Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Résistance sur Internet
  • Le blog de la Résistance sur Internet
  • : Le WEB Résistant est le seul site francophone présentant toutes les références sur les sites de réinformation. Faites-le connaître autour de vous ! Ne restez pas seul, nous sommes nombreux.
  • Contact

Profil

  • Cyber-résistant
  • Ni totalitarisme nazi,
 ni totalitarisme communiste,
 ni totalitarisme islamique
  • Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamique

En bref

ajouter-favoris.png

Abonnement

Inscription à la newsletter

  

Center for Vigilant Freedom

The 910 Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Counterjihad Calendar 2009
The Counterjihad Calendar 2010

Counterjihad Brussels 2007

Counterjihad Vienna 2008

Counterjihad Copenhagen 2009

Counterjihad Zurich 2010

EU Eurabia Francais

Le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie

 
FAIRE LE TEST POLITIQUE ?

http://img263.imageshack.us/img263/2081/diagrammenolan.jpg

 

Web Statistics

 
Locations of visitors to this page

Entête

http://www.wikio.fr

"Si vous entendez ce message, c'est que vous êtes la résistance."

International Civil Liberties

About

The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc.  We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

We aim to promote the secular rule of law, which we believe to be the basis of harmony and mutual respect between individuals and groups in the increasingly globalised world, and to draw attention to efforts to subvert it.  We believe in equality before the law, equality between men and women, and the rights of the individual and are open to participation by all people who respect these principles.

We believe that freedom of speech is the essential prerequisite for free and just societies, secular law, and the rights of the individual.

We are committed to building and participating in coalitions in all parts of the world to effect significant progress in protecting rights of the individual which are sadly being eroded in many countries including those in the West.


Rejoindre le forum

 

The Center for Vigilant Freedom

23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 14:46

DJIHAD ou JIHAD

 

Djihad signifie en arabe « effort vers un but déterminé ». L’expression complète est djihad fi sabil Allah, « effort sur le chemin de Dieu ». On a coutume, dans les langues européennes, de traduire djihad par « guerre sainte ». Il convient de bien en préciser le sens. Le djihad n’est pas une « guerre sainte » d’exécration et d’extermination, tel le herem biblique. Son but est de propager et/ou de défendre l’islam. Divers versets coraniques seraient à citer : ceux qui demandent de répandre l’islam par la persuasion ; ceux qui ordonnent de combattre pour repousser une attaque contre l’islam ; ceux qui ordonnent une offensive, mais hors des quatre mois sacrés ; ceux qui ordonnent le combat en tout temps. (Il faudrait tenir compte ici des « règles de l’abrogation », qui varient d’ailleurs selon les écoles.)

Rappelons d’abord la doctrine traditionnelle. L’islam est un universalisme. Sa propagation est un devoir pour la communauté musulmane. Il s’agit d’élargir toujours plus, jusqu’à la dimension du monde, la superficie des terres où seront reconnus « les droits de Dieu et les droits des hommes » prescrits par le Coran. Un appel (da‘wa) doit être adressé aux États qui ignorent l’islam ou le repoussent. S’ils se refusent à entendre cet appel, on peut alors (on doit, selon la plupart des auteurs) les attaquer les armes à la main. Ce n’est cependant pas le « crois ou meurs ». Les lois du djihad suivirent au cours des siècles les lois générales de la guerre. Il est même dit et redit que les non-combattants, femmes, enfants et moines, du moins s’ils ne prêchent pas la lutte, doivent être respectés. Les peuples vaincus, s’ils sont des croyants monothéistes « qui obéissent à un prophète », chrétiens, juifs, sabéens, mazdéens, peuvent ou se convertir à l’islam ou garder leur foi et leur organisation religieuse communautaire, à la seule condition de payer tribut. Ils deviennent en ce cas les « hôtes protégés » (dhimmi) de la communauté musulmane. Les non-croyants, eux, devraient ou se convertir ou être réduits en esclavage. Principe qui fut loin d’être partout et toujours appliqué.

L’obligation du djihad est une obligation religieuse qui ne cesse jamais. Mais il faut et il suffit qu’elle soit maintenue en un seul point des frontières musulmanes. Ce n’est donc pas une « obligation personnelle » (fard al-‘ayn), mais une obligation communautaire (ou « de suffisance », fard al-kifaya). Elle se transforme en « obligation personnelle » quand l’islam est attaqué et qu’est proclamée une mobilisation générale. Le djihad, comme toute guerre, serait de soi un mal (fasad). Mais, ayant pour fin de combattre un mal plus grand - l’impiété, la non-reconnaissance « des droits de Dieu et des droits des hommes » -, il devient un bien.

