Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Résistance sur Internet
  • Le blog de la Résistance sur Internet
  • : Le WEB Résistant est le seul site francophone présentant toutes les références sur les sites de réinformation. Faites-le connaître autour de vous ! Ne restez pas seul, nous sommes nombreux.
  • Contact

Profil

  • Cyber-résistant
  • Ni totalitarisme nazi,
 ni totalitarisme communiste,
 ni totalitarisme islamique
  • Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamique

En bref

ajouter-favoris.png

Abonnement

Inscription à la newsletter

  

Center for Vigilant Freedom

The 910 Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Counterjihad Calendar 2009
The Counterjihad Calendar 2010

Counterjihad Brussels 2007

Counterjihad Vienna 2008

Counterjihad Copenhagen 2009

Counterjihad Zurich 2010

EU Eurabia Francais

Le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie

 
FAIRE LE TEST POLITIQUE ?

http://img263.imageshack.us/img263/2081/diagrammenolan.jpg

 

Web Statistics

 
Locations of visitors to this page

Entête

http://www.wikio.fr

"Si vous entendez ce message, c'est que vous êtes la résistance."

International Civil Liberties

About

The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc.  We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

We aim to promote the secular rule of law, which we believe to be the basis of harmony and mutual respect between individuals and groups in the increasingly globalised world, and to draw attention to efforts to subvert it.  We believe in equality before the law, equality between men and women, and the rights of the individual and are open to participation by all people who respect these principles.

We believe that freedom of speech is the essential prerequisite for free and just societies, secular law, and the rights of the individual.

We are committed to building and participating in coalitions in all parts of the world to effect significant progress in protecting rights of the individual which are sadly being eroded in many countries including those in the West.


Rejoindre le forum

 

The Center for Vigilant Freedom

9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 23:54

Bouc émissaire, mode d’emploi


Le bloc-notes d’Ivan Rioufol du 9 novembre 2007.

Les Tziganes, boucs émissaires de l’insécurité en Italie. Après le meurtre d’une femme par l’un d’eux, Romano Prodi (centre gauche) veut expulser les «Roms» soupçonnés de délinquance criminelle. L’argument : «Empêcher la bête raciste de sortir de sa cage.» Mais elle montre son front bas quand une ethnie est ainsi désignée comme indésirable. Pourtant, la «gauche morale» française, intarissable contre les tests ADN, reste muette. La Commission européenne a dû rappeler, lundi, que les expulsions collectives d’Européens étaient interdites.

Ce choix de dénoncer une minorité, de surcroît persécutée par les nazis, n’a pas davantage été relevé par ceux, innombrables, qui ont critiqué le vote des Suisses en faveur de Christoph Blocher, dont l’affiche électorale invitait à chasser du pays le mouton noir. Il est vrai que le leader de l’Union démocratique du centre dénonçait là l’emprise de l’islamisme. C’est donc lui le xénophobe, et non Prodi. Ainsi jugent, en effet, les consciences. Plutôt que de combattre une idéologie de soumission dont la femme est la première victime, elles en viennent à cautionner un discours sulfureux contre les «Roumains», dans l’espoir de rassurer l’opinion. C’est en Italie que la Cour de cassation a acquitté un père musulman qui avait frappé sa fille, Fatima, selon les règles de la charia. Hina fut égorgée par papa parce qu’elle portait des minijupes et sortait avec un chrétien. Mardi, Rome a toutefois arrêté une douzaine de djihadistes.

Le fondamentalisme est le vrai fauteur de troubles. Les renseignements britanniques ont révélé lundi qu’al-Qaida formait en Grande-Bretagne des enfants et des adolescents en vue de perpétrer des attentats dans le pays. Vendredi, Le Figaro a dévoilé la violence de la littérature coranique de certaines bibliothèques anglaises : ainsi, la librairie de la mosquée de Regent’s Park propose un ouvrage sur la décapitation des mauvais musulmans.

Or, partout en Europe s’ob-serve une même peur d’affronter l’islam politique, aux dogmes pourtant incompatibles avec la démocratie (Chahdortt Djavann, À mon corps défendant, l’Occident, Flammarion). En France, 17 imams expulsables à cause de leurs prêches sont protégés, notamment par la Mosquée de Paris (nos éditions du 2 novembre). Ce sont eux les indésirables et il n’y a pas de racisme à le dire. Leur impunité risque de faire peser sur le reste de la communauté musulmane un injuste soupçon de connivence.

