mars 2008, par Marc Lebuis


Joyeuses Pâques ! Soulignons cette période de l’année qui est la plus significative pour les chrétiens.

La période de Pâques mène le Christ sur le chemin de Jérusalem, de la crucifixion à la résurrection. Les chrétiens sont avec lui invités à passer de la mort à la vie, du désespoir à l’espérance.

Pour les musulmans, l’expression « Fils de Dieu » est blasphématoire. Dans l’islam, Dieu n’a pas de fils. Les musulmans ne croient pas en la mort de Jésus sur la croix, ni en sa résurrection, ni en sa divinité. Bien que Jésus soit le second prophète de l’islam, le Jésus (Isa) du Coran n’est qu’un prophète parmi d’autres, il annonce la venue de Mahomet.

Pour les hindous par contre, le Jésus des chrétiens est authentique et reconnu. Nous vous présentons un hommage rendu à Jésus par Swami Shivananda (1887-1963), un saint hindou bien connu qui a fondé le célèbre ashram Shivananda à Rishikesh en Inde.

Shivananda est l’un des maïtres spirituels les plus respectés de l’Inde contemporaine. Il est l’auteur de plus de 200 livres dont le message invite l’humanité à atteindre la paix intérieure en commençant par la connaissance de soi. Il fait partie d’une lignée d’enseignants qui ont révolutionné l’hindouisme. Son enseignement principal est le Vedanta.

Il a écrit un livre intitulé « The Life and Teachings of Lord Jesus » (A Divine Life Society Publication. PO.Shivanandagar, 249 - 192 Dist Tehri-Garhwal, UP Himalayas India). Il y exprime son grand amour et sa profonde dévotion pour Jésus (bien qu’ayant été un Hindou toute sa vie).

Voici des extraits :

Le Nouveau Testament est notamment composé des Évangiles écrites par les disciples de Jésus après qu’Il ait été illuminé. Il est évidemment vain de rechercher une référence à la période précédente, période au cours de laquelle il s’est rendu en Inde et a reçu l’initiation de sages-voyants – selon les comptes rendus de ses actions écrites par des gens qui ne pourraient jamais avoir eu connaissance de Ses jours antérieurs. De nombreux historiens ont la conviction qu’à un moment donné durant cette période manquante de l’histoire de Jésus, il a voyagé en Inde. Quoi qu’il en soit, il n’y a rien d’indéfendable dans ce point de vue, et son acceptation ne ferait que renforcer les liens d’amour entre l’Orient et l’Occident et promouvoir la bonne entente entre les deux hémisphères, ce qui est la mission du Seigneur.

Jésus a prêché sur terre la perfection de l’amour divin. Il a exalté les dons et la charité. Il a dit : « Bienheureux celui qui donne au lieu de recevoir. Donne les meilleurs trésors du coeur. Apprends de la nature juste. Donne ton amour sans rien demander. N’attends rien en retour. Et plus tu offres de tes modestes avoirs, plus Dieu te donnera. Il te donnera une double quantité ».

Jésus a dit : « Le royaume des cieux est semblable au trésor qu’un homme a trouvé caché dans un champ. Il a vendu tout ce qu’il avait et acheté ce champ ».

Jésus-Christ a été crucifié et pourtant il est encore vivant aujourd’hui. Il a immortalisé son nom. Personne ne peut taire sa voix. Sa voix a parlé à travers les siècles. Jésus a dit : « Venez dans le Royaume en vendant tout ce que vous avez et en le distribuant aux pauvres ». Les hommes n’ont pas adhéré à son message, mais sa voix n’a pas été réduite au silence.

Jésus était un parfait yogi. Il a accompli plusieurs miracles. Il a arrêté les vagues de l’océan. Il a redonné la vue aux aveugles. Il a guéri les lépreux par simple toucher. Il a nourri une grande foule avec une petite miche de pain.

