Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Résistance sur Internet
  • Le blog de la Résistance sur Internet
  • : Le WEB Résistant est le seul site francophone présentant toutes les références sur les sites de réinformation. Faites-le connaître autour de vous ! Ne restez pas seul, nous sommes nombreux.
  • Contact

Profil

  • Cyber-résistant
  • Ni totalitarisme nazi,
 ni totalitarisme communiste,
 ni totalitarisme islamique
  • Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamique

En bref

ajouter-favoris.png

Abonnement

Inscription à la newsletter

  

Center for Vigilant Freedom

The 910 Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Counterjihad Calendar 2009
The Counterjihad Calendar 2010

Counterjihad Brussels 2007

Counterjihad Vienna 2008

Counterjihad Copenhagen 2009

Counterjihad Zurich 2010

EU Eurabia Francais

Le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie

 
FAIRE LE TEST POLITIQUE ?

http://img263.imageshack.us/img263/2081/diagrammenolan.jpg

 

Web Statistics

 
Locations of visitors to this page

Entête

http://www.wikio.fr

"Si vous entendez ce message, c'est que vous êtes la résistance."

International Civil Liberties

About

The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc.  We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

We aim to promote the secular rule of law, which we believe to be the basis of harmony and mutual respect between individuals and groups in the increasingly globalised world, and to draw attention to efforts to subvert it.  We believe in equality before the law, equality between men and women, and the rights of the individual and are open to participation by all people who respect these principles.

We believe that freedom of speech is the essential prerequisite for free and just societies, secular law, and the rights of the individual.

We are committed to building and participating in coalitions in all parts of the world to effect significant progress in protecting rights of the individual which are sadly being eroded in many countries including those in the West.


Rejoindre le forum

 

The Center for Vigilant Freedom

14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 11:15

International Civil Liberties Alliance 

Chronique de Liberty Vox

 

http://tundratabloids.com/wp-content/uploads/2012/07/Alain-Wagner-speaks-940x198.jpg


Lobbyistes musulmans représentant les États-Unis à la Conférence européenne des droits de l'homme

 

Dans le monde non-musulman, les « droits humains » se réfèrent à l'Organisation des Nations Unies Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948, qui affirme que toutes les personnes - hommes et femmes - sont garantis des droits individuels. En revanche, le monde musulman définit le terme « droits de l'homme », selon la Déclaration du Caire sur les droits de l'homme en Islam, qui veut que les hommes et les femmes ne sont pas égaux et qu'il est du devoir des hommes et des femmes de suivre la volonté de Dieu », conformément à la loi de la charia.

 

La liberté d'expression en Europe et en Amérique du Nord est de plus en plus menacés en raison d'une confusion croissante entre les dirigeants occidentaux sur la façon de définir les « droits de l'homme. » Le problème est aggravé par le politiquement correct des gouvernements occidentaux, qui cherchent à imposer le respect multiculturel avec la charia islamique comme un moyen d'apaiser les groupes de pression musulmans.

Ceux-ci et d'autres « dérives » politiques et sociétales ont été catapulté au-devant de la scène par un groupe bien organisé et très éloquent des militants de la liberté de parole qui ont assisté aux réunions de mise en œuvre de la dimension humaine [HDIM], une grande conférence internationale sur les droits de l'homme - cette année tenue à Varsovie, Pologne, du 24 Septembre au 5 Octobre - et parrainé chaque année par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe [OSCE].

Ces dernières années, les réunions d'implémentation de la dimension humaine de l'OSCE ont fait l'objet d'une intense campagne de lobbying par l'Organisation de la Coopération islamique, un bloc de 57 pays musulmans qui sont déterminés à exercer des pressions sur les pays occidentaux pour en faire un crime international de critiquer l'islam.

En Août 1990, les États membres musulmans de l'Organisation de la Coopération islamique a officiellement adopté la Déclaration du Caire sur les droits de l'homme en Islam, dilemme a un autre document des Nations Unies de 1948, la Déclaration universelle des droits de l'homme. La Déclaration du Caire stipule que les gens ont "la liberté et le droit à une vie digne, conforme à la charia islamique."

