Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Résistance sur Internet
  • Le blog de la Résistance sur Internet
  • : Le WEB Résistant est le seul site francophone présentant toutes les références sur les sites de réinformation. Faites-le connaître autour de vous ! Ne restez pas seul, nous sommes nombreux.
  • Contact

Profil

  • Cyber-résistant
  • Ni totalitarisme nazi,
 ni totalitarisme communiste,
 ni totalitarisme islamique
  • Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamique

En bref

ajouter-favoris.png

Abonnement

Inscription à la newsletter

  

Center for Vigilant Freedom

The 910 Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Counterjihad Calendar 2009
The Counterjihad Calendar 2010

Counterjihad Brussels 2007

Counterjihad Vienna 2008

Counterjihad Copenhagen 2009

Counterjihad Zurich 2010

EU Eurabia Francais

Le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie

 
FAIRE LE TEST POLITIQUE ?

http://img263.imageshack.us/img263/2081/diagrammenolan.jpg

 

Web Statistics

 
Locations of visitors to this page

Entête

http://www.wikio.fr

"Si vous entendez ce message, c'est que vous êtes la résistance."

International Civil Liberties

About

The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc.  We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

We aim to promote the secular rule of law, which we believe to be the basis of harmony and mutual respect between individuals and groups in the increasingly globalised world, and to draw attention to efforts to subvert it.  We believe in equality before the law, equality between men and women, and the rights of the individual and are open to participation by all people who respect these principles.

We believe that freedom of speech is the essential prerequisite for free and just societies, secular law, and the rights of the individual.

We are committed to building and participating in coalitions in all parts of the world to effect significant progress in protecting rights of the individual which are sadly being eroded in many countries including those in the West.


Rejoindre le forum

 

The Center for Vigilant Freedom

20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 20:46

Spéciale 18 juin - De Gaulle et les Alliés


La France Libre et ses alliés: aux origines d'une reconnaissance

Lorsque le 18 juin 1940, le général De Gaulle décide de continuer la guerre au nom de la France à partir du territoire anglais, un écueil le guette lui et le mouvement qu'il s'apprête à mettre en place : devenir le chef d'une force d'appoint française vouée à ne jamais s'affirmer politiquement.

Pour de Gaulle il s'agit avant tout que les soldats français se battent sous le drapeau français et ne constituent jamais une «légion française dans l'armée britannique». Ces conditions sont garanties par accord avec Churchill le 7 août 1940. Il en est de même des subsides que le gouvernement anglais verse à la France Libre, il s'agit d'un prêt qui sera remboursé une fois que la France aura retrouvé sa souveraineté. Le prêt est habilement négocié par René Pleven et Pierre Denis, gestionnaires des «finances» de la France Libre. Mais pour négocier sur un pied d'égalité, il est nécessaire de disposer d'atouts. Or De Gaulle n'a pu ni éviter la signature de l'armistice, ni rallier l'Empire. Certes Churchill et le général Spears éprouvent beaucoup de sympathie pour ce général rebelle qui ne se résigne pas à la capitulation de son pays, mais ils ne peuvent couper brusquement les ponts avec la France officielle. C'est dans ce contexte que la France Libre doit s'affirmer diplomatiquement. II faut compter également que des haut-fonctionnaires et des diplomates français de haut rang, tels Jean Monnet, Paul Morand ou Alexis Léger, qui non seulement ne se rallient pas à l'initiative gaulliste, mais la contestent ouvertement.

Le 27 juin 1940, Churchill dans son bureau de Downing Street, lance à De Gaulle : «Vous êtes seul ? Eh bien, je vous reconnais tout seul! » Le 28, c'est par communiqué officiel que la reconnaissance de De Gaulle comme « chef de tous les Français libres, où qu'ils se trouvent, qui se rallient à lui pour la défense de la cause alliée» est enregistrée. Ni le Foreign Office ni le War Office n'accueillent la nouvelle avec enthousiasme.


Le dialogue De Gaulle-Churchill: entente cordiale?

 

Le fait que Churchill ait refusé le 23 juin «toute indépendance» au gouvernement Pétain, est un atout de première importance pour la France Libre. Au commencement de juillet s'ouvrent des négociations entre de Gaulle et les Britanniques en vue de reconnaître la légitimité d'un «Comité français». René Cassin sert la partie française et sir William Strang, l'anglaise. Les Français sont intransigeants sur toutes les questions d'intégrité territoriale et de «maintien de l'Empire». Des accords sont signés le 7 août 1940 entre De Gaulle accompagné de René Cassin d'une part, et Churchill, Strang et Spears de l'autre. Le traitement des FFL, la question financière et l'indépendance de l'administration civile de la France Libre, satisfont de Gaulle.

