Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Résistance sur Internet
  • Le blog de la Résistance sur Internet
  • : Le WEB Résistant est le seul site francophone présentant toutes les références sur les sites de réinformation. Faites-le connaître autour de vous ! Ne restez pas seul, nous sommes nombreux.
  • Contact

Profil

  • Cyber-résistant
  • Ni totalitarisme nazi,
 ni totalitarisme communiste,
 ni totalitarisme islamique
  • Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamique

En bref

ajouter-favoris.png

Abonnement

Inscription à la newsletter

  

Center for Vigilant Freedom

The 910 Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Counterjihad Calendar 2009
The Counterjihad Calendar 2010

Counterjihad Brussels 2007

Counterjihad Vienna 2008

Counterjihad Copenhagen 2009

Counterjihad Zurich 2010

EU Eurabia Francais

Le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie

 
FAIRE LE TEST POLITIQUE ?

http://img263.imageshack.us/img263/2081/diagrammenolan.jpg

 

Web Statistics

 
Locations of visitors to this page

Entête

http://www.wikio.fr

"Si vous entendez ce message, c'est que vous êtes la résistance."

International Civil Liberties

About

The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc.  We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

We aim to promote the secular rule of law, which we believe to be the basis of harmony and mutual respect between individuals and groups in the increasingly globalised world, and to draw attention to efforts to subvert it.  We believe in equality before the law, equality between men and women, and the rights of the individual and are open to participation by all people who respect these principles.

We believe that freedom of speech is the essential prerequisite for free and just societies, secular law, and the rights of the individual.

We are committed to building and participating in coalitions in all parts of the world to effect significant progress in protecting rights of the individual which are sadly being eroded in many countries including those in the West.


Rejoindre le forum

 

The Center for Vigilant Freedom

20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 23:51

Aujourd’hui comme hier : des Musulmans endommagent les sites sacrés séculaires d’autres religions

Page 63 du P.I.G.
Image Hosted by ImageShack.us
Dans la partie Nord de Chypre, sous occupation turque, les Musulmans ont tenté de transformer le monastère de San Makar, datant du IV° siècle, en hôtel. En Libye, le fantasque Colonel Kadhafi a converti la cathédrale catholique de Tripoli en mosquée. Et en Afghanistan, bien sûr, le gouvernement taliban a dynamité les célèbres Bouddhas de Bamiyan en mars 2001. Les monuments chrétiens d’Europe pourraient-ils subir un jour le même sort ?

Si les choses tournent comme ils l’entendent pour les guerriers du jihad, tout aussi résolus aujourd’hui que par le passé, il n’y a guère de doute là-dessus. Edward Gibbon, l’auteur du célèbre « Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain », observait que si les incursions musulmanes du VIII° siècle en France avaient été couronnées de succès, « l’interprétation du Coran serait aujourd’hui enseignée dans les écoles d’Oxford, et leurs professeurs prêcheraient sans doute à des étudiants circoncis le caractère sacré et indéniable de la révélation de Mahomet » (1)

Ce jour peut encore advenir.

(1) E. Gibbon, « Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain », Chapitre LII

The-Politically-Incorrect-Guide-to-Islam--and-the-Crusades-.jpg

_La destruction de l'art bouddhique en Afghanistan_


  Afghanistan
   
Les talibans, qui sont au pouvoir à Kaboul depuis 1996 et contrôlent la presque totalité de l'Afghanistan, ont entrepris la destruction des effigies de Bouddha dans tous le pays. Le 26 février 2001, le chef suprême des talibans, le mollah Mohammad Omar, a en effet ordonné, dans un décret, la destruction de toute lastatuaire bouddhique en estimant qu'elle était "anti-islamique" et que la faire disparaître était "une injonction de l'islam".