La Pax Europa Bürgerbewegung [BPE], dans une communication écrite à la session de travail des Human Dimensions Implementation Meetings sur les libertés fondamentales, a souligné qu'aujourd'hui le terme « droits de l'homme » a deux significations incompatibles. Dans le monde non-musulman, « droits humains » se réfère à la Déclaration universelle des droits de l'homme, qui affirme que toutes les personnes - hommes et femmes - sont garantis par les droits individuels.

En revanche, dans le monde musulman, les « droits humains » sont définis conformément à la Déclaration du Caire, qui veut que les hommes et les femmes ne sont pas égaux et qu'il est du devoir des hommes et des femmes de suivre la volonté de Dieu. La dignité est accordée seulement à ceux qui se soumettent à la volonté d'Allah. La Déclaration du Caire divise tous les êtres humains en deux personnes morales distinctes au sein de ses catégories définies, à savoir les hommes et les femmes, croyants et non-croyants. Aux droits ou libertés sont obligatoires selon les commandements d'Allah tel que livré par Mohammed, le prophète musulman.

Le BPE a demandé à l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe afin de préciser quelle définition des droits de l'homme est appelée lors des discussions de la Conférence. La déclaration dit : « Quand BPE traite de la situation des jeunes filles et des femmes en ce qui concerne les mariages forcés, la violence et / ou les excisionss [les mutilations génitales féminines], BPE se réfère toujours à la Déclaration universelle des droits de l'homme, alors que les États membres de l'Organisation de la Coopération islamique se réfèrent exclusivement à la Déclaration du Caire, qui a des ramifications sur le statut de la fille ou de la femme. Les États participants de l'OSCE qui sont également membres de l'Organisation de la Coopération islamique se réfèrent donc à un ensemble différent de droits de l'homme à la HDIM. Il s'ensuit que, dans la dimension humaine de l'OSCE, il y a deux ensembles opposés diamétralement des droits de l'homme. »

L'International Civil Liberties Alliance, dans une déclaration écrite à la session de travail des Human Dimensions Implementation Meetings sur la liberté de pensée, de conscience, de religion ou de conviction, a déclaré : « Depuis que l'Organisation de la Coopération islamique a créé la Déclaration des droits de l'homme en Islam, communément appelé la Déclaration du Caire, nous avons assisté à une distorsion des concepts de droits de l'homme et de la liberté religieuse. Cette déclaration a créé une nouvelle norme et secondaire en matière de droits de l'homme fondée sur la loi de la charia, ce qui est tout à fait incompatible avec les normes de l'OSCE en matière de droits de l'homme, inspiré comme ils étaient par la déclaration de 1948. »

La déclaration de l'Alliance Internationale des Libertés Civiles poursuit : « La charia est un système de règles religieuses et politiques destructrices de tous les principes promus par l'OSCE, de la démocratie à savoir, les droits de l'homme, la liberté de religion et de conviction, etc. La charia a été définie par la Cour européenne des droits de l'homme le 13 Février 2003, comme « incompatible avec les principes démocratiques ... »

L'International Civil Liberties Alliance conclut : « Par conséquent, les engagements de l'OSCE et des œuvres réalisées par ses différents départements sont dépourvus de sens que si tous les partenaires, l’État-membres, des ONG ou d'autres contributeurs n'utilisez pas la même définition des droits de l'homme. Une définition est nécessaire qui rejette clairement toute interprétation originaires de la Déclaration du Caire. »

Dans un rapport intitulé "La bataille a commencé", Elisabeth Sabaditsch-Wolff, un avocat viennois pour la liberté d'expression, a résumé ses impressions, sur la conférence de la dimension humaine 2012 : « C'est l'un des constats importants que nous avons faits : La marée a changé. Les amoureux de la liberté ne sont plus sur la défensive, l'inverse est vrai. Le côté de l'OCI a été isolé ; le Counter-jihad reçu beaucoup de gestes de soutien. Nous avons fait de nouveaux alliés ... »