Le Seigneur Christ a été crucifié. Il a accepté la mort avec une grande joie afin que d’autres puissent vivre. Quelle âme magnanime ! Il avait appris à mourir joyeusement pour Ses enfants. Ses derniers mots sont un exemple pour le monde. Il a dit : « ô Seigneur ! Pardonne ces gens qui me torturent et me mettent à mort, car ils ne savent pas ce qu’ils font ». Quelle noblesse ! Ses mains étaient attachées à la croix et des clous y étaient enfoncés. Dans cet état, il priait pour les gens qui lui infligeaient ce supplice. Quel grand coeur plein de pardon il avait ! Jésus a été l’incarnation du pardon, ou Kshama. C’est la raison pour laquelle il vit toujours dans nos coeurs et que des millions de personnes le vénèrent aujourd’hui.

Jésus a donné l’exemple à l’homme pour vaincre le mal par le bien. La croix de Jésus restera à tout jamais comme l’exemple suprême de cette doctrine : « Retourne le bien pour le mal ». Jésus s’est lui-même complètement abandonné à Dieu. Il savait que Dieu change le coeur des injustes à travers la souffrance des justes.

La vie de Jésus affiche un héroïsme silencieux mais suprême face à l’opposition, la persécution, et l’incompréhension la plus déterminée. Et il a montré par l’exemple comment celui qui cherche vraiment repousse les tentations sur le chemin spirituel. Longtemps avant le drame de la crucifixion physique, Jésus s’était volontairement crucifié lui-même spirituellement en anéantissant son « Soi » inférieur et en vivant une vie purement divine.

Jésus a déclaré : « Vous ne pouvez à la fois servir Dieu et Mammon ». En d’autres termes, son enseignement implique : Détachez ; attachez. Détachez-vous des objets matériels de ce monde éphémère. Attachez-vous à l’éternel trésor spirituel de l’atman. Le Christ nous enseigne donc la façon noble d’aller au-delà de tout péché et de toute tristesse.

Jésus est Dieu lui-même. Les Saintes Écritures nous le rappellent encore et encore. Or, pourquoi a-t-il subi tant de souffrances et de persécutions ? Ne pourrait-il pas avoir triomphé de ses ennemis par un simple exercice de sa volonté divine ? Oui. Mais l’incarnation suprême de l’amour qu’était le Seigneur Jésus a voulu que sa vie soit un exemple que les gens imitent. C’est pourquoi il s’est comporté comme tout autre être humain, et ce faisant, il a pleinement démontré dans sa propre vie brève mais riche en événements le grand Sermon sur la Montagne qu’il a donné.

Après sa crucifixion, Jésus est retourné à la vie. La résurrection ou l’ascension est, selon Jésus, la condition ineffable par laquelle toute limitation corporelle est transcendée. C’est une condition nous mettant perpétuellement en présence de Dieu. Jésus était un Yogi pleinement développé et sage. Il n’avait pas d’identification avec le corps physique. Il s’est identifié avec l’Âme Souveraine. Il a dit : « Moi et mon Père sommes Un ».

L'image “http://pointdebasculecanada.ca/local/cache-vignettes/L410xH76/siteon0-9a469.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
Partager cet article
Repost0

Jumelage

Voir les articles

INDEX

 

 READ THIS BLOG IN ENGLISH WITH GOOGLE Click here

Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamiqueL'image “http://img57.imageshack.us/img57/3474/bouton3sitany0.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell


DOSSIER

LE LIBERTARIANISME

Informez-vous sur la philosophie politique libertarienne


« Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve. »     John Adams

DOSSIER

LE WEB RESISTANT 

lewebresistant.gif

Informez-vous sur la cyber-résistance

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s'éloignant de leurs textes tandis que l'islam le fut en se rapprochant des siens. »                                                      Eric Conan



DOSSIER

FONDAMENTALISME, DJIHADISME, TERRORISME

L’ISLAMISME EST UN TOTALITARISME

img80/3421/poing1bjr1.jpg

Ce qu’il faut savoir sur l’une des plus grandes menaces politiques et religieuses du XXIème siècle

 


« Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à suprimer la pauvreté »                                                   Winston Churchill

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE SOCIALISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le socialisme


« Le Communisme est l'Islam du XXème siècle. »                                                   Jules Monnerot


DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE COMMUNISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le communisme

 

« La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à gouter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée.  »                            Carl Gustav Jung

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE NAZISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le nazisme


« Ils ignorent que les épées sont données pour que personne ne soit esclave. »                                                                                        Lucain

Partenaire :