Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Résistance sur Internet
  • Le blog de la Résistance sur Internet
  • : Le WEB Résistant est le seul site francophone présentant toutes les références sur les sites de réinformation. Faites-le connaître autour de vous ! Ne restez pas seul, nous sommes nombreux.
  • Contact

Profil

  • Cyber-résistant
  • Ni totalitarisme nazi,
 ni totalitarisme communiste,
 ni totalitarisme islamique
  • Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamique

En bref

ajouter-favoris.png

Abonnement

Inscription à la newsletter

  

Center for Vigilant Freedom

The 910 Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Counterjihad Calendar 2009
The Counterjihad Calendar 2010

Counterjihad Brussels 2007

Counterjihad Vienna 2008

Counterjihad Copenhagen 2009

Counterjihad Zurich 2010

EU Eurabia Francais

Le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie

 
FAIRE LE TEST POLITIQUE ?

http://img263.imageshack.us/img263/2081/diagrammenolan.jpg

 

Web Statistics

 
Locations of visitors to this page

Entête

http://www.wikio.fr

"Si vous entendez ce message, c'est que vous êtes la résistance."

International Civil Liberties

About

The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc.  We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

We aim to promote the secular rule of law, which we believe to be the basis of harmony and mutual respect between individuals and groups in the increasingly globalised world, and to draw attention to efforts to subvert it.  We believe in equality before the law, equality between men and women, and the rights of the individual and are open to participation by all people who respect these principles.

We believe that freedom of speech is the essential prerequisite for free and just societies, secular law, and the rights of the individual.

We are committed to building and participating in coalitions in all parts of the world to effect significant progress in protecting rights of the individual which are sadly being eroded in many countries including those in the West.


Rejoindre le forum

 

The Center for Vigilant Freedom

30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 12:26

Critique Libertarienne 

Pendant des siècles, la guerre fut un service public garanti par l'Etat. Envoyer ses fils à l'abattoir était, tout comme l'école républicaine, à la fois gratuite et obligatoire. Hélas, entretenir la guerre sur le long terme s'avérait vite au-dessus des capacités des fonctionnaires chargés de s'en occuper. Ces irresponsables, qu'en termes techniques on appelle des militaires, n'ont jamais été foutus de faire tourner un conflit à plein régime de façon fiable et sûre. A chaque fois, ces incompétent dilapident tout leur budget en à peine quelques années, ils doivent baisser les bras et se résoudre à déclarer un cessez-le-feu. C'est ruineux pour le contribuable et indigne d'une société moderne. Heureusement, dans le cadre de la libéralisation des monopoles publics, très bientôt le secteur du carnage de masse sera privatisé et déréglementé. L'Armée, symbole de l'inefficacité administrative, sera enfin ouverte à la concurrence et pourra goûter aux bienfaits de l'économie de marché : après un bon dégraissage du personnel inutile, la productivité va exploser. Dans l'univers dystopique des corporatistes, ce miracle a bien eu lieu et l'humanité est maintenant en guerre totale contre elle-même depuis des temps indéfini. Grâce au socialisme sans entrave, la guerre s'est enfin démocratisée : elle est devenue permanente, rentable, réellement universelle et à la portée de tout un chacun. Plus personne ne sait vraiment contre qui ou quoi on se bat, mais on se bat partout et tout le temps. Bref, le mythe de l'Homme nouveau fonctionne enfin avec un mode de vie en parfaite adéquation avec sa nature profonde.


 

Gustave de Molinari (1819-1912)
 

          Aussi bien dans les pays où l'État appartient à la nation que dans les États d'ancien régime, la guerre continue de subsister comme un risque inévitable et fatal. Ce n'est pas cependant un phénomène naturel qui échappe au pouvoir de l'homme. Les guerres entre les peuples civilisés dépendent de la volonté des gouvernements, et elles peuvent toujours être évitées. Ce qui le prouve, c'est que les dissentiments et les conflits d'intérêt les plus sérieux sont fréquemment vidés par des négociations ou un arbitrage. Et quand on examine les causes ou les prétextes des guerres qui ont ravagé le monde depuis un siècle, on s'aperçoit qu'elles ont été engagées uniquement sous les pressions des intérêts d'un petit nombre d'individus en possession du mécanisme de l'État. Enfin, lorsqu'on fait le compte des avantages qu'ils pouvaient en tirer en cas de succès, on est étonné de l'énormité du prix auquel ils les achètent. Il est vrai qu'ils profitent de ces avantages tandis que le prix en est payé par la nation.

