Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Résistance sur Internet
  • Le blog de la Résistance sur Internet
  • : Le WEB Résistant est le seul site francophone présentant toutes les références sur les sites de réinformation. Faites-le connaître autour de vous ! Ne restez pas seul, nous sommes nombreux.
  • Contact

Profil

  • Cyber-résistant
  • Ni totalitarisme nazi,
 ni totalitarisme communiste,
 ni totalitarisme islamique
  • Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamique

En bref

ajouter-favoris.png

Abonnement

Inscription à la newsletter

  

Center for Vigilant Freedom

The 910 Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Counterjihad Calendar 2009
The Counterjihad Calendar 2010

Counterjihad Brussels 2007

Counterjihad Vienna 2008

Counterjihad Copenhagen 2009

Counterjihad Zurich 2010

EU Eurabia Francais

Le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie

 
FAIRE LE TEST POLITIQUE ?

http://img263.imageshack.us/img263/2081/diagrammenolan.jpg

 

Web Statistics

 
Locations of visitors to this page

Entête

http://www.wikio.fr

"Si vous entendez ce message, c'est que vous êtes la résistance."

International Civil Liberties

About

The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc.  We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

We aim to promote the secular rule of law, which we believe to be the basis of harmony and mutual respect between individuals and groups in the increasingly globalised world, and to draw attention to efforts to subvert it.  We believe in equality before the law, equality between men and women, and the rights of the individual and are open to participation by all people who respect these principles.

We believe that freedom of speech is the essential prerequisite for free and just societies, secular law, and the rights of the individual.

We are committed to building and participating in coalitions in all parts of the world to effect significant progress in protecting rights of the individual which are sadly being eroded in many countries including those in the West.


Rejoindre le forum

 

The Center for Vigilant Freedom

15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 23:48

La fin de la ''doctrine Bush''

bush_rushmoreBush risque de finir l’année très déçu, et, pour partie, déshonoré : l’inverse de ce qu’il aurait souhaité.

Je n’ai cessé, en ces colonnes et ailleurs, de défendre et d’expliciter la « doctrine Bush », telle qu’elle avait pris forme au lendemain du 11 septembre 2001. J’ai exposé, dans de nombreux articles, en quoi et pour quoi nous sommes partie prenante dans une guerre planétaire, dont les interventions en Afghanistan et en Irak ne sont que des épisodes. J’ai réfuté les discours affirmant la centralité du conflit israélo-arabe dans les tumultueuses difficultés du Proche-Orient contemporain, et souligné que ceux qui affirmaient cette centralité avaient des objectifs tout autres que la paix, la prospérité et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Force m’est de constater que la « doctrine Bush » est en train de subir des distorsions qui pourraient la rendre méconnaissable, et que l’auteur de ces distorsions est George Walker Bush lui-même. Force m’est de dire que je vois de moins en moins de lucidité concernant la guerre en cours et que je vois, par contre, revenir au premier plan les illusions délétères du statu quo. Force m’est de constater, enfin, que l’affirmation de la centralité du conflit israélo-arabe est à nouveau au centre des débats, avec des conséquences qui pourraient être très lourdes.

Tout a commencé, vraisemblablement, avec le « rapport Baker », voici un an. Celui-ci marquait un retour à la realpolitik façon Bush père. Il sembla ne pas être suivi d’effet, puisque, contre les recommandations de Baker, Bush mit en place la politique de « surge » et de renforcement des troupes en Irak, telle qu’elle avait été conçue par le général Petraeus. Celle-ci porta d’ailleurs ses fruits, quand bien même les médias français restent sourds muets et aveugles sur le sujet, et continuent de répéter, à la manière d’une bande magnétique coincée qui tourne en boucle, le grand air du « bourbier ».

Tout s’est poursuivi avec la rencontre d’Annapolis, en laquelle j’avais pensé, à l’époque, ne déceler que le retour d’une maladie hélas bien connue, la « palestinite ».

Depuis, il y a eu le rapport des services de renseignement américains, affirmant, dans ses premières lignes, que l’Iran avait abandonné ses projets de nucléaire militaire depuis plusieurs années : quand bien même le corps du texte se révélait ensuite plus nuancé, le mal était fait. Et il devenait évident que les Etats-Unis allaient adopter une attitude plus feutrée par rapport au régime des mollahs. Puis vint la tournée de Bush au Proche-Orient.

On peut, dans les circonstances ambiantes, tirer quelque conclusions provisoires de ce qui est en train de se jouer :

Non seulement Bush semble désormais persuadé que la paix sera possible au Proche-Orient pour peu qu’Israël fasse les concessions requises, et il adopte sur ce sujet un discours qui se rapproche très dangereusement de celui qui prévaut dans le monde arabe. Les exigences de voir les Palestiniens renoncer au terrorisme, en préalable à toute discussion, sont de plus en plus faiblement énoncées. La date de 1967 et les frontières qui prévalaient avant la Guerre des Six Jours sont de plus en plus souvent évoquées. Le « droit au retour », comme l’a récemment noté avec inquiétude Daniel Pipes, semble de plus en plus nettement faire partie des paramètres diplomatiques américains. Le seul et unique point sur lequel Bush semble se tenir à ses positions antécédentes est le caractère juif de l’Etat d’Israël ; mais on peut aisément noter que ce caractère juif d’Israël se trouverait hypothéqué si le « droit au retour » était mis en œuvre.

