Présentation

  • : Le blog de la Résistance sur Internet
  • Le blog de la Résistance sur Internet
  • : Le WEB Résistant est le seul site francophone présentant toutes les références sur les sites de réinformation. Faites-le connaître autour de vous ! Ne restez pas seul, nous sommes nombreux.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil

En bref

ajouter-favoris.png

Abonnement

Inscription à la newsletter

  

Center for Vigilant Freedom

The 910 Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Counterjihad Calendar 2009
The Counterjihad Calendar 2010

Counterjihad Brussels 2007

Counterjihad Vienna 2008

Counterjihad Copenhagen 2009

Counterjihad Zurich 2010

EU Eurabia Francais

Le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie

 
FAIRE LE TEST POLITIQUE ?

http://img263.imageshack.us/img263/2081/diagrammenolan.jpg

 

Web Statistics

 
Locations of visitors to this page

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>
Samedi 31 mars 2012 6 31 /03 /Mars /2012 19:00

Voir les 0 commentaires

L'État, Règne de la Magie Noire

Des illogismes sophistiques

 

  3 Expliquer l'irrationalité rationnellement

3.1 Opinions et intérêts

C'est une chose de savoir que les arguments étatistes sont fondés sur des sophismes antilogiques, mais c'en est une plus ardue de comprendre pourquoi et comment ces sophismes apparaissent. Quels sont les mécanismes de pensée qui amènent à développer ces sortes de croyances et leurs justifications? Comment se fait-il que tant de gens croient dur comme fer que l'État peut résoudre comme par magie n'importe lequel de tous les problèmes qu'ils redoutent ou auxquels ils se trouvent confrontés?

Une manière courante de répondre à ces questions est d'analyser la popularité de ces opinions fausses à la lumière de l'intérêt personnel de ceux qui les véhiculent et qui les acceptent [22]. Dans cette perspective, ces personnes prospéreront mieux qui auront véhiculé ou accepté des opinions quand respectivement la popularité de ces opinions ou l'apparence de leur acceptation confèrent auxdites personnes un gain marginal ou une réduction des coûts [23]. Cette méthode a été employée avec succès pour développer la théorie des choix public, qui explique les mécanismes fondamentaux de la décision politique dans les démocraties. C'est un outil très important pour déceler et évaluer les forces qui sont à la source de l'oppression et la spoliation politiques à travers le monde.

Ces forces sont telles qu'à chaque fois qu'il existe un potentiel pour une exploitation, quelqu'un viendra et utilisera ce potentiel à son profit. Et le potentiel en ce cas est le fait qu'une population soit prête à accepter d'être exploitée [24]: à chaque fois qu'une population aura des croyances qui la fera accepter volontairement une exploitation, alors des entrepreneurs politiques se précipiteront pour transformer cette opportunité en exploitation effective. Notez que c'est une raison de plus pour laquelle les subventions étatiques ne sont jamais utiles et peuvent toujours être comptées presque entièrement comme consommation: parce que toute promesse d'exploitation potentielle suscite du lobbying pour récolter (et conserver) ces subventions, jusqu'à ce que le gain marginal (subventions moins coûts de lobbying) égale le retour sur investissement marginal dans les autres domaines [25]. Les personnes se spécialisant dans « l'entreprise politique » découvriront ou créeront de nouvelles ressources vierges qu'ils exploiteront, tout en préservant et intensifiant l'exploitation existante [26].

La conclusion de cette analyse est que la bataille pour la liberté n'est pas une bataille entre personnes, mais une bataille entre idées. Tant que les idées qui favorisent l'exploitation seront largement acceptées, le véritable potentiel d'oppression restera tout aussi fort, et combattre les oppresseurs actuels et abolir les formes d'oppression présentes ne conduira qu'à l'apparition d'oppresseurs différents qui prendront le contrôle et institueront de nouvelles formes d'oppression. C'est la servitude volontaire, comme la Boétie l'appelait, l'acceptation du pouvoir, qui doit être combattue.

Pour ce qui est de suggérer des façons de combattre les sophismes, cette approche n'offre pas de réponses très encourageantes; certes elle offre des recettes générales quant à la manière de conduire ou de ne pas conduire une action de lobbying, mais un tel conseil a une portée identique, que l'on s'engage pour ou contre la liberté, et il semble que les ennemis de la liberté bénéficient déjà d'une longueur d'avance dans l'utilisation de telles techniques [27]. Si nous devons aller plus loin et combattre effectivement ces sophismes, si nous devons choisir des actions qui surpasseront la propagande étatiste, alors nous devons prendre une approche qui soit qualitative et non pas seulement quantitative. Pourquoi ces sophismes survivent-ils, et non pas d'autres sophismes? Si ces sophismes étaient dissipés avec succès, est-ce que l'exploitation serait vaincue, ou est-ce que les intérêts en jeu susciteraient juste de nouveaux sophismes pour les remplacer, l'exploitation demeurant aussi intensive que jamais? Y a-t-il quelque chose dans ces sophismes qui peut nous amener au Mal à abattre, plutôt qu'au formes superficielles qu'Il peut remplacer à chaque fois qu'elles seront démasquées? Pour le découvrir, nous devons analyser les motifs récurrents de pensée sous-jacents aux sophismes employés pour justifier l'État.