Elle a également écrit cependant : « Enfin, j'ai été plus que surpris de voir un membre de la MPAC [Conseil des affaires publiques musulmane, un groupe de pression basé à Los Angeles] prendre la parole au nom de la délégation américaine. Depuis quand la MPAC a représenté le gouvernement américain ? Et avec le statut diplomatique ! Ceci est faux et scandaleux. Nous demandons à nos amis de la Chambre des représentants américaine de peser. »

Elle faisait allusion à Salam al-Marayati , un musulman radical que l'administration Obama a nommé comme son représentant officiel à la première conférence de l'OSCE sur les droits de l'homme. Al-Marayati est le fondateur controversé du Conseil musulman des affaires publiques.

Selon le projet d'enquête sur le terrorisme, la MPAC est étroitement lié aux Frères musulmans et a été un ardent défenseur de groupes terroristes islamistes. Entre autres initiatives, la MPAC a demandé au gouvernement américain de retirer le Hamas et le Hezbollah de la liste des américains désignés par les groupes terroristes. Al-Marayati, un critique véhément d'Israël, a également accusé Israël des attaques terroristes, du 11 Septembre 2001. ( Voir ici pour l'analyse complète de 81 pages de la MPAC.)

Le Département d'Etat a défendu sa sélection d'al-Marayati, le louant comme « apprécié et très crédible. » Il a ajouté : "Il a été invité à participer à HDIM cette année comme un reflet de la grande diversité des origines du peuple américain."

Dans une autre présentation de conférences, la Pax Europa Bürgerbewegung a également attiré l'attention sur le sort des immigrés musulmans en Europe qui veulent quitter l'islam et se convertir à une autre religion. La charia islamique prévoit la peine de mort pour ceux qui ont volontairement « apostasier » de l'Islam.

Le texte précise : "Un cas typique est un homme du Bangladesh et sa femme qui est actuellement emprisonné au Royaume-Uni après la demande d'asile et détenu après avoir officiellement renoncé à l'Islam. Leur demande d'asile a été rejetée et ils sont maintenant en attente d'expulsion vers le Bangladesh, où ils seront tués conformément à la loi islamique pour apostasie."

Les Etats membres de l'OSCE ont également été invités à se joindre au processus de Bruxelles, une initiative lancée par l'Alliance internationale des libertés civiles en Juillet 2012, au Parlement européen. Le processus de Bruxelles vise à « aider les gouvernements et la société civile dans la protection des libertés civiles et, plus précisément pour défendre la liberté de croyance contre les tentatives de mise en œuvre de la réglementation charia. »

Dans un communiqué séparé, l'International Civil Liberties Alliance a également exprimé "sa préoccupation quant à l'utilisation répétitive des concepts imprécis, confus et ambigu et des mots dans les forums de l'OSCE et du matériel de travail," à savoir le terme « islamophobie », même si cette expression n'a pas de sens précis ni internationalement acceptée. L'OSCE a été invité à donner une définition précise du terme.

Le BPE a appelé l'OSCE à « protéger les apostats, en soutenant leur droit de changer de croyance sans la menace de la mort. »

Une collection plus complète des messages au sujet de la réunion de l'OSCE peuvent être trouvées ici  et ici.

L'OSCE, est la plus grande organisation inter-gouvernementale axée sur la sécurité dans le monde, basée à Vienne. Ses 56 États membres sont situés en Europe, l'ex-Union soviétique et en Amérique du Nord, et couvrent la plupart de l'hémisphère nord. L'OSCE, créé lors de la guerre froide comme un forum Est-Ouest, a, parmi ses mandats, les questions telles que le contrôle des armements et de la promotion des droits de l'homme, de la liberté de la presse et des élections équitables.

Les réunions d'intégration de la dimension humaine, la plus grande conférence annuels d'Europe sur les droits de l'homme et la démocratie, est une plate-forme pour les pays membres de l'OSCE, les groupes de la société civile et les organisations internationales. Les réunions d'intégration de la dimension humaine est importante en raison du statut élevé de l'OSCE s'étendant à des groupes de la société civile, qui sont sur un pied d'égalité avec les États-nations participantes. En pratique, cela signifie qu'ils ont le droit de parole en séance plénière, un statut non accordé par d'autres organisations internationales.

