Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Résistance sur Internet
  • Le blog de la Résistance sur Internet
  • : Le WEB Résistant est le seul site francophone présentant toutes les références sur les sites de réinformation. Faites-le connaître autour de vous ! Ne restez pas seul, nous sommes nombreux.
  • Contact

Profil

  • Cyber-résistant
  • Ni totalitarisme nazi,
 ni totalitarisme communiste,
 ni totalitarisme islamique
  • Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamique

En bref

ajouter-favoris.png

Abonnement

Inscription à la newsletter

  

Center for Vigilant Freedom

The 910 Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Counterjihad Calendar 2009
The Counterjihad Calendar 2010

Counterjihad Brussels 2007

Counterjihad Vienna 2008

Counterjihad Copenhagen 2009

Counterjihad Zurich 2010

EU Eurabia Francais

Le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie

 
FAIRE LE TEST POLITIQUE ?

http://img263.imageshack.us/img263/2081/diagrammenolan.jpg

 

Web Statistics

 
Locations of visitors to this page

Entête

http://www.wikio.fr

"Si vous entendez ce message, c'est que vous êtes la résistance."

International Civil Liberties

About

The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc.  We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

We aim to promote the secular rule of law, which we believe to be the basis of harmony and mutual respect between individuals and groups in the increasingly globalised world, and to draw attention to efforts to subvert it.  We believe in equality before the law, equality between men and women, and the rights of the individual and are open to participation by all people who respect these principles.

We believe that freedom of speech is the essential prerequisite for free and just societies, secular law, and the rights of the individual.

We are committed to building and participating in coalitions in all parts of the world to effect significant progress in protecting rights of the individual which are sadly being eroded in many countries including those in the West.


Rejoindre le forum

 

The Center for Vigilant Freedom

10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 01:19

L'Empire socialiste des Inka


Université de Paris — Travaux et mémoires de l'Institut d'Ethnologie — V (1928)

par Louis Baudin
Professeur à la faculté de Droit de Dijon

 

Cet ouvrage a été publié en français en 1928 par l'Institut d'Ehtnologie. Il nous brosse un tableau surprenant : « Prodigieuse termitière administrative en forme de pyramide ; des armées d'inspecteurs de fonctionnnaires du cens, de statisticiens, de collecteurs de taxes, de chefs de centuries et de décuries enfermaient le pays dans un réseau étroit de surveillance. M. Baudin, dans son beau livre sur l'Empire socialiste des Incas (sic), explique comment tout le système reposait sur une science statistique incomparable, condition préalable de toute répartition de richesses [...] » (Paul Morand, Air Indien, Grasset, 1932). Monde statique, où l'individu s'efface et sans perspective de progrès, il apparaîtra comme un fascinant cauchemar pour les hommes épris de liberté.

Le livre a été traduit en anglais (Van Nostrand) avec une préface de Ludwig von Mises (ami et confrère de Baudin lorsqu'ils enseignaient à Genève et qui aida quelques années plus tard, avec le Volker Fund, à sa publication en langue anglaise)


Table des matières

 

Introduction

Chapitre I. Les sources

Chapitre II. L'hostilité du milieu

Chapitre III. L'Indien et ses origines

Chapitre IV. Le fondement économique de l'empire. Le principe de population

Chapitre V. Le fondement économique de l'empire. Le principe de hiérarchie

 

Chapitre VI. L'élément ancestral. La communauté agraire

 

Chapitre VII. Le plan rationel. Le socialisme d'État

 

Chapitre VIII. Le socialisme d'État. La limitation de la demande

Chapitre IX. Le socialisme d'État. La réglementation de l'offre

 

Chapitre X. Le socialisme d'État. L'équilibre de l'offre et de la demande

 

Chapitre XI. L'instrument d'unification : la route

Chapitre XII. L'expansion de l'Empire

Chapitre XIII. Coup d'œil sur la civilisation des Inka

Chapitre XIV. Une ménagerie d'hommes heureux

 

Chapitre XV. L'anthithèse espagnole

 

Conclusion

Appendice : A l'exemple des Inka

Annexes

Index bibliographique

Cartes géographiques



Introduction

 


Ellos (los Indios) eran soberbios, leales y francos,
ceñidas las cabezas de raras plumas,
! ojalá hubieran sido los hombres blancos
como los Atahualpas y Moctezumas !