 

3.2 Motifs récurrents d'irrationalité

Un premier point commun évident dans toutes ces justifications de l'État: elles supposent toutes que l'État fournit d'une façon ou d'une autre des biens gratuitement, sans aucune contrepartie coûteuse. L'existence d'un tel motif récurrent chez les étatistes n'est pas une nouveauté; nous libéraux avons même une mantra pour chasser ce motif: URGYARDT [28]. Ce qui est toutefois remarquable est que toutes les justifications étatistes incluent ce motif, même si c'est parfois d'une manière peu évidente. Le motif est très visible dans les cas triviaux, où les biens censés être gratuits sont les subventions qui ne sont pas mises en rapport avec les taxes correspondantes. Dans les cas plus subtils, le motif est d'autant mieux camouflé que la situation est plus complexe, mais il est toujours présent: par exemple, l'État est censé apporter gratuitement la coordination entre les actes des personnes en vue du bien commun. Au final, ce que l'État est censé apporter est une sorte de garantie que le mal ne se produira pas, un sentiment très particulier de sécurité. Mais dans tous les cas, on suppose que l'État fait surgir quelque chose de nulle part [29]: l'unique condition qui semble requise pour que l'État nous accorde ses bénédictions est que nous les exigions en le pétitionnant avec une foi suffisante.

Un second motif récurrent qui peut être trouvé accompagner le premier est la perception de l'État comme une entité extérieure, quelque chose se trouvant en dehors de la société et au dessus d'elle. Et cette nature divine est précisément ce qui lui permet de créer et de distribuer des biens, des services, de la confiance ou quoi que ce soit d'autre, sans qu'il en coûte rien. Cette nature divine est clairement révélée par le respect craintif des gens face au pouvoir visible de l'État: « comment de simples individus pourraient-ils accomplir ceci? » demandent-ils donc, quand on leur suggère que le monopole public sur telle ou telle autre activité devrait être aboli. Or, qu'il s'agisse de monopole public ou d'absence de monopole public, ce sont toujours de « simples » individus qui accomplissent toutes choses! Bien évidemment qu'il en est ainsi, et il ne peut pas en être autrement. Les politiciens et hauts fonctionnaires ne sont pas plus que les autres individus; en fait, l'expérience aussi bien que la théorie montre qu'ils sont d'habitude moins que les autres individus — parce qu'ils sont irresponsables. L'État ne saupoudre pas ses maîtres et servants avec de la poudre féérique et ne leur confère aucun pouvoir magique. En fait, l'État leur confère effectivement un pouvoir spécial dont nous autres individus normaux ne disposons pas — et ce pouvoir est en effet ce qui caractérise l'État: c'est le pouvoir d'user légalement de la coercition à l'encontre de ceux qui refusent d'obéir. Ce Dieu que les étatistes adorent n'est autre que la Force Brute. Ainsi, traduit en termes réels, en arrachant le voile de magie, la question que se posent toutes ces personnes impressionnées est vraiment: « comment tout cela pourrait-il être effectué sans coercition? » Et la réponse évidente est alors « avec moins de souffrance » [30].

Comme nous progressons vers le sombre secret de l'étatisme, nous trouvons un troisième motif récurrent commun à toutes les justifications de l'État: toutes introduisent un faux compromis entre la liberté et un bien quelconque, où l'État est censé être l'entité divine avec laquelle on commerce pour acheter ledit bien au prix de notre liberté. Divine, car il ne fait aucun doute pour personne, y compris les étatistes, qu'aucune force humaine ne pourrait proposer une telle transaction [31]. Mais les étatistes soit sont ignorants du comportement humain, soit classifient l'État comme en-dehors de l'humanité — pour eux, l'État est un Dieu (d'où la lettre capitale), un entité collectiviste supérieure avec laquelle commercer. (Où est ma facture [32]?) La façon dont ils esquivent la question cruciale: « Qui garantira le garant [33]? » est de la repousser derrière un voile d'ignorance et de foi aveugle. Encore une fois, une force surnaturelle est censée faire apparaître de la confiance de nulle part, gratuitement. Les mantras magiques, les textes sacrés au pouvoir magique, tels que les constitutions [34], les rituels complexes et l'appareil formel de l'État et de son administration, tout cela contribue à tromper le peuple pour qu'il attribue à l'État une Aura divine.

Un dernier point commun à tous ces sophismes est qu'ils contiennent leur propre réfutation dynamique. Autrement dit, elles impliquent dans le temps des conséquences contraires aux axiomes sur lesquelles elles reposent. Elles supposent des hypothèses dont les effets mènent à la disparition de ces hypothèses. Ce type très particulier de contradiction montre qu'à l'origine de ces sophismes il y a une tournure de penser qui ignore la dynamique de l'action humaine et sa causation et qui se concentre sur des considérations statiques sur la société à base de corrélations. De telles contradictions sont fondées sur un type de raisonnement statique qui fait fi des principes fondamentaux du comportement humain dynamique — qui ignore la nature même de l'homme. C'est pourquoi il est paradoxal que les étatistes accusent souvent les libéraux d'utopisme, d'irréalisme et de méconnaissance de la nature humaine, alors que ce sont précisément les étatistes qui méritent de tels commentaires! Mais de tels paradoxes ne sont pas chose rare chez les étatistes.

À vrai dire, les justifications de l'étatisme ne constituent pas un recueil d'erreurs isolées; elles proviennent d'une ligne systématique de raisonnement défaillant, fondée sur un paradigme fort, sur une certaine vision du monde.

 

3.3 L'État: la justification officieuse

Il ressort de notre étude que toutes les justifications de l'État se résument en fin de compte à cela: l'adoration religieuse de l'État comme une autorité surnaturelle toute puissante. L'État est l'idole d'un culte païen qui s'ignore. La croyance en un tel non-sens serait considérée comme une maladie mentale s'il ne s'agissait pas d'une croyance aussi répandue. Et nous pouvons espérer que dans un futur pas trop éloigné, elle sera effectivement considérée comme une pandémie mentale, une maladie infantile ayant infecté le monde à une époque où l'humanité était encore très jeune. Néanmoins, pour le moment, c'est à nous qu'il incombe de concevoir un remède — et pour être capable de le faire, nous devons tout d'abord comprendre cette maladie, ses moyens de survie, ses modes de propagation. Nous devons examiner consciencieusement les mécanismes psychologiques sous-jacents à un tel système de croyance, identifier les failles par lesquelles cette croyance parasite pénètre l'esprit des gens.