Image
Alain Wagner (France) est le gestionnaire de la campagne "Stop Shariah" et co-fondateur de l'Alliance Internationale des Libertés Civiles (ICLA), David Erzett (Belgique) représentée par l'ICLA, Dave Petteys (USA) représenté ACT! Pour l'Amérique, Felix Strüning (Allemagne) est le directeur de la Fondation Stresemann - un lobby pour la liberté, Hendrik Raeder Claussen (Danemark) représente l'International Civil Liberties Alliance (ICLA), Liz Schmidt (Allemagne), qui représente Pax Europa (BPE Autriche), Elisabeth Sabaditsch-Wolff (Autriche) est un membre du Conseil de Pax Europa.


Parmi les centaines de participants à la conférence Human Dimension Implementation Meetings [HDIM] de cette année était un groupe de sept militants de la liberté de parole, de l'Autriche, la Belgique, la Grande-Bretagne, le Danemark, la France, l'Allemagne et les États-Unis. Ils représentaient des groupes de la société civile Bürgerbewegung Pax Europa, l'International Civil Liberties Alliance, la Fondation Stresemann et ACT! for America. Leur principal objectif était d'attirer l'attention sur (et confronter) l'islamisation croissante de l'Occident.

De nombreux pays membres de l'OSCE, qui n'ont pas les protections du Premier Amendement de la liberté d'expression comme celles des États-Unis, ont déjà adopté des lois contre le discours de haine qui servent effectivement de procurations qui englobe tout de la législation sur le blasphème ; l'Organisation de la Coopération islamique cherche à imposer à l'Occident dans son ensemble.

Prenons l'Autriche, où une cour d'appel a récemment confirmé la condamnation politiquement correcte de Elisabeth Sabaditsch-Wolff, pour "dénigrement des croyances religieuses" après qu'elle a donné une série de séminaires sur les dangers de l'islam radical. La décision a montré que, bien que le judaïsme et le christianisme peuvent être dénigrés en toute impunité en Autriche multiculturelle postmoderne, dire la vérité sur l'islam est soumis à de rapides et lourdes sanctions pénales.

Sabaditsch-Wolff a représenté le groupe de défense des libertés civiles Bürgerbewegung Pax Europa de cette année, à la réunion de mise en œuvre des dimensions humaines. Le deuxième jour de la conférence, le BPE a fourni aux participants de la conférence avec une leçon d'histoire sur la plus grande réussite de l'OSCE (anciennement connu sous le nom CSCE), qui a eu lieu à l'apogée de la guerre froide pendant la processus d'Helsinki, lorsque l'Union soviétique a été cajolé à accepter le terme « droits humains » pour la première fois.

L'inclusion de la dimension humanitaire (respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, y compris la liberté de pensée, de conscience, de religion et de croyance) dans le dialogue Est-Ouest a été une grande victoire pour l'Occident et a ouvert la voie à la disparition du bloc communiste.

Le BPE a rappelé l'OSCE que pendant la guerre froide, il ne faisait aucun doute à ce que le terme « droits humains » fait référence, à savoir la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948, signée et ratifiée par presque tous les pays membres de l'Organisation des Nations Unies.

L'Arabie Saoudite, cependant, a refusé de signer la Déclaration universelle, en faisant valoir qu'il violait la charia islamique. En 1981, le représentant iranien auprès de l'Organisation des Nations Unies a déclaré que la Déclaration universelle représentait « une compréhension laïque de la tradition judéo-chrétienne », qui n'ont pas pu être mises en œuvre par les musulmans sans violer la charia.