1_2_4_2_de_gaulle_churchillSuit alors l'envoi de deux lettres de Churchill à de Gaulle, dont la dernière est confidentielle. La première garantit au nom du «gouvernement de Sa Majesté» la volonté d' «assurer la restauration intégrale de l'indépendance et de la grandeur de la France». La seconde apporte une précision : «L'expression "restauration intégrale de 1"indépendance et de la grandeur de la France ne vise pas d'une manière rigoureuse les frontières territoriales. (...) Mais bien entendu, nous ferons de notre mieux.». Il n'est pas de manière plus explicite, et diplomatiquement plus acceptable, de signifier à la France que la guerre contre l'Allemagne n'annule pas une ancienne rivalité. De Gaulle répond à la missive de Churchill avec le ton pondéré que la situation du moment lui autorise : «J'espère que les circonstances permettront un jour au gouvernement britannique de considérer ces questions avec moins de réserves».

Et De Gaulle, s'il ne le dit pas dans ses "Mémoires", doit certainement, en homme d'Etat qu'il est, le comprendre. Mais alors qu'en Europe les intérêts de guerre convergent, il n'en est pas de même en Méditerranée ni au Proche Orient. L'importance accordée par de Gaulle à l'Empire n'est pas uniquement motivée par la possibilité que la France y trouve de mener une guerre efficace contre les Allemands : l'Empire lui offre une légitimité territoriale indispensable dans son rapport aux alliés.

L'élargissement du conflit vers la Méditerranée orientale à partir de 1941 fait rejouer de vieilles rivalités coloniales, restées sous-jacentes et qui vont empoisonner les relations entre les deux alliés. La question de la Syrie et du Liban étant la première grande épreuve diplomatique de la France, elle est aussi l'occasion d'un affrontement entre Churchill et De Gaulle. Mais au delà de ces conflits naturels entre impérialismes rivaux, il y a également le souci de Londres de ne rompre avec Vichy qu'en dernière instance, après s'être assuré qu'il n'y a aucune possibilité d'empêcher le gouvernement français de tomber entièrement sous la coupe d'Hitler. Cette politique confidentielle continue, même après Mers el Kebir et Dakar.


La nécessaire alliance franco-russe

 

Le déclenchement de l'opération Barbarossa des 21 et 22 juin 1941 contre l'Union soviétique présage pour le général de Gaulle du tournant décisif de la guerre malgré la défaite russe et la rapidité de l'avancée allemande.

Le 28 juin, Maïsky, ambassadeur russe à Londres, apprend de René Cassin et de Maurice Dejean l'offre de collaboration militaire entre les FFL et l'armée soviétique. Le 26 septembre 1941, le Gouvernement russe reconnaissait le Général comme chef de tous les Français libres et l'assurait de sa volonté de restaurer l'indépendance et la grandeur de la France.

1_2_4_3_de_gaulle_stalineDans ses "Mémoires", le général de Gaulle présente ainsi les relations qu'il envisage d'entretenir avec la Russie de Staline : «Je ne doutais évidemment pas qu'une victoire à laquelle les Soviets auraient pris une part capitale pourrait, de leur fait, dresser ensuite d'autre périls devant le monde. On devait en tenir compte, tout en luttant à leurs côtés, c'est à dire vaincre. (...) D'autre part, la présence de la Russie dans le camp des Alliés, apportait à la France combattante, vis à vis des Anglos-Saxons, un éléments d'équilibre dont je comptais bien me servir ». C'est le partisan de l'Alliance franco russe de 1935 qui parle, l'homme qui avait répondu à Léon Blum au moment de la non-intervention dans la guerre espagnole.

De cette vision du problème découle la relation particulière entre le Général et Bogomolov, ancien ambassadeur russe à Vichy devenu ambassadeur à Londres. A partir du 25 novembre 1941, la France Libre envisage l'envoi de troupes sur le front de l'Est. Mais l'état major britannique s'y oppose et la participation française à la guerre soviétique se limite à la création du régiment aérien Normandie Niemen.

Le 20 janvier 1942, sur les ondes de la BBC, le général de Gaulle rend un vibrant hommage aux alliés russes et célèbre l'échec de l'offensive allemande devant Moscou et Leningrad. Cet éloge de l'héroïsme russe porteur d'un immense espoir pour les Français libres, figure comme un des moments forts d'une amitié franco-russe en guerre. « La France qui souffre est avec la Russie qui souffre. La France qui combat est avec la Russie qui combat. La France, sombrée au désespoir, est avec la Russie qui sut remonter des ténèbres de l'abîme jusqu'au soleil de la grandeur .»