 

          La guerre franco-allemande [1870-71] nous fournit à cet égard une illustration saisissante. Si la responsabilité de cette guerre peut justement être attribuée au vaincu, celle de l'annexion de l'Alsace-Lorraine au mépris de la volonté manifeste de la population annexée appartient au vainqueur. Quels en ont été les résultats? Au point de vue des intérêts immédiats de la classe gouvernante de l'État allemand, ces résultats ont été évidemment avantageux. Elle y a gagné une augmentation du débouché de ses fonctionnaires militaires et civils, et subsidiairement celle des bénéfices que le maintien et l'accroissement nécessaires des armements procurent aux fabricants et commanditaires de l'appareil de guerre. En revanche, la nation est condamnée à supporter indéfiniment les frais de cet appareil et d'une guerre possible de revendication des provinces conquises. Entre les avantages de la classe gouvernante de l'État, les charges et les risques de la masse de la nation gouvernée, la disparité n'est-elle pas colossale? 
  
          Autant peut-on en dire de toutes les guerres modernes, guerres entre les peuples civilisés et guerres coloniales. Elles ont, sans aucune exception, été entreprises en vue de satisfaire les intérêts de la classe ou du parti en possession de l'État, et il faut ajouter qu'elles n'ont point rencontré d'obstacles dans les institutions constitutionnelles. La classe gouvernante a pu changer ou se modifier, mais son intérêt particulier et immédiat est demeuré le mobile permanent de sa politique. Lorsqu'une guerre lui paraît présenter plus de risques de perte que de chances de bénéfices, elle s'abstient de l'engager; lorsque les chances de bénéfice l'emportent, elle n'hésite pas à l'entreprendre, sans rechercher ce qu'il en pourra coûter à la nation. 
  
          C'est qu'il est dans la nature d'une classe ou d'un parti de n'envisager que son intérêt, sauf à le confondre avec l'intérêt national et à le cacher sous le masque flatteur du patriotisme. C'est encore que les sentiments altruistes, lorsqu'ils dépassent l'étroite limite des sympathies que l'homme est capable de ressentir, ne prévalent pas contre le plus faible intérêt, dût la satisfaction en être achetée par un dommage cent fois, mille fois plus considérable infligé à autrui. On pourrait aisément s'en convaincre en évaluant le montant des profits ou des avantages que les guerres modernes ont rapportés aux souverains et aux partis qui les ont engagées sans avoir pris la peine de consulter les nations, et en les comparant à l'énormité des frais et des souffrances de la masse des gouvernés qui en ont pâti. 
  
          Au point de vue de l'intérêt général des nations civilisées, la guerre est la plus effroyable des calamités et la multitude qui en supporte partout les frais et les maux en est depuis longtemps convaincue. Peut-être les amis de la paix prennent-ils une peine superflue en entreprenant de l'en persuader. Ils prêchent des convertis. En revanche, il est permis de douter que leurs prédications soient assez efficaces pour avoir raison des intérêts qui poussent à la guerre, à l'entretien et à l'accroissement continu des armements qu’elles nécessitent. C'est au sentiment qu'ils font appel, mais si forts que soient les sentiments, ils le sont moins que les intérêts. Un intérêt ne peut être vaincu que par un intérêt plus fort. 
  
          Lorsque la conscience de sa force existera dans la multitude gouvernée, il lui suffira, pour établir la paix entre les nations civilisées et la perpétuer, de recourir au procédé par lequel le seigneur le plus fort l'imposait aux plus faibles, au temps de la féodalité. Ce serait certainement un rêve et même un rêve anti-économique de vouloir unifier le gouvernement des nations en établissant une monarchie ou une république universelle. Mais cette unification, qui ne serait ni praticable ni désirable entre les gouvernements, est en voie de s'opérer entre les nations. Il y a déjà entre les nations, même les plus éloignées, plus d'intérêts communs qu'il n'y en avait naguère entre les provinces les plus rapprochées de la même nation, et ces intérêts créés par l'échange des produits, des capitaux et du travail, ont un égal besoin de la paix. 
  