Les "étudiants en théologie", affirment avoir fait de leur pays – un territoire dévasté par plus de 20 ans de guerre - le "plus pur" Etat islamique du monde. L'Afghanistan est majoritairement musulman depuis le VIIIe siècle. Le régime des talibans, dont le nom officiel est l'Emirat islamique d'Afghanistan, est reconnu par trois pays seulement : le Pakistan, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

Les talibans pratiquent un islam rigoureux, inspiré du wahhabisme saoudien, pays dans lequel beaucoup de statues ont été aussi détruites. Ils appliquent strictement la charia - les lois coraniques : les photos d'êtres vivants, les films, la télévision et la musique sont interdits; les "châtiments islamiques" publics ont été rétablis (lapidation des adultères, exécutions des criminels et les amputations des voleurs);les jeunes filles ne sont plus éduquées et rares sont les femmes qui peuvent travailler alors que tous les hommes doivent porter la barbe.

>Bamiyan : les plus grands bouddhas du monde

La communauté internationale a aussitôt exprimé son indignation. Le Pakistan, principal allié des extrémistes afghans, a critiqué cette décision et demandé aux talibans "de prendre des mesures pour protéger totalement les monuments historiques, les sites et les chefs-d'uvre de l'Afghanistan qui font partie du patrimoine mondial".Up

Grande statue de Bouddha  
Grande statue de Bouddha [53 m de haut], vallée de Bamiyan. Photo Unesco

 
L'Afghanistan, qui a été un grand centre bouddhiste avant la conquête musulmane achevée au XIe siècle, abrite de nombreuses statues de l'art bouddhique pré-islamique, édifiées par les bouddhistes de Chine et d'Inde qui, il y a plus de1.500 ans, traversaient le pays.

L'Afghanistan est le pays qui a le patrimoine le plus important du monde en statues bouddhiques. Le musée de Kaboul renferme environ 6'000 pièces d'art bouddhique et la vallée de Bamiyan, dans le centre du pays, abrite les deux célèbres bouddhas géants [55 et 38 mètres de haut], les plus grands du monde, sculptés dans des falaises - et datés entre le IVe et le VIe après J.C.. La tête de l'un des bouddhas a été détruite, en 1998, lors de l'arrivée des talibans dans la vallée de Bamiyan. Les peintures murales de la voûte qui abrite le plus grand des bouddhas ont été endommagées et l'un des bouddhas latéraux totalement détruit.

Parmi les sites archéologiques majeurs de l'Afghanistan : celui de l'ancienne Bactrian, au nord-est du pays (IIe-IIIe siècles av. J.C.) et le site de Hadda, à l'est, dans la région de Jalalabad, très riche en statues gréco-bouddhiques modelées en stuc et en argile, trouvées dans les monastères.

>”Depuis la fin du premier siècle de l'Hégire, les musulmans détruisent les idoles”

Dans le quotidien ”Le Monde”, Gérard Fussman, professeur au Collège de France rappelle ”que le visage du grand Bouddha [de Bamiyan] a sans doute été détruit dès l'arrivée de l'islam, il y a plus de douze siècles, et ses jambes au XVIIIe siècle par les canons du Persan Nadir Shah; que les destructions des peintures sont sans doute plus à déplorer que celle de ces spectaculaires géants, mais que celles-ci ont commencé dès que le gouvernement central n'a plus fait sentir son autorité.” Le site archéologique et le petit musée de Jelalabad ont été détruits au début de la guerre civile afghane.

  Le Musée de Kaboul
  Le Musée de Kaboul

Il ajoute : ”Ce n'est pas exonérer les talibans, en effet, que de rappeler que, depuis la fin du premier siècle de l'Hégire, les musulmans détruisent les idoles. Les Indiens en savent quelque chose. L'islam traditionnel interdit aussi la reproduction du visage humain, l'homme ne devant pas rivaliser avec l'œuvre du Créateur.

”Les œuvres d'art qui subsistaient en Afghanistan ont dû leur survie soit au fait qu'elles étaient enterrées, soit à la protection armée donnée par le gouvernement afghan quand celui-ci se voulait éclairé (de 1922 à 1990). Dès que le gouvernement afghan était affaibli, et plus encore maintenant qu'il est fondamentaliste [si l'on peut encore parler de gouvernement], les œuvres d'art accessibles étaient détruites.”