Quiconque entre en djihad doit le faire dans un esprit de total sacrifice de soi-même ; la participation au combat est dès lors un acte de « dévotion pure » (ikhlas). « Le djihad est le monachisme de l’islam », dit un hadith. Les combattants du djihad morts les armes à la main sont par excellence les « témoins » (shahid, pl. shuhada’). Ils sont assurés du salut éternel et entrent « sans retard » au paradis. « Ne crois surtout pas que ceux qui sont tués sur le chemin de Dieu sont morts ; ils sont vivants » (Coran, III, 149). Toute guerre, même à l’égard de non-musulmans, n’est pas djihad ; il y faut le motif directement religieux. Mais tout combattant d’une guerre juste est en un sens « témoin », et sera par participation shahid.

De nos jours, divers interprètes ont avancé que la lutte armée n’était que l’une des modalités du djihad. Il est même souhaitable, précisent-ils, qu’elle soit remplacée par l’apostolat et la propagande missionnaire, qui, elle, est indispensable. L’« effort sur le chemin de Dieu » reste obligation religieuse, mais peut et doit s’exercer aujourd’hui pacifiquement, par la persuasion, ainsi qu’y invitent plusieurs versets du Coran. Si toutefois un pays étranger ferme ses frontières aux apôtres de l’islam, le devoir de la lutte armée peut resurgir.

De nombreux auteurs spirituels, sunnites et shi‘ites, insistant sur le sens même du mot, enseignent que le premier « effort » est la lutte à exercer contre soi-même et ses passions, et contre tout mal moral au sein de la communauté. C’est là « le grand djihad (al-djihad al-kabir), la lutte armée contre les ennemis de l’extérieur n’étant que « le petit djihad » (al-djihad al-saghir). En comparaison de la « réforme des mœurs », dit Ghazzali dans l’Ihya’, la lutte armée est « comme un léger souffle de vent sur la mer agitée ».

 

Avec la montée de l’intégrisme dans le monde, ces jugements de musulmans tolérants sont vivement contestés dans les milieux islamistes radicaux. Un raidissement doctrinal est apparu d’abord, en 1979, dans l’univers shi‘ite, en Iran, avec l’instauration de la révolution islamique à l’initiative de l’ayatollah Khomeyni, puis dans le monde sunnite, avec l’établissement de la dictature islamiste au Soudan en 1989.

Mais c’est sans doute en Algérie que le djihad prend sa forme la plus aiguë dans les années 1990 : le Front islamique de salut, dissous par le pouvoir établi, puis le Groupe islamique armé s’en prennent aussi bien à des personnes d’origine européenne demeurées en terre d’islam qu’à des musulmans qu’ils jugent trop influencés par la culture occidentale.

Louis GARDET

© Encyclopædia Universalis


Le Jihad dans le coran et la tradition musulmane

Source : Géo-Islam

En Islam, la guerre fait partie de la religion : des chapitres du Coran (8, 9, 47, 48, etc) traitent de la guerre, du partage du butin (8 et 59). Les récits de la vie du prophète portent le nom significatif de “ maghâzi ”, récits de guerre : Mahomet aurait participé personnellement à au moins 80 combats. Pour les Musulmans, les conquêtes prodigieuses des VIIe et VIIIe siècles (futûhat) seraient la preuve de la vérité du message coranique.


Le Coran promet le paradis à ceux qui meurent au combat (S. 4, V. 74) : “ Qu’ils combattent donc dans le chemin de Dieu, ceux qui vendent la vie présente contre l’ultime. Et quiconque combat dans le chemin de Dieu, tué ou vainqueur, nous lui donnerons bientôt un énorme salaire ”.


Tout au long de l’histoire, cette affirmation est reprise par les commentateurs musulmans :


Al Bokhari (810-870)


“ Lorsque vous rencontrez l’ennemi, soyez endurants et sachez que le paradis est à l’ombre des sabres ”…


Al Tabarî (838-923)


Cet historien cite la lettre de Khalil ibn al-Walid, envoyée en 633 aux chefs perses, responsables de la surveillance des frontières : “ Devenez musulmans et soyez sauvés. Sinon, acceptez notre protection et payez la Gizya. Sinon, je viendrai contre vous avec des hommes qui aiment la mort autant que vous le vin ”. C’est dans le même état d’esprit que le GIA a envoyé au Président Jacques Chirac, en 1996, une lettre de menace et d’exhortation à la conversion...