(Rubén Dario, A Colón)



Eux (les Indiens), ils étaient fiers, loyaux et francs, leurs têtes étaient ceintes de plumes de grand prix, plût au ciel que les hommes blancs eussent été pareils à Atahualpa et à Montezuma !

 

La conquête du Pérou par les Espagnols n'est pas seulement un des drames les plus poignants que l'historien puisse évoquer ; c'est aussi le plus étrange spectacle qui ait jamais été offert à l'économiste. Deux civilisations, deux systèmes sociaux, deux conceptions de vie se sont heurtés et ce choc a fait crouler un Empire.

Cet Empire est celui des Inka.

Plusieurs auteurs tels que Lorente, Martens et Reclus, le qualifient de socialiste, parce que la terre au Pérou faisait l'objet d'un droit de propriété collectif des habitants ; d'autres, au contraire, comme Payne, Cunow et Latcham, tiennent cette épithète pour erronée, car ils estiment que les souverains péruviens s'étaient bornés à maintenir ces communautés agraires que l'on rencontre à l'aurore de toutes les civilisations et quasiment les cellules des sociétés primitives.

Le mot socialisme, il est vrai, prête à confusion; nous avons de nos jours tellement abusé de lui qu'il est devenu pour beaucoup une étiquette très vague, applicable à des théories fort différentes les unes des autres. Nous préciserons donc en nous plaçant strictement au point de, vue économique, que le socialisme, opposé à l'individualisme, comporte la substitution d'un plan rationnel d'organisation à l'équilibre spontané obtenu par l'action de l'intérêt personnel et le libre jeu de la concurrence, ce plan lui-même étant établi conformément à un certain idéal d'égalité de fait et grâce à la suppression de la propriété individuelle.

Rationalisation de la société, effacement de l'individu, tendance à égalité et suppression. de la propriété privée, telles sont les caractéristiques du socialisme que nous demandons au lecteur d'admettre comme un postulat.

Nous verrons que le Pérou des Inka n'est nullement un État socialiste pur conforme à cette définition, mais qu'il rappelle par certains points d'autres États de l'antiquité, notamment l'Égypte 1. En fait, il n'existe pas plus de socialisme pur qu'il n'existe d'individualisme parfait. Les absolus sont des cas-limites qui encadrent la vie économique et qui valent d'être étudiés, en raison de leur simplicité, comme première approximation de la réalité.

Cette réalité elle-même est beaucoup plus complexe et nous dirons, en anticipant sur nos conclusions, qu'il y a eu au Pérou à la fois du collectivisme agraire et du socialisme d'État, l'un très antérieur aux Inka, l'autre établi par ces conquérants, l'un résultat d'une longue évolution, l'autre création du génie humain.

Cette superposition des communautés agraires et du socialisme d'État permet de résoudre les contradictions que nous rencontrons dans un grand nombre d'ouvrages 2 et le véritable problème, tel qu'il se présente à nos yeux, est de rechercher comment elle a pu se réaliser dans la pratique. Nous ne devons pas perdre, de vue ce fait fondamental que la domination inka s'est étendue progressivement aux différentes tribus sud-américaines et peu de temps seulement avant l'arrivée des Espagnols ; par suite plusieurs régions ont fait partie de partie de l'Empire pendant un très petit nombre d'années. Or, les souverains inka avaient pour règle de respecter dans la plus large mesure les coutumes des peuples conquis. Le système qu'ils établissaient était donc appliqué différemment suivant les temps et les lieux. Pour le comprendre, il faut se représenter les tribus indiennes comme constituant une série de communautés sur lesquelles les Inka jettent le cadre d'une organisation socialiste, mais ce cadre n'est nullement rigide, comme l'ont imaginé la plupart des auteurs ; il est au contraire extrêmement souple et s'adapte plus ou moins aux organisations préexistantes. C'est cette inégale adaptation qui a amené certains écrivains à nier l'unité de l'Empire. Le cadre a du jeu et il finit, à la longue seulement, pour les tribus de la région centrale du Pérou, conquises depuis longtemps, par s'emboiter, exactement sur le substratum ancien.