Les gouvernements s'arrogent une autorité usurpée. Aussi, dans la mesure où la structure des sentiments humains constitue un héritage génétique commun, toute tendance forte et cohérente des gens de croire en l'État trouve son explication dans l'usurpation d'un certain sentiment naturel de soumission à l'autorité. Les sources naturelles de l'autorité ne sont pas très nombreuses: les parents ont une certaine autorité sur leurs enfants dans la mesure où ils subviennent à leurs besoins; les amis donnent des avis dont la prise en compte peu jouer sur la préservation de leur alliance; des chefs mènent leur peuple dans des courtes situations d'urgence (guerre, incendie, catastrophe naturelle, etc.); les aînés ou les personnes ayant réalisées de grands exploits disposent d'une autorité sur le commun des mortels à mesure que leur sagesse est reconnue. À l'échelle de l'évolution, la structure innée de l'esprit humain n'a sans doute pas pu intégrer des motifs bien plus complexes que cela [35].

La première sorte d'autorité naturelle dans la vie de l'homme est celle des parents. Les sophismes utilisés pour justifier l'État sont effectivement des sophismes parentaux — ils s'appuient sur les mécanismes mentaux primitifs par lesquels les nourrissons établissent une relation avec leurs parents. Pour un jeune enfant, les parents apparaissent comme des entités supérieures qui offrent des biens gratuitement, si seulement on gémit et l'on pleure, sans avoir à penser aux tenants et aboutissant menant à la production des biens ainsi accordés. Les parents sont vus comme bienveillants, entretenant avec leurs enfants une relation d'amour mutuel; les enfants en bas âge ont une confiance absolue dans leurs parents [36]. Enfin, il est presque universellement accepté que les parents ont une autorité de décider pour leurs enfants, qui peut aller jusqu'à la punition en certains cas — bien que les limites précises de l'autorité parentale soient discutables [37].

Il ne fait aucun doute que les États feignent d'assumer le rôle de parents. Dans les autocraties, tout au long de l'Histoire, le tyran s'est toujours présenté personnellement comme le Père de la Nation [38], Big Brother, ou quelque chose dans le genre [39]. Dans les pays où le pouvoir est plus dilué, aucun homme d'État n'oserait se targuer d'un titre aussi pompeux — bien qu'il ne soit pas rare que des politiciens puissants ou longtemps demeurés au pouvoir soient gratifiés par des journalistes de surnoms à la fois flatteurs et moqueurs de la même veine [40]; mais même dans ces pays, l'État dans son ensemble ne se réclame pas moins du rôle et des pouvoirs qui incombent aux parents: la mythologie de l'État comme parent, ou de la Nation incarnant un parent dont l'État est le porte-parole reste très présente dans le discours public sur l'État. Est révélateur de cela la facilité avec laquelle sont produits et acceptés des symboles aussi communs que l'Oncle Sam ou la personnification maternelle de diverses nations. De même qu'il n'est pas rare, lors de discussions avec des étatistes, que ceux-ci fassent explicitement référence à l'idée que l'État remplit le rôle du parent pour les citoyens, qui sont maintenus pour leur part dans celui d'enfants irresponsables.

Toutefois, la maladie étatique ne substitue pas simplement l'État aux parents: elle essaye de conférer de l'autorité à l'État à partir de toutes les sources disponibles. La Démocratie, la Nation, ou le « Contrat Social », sont autant d'astuces qui permettent à l'État d'usurper l'autorité d'une alliance volontaire entre amis, bien qu'il manque précisément à une telle alliance les fondements nécessaires à sa validité, à savoir son caractère volontaire, — autrement dit, la liberté d'entrer dans cette alliance ou de préférer ne pas y entrer, et même celle d'en sortir. Les États usurpent aussi le rôle du chef en temps de crise. Ils s'attellent dans un premier temps à exclure toute concurrence à cet égard; puis ils renforcent leur puissance en créant un climat permanent de crise. Les échecs d'un État deviennent ainsi des instruments clefs de sa propre conservation, en prolongeant et étendant la crise que l'État est censé résoudre. Enfin, les États subventionnent grassement ceux parmi les prétendus « scientifiques », « artistes » et « experts » qui soutiennent leur autorité, se réclamant ainsi de l'approbation de la sagesse humaine pour leurs édits.

Même si tous ces rôles étaient légitimement assumés, ils ne doteraient les gouvernements d'aucun des pouvoirs politiques que ces derniers revendiquent: asservir à temps partiel les citoyens et les non-citoyens, dépouiller et emprisonner ceux qui ne coopèrent pas, tuer et torturer ceux qui résistent — et plus important encore, faire des lois. Le pouvoir de légiférer est le pouvoir divin de définir et redéfinir de manière unilatérale les règles qui lient les États aux personnes vivant sous leur joug, et qui définissent les rapports de ces personnes entre elles. Parents, amis, sages hommes, et même chefs, ne disposent d'aucune de ces prérogatives sur ceux qui acceptent volontairement leur autorité, sans parler des autres. Avec toutes leurs tromperies et leur fraude émotive, les États essayent rien moins que d'usurper le rôle de Dieu — l'autorité suprême [41].

Afin d'accomplir son imposture émotionnelle et intellectuelle, le mème étatique [42] ne se contente pas de détourner les émotions existantes de leurs cibles légitimes: il va surtout dénaturer gravement la manière dont les personnes infectées perçoivent le monde. Il doit contourner le système de défense naturel de l'esprit humain, son système immunitaire: la raison, ce filtre à conneries. Et il doit prendre des mesures constamment renouvelées pour maintenir ce système de défense dans un état où il sera inefficace à son égard [43]. Pourtant, dans le même temps, il ne peut pas détruire purement et simplement toute l'intelligence humaine, car alors, les humains infectés ne survivraient pas assez longtemps pour propager le mème [44]. Le parasite gagnant doit détruire l'entendement de manière sélective; il doit conditionner l'application de son contenu fallacieux de sorte qu'il n'empêche pas les qualités de survie innées; il doit laisser suffisamment d'esprit vivant et en bonne santé afin de nourrir et transmettre la maladie [45].