Al Muttaki (1477-1567)


“ Le paradis est à l’ombre des épées… Un jour et une nuit de combat à la frontière valent mieux qu’un mois de jeûne et de prière… Les épées sont les clés du paradis… Chasse les juifs et les chrétiens de la péninsule arabique… ”


– Quelques versets appelant les Fidèles au jihad, guerre coraniquement légale contre les “ Mécréants et les Apostats ”  :


S. 2, V. 216


Le combat vous est prescrit et cependant vous l’avez en aversion. Peut-être avez-vous de l’aversion pour ce qui est un bien pour vous et de l’attirance pour ce qui est un mal pour vous. Dieu sait et vous ne savez pas.


S. 5, V 33.


Rien d’autre  : le paiement de ceux qui font la guerre contre Dieu et son messager et qui s’efforcent au désordre sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou qu’ils soient expulsés de la terre  : voilà pour eux l’ignominie ici bas  ; et au delà il y a pour eux un énorme châtiment.


S. 8, V. 17


Vous ne les avez pas tués (vos ennemis). C’est Dieu qui les a tués. Lorsque tu portes un coup, ce n’est pas toi qui le portes, mais Dieu qui éprouve ainsi les Croyants par une belle épreuve. Dieu entend et sait tout.


S. 8, V. 39


Combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de luttes doctrinales (guerre civile, désordre civil) et qu’il n’y ait pas d’autre religion que celle de Dieu. S’ils cessent Dieu le verra.


S. 9, V. 5


Lorsque les mois sacrés seront expirés, tuez les infidèles partout où vous les trouverez. Faites-les prisonniers ! Assiégez-les ! Placez-leur des embuscades ! S’ils font amende honorable, célèbrent l’office de la prière et payent la dîme, laissez-les poursuivre leur chemin ! Dieu est clément et miséricordieux.


S. 9, V. 29.


Combattez ceux qui ne croient pas en Dieu, au jour dernier, qui ne considèrent pas comme illicite ce que Dieu et son Prophète ont déclaré illicite, ainsi que ceux qui, parmi les gens des Ecritures, ne pratiquent pas la religion de la vérité, jusqu’à ce qu’ils paient, humiliés, et de leurs propres mains, le tribut.


S. 9, V. 41


Bondissez légers et lourds, et menez le combat avec vos biens et vos personnes, dans le chemin de Dieu. Cela est votre intérêt, si vous le comprenez.


S. 9, V. 111


Dieu a acheté aux Croyants leurs personnes et leurs biens contre le Paradis qui leur est réservé. Ils combattront au service de Dieu, tueront et seront tués. C’est là une promesse certaine dont Dieu s’est imposé la réalisation dans le Pentateuque, l’Evangile et le Coran. Et qui est plus fidèle dans ses engagements que Dieu !(...)


S. 9, V. 123


O Croyants ! Combattez les infidèles qui sont près de vous. Qu’ils trouvent en vous de la rudesse  ! Et sachez que Dieu est avec ceux qui le craignent.


S. 47, V 4


Lors donc que vous rencontrez ceux qui mécroient, alors frappez aux cols. Puis quand vous avez dominé, alors serrez le garrot.


S. 47, V. 35


Ne faiblissez pas et ne demandez pas la paix quand vous êtes les plus forts et que Dieu est avec vous  ! Il ne vous privera pas des conséquences de vos oeuvres.


S. 8, V. 67


Aucun Prophète n’a pu faire de prisonniers sans avoir procédé à des massacres sur la terre. Vous recherchez les biens de ce monde alors que Dieu veut vous faire gagner le Paradis. Dieu est puissant et sage.


Le butin prélevé à l’issue du jihad  :


S. 8, V. 69


Disposez de ce qui est licite et bon dans le butin que vous avez fait. Craignez Dieu. Dieu est clément et miséricordieux.


S. 8, V. 41


Si vous croyez en Dieu et à ce que Nous avons révélé à Notre Serviteur le jour où a été faite la distinction et où les deux groupes se rencontrèrent, sachez que sur le moindre butin que vous aurez fait, un cinquième revient à Dieu, au Prophète, à ses proches, aux orphelins, aux pauvres et aux voyageurs. Dieu est tout-puissant.


“ Plus que les tactiques ou stratégies militaires, conclut le Général J. G. Salvan, c’est la submersion démographique (Coran S 2, V 223) et le conditionnement psychologique des guerriers, assurés du paradis s’ils tombaient au combat contre les Infidèles, qui assurèrent les victoires de l’islam du VIIème au XVIème siècles ”..., L’islam et la guerre, op. cit..


Alexandre del Valle est géopolitologue, auteur de nombreux articles et ouvrages dont "Le Totalitarisme Islamiste" et "Le Dilemme Turc" parus aux éditions des Syrtes.

L'Islam et la guerre
Source : Revue du mil

"Toute mystique dégénère en politique ", constatait lucidement Péguy il y a 90 ans. Il est donc indispensable de faire un bref rappel théologique sur l'Islam, pour comprendre les problèmes politiques qu'il nous pose et nous posera encore longtemps.