Sources : Unesco (Paris), presse internationale [dont "Le Monde" et "Libération"].


Aujourd’hui comme hier : des leaders musulmans appellent au retour de la dhimma

(Page 52 du P.I.G.)
Image Hosted by ImageShack.us
D’accord, des Juifs et des Chrétiens ont vécu sous le statut de dhimmi dans les anciens empires islamiques, mais c’est une relique du passé, n’est-ce pas ? Aucun Musulman ne veut réinstaurer le statut de dhimmi pour eux de nos jours, quand même ?

Et bien si. Cheik Omar Bakri Muhammad, un leader musulman « pro-Oussama » controversé vivant alors en GB et aujourd’hui “réfugié” au Liban, écrivait en octobre 2002 que, quoiqu’il n’y ait plus de calife dans le monde islamique contemporain, cela ne signifie pas que les Musulmans puissent pour autant tuer arbitrairement les infidèles. Il soutient que l’on doit toujours leur offrir d’abord le choix de vivre soumis aux Musulmans : «Nous ne pouvons affirmer qu’en vertu de l’absence de califat, il nous est permis de tuer les non-musulmans comme bon nous semble ; nous devons au contraire respecter leur statut de dhimmis…» (1)

De même pour cheik Youssef Salameh, ministre palestinien des affaires religieuses, qui en mai 1999 «a complimenté l’idée que les Chrétiens devraient devenir dhimmis sous gouvernance musulmane ; de telles suggestions sont devenues plus courantes depuis le début de la seconde Intifada en octobre 2000.» (2)

Dans un récent sermon du vendredi tenu dans une mosquée de La Mecque, cheik Marzouq Salem Al-Ghamdi a ainsi détaillé les injonctions de la Charia relatives aux dhimmis :

Si des infidèles vivent parmi les Musulmans, selon les conditions édictées par le Prophète, il n’y a là rien de mal à cela, à condition qu’ils payent la jizya à la trésorerie islamique. D’autres conditions sont (…) qu’ils ne rénovent ni églises ni monastères, qu’ils ne reconstruisent pas ceux qui ont été détruits, qu’ils fournissent gîte et couvert pour trois jours à n’importe quel musulman qui passerait par leur maison (…) qu’ils se lèvent si un Musulman souhaite s’asseoir, qu’ils n’imitent pas les Musulmans en apparence ou en propos, qu’ils ne montent pas à cheval, qu’ils ne possèdent ni épée ni aucune autre arme, qu’ils ne vendent pas de vin, qu’ils n’exposent pas de croix à la vue de tous, qu’ils ne fassent pas sonner de cloches, qu’ils n’élèvent pas la voix pendant la prière, qu’ils rasent leurs cheveux sur l’avant afin de se rendre aisément identifiable, qu’ils n’incitent personne à affronter les Musulmans, et qu’ils ne frappent pas un Musulman (…) S’ils violent ces conditions, ils perdent toute protection. (3)

(1) Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI), Dépêches spéciales - No. 435, 30 Octobre 2002, « Un guide islamiste: ‘pas de djihad universel sans califat » http://memri.org/bin/french/articles.cgi?Page=archives&Area=sd&ID=SP43502

(2) Jonathan Adelman and Agota Kuperman, “Christian Exodus from the Middle East,” Foundation for the Defense of Democracies, December 19, 2001. Reprinted at: http://www.defenddemocracy.org/publications/publications_show.htm?doc_id=155713

(3) Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI), Dossiers Spéciaux, n° 25 – 27 Janvier 2004, « L’idéologie islamiste contemporaine autorise le génocide », http://www.memri.org/bin/french/articles.cgi?Page=archives&Area=sd&ID=SR2504 Ce sermon n’est pas daté, mais a récemment figuré sur le site saoudien www.alminbar.net.