Ce contournement et cette destruction sélective du système immunitaire constituent l'essence de la maladie étatiste, comme de toutes les maladies. C'est le point fondamental qui résume cette maladie, c'est la source qui permet toutes les erreurs. C'est la faille par laquelle la maladie peut envahir notre système de compréhension de la société et de l'univers. C'est la cause qui mène fatalement à des conséquences terribles. C'est la pierre angulaire de toutes les impostures intellectuelles et émotives; c'est la clef qui justifie tout comportement criminel massif. Ce n'est qu'en identifiant cette faille que nous pouvons établir de nouvelles défenses et trouver un remède. Par conséquent, nous devons étudier plus profondément les mécanismes par lesquels cette maladie mentale altère notre système immunitaire; nous devons analyser complètement le Mal originel dans ce mème étatiste qui infecte les esprits humains. Et pour commencer, nous devons donner son nom à ce Mal: la Magie Noire.

Notes

[22]: Dans ce contexte, le vocabulaire et les concepts de la Mémétique sont d'un bon secours. La Mémétique, introduite par Richard Dawkins dans son livre The Selfish Gene, et largement développée après coup par de nombreuses personnes (voir le Principia Cybernetica Project), est l'étude des mèmes, motifs récurrents de pensée qui peuvent se propager d'une personne à d'autres personnes.

Les mèmes évoluent par sélection naturelle, car ils survivent dans la mesure où des gens les embrassent volontairement, selon leur intérêt personnel bien ou mal compris. Bien sûr, ceux qui embrassent un mème peuvent se tromper à propos de leur intérêt personnel, et en effet, des mèmes peuvent survivre et se répandre en trompant systématiquement les gens sur leur intérêt personnel.

Sachant cela, il faut faire attention d'éviter la justification suivante quant au succès de certaines idées: « ces idées ont du succès parce qu'elles sont dans l'intérêt personnel perçu de ceux qui y croient ». En effet, un tel argument serait un raisonnement circulaire. Bien que cela soit vrai dans chaque cas particulier considéré, ce serait une tautologie post hoc, une affirmation générique valable pour tous les mèmes et qui ne peut pas expliquer et distinguer la dynamique de mèmes spécifiques.

Autrement dit, il est parfois bon de se rappeler certaines affirmations générales quand règne l'ignorance et la confusion à leur sujet, mais elles ne remplacent pas une étude spécifique de la question spécifique étudiée.

[23]: Ainsi, selon cette théorie, ces personnes qui ont intérêt à telle intervention de l'État gagneront à faire pression en faveur de cette intervention; et ils n'auront pas même besoin de mentir pour ce faire, car leur intérêt leur dictera d'abord de croire leurs propres arguments.

Maintenant, pour qu'un mème d'exploitation survive, il doit aussi s'assurer la coopération des victimes de l'exploitation. Ainsi, les interventions qui auront du succès seront les interventions que les victimes n'auront pas marginalement intérêt à arrêter; et elles ne le feront pas, parce que le coût de sécession individuelle sera trop élevé. Il y aura alors le paradoxe apparent de victimes ayant marginalement intérêt à ne rien faire contre l'oppression, bien que cette oppression leur soit nocive en moyenne. Ce paradoxe peut être mis en évidence comme suit, selon le principe de « prendre cinq (inconditionnellement) et rendre quatre (sous condition) ». L'État peut rendre certain le fait que (à moins qu'il soit renversé), 5 unités d'un bien soient taxés sur les citoyens normaux (exploités), cependant que les citoyens recevront en retour 2 unités sous condition qu'ils ne résistent pas, et jusqu'à 4 unités s'ils sont des complices actifs de l'État. Ainsi, bien qu'en moyenne, l'État occasionne toujours une perte pour chaque citoyen, leur coûtant 1 unité de richesse dans le meilleur cas où ils l'auront défendu activement, le choix marginal pour un citoyen est de gagner 2 s'il ne résiste pas, et 4 s'il devient complice actif.

Bien sûr, pour maintenir une telle divergence entre intérêt marginal et intérêt moyen, l'État doit s'assurer que la taxation demeure certaine, tandis que ses subventions demeureront conditionnelles. (Comme l'a dit Benjamin Franklin: « En ce monde rien n'est certain sauf la mort et les impôts. ») Le danger ultime pour un État est la désobéissance civile: les gens qui refusent massivement de coopérer et l'État qui se retrouve incapable de plus faire respecter ses décisions politiques, — ses propres agents refusant d'imposer ses édits au peuple, et le peuple prêt à se défendre par la force contre quiconque tenterait de les imposer. C'est pourquoi les États font activement campagne pour empêcher leurs opposants de coordonner un renversement de régime: propagande constante via les médias et le contrôle de l'éducation, harcèlement des dissidents potentiellement reconnus, déni de conditions de travail, amendes sévères et emprisonnement pour ceux qui ne coopéreraient pas avec le système (à commencer par payer ses taxes), etc. Les mesures de ce genre sont nécessaires pour poursuivre l'exploitation par l'État; et ces mesures peuvent finir par dévorer la plupart de ce que les États arrivent à spolier de leurs citoyens. Notons que dans les pays démocratiques, une des mesures employées est de susciter des oppositions qui soient tout aussi étatique que le pouvoir en place sinon plus encore, pour que le seul changement plausible soit favorable au principe du pouvoir en place, et donc au parti qui perdrait le pouvoir et qui espérera retrouver la majorité lors d'une alternance et qui continuera à partager le butin politique dans les multiples circonscriptions qui lui resteront acquises.