          Lors donc que ces intérêts pacifiques seront devenus assez forts et conscients de leur force, ils pourront obliger les gouvernements à s'associer pour interdire à un État quelconque de vider par la guerre ses querelles et ses différends, en appuyant cette interdiction par une force collective. Alors se produira le même phénomène qui a été, au sein de chaque nation, la conséquence de l'unification de l'État: le désarmement, impliquant la suppression des armées et des fortifications particulières, et leur remplacement par un armement commun, destiné à préserver la civilisation du risque des invasions des barbares. Grâce à la prépondérance acquise par les nations civilisées, ce risque ne comporterait plus que la moins coûteuse des primes d'assurance. 


     « Lorsqu'une guerre lui paraît présenter plus de risques de perte que de chances de bénéfices, [la classe gouvernante] s'abstient de l'engager; lorsque les chances de bénéfice l'emportent, elle n'hésite pas à l'entreprendre, sans rechercher ce qu'il en pourra coûter à la nation. »
logoql.gif

 

          Remarquons qu'il suffirait même pour assurer la permanence de la paix entre les nations civilisées d'adapter le droit des gens aux conditions nouvelles d'existence que leur ont faites les progrès de l'industrie et l'extension des échanges. 
  
          En remontant à l'origine du droit des gens, on trouve que l'ensemble des règles qui constituent ce droit avait pour objet d'assurer le libre exercice de l'industrie des propriétaires d'État: la guerre. Non seulement toute société propriétaire d'un État entreprenait une guerre quand elle la jugeait conforme à son intérêt, elle la conduisait à sa guise, exterminait ses ennemis et s'appropriait leurs domaines sans que les autres sociétés eussent rien à y voir, mais si elle s'imposait l'obligation de respecter le domaine des neutres, ceux-ci s'abstenaient de leur côté d'entraver, d'une manière ou d'une autre, la liberté de ses opérations; et ces deux règles étaient établies et généralisées comme des coutumes dont l'expérience avait démontré l'utilité. 
  
          Cependant quand les relations commerciales et en particulier le commerce maritime commencèrent à se développer, les opérations de guerre causèrent aux neutres des gênes et des dommages. Le blocus des ports de l'ennemi interrompait leur commerce; les marchandises neutres étaient capturées avec les navires qui les transportaient; les belligérants recherchaient et confisquaient les marchandises ennemies sous pavillon neutre. Mais la guerre étant la plus productive de toutes les industries et celle de la caste souveraine des États, les gênes et les dommages qu'elle causait aux classes inférieures ne pouvaient être mise en balance avec les avantages que les belligérants pouvaient tirer de la destruction du commerce ennemi. Ces pratiques destructives étaient généralement acceptées comme utiles, les neutres sachant qu'ils en useraient à leur tour lorsqu'ils passeraient à l'état de belligérants, ce qui était le cas ordinaire. 
  
          Il en alla ainsi aussi longtemps que les intérêts commerciaux n'eurent qu'une faible importance. Mais déjà à la fin du XVIIIe siècle, l'extension des relations internationales avaient provoqué la résistance du commerce maritime contre le droit que s'attribuaient les belligérants de rechercher et de confisquer la marchandise ennemie à bord d'un navire neutre, et d'une autre part, des protestations de plus en plus vives s'élevaient contre le pillage de la propriété privée. Ces progrès du droit des gens ont fini par se réaliser, la maxime que le pavillon couvre la marchandise a été adoptée par la généralité des États civilisés; le respect de la propriété privée, de la vie et de la liberté des populations qui ne prennent point part à la guerre est devenu du moins en théorie sinon toujours en pratique, une règle que les armées sont tenues d'observer et qui est d'ailleurs conforme à leur intérêt. 
  
          Cependant d'autres progrès seront, selon toute apparence, suscités par le développement de la grande industrie. Avec l'extension du commerce international qui en a été la conséquence s'est accrue dans des proportions croissantes le dommage que la guerre cause aux neutres (Progrès réalisés dans les usages de la guerre. Journal des Économistes des 15 août et 15 septembre 1854. Reproduit dans les Questions d'économie politique et de droit public. T. II, p. 278). La guerre de la sécession américaine a infligé à l'industrie cotonnière de l'Europe des pertes qui se chiffrent par centaines de millions sinon par milliards. La guerre franco-allemande a provoqué une crise dont l'influence perturbatrice et déprimante ne s'est pas arrêtée aux frontières des belligérants. Dans l'état actuel du monde, la guerre prend de plus en plus le caractère d'une nuisance universelle. 
  
