Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Résistance sur Internet
  • Le blog de la Résistance sur Internet
  • : Le WEB Résistant est le seul site francophone présentant toutes les références sur les sites de réinformation. Faites-le connaître autour de vous ! Ne restez pas seul, nous sommes nombreux.
  • Contact

Profil

  • Cyber-résistant
  • Ni totalitarisme nazi,
 ni totalitarisme communiste,
 ni totalitarisme islamique
  • Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamique

En bref

ajouter-favoris.png

Abonnement

Inscription à la newsletter

  

Center for Vigilant Freedom

The 910 Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Counterjihad Calendar 2009
The Counterjihad Calendar 2010

Counterjihad Brussels 2007

Counterjihad Vienna 2008

Counterjihad Copenhagen 2009

Counterjihad Zurich 2010

EU Eurabia Francais

Le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie

 
FAIRE LE TEST POLITIQUE ?

http://img263.imageshack.us/img263/2081/diagrammenolan.jpg

 

Web Statistics

 
Locations of visitors to this page

Entête

http://www.wikio.fr

"Si vous entendez ce message, c'est que vous êtes la résistance."

International Civil Liberties

About

The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc.  We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

We aim to promote the secular rule of law, which we believe to be the basis of harmony and mutual respect between individuals and groups in the increasingly globalised world, and to draw attention to efforts to subvert it.  We believe in equality before the law, equality between men and women, and the rights of the individual and are open to participation by all people who respect these principles.

We believe that freedom of speech is the essential prerequisite for free and just societies, secular law, and the rights of the individual.

We are committed to building and participating in coalitions in all parts of the world to effect significant progress in protecting rights of the individual which are sadly being eroded in many countries including those in the West.


Rejoindre le forum

 

The Center for Vigilant Freedom

19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 16:04

 

 


I. La Vitre cassée

 

Avez-vous jamais été témoin de la fureur du bon bourgeois Jacques Bonhomme, quand son fils terrible est parvenu à casser un carreau de vitre? Si vous avez assisté à ce spectacle, à coup sûr vous aurez aussi constaté que tous les assistants, fussent-ils trente, semblent s'être donné le mot pour offrir au propriétaire infortuné cette consolation uniforme: « À quelque chose malheur est bon. De tels accidents font aller l'industrie. Il faut que tout le monde vive. Que deviendraient les vitriers, si l'on ne cassait jamais de vitres? »

Or, il y a dans cette formule de condoléance toute une théorie, qu'il est bon de surprendre flagrante delicto, dans ce cas très-simple, attendu que c'est exactement la même que celle qui, par malheur, régit la plupart de nos institutions économiques.

À supposer qu'il faille dépenser six francs pour réparer le dommage, si l'on veut dire que l'accident fait arriver six francs à l'industrie vitrière, qu'il encourage dans la mesure de six francs la susdite industrie, je l'accorde, je ne conteste en aucune façon, on raisonne juste. Le vitrier va venir, il fera besogne, touchera six francs, se frottera les mains et bénira de son cœur l'enfant terrible. C'est ce qu'on voit.

Mais si, par voie de déduction, on arrive à conclure, comme on le fait trop souvent, qu'il est bon qu'on casse les vitres, que cela fait circuler l'argent, qu'il en résulte un encouragement pour l'industrie en général, je suis obligé de m'écrier: halte-là! Votre théorie s'arrête à ce qu'on voit, elle ne tient pas compte de ce qu'on ne voit pas.

On ne voit pas que, puisque notre bourgeois a dépensé six francs à une chose, il ne pourra plus les dépenser à une autre. On ne voit pas que s'il n'eût pas eu de vitre à remplacer, il eût remplacé, par exemple, ses souliers éculés ou mis un livre de plus dans sa bibliothèque. Bref, il aurait fait de ses six francs un emploi quelconque qu'il ne fera pas.

Faisons donc le compte de l'industrie en général.

La vitre étant cassée, l'industrie vitrière est encouragée dans la mesure de six francs; c'est ce qu'on voit.

Si la vitre n'eût pas été cassée, l'industrie cordonnière (ou toute autre) eût été encouragée dans la mesure de six francs; c'est ce qu'on ne voit pas.

Et si l'on prenait en considération ce qu'on ne voit pas, parce que c'est un fait négatif, aussi bien que ce que l'on voit, parce que c'est un fait positif, on comprendrait qu'il n'y a aucun intérêt pour l'industrie en général, ou pour l'ensemble du travail national, à ce que des vitres se cassent ou ne se cassent pas.

Faisons maintenant le compte de Jacques Bonhomme.

Dans la première hypothèse, celle de la vitre cassée, il dépense six francs, et a, ni plus ni moins que devant, la jouissance d'une vitre.