L’objectif principal de Bush semble être s’assurer l’alliance et le soutien des régimes arabes de la région face à l’Iran, et tout faire pour qu’un statu quo se mette en place, qui permette de conforter la stabilisation en Irak. Pour parvenir à cet objectif, le sacrifice des intérêts d’Israël lui semble être un prix peu élevé à payer.

Ce retournement politique évident de l’administration Bush ne peut que convenir aux Européens, qui ne cessent de prôner une diplomatie de l’apaisement, de s’aveugler sur la situation planétaire, et de considérer, avec des tonalités différentes selon leur sensibilité politique, que tous les troubles du monde, ou presque, impliquent qu’Israël soit placé en position de bouc émissaire. Ce retournement s’opère dans le contexte d’une campagne électorale américaine, où la tentation du « retrait » face aux problèmes planétaires joue traditionnellement un rôle important. Il survient aussi pendant la dernière année d’une présidence : celle où le président en place entend tout faire pour laisser sa marque dans l’histoire. On peut ainsi légitimement craindre que Bush ne se soit convaincu lui-même, comme l’ont fait nombre de ses prédécesseurs avant lui, qu’il serait celui qui a « fait la paix » la plus chargée de symboles aujourd’hui.
Si on ajoute que le gouvernement israélien actuel semble se faire le complice docile de tout cela, et que nombre d’intellectuels israéliens viennent conforter cette complicité, la situation paraît sombre et inquiétante.

Les lueurs d’espoir sont, comme Hillel Halkin le notait récemment dans un article du numéro de janvier du magazine Commentary, que les dirigeants palestiniens ne veulent, selon toutes les évidences disponibles, ni d’un Etat (et encore moins d’un Etat à côté d’Israël), ni de la paix. Mahmoud Abbas sait que s’il signait un accord de paix et acceptait l’Etat qu’on veut lui proposer, il signerait par là même son arrêt de mort. Les dirigeants palestiniens ne refuseront pas, bien sûr : ils demanderont davantage, puis encore davantage, jusqu’à ce que rien ne se passe.

Elles sont aussi que les dirigeants du monde arabe ne veulent eux-mêmes ni d’un Etat palestinien ni d’une paix qui les priverait du meilleur prétexte dont ils disposent pour maintenir le sous-développement économique, politique et culturel de leurs pays, et qui les ferait passer pour traîtres aux yeux des islamistes.

Bush risque de finir l’année très déçu, et, pour partie, déshonoré : l’inverse de ce qu’il aurait souhaité. Les dirigeants arabes ne cessent de montrer, par leurs gestes et leurs paroles, qu’ils savent que les Etats-Unis sont actuellement le maillon faible, et l’Iran le maillon fort. Abbas et le Hamas vont, très vraisemblablement, se rapprocher, comme le demandent les dirigeants saoudiens. Les dirigeants européens, qui n’ont jamais apprécié Bush, n’auront plus à le détester pour avoir été celui qui a forgé et mis en œuvre la « doctrine Bush » : ils vont pouvoir le détester pour avoir été celui qui s’est lui-même sabordé. Ils ne noteront pas qu’il l’aura fait en tournant le dos à la « doctrine Bush », bien sûr…

Les Israéliens seront sauvés d’Olmert et de ses complices par le fait que, aussi loin qu’Olmert et ses complices aillent dans les concessions, ce ne sera jamais assez pour Abbas et les dirigeants arabes. Il restera alors à un nouveau gouvernement israélien à reprendre les choses en main, et à en finir avec les illusions dangereuses. Fondamentalement, les Israéliens ne peuvent compter que sur eux-mêmes : ils peuvent avoir des alliés. Ils n’ont pas d’amis. Bush, faut-il le rappeler, était censé être le meilleur ami qu’Israël ait eu à la Maison Blanche. C’était avant le retour des « réalistes », et avant que  Condi Rice ne montre son vrai visage.

Guy Millière

Le cerveau des jeunes Français est lessivé


Milliere Guy - mercredi 16 janvier 2008

mondialisation

La Fondation pour l’Innovation Politique a publié, début janvier, une étude sur la façon dont les jeunes gens des cinq continents voient leur futur. “L’Express” a réalisé un dossier de huit pages consacré au sujet. Les résultats pour la France sont, comme on pouvait s’y attendre, catastrophiques. Les jeunes Français sont les plus pessimistes par rapport à l’avenir (pour trouver des chiffres pires, il aurait sans doute fallu élargir l’étude à des pays en guerre civile comme le Soudan ou le Kenya).
Ils sont les plus fatalistes, ceux pour qui l’avenir semble le moins prometteur, ceux qui voient le plus une source de menace dans la mondialisation. Plus inquiétant encore, ça indique une situation difficilement remédiable : les jeunes Français sont aussi les plus rétifs à toute forme de flexibilité, d’adaptation, d’ouverture à l’innovation, ceux qui placent au plus haut la soumission au regard des autres et l’obéissance.
Ils sont aussi, aspect riche d’interrogations ou de conflictualités futures, ceux qui se révèlent les plus rétifs à payer pour les vieilles personnes. La « pollution » ou le « racisme » les obsèdent particulièrement.