Trois considérations rendent particulièrement intéressante l'étude de cet Empire : d'abord son isolement. Si une influence quelconque venue de l'Ancien Monde s'est fait sentir en Amérique avant l'arrivée de Colomb, elle remonte à des temps si lointains qu'elle peut être considérée comme de peu d'importance. Les grandes civilisations méditerranéennes se sont toutes conditionnées les unes les autres, mais les peuples des Andes n'ont reçu de personne le flambeau sacré, et ils ont dû eux-mêmes faire jaillir la lumière. On comprend aisément, la stupeur des Espagnols découvrant par delà les mers des villes, des temples, des palais, des routes, des magasins publics remplis de richesses, tout un peuple admirablement administré et qui cependant ne connaissait ni la roue, ni le fer, ni le verre, ni la plupart des outils en usage alors en Europe, qu'il n'avait pas ou presque pas d'animaux domestiques et qui ignorait l'écriture.

En second lieu, l'étude de l'Amérique du Sud au temps des Inka ne si nous reporte point aux époques brumeuses de la préhistoire, et ne saurait être comparée à celle de l'Égypte ou de l'Assyrie. C'est au moment de la découverte du Nouveau Monde que l'Empire inka atteignit son apogée, c'est-à-dire à la fin du XVe et au début du XVIe siècle. Si cet État nous semble tellement ancien que nous devons faire effort pour nous rappeler cette vérité élémentaire, c'est en raison de son isolement même. L'éloignement dans l'espace équivaut à un recul dans le temps.

Enfin, quoique de date récente, la dernière grande civilisation andine précolombienne demeure encore mystérieuse. Nombreux déjà sont ceux qui ont fouillé le passé pour lui arracher ses secrets, mais plus avec la préoccupation de reconstituer la chaîne des faits que d'approfondir le caractère des institutions. L'historien a rempli son œuvre ; il a frayé notre chemin, mais nous n'utiliserons le fruit de ses recherches que dans une mesure restreinte. Nous rappellerons en deux mots la suite des événements pour situer notre sujet, sans chercher aucunement à prendre position dans les controverses qui ont éclaté au sujet des généalogies royales ou des dates exactes des conquêtes.

Déjà de nombreuses difficultés nous attendent au seuil de ce travail. Ce n'est point que la documentation fasse défaut, ainsi qu'on serait tenté de le croire; bien au contraire, elle est surabondante; mais son dépouillement laisse dans l'esprit un ensemble de notions confuses. C'est avec la plus parfaite inconscience que les anciens chroniqueurs relatent des faits contradictoires et c'est avec une belle indifférence que tes écrivains modernes les reproduisent sans commentaires. Tel déclare que le commerce n'existe pas, et, plus loin, décrit des foires et des marchés ; tel autre nous représente les tribus andines avant la conquête inka comme plongées dans la barbarie, et parle ensuite de leurs méthodes de culture et de leur organisation. Autant de preuves des incertitudes qui subsistent dans l'esprit des auteurs. Aussi le résultat des lectures et des recherches est-il fort décevant : l'Empire des Inka nous est tout tour à tour représenté comme le développement normal d'une société antérieure ou la réalisation du plan conçu par un souverain de régime tyrannique le plus atroce que le monde ait jamais connu ou une organisation idéale dont la ruine doit nous arracher des larmes, un système perfectionné d'esclavage ou un séjour idyllique. Chaque écrivain, ancien ou moderne, suivant ses goûts, ses aspirations, ses idées, ses passions, a présenté un Pérou de sa façon, et le critique impartial se demande avec étonnement quel, est cet Empire étrange que de bons esprits ont pu considérer les uns comme un enfer et les autres comme un paradis.

Elle est bien vraie, la phrase mélancolique que Menéndez met en tête de son manuel de géographie et de statistique : « Aucun des Etats européens qui firent partie de la Monarchie espagnole ne fut l'objet de tant d'études que le Pérou, mais aucun n'a été aussi la source de tant d'inexactitudes et de tant d'erreurs 3. »

 

Ce n'est pas seulement l'économiste qui peut trouver profit à étudier l'organisation des Inka : l'historien, le sociologue, l'archéologue, l'ethnologue ont intérêt à la bien connaître pour orienter leurs recherches. Nous aurons d'ailleurs à les interroger tous, soit pour éclairer le passé à la lumière des vestiges que les fouilles ont mis à jour, soit pour révéler ­dans le présent les survivances capables de nous expliquer les antiques coutumes dont elles, sont le dernier reflet.