The-Politically-Incorrect-Guide-to-Islam--and-the-Crusades-.jpg

L’improbable

« Parole commune entre vous et nous » (1)

Réponse à la Lettre de 138 Dignitaires de l’Islam, auteurs et signataires

 © Par François Celier (2) 



















Pasteur et
écrivain, je me devais de répondre courtoisement aux 138 Dignitaires du monde musulman et, par la présente, en informer leurs homologues récipiendaires, depuis sa Sainteté le Pape Benoît XVI, ses Béatitudes, Popes et Patriarches, Archevêques, Métropolites, très Révérents Evêques, Pasteurs et confrères chrétiens.
 

Messieurs les Sultan, Imam, Sheikh, Grands Mufti, Ayatollah, Ministre, Historien, Professeur, Author, Uléma, Théologien et autres Autorités musulmanes, voici les réflexions que m’inspire en géopolitique religieuse votre appel du 13 octobre 2007 adressé aux guides des « Eglises chrétiennes » de part le monde pour un « dialogue de vérité ». Incidemment, cette louable intention aurait dû préciser le terme « Eglises judéo-chrétienne », mais il semble que les juifs demeurent toujours pour vous des adversaires ontologiques.

 

 Bien qu’inappropriée (fikf, en Droit islamique) votre Lettre serait intéressante dans la mesure ou elle ne relèverait en aucune manière de la Takkiya (user de subterfuges et de mensonges  pour mieux circonvenir et duper). Les judéo-chrétiens, de sa Sainteté le Pape au simple disciple de Jésus (dont je suis), n’étant ni d’obédience coranique et mahométane, cette invite ne peut concerner la chrétienté. Il faudrait que celle-ci soit préalablement conquise, soumise et assimilée à un nouveau courant de l’Islam dans l’Oumma.

 

 Il convient de rappeler que dans la mentalité musulmanne, tous les judéo-chrétiens occidentaux font partie de la zone de guerre (Dar-al-Harb) et non de « l’espace musulman ». Autrement dit, ce « dialogue » politico-religieux, par ailleurs existant depuis de trois décennies (soldé d’échecs récurants), est actuellement impossible, à moins que vous, éminents Dignitaires ne rénoviez l’esprit de l’islam par un improbable aggiornamento dogmatique et politique, étant donné que le coran est par nature consubstantiellement politique.

 

Selon l’entièreté de l’islam, tous courants confondus, la seule existence possible offerte aux kouffar (non musulmans, judéo-chrétiens, agnostiques, athées et autres) consisterait à se soumettre à Allah, au coran, aux lois de la chari’ah et à « l’exemplarité » de Mahommet, ou alors, à Dieu ne plaise, à un engagement partiel de soumission permettant aux adhérents de vous payer ponctuellement une jizyah (impôt payé par ceux qui choisissent de rester fidèles à leur foi et de ne pas se convertir à l’islam) afin de vivre un erzat de liberté, surveillée par de sourcilleux gardiens de l’Oumma (communauté des croyants) et de se contenter de miettes répandues par les seigneurs du pétrole sous la férule d’un cimeterre modernisé et du terrorisme.

 

 Depuis le regain de l’islam dû aux violences meurtrières du terrorisme intégriste qui s’étalent à la Une des médias, l’occident n’ignore plus qu’un non-musulman peut être tué en parfaite impunité juridique, édictée par le coran lui-même  : « s’ils se détournent, tuez-les partout où vous les trouverez » Sourate IV verset 89.

 

Un musulman peut donc aggresser religieusement tout apostat, infidèle et insoumis avec bonne conscience, étant cautionné par le saint Livre incréé, intouchable et inamovible depuis quatorze sièles. Nous sommes très éloigné d’une parole commune entre vous et nous

 

 Votre Lettre cite une exhortation coranique insistant sur la nécessité de l’amour de Dieu : « Invoque sans cesse le Nom de ton Seigneur et communie intensément avec Lui ! »

 

(Al-Muzzammil, 73:8). Fort bien, de même que sur la nécessité d’aimer son prochain :

 

« Aucun d’entre vous n’est croyant tant que vous n’aimerez pas pour votre prochain ce que vous aimez pour vous-mêmes. » Excellent !