Neo Deus Ex Machina pour Liberty Vox 


Liberté de réunion, liberté d’association :

Les nouveaux défis de l’Europe occidentale

Vienna, Austria

Document présenté par l’Alliance internationale des libertés civiles, www.libertiesalliance.org

 

Liberté de réunion, liberté d’association:

Les nouveaux défis de l’Europe occidentale

Réunion supplémentaire sur la mise en œuvre de la dimension humaine,

Hofburg, Vienne, 9 Novembre 2012

Session 1,2,3


Pendant des décennies, et à juste titre, on est parti du principe que pour la liberté de réunion et la liberté d’association, il n’existait aucun problème majeur dans les états  participants à l’OSCE à l’ouest de Vienne. Cela était vrai en ce qui concerne l’intervention et le contrôle de l’état, et dans une certaine mesure ça l’est encore. Cependant, dans plusieurs états de nouveaux mouvements radicaux ont émergé, des mouvements qui portent violemment  atteinte aux droits fondamentaux des autres citoyens, dans une grande mesure avec  l’impunité des forces de l’ordre. Afin de neutraliser ce travail de sape des libertés fondamentales, de nouvelles mesures sont nécessaires.


L’Ordre du Jour Annoté expose les engagements fondamentaux des états participants à l’OSCE :

La liberté de chaque personne à se rassembler de manière pacifique et le droit de s’associer sont intrinsèques aux sociétés démocratiques et expressément reconnus dans les engagements de l’OSCE sur la dimension humaine, ainsi que tous les principaux instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme.


Pour la plupart des citoyens des sociétés démocratiques, cela semble évident. Cependant, des problèmes se posent lorsque des groupes radicaux prennent sur eux de décider quels citoyens jouissent de ce droit au détriment des autres.

En termes pratiques, des menaces, des actes d’intimidation et des agressions contre les rassemblements pacifiques ont eu lieu dans plusieurs pays européens au cours des dernières années. Une liste non exhaustive d’exemples:


- Copenhague, Danemark, 10 janvier 2009: Une manifestation pro-israélienne a été perturbée par des groupes palestiniens qui criaient des slogans antisémites se référant au meurtre de masse des Juifs.


- Bolton, Angleterre, 20 mars 2010 : Une marche de rue organisée par la Ligue de Défense Anglaise (EDL) contre l’Islam radical et la charia a été attaquée par des gauchistes radicaux de l’UAF (Unite Against Fascists). L’intervention de la police britannique pour protéger le cortège a donné lieu à 74 arrestations.


- Stuttgart, Allemagne, 2 juin 2011: Une manifestation de rue mettant en lumière le sort des chrétiens persécutés en Afrique a été attaquée et son déroulement empêché par une foule de plusieurs centaines de gauchistes portant une variété d’insignes de gauche. La police allemande n’a pas protégé l’évènement de manière efficace.


- Stuttgart, Allemagne, 4 juin 2011: L’Hôtel Abacco a été attaqué à coups de jets de peinture et de pierres parce que les locaux avaient été loués pour un événement organisé par le parti politique allemand DIE  FREIHEIT.


- Tower Hamlets, Angleterre 3 septembre 2011: Une marche organisée par EDL a été interdite par les autorités en raison de pressions politiques. Le rassemblement organisé à la place a été harcelé par des extrémistes, qui ont également attaqué un bus qui quittait l’événement. Au moins 16 personnes ont été arrêtées.


- Aarhus, Danemark, 31 mars 2012: Une manifestation contre la charia islamique a été agressée par le groupuscule Antifa et une foule d’immigrants, uniquement tenus en échec par l’intervention massive de la police.


- Solingen, Bonn, Allemagne, 1er et 6 mai  2012: Des meetings de campagne organisés  par le parti politique Pro NRW ont subi les assauts de groupes musulmans, mais ils ont pu se dérouler sous forte protection policière.


- Nuremberg, Allemagne, 16 juin 2012: Une manifestation publique du parti politique DIE FREIHEIT a été continuellement harcelée par les opposants, aidés et encouragés par la passivité de la police.


- Munich, Allemagne, le 14 juillet 2012: Une manifestation publique organisée par DIE FREIHEIT a été  agressée par des extrémistes de gauche, à nouveau aidés par la permissivité de la police allemande.


- Walthamstow, Angleterre, 1er septembre 2012: des extrémistes de gauche et des islamistes de UAF ont attaqué une manifestation organisée par la Ligue de Défense Anglaise (EDL). La police a perdu le contrôle de la situation.


