Bien qu'il se définisse ainsi, l'Idéal Républicain français de l'an 2000 n'est absolument pas la république laïque. Son modèle n'est plus du tout celui de "la séparation de l'Église et de l'État". Désormais la République Française, peut-être pour mieux ressembler à ses amis du Tiers-Monde, est devenue une théocratie.

Désormais, il incombe à l'État, et seulement à l'État, de se prononcer sur ce qui est Bien et ce qui est Mal, c'est à dire de définir le champ de la moralité et de la foi. Il existe ainsi une véritable religion républicaine, avec son culte, ses prêtres, son tribunal, ses saints et ses martyrs, etc. Naturellement, c'est une religion d'amour, et elle est universelle. Issue d'une dissidence rationaliste du christianisme, elle lui ressemble autant qu'elle s'y oppose, comme deux images inversées de part et d'autre du miroir. Mais elles sont sœurs ennemies, et la religion républicaine s'ingénie chaque jour davantage à ressembler à son modèle pour masquer ses funestes desseins sous une couverture d'impeccable probité.


La République Française possède son texte révélé, son Décalogue fondateur : la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. Le fait que cette Déclaration soit à la fois française ET universelle positionne d'emblée la France comme une sorte de Peuple Élu dont le rayonnement sur les nations doit être un devoir sacré. Autrefois la France était "fille aînée de l'Église", désormais son aura divine porte le nom de "Pays des Droits de l'Homme". Avant le Décalogue, c'était la corruption et l'obscurité. Avant les Droits de l'Homme, il n'y avait que le néant. Depuis 1789, le monde reçoit enfin la lumière [ou plutôt les Lumières] de la bonne nouvelle. Assise sur cette légitimité absolument sacrée et inviolable, la Religion Républicaine [RR] organise le service du culte.

La RR possède son catéchisme. A l'instar des curés d'antan qui enseignaient une morale moisie, les écoles de la RR veillent aujourd'hui à bien enseigner aux enfants la connaissance du Bien et du Mal. Dans le camp du Bien, on place les vertus théologales : Tolérance, Vigilance, Citoyenneté, Progrès, Solidarité, Diversité. Dans le camp du Mal, on place les vices funestes : Racisme, Intolérance, Inégalités, Discrimination.
Évidemment, il convient de faire triompher le Bien et de dénoncer le Mal. Comme il s'agit d'une théocratie, le Tribunal de la RR ne sert pas seulement au jugement des affaires civiles. Il sert aussi au jugement des affaires morales, puisqu'il tranche ce qui est licite de ce qui est illicite, tous objets confondus. C'est la raison pour laquelle on punit sévèrement les Intolérants et les Racistes qui refusent d'embaucher des Noirs dans les salons de coiffure, ou qui refusent d'embaucher des musulmans dans une fabrique de saucisson ou de rillettes. Il ne convient pas de juger d'un crime de fait, comme une agression, un meurtre, ou vol, mais d'un crime moral, c'est à dire une pensée habitée par le Mal. Le Tribunal de la RR est aussi une Inquisition : il est tout à fait en droit de demander des comptes à n'importe qui sur la conduite de leur moralité. Quiconque n'a pas clamé en place publique son antiracisme est soupçonné de déviance morale. Quiconque ne s'est pas flagellé en public pendant les processions électorales de la Passion Antifasciste est soupçonné de servir le camp du Mal. Quiconque ne s'est pas indigné du sort des clandestins risque de se voir convoqué en haut lieu, par exemple par la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Égalité [HALDE], l'administration suprême de l'Inquisition.

Comme il n'est pas de théocratie honorable sans contrôle actif de la vie privée, les tribunaux de la RR font tout pour veiller à la bonne moralité de leurs ouailles, y compris des plus jeunes. L'émancipation sexuelle est bien entendu un impératif, la couleur de peau de ses partenaires sexuels en est un autre. Les tribunaux gardent un œil sur les trombinoscopes multiculturels des chaînes de TV. Les individus ne sont libres que dans la mesure où ils satisfont aux commandements de Vigilance et de Diversité. Le code civil et la morale ne font qu'un.