          Or, c'est une règle fondamentale du droit que tout dommage causé à autrui, sauf le cas de force majeure, doit être réparé et donne lieu à une indemnité. La guerre entre les peuples civilisés ne peut plus invoquer le cas de force majeure; elle est un acte libre et implique la responsabilité naturellement attachée à la liberté. Les neutres seront donc fondés à exiger une indemnité pour les dommages qu'elle leur cause, et, ces dommages étant inévitables, à se liguer pour les prévenir. Ainsi le droit des gens, après avoir reconnu et sanctionné la liberté de la guerre, c'est-à-dire de la concurrence sous sa forme destructive, sera amené à l'interdire et à apporter sa sanction aux mesures désormais conformes à l'intérêt de l'espèce qui pourront être prises pour la supprimer

 

Ce texte est extrait du chapitre XIII du livre Économie de l’histoire: théorie de l’évolution de l’économiste libéral Gustave de Molinari (1819-1912), publié en 1908.


Guerre

De Wikiberal

 

La guerre qualifie tous les conflits confrontant des pays ou d'importants groupes de personnes utilisant la force physique et notamment des armes, mettant en œuvre tactique et stratégie, et se traduisant ou non par la mort de certains de ses participants ou de tiers.

Présentation

La guerre est l'acte politique par lequel des États décident de recourir à la loi du plus fort, faute de pouvoir concilier ce qu'ils estiment être leurs droits, leurs devoirs et leurs intérêts. Parmi les exemples les plus sanglants, la campagne de Russie de Napoléon tient une bonne place; la Grande Armée, forte de 422.000 hommes à son départ, n'en comptait plus que 10.000 à son retour en Pologne. La bataille de la Moskova (ou "bataille de Borodino", 7 septembre 1812) avec près de 80.000 victimes est la plus sanglante de toutes les batailles connues.

Si l'on veut bien faire abstraction des prétextes idéologiques, tenant au nationalisme, à la gloriole ou aux ambitions personnelles des dirigeants, les guerres ont presque toujours des causes économiques (et cela même pour les guerres civiles, souvent davantage politiques et idéologiques). Quelques exemples :

  • les guerres puniques (aussi importantes pour l'époque antique que le furent les guerres mondiales au XXe siècle) ont des origines complexes, mais certains historiens expliquent qu'elles ont éclatées suite à l'ambition de Rome (dominée alors par une économie paysanne primitive) de conquérir la riche Sicile, sous influence carthaginoise ;
  • la guerre de Cent Ans (1337-1453) : les raisons profondes de ce conflit tiennent à la crise démographique, économique et sociale que traversa l’Europe du XIVe siècle ;
  • les guerres napoléoniennes sont en partie le prolongement des guerres engendrées par la Révolution française de 1789, elles mêmes explicables en grande partie par la ruine et les destructions causées par la Révolution, plutôt que par l'hostilité du reste de l'Europe (la campagne d'Italie est typique de cette volonté de renflouer par la rapine un Trésor bien asséché sous le Directoire) ; une fois un pays conquis par les armées impériales, Napoléon ne manque jamais de se préoccuper du montant des taxes à infliger aux populations et du recouvrement de l'impôt dans ce pays (en témoignent les nombreuses lettres conservées) ;
  • la Seconde Guerre mondiale s'explique en grande partie par la situation économique dramatique de l'Allemagne nazie[1].

La guerre est ainsi souvent vue par les gouvernements interventionnistes comme une solution à tous leurs problèmes économiques. En réalité, cette fuite en avant s'avère bien plus coûteuse pour le pays, mais ce n'est pas le souci des politiciens, protégés par leur irresponsabilité institutionnelle.

Points de vue libéraux

300px-Antiwar.jpg
magnify-clip.png
Affiche anti-guerre de Ron Paul

 

D'un point de vue libéral, une guerre n'est justifiée qu'en réponse à une agression, de même que l'usage de la force ou de la contrainte entre deux individus. Le droit d'ingérence, motif fréquent d'entrée en guerre d'un état qui n'est pas agressé, ne fait pas l'unanimité parmi les libéraux.

Pour les libertariens, la guerre découle directement du monopole de la sécurité que s'arrogent les États.

Nombre de penseurs libéraux ont souligné l'importance de la guerre dans le développement des États modernes. Ainsi, dans son histoire du pouvoir, le philosophe Bertrand de Jouvenel souligne l'importance du passage des armées féodales, levées par les vassaux, à une armée royale permanente pour l'affermissement du pouvoir de la monarchie.