- Munich, Allemagne, le 11 septembre 2012: Une discussion sur Euro-Islam devait avoir lieu dans un restaurant local, mais le propriétaire a dû l’annuler en raison d’une avalanche de menaces téléphoniques.


- Malmö, en Suède, 27 octobre 2012: Les participants à une conférence publique sur le député néerlandais Geert Wilders ont  été agressés et bombardés d’œufs par des groupes Antifa. La police suédoise a  justifié son attitude passive en arguant que les assaillants avaient également droit à la “Liberté d’expression”.


Les méthodes employées par les groupes radicaux semblent bien avoir des objectifs systématiques et suivent certaines tendances. Il est intéressant de répertorier ces méthodes :


-  En provoquant la dégénérescence de manifestations et de campagnes politiques habituellement pacifiques pour les transformer en batailles de rue, les citoyens ordinaires sont intimidés d’assister à de tels événements.


- L’intimidation et  la violence devenant la norme des événements publics, les organisateurs sont obligés de prendre ces développements en considération, ce qui rend beaucoup plus difficile l’organisation et la diffusion de tels événements, en particulier pour les petits groupes ayant des ressources limitées.


- En provoquant des affrontements violents contre les manifestations de rue, les groupes radicaux évincent les revendications de leurs adversaires des reportages de la presse qui ne rend compte que des «affrontements», et qui ne se fait pas l’écho des questions que les organisateurs des manifestations de rue ont cherché à mettre en évidence. Cela est préjudiciable au processus démocratique.


- L’intimidation et l’attaque de sociétés de distribution indépendantes et des propriétaires de locaux commerciaux  est une autre stratégie illégale employée par des groupes radicaux pour étouffer leurs adversaires et porter atteinte à la liberté de réunion garantie par ailleurs par nos lois.


- Les groupes radicaux recherchent la confrontation avec la police lors de ces évènements et ils s’y préparent activement, apparemment avec comme objectif secondaire de se faire passer pour des victimes de la brutalité policière, alors que ces groupes sont responsables de l’attaque et la source réelle de la violence.


Politiquement, les questions les plus fréquemment ciblées par les groupes radicaux semblent tourner autour de  l’immigration, l’islam et l’autodétermination nationale.


L’Ordre du Jour Annoté souligne en outre l’importance de la liberté de réunion :


Les manifestations pacifiques jouent souvent un rôle important dans l’expression des préoccupations du public, ce qui réduit le risque de voir les conflits dégénérer en violence et  fournit l’occasion d’un dialogue avec les autorités.


Sur le papier, la situation de la liberté d’association et de réunion n’a pas connu de changement majeur au cours des dernières années, mais la réalité dans nos villes est malheureusement différente. Les petites organisations qui ont à faire face à des forces violentes numériquement supérieures dans les rues sont maintenant réticentes à tenir ce qui serait autrement des petites réunions informelles et publiques sur des questions qui leur tiennent à cœur. La perspective de se trouver confrontées  éventuellement à la violence de rue joue un rôle dissuasif certain pour ces  organisations entièrement pacifiques et démocratiques, et entrave le processus démocratique tel qu’il s’est pratiqué au cours des dernières décennies.


Il est à noter que les lois actuelles sont généralement suffisantes pour faire face à ces problèmes. Par exemple, l’article 78:2 de la Constitution du Danemark, rend obligatoire pour les autorités de dissoudre les organisations qui utilisent des méthodes violentes et / ou d’autres moyens illégaux. Les problèmes énumérés dans le présent document peuvent en grande partie être résolus par l’application correcte et juste des lois existantes.


Comme indiqué dans l’Ordre du Jour Annoté, il s’agit d’une obligation positive pour les Etats participants :


Pourtant, les principes sous-tendant ce droit sont explicites: il devrait y avoir une présomption en faveur de la tenue d’assemblées, et l’Etat a l’obligation positive de protéger les réunions pacifiques.