Dans la seconde, celle où l'accident ne fût pas arrivé, il aurait dépensé six francs en chaussure et aurait eu tout à la fois la jouissance d'une paire de souliers et celle d'une vitre.

Or, comme Jacques Bonhomme fait partie de la société, il faut conclure de là que, considérée dans son ensemble, et toute balance faite de ses travaux et de ses jouissances, elle a perdu la valeur de la vitre cassée.

Par où, en généralisant, nous arrivons à cette conclusion inattendue: « la société perd la valeur des objets inutilement détruits, » — et à cet aphorisme qui fera dresser les cheveux sur la tête des protectionnistes: « Casser, briser, dissiper, ce n'est pas encourager le travail national, » ou plus brièvement: « destruction n'est pas profit. »

Que direz-vous, Moniteur industriel, que direz-vous, adeptes de ce bon M. de Saint-Chamans, qui a calculé avec tant de précision ce que l'industrie gagnerait à l'incendie de Paris, à raison des maisons qu'il faudrait reconstruire?

Je suis fâché de déranger ses ingénieux calculs, d'autant qu'il en a fait passer l'esprit dans notre législation. Mais je le prie de les recommencer, en faisant entrer en ligne de compte ce qu'on ne voit pas à côté de ce qu'on voit.

Il faut que le lecteur s'attache à bien constater qu'il n'y a pas seulement deux personnages, mais trois dans le petit drame que j'ai soumis à son attention. L'un, Jacques Bonhomme, représente le Consommateur, réduit par la destruction à une jouissance au lieu de deux. L'autre, sous la figure du Vitrier, nous montre le Producteur dont l'accident encourage l'industrie. Le troisième est le Cordonnier (ou tout autre industriel) dont le travail est découragé d'autant par la même cause. C'est ce troisième personnage qu'on tient toujours dans l'ombre et qui, personnifiant ce qu'on ne voit pas, est un élément nécessaire du problème. C'est lui qui bientôt nous enseignera qu'il n'est pas moins absurde de voir un profit dans une restriction, laquelle n'est après tout qu'une destruction partielle. — Aussi, allez au fond de tous les arguments qu'on fait valoir en sa faveur, vous n'y trouverez que la paraphrase de ce dicton vulgaire: « Que deviendraient les vitriers, si l'on ne cassait jamais de vitres? » [3]

 

[3]: V. au tome IV, le chap. XX de la Ière série des Sophismes, p. 100 et suivantes. (Note de l'éditeur de l'édition originale.)


La Vitre cassée de Frédéric Bastiat

 

Par Louis Carabini

La Vitre cassée est le premier d’une douzaine de courts essais écrits par Frédéric Bastiat (1801-1850) et regroupés au sein d’un ensemble intitulé Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas. Dans ces pamphlets, Bastiat nous met en garde. Pour évaluer correctement les conséquences d’un acte, nous devons prendre en compte tous ses effets ; non seulement les plus flagrants (ce qu’on voit) mais aussi ceux qui échappent à l’évidence (ce qu’on ne voit pas). La Vitre cassée est le plus célèbre essai du recueil. Les libertariens le citent souvent comme une leçon précise et critique d’analyse économique. Henry Hazlitt a d’ailleurs imité Bastiat dans son best-seller Economics in One Lesson (1979), en faisant de l’épisode de la vitre cassée la première leçon appliquée d’économie.

Dans Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas, Bastiat prend un grand soin à démonter méthodiquement les sophismes économiques des élites politiques de son temps, en révélant ce que les gouvernants oublient dans les mesures qu’ils prennent. Il démontre que l’incapacité à considérer leurs effets cachés amène à des conclusions économiquement fausses. Parfois, on ne voit pas les conséquences néfastes d’un bénéfice apparent (par exemple, tout ce que l’impôt empêche les contribuables de réaliser de leur plein gré) ; d’autre fois, ce sont les conséquences positives d’un événement apparemment mauvais qui sont oubliées (comme l’automatisation de certains métiers).

Ma critique ne porte pas sur l’enseignement remarquable de Bastiat dans La Vitre cassée mais sur les conclusions qu’il tire explicitement de cet épisode. En réalité, mon but est plutôt de renforcer la leçon cruciale de Bastiat, en creusant davantage « ce qu’on ne voit pas ». J’espère que le lecteur en fera autant et qu’il utilisera à bon escient ces remarques pour analyser les faits économiques avec encore plus d’attention…

La version de Henry Hazlitt est certes plus contemporaine, mais elle reprend trait pour trait l’analyse développée par Bastiat en son temps. Ma critique est donc également valable pour la réflexion proposée par Hazlitt.