D'autres auteurs libéraux ont souligné l'opposition entre sociétés guerrières et sociétés libérales. Le sociologue Herbert Spencer défend par exemple une philosophie de l'Histoire inscrite dans une perspective évolutionniste et dans laquelle les sociétés industrielles (ouvertes, dynamiques, productives, reposant sur le contrat et la liberté individuelle) supplantent progressivement les sociétés militaires (guerrières, hiérarchiques, holistes, figées, fermées sur elles-mêmes). La sauvagerie est non du côté du capitalisme libéral mais du socialisme et de ses avatars, qui participent pour lui des sociétés militaires en ce qu'ils opposent les classes dans une lutte permanente [2].

Le philosophe Alain développe une analyse proche, dans Mars ou la guerre jugée, œuvre écrite en 1936 par un auteur encore marqué par la première guerre mondiale à laquelle il a pris part. Il reprend cette opposition entre société commerciale pacifiée et société guerrière, écrivant ainsi : « Il n'est même pas commun qu'un commerçant songe seulement à tuer un concurrent heureux. Et n'oublions jamais que la passion guerrière va tuer, à coup sûr, non seulement des ennemis, mais des amis, des parents, des fils. Qui mettrait au jeu la vie de son propre fils pour des luttes commerciales ? »[3]

Guerre juste

La doctrine de la guerre juste est un modèle de pensée et un ensemble de règles morales qui indiquent à quelle condition la guerre est moralement acceptable. Cette notion existait déjà dans l'Antiquité, tant en Occident qu'en Asie (le Mahabharata indien donne le premier exemple historique de guerre juste).

Saint Augustin formalise le concept, en notant que l'Ancien Testament montre de nombreuses guerres approuvées par Dieu. Thomas d'Aquin exige trois conditions à la guerre juste :

  1. auctoritas principis : la guerre ne peut relever que de la puissance publique sinon elle est un crime. L'auctoritas principis s'oppose à la décision individuelle (persona privata) ;
  2. causa justa : la cause juste ; c'est cette dernière notion qui donne le plus lieu à interprétation ;
  3. intentio recta : l'intention ne doit pas être entachée de causes cachées mais uniquement dans le but de faire triompher le bien commun.

Pour Francisco de Vitoria et l'école de Salamanque, la guerre représente un des pires maux et l'on ne peut y recourir que pour éviter un mal plus grand. Cela peut justifier la guerre préventive contre un tyran susceptible d'attaquer. Toutefois, toutes les formes de dialogue doivent être utilisées au préalable et la guerre ne peut être que l'ultime recours. Avec Grotius, le concept sera englobé dans le droit international.

Pour Murray Rothbard  , "il y a guerre juste quand un peuple essaie de parer une menace de domination coercitive de la part d'un autre peuple, ou qu'il essaie de renverser une domination existante. En revanche, une guerre est injuste quand un peuple essaie d'imposer sa domination sur un autre, ou de conserver une domination coercitive déjà existante[4]. Bertrand Lemennicier conteste ce point de vue, car "la doctrine libertarienne est fondée sur un principe d'autonomie individuelle alors que la doctrine classique de la guerre juste est basée sur le concept de souveraineté de l’État" ; pour lui, seule la légitime défense peut justifier la guerre. De même, Hans-Hermann Hoppe affirme :

Il existe des guerres « justes », comme par exemple la guerre d'indépendance américaine et la guerre d'indépendance des États du Sud. Toutefois, pour être considérée comme juste, une guerre doit être de nature défensive, et une distinction nette doit être faite entre les combattants et les non-combattants. (7 décembre 2002)

On peut donc distinguer au moins trois concepts de "guerre juste" :

  • la légitime défense face à une agression ;
  • la non-assistance à personne (ou peuple) en danger (et donc le droit d'ingérence dans les affaires intérieures d'un pays) ;
  • et, si l'on pousse le concept dans ses extrêmes limites, les guerres préventives (certains politiciens parlent de "légitime défense préventive").

On peut noter que dans la conception classique du droit international qui prévalait jusqu'au XIXe siècle, seule la légitime défense justifiait la guerre. Le principe de uti possidetis considérait tout gouvernement comme légitime et souverain, existant de facto. Les désaccords sur les frontières ne devaient être réglés que par les États concernés, et non par une instance supranationale ou par d'autres pays.

"Guerre" dans un sens plus étendu

Les étatistes parlent parfois de "guerre" pour qualifier leur interventionnisme, par exemple la guerre contre la drogue. Ils croient pouvoir justifier leur action en désignant un ennemi fictif, ou une entité mal définie (comme avec la "guerre contre la finance" ou contre le capitalisme financier).