Il ne nous a malheureusement pas été possible de nous cantonner nous-mêmes dans le domaine économique, comme nous l'aurions désiré. ­L'insuffisance des travaux relatifs à l'Amérique du Sud précolombienne nous a contraint à étudier et à exposer certaines questions d'histoire ou de sociologie dont la connaissance est indispensable à l'intelligence de notre ouvrage. Du moins avons-nous procédé à cette étude le plus sommairement possible.

Le but de ce travail est purement scientifique : est-il besoin de le dire ? Les comparaisons entre des systèmes économiques établis à des époques différentes doivent toujours être faites avec la plus grande prudence, et nous soulignerons les exagérations des auteurs qui cherchent dans l'expérience péruvienne une apologie ou une condamnation du socialisme moderne. Pour mesurer la distance qui sépare la société inka de la nôtre, il suffit de remarquer que l'élite de l'Empire constituait une caste, qui a été détruite par les Indiens eux-mêmes au cours des guerres civiles et par les Espagnols lors de la conquête.

Et même si nous nous faisons illusion sur l'intérêt que peut présenter pour nos contemporains cette étude du passé, nous ne croyons pas qu'il soit inutile d'examiner cet Empire singulier, en démontant ses rouages compliqués, en le dépouillant de tous les faits politiques et militaires, de toutes les anecdotes et de toutes les légendes, sans la hantise des noms et des dates. Nous ne calomnions pas les économistes en déclarant qu'ils ignorent à peu près complètement le Pérou antique ; si seulement, grâce à nous, certains d'entre eux songent à l'étudier avec plus de pénétration que nous n'avons pu le faire nous-mêmes, nous ne regretterons pas d'avoir tenté de faire revivre en ces quelques pages l'extraordinaire aventure des Inka 4.



Notes

1 Il semble, que la Chine au XIe siècle ait vu aboutir une tentative de socialisation des plus curieuses, mais qui fut de courte durée et dont nous ne pouvons apprécier la portée, faute de documents.

2 Par exemple la, contradiction que signale Ugarte entre l'aspect centralisé à l'excès du gouvernement semi-divin des Inka et le régionalisme du système agraire (Los antecedentes históricos del régimen agrario peruano. Lima, 1918, p. 60).

3 D. Menéndez, Manual de geografía y estadística del Peru, Paris, 1861.

4 Qu'il nous soit permis de remercier ici l'éminent américaniste Docteur Rivet, dont les conseils nous ont été précieux et qui a mis sa riche bibliothèque à notre disposition avec une extrême amabilité.

 


Lisez le DOSSIER sur le SOCIALISME

http://2.bp.blogspot.com/_r9MPC8pB6dA/SUTcKbtOyBI/AAAAAAAAASw/x_lytwF9Ink/S230/logo-ps-anti.jpg

Partager cet article

Published by Cyber-résistant - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Jumelage

Voir les articles

INDEX

 

 READ THIS BLOG IN ENGLISH WITH GOOGLE Click here

Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamiqueL'image “http://img57.imageshack.us/img57/3474/bouton3sitany0.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell


DOSSIER

LE LIBERTARIANISME

Informez-vous sur la philosophie politique libertarienne


« Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve. »     John Adams

DOSSIER

LE WEB RESISTANT 

lewebresistant.gif

Informez-vous sur la cyber-résistance

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s'éloignant de leurs textes tandis que l'islam le fut en se rapprochant des siens. »                                                      Eric Conan



DOSSIER

FONDAMENTALISME, DJIHADISME, TERRORISME

L’ISLAMISME EST UN TOTALITARISME

img80/3421/poing1bjr1.jpg

Ce qu’il faut savoir sur l’une des plus grandes menaces politiques et religieuses du XXIème siècle

 


« Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à suprimer la pauvreté »                                                   Winston Churchill

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE SOCIALISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le socialisme


« Le Communisme est l'Islam du XXème siècle. »                                                   Jules Monnerot


DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE COMMUNISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le communisme

 

« La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à gouter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée.  »                            Carl Gustav Jung

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE NAZISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le nazisme


« Ils ignorent que les épées sont données pour que personne ne soit esclave. »                                                                                        Lucain

Partenaire :