Quand la quasi-certitude est acquise dans l'esprit d'une personne, elle n'aura plus aucun intérêt marginal à étudier des alternatives au coût élevé et aux chances incertaines; elle sera « rationnellement ignorante » de toute idée dissidente. Quand de plus, cette personne tire un quelconque profit à afficher sa complicité avec l'intervention étatique (avancement social, harcèlement réduit ou évité, soulagement psychologique par rapport au sentiment d'être une victime, etc.) alors elle sera « rationnellement irrationnelle » et elle croira activement à la propagande même qui la maintient sous un régime oppressif.

Notez comme dans ces deux expressions, « rationnellement » fait référence au concept de rationalité utilisé par les économistes: le fait que les préférences révélées par le comportement effectif des personnes sont congruentes avec leur propre idée de leur intérêt personnel, et le restent quand cette idée évolue. Au contraire, dans la seconde expression, « irrationnelle » fait référence à un sens plus informel du mot, et dénote l'attitude selon laquelle les croyances ne passent pas le filtre de cohérence de la simple logique.

[24]: L'idée de potentiel psychologique comme une ressource qui est consommée quand on l'exploite a notamment été développée par Raymond Ruyer dans son livre, les nuisances idéologiques.

[25]: C'est à François Guillaumat, dans une communication personnelle, que je dois d'avoir réalisé que le lobbying détruit toujours par avance exactement autant que les bénéfices attendus de toute forme imaginable de subvention étatique. Il a depuis publié un article avec George Lane sur cette loi de l'économie politique, La Loi de Bitur & Camember, et j'ai écrit un article plus développé sur le sujet: Redistribution = Dissipation.

Bien sûr, cette égalité est asymptotique. En tant que les moyens du lobbying sont spécifiques, ils ne peuvent pas être convertis depuis d'autres industries, et ne peuvent être réinvestis dans d'autres industries. — ils sont un investissement à fonds perdus. Un corollaire est que l'existence d'un pouvoir politique crée des intérêts convergents de personnes ayant investi dans un tel capital, en faveur de la maximisation de la profitabilité de ce capital, et donc de l'extension continuelle du pouvoir en place.

[26]: Certains théoriciens de l'école des Choix Publics distinguent dans l'entreprise politique les deux activités de tirer des revenus des potentiels existants et de travailler l'opinion publique pour créer de nouveaux potentiels. Mais ces deux activités sont inséparables en pratique, parce qu'en ce qui concerne leur comportement personnellement intéressé, les exploitants politiques n'ont pas comme but l'exploitation en général, mais bien l'exploitation à leur profit particulier.

En fait, les personnes qui se sentent profondément attachées aux idéologies politiques peuvent bien faire pression pour plus d'intervention étatique en général, — mais pour ce qui est de la dynamique de l'entreprise politique, ces personnes en tant que telles font partie du potentiel à exploiter, plutôt que des entrepreneurs exploitant ce potentiel. Bien sûr, ceux qui sont (ou pensent être) du côté bénéficiaire de l'exploitation ont intérêt à diffuser de telles idéologies, et leur meilleur moyen pour cela est de croire eux-mêmes sincèrement en ces idéologies pour commencer (se sentir forts de leur bon droit est aussi essentiel pour leur permettre de bien dormir la nuit).

Pour ce qui est de la remarque sur ceux qui « pensent être » d'un côté de l'exploitation, le lobbying politique, comme toutes les escroqueries, consistera bien sûr au moins en partie à faire croire aux gens qu'ils bénéficient de l'oppression, même si la plupart d'entre eux en souffrent en fait. En effet, comme le disent les escrocs: « si tu ne sais pas qui est le pigeon, comment il se fait plumer, et combien d'argent va passer de quelles mains à quelles mains, alors tu es probablement le pigeon toi-même. »

[27]: Cela ne veut certainement pas dire que nous devions ignorer ces techniques — nous devons apprendre à nous en servir. Effectivement, ce n'est que par de telles techniques que l'exploitation peut être vaincue. Voir par exemple Pourquoi les sophismes ont la vie dure: le pouvoir des idées sur les intérêts, de Bertrand Lemennicier.

Il n'y a aucune raison de penser que les exploitants actuels soient particulièrement efficaces dans l'utilisation de techniques de lobbying; aussi, puisque nous nous apprêtons à entrer dans le marché de l'entreprise idéologique, nous pouvons utiliser une connaissance meilleure et systématique des techniques pour surprendre et dépasser les entrepreneurs politiques par notre entreprise anti-politique. Cependant, puisque leur existence même sera alors en jeu, nous devons nous attendre à ce que les entrepreneurs politiques nous rattraperont dans l'usage de toute technique supérieure, et nous concurrenceront en utilisant toutes les ressources de la spoliation qu'ils peuvent utiliser et que nous ne pouvons pas utiliser.

[28]: « Un Repas Gratuit, Y A Rien De Tel », traduction de TANSTAAFL, « There Ain't No Such Thing As A Free Lunch. » — une citation fameuse de The Moon is a Harsh Mistress de Robert Heinlein. Sous entendu, si ça existait, il n'y aurait vraiment rien qui vaille mieux (il n'y a rien de tel), mais en fait, ça n'existe pas vraiment (il n'y a rien de tel), car il y a toujours quelqu'un, quelque part, qui paye pour toute chose valable apparemment « gratuite », et qui pourrait bien être marginalement gratuite pour quelqu'un qui est déjà en train de payer d'une façon détournée. Jacques de Tersac, dans sa traduction Révolte sur la lune du même roman, rend TANSTAAFL en URGESAT, « Un Repas Gratuit Est Supérieur À Tout », traduction reprise par certains libéraux, mais qui me semble inférieure.

[29]: C'est pourquoi ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas est vraiment le modèle de tous les sophismes politiques.