Vous noterez au passage l'importance que revêt le fait d'être français ou non. Avoir des papiers français est l'assurance d'une dignité, l'assurance d'avoir gagné sa place au paradis. Je vous rappelle que la France est une terre sacrée car elle est la terre d'élection des Droits de l'Homme : refuser d'accorder des papiers français, c'est comme refuser de se pencher sur ses petits frères pécheurs pour leur accorder le pardon, c'est leur refuser la grâce, c'est comme leur refuser la pleine communion avec l'Église de la RR. Devenir français est d'ailleurs un si grand sacrement qu'il fait l'objet d'une cérémonie du Baptême Républicain, destinée à faire entrer l'impie dans la communauté des croyants. Celui-ci choisit alors publiquement de refuser la souillure pour épouser le Bien. La fusion du fait civil et du fait religieux est de plus en plus complète, si bien qu'on ne sait plus lequel des deux à engendré l'autre.

La RR possède ses dogmes. En premier lieu, le dogme de l'Immaculée Conception est désormais acquis pour les théologien de la RR orthodoxe. Il ne s'agit pas de la Vierge Marie, puisque la RR est un détournement du christianisme, mais du Socialisme. Il faut bien comprendre que le socialisme est un des véhicules du progressisme, donc une force divine. Les tribunaux de la RR sont d'une sévérité implacable pour condamner les forces de l'anti-progressisme, donc du Mal [Pinochet, Franco, l'Ancien Régime,...] mais sont d'une clémence miséricordieuse et magnanime à l'égard des forces progressistes passées ou présentes parce qu'elles sont dans le camp du Bien. Les régimes de Fidel Castro, des Khmers rouges ou de Staline n'ont jamais fait l'objet d'une condamnation par les tribunaux de la RR, par exemple, parce qu'ils s'affichent sous la bannière immaculée de la Vigilance, de la Citoyenneté, du Progrès, et de la lutte contre l'Inégalité.
Il existe tout de même une exception, puisque le Parti National-Socialiste a profondément trahi la cause du Bien, au point de s'identifier au Mal Absolu.

D'ailleurs, un autre dogme important de la RR est celui de la Shoah. Quiconque ose remettre en cause le moindre détail de la Shoah s'est ouvertement dévoilé comme un suppôt du Mal. Le dogme est absolument intouchable, le dossier est définitivement clos, l'affaire est bouclée pour de bon. Et, évidemment, les tribunaux de la RR mettent tout en œuvre pour répondre à la vertu de Vigilance et envoyer en prison ceux qui affirment effrontément qu'il serait bon de pouvoir poursuivre l'étude de la Shoah librement. La chasse aux hérétiques est ouverte.

Le dogme de l'Autre est également un pilier de la RR. L'Autre, parce qu'il est le petit, le faible, le discriminé, le minoritaire, est la voie du salut. En se penchant sur sa condition, on travaille certainement pour le Bien puisqu'il participe à l'œuvre de rédemption qui nous appelle à la sainteté. L'Autre est appelé à devenir bon, autant qu'à nous faire devenir bon en l'amour de notre prochain. Toutefois, si les tribunaux de la RR sont bienveillants avec cet Autre là, ils encouragent volontiers un certain mépris quand l'Autre est un riche ou un puissant [exemple typique : les américains]. Car les riches et les puissants n'ont pas accès au Royaume des Cieux, ils ne sont ni solidaires, ni citoyens, et ils discriminent. Ils se vautrent dans la corruption, donc.

Et puis le dogme de l'Autre fonctionne avec un autre dogme à la filiation chrétienne-bigote évidente, celui de la haine de soi. Un bon fidèle de la RR sait que dans son corps et dans son âme, il porte la charge du péché originel [encore un autre dogme, incarné par la Colonisation, l'Occupation, etc...], que celui-ci peut ressurgir à tout moment et provoquer la Faute, et qu'il doit toute sa vie expier ce terrible fléau. Les infidèles, ceux qui choisissent le Mal, ne ressentent pas ce besoin d'expiation et de confession ; alors que les fidèles, eux, pour chaque attention qu'il accordent à autrui, rachètent un peu de leur âme.