Les relations de la France Libre avec la Russie se renforcent au fur et à mesure que les succès de l'Armée Rouge s'affirment. Au cours de son voyage à Londres, en mai 1942, le ministre soviétique des Affaires étrangères, Molotov, déclare au Général de Gaulle, après l'avoir reconnu «représentant de la vraie France», que l'URSS désire avoir avec la France «une alliance indépendante» de la Grande Bretagne et des Etats Unis. C'est là un objectif de grande importance pour la France Libre. En effet, elle a l'occasion de dépasser le stade des relations bilatérales avec l'Angleterre et de se préparer à un rôle médiateur, qui pourrait s'avérer plus tard nécessaire. D'ailleurs le gouvernement anglais sent les risques d'une telle situation et exerce des pressions pour limiter les accords possibles entre De Gaulle et Staline. Il est vrai qu'à partir de l'entrée en guerre des Etats Unis, l'Union soviétique elle-même privilégiera ses possibilités d'entente avec Roosevelt qui ne porte pas De Gaulle dans son coeur, sur l'alliance franco russe. La politique de la France Libre vis à vis de l'Union soviétique, fidèle à l'esprit de la traditionnelle alliance franco russe, permet au général De Gaulle de s'assurer la loyauté de la partie communiste de la Résistance à l'intérieur, et l'appui russe en cas de négociation au moment du rétablissement de la souveraineté française. C'est-à-dire, l'unité nationale et une alliance continentale.


De Gaulle-Roosevelt: les vicissitudes d'une alliance transatlantique

 

La France Libre a mauvaise presse en Amérique qui lui préfère Vichy, quelles que soient les conséquences morales de ce choix. De Gaulle ne cède cependant jamais à la tentation d'une intransigeance oublieuse des nécessités de la politique. Lorsque ses relations se tendent avec Londres à cause de rivalités locales, il se tourne vers Washington pour lui offrir son concours. Les aérodromes d'Afrique et ses ressources en homme appuient matériellement ses démarches. Ces tentatives datent d'avant l'entrée en guerre de l'Amérique. Le 19 mai 1941, le Général s'adresse à son proche collaborateur René Pleven : "Etant donné l'attitude presque belligérante des Etats Unis, le moment est venu pour nous d'organiser nos relations avec l'Amérique. Je vous confie personnellement cette mission." Le travail de Pleven doit être discret par rapport à l'Angleterre.

En juin, De Gaulle qui se trouve au Caire, fait porter au consul général des Etats Unis un aide mémoire, qui en insistant sur la situation précaire de l'Angleterre face à une attaque allemande, offre l'AEF, où le gaullisme a triomphé, comme base arrière à l'aviation américaine. La signification de l'acte est double : d'une part le Général fait participer à la guerre un territoire français, afin de mettre «la France dans la guerre», et d'autre part il se pose en interlocuteur indépendant de la première puissance industrielle du monde, il tente de s'imposer comme membre à part entière du «club des Grands». Le refus de l'offre par Washington est dû également à deux raisons : l'hostilité personnelle de Franklin Roosevelt à de Gaulle et l'espoir de voir Weygand livrer sans combat l'Afrique du Nord à l'armée américaine. Parallèlement à cette diplomatie du court terme, de Gaulle tente avec la mission Pleven d'imposer la France Libre comme gouvernement légitime de la France, aux Etats Unis. Il s'agit de conquérir à la fois l'establishment politique américain et l'opinion publique, c'est-à-dire la presse.

René Pleven est l'homme de la situation. Grand connaisseur des Etats Unis, homme d'affaires et souple négociateur, il atténue l'image de raideur du général De Gaulle. En dépit de la méfiance à l'égard de la France Libre du State Department (ministère des Affaires étrangères) et des diplomates influents que sont Cordell Hull et Summer Welles, Pleven rencontre de la compréhension chez le conseiller présidentiel Henry Morgenthau. Le secrétariat à la Guerre est également sensible à ses arguments. La cause de la France Libre trouve enfin un certain appui médiatique avec le New York Herald Tribune. La mission Pleven aboutit à une triple offre américaine de collaboration sanitaire avec la Croix-Rouge : intégration de Pleven en tant qu'"expert" français à des débats interalliés ; et envoi d'un observateur en Afrique. De Gaulle, méfiant devant le caractère peu politique de l'offre, n'accepte que ce dernier point.

