Trainé en justice par un directeur d'école, le gouvernement britannique qui avait demandé la diffusion du film-catastrophe d'Al Gore dans toutes les écoles du royaume s'est vu taper sur les doigts par un juge, sur la base de l' Education Act 1996, qui règlemente la diffusion de littérature ou créations audio-visuelles "politiquement partisanes". Dans cette affaire, le ministre de l'environnement s'était distingué en affirmant "the debate over science is over" ("la science ne doit plus être un objet de débat"). Nos arrières petits enfants rigoleront peut être de cette dernière affirmation en y voyant une nouvelle "affaire Galilée", cette fois-ci à l'encontre des progressistes.

En pratique cette diffusion sera possible mais assortie d'une mise en garde générale et de la mise en lumière de 11 contre-vérités ou postulats (donc non démontrés scientifiquement). En pratique, cela revient à torpiller cette diffusion puisque le film de Mr. Gore en sort largement discrédité : ses deux piliers, son catastrophisme et sa prétention à des vérités absolues, sont sapés. Merci Woland pour l'info !

Voici l'attendu du jugement (traduit par mes soins, le texte original anglais est ici). Admirons au passage la justice britannique, d'une remarquable indépendance face à la pensée unique, y compris sur le thème combien populaire des ours blancs (qui constituent selon TF1 le principal marqueur de la "catastrophe climatique").

Question : pourquoi ce jugement n'est-il pas mis en avant par les médias français au même niveau que le flim ? dans la perspective du Grenelle de l'environnement, cela ferait-il mauvais genre ?

"

Pour pouvoir diffuser ce film, (la cour décide que) le Gouvernement doit modifier le guide de diffusion aux enseignants ("Guidance Notes to Teachers") pour mettre en évidence que : 1/ le film est une oeuvre politique qui ne montre qu'un seul point de vue 2/ si les enseignants présentent le film sans le signaler clairement, ils peuvent se trouver en violation de la section 406 de l' Education Act 199 et coupables d' endoctrinement politique. 3/ Onze inexactitudes ("inaccuracies") doivent être en particulier portées à l'attention des enfants des écoles

Les inexactitudes sont :

  • Le film prétend que la fonte des neige au Mont Kilimandjaro est une preuve du réchauffement climatique. L'expert du Gouvernement a été forcé de reconnaître que cela n'était pas correct.
  • Le film suggère que les données ("evidence") des calottes glaciaires ("ice cores") prouvent que l'augmentation du CO2 entrainait une hausse des températures sur 650 000 ans. La Cour considère ("found") que le film est trompeur ("misleading") : sur cette période l'augmentation du CO2 était en retard de la hausse des températures de 800 à 2000 ans.
  • Le film utilise des images à forte teneur émotionnelles ("emotive") de l'ouragan Katrina et suggère que le réchauffement climatique en est la cause. L'expert du Gouvernement a du accepter que cela n'était "pas possible" d'attribuer des évènements uniques en leur genre ("one-off") au réchauffement climatique.
  • Le film montre l'assèchement du Lac Tchad et prétend que cela est une conséquence du réchauffement climatique. L'expert du Gouvernement a du accepter que cela n'était pas le cas.
  • Le film prétend qu'une étude montre que des ours polaires se sont noyés à cause de la fonte des glaces arctiques. Il s'est révélé que Mr. Gore a mal lu ("misread") l'étude ; en réalité quatre ours polaires se sont noyés et cela était du à un orage particulièrement violent.
  • Le film annonce ("threatens") que le réchauffement climatique pourraient stopper le Gulf Stream et renvoyer l'Europe à l'âge de glace. Les preuves du plaignant (the Claimant's evidence) montrent que cela est une impossibilité scientifique.
  • Le film accuse le réchauffement climatique d'être à l'origine de la disparition d'espèces, dont le blanchissement ("bleaching) des récifs coraliens. Le Gouvernement n'a pu trouver de preuves pour corroborer cette affirmation.
  • Le film suggère que la calotte de glace du Groenland pourrait fondre et entraîner une hausse alarmante du niveau des mers. Les preuves montrent que le Groenland ne pourrait fondre avant des millénaires.
  • Le film suggère que la calotte antarctique est en train de fondre. Les preuves montrent que leur volume augmente.
  • Le film suggère que les mers pourraient augmenter de 7 mètres, entrainant le déplacement de millions de personnes. En réalité les preuves montrent que la hausse prévue du niveau des mers est de 40 cm sur les cent prochaines années et qu'il n'y a pas de menace d'un déplacement massif de population.
  • Le film prétend que la hausse du niveau des mers a causé l'évacuation de certaines îles du Pacifique en direction de la Nouvelle Zélande. Le Gouvernement n'a pas été en mesure de corroborer cela, et la Cour a noté que cela ressemblait à une fausse affirmation.

"

Alors, le "réchauffement climatique moyen causé par l'homme" est-il une réalité ? je ne suis pas compétent pour le juger, mais ce n'est pas une raison pour mentir.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . un blog conservateur parmi tant d'autres . . .