Paru dans la Revue du MIL, octobre 1998 ...

Mahomet, en langue arabe Muhammad ou Mohamed, fils d'Abdullâh et d'Aamina, naquit à la Mecque en 570. Cette époque est marquée à La Mecque et en Arabie par de terribles rivalités entre Chrétiens, Juifs et Polythéistes : en 523,des tribus juives des environs de la Mecque ont entièrement détruit le royaume chrétien du Yémen. En 610, Mahomet, qui connaissait assez bien l'Ancien Testament et superficiellement les Evangiles, surtout dans les versions apocryphes et gnostiques, déclara avoir reçu, par le truchement de l'ange Gabriel, la Révélation de la Parole de Dieu, qui lui aurait été transmise jusqu'à sa mort en 632. Cette parole de Dieu, versifiée pour faciliter la mémorisation et la psalmodie, forme le Coran. Pour une majorité des Musulmans, le Coran est la parole même de Dieu, incréée en Mohamed : on n'y peut rien ajouter, rien retrancher.

Initialement, l'audience de Mohamed à La Mecque fut limitée. Son message était alors spirituel et caritatif.

Manifestement, Mahomet, scandalisé par les querelles entre Juifs et Chrétiens, a voulu revenir à la vieille religion abrahamique (Sourate 2,versets 130 & 135 : « Et ils disent soyez juifs ou Nazaréens, vous serez sur la guidée. Dis : non, mais suivez en sincérité la religion d'Abraham ! Lui n'a pas été du nombre des faiseurs de dieux!"!"

En 622, Mahomet émigra à Yatrib, qui va devenir la ville du prophète (Médinat an Nabi), dont nous avons fait Médine. Là, sa prédication devint guerrière et manichéenne. De cette ville, il lança ses fidèles à l'assaut des caravanes, de La Mecque, du monde. Il fonda une religion séculière, à laquelle rien n'est étranger, reprenant le vieux concept totalitaire de Darius et des Perses, celui du calife, chef politique, militaire et religieux ,vicaire de Dieu (sourate 2,verset 30). Les Musulmans ne doivent obéir qu'à Dieu et aux dirigeants musulmans, Mohamed insiste à plusieurs reprises sur ce point (Sourate 60,versets 1 et 13).

La principale différence entre la plupart des religions et l'Islam, c'est donc que Mahomet fut le chef politique, militaire et religieux d'un groupe de fidèles qu'il chargea de conquérir le monde.

Si le Coran (« la Recitation ») est la principale source de la religion musulmane, les propos de Mahomet qui n'étaient pas explicitement une révélation ont été conservés, souvent par écrit : ils forment la Sunna (« tradition »), ou le Hadîth (« parole »), second texte sacré des Musulmans.

Dans le Coran, environ 70 versets traitent du statut de l'homme, de la femme, de l'esclave, du non-musulman, du mariage et du divorce, de l'héritage, de la justice, du gouvernement, du vêtement, des interdictions alimentaires etc.

Rien n'est donc plus étranger à l'Islam que le concept de laïcité, de séparation des pouvoirs politiques, judiciaires, militaires et religieux.

De plus, à partir de la sourate : "tous les Musulmans sont frères", l'Islam privilégie l a communauté islamique (Oumma al-islamiyya) et non pas l'individu : on est avant tout membre d'une famille, d'une tribu, d'un pays. Chaque membre d'une famille, d'un état est responsable de tout ce que font les autres. La responsabilité est donc d'abord collective, ce qui explique le problème des otages ou des attentats "aveugles". Le roi du Maroc était dans cette logique lorsqu'il internait la famille Oufkir...

Par ailleurs, le principe de non-contradiction n'existe pas dans le monde sémite, dont Mahomet est issu : deux propositions antagonistes peuvent être vraies dans des situations ou à des moments différents. Par exemple, dans la sourate II, versets 186 & 187 :"Et combattez dans le chemin de Dieu ceux qui vous combattent ,et ne transgressez pas. Dieu n'aime pas les transgresseurs. et tuez ceux-là, où que vous les rencontriez ; chassez-les d'où ils vous ont chassé : la persécution est plus grave que le meurtre ... Donc, s'ils vous combattent, tuez-les. Telle est la récompense des mécréants"; au verset 256:"pas de contrainte en religion" .Et dans la sourate III, verset 85 : "Et quiconque désire une religion autre que la soumission, de celui-là ce ne sera point reçu ! Et il sera dans l'au-delà, parmi les perdants." Dans la sourate V, verset 51,on lit : "Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Nazaréens (chrétiens)",et au verset 69 : "Oui, ceux qui croient, et ceux qui sont devenus Juifs, et les Sabéens et les Chrétiens, quiconque croit en Dieu et au jour dernier et fait oeuvre bonne, pas de crainte pour eux, point ne seront affligés." . Trop souvent, les Occidentaux ne prêtent attention qu'aux versets les plus anodins...