Bastiat expose la sottise de la petite foule qui console M. Bonhomme, au prétexte que des accidents comme une vitre cassée font marcher le commerce et l’industrie. Après tout, « Que deviendraient les vitriers, si l’on ne cassait jamais de vitres ? » Bastiat nous montre qu’avec les six francs que M. Bonhomme a dépensés pour faire réparer sa vitre (ce qu’on voit), il aurait pu s’offrir une nouvelle paire de chaussures (ce qu’on ne voit pas). Tous comptes faits, en encourageant le secteur de la vitrerie, on décourage d’autant le secteur de la chaussure. Bastiat réfute la conclusion erronée de la foule, qui voit un bénéfice induit dans le bris de la vitre, en identifiant la perte équivalente :

Et si l’on prenait en considération ce qu’on ne voit pas, parce que c’est un fait négatif, aussi bien que ce que l’on voit, parce que c’est un fait positif, on comprendrait qu’il n’y a aucun intérêt pour l’industrie en général, ou pour l’ensemble du travail national, à ce que des vitres se cassent ou ne se cassent pas[1].

Bastiat déclare qu’on ne peut relancer l’économie en détruisant la propriété de quiconque, puisque les effets positifs résultant de cette destruction remplacent ceux qui auraient eu lieu sans destruction. Il en conclut que si nous prenions en compte ce qui a été ainsi empêché, nous ne verrions aucun gain d’ensemble à l’opération. Bastiat raisonne comme s’il y avait là une simple annulation d’effets, là où la destruction de propriété est, à mon sens, une perte sèche pour la communauté. Là où les badauds voient un jeu à somme positive, Bastiat voit un jeu à somme nulle. Malheureusement, son raisonnement se termine un peu vite, car il laisse au lecteur l’impression que détruire n’est pas profitable pour la société :

« Casser, briser, dissiper, ce n’est pas encourager le travail national, » ou plus brièvement: « destruction n’est pas profit. »

Pour ma part, je crois que détruire un bien n’est pas seulement « non profitable », mais aussi et surtout déficitaire. Dans son exposé, Bastiat ne prend pas suffisamment en compte ce qui a été annulé du fait du bris de la vitre. Or, il y a quelque chose en jeu de plus subtil qu’une paire de chaussures. Quelque chose qui ne se monnaye pas et qui, une fois intégrée à l’analyse, transforme l’épisode de la vitre cassée en un jeu à somme négative. Et cela n’a rien à voir avec le fait que la vitre ait été brisée de manière délibérée, comme dans la version d’Hazlitt, ou accidentellement, comme chez Bastiat.

Si le fils terrible de M. Bonhomme n’avait pas cassé la vitre, pense la foule, alors le vitrier n’aurait pas gagné ses six francs de réparation. Bastiat ne conteste pas ce point particulier, alors qu’il s’agit d’un pur sophisme. Il n’expose pas ce qu’aurait fait le vitrier s’il n’avait pas été appelé pour réparer la vitre cassée. Or, ce bon vitrier aurait consacré son temps à une autre tâche, certainement à installer des fenêtres dans une nouvelle maison, ce qui lui aurait rapporté peu ou prou les mêmes six francs. Sans la vitre cassée, M. Bonhomme comme le vitrier auraient disposé de l’argent nécessaire pour s’offrir une nouvelle paire de souliers, ou tout autre bien du même prix.

Ce qu’on ne voit pas dans cet épisode, selon Bastiat, c’est le manque à gagner de l’industrie cordonnière. Bastiat se trompe ici : il n’y a pas découragement de cette industrie du seul fait de la vitre cassée. Supposons, pour simplifier notre propos, que le vitrier se fournisse chez le même cordonnier où M. Bonhomme a ses habitudes. Une fois la vitre cassée puis réparée, le vitrier peut acheter et porter les chaussures que M. Bonhomme n’a pu s’offrir. Il semble donc que la vitre cassée n’ait aucune incidence particulière sur l’industrie cordonnière (ou tout autre industrie, selon l’exemple). La prospérité générale reste inchangée : il y a substitution des bénéficiaires, voilà tout. Alors, me rétorquera-t-on, qu’y a-t-il de si dommageable dans l’épisode de la vitre cassée ?

L’effet invisible de la destruction ne se limite pas aux chaussures dont M. Bonhomme n’aura pas eu la jouissance. Ce qui importe, c’est que le vitrier a consacré du temps et de l’énergie à la restauration d’une situation existant avant le bris de la vitre, au lieu de les consacrer à un projet d’amélioration général de la société. Ce qu’on ne voit pas dans l’épisode de la vitre cassée, c’est la fenêtre manquante d’une nouvelle maison que le vitrier aurait installée s’il n’avait pas été retardé par la réparation de la vitre, et dont aurait ainsi bénéficié quelqu’un d’autre.