 

Sauf qu’il s’agit d’un prochain ne pouvant être que musulman. Quant au statut des non musulmans, incroyants et infidèles ils demeurent des ennemis à combattre et à soumettre.

 

 Vous citez notamment ces paroles du Nouveau Testament à propos de Jésus-Christ, que vous estimez comme un prophète majeur. En chrétienté, il est Fils de Dieu et Messie, ainsi que juif central de la Bible (qui inspira grandement le coran) :

 

« Ecoute, Israël, le Seigneur notre Dieu, le Seigneur est Un. / Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ton intelligence et de toute ta force. C’est là le premier commandement. / Le second lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là ». (Marc 12 : 29-31)

 

Vous évoquez-là les paroles de Jésus le juif s’adressant à la population juive qui l’écoutait et à ses disciples juifs qui en recueillaient chaque mot pour les répandre dans le pays et dans le reste du monde… jusqu’à nous, gens du XXIème siècle. Mais avez-vous évalué l’effet boomerang que de telles paroles, parfaitement interprétées dans l’esprit de la Bible, pourraient produire au sein de l’Oumma ?

 

 Vous dites que dans le Saint Coran, Dieu le Très-Haut enjoint les musulmans à lancer l’appel suivant aux chrétiens (et aux juifs, également Gens des Ecritures) :

 

Dis : « Ô gens des Ecritures ! Elevez-vous à une parole commune entre vous et nous, à savoir de n’adorer que Dieu Seul, de ne rien Lui associer et de ne pas nous prendre les uns les autres pour des maîtres en-dehors de Dieu. »

 

S’ils s’y refusent, dites-leur : « Soyez témoins que, en ce qui nous concerne, notre soumission à Dieu est totale et entière. » (Aal ‘Imran 3:64)

 

L’expression de ne rien Lui « associer » se réfère à une Unicité absolue de Dieu, sans partage ; celle de n’adorer que Dieu Seul renvoie au fait de lui être totalement dévoué. Elles expriment également le premier et le plus grand commandement. Très bien. Mais alors, que devient la tri-unité du Dieu des chrétiens, qui se déploie dans toute l’Histoire de l’humanité en trois « expressions divines » ; le Père Eternel, s’incarnant circonstanciellement dans son Fils par la puissance du Saint-Esprit, pour l’édification de l’Eglise (oserais-je dire l’Oumma judéo-chrétienne ?) si ce n’est celle de passer corps et bien à la trappe de la théologie islamique ?

 

 Sur les 138 dignitaires et signataires de la Lettre aux chrétiens, un seul d’entre-eux à ma connaissance, le professeur Aref Ali Nayed (2) avoue sa perplexité. Il reconnut dans une déclaration antérieure (sic) «…  le véritable enseignement » du Coran a aussi été brouillé par « une décadence et une stagnation interne » du monde musulman, ce qui a conduit à « l’avènement de déformations de l’islam légalistes, ultra politisé et spirituellement vides ». Parmi ces déformations, le déchaînement actuel du terrorisme au nom de la religion, que chacun d’entre nous a le devoir théologique et moral de condamner et répudier ». Le professeur Aref Ali Nayed revendique «  le respect total de la liberté religieuse et de la liberté de conscience : une liberté définit comme un « ordre divin ».

 

Assurément, sur de telles déclarations, un dialogue islamo-chrétien pourrait alors voir le jour. Mais au préalable, il conviendrait que la liberté de changer de religion devienne être un droit universel. A cet égard, le coran déclare « en religion pas de contrainte (sourate 2, verset 256). Certes, un verset allant dans le bon sens… hélas contredit par l’hadith d’Ikrima, Bukhari LII 260 stipulant « Mais sans aucun doute je les aurais tués puisque le prophète a dit : si quelqu’un (un musulman) s’écarte de sa religion, tuez-le ».

 

 Par ailleurs, il faut incessamment rappeler que les chrétiens en pays musulmans sont persécutés de diverses manières, en sursis, persécutés, parfois en danger de mort et contraints à l’exil dans le meilleur des cas.