 

Autres non-dits

D’autres non-dits entourent l’affaire de L’Arche de Zoé, dont une partie des membres reste emprisonnée au Tchad. La violence des propos contre l’ONG, accusée par les Tchadiens d’alimenter des réseaux pédophiles, en fait le bouc émissaire de rancœurs et de défiances qui la dépassent, sans commune mesure avec la sotte tentative d’expatrier 103 enfants faussement présentés comme menacés par le conflit du Darfour. Entendre le ministre de l’Intérieur tchadien dire qu’il fallait que ces «bandits [les humanitaires] goûtent à nos prisons», a pu être perçu comme un défi lancé à l’ancienne puissance tutélaire ; d’autres propos ont laissé voir le désir d’humilier le «Blanc». De ce point de vue, la déclaration de Nicolas Sarkozy assurant mardi qu’il irait «chercher tous ceux qui restent, quoi qu’ils aient fait», a au moins rétabli l’autorité de la France. Mais les commentaires français accusant eux aussi les organisateurs, en dépit de la présomption d’innocence, ont révélé une autre défiance : parce que George Bush a dénoncé un génocide mené au Darfour par le régime islamiste de Khartoum, une opinion antiaméricaine s’emploie à n’y voir qu’une guerre entre Soudanais, n’accordant aucune légitimité à une urgence humanitaire. L’Arche de Zoé complice des Américains ? Certains lyncheurs le pensent tout haut.

 

Nécessaire réconciliation

«Les anti-atlantistes vont-ils se priver de sauver un peuple en danger uniquement parce que l’Amérique est au côté de ce peuple?» Bonne question, posée mardi dans Le Figaro par le professeur Ezra Suleiman. Cet antiaméricanisme aide à comprendre les critiques de Rony Brauman (ex-président de Médecins sans frontières) contre la mobilisation pour les Darfouris soutenue par les États-Unis. Il éclaire aussi ses attaques contre Bernard Kouchner et Bernard-Henri Lévy, qu’il accuse d’être responsables de l’initiative de L’Arche de Zoé.

Or ce rejet des États-Unis, porté de l’extrême droite à l’ex-trême gauche en passant par les souverainistes et les gaullistes, n’a pas de sens, même s’il reste convenu de se féliciter de l’opposition chiraquienne dans le dossier irakien. Cette unanimité a d’ailleurs conduit les médias à oublier de signaler, lundi, que le premier ministre irakien s’était promené pour la première fois dans les rues de Bagdad, à pied et pendant une heure, afin d’illustrer une sécurité qu’il estime en train d’être rétablie. Seul le chaos réjouit les anti-Bush.

Aussi faut-il se féliciter de la réconciliation avec les États-Unis, officialisée par Sarkozy. Reçu par le président américain, mardi, il a dit vouloir «reconquérir le cœur de l’Amérique de façon durable», avant d’assurer devant le Congrès sa détermination à défendre, face à la barbarie terrorisme, «l’avenir de nos valeurs et celui de l’Alliance atlantique». Plus que l’Union méditerranéenne – ce projet présidentiel ambigu –, c’est l’union occidentale qu’il faut consolider, notamment face à un Iran menaçant.

 

Grèves à venir

François Fillon, commentant sur Europe 1 les grèves à venir : «Nous ne reculerons pas !» Quitte à descendre dans la rue ? Des partisans de la rupture y sont prêts.


La France dépressive


Le bloc-notes d’Ivan Rioufol du 2 novembre 2007.