En août 1941, est signée la «Charte de l'Atlantique» entre Roosevelt et Churchill. Le Premier ministre de l'empire britannique doit s'accommoder du caractère formellement anticolonialiste de celle-ci. De Gaulle réagit avec froideur, s'indignant de l'absence de la France à la signature d'un tel accord, et refusant l'idée «d'un non-agrandissement territorial» après la victoire. Pour manquer de souplesse, sa réaction est néanmoins confidentielle. Pleven continue à marquer des points. Après une conférence de presse du Secrétariat d'Etat Cordell Hull le 5 septembre, favorable à la reconnaissance du mouvement gaulliste, des relations presque officielles avec la France Libre sont envisagées. De Gaulle choisit le syndicaliste Adrien Tixier pour le représenter à Washington contre l'industriel Adrien Boegner. Ce choix n'est pas des plus habiles compte tenu des milieux d'affaires auprès de la Maison Blanche. Le ler octobre, René Pleven est néanmoins reçu par le ministre d'Etat adjoint Summer Welles qui offre quelques maigres garanties. Le 11 novembre 1941, la France Libre est associée au crédit illimité que représente la loi de «prêt-bail» américaine sur la livraison d'armement. Le colonel Cunnigham et l'ancien ambassadeur en France Laurence Taylor se rendent en AEF comme observateurs américains auprès de l'administration gaulliste. Cela soulève l'indignation de Vichy et de son représentant en Afrique du Nord, Weygand. L'ambassadeur de Roosevelt auprès de Pétain, l'amiral Leahy, s'inquiète aussi du rapprochement de plus en plus évident entre Vichy et l'Allemagne.

Mais le choix de la Maison Blanche reste Vichy, et Pétain bénéficie toujours d'un grand crédit auprès du Président. La révocation de Weygand, les choix nettement pro allemands de Darlan, n'influencent en rien Roosevelt en faveur de De Gaulle. Au contraire, ménager Vichy pour l'amener dans le giron américain reste la ligne de conduite. Les progrès de la mission Pleven sont stoppés lors du rappel de Cunnigham par Washington. L'entrée en guerre des Etats Unis le 7 décembre 1941 ne modifie pas la diplomatie américaine à l'égard de la France. Le 29 janvier, le provichysme de Washington est confirmé par le secrétaire d'Etat Cordell Hull dans un entretien avec Adrien Tixier devenu représentant de De Gaulle à Washington.

Par la suite, aussi bien dans l'affaire d'Afrique du Nord que jusqu'à la mort du président Roosevelt, l'administration américaine fera son possible pour écarter De Gaulle et la France Libre. Les Français d'Amérique influents auprès du secrétariat d'Etat, tels jean Monnet ou Alexis Léger, seront toujours hostiles à la personne du Général et maintiendront Roosevelt dans ses préventions. On a beaucoup parlé de l'anticolonialisme américain et de la méfiance toute démocratique devant le pouvoir personnel du général De Gaulle. Ces éléments ont certes leur rôle à jouer mais il faut peut-être expliquer la méfiance américaine par des intérêts plus immédiatement pragmatiques. Une France rétablie dans sa puissance, associée à la victoire alliée, peut en effet paraître gênante dans le jeu européen des Etats Unis.

Ainsi tous les efforts américains qu'entreprend la diplomatie de la France Libre, porten-t-ils sur la reconnaissance d'une légitimité française et d'une souveraineté intacte. Il est en revanche normal que les Etats Unis cherchent des interlocuteurs auprès du pouvoir français le moins souverain, ainsi auprès de Weygand, de Darlan, quand il ne s'agit pas de simples militaires sans aucune légitimité politique, comme Giraud. Le projet AMGOT prend la suite de l'échec des «expédients provisoires».

 

 

http://www.france-libre.net/france-libre-france-combattante/france-libre-france-combattante/

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Jumelage

Voir les articles

INDEX

 

 READ THIS BLOG IN ENGLISH WITH GOOGLE Click here

Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamiqueL'image “http://img57.imageshack.us/img57/3474/bouton3sitany0.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell


DOSSIER

LE LIBERTARIANISME

Informez-vous sur la philosophie politique libertarienne


« Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve. »     John Adams

DOSSIER

LE WEB RESISTANT 

lewebresistant.gif

Informez-vous sur la cyber-résistance

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s'éloignant de leurs textes tandis que l'islam le fut en se rapprochant des siens. »                                                      Eric Conan



DOSSIER

FONDAMENTALISME, DJIHADISME, TERRORISME

L’ISLAMISME EST UN TOTALITARISME

img80/3421/poing1bjr1.jpg

Ce qu’il faut savoir sur l’une des plus grandes menaces politiques et religieuses du XXIème siècle

 


« Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à suprimer la pauvreté »                                                   Winston Churchill

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE SOCIALISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le socialisme


« Le Communisme est l'Islam du XXème siècle. »                                                   Jules Monnerot


DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE COMMUNISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le communisme

 

« La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à gouter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée.  »                            Carl Gustav Jung

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE NAZISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le nazisme


« Ils ignorent que les épées sont données pour que personne ne soit esclave. »                                                                                        Lucain

Partenaire :