Divers groupes de fervents croyants désirent volontairement faire œuvre pour l'Église du Bien. Ils doivent demander auprès des tribunaux officiels une bénédiction pour leur communauté, accompagnée d'une subvention pour en assurer la survie. En général, on les appelle collectifs ou associations.
Vers l'an 1000, la France s'est couverte d'un blanc manteau d'églises. Vers l'an 2000, la France s'est couverte d'un blanc manteau d'associations et de collectifs, défendant avec fougue les causes antifascistes, antiracistes, antimachistes, antidiscriminations, etc. Ils forment la troupe des soldats de la RR, manifestant régulièrement leur foi en public, leur dégoût pour le Mal et leur amour du Bien. Ils pratiquent un culte festif destiné à invoquer la Gentillesse et la Tolérance pour effrayer le Mal et le faire fuir.
Ils lâchent des ballons pour libérer des otages, ils chantent pour lutter contre le sida, ils défilent contre le racisme, ils chassent les démons sur leur passage. Les Solidays, la Fête de l'Huma, les Enfoirés, les festivals antifascistes en tous genre,... tous ces rites reposent sur la pratique du catéchisme traditionnel de la RR : Tolérance, Vigilance, Citoyenneté, Progrès. Ces militants sont en réalité des ligues de vertu pudibondes et paranoïaques, mais franchement plus proche de la police de la pensée orwellienne ou des tribunaux islamiques iraniens que de l'ordre chevaleresque chrétien.

Notons que la confusion est parfois possible entre une manifestation de type "grand-messe antiraciste" et une manifestation de type "pélerinage festivo-vigilant". Car la RR est aussi une religion de pélerinages. Parfois ce sont des pélerinages aux Mystères Joyeux [festivals métis, festivals d'Avignon ou d'Aurillac, etc], parfois ce sont des pélerinages aux Mystères Douloureux [Auchwitz, monument aux Justes de France, etc.].

Les prêtres de la bonne moralité sont nombreux, on les lit dans Libération, on les voit chez Ardisson, on les entend chez Ali Baddou. Ils gouvernent les applaudissements et font tomber les fatwas.

Jacques Chirac fut l'homme qui instaura solidement la théocratie française, et, à ce titre, il entrera dans l'Histoire. Il fut le premier président à endosser la double casquette de chef de l'État et de chef de l'Église. Il suffit d'écouter ses discours pour s'en convaincre : ils n'étaient remplis que de la Parole du Bien. Au lieu de nous parler de politique, de stratégies économiques ou d'engagements divers pour la patrie, il nous parlait le langage moralitaire de la Diversité, du Vivre-ensemble, de la Tolérance, de la gentillesse et de la bonté qui devait animer nos pensées les plus intimes. Il nous disait combien le Mal était dangereux, et nous prouva qu'il était funeste de se commettre avec les suppôts de l'Intolérance. Maintenant qu'il a cédé la place à un autre homme, le relais de l'autorité des tribunaux de la RR est pris par les milices du régime elles-mêmes [HALDE, CRAN, MRAP, RESF, ACLEFEU, collectifs et associations en tous genres] et M. Sarkozy ne semble pas s'en préoccuper. La HALDE et ses satellites de la Vigilance pourrait bien un jour convoquer les hommes politiques non encore soumis à la loi de la RR pour leur faire entendre raison et asseoir encore davantage son emprise sur la vie publique du pays.

Comme toutes les religions, la RR possède ses pharisiens. Ils crient leur vertu à qui veut bien l'entendre, ils aiment s'entendre dire combien leurs paroles sont pleines des vertus théologales de la RR, ils s'offusquent médiatiquement de tous les blasphèmes pratiqués contre les vertus du Bien, ils prennent faits et cause pour les petits et clament leur haine de ces égoïstes qui n'obtiendront jamais le Royaume des Cieux. Ils s'appellent Jack Lang et habitent place des Vosges, ils s'appellent Julien Dray et collectionnent les montres de luxe, ils s'appellent François Hollande et mènent la grande vie en clamant leur haine des riches, ils s'appellent les bobos qui roulent en vélos solidaires et partent en vacances dans les pays si pittoresques du Tiers-Monde.

Enfin, tout comme le christianisme produit des bondieuseries, la RR produit ses Droidelhommeries. Niais et ravis, la RR fabrique par centaines des "Murs de la Paix" à Paris, des tracts appelant à la mobilisation citoyenne et à l'union de prière contre les forces du Mal, des émissions de TV à faire pleurer Margot pour nous sensibiliser au malheur de n'avoir pas reçu le baptême français, des disques entiers de sirop pro-métissage et de crème diversitaire dégoulinante de vertu citoyenne.

(source : http://fromageplus.hautetfort.com/archive/2007/08/21/theocratie.html )


24 heures dans la peau d'un homme de gauche...

22 août 2007

Yek, yek, yek,

L'été se prêtant à la drôlitude et à la poilance bien bête et méchante, je vous conseille de lire cet article de F.X Ajavon, découvert sur Agoravox (où les réactions sont hystériques), et consultable sur Apocoloquintose.