[30]: Encore une fois, en démontant le sophisme ad hoc sous-tendant le collectivisme on s'aperçoit qu'il n'y a aucune raison de considérer que leur collectivité est la bonne pour prendre la moindre décision particulière. Pourquoi pas une collectivité plus grande, plus petite ou différente? Il n'y a évidemment pas d'État à l'échelle de l'univers entier, et cependant les humains arrivent à se coordonner principalement sans guerres et conflits. Des gens se livrent paisiblement au commerce et au tourisme internationaux sans besoin d'un État international commun pour les coordonner. Si le comportement politique a aucun rôle en la matière, c'est de causer les guerres et les conflits lors que le comportement économique amène paix et coopération. La solution correcte au problème de déterminer la forme et la taille des collectivités est la forme et la taille résultant de la libre adhésion des participants — et de telles collectivités n'ont aucun raison particulière d'être territoriales (bien que la proximité physique entre les gens doive bien jouer un rôle pour les aider à se coordonner, rôle qui va diminuant avec le développement des moyens de télécommunication).

Dans la droite ligne des reproches faits par les étatistes aux libéraux sur tout et son contraire, on peut voir que les collectivistes qui se lamentent sur l'impossibilité de rien faire de grand sans intervention étatique dénoncent l'« intolérable pouvoir des multinationales » dès que quoique ce soit de grand est effectivement réalisé sans intervention de l'État (ce qui infirme leur point). Alors, ils prétendent qu'ils veulent que ce « pouvoir » soit passé sous contrôle de l'intervention étatique, ou complètement remplacé par l'intervention étatique. C'est une guerre de religion que mènent les collectivistes: le vrai reproche que du fond de leur coeur ils adressent à leurs contradicteurs est d'oser exister en dehors de leurs valeurs; partant, votre simple existence leur est une insulte, et ils vous reprocheront tout signe la leur rappelant.

[31]: Si une quelconque personne qui ne fût pas oint par le pouvoir divin de l'État vous proposait jamais de lui abandonner votre liberté en échange de quelque bien que ce fût, cette personne serait immédiatement perçue comme un escroc. Votre liberté est la garantie même qui assure que les personnes avec qui vous faites affaires vous respecterons: si tel commerce ne vous satisfaisait pas, vous vous adresseriez à un autre fournisseur. La libre communication aide à déceler les mauvais fournisseurs et les mettre sur la paille; un système de justice aide à chasser les fournisseurs frauduleux.

Il n'y a rien que quiconque puisse faire de votre liberté si ce n'est vous opprimer pour extraire de vous le paiement de davantage de faveurs. C'est pourquoi si quelque personne vous demande votre liberté sous le faux prétexte que cela vous épargnera des coûts quant à des services qu'elle rend, c'est un mensonge éhonté: non seulement vous devrez toujours payer pour tout ce qu'elle fera pour vous — car elle ne peut pas physiquement fournir aucun service sans avoir préalablement acquis les moyens de les fournir, ce qui ultimement devra être financé par les paiements de ses clients — mais vous devrez maintenant payer à ses conditions, sans recours aucun. Cela va certainement lui épargner des coûts, à elle, mais à votre détriment, et non pas à votre bénéfice.

L'idée même d'échanger de la liberté pour de la sécurité est une contradiction. C'est une « erreur de signe » dans l'équation de base du comportement humain. Donner à un prestataire un droit illimité de décider pour ses clients sous le prétexte que cela lui permettra alors de les servir plus simplement est une négation des prémisses fondamentales mêmes qui assurent qu'un agent reste au service de ses commanditaires. « Ouais, ce serait super si l'agent nous servait toujours après qu'on ait accepté de ne plus jamais le surveiller; » — sauf qu'il faudrait vraiment être stupide pour croire qu'il le ferait.

La seule chose que peut nous apporter notre réfreinte à le surveiller est que l'« État » arrêtera de nous servir. Et collectiviser la façon dont nous contrôlons l'État est une telle réfreinte.

À propos du mot ci-dessus « réfreinte »: Hazlitt regrettait que le mot « réfreinte » (contrainte imposée par soi-même) n'existait pas à l'égal du mot « restreinte » (contrainte imposé par autrui), le mot auto-restreinte étant une sorte d'oxymore aux connotations trompeuses. Eh bien, il avait tort: tous les mots n'existent et n'ont de sens que parce que notre commun accord à les reconnaître comme tel. Hazlitt lui-même n'a pas hésité à créer le mot « utilisme », après tout, pour couper court à l'accumulation de désinences dans « utilitarisme » (qui en anglais est encore plus long: « utilitarianism ») — et il aurait pu faire encore plus court: usisme. Nous voyons donc que même avec des termes techniques neutres, les mots peuvent être trompeurs. Combien plus trompeurs encore peuvent être les mots idéologiquement chargé! Utiliser les mots d'une façon qui implique les prémisses de son idéologie, faire accepter implicitement ses mots, ses problématiques et ses paradigmes dans toutes les discussions — voilà la façon dont le mème collectiviste étend son contrôle sur les esprits.

[32]: Ce commerce divin est une des justifications sous-jacentes de l'État, utilisée par ceux qui promeuvent le mythe polymorphe du « contrat social »: cette institution de violence serait un contractant magique sous la commandite d'une entité collective appelée « le peuple ». Mais aucun de nous n'a jamais reçu de contrat détaillé ou de facture précisant ce qui a été payé pour quel service. Nous sommes privés de la connaissance avec laquelle juger autant que du droit de juger si nous payons trop ou pas assez et de décider de quels services nous avons ou n'avons pas besoin. Au contraire de ce qui se passe dans un commerce légitime, les citoyens ne peuvent pas refuser le fournisseur monopoleur. On les empêche même de penser à un tel refus.