 

Considérons à présent le sens profond de votre exhortation quant à une parole commune sur l’amour du prochain. Dans l’esprit de tous musulman lambda, « non contrainte » et « amour du prochain » ne s’applique qu’entre musulmans et non à l’égard de ceux qui n’embrassent pas l’islam.

 

 Si je ne m’abuse, cette lettre des 138 dignitaires de l’islam ressemble à une tentative de A’Jihad bi al Kalan (une intimidation scripturaire et médiatique) des occidentaux. Serait-ce pour accroître un peu plus de pouvoir politico médiatique ?

 

Les occidentaux devraient se souvenir que depuis 1988, des Oulémas décrétèrent que l’Europe est terre d’Islam (Dar-al-Islam).

 

Dans la guerre métaphysique que l’islam livre à l’occident, le glissement sémantique qu’il signifie n’est pas anodin. Passer de Dar Al Harb (zone de guerre) à Dar Al Islam (espace musulman) donne à réfléchir sur l’affaiblissement de la vigilance européenne. Cette longue Lettre des 138 dignitaires pourrait n’être qu’une invite à un « dialogue biaisé », dans le but de conforter et banaliser le concept sous-jacent de dhimminisation de l’Europe.

 

 En tant que penseur judéo-chrétien évangélique, j’émettrais quelques idées simples avec, je le crains, peu d’espoir d’être entendu. Au fond de notre conscience intime, nous savons tous, vous et nous,  que l’espérance est consubstantielle à la nature humaine (et non celle d’un désespérant fatalisme).

 

La force de l’espoir n’est-elle pas la dynamique de la foi religieuse en Dieu (mais lequel ? Allah, Dieu de l’Oumma ou le Dieu judéo-chrétien ?)

 

Après des siècles de malentendus et de guerres fratricides s’est faite jour une règle partout admise en occident : aux religions le spirituel ; à la république et aux démocraties le temporel. Il apparaît que cette intelligence du bon sens (douloureusement acquise) ne peut s’appliquer en pays musulmans car leur spiritualité est indissociablement imbriquée au temporel politique et socio juridique.

 

 En occident judéo-chrétien, la foi religieuse des Eglises, des synagogues, des temples et des organisations d’athées peut se vivre indépendante du pouvoir de l’Etat. La Mosquée seule ne peut-être indépendante du pouvoir politique puisqu’elle en est l’inspiration et l’émanation. L’occident organise la vie sociale et politique de ses concitoyens dans une dimension temporelle. Et ses diverses expressions religieuses judéo-chrétiennes aspirent à lui donner une éthique et un sens représentant une espérance existentielle.

 

 Pour chaque occidental, la spiritualité peut se vivre comme un itinéraire individuel, sachant que la foi relève du domaine privé de la personne, qu’elle ne se raisonne pas et ne se discute pas. Elle est un don, une certitude qui se vit au quotidien, qui s’impose par l’évidence d’un appel intérieur issu de l’ordre de la conviction, parfois d’une révélation providentielle.

 

La foi se doit d’habiter librement le cœur de l’homme, avec la grâce de  Dieu.

 

Entre la raison politique et la foi religieuse, l’abîme qui les sépare ne se franchit que par la capitulation de l’ego et, consécutivement, se montre par une manifestation d’amour et de gratitude de celui qui y répond. La foi n’est-elle pas une rencontre intime avec Dieu ?

 

 Comme tout être humain de part le monde, les occidentaux sont divisés entre ceux qui espèrent en Dieu et ceux qui ne croient pas en lui. Qu’en est-il dans la sphère islamique ?

 

L’extrémisme religieux est une perversion de l’espérance spirituelle. L’Histoire l’a souvent démontré et le christianisme en a souffert. Il commence avec la projection d’un absolu impérialiste sur les autres, assorti d’une volonté de les contraindre, de les asservir, de les priver de libre arbitre et d’autonomie de penser et d’agir librement par eux-mêmes.

 

Depuis la nuit des temps, l’existence du fait religieux témoigne de la fragilité de l’homme, de son sentiment de vulnérabilité, d’éphémère et d’aléatoire.

 

Oui, tout homme est effrayé par l’inéluctabilité de sa mort ; quant au concept d’éternité, il espère, ignore, spécule ou fabule sur sa signification.

 
 
Seule la foi en la paternité créatrice d’un Dieu d’amour peut lui donner une paix qui surpasse toute intelligence.

 

 

 





















Suivant à la lettre certains préceptes mortifères du Coran (bien heureusement tous ne le sont pas) et « l’exemplarité » de son prophète, les intégristes religieux deviennent, par la force du conditionnement répétitif, des schizophrènes ivres de violences, de sang, de cruauté. En fait, et c’est le drame traumatique de leur vie, ils ne font qu’appliquer les versets guerriers du coran à la lettre. Entre leurs mains, ceux-ci deviennent des commandements qui constituent un véritable Manuel de guerre idéologique et géopolitique, qu’ils mettent en pratique jusqu’au sacrifice de leur vie, A’Jiahd a’ Nafas (les islamikazes).

 

 Messieurs les Auteurs et Signataires de cette Lettre adressée aux chrétiens, il me semble qu’en l’état conflictuel des évènements, le « protestantisme musulman » n’est pas pour demain. Quoique… un Signataire sur 138, deux Signataires un jour prochain, puis trois Signataires…

 

A dix pour cent d’entre-vous, tout espoir serait permis. Sans être analogue, cette injonction fait allusion à la prière d’Abraham/Ibrahim qui plaida devant Dieu de prendre en considération au moins dix justes pour le salut de la cité de Sodome et Gomorrhe. Nous savons ce qu’il advint, un seul « juste » et sa famille furent sauvés de la destruction.

 

 

 

© François Celier

 

(1) Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. A l’occasion du Eid al-Fitr al-Mubarak 1428 A.H. / October 13th 2007 C.E., et à l’occasion du Premier Anniversaire de la Lettre Ouverte de 38 Savants Musulmans à S.S. le Pape Benoît XVI. Weeb Site : http://www.acommonword.com/index.php?lang=en&page=downloads

 

 

 

(2) François Celier. Philosophe judéo-chrétien. Analyste en Politique Métaphysique. Derniers ouvrages : « Le choc des religions ». Essai. Presses de la renaissance.

 

« Pieds nus dans les étoiles ». Roman. France Europe Editions.

 (3) Prof. Dr. Aref Al i Nayed. Former Professor at the Pontifical Institute for Arabic and Islamic Studies (Rome);Former Professor at International Institute for Islamic Thought and Civilization (ISTAC, Malaysia); Senior Advisor to the Cambridge Interfaith Program at the Faculty of Divinity in Cambridge, UK.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Réinformation
commenter cet article

commentaires

Jumelage

Voir les articles

INDEX

 

 READ THIS BLOG IN ENGLISH WITH GOOGLE Click here

Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamiqueL'image “http://img57.imageshack.us/img57/3474/bouton3sitany0.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell


DOSSIER

LE LIBERTARIANISME

Informez-vous sur la philosophie politique libertarienne


« Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve. »     John Adams

DOSSIER

LE WEB RESISTANT 

lewebresistant.gif

Informez-vous sur la cyber-résistance

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s'éloignant de leurs textes tandis que l'islam le fut en se rapprochant des siens. »                                                      Eric Conan



DOSSIER

FONDAMENTALISME, DJIHADISME, TERRORISME

L’ISLAMISME EST UN TOTALITARISME

img80/3421/poing1bjr1.jpg

Ce qu’il faut savoir sur l’une des plus grandes menaces politiques et religieuses du XXIème siècle

 


« Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à suprimer la pauvreté »                                                   Winston Churchill

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE SOCIALISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le socialisme


« Le Communisme est l'Islam du XXème siècle. »                                                   Jules Monnerot


DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE COMMUNISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le communisme

 

« La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à gouter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée.  »                            Carl Gustav Jung

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE NAZISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le nazisme


« Ils ignorent que les épées sont données pour que personne ne soit esclave. »                                                                                        Lucain

Partenaire :