Les rédacteurs en restent au constat, sans aller beaucoup plus loin. Les journalistes de “L’express” y voient un reflux complet de « l’esprit de mai 1968 », quarante ans après. Pour ce qui me concerne, j’y discerne ce qui vient composer le diagnostic d’une maladie profonde et peut-être irrémédiable.
J’y discerne aussi les traces de tout ce qu’a disséminé, depuis au moins quarante années, le « politiquement correct ». Comment être optimiste lorsqu’on pense que l’être humain pollue, et plus encore Occidental ? Comment avoir confiance en soi lorsqu’on vous dit que les Occidentaux ne se contentent pas de détruire la planète, mais sont en supplément de vils racistes ? Comment regarder sereinement l’avenir lorsqu’on ne cesse de vous le dépeindre sous des couleurs catastrophistes ?

Ajoutez à cela l’idée que les « acquis sociaux » sont un bien précieux, que le capitalisme mondialisé est un monstre inhumain, ou que la recherche scientifique peut conduire à des « monstruosités » telles que les « organismes génétiquement modifiés » que même le gouvernement s’emploie à diaboliser, et ne vous étonnez pas du résultat. Les jeunes Français ont le cerveau très lessivé : ils broient du noir, et on peut les comprendre. Les années à venir leur semblent effroyables, et elles le seront d’autant plus que l’intégralité de ce qui apparaît aux jeunes d’autres contrées du monde, telles que les États-Unis ou l’Inde, comme des promesses fécondes, leur semble n’être qu’engrenages stériles.

Il faudrait privatiser, flexibiliser dans tous les domaines, parler positivement de l’avenir, et ce n’est pas fait. Il faudrait expliquer que l’économie planétaire n’a jamais créé autant de richesses et fait autant reculer la pauvreté, et ce n’est pas fait. Il faudrait réformer de fond en comble l’école et l’université, libérer l’information, ouvrir grand les portes de la connaissance, et ce n’est pas fait non plus. Je sais de quoi je parle puisque j’enseigne à l’université. Je compatis avec les étudiants, j’essaie de leur ouvrir les yeux, mais ce que je fais n’est qu’une goutte d’eau dans un océan. Peut-on inverser des tendances profondément ancrées ? Je suis enclin à penser que non, et à trouver cela infiniment triste.

Les années à venir en France seront vraisemblablement aussi désespérantes que les jeunes Français le pensent, et ils n’ont pas la moindre idée de ce qui pourrait leur apporter le salut. Les blocages sont partout, y compris dans les têtes. Le déclin économique et culturel est enclenché depuis longtemps. Les porteurs de capital intellectuel continueront à partir, des gens venus du Sud continueront à arriver dans l’espoir de trouver du travail et n’en trouveront pas. Peut-on passer du développement au sous-développement ? Nous le verrons dans les années à venir. Les jeunes broient du noir, et ils ont raison. Les plus âgés ne doivent pas s’attendre à vivre une retraite paisible, loin de là.

Peut-être y aura-t-il d’autres émeutes, mais je ne vois pas de guerre civile à l’horizon : les vieux ne se battent pas. Je vois plutôt l’affaissement et la soumission au pire, les anxiolytiques. Ou, pour ceux qui peuvent : l’exil. Sans tarder. D’autant plus que le mal touche, en fait, à des degrés divers, l’Europe entière.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Le WEB Résistant
commenter cet article

commentaires

Jumelage

Voir les articles

INDEX

 

 READ THIS BLOG IN ENGLISH WITH GOOGLE Click here

Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamiqueL'image “http://img57.imageshack.us/img57/3474/bouton3sitany0.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell


DOSSIER

LE LIBERTARIANISME

Informez-vous sur la philosophie politique libertarienne


« Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve. »     John Adams

DOSSIER

LE WEB RESISTANT 

lewebresistant.gif

Informez-vous sur la cyber-résistance

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s'éloignant de leurs textes tandis que l'islam le fut en se rapprochant des siens. »                                                      Eric Conan



DOSSIER

FONDAMENTALISME, DJIHADISME, TERRORISME

L’ISLAMISME EST UN TOTALITARISME

img80/3421/poing1bjr1.jpg

Ce qu’il faut savoir sur l’une des plus grandes menaces politiques et religieuses du XXIème siècle

 


« Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à suprimer la pauvreté »                                                   Winston Churchill

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE SOCIALISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le socialisme


« Le Communisme est l'Islam du XXème siècle. »                                                   Jules Monnerot


DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE COMMUNISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le communisme

 

« La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à gouter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée.  »                            Carl Gustav Jung

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE NAZISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le nazisme


« Ils ignorent que les épées sont données pour que personne ne soit esclave. »                                                                                        Lucain

Partenaire :