De plus, seuls des Musulmans peuvent diriger des Musulmans, sauf cas de force majeure, et alors la duplicité est recommandée dans la sourate III, verset 28 : "Que les croyants ne prennent pas pour patrons des mécréants au lieu de croyants ! Quiconque le fait n'est en rien de Dieu, à moins que vous ne craigniez d'eux quelque crainte". Sourate 60, verset 9 : "Dieu vous empêche, à l'égard de ceux qui vous ont combattu pour la religion… de les prendre pour patrons".

Comme la dialectique marxiste, la théologie musulmane peut légitimer n'importe quoi, a posteriori, à partir d'un verset du Coran, ou d'un Hadith : c'est ainsi qu'on peut expliquer pourquoi le prophète avait neuf épouses, alors que la révélation obligeait à se limiter à quatre, etc…

Dans les années qui suivirent la mort de Mahomet, l'Islam provoqua un foisonnement intellectuel, jusqu'au XIIème et XIIIème siècles de notre ère. Les théologiens de l'Islam, schématiquement, se sont partagés en trois groupes opposés.

Pour la majorité d'entre eux, le Coran doit être pris à la lettre, toute recherche et réflexion personnelle doit être proscrite : ce fut la position d'El Ashari, de Ghazâlî (dcd 1111) : il écrivit "La réfutation des philosophes", condamnation sans appel d'Aristote et de tous ceux qui se réclamaient d'une démarche critique pour comprendre le Coran. Il fit admettre que toute recherche était close. Ce courant de pensée est prolongé par Ibn Taymiyya, le le plus strict représentant du courant hanbalite (dcd 1328), Mohamed ben abd el Wahhâb (1706-1791), fondateur de la secte wahhabite ultra-fondamentaliste, elle-même issue de l'école hanbalite, ou encore Hassan el Banna (1906-1949) fondateur des « Frères musulmans ». C'est la position des Saoudiens qui aujourd'hui subventionnent la formation des imams les plus retrogrades. Le résultat, ce fut la stagnation intellectuelle dès le XIIIème siècle : l'initiative ou « effort d'interprétation » (ijtihâd) fut bannie et le conformisme (taqlîd) prit la force du dogme. Le déclin politique islamique suivit très vite, dès que la supériorité militaire musulmane fut remise en question après les batailles de Lépante (1571) et de Vienne (1683).

Des rationalistes estiment que le Coran fut reçu par un homme d'une époque et d'une culture donnée, qu'il doit être interprété à la lumière de l'intelligence humaine et des connaissances actuelles. D'une façon générale les savants musulmans eurent plus de succès en Occident que chez eux. Les grandes figures de ce mouvement furent Avicennne (Ibn Sinna, 980-1037), Averroès (Abu ibn Ruchd, 1126-1198), Ibn Khaldoun (1312-1406). En avril 1978, un imam libanais, contemplant les matériels radioélectriques de ma jeep de commandement me déclara avec un grand geste : "Science inutile!". Pour lui, seule l'étude du Coran et des Hâdiths constituait la science utile…

Des mystiques musulmans enfin estiment que l'homme peut rencontrer Dieu dans une expérience personnelle. Ces mystiques, que l'on rencontre encore dans les confréries musulmanes (soufi, tidjani, sennoussi etc.) furent constamment persécutés et restent minoritaires. En particulier l'école mutazilite (VIIIème-XIIIème siècle), qui refusait le caractère incréé du Coran, affirmait que Dieu respecte la liberté humaine : son principal interprète, Hallâdj, fut crucifié en 922.

L'Islam et la guerre

La guerre fait partie de la religion : deux chapitres du Coran (sourates 47 & 48) traitent de la guerre, deux du partage du butin (8 & 59). Les récits de la vie du prophète portent le nom significatif de "maghâzi", récits de guerre (ou plus littéralement « récits de razzias ») : Mahomet aurait participé personnellement à 80 combats. Pour les Musulmans, les conquêtes prodigieuses des VIIème et VIIIème siècles (futûhat) seraient la preuve de la vérité du message coranique.

I1 y a plus de 100 versets qui incitent au combat dans le Coran. A l a Mecque, Mahomet utilisait le terme « djihad » qui peut prendre trois sens en arabe :

- d'abord l'ascèse spirituelle, pour vaincre le mal en soi et s'élever vers la sainteté,

-ensuite la lutte contre les non-croyants,

-enfin le combat contre les mauvais musulmans, acception la plus développée et commentée par les écoles juridiques musulmanes.

Notons en passant que les Musulmans, comme les fidèles d'autres religions, n'hésitent pas à transgresser les prescriptions coraniques. La sourate II, verset 95, promet l'enfer à quiconque tue intentionnellement un Musulman : lors des conflits entre l'Irak et Iran ou le Koweït, des Musulmans de deux camps se sont entretués, comme ils le font toujours en Algérie. Dans une religion sans autorité spirituelle suprême, il est facile de transformer un ennemi ou un rival en mauvais musulman : ce fut le sort du propre gendre du prophète, Ali, comme du troisième calife, Othman, comme celui de bien des mystiques, mutazilite ou soufi.

A partir de Médine, Mahomet utilise le terme "qital", la guerre où l'on tue, la tuerie. Plusieurs préceptes méritent d'être médités, en particulier dans la sourate 47;

-verset 4 : "Lors donc que vous rencontrez ceux qui mécroient, alors, frappez aux cols. Puis quand vous les avez dominés, alors serrez le garrot."

-verset 35 : "ne faiblissez pas, donc, appelez à la paix quand vous avez le dessus. Dieu est avec vous".

Dans la sourate 5, verset 33 : "Rien d'autre : le paiement de ceux qui font la guerre contre Dieu et son messager et qui s'efforcent au désordre sur la terre, c'est qu'ils soient tués, ou crucifiés, ou que leur soit coupée la main et la jambe opposées, ou qu'ils soient expulsés de la terre : voilà pour eux l'ignominie ici bas ; et au delà il y a pour eux un énorme châtiment".

Enfin dans la sourate 9, verset 29 : "Combattez ceux qui ne croient ni en Dieu, ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce que Dieu et son messager ont interdit, et ceux des gens du Livre qui ne se donnent pas comme religion la religion de vérité, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation sur le revenu des mains ; et qu'ils se fassent petits."

Cela dit, les dirigeants musulmans au cours de l'histoire ont appliqué les enseignements les plus rudes du prophète. Plus que par des tactiques ou stratégies militaires, c'est la submersion démographique (S2, v223) et le conditionnement psychologique des guerriers, assurés du paradis s'ils tombaient au combat contre les infidèles, qui assurèrent les victoires musulmanes du VIIème au XVIème siècles.

Le Coran promet le paradis à ceux qui meurent au combat (S4,v 74) : "Qu'ils combattent donc dans le chemin de Dieu, ceux qui vendent la vie présente contre l'ultime. Et quiconque combat dans le chemin de Dieu, tué ou vainqueur, nous lui donnerons bientôt un énorme salaire." Tout au long de l'Histoire, cette affirmation est reprise par les commentateurs musulmans.

Al Bokhari (810-870)

..."Lorsque vous rencontrez l'ennemi, soyez endurants et sachez que le paradis est à l'ombre des sabres."…

Al Tabarî (838-923)

Cet historien cite la lettre de Khalil ibn al-Walid, envoyée en 633 aux chefs perses, responsables de la surveillance des frontières : « Devenez musulmans et soyez sauvés. Sinon, acceptez notre protection et payez la Giziya. Sinon, je viendrai contre vous avec des hommes qui aiment la mort autant que vous le vin ».

Al Muttaki (1477-1567)

"Le paradis est à l'ombre des épées… Un jour et une nuit de combat à la frontière valent mieux qu'un mois de jeûne et de prière... Les épées sont les clés du paradis... Chasse les juifs et les chrétiens de la péninsule arabique..."

L'islam et les autres religions

Le Coran institue une triple inégalité : l'inégalité entre homme et femme, croyant et incroyant, maître et esclave.

Quoiqu'en prétendent certains Musulmans, le Coran prône la subordination de la femme à l'homme. Dans la sourate IV, v34 : "Les hommes sont les directeurs pour les femmes, à cause de l'excellence qu'entre eux Dieu accorde aux uns sur les autres, ainsi que de la dépense qu'ils font de leur bien... Et quant à celles dont vous craignez l'infidélité, exhortez-les, abandonnez-les dans leurs lits et battez-les". Au verset 12 de la même sourate, à propos de l'héritage : "Voici ce que Dieu vous enjoint au sujet de vos enfants : au garçon, une part comme celle de deux filles."."

Comme rappelé plus haut, le non-musulman ne peut ni diriger des Musulmans, ni épouser une Musulmane, ni témoigner en justice contre un Musulman. Dans beaucoup de pays musulmans, le non-musulman ne peut pas posséder de terre ou d'entreprises. I1 doit payer un impôt spécial, la "giziya".

L'esclavage est admis par le Coran. Des règles très strictes sont imposées pour protéger l'esclave musulman et faciliter sa libération. L'esclavage des Arabes est proscrit par un hâdith rapporté par Sarakhsi. En revanche, rien ne s'oppose à l'esclavage des non-musulmans. Et du VIIème au XIXème siècles, les trafiquants musulmans furent les spécialistes de la capture et de la vente d'esclaves, particulièrement en Afrique.

La crainte de l'esclavage, le refus de payer un impôt supplémentaire expliquent les conquêtes foudroyantes des musulmans qui restent un des rares colonisateur à avoir réussi.

Notons que les Juifs et les Chrétiens sont rejetés à plusieurs reprises dans le Coran: Sourate 5 verset 151, Sourate 9 verset 30.

Les Chrétiens sont rejetés dans la Sourate 5, verset 17. Le Coran refuse l'Incarnation (sourate 2,verset 116, sourate 5 verset 72 & 75). Jésus n'est pas Dieu, c'est un prophète, un simple messager de Dieu (S5,v 17).

Le refus de la Trinité apparaît dans la sourate 4, verset 171, et la sourate 5, versets 75 & 116 : "Et quand Dieu dira' O Jésus fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens : prenez-moi, ainsi que ma mère pour deux divinités en dehors de Dieu ?"

C'est d'ailleurs à propos de ce verset qu'il faut poser la question du sérieux de la révélation reçue par Mahomet : dans aucune religion chrétienne la Trinité n'a inclus la Vierge Marie. De même, Mahomet prétend les Juifs et les Chrétiens en désaccord sur la place d'Abraham: "O gens du Livre, pourquoi vous disputez-vous au sujet d'Abraham, alors que la Thora et l'Evangile ne sont descendus qu'après lui ?".

Le Coran nie la crucifixion du Christ, historiquement attestée (sourate 4, versets 156 & 157) : "tout est venu de leur mécréance et de leur parole contre Marie -énorme calomnie- et de leur parole' nous avons vraiment tué le Christ' ; Jésus le fils de Marie, le messager de Dieu! ... Or ils ne l'ont tué ni crucifié, mais on leur a apporté quelque chose de ressemblant !"

De plus, dans la sourate 19, verset 28, Mahomet paraît confondre Marie, la mère de Jésus, avec la soeur d'Aaron et de Moïse...

Conclusion

Actuellement, les Islamistes ont forgé à partir du message prêché à Médine une idéologie qui :

- élimine le message "mecquois » de tolérance et de bonté ;

- récuse la laïcité, et en particulier la séparation des domaines religieux, politiques et judiciaire ;

- prône le partage des richesse du Nord développé et des états pétroliers avec les pauvres du Sud ;

- remet en cause les frontières existantes : il ne devrait exister qu'une limite provisoire entre les domaines des croyants et des incroyants ;

- légitime la violence pour parvenir à ses fins.

Notons le rôle très ambigu de l'Arabie saoudite, qui finance la propagation de la théologie musulmane la plus rétrograde par la "Rabitat", grâce au pactole pétrolier.

Il me faut citer trois déclarations très caractéristiques, auxquelles les dirigeants français se sont refusé à donner la moindre publicité :

-"Le Coran fait interdiction absolue à un Musulman d'accepter la souveraineté d'un non-Musulman en terre d'Islam. Il n'y a, à ce principe, aucune exception, ni à Jérusalem, ni au Caire, ni à Beyrouth, et pas même à Madrid ou peut-être demain à Paris. »

(Cheikh Samir Bou Assad, les Cahiers de l'Ouest, n° 7, 3° trimestre 1987, Paris)

Dans "Le paradoxe de Roubaix", de Philippe Azziz, Plon,1995, p.89 et 90, voici les propos de Mohamed Sabaoui : "Si les lois de la République ne sont pas conformes aux lois coraniques, elles ne devraient pas être imposées aux Musulmans. Ces derniers ne devraient être gouvernés que selon la charia, la loi de Dieu ...qui est la meilleure du monde. Ils pourront avoir un territoire ou quelques villes ou ils pourront appliquer sans entrave les préceptes du Coran…

- Donc des enclaves qui échapperont à la loi commune?

- Oui.

- Et où situez-vous ces enclaves?

- Dans le Nord, c'est tout trouvé. Ce sera Roubaix, qui est déjà majoritairement musulman... Si tous les Musulmans optent, lors des prochaines municipales, pour un vote islamique, le prochain maire pourra être un Musulman. Après négociation avec l'Etat et la religion, il pourra déclarer Roubaix enclave musulmane libre et imposera progressivement la charia à l'ensemble des habitants.

Et que ferez-vous des Roubaisiens non-musulmans ?