La "guerre des monnaies" désigne également les efforts des pays pour affaiblir leur monnaie dans l'espoir de se rendre ainsi plus compétitifs sur le marché mondial. C'est en réalité une guerre suicidaire :

En matière de dévaluation compétitive, celui qui « gagne » à court terme est celui qui perd gros à long terme. (Myret Zaki)
Ce qui rend une guerre des monnaies différente des autres guerres, c’est qu’ici, l’objectif est de se tuer soi-même. Malheureusement, je pense que les Etats-Unis vont gagner la guerre des monnaies. (Peter Schiff)

Notes et références

  1. Voir à ce sujet Le Socialisme en Chemise Brune Acrobat-7 acidtux software.png [pdf] essai sur l'idéologie hitlérienne, de Benoît Malbranque.
  2. Société industrielle et société militaire selon Spencer, Jean Cazeneuve in Revue française de sociologie, Vol. 2, No. 2, Guerre, Armée, Société (Apr. - Jun., 1961), pp. 48-53
  3. Alain, Mars ou la guerre jugée, 1936, p.71 de l'édition électronique UQAC, [lire en ligne]
  4. Conférence de Murray Rothbard lors de la Mises Institute’s Costs of War conference, à Atlanta, mai 1994, fichier audio :  [1].

Citations

  • Le complexe militaro-industriel contre lequel nous avait mis en garde le président Eisenhower est aujourd’hui devenu le monolithe vorace qu’il craignait de voir apparaître. Il gaspille bien plus d'argent que toute autre branche du gouvernement, probablement parce qu’il sait qu’il pourra toujours obtenir des quantités illimitées de chèques en blanc de la part d’un Congrès terrifié. (Ron Paul)
  • La première panacée d’une nation mal gouvernée est l’inflation monétaire ; la seconde, c’est la guerre. Toutes deux apportent une prospérité temporaire ; toutes deux apportent une ruine permanente. Mais toutes deux sont le refuge des opportunistes politiques et économiques. (Ernest Hemingway, Notes sur la prochaine guerre, 1935)
  • La guerre est une dispute entre deux voleurs trop peureux pour s'engager eux-mêmes dans la bataille. (Thomas Carlyle)
  • Les guerres ne sont pas déclenchées par l’accumulation d’armements. Elles éclatent lorsqu’un agresseur est convaincu qu’il peut atteindre son objectif moyennant un prix acceptable pour lui. (Margaret Thatcher)

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

B0.jpg Discussions sur le forum
L'histoire D'amour Entre Les Socialistes Et La Guerre (for)





Partager cet article

Published by Cyber-résistant - dans Philosophie politique
commenter cet article

commentaires

Xavier Collet 30/04/2013 20:41


Un moindre mal contre les boucheries étatique, autrement dit le sévice public d'extermination d'une partie de sa population conscrite par un Etat : http://libertariens.wordpress.com/2011/10/22/la-question-mercenaire/

Jumelage

Voir les articles

INDEX

 

 READ THIS BLOG IN ENGLISH WITH GOOGLE Click here

Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamiqueL'image “http://img57.imageshack.us/img57/3474/bouton3sitany0.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell


DOSSIER

LE LIBERTARIANISME

Informez-vous sur la philosophie politique libertarienne


« Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve. »     John Adams

DOSSIER

LE WEB RESISTANT 

lewebresistant.gif

Informez-vous sur la cyber-résistance

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s'éloignant de leurs textes tandis que l'islam le fut en se rapprochant des siens. »                                                      Eric Conan



DOSSIER

FONDAMENTALISME, DJIHADISME, TERRORISME

L’ISLAMISME EST UN TOTALITARISME

img80/3421/poing1bjr1.jpg

Ce qu’il faut savoir sur l’une des plus grandes menaces politiques et religieuses du XXIème siècle

 


« Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à suprimer la pauvreté »                                                   Winston Churchill

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE SOCIALISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le socialisme


« Le Communisme est l'Islam du XXème siècle. »                                                   Jules Monnerot


DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE COMMUNISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le communisme

 

« La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à gouter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée.  »                            Carl Gustav Jung

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE NAZISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le nazisme


« Ils ignorent que les épées sont données pour que personne ne soit esclave. »                                                                                        Lucain

Partenaire :