La France est dépressive. Selon une étude du Centre d'analyse stratégique (CAS), publiée lundi, 71 % des sondés voient la mondialisation comme une menace (moyenne européenne : 47 %), 13 % pensent qu'ils pourraient devenir sans-abri (2 % pour les Allemands, 8 % pour les Britanniques), 76 % estiment que la vie de leurs enfants sera « plus difficile » que la leur (moyenne : 64 %). En 2004, les préfets notaient déjà : « Les Français ne croient plus en rien ». En juin 2006, 85 % jugeaient que leur pays allait dans « la mauvaise direction ». Une nation suicidaire serait l'étape ultime. Cette photographie irrite ceux qui croient y déceler la retouche des « déclinologues », accusés d'alimenter le catastrophisme. Il est exact que les sondés se reconnaissent paradoxalement plutôt bien lotis. Mais c'est l'âme qui est atteinte. La perception des faiblesses du modèle social et des lâchetés politiques font redouter l'avenir. Les gens se défient, révèle l'étude, de la justice, de la police, des syndicats, du Parlement. Auraient-ils tort ?
Ce pessimisme montre une lucidité propice au sursaut. Quand Nicolas Sarkozy se confronte physiquement, vendredi dernier, aux cheminots CGT en grève à Saint-Denis pour leur rappeler que la rue n'aura pas le dernier mot, il montre un courage propre à doper les démoralisés. Quand François Fillon donne raison, mardi, au « grand scepticisme » des Français à qui tout aura été promis, il fait comprendre que le gouvernement mesure le désenchantement de la société.
Mais ce mal-être a des effets contradictoires : une même radicalisation est en train de dresser une partie de la population contre l'autre. Le recours aux prises d'otages d'usagers de la SNCF et d'Air France a été vécu comme une provocation. L'annonce, mercredi, d'autres grèves reconductibles dès le 13 novembre risque d'élargir la fracture entre conservateurs (de gauche) et réformistes (de droite). Partout, l'irritation est dans l'air.
Pourtant, l'État s'égare. Le ramdam sur le « Grenelle de l'environnement », qui a consacré l'autorité de l'homme de télévision (Nicolas Hulot) sur le savant, est déjà oublié. La réforme de la Constitution passionne les initiés. La commission Attali (l'homme des nationalisations de 1982) découvre le libéralisme comme d'autres la Lune. Sarkozy, qui choisit ces jours de tensions pour faire augmenter son salaire de 140 %, doit d'abord répondre au mal français.

La perspicacité du peuple
Pour dater le divorce entre les citoyens et leurs représentants, le 29 mai 2005 s'impose : près de 55 % des votants disent non au référendum sur la Constitution européenne, défendue unanimement. Ce rejet n'est pas seulement celui d'électeurs excédés par Jacques Chirac. Il révèle la méconnaissance par les élites de la profondeur des liens unissant un peuple à sa nation. L'échec de la consultation a fait prendre conscience du malaise existentiel des Français. Aussi, le choix de Nicolas Sarkozy de se dispenser de les entendre sur le nouveau traité simplifié est-il porteur d'incompréhensions. D'autant que, si le terme de Constitution a disparu, le nouveau texte (256 pages) reste assez semblable au projet initial. Valéry Giscard d'Estaing, son rédacteur, l'a répété mardi : « Les propositions originelles du traité constitutionnel sont pratiquement inchangées. » En décentralisant le Conseil des ministres - tenu mercredi à Ajaccio - le chef de l'État applique une proximité attendue. Mais elle est contredite par son refus d'appeler les Français à trancher un problème pour lequel ils se sont passionnés. Un sondage CSA, lundi, montre que 61 % déclarent vouloir cette consultation, pour laquelle ils seraient prêts à voter oui à 68 %. Sarkozy ne doit pas redouter la perspicacité du peuple qui l'a choisi.

Embarrassant Kadhafi
Les Français craignent moins l'Europe que ses technocrates. En revanche, il n'est pas dit qu'ils comprennent le projet présidentiel de construire, à l'image de l'Union européenne, une union méditerranéenne dont on ne voit pas bien comment elle éviterait la libre circulation des personnes. Le président libyen Kadhafi, acteur de ce possible rapprochement, tient pour sa part ce discours (10 avril 2006, sur la chaîne al-Jezira) : « Tout le monde doit être musulman [...] Nous avons 50 millions de musulmans en Europe. Il y a des signes qu'Allah accordera la victoire de l'islam en Europe, sans épée, sans fusil, sans conquête [...] ». Reçu à l'Élysée en décembre, il a proposé ses services, mercredi, dans l'affaire des humanitaires français détenus au Tchad. Quand on sait avec quelle indifférence l'ancien leader terroriste a laissé torturer les infirmières bulgares emprisonnées sous de fausses accusations d'empoisonnement d'enfants, on peut douter de ses intentions. La France des droits de l'homme, qui compterait aussi inviter l'Ubu vénézuélien Hugo Chavez, devrait prendre garde à ses fréquentations.
En attendant, cette histoire embrouillée mettant en scène des membres de l'association L'Arche de Zoé, légitimement sensibilisés au drame du Darfour, illustre une indifférence des âmes généreuses pour les déracinements. Ce ministre tchadien a raison quand il dit, parlant de la tentative d'expatriation de 103 enfants que l'organisation croyait menacés : « C'est très grave. On allait leur faire changer de culture, de religion, de famille, de tout. S'ils veulent vraiment aider, ils n'ont pas besoin d'emmener les enfants. »