Pour simplifier notre propos et souligner la conséquence invisible que Bastiat n’a pas relevée, admettons qu’il n’existe qu’une personne en ville qui sache installer et réparer des fenêtres, mais que la demande pour ce service est très peu fréquente. Pendant qu’il ne s’occupe pas de fenêtres, notre homme gagne sa vie en pêchant. Lorsqu’il installe ou répare une fenêtre, il ne peut pas aller à la pêche, et un ou plusieurs habitants de la ville sont donc privés de poisson. Ni le temps ni l’énergie d’un homme ne sont illimités. Ce qu’on ne voit pas, pour reprendre les termes de Bastiat, c’est le poisson qui n’est pas pêché et consommé pendant que le vitrier répare une vitre cassée.

« Que deviendraient les vitriers, si l’on ne cassait jamais de vitres ? » Bastiat conclut sur le même « dicton vulgaire » cité par les badauds au début de l’histoire de la vitre cassée. Cette question sous-entend qu’une diminution du nombre de vitriers en raison d’une baisse de la demande serait dommageable à la communauté. Bastiat n’oppose pas de contradiction suffisante à ce sophisme très répandu. Si l’on ne cassait jamais de vitres, il est vrai que l’on aurait moins besoin de vitriers, et que cette industrie emploierait moins d’ouvriers. Cependant, ces ouvriers trouveraient du travail dans une autre industrie, où leur main d’œuvre serait bien plus recherchée. Maintenir en vie une industrie déclinante en détruisant des biens, c’est détourner artificiellement le travail que les hommes auraient autrement consacré à des activités bien plus profitables pour le bien commun. Il est aussi absurde de casser des vitres pour occuper les vitriers que de brûler des chaussures pour relancer l’industrie cordonnière.

Trop souvent, on considère le travail en soi comme une chose positive. Cette idée reçue veut que « créer des emplois » est bon pour la société, peu importe leur contenu, car l’activité ainsi créée occupe les travailleurs, fait marcher les usines et le commerce. Ce raisonnement est faux. Si tout travail est bénéfique, alors qu’attendons-nous pour brûler Paris – comme Bastiat y fait allusion – et toutes les maisons de ses habitants pour créer des emplois liés à la reconstruction ? Le bon sens suffit pour voir la stupidité d’une telle entreprise. Les malheureux Parisiens ainsi spoliés devront cesser leur activité normale pour consacrer tout leur temps et leur énergie à rétablir le statu quo.

Pendant la reconstruction, certains esprits faibles pourraient se dire : « Tout n’est pas si mal, car tout le monde a un travail et gagne sa vie. » En temps de guerre aussi, cette illusion de prospérité frappe certains observateurs, car tous les hommes s’acharnent à produire des canons, des obus et des tanks. Ce qu’on ne voit pas, c’est toutes les choses utiles, agréables, désirables qui auraient été produites par ces mêmes hommes qui préparent la guerre contre l’ennemi. Le travail en soi ne crée pas de richesses, l’argent non plus. La prospérité d’une société augmente lorsqu’elle produit des biens et services auxquels les gens tiennent, qui répondent à leurs besoins réels.


Auteur : Louis Carabini est le fondateur de Monex, une entreprise spécialisée dans le commerce de métaux précieux.

Source ; Journal of Libertarian Studies, vol. 21, no. 4, pp. 151-155.

Traduction : Arthur Gautier, Institut Coppet.

 


[1] Frédéric Bastiat, Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas, Choix de sophismes et de pamphlets économiques, 3e éd. (Paris : Romillat, 2004), pp. 191-192.

 

Partager cet article

Published by Cyber-résistant - dans Philosophie politique
commenter cet article

commentaires

Jumelage

Voir les articles

INDEX

 

 READ THIS BLOG IN ENGLISH WITH GOOGLE Click here

Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamiqueL'image “http://img57.imageshack.us/img57/3474/bouton3sitany0.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell


DOSSIER

LE LIBERTARIANISME

Informez-vous sur la philosophie politique libertarienne


« Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve. »     John Adams

DOSSIER

LE WEB RESISTANT 

lewebresistant.gif

Informez-vous sur la cyber-résistance

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s'éloignant de leurs textes tandis que l'islam le fut en se rapprochant des siens. »                                                      Eric Conan



DOSSIER

FONDAMENTALISME, DJIHADISME, TERRORISME

L’ISLAMISME EST UN TOTALITARISME

img80/3421/poing1bjr1.jpg

Ce qu’il faut savoir sur l’une des plus grandes menaces politiques et religieuses du XXIème siècle

 


« Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à suprimer la pauvreté »                                                   Winston Churchill

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE SOCIALISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le socialisme


« Le Communisme est l'Islam du XXème siècle. »                                                   Jules Monnerot


DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE COMMUNISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le communisme

 

« La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à gouter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée.  »                            Carl Gustav Jung

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE NAZISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le nazisme


« Ils ignorent que les épées sont données pour que personne ne soit esclave. »                                                                                        Lucain

Partenaire :