…La législation islamique a prévu ce cas : la minorité chrétienne aura un statut de Dhimmis. Ce seront des citoyens non pas de seconde zone, mais à part, et ils auront toute latitude pour racheter leur liberté et leurs droits grâce à un impôt Spécial. En outre , nous ferons tout pour les amener dans le giron de l'Islam en utilisant non point la violence mais la persuasion...Nous sommes déjà en train, moi et mes camarades, à l'Université de Lille, de mettre sur pied des brigades de la foi qui seront chargées de convertir les Roubaisiens chrétiens ou juifs ».

Dans un numéro de la revue "Politique internationale" paru durant l'hiver 96-97, le mollah Mohammad Omar, chef suprême des Talibans afghans, déclarait : "Nous devons purifier nos sociétés musulmanes avant de nous préoccuper du reste du monde, pour détourner celui-ci du chemin de Satan et lui faire regarder la vérité en face. L'événement le plus marquant de l'époque actuelle, ce n'est pas l'invention de l'ordinateur ou d'autres machines tout aussi absurdes, mais le renouveau de l'Islam et de sa mission : sauver le monde de l'ignorance, et civiliser une humanité qui est retournée à l'état sauvage...

De par sa nature même, la femme est un être faible et vulnérable à la tentation. Si on la laisse sortir de chez elle hors de la surveillance de son père, de son frère, de son mari ou de son oncle, elle aura vite fait de se laisser entraîner dans la voie du péché ...comme le montre l'expérience des pays occidentaux, c'est le premier pas vers la prostitution." Et à propos des mutilations prévues par la charia : "Un homme amputé d'un doigt ou d'un bras ...s'est acquitté de sa dette envers la société et peut immédiatement retourner travailler pour nourrir sa famille."

Cela dit, beaucoup de Musulmans sont actuellement très mal dans leur peau. Les théologies selon lesquelles le Coran doit être pris à la lettre résistent mal aux chocs, des techniques, des théories scientifiques et des média occidentaux. Aujourd'hui, la plupart des Musulmans sont atteints de strabisme divergent : ils gardent un oeil vers la Mecque, mais l'autre est tourné vers New-York ou Paris. Il leur faudra rapidement choisir entre la logique du Coran et celle de l'ordinateur ....

Si les dirigeants occidentaux et français se décidaient à appliquer les lois qui existent, si les groupes de pression tiers-mondiste et antiracistes cessaient de prôner une France multiculturelle, l'ouverture de nos frontières sans contrôle, et de donner des espoirs fallacieux aux Musulmans les plus rétrogrades, les Musulmans raisonnables et modérés, qui sont majoritaires, ne demanderaient qu'à vivre pacifiquement chez nous ou au Maghreb qui dispose de tous les atouts pour un développement durable...

Général (CR) J.G.Salvan,10 juin 1997

Bibliographie :

Coran : pour éviter toute accusation d'avoir trahi le sens des versets cités, j'ai utilisé la traduction du Coran, effectuée par Monsieur Hamidullah, Musulman, pour le Club Français du Livre, publiée en 1959. A mon sens, cette traduction atténue la brutalité de plusieurs versets.


Alexandre del Valle est géopolitologue, auteur de nombreux articles et ouvrages dont "Le Totalitarisme Islamiste" et "Le Dilemme Turc" parus aux éditions des Syrtes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Le WEB Résistant
commenter cet article

commentaires

Jumelage

Voir les articles

INDEX

 

 READ THIS BLOG IN ENGLISH WITH GOOGLE Click here

Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamiqueL'image “http://img57.imageshack.us/img57/3474/bouton3sitany0.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell


DOSSIER

LE LIBERTARIANISME

Informez-vous sur la philosophie politique libertarienne


« Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve. »     John Adams

DOSSIER

LE WEB RESISTANT 

lewebresistant.gif

Informez-vous sur la cyber-résistance

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s'éloignant de leurs textes tandis que l'islam le fut en se rapprochant des siens. »                                                      Eric Conan



DOSSIER

FONDAMENTALISME, DJIHADISME, TERRORISME

L’ISLAMISME EST UN TOTALITARISME

img80/3421/poing1bjr1.jpg

Ce qu’il faut savoir sur l’une des plus grandes menaces politiques et religieuses du XXIème siècle

 


« Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à suprimer la pauvreté »                                                   Winston Churchill

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE SOCIALISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le socialisme


« Le Communisme est l'Islam du XXème siècle. »                                                   Jules Monnerot


DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE COMMUNISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le communisme

 

« La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à gouter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée.  »                            Carl Gustav Jung

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE NAZISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le nazisme


« Ils ignorent que les épées sont données pour que personne ne soit esclave. »                                                                                        Lucain

Partenaire :