[33]: Quis custodiet ipsos custodes? (Qui gardera les gardiens eux-mêmes?) — Juvénal, Satires, VI, 347

[34]: Les constitutions ne résolvent aucun problème. Les politiciens apprennent à contourner l'esprit de ces constitutions en changeant lentement l'interprétation qui est fait de leur lettre. Et ils changeront aussi la lettre des textes eux-mêmes à chaque fois qu'il sera clairement dans leur intérêt de le faire. Les constitutions ne sont qu'un moyen d'instiller chez les citoyens un respect religieux envers l'État; à la manière de la Cabale, elles font appel à l'impact des mots (écrits) comme des ancres magiques qui fascinent l'esprit, jusqu'à ce que les esprits hypnotisés discutent les mots sans mettre en doute l'origine de quelque sens qu'ils puissent vraiment avoir.

Plus généralement, au cœur de la pensée magique se trouve l'erreur du nominalisme, que Frederick Mann de BuildFreedom.com appelle le phénomène du fantôme irréel (Ghost Not phenomenon): l'esprit humain est capable d'imaginer des concepts incohérents et d'utiliser des mots pour véhiculer ces concepts; ceux qui sont exposés aux mots présumeront qu'ils représentent forcément un concept valable et cohérent quand bien même ce n'est pas le cas, et associeront à chaque mot un concept nébuleux à partir des contextes localement cohérents d'utilisation du mot. Cependant, n'étant pas éduqués pour prendre conscience des limites sémantiques d'un mot, et pour rejeter les concepts incohérents, les gens tombent dans le panneau et emploient des mots dans des contextes invalides car globalement incohérents (dus aux glissements sémantiques qui font passer d'un contexte de cohérence locale à un autre contexte incompatible de cohérence locale).

[35]: La liste ci-dessus ne prétend pas constituer une couverture exhaustive et finale des motifs psychologiques récurrents d'autorité naturelle, mais comme un premier jet en vue d'une telle couverture. Notre propos n'est pas d'établir une classification qui fasse autorité, mais d'ouvrir la voie à des études plus exhaustives et détaillées du phénomène étatiste du point de vue de la psychologie humaine. Et bien sûr, quand nous parlons d'« inné », nous incluons tout l'acquis qui est génétiquement programmé.

[36]: Cette relation générale entre parents et enfants a évolué jusqu'à son existence actuelle par sélection naturelle parce qu'il est effectivement mutuellement bénéfique aux parents et aux jeunes enfants; une telle relation permet de subvenir aux besoins des individus et d'investir du capital dans leur être avant qu'ils ne soient capables de subvenir eux-mêmes à leurs propres besoins par la production. Ainsi, ce motif récurrent a son utilité. Mais il peut aussi être abusé. Et en effet, cette confiance aveugle envers les parents se dissout comme l'enfant grandit et devient un adulte responsable. Le problème ne se situe absolument pas dans la confiance aveugle des jeunes enfants, mais dans la rémanence de cette confiance chez des adultes et le détournement de cette confiance en une foi envers une entité surnaturelle incarnée dans les décisions des chefs politiques. Comme dit le proverbe: « Les politiciens sont comme les couches culottes: ils doivent être changés souvent. Et pour les mêmes raisons. » — Et nous pouvons compléter ce proverbe en ajoutant: Les adultes n'ont pas plus besoin des uns que des autres.

[37]: Le consensus commun de nos jours est que les parents ne peuvent aller jusqu'à tuer leurs enfants, ou même jusqu'à les frapper au point qu'ils soient hospitalisés. Maintenant, pour ce qui est d'établir des limites précises à l'autorité des parents, la législation ne promeut la liberté d'action ni pour les enfants ni pour les parents adoptifs potentiels, mais bien plutôt substitue l'autorité de l'État à celle des parents — l'État se comportant comme un sur-parent. À l'opposé, de nombreux libéraux avancent que l'autorité parentale est en une large mesure inutile et injustifiée; les parents n'ont pas le droit d'user de coercition à l'égard de leurs enfants pour que ces derniers se plient à leurs désirs. Selon ce point de vue, les États, même s'ils étaient une sorte de parents, ne mériteraient aucune autorité spéciale à ce titre. Voir le mouvement Taking Children Seriously, aussi présenté à cette conférence, qui développe des manières d'éduquer des enfants sans coercition. Quoiqu'il en soit, il est clair qu'une diminution de facto de la violence et de la fréquence des actes coercitifs de la part des parents ira de paire avec le progrès de la société.

[38]: Staline, plus ambitieux, était le Petit Père des Peuples — ce qu'il établit en assassinant des millions d'hommes, en déportant des populations entières, et en exterminant totalement des nations qu'il sentait lui opposer une résistance.

[39]: Hô Chi Minh était « l'Oncle Aîné », ce qu'il a aussi établi en faisant assassiner quiconque lui résistait.

[40]: Par exemple, le président français Mitterand, fut surnommé « Tonton » et à la fin de ses 14 ans de présidence, le surnom outrageusement déférent de « Dieu » lui a même collé.

[41]: Ainsi, les États les plus séculiers, et même les plus ouvertement athées, ne sont pas moins des superstitions blasphématoires que les théocraties religieuses les plus frappantes: leur revendication fondamentale est d'incarner l'Autorité même, que ce soit par identification personnelle, par délégation divine, par transsubstantiation mystérieuse, ou une combinaison des méthodes précédentes. Un exemple typique est la façon dont les démocraties transsubstantient les résultats des élections en une « Volonté du Peuple » sacrée, conférant des pouvoirs divins aux politiciens élus.

[42]: Voir la note ci-dessus dans la section Opinions et intérêts pour une courte introduction à la Mémétique.