La sincérité de FO
Hier, sur RTL : Jean-Claude Mailly (FO) se dit « surpris » d'apprendre - secret de Polichinelle - que des syndicalistes auraient accepté en douce de l'argent du patronat de la métallurgie (UIMM). Sa sincérité sonnait faux : à suivre.


Exercices de mémoire

Le bloc-notes d’Ivan Rioufol du 26 octobre.

Honorer le courage d ’un adolescent Fran­çais,fusillé par l’occupant allemand ? Louche. «La meilleure façon de rendre hommage à Guy Môquet c’est de soutenir les sans-papiers», estime un responsable Vert. Marie-Georges Buffet (PCF) embraye sur la résistance contre «les mesures du gouvernement». Le Syndicat des enseignants (SNES) appelle à ne pas lire l’ultime lettre du jeune communiste, pour refuser l’ «instrumentalisation de l’histoire». Ces confusions contribuent à rendre la France migraineuse.

Amalgames, approximations, faux procès : tous ces ingrédients, déjà observés dans l’argumentaire des belles âmes contre l’ADN ­comme preuve de filiation, se retrouvent dans les critiques contre l’initiative de Nicolas Sarkozy de consacrer en Guy Môquet, 17 ans, le symbole d’un comportement exemplaire. La gauche aime les «devoirs de mémoire» quand ils sont repentants, mais les trouve suspects quand ils promeuvent une fierté nationale.

Le dénigrement d’une décision venue de la droite ne suffit pas à expliquer le charivari de cette semaine. L’épisode révèle, plus gravement, l’état d’esprit d’une partie de la gauche et des enseignants, qui rechignent à transmettre la mémoire française. Déjà, en 2005, ils avaient jugé «idéologique» le projet de faire apprendre La Marseillaise en ­pri­maire. Pour eux, le patriotisme est l’expression d’un nationa­lisme. Un raisonnement caricatural.

Quand Xavier Darcos, ministre de l’Éducation, estime que l’école doit renforcer «la cohésion nationale autour d’une histoire, de valeurs et d’as­piration communes», Nicolas Offenstadt (enseignant à Paris 1) y voit, dans Libération, «un inquiétant mouvement de fond» qui vient contrarier l’as­piration à une «école plus ouverte aux histoires plurielles». L’idéologie multiculturaliste, qui imprègne l’École, invite la nation à faire profil bas.

Là est le cœur du problème identitaire que la France doit résoudre. Il est posé à la fois par la nouvelle immigration de peuplement et par la détermination de l’Éducation nationale à faire partager une mémoire commune à travers des valeurs aussi universelles que le courage et l’héroïsme. Ces «profs» qui considèrent comme une «propagande civique et patriotique» l’hommage à Guy Môquet ont renoncé à cette mission. Le corps enseignant saura-t-il les marginaliser ?

 

L’amnésie du PC

 

À dire vrai : il y avait une raison historique de contester ce lundi dédié au «militant communiste engagé contre l’occupant nazi et le régime de Vichy» ( L’Humanité ). Guy Mô­quet, fusillé comme otage le 22 octobre 1941 à Chateau­briant, après l’attentat contre un officier allemand commis deux jours plus tôt à Nantes par trois jeunes communistes répondant à un ordre de Jacques Duclos, n’a lui-même jamais été résistant. Or cet argument n’a pas été soulevé. Quand le PCF accuse le gouvernement de «réviser l’histoire», il parle en orfèvre : une amnésie recouvre l’alliance qu’il défendit, entre Staline et Hitler, d’août 1939 à juin 1941.

Lorsque le lycéen se fait arrêter gare de l’Est par la police française, le 13 octobre 1940, il distribue des tracts dénonçant «des magnats d’industrie» qui «tous, qu’ils soient juifs, catholiques, protestants ou francs-maçons (…) ont trahi notre pays et l’ont contraint à subir l’occupation étrangère (…)». Non seu­lement il n’est pas résistant au nazisme, mais il adhère à la stratégie de collaboration de l’URSS avec l’Allemagne. Le 22 août 1939, Moscou a en effet accueilli le représentant d’Hitler, Ribbentrop, en faisant jouer l’hymne nazi «Horst Wessel lied». De juin 40 à la fin août, le PC a tenté d’obtenir de l’occupant la reparution de L’Hu­manité, en lui faisant valoir qu’il n’a «pas cédé à la dictature du juif Mandel» et en s’enorgueillissant de ses opérations de sabotage de la Défense nationale (bloc-notes du 15/12/2006). Ces trous de mémoire s’ajoutent à l’embrouillamini des esprits.

 

Molles exigences

 

Serait-il honteux d’attendre de ceux qui désirent s’installer durablement en France le respect de sa langue, de ses règles, de son mode de vie ? Le projet de loi sur l’immigration, adopté mardi, surprend par sa timidité : un test de quinze minutes vérifiera « la connaissance rudimentaire du français (500 mots) et des valeurs de la Répu­blique » du candidat au regrou­pement familial. Des clandestins pourront être régularisés s’ils oc­cupent un emploi peu demandé. Alors que l’opinion est priée de se passionner, ces jours-ci, pour un Pacte écologique aux craintes in­certaines, il serait autrement plus utile de bâtir un Pacte républicain, actuellement réduit au minimum.

En fait, ces molles exigences face à la pression migratoire extra-européenne s’emploient à ne pas trop heurter le discours en vogue sur le métissage des cultures. Mais cette utopie impensée du grand brassage contredit le respect de l’identité nationale, ce ressort de l’élection présidentielle. «On se découvre plus vulnérable qu’on ne l’imaginait», a dit Nicolas Hulot, mardi sur Europe 1, parlant de la planète. Une même réflexion pourrait être tenue, parlant de la nation.

C’est d’ailleurs ce que suggère Ayaan Hirsi Ali. L’ex députée ­néerlandaise d’origine somalienne, cible des intégristes, dénonce dans Le Monde l’impossibilité de «parler librement de l’islam» en Europe et demande à la France «de prendre la tête d’un mouvement visant à faire comprendre à tous les Européens que, ce qui se joue, c’est leur socle de valeurs et de principes les plus fondamentaux». Au nom des Lumières dont se réclame Hirsi Ali, la nation s’honorerait de l’accueillir comme citoyenne d’honneur et de lui offrir sa sécurité.

 

Flatter l’islam

 

A Tanger, mardi, Sarkozy a lancé un appel à bâtir, avec la France, l’Union méditerranéenne. Toujours ce besoin de flatter l’islam.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Jumelage

Voir les articles

INDEX

 

 READ THIS BLOG IN ENGLISH WITH GOOGLE Click here

Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamiqueL'image “http://img57.imageshack.us/img57/3474/bouton3sitany0.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell


DOSSIER

LE LIBERTARIANISME

Informez-vous sur la philosophie politique libertarienne


« Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve. »     John Adams

DOSSIER

LE WEB RESISTANT 

lewebresistant.gif

Informez-vous sur la cyber-résistance

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s'éloignant de leurs textes tandis que l'islam le fut en se rapprochant des siens. »                                                      Eric Conan



DOSSIER

FONDAMENTALISME, DJIHADISME, TERRORISME

L’ISLAMISME EST UN TOTALITARISME

img80/3421/poing1bjr1.jpg

Ce qu’il faut savoir sur l’une des plus grandes menaces politiques et religieuses du XXIème siècle

 


« Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à suprimer la pauvreté »                                                   Winston Churchill

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE SOCIALISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le socialisme


« Le Communisme est l'Islam du XXème siècle. »                                                   Jules Monnerot


DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE COMMUNISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le communisme

 

« La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à gouter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée.  »                            Carl Gustav Jung

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE NAZISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le nazisme


« Ils ignorent que les épées sont données pour que personne ne soit esclave. »                                                                                        Lucain

Partenaire :