En outre, l’obligation de protéger les messages de ces événements est mentionnée :


Bien que la liberté de réunion puisse être soumise à des restrictions raisonnables, celles-ci ne doivent pas interférer avec le message communiqué par l’assemblée [...]


Un exemple de la façon dont ce principe est ignoré, il a été ouvertement violé par les autorités allemandes à Düren, Rhénanie du Nord-Westphalie, le 8 mai 2012, quand la protection de la police a rendu l’événement lui-même en grande partie invisible aux citoyens dans les rues, ce qui annule sa destination. 


L’Alliance Internationale des Libertés Civiles recommande aux  États participants de l’OSCE d’accorder plus d’attention à l’intimidation et à la violence à motivation politique, afin de protéger la liberté d’association, de réunion et le processus démocratique. Citant l’Ordre du Jour Annoté:

 

Pour aider les États participants à la mise en œuvre de leurs engagements pour la liberté de réunion pacifique, ODIHR  a suivi des assemblées publiques dans 11 Etats participants de l’OSCE en 2011-2012.

 

ICLA recommande aux institutions de l’OSCE d’accroître cette activité :


Comme les problèmes de la liberté de réunion sont en augmentation, en particulier dans les Etats participants à l’ouest de Vienne, ICLA exhorte l’OSCE à augmenter de manière significative ses activités de surveillance dans ces pays. Une surveillance et des comptes rendus neutres s’avèrent urgents afin que les citoyens paisibles puissent en toute sécurité exercer leur droit à la liberté de réunion, tel que stipulé dans les principes de l’OSCE.


ICLA recommande aux Etats participants ce qui suit :


- Que les manifestations publiques dûment enregistrées auprès des autorités puissent toujours bénéficier d’une protection policière suffisante et neutre pour s’assurer que les événements se déroulent comme prévu, sans que les organisateurs ou les participants aient à craindre la violence avant, pendant ou après l’événement.


- Que les organismes d’application de la loi intensifient leurs efforts pour identifier rapidement et précisément la source de la violence lors de manifestations publiques, afin de traiter activement et immédiatement tout type de menace, et que les événements sous protection  puissent se dérouler comme prévu.


- Que les organisations qui participent à de tels événements, et visibles par leurs drapeaux, logos et cetera, soient tenues légalement responsables du désordre qui se déroule sous leurs bannières.


- Que les menaces et la violence contre les organisateurs et / ou leurs partenaires, fournisseurs, etc soient considérées comme politiquement motivées et réprimées de manière plus efficace par la loi.

Traduction Nancy VERDIER

https://fbcdn-sphotos-e-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash4/s720x720/387000_4594700146080_936286647_n.jpg

Partager cet article

Published by Cyber-résistant - dans Le WEB Résistant
commenter cet article

commentaires

Jumelage

Voir les articles

INDEX

 

 READ THIS BLOG IN ENGLISH WITH GOOGLE Click here

Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamiqueL'image “http://img57.imageshack.us/img57/3474/bouton3sitany0.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell


DOSSIER

LE LIBERTARIANISME

Informez-vous sur la philosophie politique libertarienne


« Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve. »     John Adams

DOSSIER

LE WEB RESISTANT 

lewebresistant.gif

Informez-vous sur la cyber-résistance

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s'éloignant de leurs textes tandis que l'islam le fut en se rapprochant des siens. »                                                      Eric Conan



DOSSIER

FONDAMENTALISME, DJIHADISME, TERRORISME

L’ISLAMISME EST UN TOTALITARISME

img80/3421/poing1bjr1.jpg

Ce qu’il faut savoir sur l’une des plus grandes menaces politiques et religieuses du XXIème siècle

 


« Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à suprimer la pauvreté »                                                   Winston Churchill

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE SOCIALISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le socialisme


« Le Communisme est l'Islam du XXème siècle. »                                                   Jules Monnerot


DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE COMMUNISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le communisme

 

« La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à gouter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée.  »                            Carl Gustav Jung

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE NAZISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le nazisme


« Ils ignorent que les épées sont données pour que personne ne soit esclave. »                                                                                        Lucain

Partenaire :