[43]: Les mesures prises pour empêcher la population d'utiliser la raison consistent à ériger un mur d'émotions fortes autour du sujet à rendre tabou. Le premier jeu de mesures est d'employer des tactiques d'intimidation pour instiller la peur de tout changement. La coercition étatique est ainsi présentée comme une garantie, l'Ultime garantie contre le Mal. Mais les seules choses que garantit le droit d'employer la contrainte sont l'injustice et le mal eux-mêmes, cependant que la seule garantie possible du bien est l'harmonie des intérêts particuliers dans une société d'individus coopérant librement. Ces tactiques sont l'équivalent émotionnel du Sophisme de Prévention des Catastrophes et du Sophisme Moral discutés ci-dessus. Et elles sont efficaces: les gens sont prêts à éviter le risque d'un mauvais résultat en embrassant la certitude du pire résultat possible. Il suffit juste de rendre le risque évident et de cacher la nature de la certitude; les gens ayant une aversion pour le risque, ils comprennent rarement qu'avec la liberté, tout ce qu'ils risquent est une amélioration.

L'autre principal jeu de tactiques est d'isoler les gens les uns des autres et de les empêcher de coopérer, pour en appeler à l'intérêt marginal des individus contre leur intérêt moyen, dans un grand dilemme du prisonnier. (Encore une fois, il est frappant que les étatistes utilisent des arguments de théorie des jeux prétendant que l'intervention étatique résoudrait le dilemme du prisonnier, alors que c'est précisément l'intervention de l'État qui crée un gigantesque dilemme du prisonnier à l'échelle de la nation, pour commencer.) Toute concurrence émergente doit être soumise par la force, ou rendue inefficace par la tromperie, ou subvertie en corrompant ses chefs pour les intégrer au pouvoir établi. Par quelque moyen légal ou non (qui requierra éventuellement de promulguer une nouvelle législation), toute coordination des opprimés en un mouvement anti-politique est systématiquement supprimée. En fait, une propagande politique permanente, une ferveur religieuse financée avec l'argent des contribuables pour des réformes politiques, et même une « opposition politique » financée par l'impôt serviront à canaliser à tout instant toute énergie potentielle parmi le public dans des débats qui acceptent les prémisses fondamentales du pouvoir politique.

[44]: Bastiat, dans ses Sophismes Économiques, a remarqué comme il était impossible de suivre complètement une théorie fausse: même ceux qui en théorie défendent le plus ardemment les systèmes collectivistes dans leur pratique individuelle vivent selon les principes de la vie; ils peuvent appliquer leurs théories fausses plus ou moins, mais ils ne peuvent pas être cohérents dans cette application, à moins d'en mourir. Les principes de la Vie et de la Vérité sont cohérents, tandis que les principes de la Mort et de l'Erreur ne le sont pas — en fait, c'est précisément cette cohérence qui en fin de compte caractérise la Vérité, et c'est la raison pour laquelle, en dépit de symétries superficielles, il est impossible d'échanger Vie et Mort, Vérité et Erreur, Bien et Mal. Les jugements émotionnels sont en termes de catégories comme Ami et Ennemi; ils sont liés par des liens symétriques d'alliance et d'opposition. Les jugements rationnels, par contraste, et bien qu'ils se présentent superficiellement en terme de paires catégories symétriques comme Vérité et Erreur, sont en fait fondés sur des structures logiques avec des catégories infiniment nombreuses, liées par les liens intrinsèquement dissymétriques de l'implication logique.

[45]: Le mal ne peut que parasiter le bien. Les forces de la Mort ne peuvent que se nourrir de la Vie. Parasites et prédateurs ne peuvent jamais « gagner » contre leurs victimes et proies, ou ils s'éteindraient aussi par là même. C'est pourquoi même le régime le plus oppressif ne peut pas survivre à moins qu'il n'y ait plus de forces créatrices dans le corps du peuple opprimé que de forces destructrices employées par les oppresseurs — et à moins que les oppresseurs ne tombent avant, ces forces créatrices gagneront en fin de compte, bien que cela puisse prendre un temps très long, pendant lequel les forces destructrices causeront des souffrances et détruiront non seulement du capital matériel, mais aussi cette partie du capital psychologique fondamental qui permet la coopération humaine. Les libéraux doivent donc avoir confiance dans le futur lointain; ce dont nous devons nous soucier est la façon de se rapprocher du progrès plutôt que de s'en éloigner — quel rôle nous pouvons jouer pour faire que le progrès ait lieu.

Ecrire un commentaire - Communauté : La Cyber-résistance - Publié dans : Philosophie politique - Par Cyber-résistant
Retour à l'accueil

Profil

  • Cyber-résistant
  • Le blog de la Résistance sur Internet
  • Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamique

Jumelage

Voir les articles

INDEX

 

 READ THIS BLOG IN ENGLISH WITH GOOGLE Click here

Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamiqueL'image “http://img57.imageshack.us/img57/3474/bouton3sitany0.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell


DOSSIER

LE LIBERTARIANISME

Informez-vous sur la philosophie politique libertarienne


« Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve. »     John Adams

DOSSIER

LE WEB RESISTANT 

lewebresistant.gif

Informez-vous sur la cyber-résistance

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s'éloignant de leurs textes tandis que l'islam le fut en se rapprochant des siens. »                                                      Eric Conan



DOSSIER

FONDAMENTALISME, DJIHADISME, TERRORISME

L’ISLAMISME EST UN TOTALITARISME

img80/3421/poing1bjr1.jpg

Ce qu’il faut savoir sur l’une des plus grandes menaces politiques et religieuses du XXIème siècle

 


« Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à suprimer la pauvreté »                                                   Winston Churchill

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE SOCIALISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le socialisme


« Le Communisme est l'Islam du XXème siècle. »                                                   Jules Monnerot


DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE COMMUNISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le communisme

 

« La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à gouter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée.  »                            Carl Gustav Jung

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE NAZISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le nazisme


« Ils ignorent que les épées sont données pour que personne ne soit esclave. »                                                                                        Lucain

Partenaire :

 

Overblog

Fils...

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés