Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de la Résistance sur Internet
  • Le blog de la Résistance sur Internet
  • : Le WEB Résistant est le seul site francophone présentant toutes les références sur les sites de réinformation. Faites-le connaître autour de vous ! Ne restez pas seul, nous sommes nombreux.
  • Contact

Profil

  • Cyber-résistant
  • Ni totalitarisme nazi,
 ni totalitarisme communiste,
 ni totalitarisme islamique
  • Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamique

En bref

ajouter-favoris.png

Abonnement

Inscription à la newsletter

  

Center for Vigilant Freedom

The 910 Group

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Counterjihad Calendar 2009
The Counterjihad Calendar 2010

Counterjihad Brussels 2007

Counterjihad Vienna 2008

Counterjihad Copenhagen 2009

Counterjihad Zurich 2010

EU Eurabia Francais

Le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie

 
FAIRE LE TEST POLITIQUE ?

http://img263.imageshack.us/img263/2081/diagrammenolan.jpg

 

Web Statistics

 
Locations of visitors to this page

Entête

http://www.wikio.fr

"Si vous entendez ce message, c'est que vous êtes la résistance."

International Civil Liberties

About

The International Civil Liberties Alliance is a project of the Center for Vigilant Freedom Inc.  We are an international network of groups and individuals from diverse backgrounds, nationalities and cultures who strive to defend civil liberties, freedom of expression and constitutional democracy.

We aim to promote the secular rule of law, which we believe to be the basis of harmony and mutual respect between individuals and groups in the increasingly globalised world, and to draw attention to efforts to subvert it.  We believe in equality before the law, equality between men and women, and the rights of the individual and are open to participation by all people who respect these principles.

We believe that freedom of speech is the essential prerequisite for free and just societies, secular law, and the rights of the individual.

We are committed to building and participating in coalitions in all parts of the world to effect significant progress in protecting rights of the individual which are sadly being eroded in many countries including those in the West.


Rejoindre le forum

 

The Center for Vigilant Freedom

22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 22:54
18/08/2007: L’éradication définitive de la pratique de l’excision et de la mutilation génitale féminine en Afrique a été au menu des discussions de la communauté internationale et des Nations unies qui se sont déroulées à New York, au début du mois. (El Watan)

Un projet, doté d’un budget de 44 millions de dollars, a été accordé par le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF). Rentrant dans le cadre des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), le programme vise la réduction, à l’horizon 2015, de la pratique de la mutilation et de l’excision génitale de 40% dans 16 pays africains.

A victim of genital mutilation in Somalia: How is she able to endure such pain?
img232/9332/fgmrevolutionzm0.jpgPour cela, un travail est élaboré en direction des gouvernements de ces pays, des responsables religieux, des médias et de la société civile pour permettre l’adoption de lois et faire ainsi évoluer les normes sociales et améliorer les conditions sociales des femmes et des filles. Les agences des Nations unies pensent que le renforcement des droits humains des femmes et des filles et l’abandon de la pratique de l’excision en Afrique contribueront inéluctablement à affirmer la capacité de ces femmes et de ces filles, à prendre des décisions pour elles-mêmes, à être autonomes, ce qui conduira à l’amélioration de la santé maternelle et à la réduction de la mortalité infantile. Touchant à l’intégrité physique de quelque 100 à 140 millions de personnes dans le monde, la pratique de l’excision en Afrique occasionne des mutilations totales ou partielles des organes génitaux à presque trois millions de femmes chaque année. La directrice adjointe de l’UNFPA, Purnima Mane, a souligné l’urgence de «faire disparaître cette pratique face à l’accroissement de sa médicalisation dans certains pays et au nombre croissant de bébés la subissant. Plutôt que d’abandonner totalement ces pratiques, certains ont recours à des mutilations moins sévères, mais, cependant, toujours persistantes», a-t-elle encore déploré. Le site de l’Agence des Nations unies rapporte encore, que le pays qui a le plus contribué financièrement à ce programme, est le Danemark avec trois millions et demi de dollars.


Une "tradition" nauséabonde.

samedi 30 octobre 2004.

inexcusable !

Même l’horreur peut reculer quand on explique...

En octobre s’est tenue à Montréal une conférence internationale portant sur les mutilations génitales. À cette occasion, la Presse avait publié un long article au sujet de l’excision, et qui, dans sa dernière parie, « Un village libre », montre que l’espoir est possible, et que ce n’est pas à coups de condamnations sans appel et d’anathèmes qu’il sera résolu, mais par une approche toute simple d’éducation. Mais cela est peut-être beaucoup plus difficile...

En 2004, sur le seul continent africain DEUX MILLIONS DE FILLETTES EXCISÉES.

La Presse, Montréal, dimanche 3 octobre Michèle Ouimet, envoyée spéciale

Il suffit de cinq minutes et d’une simple lame de rasoir pour mutiler une jeune fille pour la vie. « Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. »

Déclaration universelle des droits de l’homme, article 5.

« Laissez-moi, laissez-moi, vous me tuez ! »

Kati, Mali - Ba Traoré ne se doutait de rien lorsque sa tante est venue la chercher dans son village pour l’amener à Kati, une ville située à quelques kilomètres de la capitale, Bamako. Ba a franchi d’un coeur léger les 200 kilomètres qui séparent Kati de son village, Tioribougou. Sa tante, qu’elle connaît à peine, lui avait expliqué qu’elle l’amenait à la foire où, tous les jeudis, hommes et femmes étalent leurs marchandises dans la rue. Ba rêvait déjà aux cadeaux que sa tante, Chéba, allait sûrement lui donner. Jeudi matin, à l’aube, sa tante la prend par la main. Sous un ciel rempli de nuages, elles traversent la rue pour se rendre chez une voisine. Lorsque Ba entre dans la cour en terre battue, elle voit des petites filles de son âge et des bébés dans les bras de leurs mères. Que des filles. Au milieu de la cour, elle aperçoit une femme, l’exciseuse, qui noue des morceaux de tissu autour de la taille des filles après avoir craché dessus en marmonnant des incantations. Inquiète, elle s’assoit à l’écart sans dire un mot. Elle réalise qu’il se passe quelque chose de grave lorsque les filles, à tour de rôle, disparaissent dans les toilettes à ciel ouvert situées dans le fond de la cour, puis poussent des hurlements au bout de quelques minutes.

Kati, Mali Lorsque l’exciseuse a coupé son clitoris, Fanta s’est débattue. La lame a glissé et sectionné le nerf urinaire. Les dégâts ont été immédiats : l’urine s’est mêlée au sang. Pendant une semaine, Fanta a été clouée au lit, brûlante de fièvre. Les plantes de l’exciseuse n’ont pas réussi à calmer la douleur. Les parents se sont rendus au dispensaire le plus proche. En vain. Fanta avait 6 ans. Aujourd’hui, elle en a 12. Depuis 6 ans, elle supporte douleurs et humiliations. Fanta est incontinente. L’urine coule à tout moment, brûlant ses organes mal cicatrisés. Elle a souvent des infections et des maux de ventre. Son appareil génital est sérieusement endommagé, elle ne pourra jamais avoir d’enfants, ni de relations sexuelles. « Elle pleure quand ses urines coulent, dit sa soeur de 17 ans, Rokia. Elle pense à son avenir. Si elle ne guérit pas, jamais elle ne pourra se marier. » Une odeur d’urine flotte autour de Fanta. Au début, elle était la risée de ses petits camarades. Incapable d’endurer leurs moqueries, elle a quitté l’école. Elle passe une bonne partie de ses journées à laver son linge intime et son matelas souillé. Pour calmer ses douleurs, elle prend des médicaments qui ruinent sa famille. Les parents de Fanta ont dû vendre une chèvre et un boeuf. Fanta vit à Dangassa, un village situé à 90 kilomètres de la capitale du Mali, Bamako. Pour s’y rendre, il faut rouler 45 kilomètres sur une piste étroite qui s’enfonce dans la brousse. L’exciseuse vit toujours dans le village, mais depuis qu’elle a blessé Fanta, elle a déposé son couteau et renoncé à l’excision. Tout le village d’ailleurs a laissé tomber cette pratique qui est, pourtant, inscrite dans la tradition africaine depuis la nuit des temps. « Quand l’exciseuse se trompe, le village ne lui en veut pas, explique la mère de Fanta, Masaran Camara. Il met la faute sur le dos de la fatalité. »

Des histoires d’horreur

Le Dr Moustapha Touré connaît Fanta, il l’a déjà examinée. Son verdict est sans appel : les médecins maliens ne peuvent rien pour elle. Le Dr Touré se passionne pour l’excision depuis trois ans, c’est-à-dire depuis qu’une femme est arrivée à sa clinique dans un état critique. Elle avait à peine 16 ans et son accouchement, qui s’est déroulé dans un village reculé, a tourné à la catastrophe. Le bébé a été incapable de sortir du ventre parce que la mère avait été excisée et cousue. Pendant trois jours, la mère a poussé, mais, coincé dans le vagin, le bébé a fini par suffoquer. « L’enfant est mort-né, dit le Dr Touré. La mère a subi des dégâts importants : vessie et rectum éclatés. Elle est restée un mois à l’hôpital et fait une psychose. » Depuis l’histoire tragique de cette jeune fille, le Dr Touré essaye de réparer les dégâts provoqués par les couteaux des exciseuses. En trois ans, il a examiné 120 femmes. Ses classeurs débordent d’histoires d’horreur : des menstruations qui ne s’écoulent pas et des ventres qui gonflent parce que les femmes sont cousues trop serrées, des boules de pus qui s’accumulent dans le vagin, des maris qui divorcent parce que leurs femmes sont devenues stériles à la suite de l’excision. Toutes les excisions ne se terminent pas en séance de boucherie. Mais elles se déroulent toutes dans des conditions sanitaires désastreuses, sans anesthésie. Les instruments, couteaux ou lames de rasoir, ne sont pas stérilisés. Selon Fatouma Cissé Diakité, militante qui lutte contre l’excision depuis des années, le gouvernement et les hôpitaux ignorent combien d’opérations tournent au cauchemar. Chose certaine, la pratique est très répandue. Selon une enquête menée par le Mali en 2001, 91,6 % des femmes âgées de 15 à 49 ans ont été excisées. Une trentaine de pays africains pratiquent l’excision. Selon l’ONU, 130 millions de femmes ont été « mutilées ». Cette année, deux millions de petites filles seront excisées, soit 6000 par jour.

Un long combat

Pas facile de combattre l’excision au Mali. Fatouma Cissé Diakité en sait quelque chose. « On a lancé des fatwah (décret religieux) contre moi, une femme voilée m’a craché au visage et ma maison a été gardée par la police pendant des mois parce qu’on avait menacé de la brûler. » Fatouma Cissé Diakité rejette l’excision en bloc. « C’Est une violation de l’intégrité physique de la femme », tranche-t-elle. Elle doit se battre non seulement contre une poignée d’intégristes qui s’agitent à Bamako, mais aussi contre le poids des traditions. Selon un sondage mené par le gouvernement, 75 % des femmes souhaitent que l’excision soit maintenue. Ces chiffres n’étonnent pas le Dr Moustapha Touré. « Les hommes ne veulent pas d’une femme non excisée. Elles sont exclues, mises au ban de la communauté. Une femme non excisée, par exemple, ne peut pas préparer le repas d’un homme parce qu’elle n’est pas propre. » Les hommes aussi y tiennent, à l’excision. Dans la salle de rédaction d’« Info-Matin », la conversation glisse sur l’excision. Les quatre Journalistes présents, qui se considèrent comme des intellectuels, sont unanimes : jamais ils n’épouseraient une femme non excisée. « Je suis en faveur de l’excision mais il faut qu’elle se déroule dans des conditions cliniques acceptables pour éviter les dégâts, explique le directeur d’Info-Matin, Sambi Touré. L’excision fait partie de ma culture. Il y a des écervelées qui disent qu’il faut cesser, je ne suis pas d’accord ! » Fatouma Cissé Diakité n’est pas la seule « écervelée » à combattre l’excision. Le Dr Mariam Diakité, gynécologue, condamne cette pratique. « Pourquoi excise-t-on, pourquoi enlever un organe sensible à une femme ? demande-t-elle. Il n’y a aucune raison valable. C’est un geste agressif. On nous bourre le crâne depuis des années avec la tradition et on nous ressort toujours le même argument pour justifier l’excision : ça s’est toujours fait. > « Avant, on excisait à 12 ans, ajoute le Dr Moustapha Traoré. C’était un rite de passage, de l’enfance à l’âge adulte. Aujourd’hui, 80 % des fillettes sont excisées avant l’âge de 5 ans. L’excision ne signifie plus rien. » Même si le Dr Mariam Diakité condamne l’excision, elle tient à balayer quelques clichés solidement entretenus par les Occidentaux. « Les femmes excisées ont une vie sexuelle. Je suis excisée et je jouis. Mes amies aussi ! C’est en arrivant en France que j’ai "appris" que j’étais frigide. Mais je n’ai jamais eu de problème sexuel ! » Le Mali devrait-il adopter une loi pour interdire l’excision ? Le Dr Diakité hésite. « Il faut d’abord éduquer », nuance-t-elle. en 1996, le Burkina Faso, un état voisin, a déclaré cette pratique illégale. Fin septembre, un tribunal a condamné une exciseuse à 3 ans de prison. Selon l’ONU, la moitié des pays africains ont adopté des lois qui protègent les jeunes filles. Fatouma Cissé Diakité, elle, n’a aucun doute. Ça prend une loi, et vite. Le président du Mali, Amadou Toumani Touré, est contre l’excision, ses deux filles qui ont étudié à Montréal ne sont d’ailleurs pas excisées. Mais tout en reconnaissant la nécessité d’une loi, il tergiverse. « Une loi ne suffit pas, dit-il, il faut aussi éduquer la population. » Et cette éducation, cette lutte, ce sont les Africaines qui doivent la mener, affirme Aminata Traoré, militante de gauche et ex-ministre de la culture dans les années 90. « L’Occident ne devrait pas en parler, dit-elle. C’est du voyeurisme et ça s’ajoute au mépris et au racisme. L’excision est devenue un fond de commerce pour beaucoup d’organisations féminines. Si l’excision disparaissait, elles seraient toutes au chômage. »

Les trois types d’excision 1 - L’ablation du clitoris (clitoridectomie). 2 - L’ablation du clitoris et des petites lèvres. 3 - L’ablation de toutes les parties génitales (clitoris, petites et grandes lèvres). Les bords de la vulve sont cousus pour ne laisser qu’un petit orifice par où s’écoulent l’urine et le sang menstruel (infibulation).

Depuis cinq ans, le village de Makono a abandonné l’excision. Au début, les gens ont résisté, les femmes autant que les hommes. Aujourd’hui, plus personne ne souhaite voir une exciseuse reprendre le chemin de leur hameau. C’est l’Association malienne pour le suivi et l’orientation des pratiques traditionnelles (AMSOPT) qui a réussi à convaincre les villageois de Makono d’abandonner l’excision. Tout a commencé en 1995 lorsque la présidente de l’association s’est rendue à Makono pour rencontrer le chef du village. Elle lui a patiemment expliqué son opposition à l’excision, puis elle lui a demandé s’il accepterait de lui fournir deux hommes et trois femmes, alphabétisés et respectés, pour qu’ils suivent une formation dans la ville la plus proche, Sanankoroba, située à 45 kilomètres de Makono. Le chef a accepté. Pendant six jours, les cinq villageois ont suivi une formation sur l’excision. Tout y a passé : les complications cliniques, les hémorragies, les accouchements difficiles, les jeunes filles marquées, blessées ou malades. Mansa Doumbia faisait partie des cinq personnes choisies par le chef du village. « Le premier jour, raconte-t-il, je n’ai rien compris, le troisième jour, j’ai commencé à comprendre et le sixième jour, j’avais vraiment tout compris. » Lorsque la petite équipe formée par l’AMSOPT est retournée au village, gonflée à bloc, elle était prête à s’attaquer à l’excision, une pratique qui n’avait jamais été remise en question et qui était solidement ancrée dans les moeurs et le train-train quotidien. « A notre retour, on a tout raconté au chef, explique Mansa Doumbia. On lui a dit que le village devait renoncer à l’excision. Il nous a fait confiance. » Les 45 chefs de famille de Makono ont été convoqués. Au début, les résistances étaient fortes. Pendant des mois, il y a eu des débats enflammés et des palabres sans fin. L’AMSOPT est revenue plusieurs fois pour encadrer les discussions. En 1999, Makono a finalement renoncé à l’excision après quatre ans de lutte, une victoire arrachée centimètre par centimètre.

Cinq ans plus tard

Écrasés par la chaleur, 15 vieux se reposent sous les feuilles d’un immense manguier. Une brise légère souffle doucement sur les visages ridés et cuits par le soleil. Les vieux expliquent pourquoi leur village a tourné le dos à l’excision depuis cinq ans. « On a abandonné quand on a compris tout le mal que l’excision pouvait faire » note le chef, Kanigue Traoré. Jamais les gens de Makono n’avaient établi de lien entre l’excision et les accouchements difficiles, les bébés en détresse et les jeunes filles malades ou traumatisées. « On mettait ça sur le dos de la fatalité », dit le chef Traoré. Lorsqu’ils ont mis définitivement fin à cette pratique, ils ont convoqué les villages environnants. Certains ont pris contact avec l’AMSOPT, d’autres ont écouté poliment. Les gens de Makono n’on aucun regret. Au contraire. « C’est un salut pour nous, dit un vieux, Bourama Traoré. Les excisions coûtaient cher (3 $ par enfant plus des céréales et du savon). Une fois par année, on organisait une grande fête et on abattait les animaux. Aujourd’hui, c’est fini. On est libre maintenant. »

Nous cotoyons des femmes et des hommes qui justifient cette pratique, envoyons leur cet article, il montre que même dans les villages du Mali, les choses peuvent avancer. Ne baissons pas les bras, les fatwas n’ont aucun pouvoir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyber-résistant - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Jumelage

Voir les articles

INDEX

 

 READ THIS BLOG IN ENGLISH WITH GOOGLE Click here

Ni totalitarisme nazi, ni totalitarisme communiste, ni totalitarisme islamiqueL'image “http://img57.imageshack.us/img57/3474/bouton3sitany0.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell


DOSSIER

LE LIBERTARIANISME

Informez-vous sur la philosophie politique libertarienne


« Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve. »     John Adams

DOSSIER

LE WEB RESISTANT 

lewebresistant.gif

Informez-vous sur la cyber-résistance

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s'éloignant de leurs textes tandis que l'islam le fut en se rapprochant des siens. »                                                      Eric Conan



DOSSIER

FONDAMENTALISME, DJIHADISME, TERRORISME

L’ISLAMISME EST UN TOTALITARISME

img80/3421/poing1bjr1.jpg

Ce qu’il faut savoir sur l’une des plus grandes menaces politiques et religieuses du XXIème siècle

 


« Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à suprimer la pauvreté »                                                   Winston Churchill

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE SOCIALISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le socialisme


« Le Communisme est l'Islam du XXème siècle. »                                                   Jules Monnerot


DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE COMMUNISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le communisme

 

« La religion d'Hitler est la plus proche qui soit de l'islamisme, réaliste, terrestre, promettant le maximum de récompenses dans cette vie, mais avec ce Walhalla façon musulmane avec lequel les Allemands méritoires peuvent entrer et continuer à gouter le plaisir. Comme l'islamisme, elle prêche la vertu de l'épée.  »                            Carl Gustav Jung

 

DOSSIER

LISEZ LE rapport SUR LE NAZISME

Plus de 20 articles du blog C.R pour vous réinformer sur le nazisme


« Ils ignorent que les épées sont données pour que personne ne soit esclave. »                                                                                        Lucain

Partenaire :